La poutre du jugement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La poutre du jugement

Message par etienne lorant le Ven 12 Sep 2014 - 9:59

Le vendredi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 9,16-19.22-27.

Frères, si j'annonce l'Évangile, je n'ai pas à en tirer orgueil, c'est une nécessité qui s'impose à moi ; malheur à moi si je n'annonçais pas l'Évangile !
Certes, si je le faisais de moi-même, je recevrais une récompense du Seigneur. Mais je ne le fais pas de moi-même, je m'acquitte de la charge que Dieu m'a confiée.
Alors, pourquoi recevrai-je une récompense ? Parce que j'annonce l'Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, ni faire valoir mes droits de prédicateur de l'Évangile.
Oui, libre à l'égard de tous, je me suis fait le serviteur de tous afin d'en gagner le plus grand nombre possible.
J'ai partagé la faiblesse des plus faibles pour gagner aussi les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns.
Et tout cela, je le fais à cause de l'Évangile, pour bénéficier, moi aussi, du salut.
Vous savez bien que, dans les courses du stade, tous les coureurs prennent le départ, mais un seul gagne le prix. Alors, vous, courez de manière à l'emporter.
Tous les athlètes à l'entraînement s'imposent une discipline sévère ; ils le font pour gagner une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas.
Moi, si je cours, ce n'est pas sans fixer le but ; si je fais de la lutte, ce n'est pas en frappant dans le vide.
Mais je traite durement mon corps, et je le réduis en esclavage, pour ne pas être moi-même disqualifié après avoir annoncé aux autres la Bonne Nouvelle.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,39-42.
Jésus s'adressait à ses disciples en paraboles : « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans un trou ?
Le disciple n'est pas au-dessus du maître ; mais celui qui est bien formé sera comme son maître.
Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ?
Comment peux-tu dire à ton frère : 'Frère, laisse-moi retirer la paille qui est dans ton œil', alors que tu ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Esprit faux ! enlève d'abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour retirer la paille qui est dans l'œil de ton frère.



Textes de l'Evangile au quotidien

Si nous pouvions, comme saint Paul, traiter durement notre corps et le réduire pratiquement en esclavage, alors nous serions assez fort pour annoncer aux autres la bonne nouvelle. Mais pourquoi faut-il en arriver là ?Parce que nous ne serons jamais que des convertis. Parce que les conditions de notre esclavage dans le péché demeurent, et demeureront aussi longtemps que nous vivrons dans la chair.  En maintenant sans chair dans sous une forte discipline, saint Paul est parvenu à se faire tout à tous.

Je me souviens moi-même de l'étonnement du Père rédemptoriste qui venait me voir chaque matin, après ma conversion. Il s'asseyait et me voyait accueillir tout le monde avec le même sourire, et cela l'agaçait.Il me disait : "Soyez donc un peu plus méfiant, voyez comme j'observe avant de saluer !"... Mais durant les trois premières années, je ne pouvais faire autrement, je faisais l'objet d'un miracle permanent de la Joie.
Oui, durant trois ans, l'Esprit saint fut sur moi et me fit faire tout ce que Dieu voulait.  C'est seulement ensuite que, me retrouvant de nouveau livré à mes propres forces et mes propres jugements, j'ai effectivement cessé de sourire au premier venu.

La conversion m'avait délivré de toute forme de préjugés, voilà le secret. Les préjugés (nous pensons en avoir peu, parce que nous en sommes remplis !) forment tous ensemble cette poutre qui nous empêche de voir le prochain tel qu'il est. Notre prochain, quel qu'il soit, fait l'objet lui aussi de l'amour de Dieu. Mais nos préjugés nous font voir autre chose: celui-ci s'habille mal, celle-là est trop bavarde, et l'autre qui affirme sans savoir ! C'est avec des préjugés de cette sorte, qui tiennent à quasi rien - et qui correspondent souvent à nos propres manques !, que nous croyons pouvoir annoncer l'Evangile ?   Allons donc, c'est l'histoire de l'aveugle qui prétend diriger un autre aveuble !

Pour sortir de cet aveuglement, oui, la méthode de saint Paul, qui consiste à maintenir son corps sous une forte poigne, est excellente. C'est logique, car nos préjugés sont une émanation de notre corps. Pour s'en convaincre, il suffirait simplement de fermer les yeux. J'en ai fait l'expérience: lorsque l'on écoute une personne sans la regarder, ce qu'elle dit acquiert soudainement plus de valeur. Nous cessons de l'entendre, mais nous l'écoutons vraiment.

J'ai vu le film "Léon Morin, prêtre". J'ai bien aimé le personnage de Béatrice Beck et ce passage montre bien la distance d'avec le monde qui convient aux âmes en chemin. Je joins la séquence du début.





.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum