La neuvaine "à la rose" de Ste Thérèse de l'Enfant Jésus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La neuvaine "à la rose" de Ste Thérèse de l'Enfant Jésus

Message par Titi le Dim 12 Oct 2014 - 21:47

" Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, je vous remercie pour toutes les grâces et faveurs dont vous avez enrichi votre servante Sainte Thérèse de l'enfant Jésus, pendant les 24 années passées sur cette terre et par les mérites de cette Sainte, concédez moi la grâce qu'ardemment je désire (...) si elle est conforme à votre sainte volonté et pour le bien de mon âme. Aidez ma foi et mon espérance

O Sainte Thérèse, réalisez encore une fois votre promesse de passer votre ciel à faire du bien sur la terre en permettant que je reçoive une rose comme signe de la grâce que je désire obtenir. "

On récite alors 24 " Gloire soit au Père, au Fils et au Saint Esprit comme il était au commencement, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles, amen "

pour remercier Dieu des dons concédés à la Sainte pendant les 24 années de sa vie sur la terre. Chaque « Gloria » est suivi de l'invocation suivante :

" Sainte Thérèse de l'enfant Jésus, Priez pour nous".

Vous seriez bien inspiré de rajouter une litanie de la vierge à cette prière dite chaque jour de la neuvaine!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Thérèse de Lisieux, la rose blanche du pape François
Le cadeau d’un jardinier du Vatican au Pape et la fête de Sainte Thérèse, le 1er octobre, sont l’occasion de souligner l’attachement de François à la Carmélite française.

De nombreux papes ont été marqués par la figure de Sainte Thérèse de Lisieux. Pie X, qui avait lu avec enthousiasme « L’histoire d’une âme », n’hésita pas à en parler, avant même sa béatification, comme de « la plus grande sainte des temps modernes ». Pie XI, qui béatifia (1923), canonisa (1925) puis proclama cette petite carmélite morte à 24 ans patronne des missions (1927), l’appela « l’Etoile de mon pontificat ». Jean XXIII se rendit cinq fois à Lisieux. Paul VI, « né à l’Eglise le jour où la sainte est née au ciel » - ce sont ses mots - avait pour elle une grande dévotion. Jean Paul II, qui la proclama docteur de l’Eglise en 1997, fut également marqué par sa doctrine.

Je vous demande prière et sacrifice, les deux armes invincibles de Thérèse

Dans ce domaine, le Pape François n’est pas l’exception qui confirme la règle. A Buenos Aires, l’attachement du Cardinal Bergoglio à la sainte française était bien connu, en particulier de ses prêtres et il avait beaucoup fait pour que sa « petite voie » se répande dans les bidonvilles. Quand il écrivait à quelqu’un, même trois lignes, il joignait toujours à la lettre une image de la sainte. Et quand il venait à Rome, il allait, entre deux rendez-vous ou réunions, prier devant sa statue, dans une église du Borgo, près du Tibre, tenue par des franciscains (cf. site du Sanctuaire de Lisieux, « le Pape François et Thérèse », par Stefania Falasca, journaliste italienne et amie du Pape). Quand, enfin, il écrivit aux carmélites de Buenos Aires, au moment du vote par le sénat de la loi visant à légaliser le mariage homosexuel, il fit référence à la carmélite normande : « Je [vous] demande prière et sacrifice, les deux armes invincibles de Sainte Thérèse » (lettre du 22 juin 2010).

Un livre de la "petite Thérèse" dans la sacoche noire

Devenu Pape, le cardinal a quitté Buenos Aires. Mais la dévotion à Thérèse ne l’a pas quitté. Pour preuve : Dans l’avion qui le ramenait de Rio à Rome (fin juillet 2013), il a confié aux journalistes, très intrigués par cette fameuse « sacoche noire » qui ne le quittait pas : " [dedans], il n’y a pas la clef de la bombe atomique! Mais je l'ai prise parce que je l'ai toujours fait ... Et à l'intérieur, qu'y a-t-il? Il y a mon rasoir (!), mon bréviaire, mon agenda, un livre à lire - j'en ai emporté un sur la petite Thérèse à laquelle je suis attaché ».

Les roses blanches, signe que Thérèse a entendu

Le 8 septembre dernier, fête de la Nativité de la Vierge, alors qu’il se promenait dans les jardins du Vatican, le Pape s’est vu offrir, par un jardinier, une rose blanche fraîchement cueillie. Une attention délicate, mais pas de quoi, à première vue, en faire en scoop.
Sauf que pour le Pape François, les roses blanches ont une signification particulière, comme il l’a expliqué le jour suivant à Monseigneur Edoardo Menichelli, Archevêque d’Ancône – Osimo: « ces fleurs sont pour moi un signe, un message de Thérèse de Lisieux » (cf. Vatican Insider, 27.09.2013). Le livre interview « le jésuite » nous en apprend davantage : aux deux auteurs (Sergio Rubin et Francesca Ambrogetti) , qui s’étaient arrêtés devant un vase plein de roses blanches, posé sur sa bibliothèque, à côté d’une photo de Thérèse de Lisieux, le Cardinal Bergoglio avait expliqué : « Quand j’ai un problème, je demande à la sainte, non pas de le résoudre, mais de le prendre en main et de m’aider à l’accepter ; et comme signe, je reçois presque toujours une rose blanche ». Il raconta qu’une fois, ayant à prendre une décision importante à propos d’une question difficile, il remit tout entre les mains de Thérèse. Et quelques temps après, sur le seuil de la sacristie, une femme inconnue lui remit… trois roses blanches.

La neuvaine « miraculeuse » du Père Pubigan

La rose blanche comme signe de la présence de Thérèse n’est pas une innovation du pape. Elle est liée à un autre Jésuite, le Père Pubigan qui, en 1925, commença une neuvaine à la toute nouvelle canonisée pour obtenir une grâce importante. Pour savoir s’il était écouté, il demanda un signe - recevoir une rose blanche – et l’obtint. Il diffusa alors la neuvaine « miraculeuse », qui comporte cette phrase, citée par le pape lui-même, dans « le jésuite » : « Petite fleur de Jésus, demande à Dieu de m’accorder la grâce que je remets avec confiance entre tes mains ».

"Vous verrez, ce sera comme une pluie de roses"

Les saints ont souvent leur fleur : pour Saint Joseph, c’est le nard (qui figure d’ailleurs sur le blason de François, qui a aussi une grande dévotion pour le patron de l’Eglise universelle), celle de Maria Goretti, petite martyre de la pureté, est le lys (elle apparut en songe à son assassin, dans sa prison, cette fleur à la main). Thérèse de l’Enfant Jésus, dont la nourrice s’appelait Rose Taillé (cela ne s’invente pas !) est associée à la Reine des fleurs. A l’origine de cette association : les paroles de la sainte elle-même à une carmélite. A cette dernière qui lui déclara : “Quelle peine nous aurons quand vous nous quitterez », Thérèse répondit : « Oh ! Non, vous verrez, ce sera comme une pluie de roses ». (D’où les « soirées pétales de roses » organisées chaque année dans le monde entier, aux alentours du 1er octobre, par la Communauté des Béatitudes - cf. Famille Chrétienne.fr : « écrivez une lettre à Sainte Thérèse »).

Elle a entendu l’ardente prière du Pape pour la paix

La veille du 8 septembre dernier, le pape avait lancé une grande journée de jeûne et de prière pour la paix. Lors de la veillée qu’il a lui-même présidée Place Saint Pierre, il a tenu à ce que la récitation du chapelet soit rythmée par des extraits de « Pourquoi je t’aime ô Marie », une poésie de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Le cadeau du jardinier semblerait indiquer que la "petite Thérèse" qui a confié peu avant sa mort : « Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre », a entendu l’ardente prière du pape pour la paix.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum