Vie dans le monde et jugement final

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vie dans le monde et jugement final

Message par etienne lorant le Lun 20 Oct 2014 - 10:35

Le lundi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,1-10.

Frères, autrefois vous étiez des morts, à cause des fautes et des péchés dans lesquels vous viviez, soumis au cours de ce monde, soumis au prince du mal qui s'interpose entre le ciel et nous, et qui continue d'inspirer activement ceux qui désobéissent à Dieu.
Et nous aussi, nous étions tous de ceux-là, quand nous vivions suivant les tendances égoïstes de notre chair, cédant aux caprices de notre chair et de nos raisonnements ; et nous étions, de nous-mêmes, voués à la colère comme tous les autres.
Mais Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ : c'est bien par grâce que vous êtes sauvés.
Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus. Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus,
il voulait montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce.
C'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.
Cela ne vient pas de vos actes, il n'y a pas à en tirer orgueil. C'est Dieu qui nous a faits,
il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,13-21.
Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Qui m'a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s'adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : 'Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte. '
Puis il se dit : 'Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en construirai de plus grands et j'y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l'existence. '
Mais Dieu lui dit : 'Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l'aura ? '
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d'être riche en vue de Dieu. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Avant qu'un homme se convertisse, il n'a qu'un seul objectif dans l'existence : la réussite. Ce fut le cas pour moi aussi. Il me fallait une démarche sociale qui me permette de m'insérer et de gagner ma vie.

Bien que ces trois mots : "gagner sa vie" n'avaient guère de sens (si l'on vit, on n'a plus a gagner ce qu'on a déjà !) - , je l'avais endossée, car l'expression associait "vie" et "gain d'argent", ce dernier permettant d'accéder à une des formes de bien-être... que le monde associe au bonheur.

Je n'adhérais pas vraiment à cette conception "basique" de l'existence, mais je constatais que j'y étais soumis. J'avais bien été baptisé, communié, confirmé... je servais encore quelques messes de funérailles avec une aube devenue trop courte, mais j'étais au collège et le monde avait imposé sa loi à mon esprit. Les pères Jésuites étaient sévères et nous inculquaient d'abord le travail, puis le travail et une forme de travail pour loisir !

Mais tout cela, pensées, calculs, réussite obligée, tenait tout simplement de "Mammon", l'esprit des richesses. Je me reconnais donc bien - du moins jusqu'à ma conversion, dans ce que déclare saint Paul aux Ephésiens : "nous étions tous de ceux-là, quand nous vivions suivant les tendances égoïstes de notre chair, cédant aux caprices de notre chair et de nos raisonnements ; et nous étions, de nous-mêmes, voués à la colère comme tous les autres. Sur les réseaux sociaux, j'ai retrouvé d'anciens amis qui sont toujours prisonniers de ce "triplet" : travail-argent-plaisirs. A la quarantaine, nombreux ceux qui ont abandonné femme et enfants pour recommencer une nouvelle existence - c'est qu'ils sont toujours enfermés dans ces raisonnements qui sont des tentations aussi.

Je rejoins ici l’Évangile. Même lorsqu'il a vieilli, l'homme qui vit selon le monde, se retrouve toujours, en dépit même de sa réussite mondaine, confronté avec cette fausse compréhension qui incite au gain, à la jouissance et l'oubli. Le nombre de couples séparés, de mariages brisés, de couples décomposés et recomposés ensuite, manifeste bien que "jouir de l'existence" est un mirage perpétuel. Cependant, cette quête sans fin de la "jouissance de l'existence" est véritablement une folie. Comme Jésus est "pointu" dans sa parabole ! Car la chute finale est aussi brutale et ne laisse plus de temps pour la conversion.

Or, si ce monde va si mal, c'est que les dirigeants de nos pays courent eux aussi après ces mirages de réussite, en vue desquels ils n'hésitent pas à sacrifier celles et ceux qui les ont eux-mêmes choisis !

Sic transit gloria mundi...

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum