Fête de saint Charles Borromée, Archevêque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fête de saint Charles Borromée, Archevêque

Message par etienne lorant le Mar 4 Nov 2014 - 10:23

Le mardi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,5-11.

[b]Frères, ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus :
lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ;
mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms,
afin qu'au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux,
et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père.
[/b]

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,15-24.
Au cours du repas chez un chef des pharisiens, en entendant parler Jésus, un des convives lui dit : " Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu!"
Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde.
A l'heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : 'Venez, maintenant le repas est prêt. '
Mais tous se mirent à s'excuser de la même façon. Le premier lui dit : 'J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir ; je t'en prie, excuse-moi. '
Un autre dit : 'J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t'en prie, excuse-moi. '
Un troisième dit : 'Je viens de me marier, et, pour cette raison, je ne peux pas venir. '
A son retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Plein de colère, le maître de maison dit à son serviteur : 'Dépêche-toi d'aller sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. '
Le serviteur revint lui dire : 'Maître, ce que tu as ordonné est fait, et il reste de la place. '
Le maître dit alors au serviteur : 'Va sur les routes et dans les sentiers, et insiste pour faire entrer les gens, afin que ma maison soit remplie.
Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner. ' »



Textes de l'Evangile au quotidien


C'est par le Seigneur Jésus que nous sommes tous appelés au banquet dans le royaume des cieux. Et notre entrée ne dépend que de nous, de la façon dont nous aurons accueilli l'appel de Jésus. De la manière dont nous aurons intégré dans notre cœur et dans nos comportements, la dignité d'invité du Royaume.

Dans la lettre aux Philippiens, saint Paul continue, sans se lasser, d'appeler toutes et tous à de nouveaux progrès, lesquels commencent toujours par des renoncements aux choses du monde.

J'ai songé à ma propre situation, mais aussi à la situation de personnes que je connais. L'une d'entre elles a été victime d'un "burn out" qui l'a rendue inapte au travail durant des années. Elle n'avait ni les qualités, ni les compétences ni les acquis intellectuels pour accomplir la tâche qu'on lui avait donnée et elle s'est épuisée elle-même à chercher à tout "rattraper" très rapidement. Mais, en définitive, après un internement hospitalier de quelques semaines, elle a obtenu, non pas ce pour quoi elle s'était épuisée, mais la reconnaissance de sa maladie professionnelle. En définitive, c'est pour rien qu'elle s'est épuisée au physique comme au moral. Elle bénéficiera d’indemnités et de quelques avantages sociaux, mais elle restera comme diminuée à ses propres yeux.

D'une manière ou d'une autre, le monde, qui est un démon, nous entraîne à tout lui sacrifier, en renonçant à la dignité d'enfant de Dieu pour correspondre à ce que l'existence d'ici-bas exige de nous.

Mais bienheureux suis-je à cause de la conversion, car celle-ci, d'emblée, avant même que j'éprouve la Joie qui émane du Seigneur, fut un reniement de tous les autres "biens" qui sont en ce monde. Ce renoncement est comme une porte que l'on ferme sur la nourriture et les plaisirs de ce monde, mais une fois cette porte refermée, ce que l'on découvre aussitôt, c'est que le Royaume est à notre portée. "Souvenez-vous, nous a dit le prêtre: "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille que pour un riche d'entrer dans le Royaume des Cieux." Cette richesse tient tout autant dans la peur de perdre quelques avantages pratiques en ce monde...

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum