Jusqu'au bout, la foi en la Vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jusqu'au bout, la foi en la Vie

Message par etienne lorant le Sam 22 Nov 2014 - 10:08

Le samedi de la 33e semaine du temps ordinaire

Livre de l'Apocalypse 11,4-12.

Moi, Jean, j'ai entendu une voix qui disait : " Les deux témoins envoyés pour porter le message prophétique, ce sont eux les deux oliviers, les deux chandeliers, qui se tiennent debout devant le Seigneur de la terre.
Si l'on veut leur faire du mal, un feu jaillit de leur bouche et dévore leurs ennemis ; oui, ceux qui voudront leur faire du mal, c'est ainsi qu'ils doivent mourir.
Ces deux témoins ont (comme le prophète Élie) le pouvoir de fermer le ciel, pour qu'il ne pleuve pas pendant le temps fixé par leur prophétie. Ils ont aussi (comme Moïse) le pouvoir de changer l'eau en sang et de frapper la terre de toute sorte de plaies, chaque fois qu'ils voudront.
Mais, quand ils auront achevé de rendre leur témoignage, la Bête qui sort de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra et les fera mourir. Leurs cadavres resteront sur la place de la grande ville, à laquelle on donne les noms symboliques de Sodome et d'Égypte ; c'est bien là que leur Seigneur a été crucifié.
Des hommes de tous peuples, races, langues et nations viendront voir leurs cadavres pendant trois jours et demi, sans qu'il soit permis de les mettre au tombeau.
Les habitants de la terre en seront heureux, ils s'en réjouiront, ils échangeront des présents, parce que ces deux prophètes auront tourmenté les habitants de la terre.
Mais, après ces trois jours et demi, l'Esprit de vie, qui vient de Dieu, est entré en eux et ils se sont dressés sur leurs pieds. Alors une grande crainte est tombée sur ceux qui les regardaient,
et les deux témoins ont entendu une voix puissante, venant du ciel, qui leur disait : « Montez jusqu'ici ! » Ils sont montés au ciel dans la nuée, et leurs ennemis les regardaient.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20,27-40.
Des sadducéens - ceux qui prétendent qu'il n'y a pas de résurrection - vinrent trouver Jésus,
et ils l'interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu'il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d'enfants.
Finalement la femme mourut aussi.
Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme ? »
Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas,
car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob.
Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »
Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. »
Et ils n'osaient plus l'interroger sur quoi que ce soit.


Textes de l’Évangile au quotidien

Ces deux hommes dont parlent l'Apocalypse seront comme Élie - et l'on connaît les grands signes accomplis par Élie, qui dût souffrir beaucoup car il n'était pas venu pour plaire au peuple, mais ils sont également comparable à Moïse qui avait reçu le pouvoir de châtier les hommes pour leur désobéissance. Si, à la fin, Satan l'adversaire les fera périr. Mais des types d'hommes, qui sont comme Elie ou comme Moïse, il y en aura d'autres, que le diable fera mourir aussi. Mais l'Esprit de Dieu les fera revivre et leurs ennemis les verront, glorifiés par Dieu.

En quoi ce passage de l'Apocalypse peut-il répondre à la question posée à Jésus par les Sadducéens ? Parce que ceux-ci ne croient pas en la résurrection. Ne croyant pas à la résurrection, en quoi croient-ils donc ? Lorsqu'ils sont malades, pourquoi prieraient-ils pour guérir ? Et pourquoi invoquer Dieu lorsqu'ils souffrent, moralement ou physiquement ? Si l'on ne croit pas en Dieu, on dira aussi: le malheur, c'est Dieu qui l'a voulu ainsi.

Ces textes m'incitent tout au contraire à contempler Dieu jusque dans son silence. Je vis de bizarres expériences ces derniers temps: le monde semble de plus en plus lourd à porter, mais à côté de cela je reçois des guérisons et de surprenantes et fortes intuitions... en des moments complètement inattendus. Le Seigneur est bien présent, je n'en ai pas douté, mais Il ne permettra jamais que je puisse m'en glorifier, certes non, car les épreuves sont là aussi.

Les Sadducéens sont pour moi les prototypes des bouddhistes qui passent des heures en position de yoga à contempler le "néant divin". Le néant est pratique, en quelque sorte, puisque s'il n'y a rien après la mort, il n'y a ni souffrance ni bonheur parfait et continuel, ni châtiment. Aussi, à mes yeux, ces adorateurs de néant sont peut-être les pires des hommes. Ils s'accrochent à toutes sortes d'idéologies funestes et font le jeu de Satan sans même s'en rendre compte... Pauvre monde sans foi !

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum