La miséricorde pratiquée, critère de salut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La miséricorde pratiquée, critère de salut

Message par etienne lorant le Lun 23 Fév 2015 - 10:32

Lundi de la 1re semaine de Carême

Livre du Lévitique 19,1-2.11-18.

Le Seigneur parla à Moïse et dit :
« Parle à toute l’assemblée des fils d’Israël. Tu leur diras : Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.
Vous ne volerez pas, vous ne mentirez pas, vous ne tromperez aucun de vos compatriotes.
Vous ne ferez pas de faux serments par mon nom : tu profanerais le nom de ton Dieu. Je suis le Seigneur.
Tu n’exploiteras pas ton prochain, tu ne le dépouilleras pas : tu ne retiendras pas jusqu’au matin la paye du salarié.
Tu ne maudiras pas un sourd, tu ne mettras pas d’obstacle devant un aveugle : tu craindras ton Dieu. Je suis le Seigneur.
Quand vous siégerez au tribunal, vous ne commettrez pas d’injustice ; tu n’avantageras pas le faible, tu ne favoriseras pas le puissant : tu jugeras ton compatriote avec justice.
Tu ne répandras pas de calomnies contre quelqu’un de ton peuple, tu ne réclameras pas la mort de ton prochain. Je suis le Seigneur.
Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur. Mais tu devras réprimander ton compatriote, et tu ne toléreras pas la faute qui est en lui.
Tu ne te vengeras pas. Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25,31-46.
Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Le livre du Lévitique reprend les lois données par Dieu à Moïse afin de la rendre beaucoup plus concrète pour les juifs. En somme, disent les Lévites, la loi qui consiste à aimer Dieu "de tout son cœur, de toute son âme et de toutes ses forces" se vérifie très concrètement dans l'attention et le soin apporté au prochain. Mais il est tout à fait clair que ce sont des lois qui ne s'appliquent en fait qu'au peuple élu, de la génération d'Abraham. Partout ailleurs, les autres peuples ont leurs propres dieux qui tous, d'une façon ou d'une autre, président à la destinée des hommes.

Mais dès la venue de Jésus, verbe et parole du Dieu unique, la Loi donnée à Moïse est étendue à toute l'humanité, jusqu'à la Parousie. La scène du jugement dernier fait de la miséricorde, selon qu'elle a été pratiquée ou non, le critère final du salut de l'homme.

Ne serions-nous pas tout proches de ce jugement final ? Cela fait plus de vingt ans que de nouveaux "prophètes" nous annoncent que les temps sont accomplis, que la fin du monde est pour notre temps. Ce qu'en dit notre prêtre: nous serons jugés sur la qualité de notre miséricorde et ceci implique que la miséricorde accomplie envers autrui à cause de la PEUR du jugement, n'est certes pas de la même qualité de celle a été pratiquée dans la joie...

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum