Recherche ou confiscation de la vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Recherche ou confiscation de la vérité

Message par etienne lorant le Ven 6 Mar 2015 - 10:14

Vendredi de la 2e semaine de Carême

Livre de la Genèse 37,3-4.12-13a.17b-28.

Israël, c’est-à-dire Jacob, aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il était le fils de sa vieillesse, et il lui fit faire une tunique de grand prix.
En voyant qu’il leur préférait Joseph, ses autres fils se mirent à détester celui-ci, et ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilité.
Les frères de Joseph étaient allés à Sichem faire paître le troupeau de leur père.
Israël dit à Joseph : « Tes frères ne gardent-ils pas le troupeau à Sichem ? Va donc les trouver de ma part ! » Il répondit : « Me voici. »
L’homme dit : « Ils sont partis d’ici, et je les ai entendu dire : “Allons à Dotane !” » Joseph continua donc à chercher ses frères et les trouva à Dotane.
Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant qu’il arrive près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir.
Ils se dirent l’un à l’autre : « Voici l’expert en songes qui arrive !
C’est le moment, allons-y, tuons-le, et jetons-le dans une de ces citernes. Nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et on verra ce que voulaient dire ses songes ! »
Mais Roubène les entendit, et voulut le sauver de leurs mains. Il leur dit : « Ne touchons pas à sa vie. »
Et il ajouta : « Ne répandez pas son sang : jetez-le dans cette citerne du désert, mais ne portez pas la main sur lui. » Il voulait le sauver de leurs mains et le ramener à son père.
Dès que Joseph eut rejoint ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, la tunique de grand prix qu’il portait,
ils se saisirent de lui et le jetèrent dans la citerne, qui était vide et sans eau.
Ils s’assirent ensuite pour manger. En levant les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites qui venait de Galaad. Leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe qu’ils allaient livrer en Égypte.
Alors Juda dit à ses frères : « Quel profit aurions-nous à tuer notre frère et à dissimuler sa mort ?
Vendons-le plutôt aux Ismaélites et ne portons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre propre chair. » Ses frères l’écoutèrent.
Des marchands madianites qui passaient par là retirèrent Joseph de la citerne, ils le vendirent pour vingt pièces d’argent aux Ismaélites, et ceux-ci l’emmenèrent en Égypte.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,33-43.45-46.
En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez une autre parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage.
Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne.
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième.
De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon.
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.”
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !”
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits.
En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux.
Tout en cherchant à l’arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète.



Textes de l’Évangile au quotidien

Joseph, que ses frères appellent ironiquement "l'expert en songes", c'est l'homme qui est proche de Dieu, ce que nous avons chacun et chacune l'occasion de devenir par une disposition de "foi de confiance" en Dieu. Joseph, dépouillé de sa tunique, jeté dans la citerne puis vendu comme esclave, fait songer à Daniel dans la fosse aux lions, ou à Jonas dans le ventre du poisson. Ce sont des hommes qui ont mis leur foi dans le Seigneur pour en vivre, et pas uniquement pour satisfaire aux rites de leur religion. Que survienne une épreuve, un changement radical dans leur existence, ils ne laissent pas envahir par le désarroi, la peur de l'avenir, les émotions négatives... mais ils prient et s'en remettent à Dieu.

Ce qu'a dit le prêtre, ce matin, m'a rappelé l'accident de voiture survenu dès le premier mois de mon service militaire. Mes blessures étaient superficielles, mais j'avais été envoyé en Allemagne pour servir dans un bataillon de chars. C'était une forme de punition et, maigre comme je l'étais, je pouvais craindre une foule d'ennuis. Eh bien, c''est à cette époque-là que la prière quotidienne est revenue dans ma vie. J'étais encore très loin de l'épisode extraordinaire de la vision de 1985, mais écarté pour un temps de toutes mes habitudes, j'ai commencé de changer.

A côté de ceux que l'épreuve rapproche de Dieu, il y a tous ceux que ne vivent que selon leur logique, leurs désirs, leurs ambitions, leurs pouvoirs. Ce sont les vignerons de la parabole de Jésus. Et dans le cas précis, ce sont les dignitaires de la religion juive, eux qui n'ont cessé de faire mourir leurs prophètes, puis d'interpréter la loi de Moïse dans le sens de leurs intérêts, et qui font peser sur tout le peuple un ensemble de règles pratiquement impossibles à suivre. C'est une forme de confiscation, mais aussi de détournement, de la vérité que chaque homme et chaque femme, au cours de leur vie, ne peuvent s'empêcher de rechercher.
De notre temps, a conclu le prêtre, la confiscation par les media de la recherche individuelle de la vérité est rendue manifeste dans les événements meurtriers qui se produisent de par le monde...

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum