Les témoins de la résurrection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les témoins de la résurrection

Message par etienne lorant le Lun 6 Avr 2015 - 9:55

Livre des Actes des Apôtres 2,14.22-33.
Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles.
Hommes d’Israël, écoutez les paroles que voici. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes.
Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.
Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.
En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable.
C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance :
tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption.
Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.
Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.
Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui.
Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.
Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.
Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,8-15.
En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.



Textes de l'Evangile au quotidien

Le témoignage de Pierre, le jour de la Pentecôte s'oppose radicalement à la fable - une invention pour laquelle il a fallu payer cher - des gardes qui se seraient endormis... tout en ayant pu reconnaître que c'étaient bien ses disciples qui étaient venus enlever le corps de Jésus. Au cours d'un procès, c'eût été une partie de plaisir de poser à haute voix la question : "Donc, vous, gardes, qui vous étiez endormis, vous avez vu, au milieu de la nuit les disciples du Nazaréen enlever son corps ? Comment les avez-vous reconnus ? Au clair de lune ? En faisant le même rêve au même moment tandis que vous dormiez ?" Et ils eurent ajouté :
"Qu'on explique également devant le tribunal la raison pour laquelle, après avoir crucifié un homme sur la place publique, un homme dont l'agonie a duré un certain temps, a-t-il été trouvé nécessaire de surveiller une tombe ? On doit donc craindre désormais que des cadavres s'évadent ? "

Cette explication est pourtant celle qui a été retenue et qui s'est propagée chez les Juifs, dit encore l’Évangile. Cette explication, c'est celle de la "raison d’État". Depuis toujours, dans toutes les nations, tout ce qu'un État veut cacher est fondé sur des pouvoirs, des mensonges et sur une certaine somme d'argent, bien sûr. Et notre prêtre d'évoquer les secrets d’État, qui couvrent toujours, dans de nombreux cas, la mort d'hommes éminents - mais qui "dérangeaient beaucoup".

Ce qui diffère dans le cas de Jésus, c'est que ses témoins, non seulement n'ont cessé de témoigner, mais également : le temps qui a passé, non seulement n'a pas diminué leur nombre, mais l'a augmenté: ils sont d'ailleurs, aujourd'hui encore, parmi nous, dans l’Église. Ne dirait-on pas que plus on les tue, plus ils se multiplient ?

...Ce matin, nous n'étions que trois fidèles à la messe du matin, prêts a recommencer chacune de nos journées par la participation quotidienne à l'Eucharistie. J'ajoute personnellement qu'assister à la messe de Pâques m'a causé plus de difficultés que toutes les autres années. J'avais d'abord cherché à me joindre à d'autres. Mais à la fin, ce qui s'est passé, la veille de Pâques, c'est que je me suis levé et j'ai marché dans la nuit qui tombait, afin de participer à une veillée pascale. Ce mouvement subi, non raisonnée, m'a saisi d'un seul coup. Je venais d'avaler une soupe et je me suis retrouvé à marcher vite en rue. Ceci restera comme un de mes plus grand souvenir, car comment appellerai-je cette "force" qui m'est venue tout changer de mes projets, d'un instant à l'autre ?

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum