La conversion, un changement de tout l'être

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La conversion, un changement de tout l'être

Message par etienne lorant le Sam 2 Mai 2015 - 11:08

Samedi de la 4e semaine de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 13,44-52.

Le sabbat qui suivait la première prédication de Paul à Antioche de Pisidie, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur.
Quand les Juifs virent les foules, ils s’enflammèrent de jalousie ; ils contredisaient les paroles de Paul et l’injuriaient.
Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C’est à vous d’abord qu’il était nécessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations païennes.
C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants.
Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région.
Mais les Juifs provoquèrent l’agitation parmi les femmes de qualité adorant Dieu, et parmi les notables de la cité ; ils se mirent à poursuivre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire.
Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium,
tandis que les disciples étaient remplis de joie et d’Esprit Saint.




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,7-14.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ?
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres.
Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes.
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père,et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.
Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai.


Textes de l’Évangile au quotidien

Il n'existe pas de "position intermédiaire" à l'égard du Seigneur: ou bien l'on adhère "de tout son cœur, de toute son âme et de toutes ses forces" et la relation à Dieu devient essentielle et nous transforme à l'image du Christ - ou bien l'on demeure avec un questionnement intellectuel qui n'engage que nos raisonnements et un quelconque "sentiment du sacré" - qui existe dans toutes les religions.

La première des deux attitudes se vérifie, se révèle et s'épanouit dans l'amour du prochain. C'est un amour qui ne vient pas de nos cœurs de chair. Il ne s'agit pas d'un simple sentiment, car par le sentiment, les êtres humains aiment tout aussi bien qu'ils haïssent.

Ainsi, les juifs d'Antioche : après avoir accueilli les disciples venus témoigner du Seigneur, dans leur synagogue et les avoir invités à s'exprimer librement... finissent tout de même par s'enflammer de jalousie envers Paul et ses compagnons. Et la conséquence immédiate, c'est un refus, c'est-à-dire : un jugement qui ne repose que sur le sentiment.

N'en soyons pas dupes : pour aimer à la manière de Jésus, chacun d'entre nous doit adhérer au Christ sans la moindre réserve: c'est un engagement de tout l'être, qui conduit évidemment à une complète remise en question.
Pour ce qui me concerne, je me souviens très bien des trois mois qui ont suivi ma conversion. J'avais quitté mes chaussures pour marcher pieds nus dans des sandales... car il me semblait étrangement qu'être plus proche du sol, c'était aussi être plus proche du Ciel. Plus tard, un prêtre Franciscain m'a expliqué que, tout simplement, le corps est destiné à la terre, tandis que l'esprit doit s'ouvrir à l'Esprit. C'est ce que disait Jésus à Nicodème : "Il vous faut naître de nouveau". Bref, il m'avait fallu réapprendre à marcher (au moins symboliquement) parce qu'une véritable conversion touche l'être tout entier, corps et esprit.

Quiconque accepte de vivre cette mutation profonde ne se retrouvera plus jamais à juger autrui. Dans l’Évangile de ce jour, Jésus dit lui-même que "Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres"œuvres."

Laissons-nous être transformés sous l'action de l'Esprit saint....

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum