Bouleversement de la relation à Dieu et au prochain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bouleversement de la relation à Dieu et au prochain

Message par etienne lorant le Jeu 16 Juil 2015 - 10:02

Jeudi de la 15e semaine du temps ordinaire

Livre de l'Exode 3,13-20.

En ces jours-là, Moïse avait entendu la voix du Seigneur depuis le buisson. Il répondit à Dieu : : « J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai : “Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.” Ils vont me demander quel est son nom ; que leur répondrai-je ? »
Dieu dit à Moïse : « Je suis qui je suis. Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : JE-SUIS”. »
Dieu dit encore à Moïse : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est LE SEIGNEUR, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob”. C’est là mon nom pour toujours, c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en d’âge.
Va, rassemble les anciens d’Israël. Tu leur diras : “Le Seigneur, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, m’est apparu. Il m’a dit : Je vous ai visités et ainsi j’ai vu comment on vous traite en Égypte.
J’ai dit : Je vous ferai monter de la misère qui vous accable en Égypte vers le pays du Cananéen, du Hittite, de l’Amorite, du Perizzite, du Hivvite et du Jébuséen, le pays ruisselant de lait et de miel.”
Ils écouteront ta voix ; alors tu iras, avec les anciens d’Israël, auprès du roi d’Égypte, et vous lui direz : “Le Seigneur, le Dieu des Hébreux, est venu nous trouver. Et maintenant, laisse-nous aller dans le désert, à trois jours de marche, pour y offrir un sacrifice au Seigneur notre Dieu.”
Or, je sais, moi, que le roi d’Égypte ne vous laissera pas partir s’il n’y est pas forcé.
Aussi j’étendrai la main, je frapperai l’Égypte par toutes sortes de prodiges que j’accomplirai au milieu d’elle. Après cela, il vous permettra de partir.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,28-30.
En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Textes de l’Évangile au quotidien


Très simple homélie ce matin, fondée sur la mutation profonde des rapports de l'homme à Dieu d'où découleront les rapports des hommes entre eux. Il s'agit tout simplement de changer d'état d'esprit et de passer de la servitude au service.

Dans le rapport à Dieu, d'abord. Ce que Dieu demande à Moïse, ce n'est certes pas de lui bâtir un palais (pour Dieu, on dit: un temple), mais de se mettre en pèlerinage vers un lieu saint. C'est déjà une révolution extraordinaire dans les pratiques des religions de l’époque ! C'est à ce point novateur que les Égyptiens s'y opposeront de bout en bout jusqu'à la sortie du pays de tout le peuple juif.

C'est tout autant une révolution pour les juifs, car eux-mêmes, dans leur désir de surpasser tous les autres peuples, voudront leur propre capitale, avec des murs de défense et un temple au milieu, dont la construction leur coûtera soixante-trois ans de labeur. Dieu leur donnera des prophètes, puis des juges, mais ils réclameront un roi "pour être un peuple comme les autres" (c'est-à-dire : tout juste le contraire de ce que le Seigneur leur offrait). Ils se constitueront des armées qui s'épuiseront en guerres de conquêtes tout à fait inutiles - et qui les réduiront en esclavage en Perse. Etc.

Or, la liberté de relation à Dieu, détachée de toutes ces "représentations mentales" que se font les juifs de leur relation à Dieu, c'est encore et toujours ce à quoi Jésus les invite et nous invite, nous aussi.

Certes, j'assiste à une messe chaque jour, mais c'est moi qui en suis le bénéficiaire, moi tout "douché" de Joie pure lorsque j'en ressors ! Certes, nous sommes soumis à des sacrements - dont la confession, qui n'est pas simple, mais qui est un sacrement de délivrance. Ainsi, dans la relation à Dieu que le Christ est venu "accomplir" ("Je ne suis pas venu pour abolir, mais accomplir", dit encore Jésus), c'est tout le contraire d'un rapport de pouvoir qui nous est proposé, mais de participation intime au dessein de Dieu. Car Dieu est Amour, Dieu n'est qu'Amour et il nous invite à un repas de noces...

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum