Nous vivons toujours le temps de la grâce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nous vivons toujours le temps de la grâce

Message par etienne lorant le Mar 20 Oct 2015 - 10:44

Mardi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5,12.15b.17-19.20b-21.
Nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché.
Mais il n'en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
Si, en effet, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul, la mort a établi son règne, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en abondance le don de la grâce qui les rend justes.
Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie.
En effet, de même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste.
Quant à la loi de Moïse, elle est intervenue pour que se multiplie la faute ; mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé.
Ainsi donc, de même que le péché a établi son règne de mort, de même la grâce doit établir son règne en rendant juste pour la vie éternelle par Jésus Christ notre Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,35-38.
Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir.S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !


Textes de l’Évangile au quotidien

Par le don de Lui-même que fit Jésus sur la croix, le temps de la loi a cédé la place au temps de la grâce. C'est tout une autre histoire de l'humanité qui s'est ouverte, qui s'est répandue très rapidement dans le monde. Moins de soixante ans après la Pentecôte, l'apôtre Paul est à Rome pour soutenir et encourager de nouveaux chrétiens.

Cette fois, la Loi n'est plus écrite sur des parchemins mais dans les cœurs de tous ceux qui l'accueillent dans leurs cœurs. Nous avons difficile de nous représenter l'immense espérance qui a touché toutes celles et tous ceux qui ont découvert ce don pur du Dieu d'Amour. Dans son épître, saint Paul exprime très bien ce "glissement" (que l'on peut tout aussi bien comparer à un tremblement de terre !), par lequel ce système de la Loi "intervenue pour que se multiplie la faute" a été renversé par l'avènement de la Grâce.

Qu'est-ce à dire ? L'espérance est tout simplement celle de la vie éternelle, laquelle est déjà commencée pour toutes les âmes qui adhèrent à cette bonne nouvelle. Tout est devenu si simple ! Il faut aimer, il suffit d'aimer ! Comment l'exprimer encore ? Notre prêtre nous a lu la lettre de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus à sa supérieure dans laquelle elle reconnaît très humblement ses difficultés tout en décrivant la voie qui s'est ouverte pour elle:

"Maintenant ce n'est plus la peine de gravir les marches d'un escalier, un ascenseur le remplace avantageusement. Moi, je voudrais trouver un ascenseur pour m'élever jusqu'à Jésus, car je suis trop petite pour monter le rude escalier de la perfection.
Alors, j'ai recherché dans les livres saints l'indication de l’ascenseur, objet de mon désir et j'ai lu ces mots sortis de la bouche de la Sagesse éternelle : "Si quelqu'un est TOUT PETIT, qu'il vienne à moi" (Pr 9, 4). Alors, je suis venue, devinant que j'avais trouvé ce que je cherchais et voulant savoir, ô mon Dieu, ce que vous feriez au tout petit qui répondrait à votre appel.
"

Ce bouleversement dans la manière de vivre sa relation à Dieu, les païens l'ont saisi très vite, eux aussi : il suffisait de vivre non plus selon les règles de ce monde, mais en vue du Royaume, dont les portes s'étaient ouvertes et le sont encore aujourd'hui.

Souvenons-nous donc de la grâce reçue lors de notre baptême, car elle nous fait vivre et aimer encore aujourd'hui.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum