Le temps de Dieu n'est pas celui de l'homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le temps de Dieu n'est pas celui de l'homme

Message par etienne lorant le Mar 27 Oct 2015 - 10:44

Mardi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,18-25.
J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous.
En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu.
Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance
d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu.
Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore.
Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.
Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ?
Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,18-21.
Jésus disait donc : « À quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer ?
Il est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »
Il dit encore : « À quoi pourrai-je comparer le règne de Dieu ?
Il est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »



Textes de l’Évangile au quotidien

La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Ce que dit saint Paul en s'adressant aux Romains, nous devons l'accueillir également. L'accueillir non seulement dans l'époque que nous vivons, mais aussi au cœur de notre vie personnelle.

La création est donc impatiente, mais seule la patience permet au fidèle d'inscrire sa vie dans le mouvement qu'accomplit Dieu dans l'univers.

Jésus exprime cela avec des images familières : personne ne se pose la question de savoir comment agit le levain au cœur de la pâte, et la cuisinière accomplit tous les gestes utiles sans se soucier du processus chimique fait lever la pâte. De même pour le grain de moutarde semé en terre - qui s'en soucie ?

C'est la raison pour laquelle le fidèle doit lui aussi s'inscrire dans une continuité de foi, d'espérance et d'amour - de telle façon que lui-même ne mesure plus le chemin parcouru. Lorsque j'y réfléchis personnellement, je peux porter ce témoignage : je ne parviens qu'avec peine à me souvenir des premiers jours de ma participation quotidienne à l'Eucharistie. Par contre, je m'en rends bien compte : je ne suis plus du tout l'homme que je fus - quant à l'avenir ? C'est seulement cette matinée qui a de l'importance.

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum