L'homélie du Pape François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'homélie du Pape François

Message par etienne lorant le Lun 16 Nov 2015 - 19:01

L'homélie du Pape François


Lundi de la 33e semaine du temps ordinaire

Premier livre des Maccabées 1,10-15.41-43.54-57.62-64.
[b]De leur descendance surgit un homme de péché, Antiocos Épiphane, fils du roi Antiocos le Grand. Il avait séjourné à Rome comme otage, et il devint roi en l’année 137 de l’empire grec.
À cette époque, surgirent en Israël des hommes infidèles à la Loi, et ils séduisirent beaucoup de gens, car ils disaient : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent. En effet, depuis que nous avons rompu avec elles, il nous est arrivé beaucoup de malheurs. »
Ce langage parut judicieux,
et quelques-uns, dans le peuple, s’empressèrent d’aller trouver le roi. Celui-ci leur permit d’adopter les usages des nations.
Ils construisirent un gymnase à Jérusalem, selon la coutume des nations ;
ils effacèrent les traces de leur circoncision, renièrent l’Alliance sainte, s’associèrent aux gens des nations, et se vendirent pour faire le mal.
Le roi Antiocos prescrivit à tous les habitants de son royaume de ne faire désormais qu’un seul peuple, et d’abandonner leurs coutumes particulières. Toutes les nations païennes se conformèrent à cet ordre.
En Israël, beaucoup suivirent volontiers la religion du roi, offrirent des sacrifices aux idoles, et profanèrent le sabbat.
Le quinzième jour du neuvième mois, en l’année 145, Antiocos éleva sur l’autel des sacrifices l’Abomination de la désolation, et, dans les villes de Juda autour de Jérusalem, ses partisans élevèrent des autels païens.
Ils brûlèrent de l’encens aux portes des maisons et sur les places.
Tous les livres de la Loi qu’ils découvraient, ils les jetaient au feu après les avoir lacérés.
Si l’on découvrait chez quelqu’un un livre de l’Alliance, si quelqu’un se conformait à la Loi, le décret du roi le faisait mettre à mort.
Cependant, beaucoup en Israël résistèrent et eurent le courage de ne manger aucun aliment impur.
Ils acceptèrent de mourir pour ne pas être souillés par ce qu’ils mangeaient, et pour ne pas profaner l’Alliance sainte ; et de fait, ils moururent.
C’est ainsi que s’abattit sur Israël une grande colère.




RV) La pensée unique, l’humanisme qui prend la place de Jésus, détruit l’identité chrétienne. Ne mettons pas aux enchères notre carte d’identité: il s’agit de l’exhortation lancée par le Pape François lors de la messe matinale dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican, lundi 16 novembre 2015.

La première lecture du jour, tirée du premier livre des Martyrs d’Israël, raconte l’histoire d’une «racine perverse»: le roi Antiocos Épiphane avait imposé les usages païens en Israël, au «peuple élu», c’est-à-dire à «l’Église du moment». Le Souverain Pontife a commenté lundi «l’image de la racine qui est sous terre». La «phénoménologie de la racine» est la suivante: «elle ne se voit pas, elle ne semble pas faire de mal, mais ensuite elle croît et montre, fait voir, sa propre réalité». «C’est une racine raisonnable» qui avait poussé certains israélites à faire alliance avec les nations qui les entouraient, pour être protégés: «pourquoi tant de différences? “Parce que depuis que nous avons rompu avec elles, il nous est arrivé beaucoup de malheurs”», récite le livre des Martyrs d’Israël.

Le Saint-Père a expliqué cette lecture avec trois mots: «mondanité, apostasie, persécution». La mondanité, c’est faire ce que fait le monde. C’est dire: «mettons aux enchères notre carte d’identité, nous sommes tous pareils». Ainsi, beaucoup d’israélites «renièrent la foi et s’éloignèrent de l’Alliance sainte». Et ce «qui semblait si raisonnable devint la destruction».

Ensuite, le roi «prescrit à tous les habitants de son royaume de ne faire désormais qu’un seul peuple», poursuit la première lecture. Autrement dit, selon le Pape, «la pensée unique, la mondanité, que chacun abandonne ses propres coutumes». Tous les habitants encore se soumirent aux ordres du roi; ils acceptèrent son cultes; «offrirent des sacrifices aux idoles et profanèrent le sabbat». Autrement dit, «l’apostasie», selon François: «la mondanité te porte vers la pensée unique et vers l’apostasie». Enfin, les livres de la Loi avaient été brûlé. «Si quelqu’un se conformait à la Loi, le décret du roi le faisait mettre à mort». Voilà la «persécution» initiée par une «racine venimeuse», constate le Pape.

«Cela m’a toujours frappé, poursuit le Pontife, que le Seigneur, lors de la dernière Cène, lors d’une longue prière, pria pour l’unité des siens et demanda au Père qu’il les libérât de chaque esprit du monde, de chaque mondanité, car la mondanité détruit l’identité; la mondanité porte à la pensée unique». «Quelle est mon identité? Chrétienne ou mondaine?» C’est la question que le Pape nous invite à nous poser. Et de conclure: «la liturgie de ces derniers jours de l’année liturgique nous exhorte à faire attention à ces “racines venimeuse” qui éloignent du Seigneur». (AG)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum