La crise des migrants islamiques : avons-nous un devoir moral de les recevoir?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La crise des migrants islamiques : avons-nous un devoir moral de les recevoir?

Message par MichelT le Dim 22 Nov 2015 - 17:02

La crise des migrants islamiques : avons-nous un devoir moral de les recevoir?

Un extrait d`un article d`un forum catholique américain

St-Thomas d`Aquin dans la Somme Théologique dit : Le patriotisme ou l`amour de son pays n`est pas une question de politique mais une question qui fait partie de la vertu de chrétienne de Justice. Elle doit être considéré comme la Justice envers Dieu, envers nos familles, envers notre pays, et finalement envers l`humanité. Elle doit être envisagée dans cet ordre et non pas autrement – Dieu, famille, nation, l`humanité vient en dernier.

( Commentaire : on voit bien que l`ordre humanitaire des Nations-Unies, ONG, Médias, des politiciens mondialistes et sionistes est un ordre faux et inversé qui passe l`humanité en premier au détriment de Dieu, de nos nations , de nos familles.)

St-Thomas d`Aquin avertit aussi que pour réfléchir à ces question il faut suspendre nos appels émotionnels et chercher la calme, la raison et la doctrine. ( Les médias ne font que jouer sur les émotions)

Les musulmans affirment que Mahomet est le dernier prophète de Dieu.

Les musulmans affirment que Notre Seigneur Jésus-Christ n`est pas le Fils de Dieu.

Ces deux affirmations placent les musulmans en contradiction idéologique et théologique avec les chrétiens qui affirment que Jésus-Christ est le fils de Dieu et que par conséquence que Mahomet est donc un faux-prophète.

Les musulmans sunnites ont comme mandat religieux d`établir la charia ou la loi islamique dès qu`ils sont nombreux dans un pays. Les musulmans pieux vont donc travailler à établir la loi islamique lentement dans les pays occidentaux.

La question du bon samaritain


La parabole évangélique du Bon Samaritain, qui s`occupe d`une victime malheureuse est importante mais quand il est question de la nation, de la menace de guerre, de fausses lois, de l`avenir de nos enfants, de questions militaires, de questions de paix civile et  politique nous devons comme les Maccabées de la Bible face aux Séleucides Grecs qui les opprimaient être prudent pour le bien commun.

La Justice et la Charité demande que je prenne soin des moins fortunés et c`est un principe catholique que la miséricorde corporelle demande le soutien de ceux qui ont faim, de ceux qui sont sans vêtements, sans abris ou malades.  Mais la charité ne demande pas que je prenne les moins fortunés pour les mettre dans la chambre de ma fille pour la nuit, Je ne suis pas obligé par la justice ou la charité chrétienne de leur donner un droit de véto sur ma situation financière. Il n`a pas le droit d`exiger ou de choisir ce qu`il y aura sur le menu. L`homme sans-abris n`a pas le droit d`exiger un soutien continu et éternel  de ma charité. Il n`a pas non plus le droit à cause de sa situation d`en profiter pour coucher avec ma femme pendant que je suis au travail. Il n`a pas de droits sur ce qui appartient à mes enfants.

Mais à cause des droits politiques venant des organisations mondialistes – et maçonniques ( droits de l`homme) comme l`ONU, le réfugié politique se trouve à avoir autorité sur nos lois, finance, parlements, droits religieux et sur nos taxes et impôts.

Fin de l`article du Forum américain


Un exemple venant de nos ancêtre


L`Évêque Foulques de Marseille et de Toulouse. Il vivait à l`époque de l`hérésie religieuse des  Cathares qui troublait le sud de la France. Il avait prêché sur les faux prophètes qu`il comparait a des loups ravisseurs dévorant le troupeau du Christ. Il rencontra une fois une femme pauvre de la secte des cathares qui lui demandait l`aumône.  Le prélat savait qu`elle faisait partie de la secte et qu`il ne devait pas l`encourager par ses bienfaits mais il fut touché par sa pauvreté. Il lui donna l`aumône en lui disait : je vous le donne pour secourir votre pauvreté mais en rien pour l`hérétique que je ne veux pas  secourir.


Politique tirée de l` Écriture sainte par Bossuet -


Tous les hommes sont frères et ils sont tous enfant du même Dieu : « Vous êtes tous frères, dit le Fils de Dieu,  et vous n`avez qu`un seul père qui est dans les Cieux.» ( Matthieu 23,8,9) Donc il doit y avoir un caractère de respect, d`amitié et de se considérer comme frères . Notre-Seigneur a condamné l`erreur des Juifs qui ne voyaient comme frères que ceux de leur religion et nation et se justifiaient t ainsi de traiter ceux des autres nations de façon injuste.

Et aussi différents par leur mœurs, nations, langues, coutumes, religions, éloignement culturel et géographique.

La société humaine dès le début  ( à Babylone) s`est divisée en différentes branches par les nations qui se sont formées. Cette division s`est faite entre les hommes  par les passions humaines et par la multiplication du genre humain et l`éloignement des pays. ( Voir Genèse 11,9 – chacun selon sa contrée et selon sa langue)
Habiter un même pays et avoir une même langue, appartenir aux mêmes familles, tribus ou nations, religion, mœurs et coutumes  a été un motif de s`unir plus étroitement et un motif de confiance et de loyauté.

La terre ( pays- patrie) que l`on habite ensemble sert de lien entre les hommes et forme l`unité des nations.  La société humaine demande que l`on aime le pays où l`on est né et qu`on la regarde comme une nourrice. Les Romains disaient – charitas patri soli – amour de la patrie! Jésus-Christ lui-même en a donné exemple par son amour de son pays, la Galilée, la Judée, de Jérusalem et de sa nation.

C`est pourquoi  les bons citoyens aiment leur pays et donc que dire de celui qui n`aime pas son pays tout en y vivant ?

Tout se divise et se partialise entre les hommes

L`Ancien Testament donne un exemple entre Abraham et Lot, deux hommes justes ( la terre ou ils se trouvaient ne pouvait les contenir – Genèse 13,6) mais parce que leurs bergers ne pouvaient s`entendre, leurs troupeaux étaient nombreux, ils durent prendre la décision de se séparer et de s`éloigner. Si cela arrive à des hommes bons et justes à cause de leurs domestiques  quel désordre n`arrivera t`il pas avec des hommes méchants!

L`Unité et la confiance est beaucoup plus facile entre ceux qui naturellement sont proches.

Devoir des hommes par le catholique italien Silvio Pellico – au 19 eme siècle.

Estime de l`homme et de l`humanité entière

Regardons dans l`humanité ceux qui attestant par leurs actions sa grandeur morale et nous montrent ce que nous devons ambitionner de devenir.

Amour de la Patrie (nation)


Elles sont nobles les affections qui unissent les hommes entre eux et qui  les portent à la vertu. Le cynique, qui a tant de sophismes contre tout sentiments généreux, a coutume de faire ostentation de sa philanthropie pour déprécier l`amour de la patrie.

Il dit :« Ma patrie, c`est le monde, le petit coin ou je suis né n`a pas droit à ma prédilection puisque rien ne l`élève au-dessus de tant d`autres pays ou les hommes sont bons ou meilleurs. L`amour de la patrie est un égoïsme parmi des hommes pour les autoriser à haïr le reste de l`humanité.» ( ils disent de nos jours – je suis citoyen du monde)
Mon ami, ne soit pas le jouet d`une philosophie aussi vile et mauvaise. Accumuler de magnifiques paroles pour blâmer toute noble tendance, tout lien de société naturel, c`est un art facile et méprisable. Le cynisme tient l`homme dans la fange et la vrai philosophie est chrétienne et elle honore l`amour de la patrie et de la famille.
Sans doute nous pouvons dire que le monde entier est de notre patrie. Tous les peuples sont des fractions d`une vaste famille, qui, par sa grande étendue, ne peut être régie par un même gouvernement, quoique elle ait Dieu comme souverain maitre.

C`est encore un fait que l`humanité se divise par nations : chaque nation est cette agrégation d`hommes que la même religion, les mêmes lois, les mêmes mœurs, la même langue, la même origine, la même gloire, les mêmes plaintes et les mêmes espérances, unissent par une sympathie particulière. Appeler un commun égoïsme cette sympathie et cet accord d`intérêts entre les membres d`une nation serait comme d`avilir l`amour paternel et l`amour filial (les liens familiaux) en les peignant comme une conspiration entre chaque père et ses enfants.
Souvenons-nous que la vérité a plusieurs faces. Un seul coté en devant exclusif risque de devenir nuisible. L`amour de l`humanité est excellent, mais il ne doit pas exclure l`amour du sol natal. L`amour du sol natal est excellent mais il ne doit pas exclure l`amour de l`humanité.

L`amour de sa nation est honorable, les peuples sont unis par la loyauté, par des faits historiques, des institutions, des villes, des mœurs et un climat, des hommes illustres, l`amour de nos provinces, de nos villages de nos paysages.

Un patriotisme modéré est bon mais un patriotisme envieux et inhumain est mauvais.

Un homme qui méprise l`Église, la famille, la décence, la probité est un mauvais citoyen. Le bon citoyen n`est pas un adulateur des puissants, ni un frondeur haineux de toute autorité. La servilité et l`irrévérence sont des excès. Un bon citoyen n`a pas comme but sa propre richesse, mais la prospérité équitable de la nation. Le bon citoyen modère les extrémistes et ceux qui exagère. Celui qui se pique d`aimer Dieu, d`aimer l`humanité, d`aimer son pays aime aussi sa famille.

La Charité –  

Le Seigneur Jésus-Christ commande aux chrétiens – D`aimer Dieu de toute sa force et ensuite d`aimer son prochain.
Seul Dieu a droit à un amour exclusif et total  en premier et ensuite vient l`amour du prochain. St-Jérôme avertit que la prudence chrétienne doit gouverner l`amour du prochain : « La charité elle-même devient dangereuse si elle passe la mesure selon St-Jérôme.» Celui qui aime doit considérer la nature et les qualités de celui qu`il aime et ne pas l`aimer plus qu`il ne mérite.»
Dom Jean de Monleon – Les Instrument de la perfection sur la règle de St-Benoit – page 18 – Chapitre 2 – L`Amour du Prochain


Félix Sarda y Salvani – L`Inflexibilité catholique est la Charité catholique.

A notre époque ou toute remontrance contre ceux qui font erreur de doctrine ou contre les méchants est dénoncée comme un « manque de charité» il est bon de rappeler la doctrine traditionnelle de l`Église. Même si une opinion est populaire et semble belle, il est du devoir de la Vérité chrétienne et de l`amour de Dieu de la dénoncer quand elle est fausse.

Il est souvent nécessaire d`offenser des personnes ou de déplaire pour empêcher la propagation de fausses doctrines et de mensonges. C`est une obligation de la charité chrétienne de repousser le mensonge ou l`injustice.

Le bien et le mal et  le vice et les vertus, la justice et l`injustice ont été définit par Dieu dans les Saintes-Écritures. L`amour que nous devons a notre prochain doit toujours être subordonné à l`amour que nous devons à Dieu. Pour l`amour de Dieu et son service nous ne devons pas hésiter à offenser les hommes.

La Charité est premièrement l`amour de Dieu, et deuxièmement seulement l`amour du prochain pour l`amour de Dieu. De sacrifier l`amour de Dieu et la loyauté a Dieu pour l`amour du prochain est une erreur.

Ainsi d`offenser notre prochain pour l`amour de Dieu est un acte de charité. Ne pas offenser notre prochain pour l`amour de Dieu peut être un péché.
Le libéralisme moderne, l`humanisme a inversé cette ordre et impose une fausse charité. Cette fausse notion de charité implique de penser au prochain en premier et d`oublier Dieu ou de passer Dieu après. A cause des fausses accusations d`intolérance beaucoup de catholiques ont été déconcertés.

Le service de Dieu demande  de rejeter le « respect humain», les fausses modes et codes du moment pour suivre la doctrine chrétienne.

St-Gertrude disait que le Chrétien est obligé devant Dieu de corriger celui qui marche hors de la voie droite, qui a pris le chemin du mal et qu`il doit l`exhorter à se corriger.


Dernière édition par MichelT le Jeu 28 Juil 2016 - 13:04, édité 1 fois

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La crise des migrants islamiques : avons-nous un devoir moral de les recevoir?

Message par jaimedieu le Lun 23 Nov 2015 - 16:52

À mon avis, la charité, telle qu'elle doit être exercée, doit avant tout rendre gloire à Notre-Seigneur et être vécue en témoignage et pour la défense de l'Église Catholique. À propos., j'apprécie particulièrement les règles de la constitution de l'Ordre des Hospitaliers:

L’Ordre a pour fin de promouvoir la gloire de Dieu au moyen de la sanctification de ses membres, du service rendu à la foi et au Saint Père et de l’aide au prochain, conformément à ses traditions séculaires.
Parag. 2 - Fidèle aux divins préceptes et aux conseils de Notre Seigneur Jésus-Christ et guidé par les enseignements de l’Église, l’Ordre affirme et répand les vertus chrétiennes de charité et de fraternité en exerçant, sans distinction de religion, de race, d’origine ou d’âge, les oeuvres de miséricorde envers les malades, les pauvres et les réfugiés.

En particulier, l’Ordre exerce son activité institutionnelle dans le domaine
hospitalier, y compris l’assistance sociale et sanitaire, en faveur également des victimes des catastrophes exceptionnelles et des guerres, en prenant soin de leur élévation spirituelle et en renforçant leur foi en Dieu.
avatar
jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 60
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum