Prier afin d'être docile aux intuitions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prier afin d'être docile aux intuitions

Message par etienne lorant le Mar 22 Déc 2015 - 11:06

Férie de l'Avent : semaine avant Noël (22 déc.)

Premier livre de Samuel 1,24-28.
En ces jours-là, lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la Maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin.
On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli.
Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.
C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande.
À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,46-56.
En ce temps-là, Marie rendit grâce au Seigneur en disant :
Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.


Textes de l'Evangile au quotidien



Anne et Marie ont ceci de commun qu'à aucun moment, elles ne considèrent leur enfant comme étant leur propriété. Elles vont faire de leur mieux pour l'élever, mais elles laissent à Dieu le soin d'inscrire dans le cœur et l'âme de leur enfant ce que Lui voudra Son dessein.

Ici aussi de nouveau, notre prêtre a dénoncé une tendance moderne qui consiste à s'approprier les biens dont la vie nous fait grâce, plutôt que d'essayer de comprendre pourquoi ces grâces nous sont faites.

Ainsi, certains enfants très doués dans une branche s'en voient détournés par l'ambition des parents. Cela finit soit en vives révoltes à l'adolescence, soit par des personnalités immatures qui vont errer beaucoup avant de reconnaître des capacités innées dont ils avaient été détournés.

Qui voudra d'un poète pour enfant ? Qu'est-ce donc qu'un poète peut apporter, si ce n'est une vie gâchée et souffrante ? Mais il nous a parlé des parents de sainte Thérèse de Lisieux, ont donné cinq filles à l’Église sans les avoir contraintes d'aucune façon. Et il a conclu par cette recommandation : il nous faut être attentifs aux "signes" qui nous sont donnés mais qui, systématiquement, nous semblent ne pouvoir sortir que de notre imagination. Comme de choisir une route plutôt qu'une autre, sans raison précise. Car le Seigneur est "tout proche en tout temps" ...

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum