POUR UNE ECOLOGIE CHRETIENNE AU SERVICE DE L'HUMANITE. Pour en finir avec l'idéologie mondialiste de l'homme nuisible

Aller en bas

POUR UNE ECOLOGIE CHRETIENNE AU SERVICE DE L'HUMANITE. Pour en finir avec l'idéologie mondialiste de l'homme nuisible

Message par maranatha63 le Mar 16 Fév 2016 - 12:02

Le drame écologique ambiant, non pas un drame réel, mais celui tout à fait virtuel et médiatique qui malheureusement occulte la réalité, est ce qui le mieux manipule l'esprit en vue du Nouvel Ordre Mondiale, par le biais d'une religion consensuelle factice.
Ce qui nous attend, si nous survivons aux grandes tribulations à venir, c'est la dictature écologique. Le drame écologique est le troisième pilier du Nouvel-Ordre-Mondial, celui qui fonde la mystique religieuse et permet à une caste d'ayant-droit de se vêtir de l'habit monastique vertueux du bon droit. Voici qu'au nom de ce bon droit, ils nous manipuleront par d'habiles mensonges déjà véhiculés, pour nous contraindre et nous maintenir en une forme d'esclavage pire que tout ce qui a pu être vécu dans tous les esclavages et dans tous les siècles. Ces mensonges? Le réchauffement climatique en tant que vérité formelle, la montée des eaux, la fonte des glaces, l'inoffensivité et la gratuité des énergies "renouvelables", si tant est que des batteries au plomb et métaux rares, les panneaux solaires et les éoliennes géantes hors de prix soient renouvelables! Mais par dessus tout, le mensonge ultime qui découle de tous ces autres petits mensonges et qui est la clé de voute du drame écologique: l'idéologie de l'homme nuisible.
Voici un petit signe qui ne trompe pas et qui devrait donner à réfléchir: les écologistes "officiels" sont tous d'obédience marxiste léniniste. Leur but est clair: imposer l'écologie selon un évangile d'État, par tous les moyens y compris la répression. Cela devrait interloquer quiconque a un peu de bon sens. N'oublions pas que le marxisme bon enfant, ce sont quatre vingt cinq millions de morts avérés, voire plus, entre ce bon Lénine, Staline, Mao, Kim Sung, les khmer rouges, tous les petits dictateurs de tous les micro-États qui s'y sont essayés, leurs répressions arbitraires et leurs guerres contre l'occident (qui y va bille en tête il faut le dire, sous les ordres de notre Fabius et notre Flamby), et tous ces sectaires qui y croient encore à travers le monde. L'expérience et le recul sont suffisants ce me semble pour édicter une règle: il n'est jamais rien sorti de bon du collectivisme. Privation des libertés, malheur, mort et pour finir, pollution. Je doute donc que le collectivisme écologique conduise au bonheur. Ces écolos marxistes bon enfant ne sont ni achetés ni vendus... Erreur! Qui délivre par exemple aux entreprises le permis d'émission de carbone? ClimateCare, une société anglaise. A qui appartient cette société? A la méga banque JP Morgan.
L'écologie est bel et bien la nouvelle mystique pour un Nouvel-Ordre-Mondial, avec ceci de génial qu'elle a un petit goût d'opposition dans lequel s'épanouit l'altermondialiste. Oh! L'altermondialiste est tout sauf un opposant au mondialisme. Il assiste à des sommets tout aussi mondialistes véhiculant des thèses parfaitement utiles et nécessaires à l'avènement de la bête. L'altermondialiste est rouge comme il se doit, souvent très inculte et à ce titre aisément manipulable. L'altermondialisme est au Nouvel-Ordre-Mondial ce que le froid est au chaud. L'un ne va pas sans l'autre. Le bobo s'épanouit aussi dans le mensonge manipulatoire des théoriciens climatiques du GIEC; tant qu'on le laisse consommer à sa guise en se donnant bonne conscience par le truchement de taxes écolos contreproductives.
En tant qu'homme, en tant que chrétien dépositaire de la création, je me sens concerné par l'écologie et le respect de la nature. A ce titre, je pense être capable de dépasser le stade "conversation de ponton" (c'est le marin qui s'exprime). J'ai ouvert des livres, vu des films, interrogé des scientifiques mesurant les atolls coralliens avec une infinie patience depuis des dizaines d'années. Je suis allé de surprise en surprise sur tous les sujets favoris des médias, le réchauffement climatique en tête et son cortège de corollaires.

Soyons en cette affaire l'avocat du diable. Dépouillons un peu les théories climatiques dominantes. Saviez-vous par exemple qu'il n'y a ces dernières années, aucune augmentation des catastrophes climatiques? Dans le Pacifique sud où j'ai vécu de 2008 à 2012, les cyclones sont même en diminution et moins puissants qu'il y a trente ans. Ce n'est pourtant pas ce que les médias et les pouvoirs publics laissent penser. Saviez-vous que le niveau des océans n'augmente pas de façon significative? En fait, le niveau augmente depuis 1000 ans d'environ 20 cm par siècle et ce rythme ne s'est en aucun cas accéléré ces dernières années. Ces mesures demeurent de toutes façons très approximatives de par leur extrême complexité. Saviez-vous qu'en dépit de l'avis général et du film catastrophe d'Al Gore, la masse des glaces du continent Antarctique augmente? D'ailleurs le froid n'a jamais été aussi intense en Antarctique au point que les médias ont été, il y a peu, dans l'obligation d'évoquer ce phénomène en contradiction formelle avec la théorie du réchauffement climatique. Record absolu de froid mondial ce mois-ci (décembre 2013) avec -90°c, et sur ces 10 dernières années, moyenne la plus froide jamais mesurée. Les hypocrites écolos en ont parlé, du bout des lèvres, sans jamais remettre en cause la théorie du réchauffement, mais c'était pour lever un plus gros lièvre catastrophique: le fait que ce froid intense provoque un gros trou dans la couche d'ozone. Saviez-vous qu'un écolo installant des panneaux solaires dans sa maison mettra plus de trois ans à compenser le coût énergétique de leur fabrication, à condition qu'il ne renouvèle pas une partie de son parc dans ce laps de temps. Quant à l'usage des batteries qui en découlera, ainsi que pour sa Prius, laisse méditatif sur le bilan carbone induit par ce comportement citoyen.

Le réchauffement climatique demeure une théorie, n'en déplaise aux écologistes des salons parisiens, porte encore le nom évocateur de théorie, même si l'on tente de nous l'imposer comme religion scientifique. En clair, le chainon manquant manque toujours à l'appel. Mon propos n'est pas de prouver que la terre ne se réchauffe pas; ce serait impossible. Impossible dans un sens comme dans l'autre. Les données ne permettent de tirer aucune conclusion définitive. Trop peu de capteurs en trop peu de temps. Et pour un seul capteur, comment être certain que les données qu'il fournit pour une même position géographique sont fiables? Hier à la campagne, aujourd'hui en ville ou vice vers ça. En ville, la température moyenne est de deux degrés supérieure à celle d'une campagne agricole. Il est certain que le capteur situé en périphérie de région parisienne il y a trente ans, à Bailly près de Versailles par exemple, se trouvait au beau milieu d'un champ de colza. Il se trouve aujourd'hui au milieu de lotissements sociaux. Prendre le graphe de ce capteur pour justifier une théorie de réchauffement climatique serait une arnaque, vous en conviendrez. Tous les graphes de tous les capteurs sont consultables librement par la magie de l'internet. Vu la croissance rapide de la population mondial, une nette tendance au réchauffement est constatée, qui est très souvent liée à une urbanisation rapide des campagnes. Mais il y a aussi quelques beaux exemples contraires de villes en déclin et de capteurs qui se retrouvent en l'espace de dix ans loin des centres urbains. Ceux-ci affichent bien entendu un net refroidissement sur trente ans. La moyenne de tout ceci en prenant en compte ces facteurs importants d'urbanisation donne une marge d'erreur de 0,7°. Comment peut-on alors se prétendre honnête en affirmant que la planète se réchauffe de 0,3° annuellement!
Et pour enfoncer le clou, il est actuellement impossible de prévoir avec certitude l'effet réel d'un réchauffement climatique. On a même vu des films catastrophes qui nous annoncent qu'un réchauffement climatique aurait pour conséquence une période glaciaire. C'est le flou total en la matière. De même pour le CO2. Treize mille milliards de tonnes d'échange gazeux annuel, mesure estimée et sujette à des ajustements, car extrêmement complexe à définir avec précision. L'estimation du pourcentage lié à l'activité humaine est de 0,3%. Si je vous dis qu'un groupe de scientifique a estimé le pourcentage de l'activité des fourmis à 0,4%, que me répondez-vous? Qu'il faut éradiquer les fourmis qui sont des animaux nuisibles pour l'environnement? (les éradiquer ou les taxer...) Certains le pensent! Si je vous dis qu'en allant à pied à Compostelle en 2001, j'ai dégagé dans l'atmosphère plus de CO2 que si j'y étais allé en voiture, vous ne commencez pas à vous poser des questions sur les possibilités d'une arnaque? Si je vous dis que des scientifiques très crédibles prévoient qu'une augmentation du CO2 est très bénéfique pour la croissance des végétaux, pour la reforestation et l'agriculture, vous allez penser que je raconte des histoires à dormir debout, tant on nous dit le contraire dans tous les médias assujettis au mondialisme; c'est pourtant vrai. Mais le CO2 est loin d'être le principal gaz à effet de serre. C'est même rien comparé à d'autres, la vapeur d'eau par exemple.

Je le répète, mon but n'est pas de réfuter les théories qui sont secondaires tant que la problématique est posée à l'envers, l'homme pour la terre au lieu de la terre pour l'homme. Je souhaite juste souligner que tout n'est pas aussi simple qu'on tente de nous le faire croire par le cinéma catastrophe, la littérature démagogique, électorale et mondialiste véhiculée par les média mainstream; qu'il y a matière à manipulation; qu'il est extrêmement simple de générer une mystique de peur écologique, surtout avec les moyens financiers colossaux à la disposition des théoriciens du réchauffement. Ils ont derrière eux des giga-banques et des personnes plus riches que des États, comme David Rockefeller et Bill Gates. Je ne suis pas scientifique et climatologue, pas plus que Gates quand il prend la parole pour se lancer en conférence dans une diatribe contre les méfaits de l'homme et ses rejets massifs et néfastes de CO2. La conclusion de Gates est d'ailleurs consternante: « Nous sommes trop nombreux et il convient de trouver un moyen rapide de réduire la population mondiale de quinze pour cent, grâce, par exemple, aux vaccins...! » C'est dit comme ça, de but en blanc, froidement. Personnellement, je n'irai pas me faire vacciner par un produit estampillé Bill Gates. Dans le doute, je crois même que je vais renoncer à toute vaccination. Mais voilà que cela nous ramène à l'idéologie de l'homme nuisible, formulée par une caste d'ayant-droit fortunés, qui survivrons assurément à leurs plans machiavéliques de réduction de la population mondiale.

Le prix Nobel décerné au GIEC fait incontestablement partie de la manipulation. Comme si un prix Nobel était une garantie inébranlable de vérité! Pour la petite histoire, les frères Nobel étaient des mondialistes de la première heure, réputés pour leur position idéologique. Il est vrai que tous les prix Nobel n'ont pas été nécessairement distribués aux seuls mondialistes. Mais après le prix Nobel d'Albert Gore, celui du GIEC pour les mêmes raisons ressemble fort à du bourrage de crâne. Cela donne un argument récurent aux bobos lors des conversations écologiques: « Le GIEC? Mais ils ont reçu le prix Nobel. » Les conclusions de ce groupe d'étude sont donc absolument incriticables. Obama aussi a reçu le prix Nobel, il ne faut tout de même pas abuser de notre naïveté!

Ce qui fait le plus de mal à l'écologie, la véritable écologie de proximité, le vélo électrique choisi sans contrainte si je puis dire, ce sont les idéologies qui se prétendent vérités en s'appuyant sur de pseudos axiomes scientifiques. Mais à mon humble niveau, ce que je n'aime pas, ce sont les papiers par terre, les 4x4 stupides et inutiles, les plastiques divers dans la mer, le tourisme de masse, les avions de ligne emplis d'inutiles voyageurs, l'idéologie de la croissance à tout prix et de la consommation... Cela me met en colère, c'est du concret qui se passe de grandes études. Quand on a, comme moi, croisé la route maritime de tortues emberlificotées et handicapées par des sacs de super-marché, on peut parler sur l'écologie de base. Ce n'est certainement pas en sortant du film catastrophe d'Arthus, Home, ou de celui d'Al Gore, Une vérité qui dérange, qu'on peut se prétendre informé sur ce qui se passe en réalité. Je voudrais qu'on m'explique en quoi le groupe Guccy/Yves-saint-laurent-(Pierre Berger!!!)/La-FNAC peut donner des leçons d'écologie au monde; quel cynisme là aussi! Quant à Al Gore, pensez-vous réellement qu'après avoir été présidentiable aux USA, ce qui implique une sacré dose de compromission mondialiste, il soit devenu soudain résistant? C'est impossible. Cela va même plus loin: il continue à jouer le rôle que lui a assigné le système, un rôle fondamental pour la cause mondialiste. Dans le film Home, l'exemple du Kilimandjaro est tellement énorme, que l'association écologiste d'Arthus a dû s'en excuser platement: « Pardon, là on le reconnaît, on est allé un peu loin dans le mensonge. » Quelle obscénité! Les glaces du Kilimandjaro ont fondu à cause de la déforestation du massif, d'où déshumidification, d'où plus de neige en altitude. En réalité, la température au sommet a baissé de deux degrés ces vingt dernières années! Allez sur les sites internet des glaciologues du Spitzberg, de l'Island, du Groenland. Lisez des articles de scientifiques, et pas des livres de seconde main écrits par des politiciens. La manipulation vous sautera aux yeux et c'est ce qui vous fera le plus mal, tant notre planète nous est chère. Tant il est difficile de croire qu'on peut mentir et manipuler sur des sujets aussi graves. On assiste à d'énormes manipulations mondiales relayées par les médias et les politiciens mondialistes. A qui ces mensonges profitent-ils? Au Nouvel-Ordre-Mondial sans aucun doute, l'ennemi suprême de l'humanité, une entité dirigée, contrôlée et voulue par une poignée d'hommes franc-maçons.
La désinformation écologique est bien réelle, il suffit d'écouter les conversations pour s'en convaincre. En France, il n'y a pas vraiment de débat écologique; c'est de l'animation pure avec des animateurs professionnels. On nous colle une ancienne juge (animatrice de justice) pas même française, deux animateurs télé, un militant révolutionnaire d'extrême gauche expert en dialectique aux tendances libertaires pédophiles (animateur de manifs), mais de scientifique, nenni. Où sont les scientifiques? En matière d'écologie officielle, les scientifiques n'ont pas le droit au chapitre. Le réchauffement climatique, les gaz à effet de serre, les méfaits de l'industrie sont dans toutes les bouches. 99,9% de nos concitoyens se contentent de véhiculer les ragots des médias sans aucun recul ni preuve à l'appui. Cette désinformation génère une peur insidieuse. La peur, voilà ce que cherchent les politiciens. Ils s'en nourrissent, c'est leur arme favorite. Ayez peur et vous serez à leur merci. Mieux encore, si vous avez peur, vous serez prompts à payer pour que vos craintes ne se réalisent pas. Surtout, vous accepterez de renoncer à votre libre arbitre.
Indépendamment de ce qui est vrai ou faux, où cela nous amène-t-il? A la thèse commune se fondant sur l'idée maîtresse que l'homme est un parasite nuisible sur la planète. Je reconnais qu'il y a de quoi être dégouté devant l'irresponsabilité de certains de nos frères humains, industriels et Etats en tête,  et qu'il n'y a qu'une toute petite marche à franchir pour adhérer à cette thèse. Je reconnais m'énerver parfois contre ces humains qui méprisent la Terre, au point de les traiter moi-même de nuisibles. Mais je défends malgré tout une autre thèse, toujours inspirée par le point de vue de la finalité et le christianisme: celle qui entend mettre l'écologie au service de l'homme afin de l'aider à trouver sa véritable place dans l'univers et de lui permettre de mieux vivre. La nuance idéologique est de taille, n'est-ce pas? Le concept de l'homme nuisible est le cœur même du Nouvel-Ordre-Mondial. C'est par cela qu'il avance le mieux vers son accomplissement final. C'est ce concept désormais très ancré dans les esprits, même à la sortie de la messe dominicale, qui assurera la victoire du Nouvel-Ordre-Mondial, plaçant à sa tête l'antéchrist.
Attention, ne me prêtez pas des propos que je ne tiens pas: je ne prétends pas qu'il ne faut rien faire pour limiter son impact personnel sur l'environnement. Au contraire; mais au risque de me répéter, je suis convaincu qu'une véritable écologie est tout d'abord personnelle, individuelle, volontaire et responsable, pour employer un mot de la novlangue. Elle consiste à retrouver sa propre place dans l'univers, à accepter d'en être le sommet (personne ne peut nier que l'homme est supérieur au dauphin, personne de non idéologue s'entend. L'intelligence humaine, le nous d'Aristote, cette capacité à s'interroger sur la finalité des choses et des expériences, cette capacité à l'amour volontaire, est unique et inexistant ailleurs) et à ce titre, à respecter profondément cet univers. Encore ici, le christianisme a plus que son mot à dire. Le rôle du chrétien est fondamental pour une écologie véritable dans laquelle l'homme prend toute sa place.

En tant que dépositaire de l'univers, en tant qu'homme, en tant que chrétien, je suis écolo, pleinement, fondamentalement, pour le bien être de tous, de nos enfants, de la planète, à l'affut de toutes les technologies et de toutes les bonnes idées comportementales intelligentes qui permettent de respirer un air plus pur et de ne pas se comporter en consommateur débile. Pardon si mes propos sur la voiture hybride vous ont choqués, ils étaient à dessein provocateurs. J'utilise moi-même au quotidien un vélo électrique à la pointe de la technologie, pourvu de batteries dernier cri au lithium, qui je le reconnais, sont nettement moins polluantes que leurs consœurs au plomb, se rechargent très vite à moindre coût énergétique, et affichent des durée de vie très longues. Mais mon comportement est celui d'un homme libre et responsable, et je ne supporterais aucune contrainte, aucune taxe, qui seraient fatalement anti-écologiques, surtout venant de la part d'ayant-droits d'un parti de marxistes libres quant à eux de polluer à leur guise. Je m'oppose à une écologie dictatoriale et dominatrice fondée sur une manipulation collective mondiale, emplie de contradictions et d'incompatibilités, comme croissance/préservation de l’environnement. L'écologie commence au sein des famille, par l'éducation des enfants au respect de la Création divine.



PS: n'hésitez pas à ajouter à ce textes le fruit de vos réflexions si cela peut faire avancer la cause.
avatar
maranatha63

Masculin Date d'inscription : 08/02/2016
Localisation : Auvergne

http://vienschrist.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum