Fête de saints Pierre et Paul, apôtres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fête de saints Pierre et Paul, apôtres

Message par etienne lorant le Mer 29 Juin 2016 - 11:33

Saint Pierre et saint Paul, Apôtres, solennité

Livre des Actes des Apôtres 12,1-11.
À cette époque, le roi Hérode Agrippa se saisit de certains membres de l’Église pour les mettre à mal. Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter. Voyant que cette mesure plaisait aux Juifs, il décida aussi d’arrêter Pierre. C’était les jours des Pains sans levain.Il le fit appréhender, emprisonner, et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ; il voulait le faire comparaître devant le peuple après la Pâque.Tandis que Pierre était ainsi détenu dans la prison, l’Église priait Dieu pour lui avec insistance. Hérode allait le faire comparaître. Or, Pierre dormait, cette nuit-là, entre deux soldats ; il était attaché avec deux chaînes et des gardes étaient en faction devant la porte de la prison.Et voici que survint l’ange du Seigneur, et une lumière brilla dans la cellule. Il réveilla Pierre en le frappant au côté et dit : « ève-toi vite. » Les chaînes lui tombèrent des mains.Alors l’ange lui dit : « Mets ta ceinture et chausse tes sandales. » Ce que fit Pierre. L’ange ajouta : « Enveloppe-toi de ton manteau et suis-moi. » Pierre sortit derrière lui, mais il ne savait pas que tout ce qui arrivait grâce à l’ange était bien réel ; il pensait qu’il avait une vision. Passant devant un premier poste de garde, puis devant un second, ils arrivèrent au portail de fer donnant sur la ville. Celui-ci s’ouvrit tout seul devant eux. Une fois dehors, ils s’engagèrent dans une rue, et aussitôt l’ange le quitta. Alors, se reprenant, Pierre dit : « Vraiment, je me rends compte maintenant que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a arraché aux mains d’Hérode et à tout ce qu’attendait le peuple juif. »

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,6-8.17-18.
Bien-aimé, je suis déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu. J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice : le Seigneur, le juste juge, me la remettra en ce jour-là, et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui auront désiré avec amour sa Manifestation glorieuse. Le Seigneur, lui, m’a assisté. Il m’a rempli de force pour que, par moi, la proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout et que toutes les nations l’entendent. J’ai été arraché à la gueule du lion ;
le Seigneur m’arrachera encore à tout ce qu’on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer dans son Royaume céleste. À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.
En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »


Cy Aelf, Paris

Comment évoquer ensemble ce qui brille différemment ? Peut-être, comme notre prêtre l'a fait : en faisant l'éloge de la multitude de saintetés possibles dans au sein de l’Église, du plus humble fidèle, dont le nom ne sera jamais cité, jusqu'à saints Pierre et Paul. Bien évidemment, le récit de l'évasion est ce qui frappe le plus l'auditeur.
Cependant, avant même la résurrection de Jésus, il y eut celle de Lazare !

Au sein de l’Église, par le secours de l'Esprit-Saint, toutes sortes de "signes" sont possibles et les plus remarquables sont, par exemple, la conversion instantanée des ennemis du Christ : ce fut le cas de saint Paul - et de beaucoup d'autres. Il faudrait bien que tous lisent le récit de la conversion d'André Frossard.

Comme il disait cela, je me suis souvenu que j'avais l'histoire de cette conversion, et je l'ai retrouvée. Elle m'a fait sourire avec bonheur et, de ce fait, je n'hésite, je la rapporte ici:

" Mon père aurait voulu me voir rue d'Ulm. J'y suis allé à vingt ans, mais je me suis trompé de trottoir, et au lieu d'entrer à l'Ecole Normale Supérieure, je suis entré chez les religieuses de l'Adoration pour y chercher un camarade avec qui je devais dîner. Ce que je vais vous raconter n'est pas l'histoire d'une découverte intellectuelle. C'est le récit d'une expérience de physique, presque d'une expérience de laboratoire.

Poussant le portail de fer du couvent, j'étais athée. L'athéisme prend bien des formes. Il y a un athéisme philosophique, qui, incorporant Dieu à la nature, refuse de lui accorder une personnalité séparée et résout toutes choses dans l'intelligence humaine : rien n'est Dieu, tout est divin ; cet athéisme là finit en panthéisme sous la forme d'une idéologie quelconque.
L'athéisme scientifique écarte l'hypothèse de Dieu comme impropre à la recherche et s'emploie à expliquer le monde par les seules propriétés de la matière, dont on ne se demandera pas d'où elle vient.
Plus radical encore, l'athéisme marxiste non seulement nie Dieu mais lui signifierait son congé s'il venait à exister ; sa présence importune entraverait le libre jeu de la volonté humaine.
Il existe également un athéisme des plus répandus et que je connais bien, l'athéisme idiot ; c'était le mien. L'athée idiot ne se pose pas de question. Il trouve naturel d'être posé sur une boule de feu recouverte d'une mince enveloppe de boue séchée, tournant sur elle-même à une vitesse supersonique et autour d'une espèce de bombe à hydrogène entraînée dans la giration de milliards de lampions d'origine énigmatique et de destination inconnue. J'étais encore cet athée-là en passant par la porte de la chapelle, et j'étais toujours à l'intérieur. L'assistance à contre-jour ne me proposait que des ombres, parmi lesquelles je ne pouvais distinguer mon ami, et une espèce de soleil rayonnant au fond de l'édifice : je ne savais pas qu'il s'agissait du Saint-Sacrement. Cette lumière, que je n'ai pas vue avec les yeux du corps, n'était pas celle qui nous éclaire, ou qui nous bronze ; c'était une lumière spirituelle, c'est à dire comme une lumière enseignante et comme l'incandescence de la vérité. Elle a définitivement inversé l'ordre naturel des choses. Depuis que je l'ai entrevue, je pourrais presque dire que pour moi Dieu seul existe, et que le reste n'est qu'hypothèse.

On m'a dit souvent : - Et votre libre arbitre ? On fait décidément de vous ce que l'on veut. Votre père était socialiste, vous êtes socialiste. Vous entrez dans une chapelle, vous voilà chrétien. Si vous étiez rentré dans une pagode, vous seriez bouddhiste ; dans une mosquée, vous seriez musulman. A quoi je me permets parfois de répondre qu'il m'arrive de sortir d'une gare sans être un train
."
Source : André Frossard, Dieu en question (DDB, 1990)

Cependant, parmi tous, c'est bien vers Pierre qu'il faut tourner nos regards, et prier pour le Pape. A ce sujet, notre prêtre nous a fait souvenir du renoncement du Pape Benoît XVI, lequel est survenu à peine quelques mois avant le commencement des "multiples tribulations" que nous connaissons. Le Pape Benoît XVI a certainement saisi dans sa prière que son effacement (devenu total : qui en parle encore ?) servirait au mieux le dessein de Dieu. Cette dernière pensée m'a beaucoup ému, d'autant plus que j'ai lu "Les bouffons de Dieu "de Morris West :

Le pape français Grégoire XVII a reçu une terrible révélation : la fin du monde est proche, et l'heure du Second Avènement est arrivée. Il voudrait l'annoncer dans une encyclique. Grégoire XVII est-il un mystique, un fou ou un fanatique avide de puissance ? La Curie, devant les dangers d'une telle proclamation, le contraint à abdiquer et l'expédie dans un monastère. La crise internationale se précise et le pape, sorti de son exil, cherche désespérément à prévenir l'holocauste. Trop tard, d'autres forces sont à l'oeuvre...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de saints Pierre et Paul, apôtres

Message par Lys le Mer 29 Juin 2016 - 13:39

Cependant, parmi tous, c'est bien vers Pierre qu'il faut tourner nos regards, et prier pour le Pape. A ce sujet, notre prêtre nous a fait souvenir du renoncement du Pape Benoît XVI, lequel est survenu à peine quelques mois avant le commencement des "multiples tribulations" que nous connaissons. Le Pape Benoît XVI a certainement saisi dans sa prière que son effacement (devenu total : qui en parle encore ?) servirait au mieux le dessein de Dieu. Cette dernière pensée m'a beaucoup ému, d'autant plus que j'ai lu "Les bouffons de Dieu "de Morris West :

Le pape français Grégoire XVII a reçu une terrible révélation : la fin du monde est proche, et l'heure du Second Avènement est arrivée. Il voudrait l'annoncer dans une encyclique. Grégoire XVII est-il un mystique, un fou ou un fanatique avide de puissance ? La Curie, devant les dangers d'une telle proclamation, le contraint à abdiquer et l'expédie dans un monastère. La crise internationale se précise et le pape, sorti de son exil, cherche désespérément à prévenir l'holocauste. Trop tard, d'autres forces sont à l'oeuvre...

Merci étienne

Union de Prières

Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum