Dieu fidèle en toutes ses oeuvres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dieu fidèle en toutes ses oeuvres

Message par etienne lorant le Mer 6 Juil 2016 - 17:05

Livre d'Osée 10,1-3.7-8.12.
Israël était une vigne luxuriante, qui portait beaucoup de fruit. Mais plus ses fruits se multipliaient, plus Israël multipliait les autels ; plus sa terre devenait belle, plus il embellissait les stèles des faux dieux. Son cœur est partagé ; maintenant il va expier : le Seigneur renversera ses autels ; les stèles, il les détruira. Maintenant Israël va dire : « Nous sommes privés de roi, car nous n’avons pas craint le Seigneur. Et si nous avions un roi, que pourrait-il faire pour nous ? » Ils ont disparu, Samarie et son roi, comme de l’écume à la surface de l’eau. Les lieux sacrés seront détruits, ils sont le crime, le péché d’Israël ; épines et ronces recouvriront leurs autels. Alors on dira aux montagnes : « Cachez-nous ! » et aux collines : « Tombez sur nous ! » Faites des semailles de justice, récoltez une moisson de fidélité, défrichez vos terres en friche. Il est temps de chercher le Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne répandre sur vous une pluie de justice.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,1-7.
En ce temps-là, Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains.
Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. »



Cy Aelf, Paris

L'austérité en religion peut sembler un risque potentiel pour la qualité de foi de ceux qui adhèrent à la religion. Comment admettre un mode de vie exempt de distractions, au milieu d'un monde qui en regorge ? Et cependant, pour notre prêtre, le péché qu'Israël a commis aux temps de sa prospérité a pour parfait équivalent celui qu'il a commis aux temps de l'exode, de la traversée du désert, ou de l'exil à Babylone.

Comment expliquer ce paradoxe ?

En vue d'une authentique vie spirituelle, l'âme bien établie se reconnaît au fait qu'elle n'est pas liée aux conditions de l'existence, lesquelles peuvent changer d'un jour à l'autre. Rien ne peut ni la distraire, ni la désorienter, ni la plonger dans le doute.

Cependant, dans les carnets intimes de grands saints et de saintes, on trouve "passages-à-vide" de l'âme, tels qu'il leur semblait avancer comme "mécaniquement" dans un couloir sombre jusqu'à l'opacité complète - mais avec, comme recours, le respect absolu des règles établies. Jusqu'au moment où tout un coup, la Joie rejaillit et ne cesse d'irriguer la vie de l'âme.

Et donc, le seul message que les premiers apôtres ont a diffuser autour d'eux, c'est que le temps qui vient est celui du soulagement, de l'allégresse, de la rencontre avec Dieu. Car le Royaume est tout proche en Jésus-Christ.

Si le témoignage des premiers apôtres est d'abord destiné aux "brebis perdues de la maison d'Israël", c'est du fait que Dieu est fidèle en toutes ses œuvres. Le message de la miséricorde divine est donc d'abord destiné au peuple de l'Alliance. Mais il ne tardera pas à déborder largement au-delà des frontières historiques : c'est bien l'humanité tout entière et de tous les temps à qui le message de la bonne nouvelle est adressé.

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum