Les États-Unis et leurs alliés tuent plus de 200 civils dans une attaque en Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les États-Unis et leurs alliés tuent plus de 200 civils dans une attaque en Syrie

Message par Rémi le Mer 20 Juil 2016 - 15:24


La plus grosse bavure de la coalition anti-Etat islamique ?

J. Lgg. (avec AFP) Publié le mercredi 20 juillet 2016 à 11h53 - Mis à jour le mercredi 20 juillet 2016 à 12h02

Une vidéo montre des rebelles syriens décapitant un enfant
Syrie: les habitants d'Alep assiégée craignent la famine

International

Près de 60 civils dont des enfants ont péri mardi dans des raids de la coalition menée par les Etats-Unis près d'un village tenu par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans la province d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la capitale éponyme de cette même province du nord de la Syrie, un puissant groupe rebelle islamiste a annoncé le début de "la bataille" visant à briser le siège total que les forces du régime impose depuis peu sur les quartiers rebelles. Désormais assiégé, l'est d'Alep, contrôlé par les insurgés, a été encore visé mardi par de violents bombardements aériens, selon un correspondant de l'AFP.

A quelque 100 km d'Alep, des avions de la coalition ont mené à l'aube des frappes alors que les habitants fuyaient les combats dans le village d'al-Toukhar, près du fief jihadiste de Minbej, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. "Il y a eu au moins 56 morts civils, dont 11 enfants, et des dizaines de blessés, dont certains grièvement atteints", a précisé M. Abdel Rahmane qui s'appuie sur un vaste réseau de sources médicales et de militants à travers la Syrie. "C'est vraisemblablement une erreur", a-t-il estimé.

Interrogée par l'AFP, la coalition a répondu par e-mail avoir "récemment" procédé à des frappes près de Minbej et être consciente des informations sur la mort de civils. "Nous allons examiner toutes les informations dont nous disposons sur l'incident", a indiqué la coalition. "Nous prenons toutes les dispositions pendant nos missions pour éviter ou minimiser les pertes civiles (...) et nous conformer aux principes du droit de la guerre".

"Le décompte n’est pas terminé"

Amnesty International a exhorté la coalition à "redoubler d'effort pour empêcher la mort de civils et à enquêter sur de possibles violations du droit humanitaire international", expliquant qu'il s'agit "peut-être du bombardement le plus coûteux en vie de civils" par la coalition depuis le début en 2014 de ses opérations antijihadistes en Syrie.

Le quotidien Le Monde se montre lui plus affirmatif, affirmant que "c’est la plus grosse bavure jamais commise par la coalition internationale" depuis septembre 2014.

Le journal français a recueilli le témoignage de Hassan Al-Nifi, membre du conseil révolutionnaire de cette localité, "qui vit en exil dans la ville turque de Gaziantep mais dispose de contacts sur place". Selon lui, "le bilan pourrait être encore plus élevé". "Quand les membres de la défense civile sont intervenus mardi matin, ils ont récupéré 85 cadavres dans les décombres, principalement des femmes et des enfants. Mais lorsqu’ils ont pu faire venir leur matériel de déblaiement, beaucoup d’autres corps sont apparus. Nous sommes à plus de 200 morts et le décompte n’est pas terminé."


Selon l'OSDH, déjà lundi au moins 21 civils ont péri dans des raids de la coalition sur al-Toukhar et la localité stratégique de Minbej, visée depuis le 31 mai par une offensive terrestre des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants arabes et kurdes de Syrie soutenue par les Etats-Unis.

Les FDS sont depuis parvenus à entrer dans Minbej, qui servait aux jihadistes de principal carrefour d'approvisionnement depuis la frontière turque vers les zones sous leur contrôle dans le nord syrien.

Appuyées par les frappes de la coalition, les FDS tentent d'avancer en direction du centre de Minbej mais l'EI résiste en menant plusieurs contre-attaques, a affirmé mardi le commandement militaire américain. Il a cependant indiqué que les FDS avaient repris un QG de l'EI installé dans un hôpital de Minbej et servant comme centre de logistique.

Plus de 280.000 morts

La guerre en Syrie, qui a éclaté en 2011 après la répression par le régime d'une révolte pacifique, met aux prises de nombreux acteurs locaux et internationaux combattant sur un territoire très morcelé, dont une partie est occupée par l'EI. Elle a fait plus de 280.000 morts et forcé des millions de personnes à la fuite, engendrant une crise humanitaire majeure en Syrie, dans les pays voisins et en Europe.

Dans la ville d'Alep, l'un des principaux enjeux de la guerre entre rebelles et régime syrien, les salafistes d'Ahrar al-Cham ont annoncé sur Twitter le début de "la bataille" pour briser le siège imposé par les forces prorégime sur les quartiers est, contrôlés par les insurgés.

Ils ont indiqué avoir "libéré plusieurs positions militaires dans le secteur de Mallah, au nord de la ville". Cette zone est stratégique car elle longe la route du Castello, dernier axe de ravitaillement des quartiers rebelles d'Alep, que les troupes du régime ont coupé le 7 juillet. Ce siège fait craindre des risques de pénurie générale pour les plus de 200.000 habitants d'Alep-Est.

Toujours dans la province septentrionale d'Alep, au moins 21 civils ont été tués mardi dans des raids aériens vraisemblablement menés par des avions russes sur la ville rebelle d'Atareb, située à 35 km à l'ouest de la capitale provinciale, d'après l'OSDH, qui ajoute que ce bilan pourrait s'alourdir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les États-Unis et leurs alliés tuent plus de 200 civils dans une attaque en Syrie

Message par Rémi le Ven 22 Juil 2016 - 17:47

En Syrie, la coalition anti-EI tue plusieurs dizaines de civils

LE MONDE | 20.07.2016 à 11h24 • Mis à jour le 21.07.2016 à 06h19 | Par Allan Kaval et Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant)
Abonnez vous à partir de 1 €
Réagir
Classer

Partager (26 952) Tweeter

image: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Sur le porte-avions américain « Eisenhower », engagé en mer Méditerranée contre l’EI, le 6 juillet.
C’est la plus grosse bavure jamais commise par la coalition internationale contre l’organisation Etat islamique (EI) depuis son entrée en action dans le ciel de la Syrie, en septembre 2014. Plusieurs dizaines de villageois des environs de Manbij, une ville de 50 000 habitants tenue par l’organisation djihadiste, à 100 km au nord-est d’Alep, ont péri dans des bombardements aériens dans la nuit du 18 au 19 juillet. La coalition conduite par les Etats-Unis, qui comprend dix autres membres dont la France et le Royaume-Uni, mène depuis la fin mai une vaste offensive en partenariat avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), à majorité kurde, pour déloger l’EI de ce carrefour stratégique.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui s’appuie sur un réseau d’informateurs et de médecins sur le terrain, les bombardements ont fait 56 morts civils, dont 11 enfants, dans le village de Toukhar, une dizaine de kilomètres au nord de Manbij. Des photos de corps démembrés, couverts de poussière, en train d’être déposés dans une fosse commune, ont circulé sur les réseaux sociaux. L’organisme de communication des djihadistes de l’EI, Aamaq, évoque pour sa part 160 morts. Selon Hassan Al-Nifi, membre du conseil révolutionnaire de cette localité, qui vit en exil dans la ville turque de Gaziantep mais dispose de contacts sur place, le bilan pourrait être encore plus élevé.

Lire aussi : Santoso, le chef djihadiste le plus recherché d’Indonésie, a été tué

« Quand les membres de la défense civile sont intervenus mardi matin, ils ont récupéré 85 cadavres dans les décombres, principalement des femmes et des enfants, explique le responsable municipal, joint par téléphone. Mais lorsqu’ils ont pu faire venir leur matériel de déblaiement, beaucoup d’autres corps sont apparus. Nous sommes à plus de 200 morts et le décompte n’est pas terminé. » Lundi matin déjà, au moins 21 civils avaient trouvé la mort dans d’autres raids aériens sur des faubourgs de Manbij.

La coalition a reconnu avoir procédé à 18 frappes dans cette zone le 18 juillet, visant toutes, selon elle, des positions et des véhicules de l’EI. « Nous allons examiner toutes les informations dont nous disposons sur l’incident », ont indiqué les militaires, qui ne se prononcent pas pour l’instant sur d’éventuelles erreurs de tir. « Nous prenons toutes les dispositions pendant nos missions pour éviter ou minimiser les pertes civiles (…) et nous conformer aux principes du droit de la guerre », poursuit le communiqué, envoyé en réponse à un e-mail de l’AFP.

Le carnage de Toukhar a déclenché un tollé au sein de l’opposition syrienne. L’indignation est avivée par la méfiance traditionnelle de ses membres vis-à-vis des combattants du Parti de l’union démocratique (PYD), la composante kurde des FDS, qu’ils accusent de menées séparatistes. Dans un courrier envoyé à Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, Riyad Hijab, le président du Haut conseil pour les négociations (HCN), le bras diplomatique des anti-Assad, fustige le « silence international » qui entoure ces « centaines de morts ».
Le Pentagone reconnaît 41 civils tués depuis septembre 2014

Le Conseil national syrien (CNS), l’une des principales composantes de l’opposition, représentée au sein du HCN, dénonce pour sa part un « massacre d’innocents », tout en déplorant que les précédentes attaques contre des civils n’aient pas fait l’objet d’enquêtes approfondies.

« Il doit y avoir une enquête rapide, indépendante et transparente pour déterminer ce qui s’est passé, qui est responsable et comment éviter des pertes civiles supplémentaires », renchérit Magdalena Mughrabi, du département Moyen-Orient d’Amnesty International. L’ONG de défense des droits de l’homme soutient que le Pentagone a écarté des « dizaines » d’accusations de morts civils, pourtant « crédibles » selon elle, et affirme que le nombre de personnes mortes sous les bombes de la coalition, en Syrie et en Irak, se chiffre désormais en « centaines ».

Lire aussi : Allemagne : dans une vidéo, l’auteur de l’attaque dit agir au nom de l’EI

Le collectif Airwars, spécialisé dans le recensement des victimes collatérales de l’offensive anti-EI menée par Washington depuis vingt-deux mois, dispose d’une évaluation encore plus précise. Après avoir croisé et vérifié de multiples sources, des communiqués militaires aux décomptes des ONG, en passant par les comptes rendus des médias locaux, l’organisation parvient au chiffre de 1 422 civils tués, ce qu’elle considère comme une estimation basse. Le Pentagone pour sa part ne reconnaît à ce jour que 41 morts.

Sur place, Hassan Al-Nifi, le responsable du conseil local de Manbij, ne décolère pas contre la stratégie des Etats-Unis et de leurs alliés kurdes, consistant à encercler la ville et à avancer pas à pas vers le centre, sous le couvert des avions de la coalition, qui ont effectué 450 frappes depuis le début de l’opération, le 31 mai. « Nous soutenons le combat contre Daech [acronyme arabe de l’EI] », assure M. Nifi, qui se dit proche de l’Armée syrienne libre, la branche modérée de l’insurrection syrienne, « mais, en interdisant toute fuite possible aux djihadistes, la coalition les condamne à se battre jusqu’à la mort, dans un cadre de guérilla urbaine où ils excellent, en utilisant, qui plus est, la population comme bouclier humain. C’est une stratégie erronée. Daech finira par être vaincu, mais au prix de la destruction totale de Manbij ».
L’hécatombe risque de nuire à l’image des troupes kurdes

Les morts de Toukhar pourraient peser sur la suite de l’offensive des FDS dans cette localité et dans le nord de la Syrie en général. Durant le week-end, ces forces se sont certes emparées du quartier général des djihadistes, installé dans un hôpital dans l’ouest de la ville. Mais l’hécatombe risque de nuire à l’image des troupes kurdes, déjà passablement mauvaise dans cette zone à majorité arabe, et de compliquer la gestion sur le terrain de l’après-EI. La plupart des Syriens, en particulier ceux acquis à l’opposition, redoutent qu’après avoir repris Manbij les Kurdes cherchent à opérer la jonction avec Afrin, plus à l’ouest, de façon à asseoir leur contrôle sur la quasi-totalité de la bande frontalière avec la Turquie.

Sur place, à Toukhar, les habitants achèvent de compter leurs morts. Ironie macabre : le massacre du 18 juillet survient quatre ans jour pour jour après la « libération de Manbij », c’est-à-dire l’expulsion de l’armée syrienne de la ville.

Allan Kaval
Journaliste au Monde


En savoir plus sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum