Vivre de sa foi ou risquer de la perdre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vivre de sa foi ou risquer de la perdre

Message par etienne lorant le Ven 29 Juil 2016 - 10:08

Jérémie menacé de mort (Jérémie 26.1-24)
Au début du règne de Jojakim, fils de Josias, sur Juda, cette parole fut adressée à Jérémie par l'Eternel:«Voici ce que dit l'Eternel: Tiens-toi dans le parvis de la maison de l'Eternel et dis à ceux qui viennent de toutes les villes de Juda pour se prosterner dans la maison de l'Eternel toutes les paroles que je t'ordonne de leur dire. N'en oublie aucune. Peut-être écouteront-ils et renonceront-ils chacun à leur mauvaise conduite. Alors je n'accomplirai pas le mal que j'avais prévu de leur faire à cause de la méchanceté de leurs agissements. Tu leur diras: 'Voici ce que dit l’Éternel: Si vous ne m'écoutez pas, si vous refusez de suivre ma loi, celle que j'ai mise devant vous, si vous refusez d'écouter les paroles de mes serviteurs les prophètes, ceux que je vous envoie, que je vous envoie inlassablement mais que vous n'écoutez pas, alors je traiterai ce temple comme Silo et je ferai de cette ville un objet de malédiction pour toutes les nations de la terre.'»
Les prêtres, les prophètes et tout le peuple entendirent Jérémie prononcer ces paroles dans la maison de l’Éternel. Il finissait de dire à tout le peuple tout ce que l’Éternel lui avait ordonné de dire lorsque les prêtres, les prophètes et tout le peuple s'emparèrent de lui en disant: «Tu vas mourir! Pourquoi prophétises-tu au nom de l’Éternel en disant: 'Ce temple sera comme Silo et cette ville sera dévastée, inhabitée'?» Tout le peuple s'attroupa autour de Jérémie dans la maison de l’Éternel. Lorsque les chefs de Juda apprirent ce qui se passait, ils montèrent du palais royal jusqu'à la maison de l’Éternel et s'assirent à l'entrée de la porte neuve. Alors les prêtres et les prophètes dirent aux chefs et à tout le peuple: «Cet homme mérite d'être condamné à mort, car il a prophétisé contre cette ville, comme vous l'avez entendu de vos propres oreilles.» Jérémie dit à tous les chefs et à tout le peuple: «C'est l’Éternel qui m'a envoyé pour prophétiser contre ce temple et contre cette ville toutes les paroles que vous avez entendues. Maintenant, corrigez votre conduite et votre manière d'agir, écoutez l’Éternel, votre Dieu, et il n'accomplira pas le mal qu'il avait l'intention de vous faire. Quant à moi, je suis entre vos mains: traitez-moi comme vous l'estimez bon et juste!


Evangile selon saint Marc 6, 1-6
Sorti de là, Jésus se rendit dans son lieu d'origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d'étonnement, disaient: "D'où cela lui vient-il? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains? N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous?" Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait: "Un prophète n'est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison." Et là, il ne pouvait accomplir aucun miracle; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s'étonna de leur manque de foi. Ensuite, Jésus parcourut les villages d'alentour en enseignant.


Textes lus par notre prêtre ce matin (?)

Ce qui fait lien entre les deux textes, ce n'est pas seulement l'incrédulité, mais aussi les motifs de cette incrédulité. Les hommes, hier comme aujourd'hui, ont tendance à se réfugier dans une pratique stricte et rigoureuse au sein de l’Église, plutôt que de manifester dans leurs rapports avec autrui: la foi, l'espérance et la charité.

Qui sait ? Cela m'interpelle : moi aussi, j'ai adopté une pratique rigoureuse, puisque je communie chaque jour. Mais au fil du temps, je me demande parfois : "Quand reviendra ce temps, extraordinaire, qui avait suivi ma conversion ?" Car j'étais joyeux même lorsque je faisais face à des contre-temps, à des problèmes de gestion, à des jeunes un peu sauvages que je laissais entrer chez moi ? Je me souviens avoir hébergé un jeune un peu paumé et d'avoir "escorté" un soir une très jeune fille qui craignait de marcher à la tombée de la nuit, en ville. (Dans ce dernier cas, je m'étais souvenu de la Parole: "Si quelqu'un te requiert de faire un mile avec lui, fais-en deux, par amour de la charité parfaite !" Ma pratique de la religion débordait largement sur les événements de la vie quotidienne ! En tout ce que je faisais, il y avait plus que le bon sens, l'amitié ou la simple convivialité. C'est bien l'Esprit Saint qui conférait un "surplus" à ma vie !

Cela ne m'étonne donc pas que Jésus n'ait pu accomplir aucun miracle à Nazareth. Et je termine en me disant à moi-même : il faut recommencer, essayer de nouveau de vivre vraiment de la Parole, puisqu'en toute vérité, c'est la Parole qui nous fait vivre !

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum