La miséricorde, d'abord et avant tout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La miséricorde, d'abord et avant tout

Message par etienne lorant le Lun 3 Oct 2016 - 10:42

Le lundi de la 27e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 1,6-12.
Frères, je m’étonne que vous abandonniez si vite celui qui vous a appelés par la grâce du Christ, et que vous passiez à un Évangile différent. Ce n'en est pas un autre : il y a seulement des gens qui jettent le trouble parmi vous et qui veulent changer l’Évangile du Christ. Pourtant, si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! Nous l’avons déjà dit, et je le répète encore : si quelqu’un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! Maintenant, est-ce par des hommes ou par Dieu que je veux me faire approuver ? Est-ce donc à des hommes que je cherche à plaire ? Si j’en étais encore à plaire à des hommes, je ne serais pas serviteur du Christ. Frères, je tiens à ce que vous le sachiez, l’Évangile que j’ai proclamé n’est pas une invention humaine.
Ce n’est pas non plus d’un homme que je l’ai reçu ou appris, mais par révélation de Jésus Christ.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,25-37.
En ce temps-là, voici qu’un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? » L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. »
Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. »
Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »
Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin; il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vinprpr; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.” Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Paul avait évangélisé les Galates, mais ceux-ci avaient ensuite été visités par des chrétiens judaïsants qui les avaient incités à se soumettre à la Thora, la loi juive, avec l'application rigide des lois et des règles sensées les conduire à la perfection. L'apôtre leur écrit donc une lettre pour leur rappeler que l’Évangile qu'il leur a annoncé est une révélation du Christ, par laquelle tous auront accès au salut pourvu de manifester concrètement au prochain la miséricorde qui vient de Dieu.

L’évangile de ce jour s'adapte parfaitement au problème soulevé par la mise en œuvre concrète des deux principaux commandements:
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. » Le docteur de la Loi connaît évidemment ces deux préceptes. Cependant, toutes les autres petits règles surajoutés à ces deux simples et limpides prescription ont permis aux juifs, durant des siècles, d'éluder le fondement de la Loi.

C'est ainsi que le prêtre va bien voir l'homme laissé pour mort sur le chemin, mais il va l'éviter car une autre loi l'empêche de se souiller de sang avant d'avoir fini d'accomplir son rôle de prêtre du temple. Aucun scrupule, aucune pitié ne sont de mises, car c'est "Dieu-premier-servi" et il hors de question de toucher un blessé avant d'accomplir son office dans le Temple. Le Lévite faisait, quant à lui, partie d'une caste pratiquement intouchable, celle des "souverains sacrificateurs".

Le seul voyageur sur le chemin de Jéricho est un Samaritain - un de ceux que les juifs considéraient comme hérétiques. Mais hérétique ou pas, lui a eu pitié de l'homme laissé pour mort sur le bord de la route. Mieux encore il l'a conduit en un endroit sûr où il pourrait refaire ses forces.

Si le docteur de la Loi a bien compris l'image employée par Jésus, il ne lui reste qu'un premier et unique devoir: pratiquer la miséricorde.

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum