Les racines chrétiennes de la France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les racines chrétiennes de la France

Message par MichelT le Dim 16 Oct 2016 - 0:55

Les racines chrétiennes de la France

15 octobre 2016

Les racines chrétiennes de la France sont une donnée historique fondamentale. Aucun esprit sérieux et honnête ne devrait pouvoir nier leur existence, qu’il soit croyant ou non. Pourtant, ces racines chrétiennes tendent à être aujourd’hui systématiquement occultées, voire franchement niées. Les médias désinformateurs inventent volontiers de fausses racines musulmanes de la France, glosant sur la découverte probable de tombes de guerriers nord-africains en Septimanie. Mais les racines réelles, chrétiennes, forment une sorte de tabou que l’on ne peut plus guère évoquer, ou qu’il faut alors absolument syncrétiser sous le nom de racines « judéo-chrétiennes » ; cette dernière synthèse ne correspond à rien au Moyen-Age, lors de la fondation de la France, le syncrétisme judéo-chrétien, d’essence juive principalement, étant promu par la franc-maçonnerie de façon perceptible à partir du dix-huitième siècle seulement. Dès la seconde moitié du quatrième siècle, les Juifs ont toujours été très minoritaires en France face à la grande masse de la population gallo-romaine déjà chrétienne, et précisément catholique. Il est juste de parler de racines chrétiennes de la France, mais il serait encore plus juste, plus précis d’évoquer des racines catholiques de la France.


LES RACINES CHRETIENNES DE LA FRANCE, UNE VERITE HISTORIQUE FONDAMENTALE


Ces racines chrétiennes de la France sont au mieux absentes, au pire niées dans les grands médias désinformateurs. Elles ne sont évidemment plus, et depuis longtemps, aux programmes d’histoire obligatoire pour les enfants et adolescents ; on leur propose tout et n’importe quoi, relativement à l’histoire de France, de la Chine antique au Mali islamique médiéval, en passant par les Aztèques précolombiens, mais surtout pas de racines chrétiennes de la France. Remarquons, et ce n’est pas fortuit, que dans tous les « éclairages » proposés sur les autres civilisations, aucune n’est chrétiennes ; les enfants n’entendront nullement parler des racines chrétiennes de l’Éthiopie par exemple. Aussi faut-il saluer l’heureuse initiative de la revue la Figaro-Histoire, qui propose un long dossier dans son numéro d’octobre-novembre 2016 sur les racines chrétiennes de la France. Le titre est explicitement indiqué, revendiqué, avec pour illustration unique de couverture le baptême de Clovis, véritable acte de fondation de la France.

De façon générale, le Figaro-Histoire est la meilleure revue de vulgarisation historique en France. Elle est très supérieure par exemple à L’Histoire, qui ne propose pas de l’histoire, contrairement à son titre mensonger, mais des réflexions idéologiques à la mode de notre temps à prétexte historique ; elle avait été cofondée en 1978 par Michel Chodkiewicz, un des plus célèbres convertis précoces à l’Islam en France, et un des fondateurs du « mythe andalou », l’âge d’or supposé de l’Espagne musulmane, qui n’a bien sûr eu aucune existence historique réelle. La démarche Figaro-Histoire est empreinte d’honnêteté dans sa recherche historique, ce qui est naturellement fondamental. Selon les articles, alternent des esprits conservateurs, ou libéraux-conservateurs ; tous ne sont pas d’un esprit parfait – quelle publication pourrait le revendiquer ? – mais le Figaro-Histoire reste la meilleure revue pour le curieux d’Histoire. Chose rare et appréciable, le lecteur catholique ne se sent pas insulté en permanence, ni sommé de se repentir de crimes imaginaires commis il y a plusieurs siècles par des hommes d’Église.

Comme précise Michel de Jaeghere dans son éditorial présentant ce numéro, il est rappelé le caractère absolument essentiel du baptême de Clovis qui a véritablement fondé la France, à la date traditionnelle de 496. Ce baptême catholique, celui du Roi Clovis, avec à sa suite ses principaux guerriers, puis tout son peuple germanique des Francs, a en effet permis la fusion à terme de ces conquérants germaniques, dits « Barbares », et du peuple habitant la Gaule avant lui, bien plus nombreux que lui, dans un rapport de 20 à 1 probablement, les Gaulois romanisés. La France et les Français sont issus de cette fusion, fusion permise par un Catholicisme commun. La persistance du paganisme, ou suivant un mouvement historique commun à la plupart des peuples barbares germaniques implantés dans l’Empire Romain, la conversion au christianisme hérétique arien à l’imitation des plus nombreux et prestigieux les Goths, aurait empêché cette fusion ; une minorité conquérante germanique serait demeurée isolée de la grande masse de la population sur plusieurs siècles. Il n’est pas certain que Clovis lui-même aurait pu conquérir la Gaule, faut de soutien gallo-romain, difficile à estimer mais probablement présent, acquis du fait de cette conversion au Catholicisme. Une Gaule catholique sous domination franque hérétique aurait été infiniment plus fragile face au terrible assaut arabo-musulman du VIIIème siècle – repoussé à Poitiers en 732 – qui a emporté en quelques années (après 711) l’Espagne voisine, sous domination wisigothique. La fusion de l’élite politique et militaire, wisigothique, et de la masse ibérique de la population, n’avait en effet pas encore eu lieu du fait de la séparation prolongée causée par la différence religieuse maintenue un siècle de plus qu’en Gaule, jusqu’à la fin du VIème siècle en Espagne. Cette fragilité a contribué à l’effondrement face au redoutable assaut du Califat de l’époque.

Le dossier s’étend sur plus de soixante pages. Il présente de façon détaillée, avec des titres volontairement accrocheurs, différents de ceux que nous proposons ici : la conversion de la Gaule au Christianisme, le baptême de Clovis, l’alliance du Trône et de l’Autel. Le plan chronologique, qui va de soi dans mise en perspective historique de plusieurs siècles, est donc respecté. Les pédagogues fous de la déséducation nationale ont en horreur ce plan chronologique, perdent les élèves avec leurs approches thématiques hors-sol, et se perdent eux-mêmes. Ce numéro fait œuvre de saine pédagogie historique, permet des révisions toujours utiles ou des découvertes, en particulier pour les enfants et adolescents. Puis, les grandes figures de l’Antiquité tardive et des temps mérovingiens sont présentées, avec des illustrations. Enfin, viennent les rubriques indispensables dans toute publication historique, une chronologie détaillée – la chronologie, autre abomination pour les pédagogues-fous officiels qui sévissent aujourd’hui – des cartes, et une bibliographie. Cette dernière sera particulièrement utile à l’honnête-homme, soucieux d’approfondir les sujets évoqués.


CLOVIS A REPRODUIT LE MODELE DE CONSTANTIN


La conversion de la Gaule au Christianisme remonte en effet au moins à l’épisode indiscutablement attesté historiquement des Martyrs de Lyon, avec sainte Blandine en 177. Il n’y a encore à cette époque qu’une minorité chrétienne restreinte, de langue grecque, constituée principalement de commerçants issus de l’Est de l’Empire Romain, hellénophone et plus précocement touché par le Christianisme. Des communautés chrétiennes de langue liturgique latine se structurent en Gaule au cours du IIIème siècle, et de façon importante sur l’ensemble du territoire au IVème siècle, dans le sillage de la conversion personnelle de l’empereur Constantin (306-337), et avec lui de sa famille et d’une large partie de la haute administration.

Le modèle de Constantin est essentiel pour comprendre le baptême de Clovis (486-511), vers 496, et ses suites : Clovis a renouvelé le modèle constantinien, vraisemblablement sur les conseils de l’archevêque de Reims saint Rémi (459-533). Toutefois, cette imitation du pouvoir politique n’a pas pu être parfaite du fait du caractère malgré tout en large partie « barbare » des conquérants francs : les règles de succession impliquant la division des biens entre héritiers mâles, y compris pour les rois défunts, ont provoqué moult divisions du royaume franc en Gaule. Elles ont été préjudiciables indiscutablement à la Gaule, ont été source de guerres civiles nombreuses. S’il ne faut pas idéaliser l’Empire Romain, qui a connu aussi de nombreuses guerres civiles, le pouvoir impérial constantinien a été exempt de ce germe systématique de guerre civile permanente. Les cartes permettent de suivre l’évolution territoriale de ces multiples partages mérovingiens conflictuels.

Ce modèle de Constantin, repris sciemment par Clovis, a donc imposé ce que l’historiographie appelait autrefois justement l’alliance du Trône et de l’Autel, qualifié dans la revue d’entente de la « mitre [épiscopale] et de la couronne [royale] ». Du fait de la décomposition des cadres institutionnels civils romains, le pouvoir politique a été obligé de s’appuyer sur la seule administration subsistante, l’administration religieuse, et en particulier sur les évêques, dont le pouvoir a traversé toutes les époques troublées. Le pouvoir royal a soutenu l’action évangélisatrice des évêques, en particulier auprès de leur peuple, les Francs, encore païens aux débuts du VIème siècle, ou d’autres peuples barbares présents en Gaule et soumis, comme les Goths ou les Burgondes, tenant de l’hérésie arienne et systématiquement ralliés au Catholicisme.


LE FIGARO-HISTOIRE REND UN BEL HOMMAGE A L’EGLISE


Un bel hommage, plus que mérité, est rendu à l’Église médiévale, qui a permis la sauvegarde de l’essentiel de l’héritage culturel antique, dont les lettres latines et beaucoup de connaissances techniques. La vérité historique s’oppose aux légendes noires des Pseudo-Philosophes du XVIIIème siècle et leurs successeurs, qui ont calomnié l’Église en voulant y voir une institution de destruction de la civilisation, alors qu’elle l’a en fait préservée, largement. On peut certes regretter qu’elle n’ait pas préservé davantage, mais les hommes d’Eglise, autour des évêques ou des moines dans les monastères, ont accompli une tâche exceptionnelle dans les circonstances des plus difficiles. De même, les évêques ont constamment essayé, avec un succès inégal, d’influencer positivement le pouvoir politique, en promouvant la charité chrétienne et la paix entre princes chrétiens. Les évêques ont mené aussi de grandes actions en faveur des pauvres, et permis certainement la survie d’un grand nombre d’entre eux dans les temps d’invasions, de guerres, de famines, d’épidémies. Il est bon, et ô combien nécessaire, de rappeler ces vérités historiques essentielles, si occultées voire effrontément niées aujourd’hui.

Signalons un point de débat : comme la date exacte du baptême de Clovis ne peut pas être connue avec certitude – à partir de sources écrites médiévales restreintes, au corpus fixé depuis 1840, et ne donnant qu’une chronologie floue – et que celle traditionnelle de 496 n’est pas aberrante, il aurait été bon de s’y tenir, quitte à indiquer la réserve, plutôt que d’errer sur des pages et des pages pour arriver à quelque part entre 496 et 507, voire après. Selon nous, les dates les plus tardives sont les moins crédibles –nous ne développerons pas ici. Quant aux cartes, globalement bonnes, essentielles, présentent cependant une faute significative : Paris, curieusement, n’est qu’un évêché, suffrageant de l’archevêché de Sens, et ce jusque sous Louis XIII (en 1622).

De façon générale, ce dossier du Figaro-Histoire sur les racines chrétiennes de la France s’avère fort juste et pertinent, et à lire pour les familles chrétiennes de la France d’aujourd’hui, si oublieuse de son passé catholique fondamental.


Octave THIBAULT

Réinformation TV

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les racines chrétiennes de la France

Message par Hervé J. VOLTO le Dim 12 Mar 2017 - 14:31

LOI SALIQUE OU LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE

Prologue:
Vive le Christ qui aime les Francs!
Qu’Il garde le Royaume et remplisse leurs chefs des lumières de Sa grâce!
Qu’Il protège l’armée!
Qu’Il accorde à leurs Rois des signes qui attestent de leur Foi: la joie, la paix, la félicité!
Que Notre Seigneur Jésus-Christ dirige dans le chemin de piété ceux qui gouvernent!

1°) Loi de Masculinité:
La Royauté en France est délégué par Notre Seigneur Jésus-Christ à la Race régnante de mâle en mâle, par ordre de primogéniture mâle hors le cas de Choix Divin, mais à l’exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance: en France, le Lys ne file point! En contrepartie, le Sang Royal ne pouvant être sali par aucun sang commun car choisi par Dieu, le régime de mariage morganatique n’existe pas en France: le Roi fait la bergère reine! La Reine put donc aider et conseiller son époux ou, devenue veuve, assurer la régence en cas de minorité Royale.

2°) Loi de Catholicité:
Le Saint Royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Eglise Catholique Apostolique et Romaine qui est la vértable Eglise du Christ, le Roi de France -qui est le Lieutenant du Christ- doit être Catholique et maintenir la foi Catholique en l’Etat et la Couronne de France, protéger l’Eglise à l’intérieur comme favoriser son développement à l’extérieur (l’étranger) .

3°) Loi de Sacralité:
Si le Sang fait le Prince, le Sacre fait le Roi: l’Onction Royale infuse la présence Divine en la personne Royale et le Sacre de Reims marque que le Roi de France agit comme le représentant de Dieu sur Terre. Il en découle que seul un Prince Catholique reçoit l’Onction du Sacre. Le Dauphin reçoit le Sacre de Reims dès l’âge de douze ans, ce même si le Roi est encore vivant, ce qui permet une association au Trône et une succession naturelle instantanée. La Reine reçoit l’Onction Royale le jour même de son mariage, associée qu’elle est à la Royauté qu’elle perpétue en enfantant.

4°) Loi d’Inviolabilité:
La fonction Royale étant, par son caractère Sacré, un Sacerdoce, le Roi est inviolable: toute atteinte à la dignité Royale est un crime et un délit, dit "crime de lèse-Majesté".

5°) Loi de Souveraineté Royale:
Catholique, Sacré et ne tenant son sacerdoce Royale que de Dieu et non des hommes, le Roi de France n’a pas d’égal en sa Majesté Royale: il possède seul par la grâce de Dieu la souveraineté Royale qui est une, inaliénable, imprescriptible, et donc ni la Reine, qui est Ointe mais non Sacrée, ni aucune portion du peuple ne peuvent s’en attribuer l’exercice arbitrairement. Pas de Roi, pas de Loi!

6°) Loi de Principe Monarchique:
Le Roi de France, s’il est Catholique et Sacré, possédant seul par la grâce de Dieu la souveraineté Royale, la plénitude de la puissance royale est étroitement gardée et retenue en la personne du monarque qui est de droit divin le seul titulaire de la couronne et qui est la tète d’un gouvernement monarchique, et ainsi pas de roi pas de lois, le monarque exerce seul la puissance royale: le roi personnifie l’Etat et incarne la nation, il commande aux forces armées, déclare les guerres et faits les traités de paix, d’alliance et de commerce, nomme à tous les emplois civils et militaires de l’Etat, fait les Règlements et Ordonnances nécessaires pour l’exécution des lois et la sureté du Royaume Très Chrétien, sans suspendre les lois elles-mêmes que par d’autres lois, convoque et dissous les assemblées des Etats, rend ou fait rendre la justice en son nom, gracie et amnistie, fait battre monnaie et en surveille l’application.

7°) Loi de Gouvernement à Grand Conseil:
S’il est de Droit Divin que le Roi de France, s’il est Catholique et Sacré, exerce seul la puissance Royale, pour le Bien Commun et le profit de l’Eglise Catholique, il est bon que dans l’exercice de ce pouvoir le Roi accepte de soumettre ses décisions à un ou des conseils: en temps de guerre ou de nécessité, le Roi peut faire tout établissement pour le commun profit; en temps de paix il légifère à l’aide d’un parlement tri-caméral représentant les trois Ordres du Royaume -le Roi en ses Conseils, le Peuple en ses Etats- et gouverne à l’aide de divers conseils (des ministres, d’Etat, des finances, du guerre, etc..) qui lui apportent leur Aide et leur Conseil. Dans ces conditions, la garde du Royaume est laissée à l’appréciation du Roi, maitre de la composition de ses Conseil, comme il lui plait et selon son bon plaisir, décidant en dernier ressort et n’étant nullement lié par leur avis. Le Roi n'est pas tenu de fixier sa capitale à Paris: là où est le Roi, là est la France!

8°) Loi de dévolution Légale de la Couronne:
Le Dauphin, s’il est du Sang de France et de religion Catholique, est Roi dès la mort de son prédécesseur: le Roi est mort, vive le Roi! Si le roi légitime n’est pas Sacré lors de son avènement, l’Onction Royale interviendra dans les plus brefs délais. La Dauphine ayant épousé un Dauphin non Sacré, reçoit l’Onction le même jour que son époux.

9°) Loi d’Inaliénabilité de la Couronne:
Le Roi de France Très Chrétien, Salique et Sacré, tenant la Couronne de N.S. Jésus-Christ n’est que le dépositaire de cette Couronne: le Roi est dans l’heureuse incapacité de disposer de la Couronne de France! il ne peut la vendre, ni la céder. A cela, deux conséquences:
1. Le Roi ne peut abdiquer.
2. Le Roi ne peut choisir son successeur.

10°) Loi d’Indépendance de la Couronne:
La couronne de France étant inaliénable et indisponible, le Roi de France est Empereur en son Royaume: dans le domaine Spirituel, le Roi ne se soumet à l’Eglise que pour ce qui concerne la Vie Eternelle; dans le domaine Temporel, le Roi de France, qui ne tient son pouvoir que de Dieu seul, ne relève pas de la papauté, la Royauté étant indépendante de l’Empire ou de toute nation à l’extérieur, et étant suzeraine de toute noblesse à l’intérieur.

11°) Loi de Nationalité:
Le Roi de France incarnant la Nation, un Prince même Catholique qui n’appartient pas à la Maison Royale de France ne peut succéder ni régner en France, mais un prince du Sang de France qui est partit régné à l’étranger conserve s’il est catholique lui et tous ses descendants tous ses droits à la Couronne de France, même si le juriste normand Pierre de Blois nous rappelle qu’il ne suffit pas d’être juridiquement Français, il faut l’être de coeur et d’esprit pour pouvoir penser au seul Bien Commun du Royaume, car en trois ou quatre générations, les princes du sang de France peuvent perdre leurs belles qualités capétiennes: en cas de rupture prolongée de la continuité Royale, sauf cas de choix Divin manifeste les Princes du Sang Catholiques né à l’étranger depuis plusieurs générations sont écartés de la succession au profit des Princes du Sang de France Catholiques nés et grandis en France.

12°) Loi de Naissance Légale:
Sauf cas de choix Divin manifeste, les enfants mâles naturels sont écartés de la succession Royale au profit des enfants mâles légitimes. L’on sait les difficultés que causa sur ce point le testament du roi Louis XIV, testament cassé partiellement par Le Parlement de Paris à la demnde du Régent Philippe d’Orléans le 2 septembre 1715.

Conclusion:
En France, le pouvoir Royal est de Droit Divin et, bien que Sacré, n’est pas absolu mais tempéré par les Lois Fondamentales du Royaume de France, charte coutumière de notre pays et tout acte qui violerait ses contraintes serait frappé de nullité: en France, la Foi, le Roi et le Loi forment un tout inséparable.
Le Roi Très Chrétien en France est le Père du peuple, auquel ce dernier peut toujours faire appel. Le Roi est persuadé, et le peuple avec lui, qu’il y a conformité entre le Bien Commun et sa volonté Royale.
Vive le Christ qui Roi des Francs!
Vive le Roi de France qui est Lieutenant du Christ!
 
Remarques:
Le Chancelier d’Aguesseau mit par écrit ces douze Lois Fondamentales du Royaume pour Légitimer le petit Louis XV face aux bâtards du Roi Soleil. Louis XV, devenu adulte, les utilisa pour sa "séance de Flagellation" des Parlements du 3 Mars 1766.
En 1797, Joseph de Maistre a écrit dans ses Considérations sur la France [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] :
–Lorsqu’un peuple ne sait plus tirer partit de ses Lois Fondamentales, il est fort inutile qu’il s’en cherche d’autres…
C’est pourtant ce qu’on fait la République, l’Empire et la Monarchie de Juillet…

En France, en cas d’extinction de la Maison Royale de France, il est prévu que le peuple se donne un nouveau Roi Fondateur: les Lois Fondamentales du Royaume de France serviront à régler de nouveau la succession et le mode de gouvernement Monarchique. Mais aujourd’hui, il y a encore beaucoup de Bourbons nés et grandit en France: SAR Carlo de Bourbon-Sicle, SAR Sixte-Henri de Bourbon-Parme, Chef de la Maison Français de Bourbon-Parme, sans oublier les membres de cette dernière Maison: nulle doute que la Divine Providence saura nous choisir un Roi de France Très Chrétien!

Les renonciations d'Ultrecht n'étant pas valables, rien n’interdirait aux Bourbons de Bhopal, d’Espagne et de Naples de faire naître leurs descendants mâles en France et de les scolariser dans notre pays: redevenant alors Français, ils concerveraioent, s’il sont Légitimes, tous leurs droits à la Couronne de France.

Pas de Roi, pas de Lois: toutes les lois faite depuis 1830 sont nulle et illégitimes !

Un décret vénitien datant de 1558 reconnaissait une prééminence du Roi de France sur tous les autres Rois d’Europe, faisant de lui l’héritier objectif de Charlemagne, ce qui donnerait au seul Roi de France la présidence Légitime du Conseil de l’Europe! La renonciation d’Otto de Habsbourg en 1963, laisse paradoxalement la disponibilité au Roi à venir une vocation impériale en adéquation avec la Mission Divine de la France et de son Roi!

A Lire: La Constitution de l’Ancienne France, de Bernard Besse (éditons DMM).

Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991-1994), membre du Chapitre Général et Délégué officiel pour l’Italie
___________
 
PRECISIONS SUR LA LOI DE NATIONALITE
 
EN FRANCE, LE ROI DOIT ETRE FRANçAIS !

Un prince -même Catholique!- qui n’appartiendrait pas à la Maison Royale de France ne peut succéder ni régner en France: les Savoie, les Habsbourg ou les Hollenzollern (la branche Catholique s’entend) ne peuvent monter sur le Trône de France et toute la geste Providentielle de Sainte-Jeanne d’Arc a été d’avoir bouté les anglais hors de France. Mais un Prince du Sang de France qui est parti régné à l’étranger conserve, s’il est de confession Catholique, tous ses droits à la Couronne de France, pour lui et toute sa descendance Légitime : AUJOURD’HUI LES PRINCES DE FRANCE SONT LES MEMBRES DE LA MAISON DE BOURBON !

Le juriste Pierre de Blois ( V. 1135-V 1203) nous a dit qu’il ne suffit pas d’être juridiquement Français pour régner, il faut l’être de coeur et d’esprit pour pouvoir penser au seul Bien Commun du Royaume, car en trois génération, les Prince du Sang risquent objectivement perdre leurs belles qualité Capétiennes: en cas de rupture prolongée de la continuité Royale, et cas de nouvelles élections de Senlis, les Princes du Sang Catholiques, aujourd’hui les Bourbons, sont écartés sauf choix Divin manifeste de la succession au profit des Princes du Sang Catholiques nés et grandis en France !!!

Le nouveau Prince Bourbon désigné par Dieu ou élu comme à senlis -Dieu permetant- recrrérait un nouvelle dynastie Royale et les Lois Fondamentales règleraient le mode de gouvernement Monarchique et la transmission de la Couronne.

Aujourd’hui, il y a encore beaucoup de Bourbons nés en France:

. SAR Charles de Bourbon-Sicile, Duc de Castro et de Calabre, Chef de la Maison Royale de Naples.
. SAR Sixte de Bourbon-Parme, Duc d’Arenjuez, Chef de la Maison Française de Bourbon-Parme, et tous les membres saliques de cette Maison nés en France.
. SAR Henri de Bourbon-Orléans, Duc de France, Chef de la maison de France, et tous les membres saliques de cette Maison Nps en France.

Nul doute que la Divine providence pourrait susciter un roi pour la France parmi eux.

Un Prince de la maison de Bourbon né en Algérie Française peu de temps avant l’indépendance, rapatrié en très bas âge -dans les bras de sa mère!- et grandit et solarisé en France, et dont la langue maternelle serait le Français, conserverait tous ses droits à la Couronne de France!

Aussi, la Loi de Nationalité n’empêche nullement à SAR Louis-Alfonse de Bourbon, Duc d’Anjou et de Cadix, aîné visible de la Maison de Bourbon, de porter ses jumeaux Louis et Alphonse en France, de les faire élever en France, de les scolariser en France, de faire en sorte que leur langue maternelle et leur culture soit Française, et leur assurer une sorte de Régence!

Le Conseil Régential existe déjà!

Du point de vue Légitimiste comme du point de vue Providentialiste, ce ne serait pas impossible. Il suffirait que Xavier Bureau, incontournable conseiller du Prince Louis Alphonse, comme les Princes de Bourbon nés en France voulant ou pensant devoir le reconnaitre comme leur ainé, lui apportassent Aide et Conseil.

La Charte de Fontevrault/ Fidélité-Unité Royale a été fondée le 25 Aout 1988 -jour de la Saint-Louis- pour réunir des Royaliste de toute tendence autour des principes de Fidélité et d’Unité:

-Fidélité autour du prince que l’on a choisi de servir (Orléans, Bourbons d'Espagne, Bourbons-Parme, Survivance de Louis XVII, Grand Monarque encore inconnu de tous)…

-Unité au tour du principe Royal qui est que le Roi est la seule autorité Légitime émamant de Dieu…

Il est évident que si les descendants de Naundorffs ou tout autre Survivantiste réussiraient à démontrer qu’il existe un Survivance Légitime de Louis XVII avec des princes Catholiques nés et grandit en France -qui viendraient donc AVANT "Louis XX"- ou si les Dujols ou tout autre Providentialiste réussissaient à démontrer qu’il existe là aussi une descendance Légitime de l’Homme au Masque de Fer avec des Princes Catholiques nés et grandit en France -qui viendraient alors AVANT MEME le descendant de Louis XVII !!!- nous ne pourrions que nous agenouiller!

Choisir son Prince, c’est déjà etre républicain disait l’Abbé Georges de Nantes en 1989.

FIDELITE – UNITE ROYALE !!

Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991-1994), membre du Chapitre Général et Délégué officiel pour l’Italie
 

CONCLUSION DE CES DEUX ARTICLES : l'identité Chrétienne de la France est inscrite dans la Loi Salique -Seconde Loi Fondamentale : Loi de Catholicité- dès le Baptême de Clovis...

Hervé J. VOLTO

Date d'inscription : 19/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les racines chrétiennes de la France

Message par Hervé J. VOLTO le Dim 12 Mar 2017 - 14:31

la France de Dieu, le Royume de Marie ne peut pas mourir ; IL FAUT QU'IL VIENNE !

Hervé J. VOLTO

Date d'inscription : 19/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les racines chrétiennes de la France

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum