Face aux structures de péché….dans notre monde actuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Face aux structures de péché….dans notre monde actuel

Message par MichelT le Dim 30 Oct 2016 - 11:33

Face aux structures de péché….



Éditorial de Richard Dubreuil dans l'homme nouveau, HN 1270 – 16 décembre 2001


Loin de faciliter la vie morale, la société multiplie aujourd’hui les conditions contraires à son épanouissement.  Le Pape Jean-Paul II avait dénoncé cette situation en parlant des « structures de péché ».  Une idée reprise et développée aujourd’hui par deux auteurs dans un écrit profond et courageux : Les autoroutes du mal.

Le temps de l'Avent nous exhorte à « préparer les chemins du Seigneur, à aplanir ses sentiers » (Mt 3, 3). Dans le contexte actuel, ces chemins et ces sentiers de chrétienté peuvent nous apparaître comme ultra-minoritaires et fort délaissés.

Sur combien de points essentiels (respect de la vie, probité, fidélité des époux, pureté, chasteté, sens du bien com­mun, etc.), n'avons-nous pas l'impression de ramer à contre-courant, de défendre des conceptions étrangères à nos contemporains ?          

Le Christ a eu beau nous prévenir que « son joug est doux et son fardeau léger » (Mt 11, 30), que « justes et vraies sont ses voies » (Ap 15, 3), nous aimerions être moins seuls sur ces voies !... alors que beaucoup (y compris nous-mêmes certains jours) se précipitent sur les « autoroutes du mal ».



LES AUTOROUTES DU MAL



Autoroutes du mal, c'est le titre d'un récent ouvrage éclairant et nuancé de l'éco­nomiste Jacques Bichot et de notre colla­borateur Denis Lensel (1). Cette métapho­re désigne ce que Jean-Paul II appelle les « structures de péché » (Sollicitudo rei socialis, 1987).

Comme l'expression « culture de mort », les structures de péché sont une réalité bien actuelle. Le Pape constate la mise en place d'institutions et de méca­nismes qui conduisent les hommes à com­mettre l'injustice et les poussent à s'écarter de leur vocation de fils de Dieu.

Certes, la liberté et la responsabilité personnelle des êtres humains restent entières mais l'accumulation des péchés engendre des habitudes collectives et des effets structurels qui conditionnent les consciences et engendrent d'autres péchés. La banalisation de la corruption, du vagabondage sexuel, de la violence, du divorce, de l'avortement, de l'eugénisme en sont des exemples.
         
Il y a dix ans, l'encyclique Centesimus Annus (1991 ) décrivait ce nouveau défi des structures de péché: « L'homme reçoit de Dieu sa dignité essentielle et, avec elle, la capacité de transcender toute orga­nisation de la société dans le sens de la vérité et du bien. Toutefois, il est aussi condi­tionné par la structure sociale dans laquel­le il vit, par l'éducation reçue et par son milieu. Ces éléments peuvent faciliter ou entraver sa vie selon la vérité. Les décisions grâce auxquelles se constitue un milieu humain peuvent créer des structures de péché spécifiques qui entravent le plein épanouissement de ceux qu'elles oppri­ment de différentes manières. Démanteler de telles structures et les remplacer par des formes plus authentiques de convivialité constitue une tâche qui requiert courage et patience. »

Trois ans plus tard, dans la Lettre aux familles, Jean-Paul II décrivait l'émergence d'une contre-civilisation destructrice, « civilisation dans laquelle les personnes sont utilisées comme on utilise les choses », dans laquelle « la femme peut devenir pour l'homme un objet, les enfants une gêne pour les parents, la famille une institution encombrante pour la liberté ». Aujourd'hui, les licenciements sauvages pour assurer aux actionnaires les 15 % de rendement sur fonds propres, le clonage d'êtres humains, l'arrêt Perruche de la Cour de cassation (qui avalise le préjudice d'être né) montrent que le Pape avait visé juste. De multiples structures de péché sont à l’œuvre. Jacques Bichot et Denis Lensel en analysent quatre composantes.



COMPOSANTE PSYCHOLOGIQUE



La propension au mal est d'abord une dépendance qui se contracte par accoutumance progressive. Le péché s'installe sous l'effet de l'habitude qui devient une « seconde nature » (alcoolisme, toxi­comanie, impureté...). La répétition d'actes mauvais crée en nous une propension à faire le mal: « Quand on est engagé sur une autoroute du mal, il est très difficile de rebrousser chemin: psychologiquement on est sur une voie à sens unique » (J. Bichot et D. Lensel, p. 52).

Les catholiques savent depuis Bourdaloue (2) qu'il existe une relation dia­lectique perverse entre l'habitude du péché et le délai de la pénitence : plus le péché se répète et plus on est tenté de différer la péni­tence; plus la pénitence tarde et plus l'ha­bitude du péché s'enracine (3).

Mais aujourd'hui, la structure de péché naît du refus de la pénitence au nom du relativisme moral. En décrétant qu'il n'existe pas de normes universelles, en proclamant « à chacun sa vérité », on anes­thésie la conscience morale des personnes. À cette « morphine psychologique » vient s'ajouter l'analgésique mimétique (« des personnes connues le font aussi »..., « les médias en parlent sans réproba­tion ») : « La contagion mimétique analysée par René Girard joue un rôle important dans la construction de cette structure de péché qu'est l'amoindrissement de la conscience morale » (p. 57).



COMPOSANT SOCIOLOGIQUE



Comme nos contemporains n'ont plus beaucoup d'idées claires quant au bien et au mal, leurs opinions en la matière sont très fluctuantes. Chacun observe ce que font les autres et tend à s'y conformer. Ainsi, pour les relations sexuelles hors mariage. Le rôle du mimétisme social s’accroît donc. Il suffit que tel ministre ou tel acteur connu se flatte de consommer de la cocaïne pour que beaucoup lui emboîtent le pas.

Ainsi « les formes actuelles de médiatisation contribuent fortement à nor­maliser les conduites immorales » (p. 70). « Des cléricatures du mal » (par exemple, le réseau Voltaire) font passer pour ringards et fascistes ceux qui refusent ou qui dénon­cent les structures de péché qu'elles pro­pagent.



COMPOSANTE ÉCONOMIQUE



Plus une structure de péché (por­nographie, prostitution, corruption, délin­quance...) gagne d'adeptes, plus elle relève d'une logique économique. Le marché de la perversion fonctionne comme tout autre marché. Plus la demande croît, plus l'offre s'adapte et plus le coût unitaire des prestations diminue. Une récente émission télévisée de Capital montrait la forte chute du prix de la cocaïne dans le XIXe arrondissement de Paris depuis l'essor du nombre de consommateurs. La filière drogue bénéficie d'économies d'échelle au fur et à mesure qu'elle se banalise.

Cette logique économique produit un effet de seuil, un effet d'éviction et un effet inégalitaire.

   – Effet de seuil: à partir d'un certain stade, les forces de l'ordre sont impuissantes à endiguer le phénomène toxico­manie et la violence qu'il engendre, d'où les récentes manifestations de policiers et de femmes de gendarmes dans toute la France. C'est ce que les économistes appellent un effet de seuil. Les défenses naturelles de la société deviennent impuissantes à réguler le phénomène.

   – Effet d'éviction :la généralisation des structures de péché a une autre conséquence : elle réduit la part de ressources allouées aux activités saines et morales.
Elle augmente le coût écono­mique des comportements vertueux. Ainsi quand la corruption se répand, les entre­prises qui ne versent pas de pots-de-vin perdent des marchés du seul fait de leur probité. « Le prix à payer pour être honnête grimpe rapidement au fur et à mesure que la malhonnêteté devient plus commu­ne » (p. 84).

   – Effet inégalitaire :la logique éco­nomique entraîne un autre effet pervers. Les considérations de rentabilité financière et boursière tendent à éclipser les consi­dérations humaines. Des cadres dirigeants d'une grande générosité personnelle acceptent au nom de la règle des 15 % de rendement sur fonds propres de pratiquer une sélection impitoyable et de réduire au chômage un grand nombre de leurs colla­borateurs. « Le culte du profit obtenu par tous les moyens induit une véritable schizophrénie » (p. 87). La recherche du profit et des parts de marché crée des écarts de rémunération choquants. Des salariés vedettes se constituent en peu de temps de fortunes colossales pendant que les autres végètent. Le basketteur américain Michael Jordan reçoit un salaire de 33 millions de dollars auquel s'ajoutent 45 millions de contrats publicitaires. Au cours de la finale du superbowl (football américain), la minu­te de publicité télévisée se négocie à un milliard de francs. Cette médiatisation outrancière pervertit l'idéal sportif et la finalité même de la télévision qui ne vise plus à offrir des programmes à un public, mais un public à des annonceurs.



COMPOSANTE POLITIQUE



La logique économique oblitère tout.  Elle conduit à interpréter la vie politique elle-même comme un vaste marché où s’échangent des mesures législatives contre des voix.
Dans cette perspective, la loi positive n’est pus conçue comme l’expression et la garantie du bien commun mais comme un hameçon pour capter certains segments de l’électorat.  Dès lors, la loi positive s’écarte de plus en plus de la loi naturelle.  La diffusion du péché au sein d’une minorité de quelque importance peut parfaitement suffire à déclencher un processus législatif et réglementaire en sa faveur (ex.: dépénalisation de la drogue, adoption d'enfants par les couples homosexuels...).
       
Le mimétisme cher à René Girard fait que d'autres partis politiques d'horizon idéologique opposé proposent à leur tour des mesures analogues pour ne pas lais­ser à leurs adversaires le monopole de cette fraction de l'électorat. C'est ainsi que l'on a vu récemment Philippe Séguin se prononcer pour l'augmentation des sub­ventions au lobby homosexuel parisien.

Les politiques en viennent ainsi à requalifier à leur convenance le bien et le mal (péché contre l'Esprit Saint) et à prati­quer le relativisme moral et le subjectivisme. Et comme en démocratie, ce qu'une majorité a décidé peut être annulé par une majorité contraire, les lois peuvent changer au gré des fluctuations électorales. Il en résulte une insécurité juridique qui sape la confiance des électeurs et augmente par ricochet l'abstentionnisme électoral. Plus grave, les citoyens perdent le respect de la loi qu'ils se bornent à « assumer » par peur des ennuis que leur causerait sa transgression.

Ultime conséquence : «  L’absence de respect voué à la norme juridique rend plus difficile l'intériorisation de la norme morale » (p. 110), ce qui renforce le relativisme, donc l'élasticité de la conscience et la propension au mal. De surcroît, quand on a pris l'habitude de biaiser avec la loi et la norme morale, il devient plus difficile de res­pecter la loi divine que l’Église est chargée d'enseigner. On comprend dès lors pour­quoi les confessionnaux et les églises se vident.


DAVID CONTRE GOLIATH



Se prémunir des structures de péché et les faire régresser est un défi lancé aux chrétiens au seuil de ce nouveau millénaire. L'ensemble de l'histoire de l'Église montre que le christianisme a souvent su faire régresser la barbarie païenne. Tel est bien l'enjeu de la nouvelle évangélisation.Paradoxalement l'indétermination de nos contemporains en matière morale les rend plus malléables et dans une certaine mesure, « reprogrammables » rapi­dement. Qui eût cru en 1988, que le bloc soviétique bardé de certitudes calcifiées depuis soixante-dix ans s'effondrerait l'an­née suivante ? Dans une société gagnée par le conformisme et le mimétisme, l'im­pact des chrétiens peut aller bien au-delà de leur strict poids numérique. Aujourd'hui encore, David peut l'emporter sur Goliath.

Pour démanteler les structures de péché, il faut des chrétiens solidement formés, spirituellement solidaires et inébranlables dans la foi. Le premier pape nous livre le mode d'emploi de la reconquête des autoroutes du mal: « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant. cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Le Dieu de toute grâce (...) vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables » (1 P 5, 8-10).



1. Jacques BICHOT et Denis LENSEL, Les autoroutes du mal, les structures déviantes dans la société moderne, Presses de la Renaissance, 2001, 384 p., 148,90FF/22,70€.

2. Louis BOURDALOUE (1632-1704), prédica­teur préféré de Louis XIV, se signalait par la rigueur intellectuelle et la finesse psychologique de ses sermons.

3. Louis BOURDALOUE, Sermon de la secon­de semaine de l'Avent sur le délai de la péni­tence; deux parties: I. Habitude du péché, effet du délai de la pénitence. II. Délai de la péniten­ce, effet de l'habitude du péché.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Face aux structures de péché….dans notre monde actuel

Message par Thalie81440 le Lun 31 Oct 2016 - 10:53

bel artcile, et oui, cette impression de ramer en sens contraire du courant est usant, surtout quand on élève des enfants, à qui l'on se doit d'être un exemple, un exemple contre une société majoritairement ancrée dans le mal!
avatar
Thalie81440

Féminin Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 38
Localisation : midi-pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum