Le conservatisme coopté par la franc-maçonnerie au Royaume-Uni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le conservatisme coopté par la franc-maçonnerie au Royaume-Uni

Message par MichelT le Lun 22 Mai 2017 - 12:53

Le conservatisme coopté par la franc-maçonnerie au Royaume-Uni


traduction automatique et extrait

Par Jude Duffy

«Les conservateurs n'ont conservé que le récit de leur propre impuissance», disait Louis Veuillot, l'écrivain français du 19ème siècle.

Comme l'indique clairement cette épigramme, les problèmes du conservatisme ne commencent pas avec la reprise du mouvement par les Néoconservateurs dans les années 1970 et 1980. Cette prise de contrôle était un symptôme - pas la cause du malaise conservateur.

Le conservatisme moderne, a ses racines dans la British Whig Masonry ( la Franc-Maçonnerie anglaise et le parti politique Whig). Cela explique pourquoi les idées, qui, aussi récemment que dans les années 1980, n`existaient que sur les franges les plus radicales de la subversion culturelle trotskyste, sont maintenant devenues des politiques générales du Parti conservateur britannique.

En effet, l'utilisation même de termes relativistes et subjectifs tels que «extrémisme» et «radicalisme» pour marginaliser ou même criminaliser la dissidence est un cadeau de la nature maçonnique du discours politique moderne. Tout mouvement qui exalte la «religion sur laquelle tous les hommes sont d'accord», comme le soulève la Maçonnerie anglaise, exalte le «consensus» et la «tolérance mondaine» du monde versus les principes moraux éternels et fixe de la religion chrétienne. La franc-maçonnerie est relativiste par sa nature même, et cela s'applique autant à la maçonnerie anglo-américaine qu'à la maçonnerie continentale européenne de style Grand-Orient.

Les apologistes de l'anglo-maçonnerie, d'Augustin Barruel à la fin du 18ème siècle à Nesta Webster au 20ème, ont essayé de faire une distinction entre la Maçonnerie Grand Orient continentale «Très radicale et révolutionnaire» et le modèle de la maçonnerie anglo-conservatrice «modérée et modeste». Beaucoup de conservateurs, même les catholiques traditionalistes, acceptent inconsciemment cette distinction, d'où leur intérêt obsessionnel sur la Révolution française comme source de tout le mal moderne.

Mais l'influence de la Révolution française sur l'histoire du monde a été négligeable par rapport à celle de la Maçonnerie de Grande-Bretagne. C'est la langue anglaise, les sports anglais (l'Association anglaise de football a été fondée dans l'hôtel Freemasons Arms), le libéralisme anglais et la culture anglo-américaine à la fois haute et basse, qui ont conquis le monde. En outre, la Révolution française elle-même a commencé comme une conspiration Britannique Whig pour submerger le pouvoir catholique français. Les Whigs britanniques se sont opposé à la Révolution française lorsque la conspiration commence a se radicaliser jusqu`à devenir hors contrôle et que la Révolution commence a détruire ses commanditaires «modérés».

À première vue, la Grande-Bretagne semble plus traditionnelle que la France républicaine, mais les premiers regards peuvent être trompeurs. Lorsque le gouvernement conservateur britannique a légiféré sur le soi-disant mariage homosexuel, presque personne au Royaume-Uni ne s`est sérieusement opposé, alors qu'en France, un énorme mouvement s'est mobilisé contre une loi similaire. En outre, alors que l'Europe continentale devient plus anglicisée sur le plan culturel et linguistique, elle devient plus socialement nihiliste.

CONTAGIEUX

La franc-maçonnerie en Grande-Bretagne ne semble jamais très radicale ou menaçante. Souvent, cela ressemble à un foyer de repos pour les vieux joueurs de golf  (Gary Thatcher), les comédiens de 1970 (Bob Monkhouse, Jim Davidson), les stars de la pop (Phil Collins, Brian May) . Son association étroite avec l'Église protestante établie d'Angleterre et la famille royale britannique ne font qu'ajouter à son image un bastion de conservatisme.

Mais là réside le piège. L'image très conservatrice de «The Craft»( la franc-maçonnerie) en Grande-Bretagne en fait un véhicule idéal pour la subversion culturelle. La maçonnerie imprègne tous les aspects de la société civile conservatrice en Grande-Bretagne, ce qui contribue à expliquer pourquoi les idées radicalement subversives telles que le mariage homosexuel s'insinuent presque sans effort dans le courant dominant de la société. Une fois que ces idées font partie du mobilier culturel, les Anglo-conservateurs condamnent tous les efforts pour renverser ces lois comme un extrémisme dangereux.

Toutes les révolutions ont besoin d'un élément conservateur comme ballast stabilisateur, et dans le contexte occidental, le culte maçonnique de l'obéissance inconditionnelle fournit ce ballast. Dans une culture où le changement constant est institutionnalisé, un tempérament conservateur peut, paradoxalement, accélérer, plutôt que de ralentir le rythme de la destruction.

Cette énigme se résume dans l'ancien dicton: si nous voulons que les choses restent les mêmes, les choses devront changer. Si vous êtes sur un autobus hors controle en direction d'une falaise, la chose vraiment conservatrice à faire est de ne pas se reposer tranquillement en lisant votre livre mais de se précipiter sur la cabine du conducteur et d`appuyer sur le frein.

Peut-être, est-ce la nature protéiforme de la maçonnerie britannique qui rend les catholiques et les autres conservateurs si réticents à la reconnaître comme un ennemi implacable du christianisme.

Pour ces personnes, la Révolution française est simple à comprendre: Elle est laïque, antichrétienne et fanatique. Même chose pour la révolution bolchevique. Beaucoup de catholiques traditionnels condamnent même la Révolution américaine comme un projet laïciste. Quand il s'agit de la révolution appelée Glorious Revolution de la fin du 17ème siècle, ils ne semblent pas trop sûrs d'eux-mêmes.

Une monarchie traditionnelle, une église établie, des institutions anciennes, le Royaume-Uni a encore toutes ces choses. Le seul problème, c'est qu'ils ont tous été mis au travail au service d'un état policier impie à la maison et d'une révolution sans fin à l'étranger.

Le Royaume-Uni est le pays avec le plus de vidéosurveillance sur la terre, le pays où les boulangers sont forcés de faire des gâteaux avec des slogans de mariage pro-gay, le pays où la critique du lobby sioniste est interdite - et le pays où les attentats sous faux drapeaux étaient utilisés par les services de sécurité en Irlande du Nord et ailleurs avant le 11 septembre, ou même l'opération Gladio.

Pour aggraver les choses, le même gouvernement britannique vient de présenter un manifeste électoral promettant de contrôler complètement tous les modes d'expression sur internet.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum