Entrevue du cardinal Müller

Aller en bas

Entrevue du cardinal Müller

Message par Rémi le Lun 2 Oct 2017 - 14:53


L’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi : «Les gens qui travaillent dans la Curie vivent dans une grande peur»



Le cardinal Müller dit dans une longue et nouvelle interview que, sous le pape François, la peur imprègne aujourd’hui le corps administratif de l'Église, la Curie romaine.

"Je l'ai entendu dans certaines maisons ici, que les gens qui travaillent dans la Curie vivent dans une grande peur: s'ils disent un petit mot critique ou inoffensif, des espions passent les commentaires directement au Saint-Père, et les personnes faussement accusées, n’ont pas la chance de se défendre », a déclaré le cardinal Gerhard Müller à Ed Pentin, du National Catholic Register, dans une grande interview.

Le pape avait relevé de ses fonctions Mgr Müller, sans explication, en juillet.

"Ces personnes, qui ont de mauvaises paroles et répandent des mensonges contre d'autres personnes, dérangent et perturbent la bonne foi, et la réputation d'autres qu'ils appellent leurs frères", a déclaré Müller.

Ce que dit Mgr Müller est cohérent avec ce que des sources de Rome de haut niveau ont déclaré à LifeSiteNews: que la «peur» dans l'ensemble du Vatican est «tangible».
Mgr Athanasius Schneider a comparé le traitement des quatre cardinaux qui ont envoyé la dubia au pape Francis à la vie sous l'Union soviétique.

"Nous vivons dans un climat de menaces et de refus de dialogue à l'égard d'un groupe spécifique", a déclaré Schneider en décembre 2016.

Dans un entretien exclusif avec lIFESITENEWS publié aujourd'hui, le professeur Claudio Pierantoni, l'un des savants laïcs de la récente «correction filiale» du pape François, a confirmé l'inquiétude et la peur dans lesquelles vivent de nombreux théologiens orthodoxes.

«J'ai entendu de nombreuses personnes dans des institutions catholiques (ici à Santiago et ailleurs) qui ont été menacées directement de [représailles], et donc elles n'ont pas signé», a déclaré Pierantoni. "Par exemple, j'ai appris de certaines personnes qui ont signé le document des 45 qu’on leur a dit de ne plus en signer d'autre ou ils perdraient leur poste ... J'ai entendu parler de personnes menacées, pas directement de Rome, mais par une institution [catholique] locale [pour] s'efforcer parfois d'être «plus romaine que le pape».

Le «document des 45» est une liste des questionnements théologiques concernant Amoris Laetitia, signée par 45 théologiens.

"Je l'avoue, j'ai peur de signer et je connais d'autres prêtres qui partagent ma peur ", a déclaré le prêtre britannique, le père Ray Blake, à propos de la correction filiale et des points théologiques en question. "Beaucoup de ceux qui ont signé ont au cours des quatre dernières années une certaine crainte pour leur place dans l'Église ... Sous François, le Vatican est devenu un lieu de peur et d'oppression arbitraire".

«Les cardinaux et les évêques intimident le clergé et d'autres fidèles», a écrit Blake en expliquant que «les diocèses ne sont pas Rome, mais ils reflètent Rome».

Le pape Saint-Jean-Paul II a déclaré: "Ne crains pas". Les saints à travers l'histoire ont surmonté leur peur pour défendre la vérité en dépit de terribles conséquences terrestres.

"Un ami qui a signé [la correction] a déclaré que la question était : « qu'est-ce que St. John Fisher et St. Thomas More auraient fait?", Écrit Blake.

Dans son entretien avec Pentin, Müller a discuté de la dubia, et de la correction filiale, de l'autorité papale, de son successeur à la CDF, de la manière dont les théologiens dissidents ont été traités sous le pape François et de la manière dont les «progressistes» dans l'Église manquent d’ «arguments théologiques».

Il a partagé avec Pentin le fait que, dans l'Église, il existe «de nombreux préjugés contre la congrégation» chargés de défendre la doctrine catholique. Pentin souligne qu’il a insisté sur la «diminution» du rôle de la CDF dans l'Église sous le pape François, et comment l'interprétation orthodoxe d’Amoris Laetitia de Mgr Müller est en contradiction avec au moins deux interprétations que le pape a louées.

Le cardinal Müller a également commenté brièvement une confidence papale et a fait état de la rumeur courant sur l'archevêque Víctor Manuel Fernández, recteur de l'Université catholique de Buenos Aires et l'auteur de Heal Me With You Mouth: The Art of Kissing

Il a déclaré qu'il ne pouvait pas confirmer les rumeurs selon lesquelles la CDF avait un dossier sur Mgr Fernández qui aurait épousé une théologie hérétique, en disant "c'était avant mon époque".


Les «Facultés théologiques» soumises au même climat de peur


Pentin a noté qu'une personne âgée de l'Église qui souhaitait rester anonyme a qualifié la situation actuelle de l'Église d'un «règne de terreur».

"C'est pareil dans certaines facultés de théologie", a déclaré Müller. "Si quelqu'un a des remarques ou des questions concernant Amoris Laetitia, ils seront expulsés, et ainsi de suite. Ce n'est pas une réaction mature »

« Une certaine interprétation de la note de bas de page 351 du document ne peut pas être un critère pour devenir évêque ", a-t-il déclaré. "Un futur évêque doit être un témoin de l'Evangile, un successeur des apôtres, et non seulement quelqu'un qui répète quelques mots d'un seul document pastoral du Pape sans une compréhension théologique mature".

Le cardinal a rappelé à Pentin que «personne n'est obligé d'accepter sans critique tout ce que [le pape] dit, par exemple, sur des questions politiques ou scientifiques».

Les opinions privées du pape sont juste, a-t-il dit - ses opinions privées.

"Nous devons distinguer entre ce qu’est la doctrine officielle de l'Église, le rôle du pape et ce qu'il dit dans les conversations privées", a déclaré Müller.

"Si le pape écrit une lettre personnelle et privée, ce n'est pas un document doctrinal officiel", a déclaré Mgr. Müller en parlant de l'éloge fait par le pape des lignes directrices hétérodoxes maltes et argentines concernant Amoris Laetitia. Pentin a souligné que ces interprétations, qui permettent la communion pour les divorcés-remariées dans certains cas, sont en contradiction avec la façon dont Mgr Müller interprète le document. Müller soutient qu'il doit être lu dans l'optique de l'enseignement Traditionnel antérieur de l'Église.

Pentin a également questionné Mgr Muller à propos de cette lettre aux évêques argentins dans laquelle le pape François dit qu'il n'y a "aucune autre interprétation" d'Amoris Laetitia que celle d'une communion permise aux divorcés-remariés. Le journaliste a noté que la lettre du pape a été publiée sur le site du Vatican.

« Le site du Vatican a un peu de poids, mais ce n'est pas une autorité magistrale, et si vous regardez ce que les évêques argentins ont écrit dans leur directive, vous pouvez l'interpréter de manière orthodoxe ", a répondu Müller.


Les catholiques doivent souffrir avec 'l'Eglise


"Aucune explication ne m'a été offerte" au sujet de sa démission en tant que responsable de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a déclaré M. Müller. «Le pape ne m'a vu que dans un cadre privé de routine, à la fin de mon mandat, pour discuter du travail de la congrégation et a déclaré:« C'est tout ».

Dire autre chose à propos de cela, c'est de "la spéculation", a déclaré M. Müller. Cependant, il a reconnu: «Il est vrai qu'il y a quelque temps, le pape m'a dit que certains de ses« amis » disaient que« Mgr Müller est un ennemi du pape ».

"Je suppose que ce sont des accusations anonymes, et l'anonymat des accusateurs suggère qu'ils n'étaient pas prêts à faire exposer leurs arguments à la lumière d'une discussion honnête et ouverte", a-t-il déclaré. "L'utilisation de telles tactiques sous-tendues est toujours préjudiciable à la vie de l'Eglise et au fonctionnement de la Curie ... [Le Pape François] m'a assuré qu'aucune crédibilité ne devrait être donnée à de tels ragots".

Mgr Müller a déclaré que son successeur à la CDF, l'archevêque Luis Ladaria, partage sa compréhension du catholicisme. Ils utilisent «le même cadre» des Pères de l'Église, «le fondement des versets de l'Écriture sainte, de la Parole de Dieu [et] de la Tradition apostolique», a-t-il déclaré.

Müller a noté qu'il était accusé d'être «trop proche» du pape Saint-Jean-Paul II et du pape émérite Benoît XVI.

"Il est certainement ironique que ces mêmes personnes m'accusent maintenant d'être un ennemi du pape", a-t-il déclaré. "C'est évidemment un comportement opportuniste que nous voyons. C’est le plus grand danger pour le pape »

De cette «correction», Mgr Müller a déclaré:

« Ce que l'Eglise a besoin dans cette situation grave n'est pas plus de polarisation et de polémique, mais de plus de dialogue et de confiance réciproque. Le Saint-Père et tous les bons bergers souhaitent l'intégration complète des couples en situation irrégulière. Mais cela doit se faire selon les conditions générales de l'accueil digne et valable des sacrements sacrés. Nous devons éviter de nouveaux schismes et séparations de l'Église catholique, dont le principe permanent et le fondement de son unité et de sa communion en Jésus-Christ est le véritable pape François et tous les évêques en pleine communion avec lui. Le successeur de saint Pierre mérite plein respect pour sa personne et son mandat divin et, d'autre part, ses critiques honnêtes méritent une réponse convaincante. Une possibilité de solution pourrait être un groupe de cardinaux engagés par le Saint-Père pour commencer une dispute théologique avec des représentants éminents de la dubia et les «corrections» sur l'interprétation différente et parfois controversée de quelques déclarations au chapitre 8 d'Amoris Laetitia. »


Le Vatican ne réprime plus les théologiens dissidents?


Pentin a demandé à Müller des rapports selon lesquels les théologiens dissidents ne sont pas censurés sous le pape François.

Il n'est pas «correct» de dire qu'aucune action n'a été prise contre les théologiens dissidents depuis 2013, a déclaré M. Müller.

"A mon époque, il y avait des cas où nous avons d'abord dialogué avec certains théologiens pour résoudre les problèmes d'une manière fraternelle", at-il expliqué. "Mais je pense qu'il n'y a pas eu de changement absolu dans le rôle de la congrégation. Elle doit continuer de défendre la foi contre les hérésies, les schismes et les autres délits contre l'unité de l'Église et la sainteté des sacrements ... Ma perception de la situation au cours des cinq dernières années est qu'il n'y a pas eu de changement dans le rôle de la congrégation ".

En ce qui concerne le refus de ceux qui poussent à changer l'enseignement de l'Église au dialogue et à leur «tendance à rendre les choses personnelles», le cardinal a déclaré:

« Toute ma vie, après le Concile Vatican II, j'ai remarqué que ceux qui soutiennent le soi-disant progressisme n'ont jamais d'arguments théologiques. La seule méthode qu'ils ont consiste à discréditer d'autres personnes, les appelant «conservateurs» - et cela change le point réel, c'est-à-dire la réalité de la foi, et non pas dans votre disposition personnelle subjective et psychologique. Par «conservateur», qu'est-ce qu'ils veulent dire? Quelqu'un qui aime les années 1950 ou les vieux films d'Hollywood des années 1930 ? La persécution sanglante des catholiques pendant la Révolution française par les Jacobins était-elle progressiste ou conservatrice? Ou le déni de la divinité du Christ par les Ariens du quatrième siècle, libérale ou traditionnelle ? Théologiquement, il n'est pas possible d'être conservateur ou progressiste. Ce sont des catégories absurdes: ni le conservatisme ni le progressisme n'ont quelque à voir avec la foi catholique. Ce sont des formes politiques, polémiques et rhétoriques. Le seul sens de ces catégories est de discréditer les autres personnes. »


Mgr Müller a également mis en garde contre un «malentendu pentecôtiste sur le rôle du Saint-Esprit». Parfois, certains prélats et même le pape François semblent attribuer des changements impossibles dans la doctrine ou des innovations hétérodoxes aux «surprises du Saint-Esprit».

"Dans la Parole de Dieu incarné, dans le Fils de Dieu, Jésus-Christ, nous est donné toute la grâce et la vérité", a conclu le cardinal Müller. "Le Saint-Esprit actualise la révélation complète dans la doctrine, les sacrements de l'Eglise. Le Saint-Père joue ici un rôle très important dans la Tradition apostolique, mais pas le seul. Son enseignement est régi par la parole de Dieu dans la Bible et la Tradition dogmatique de l'Église ".

_________________
Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum