La Fête des St-Innocents ( 28 décembre) ( Avec Images et Musique) - Tableau Poétique des Fetes chrétiennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Fête des St-Innocents ( 28 décembre) ( Avec Images et Musique) - Tableau Poétique des Fetes chrétiennes

Message par MichelT le Jeu 28 Déc 2017 - 2:37

Fête des St-Innocents  ( 28 décembre)

Source: Tableau Poétique des Fêtes Chrétiennes
Vicomte Walsh - 19 eme siècle

Le roi  Hérode, ami de César, fort de l'appui des Romains, entouré de gardes, tremblait dans son palais, et c'était la pensée d'un enfant qui causait sa frayeur ; car des Mages
venus des régions de l'Orient et qu'une étoile miraculeuse avait conduits de leur pays lointain à Jérusalem, disaient à ceux qui les questionnaient : Nous sommes arrivés des
contrées voisines de l'aurore pour adorer un enfant qui vient de naître en Judée, et doit être roi des Juifs. Une étoile qui d'ordinaire n'a point de place au firmament nous a servi de guide ; là où elle s'arrêtera, là nous trouverons l'enfant que nous voulons honorer.




A ces paroles, Hérode, saisi d'une grande frayeur, assembla les princes des prêtres pour les consulter, et ils lui dirent que l'enfant que ces rois de l'Orient venaient adorer ne pouvait être que le Messie annoncé par les prophètes, et que c'était dans la petite ville de Bethléem qu'il devait naître. Quand les rois ont peur, ils sont facilement cruels. Hérode, tremblant devant un enfant inconnu pris tout de suite une sanglante résolution : celle de faire massacrer tous les enfants nouveau-nés qui auraient depuis deux ans vu le jour à Bethléem et dans le pays qui avoisine la ville de David

S'étant arrêté à ce dessein, le roi de la Judée fit venir les Mages en sa présence, et leur dit : « L'enfant que vous cherchez et que vous allez honorer, je veux l'honorer aussi ; quand vous saurez le lieu de sa naissance, quand vous retournerez dans votre pays,  revenez par Jérusalem, et dites-moi où est l'enfant miraculeux, pour que je lui porte mon hommage. »


Les mages sont reçus par le roi Hérode a Jérusalem

Les Mages, sans défiance, promirent ce qu'Hérode leur demandait; mais bientôt un ange leur apparut, il leur révéla la cruelle pensée du roi de la Judée, et les Sages de l'Orient retournèrent en leur patrie sans passer par la ville d'Hérode. Ce fut vers ce même temps que Joseph sut aussi la vérité d'un ange du Seigneur, qui lui commanda de fuir en Égypte avec Marie et son nouveau-né.


Le roi Hérode ordonne l`exécution des enfants nouveau-nés de Bethléem

On le voit, le Dieu qui s'était fait homme fut de bonne heure exposé à la méchanceté des hommes. Le monde fut sans hypocrisie pour lui : tout de suite il se montra cruel et sanguinaire envers le Sauveur, qu'il méconnaissait ; et l'enfant divin n'avait pu encore marcher sur la terre où il avait voulu naître, que déjà elle se couvrait de sang dans la crainte de sa venue.


La Sainte Famille quitte Bethléem en urgence pour aller en Égypte


Route de la Sainte Famille en Égypte

Quand Jésus sortit de son berceau, ce fut pour être emporté par sa mère dans l'exil ; ainsi les douleurs du Fils de l'homme ne se firent pas attendre : elles commencèrent avec ses premiers jours !


La Sainte Famille s`installe dans la région d`Assiout en Égypte

Cette fuite vers l'Égypte se fit au milieu des plus grands dangers; car déjà l'ordre cruel d'Hérode était mis à exécution, déjà des voix lamentables étaient entendues dans Rama : c'étaient celles des mères qui pleuraient et qui ne voulaient pas être consolées, parce que leurs parce que leurs fils n'étaient plus, parce que de cruels soldats les avaient arrachés de leurs bras, les avaient tués du glaive ou écrasés contre les murailles !

Oh! quelle affreuse, quelle horrible lutte entre ces mères qui défendent leurs enfants nouveau-nés, et ces bourreaux armés! Elles n'ont ni casques, ni cuirasses, ni lances, ni boucliers; elles n'ont que leur désespoir de femme, que leur courage de mère, et elles ne craignent rien. Elles ont supplié d'abord ; mais quand elles ont vu que leurs prières étaient vaines, et que leurs larmes n'amollissaient pas le cœur des meurtriers, alors elles n'ont plus été à genoux, et si elles ont encore levé les mains, ce n'était plus pour implorer, mais pour déchirer, pour se battre, pour défendre leurs enfants. Ne voyez plus de timides femmes : voyez des lionnes hurlant, écumant, défendant leurs petits.


Le massacre des Innocents à Bethléem

Dans ce combat, plus d'un soldat d'Hérode succombe, plus d'une mère croit un instant que son courage a sauvé son fils ; mais d'autres exécuteurs des volontés du tyran arrivent, et dans les campagnes, et dans les maisons, et sous les ruines ensanglantées, et sous les tas d'enfants massacrés, et sous les corps des mères qui ont été tuées de la lance qui a tué leur fils, ils cherchent, et si un petit enfant respire encore, si sa mère est parvenue à se cacher avec lui, un martyr de plus sera immolé aux frayeurs d'Hérode; car il ne faut pas qu'un seul enfant échappe : l'enfant sauvé pourrait être le Messie, le vrai roi des Juifs, et alors que deviendrait la puissance de l'usurpateur?


Hostis Herodes, impie  (Hérode, ennemi impie)- Pedro de Escobar - ( Espagne et Portugal -) 1465 a 1535

En tout temps, en tous lieux, l'usurpation rend méchant et sanguinaire ; ce que l'injustice a pris, la cruauté veut le défendre, l`avarice veut le garder. Beaucoup de sang coula alors, et dans toutes ces si jeunes victimes immolées auprès du berceau du Christ,  la religion a voulu voir des martyrs. Ce n'est pas par la parole qu'ils ont confessé la venue du Sauveur, c'est par l'effusion de leur sang. D'autres sont montés au ciel des planches des échafauds, de la poussière rougie du cirque et des flammes des bûchers; mais eux, c'est du sein, des bras, des baisers de leur mère qu'ils ont été emportés par les anges dans les demeures célestes.


Les saint Innocents avec la palme du martyre

Jamais l'Église n'a montré plus de poésie que dans l'hymne qui se chante le jour des saints Innocents ; on dirait ces stances composées par une mère:
« Nous vous saluons , premières fleurs des martyrs !
Nous vous saluons , vous que le fer a moissonnés dès vos
premiers jours! vous, roses naissantes, que l'ouragan a
emportées toutes fraîches et toutes belles !
Vous, premières victimes, qui avez été immolées
pour le Christ ! vous jouez innocemment à ces autels,
avec les palmes et les couronnes que vous avez emportées de la terre !»


La cruauté d'Hérode ne lui servira pas. Bien des enfants ont été massacrés ; mais l'enfant dont il voulait la mort, celui-là est sauvé !  Le sang des nouveau-nés a formé des ruisseaux ; mais le Fils de la Vierge n'a pas été atteint du glaive ! du glaive qui a fait pleurer tant de mères!


Crudelis Herodes, Deum ( Cruel Hérode)

Ainsi Moïse, le libérateur d'Israël, échappa au cruel édit du Pharaon. Ainsi son berceau fut retiré des eaux du Nil ; ainsi le salut fut donné à celui qui précédait le Christ, le Désiré des nations. Tendre troupeau de blanches brebis, il servira l'Agneau dans les parvis du ciel ! Ce sont ceux-là qui n'ont connu que les baisers de leurs mères, ce sont ceux-là qui suivent l'Agneau partout; car ils sont purs comme la neige, et le mensonge n'a pas souillé leur bouche.


Moise, trouvé dans le Nil échappe aux massacres des enfants ordonné par le Pharaon d`Égypte

La fête des saints Innocents, fixée au 28 décembre, remonte au neuvième siècle ; depuis ce temps la célébration en fut presque générale, jusqu'à ce que des folies vinssent la déshonorer. Comme en cette fête, consacrée à la mémoire des jeunes martyrs, on donnait le pas et la place d'honneur aux enfants; comme c'était en quelque sorte la fête spéciale des petits enfants, la raison ne présida pas toujours à tout ce qui fut introduit, en quelques villes, dans le cérémonial de ce jour.

De la fête des Enfants, l'abus fit la fête des Fous, et alors d'ignobles bouffonneries profanèrent le sanctuaire. Ces sacrilèges ont cessé, et aujourd'hui la fête des petits martyrs a retrouvé toute sa pureté ; et, dans nos églises, bien des larmes reviennent aux yeux des mères chrétiennes quand elles chantent devant l'autel encore paré des pompes de Noël.

« Nous vous saluons, prémices et fleurs des martyrs! Nous vous saluons, vous que le fer a moissonnés dès vos premiers jours ! vous, roses naissantes, que l'ouragan a emportées toutes fraîches et toutes belles! »

La religion catholique, qui n'a pas voulu que sur la terre il y eût une misère sans secours, un mal sans remède, une douleur sans consolation, a aussi placé dans le ciel des protecteurs pour tous les hommes.


Icone sur les Saint-Innocents


Michael Haydn - Hymn - Salvete Flores (Vesperae pro festo SS Innocentium, KL IV/5 (1793) ( Fleurs des martyrs - en l`honneur des St-Innocents)

Les puissants du monde, ceux qui s'assoient sur les trônes, ont, pour intercéder en leur faveur auprès du Roi des rois, sainte Clotilde, saint Louis, sainte Radegonde, saint Ferdinand, saint Henri, saint Casimir. Les guerriers ont saint Georges, saint Maurice et tous les pieux soldats de la légion Thébaine.

Les chastes filles qui se sont vouées au Seigneur ont pour première patronne Marie, la reine des vierges ; puis sainte Ursule, sainte Thérèse, sainte Angèle, et sainte Geneviève, bergère de Nanterre.  Les vieillards prient les saints patriarches, et les petits enfants ont pour intercesseurs dans les régions célestes les chérubins, leurs frères, et ces jeunes martyrs dont le sang a coulé à l'entour du berceau de l`Enfant-Jésus.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum