Guérison d'un parlytique chez saint Pierre

Aller en bas

Guérison d'un parlytique chez saint Pierre

Message par etienne lorant le Ven 12 Jan 2018 - 14:50

Le vendredi de la 1re semaine du temps ordinaire

Premier livre de Samuel 8,4-7.10-22a.
En ces jours-là, tous les anciens d’Israël se réunirent et vinrent trouver Samuel à Rama. Ils lui dirent : « Tu es devenu vieux, et tes fils ne marchent pas sur tes traces.  Maintenant donc, établis, pour nous gouverner, un roi comme en ont toutes les nations. » Samuel fut mécontent parce qu’ils avaient dit : « Donne-nous un roi pour nous gouverner », et il se mit à prier le Seigneur. Or, le Seigneur lui répondit : « Écoute la voix du peuple en tout ce qu’ils te diront. Ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent : ils ne veulent pas que je règne sur eux. » Samuel rapporta toutes les paroles du Seigneur au peuple qui demandait un roi. Et il dit : « Tels seront les droits du roi qui va régner sur vous. Vos fils, il les prendra, il les affectera à ses chars et à ses chevaux, et ils courront devant son char. Il les utilisera comme officiers de millier et comme officiers de cinquante hommes ; il les fera labourer et moissonner à son profit, fabriquer ses armes et les pièces de ses chars. Vos filles, il les prendra pour la préparation de ses parfums, pour sa cuisine et sa boulangerie. Les meilleurs de vos champs, de vos vignes et de vos oliveraies, il les prendra pour les donner à ses serviteurs. Sur vos cultures et vos vignes il prélèvera la dîme, pour la donner à ses dignitaires et à ses serviteurs. Les meilleurs de vos serviteurs, de vos servantes et de vos jeunes gens, ainsi que vos ânes, il les prendra et les fera travailler pour lui. Sur vos troupeaux, il prélèvera la dîme, et vous-mêmes deviendrez ses esclaves. Ce jour-là, vous pousserez des cris à cause du roi que vous aurez choisi, mais, ce jour-là, le Seigneur ne vous répondra pas!» Le peuple refusa d’écouter et dit: il nous faut un roi. Nous serons comme toutes les nations ; notre roi nous gouvernera, il marchera à notre tête et combattra avec nous. » Samuel écouta toutes les paroles du peuple et les répéta aux oreilles du Seigneur. Et le Seigneur lui dit: «Écoute-les, et qu’un roi règne sur eux ! »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 2,1-12.
Quelques jours après la guérison d’un lépreux, Jésus revint à Capharnaüm, et l’on apprit qu’il était à la maison. Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, pas même devant la porte, et il leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.  Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, ils font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » Or, il y avait quelques scribes, assis là, qui raisonnaient en eux-mêmes: « Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Percevant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils se faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenez-vous de tels raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire à ce paralysé : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien lui dire : “Lève-toi, prends ton brancard et marche” ? Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre… – Jésus s’adressa au paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. » Il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient frappés de stupeur et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n’avons jamais rien vu de pareil. »

Les textes de de jour nous montrent comme l'homme est prompt à estimer ce qui est bon pour lui, sans même prendre le temps de la réflexion. Dans la première lecture, c'est le juge Samuel qui est remis en question - mais quand ils rejettent Samuel, c'est également Dieu qu'ils refusent d'entendre. Samuel aura beau leur exposer les lourds inconvénients qu'une royauté fera peser sur eux, ils refuseront d'écouter. Pourtant, ils sont le peuple de Dieu et choisi parmi tous les autres peuples sur la terre !  Mais non, rien à faire, il leur faut être "comme les autres".  Si leurs voisins avaient choisi de se soumettre à un empereur, ils auraient fait de même. Mais Dieu les laisse faire selon leurs envies...

C'est une leçon pour nous aussi:  si nous décidons de renoncer à vivre selon les préceptes de notre foi - par exemple pour suivre la philosophie, le rationalisme, l’hédonisme - ou même - pourquoi pas - les élucubrations de la sulfureuse "théorie du genre" ... si tel est notre choix, le Seigneur nous laissera faire...  Si nombreux, s'est plaint notre prêtre, sont les hommes et les femmes dont la religion est toute de surface, vécue uniquement à l'église du dimanche, mais le Seigneur laisse faire - notre liberté de choix est essentielle pour Dieu aussi.

Dans l’Évangile du jour, on retrouve les mêmes questionnements. Ainsi, les juifs présents, et particulièrement les scribes sont venus scruter la parole et les actes de Jésus afin de trouver éventuellement de quoi l'accuser. Mais Jésus, connaissant bien leurs intentions, va d'abord remettre les péchés du malade afin de mieux dénoncer l’hypocrisie des membres du temple.
La guérison instantanée du malade - que tout le monde connaissait à Capharnaüm - manifeste bien que pour certains hommes, dont le cœur et l'esprit sont définitivement fermés à la grâce, il n'y a pas de guérison possible.  Si quelqu’un ne veut pas croire, son cœur se fermera pour toujours à la miséricorde divine...

Forte "remise au point" ce matin - au commencement d'une nouvelle année liturgique !

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum