Méditation Quotidienne !

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Lun 29 Jan 2018 - 12:56

Rappel du premier message :



Méditation Quotidienne !

Le démon vaincu !


Satan s’acharne à empêcher l’avènement du Royaume en Jésus. Il ne veut pas de ce monde nouveau dont il n’est pas le centre. De façon exemplaire, sur le mode d’une « ouverture » musicale qui contient déjà les thèmes qui seront développés par la suite, dès le début de la vie publique de Jésus, au désert, Satan tente de détourner le Fils de sa mission en l’orientant vers une réussite toute terrestre. Et si Jésus impose le silence aux démons qui le confessent comme le Saint de Dieu, c’est parce qu’ils entretiennent ainsi chez les hommes une idée fausse, « triomphaliste », de la mission du Messie. On comprend mieux alors que Jésus qualifie de Satan le pauvre Simon Pierre qui voudrait le détourner de la Passion. La Passion, c’est l’heure de Satan, « l’heure et le pouvoir des ténèbres ». C’est le kairos de Satan, que saint Luc annonçait dès l’échec des tentations : Ayant épuisé toute tentation, le diable s’éloigna de lui jusqu’au moment favorable [kairos] » (Lc 4, 13). Dans la Passion, Satan donne libre cours à sa nature homicide. Mais, en réalité, la Passion est plus encore l’Heure du Christ, où Satan est pris à son propre piège. Car dans la faiblesse de la Passion, Jésus se révèle en réalité le « plus fort ».

Voilà pourquoi, au moment d’entrer dans la Passion, Jésus déclare : C’est maintenant le jugement du monde ; maintenant le Prince de ce monde va être jeté bas (Jn 12, 31).

Serge-Thomas Bonino, o.p.

Dominicain enseignant à l’Institut catholique de Toulouse, Serge-Thomas Bonino est directeur de la Revue thomiste. Il est membre de la Commission théologique internationale et de l’institut Saint-Thomas-d’Aquin. / Il m’a aimé et s’est livré pour moi, Parole et Silence, Paris, 2013, p. 126-127.


Dernière édition par Lys le Sam 10 Fév 2018 - 16:46, édité 3 fois
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas


Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Dim 11 Mar 2018 - 14:19




L'homme a ce pouvoir vraiment mystérieux de pouvoir préférer la mort à la vie, le mensonge à la vérité, l'obscurité à la lumière. Mais Dieu a tant aimé le monde qu'il lui a donné son Fils unique pour le sauver


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Lun 12 Mar 2018 - 17:19



Ta parole, Seigneur, est vérité

Quand Jésus dit au fonctionnaire « Va, ton fils est vivant. » sans même se rendre physiquement auprès du malade, le fonctionnaire « crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit » Puis sa foi s’affermit lorsqu'on lui confirme que l’heure de la guérison correspond au moment où Jésus lui avait dit :« Ton fils est vivant. », pour ensuite devenir contagieuse et s'étendre à tous les gens de sa maison !

Notre foi nous dit Jésus ne doit pas être fondée que sur des signes et des prodiges. Quand Jésus exauce la prière du fonctionnaire seule sa foi en la parole de Jésus lui permet de voir ce que ses yeux n'ont pas vu: la guérison de son fils ! La foi vient de ce qu'on entend de la Parole...

Et pour que la Parole puisse être entendu, il faut que quelqu'un parle... Avons nous assez de foi pour le faire?
Demandons cette grâce au Seigneur pour qu'il augmente notre foi afin de voir Sa présence et Son agir dans nos vies au delà des résultats immédiats, au delà de ce que nos yeux de chair voient, que notre foi puisse devenir contagieuse et s'étendre tout autour de nous ! Amen!

Liliane Grondin

avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Mar 13 Mar 2018 - 19:08




1er point. Elles ne suffisent pas pour effacer leurs péchés s'ils y persévèrent. Car il ne faut pas s'imaginer qu'un pécheur puisse jamais acheter par ses aumônes le droit de persister dans ses désordres. Si ce trafic avait lieu, il s'ensuivrait que les riches auraient plus de moyens et de facilité pour se sauver que les pauvres.

2e point.
L'aumône a cependant une vertu particulière pour attirer du Ciel les grâces qui sont nécessaires au pécheur pour se convertir ; et c'est en ce sens qu'il est dit : Rachetez vos péchés par vos aumônes.... la charité couvre la multitude des péchés... donnez et l'on vous donnera.... faites l'aumône de votre superflu, et vous serez tout-à-fait purs. Ainsi ce Centurion, dont il est parlé au livre des Actes, obtint du Ciel la grâce de la Foi, parce qu'il faisait beaucoup d'aumônes au peuple, et qu'il priait Dieu continuellement. Il vint un Ange du Ciel qui lui dit : Vos prières et vos aumônes sont montées jusques à Dieu, et il s'en est souvenu. Combien de riches retenus par de criminelles habitudes dans les liens de l'iniquité, pourraient obtenir par les mêmes moyens la grâce de se convertir !

Extrait de « Méditation : sur les principaux devoirs du Christianisme » par Henri Griffet.


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Méditation sur le goût de la dépense !

Message par Lys le Jeu 15 Mar 2018 - 16:37




Méditation sur le goût de la dépense !

1er point. C'est un gout très commun et très-pernicieux. Il est la source de mille désordres : il rend ceux qui s'y livrent, insensibles aux besoins des pauvres ; il porte le trouble et la division dans le sein des familles ; il arme les pères contre les enfants, et les enfants contre les pères ; il sépare les époux et les épouses ; il ouvre des abîmes de dettes, que rien ne saurait remplir ; il anéantit sans ressource la fortune des mondains pour la vie présente, et le salut pour la vie future.

2e point. Pour le réprimer, un Chrétien doit se borner au vrai nécessaire, c'est-à-dire, aux dépenses absolument nécessaires à la vie et à la condition. L'une et l'autre sont l'ouvrage de Dieu, dit Saint Augustin ; il veut que vous conserviez son ouvrage, et par conséquent que vous souteniez votre vie et votre condition. Mais ce luxe immodéré qui s'étend au-delà des besoins, de la condition, et de la vie, n'est point dans l'ordre de Dieu ; il ne vient que du désordre de vos passions. Bornez-vous donc à ce qui suffit à l'ouvrage de Dieu, et retranchez tout ce qui ne sert qu'à entretenir l'ouvrage du Démon.

Extrait de « Méditations Les dissipations du fils prodigue (Murillo) ; sur les principaux devoirs du Christianisme » par Henri Griffet.

avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

MÉDITATION DU JOUR 17 mars Tel que j’étais ! Moi, Patrick le pécheur,

Message par Lys le Sam 17 Mar 2018 - 18:30




MÉDITATION DU JOUR 17 Mars

Tel que j’étais !

Moi, Patrick le pécheur,
qui étais d’abord rustique, exilé et ignorant, qui ne sais pas prévoir pour l’avenir, je sais avec certitude que, avant d’être humilié, j’étais comme une pierre qui gît dans un bourbier profond, et celui qui est puissant est venu et dans sa miséricorde m’a pris et, en vérité, m’a élevé en haut et m’a placé au haut du mur. Et c’est pourquoi je devais crier pour rendre quelque chose au Seigneur, en échange de tant de bienfaits ici et dans l’éternité, dont l’esprit humain ne peut estimer la valeur.

Aussi étonnez-vous, grands et petits, qui craignez Dieu et vous, maîtres de rhétorique, écoutez et examinez. Qui m’a appelé, sot que j’étais, du milieu de ceux qui semblent être sages et instruits de la loi et puissants en paroles et en toute chose ? Et c’est moi, qui suis détesté de ce monde, qu’il a inspiré plus que les autres, tel que j’étais, pourvu que, avec crainte, respect et sans plainte, je fusse fidèlement utile à la nation où l’amour du Christ m’a transporté et à laquelle il m’a donné pour ma vie, si j’en suis digne, afin que je la serve avec humilité et sincérité.

Dans la mesure de la foi à la Trinité, il faut distinguer, sans appréhender le danger, faire connaître le don de Dieu et la consolation éternelle et répandre partout le nom de Dieu, sans crainte et avec confiance, pour qu’encore après ma mort je laisse un héritage à mes frères et à mes fils, que j’ai baptisés dans le Seigneur, au nombre de tant de milliers d’hommes.

St Patrick

Saint Patrick († v. 461) a quitté son Angleterre natale pour évangéliser l’Irlande, dont il est le saint patron. / Confession, 12-14, trad. G. Dottin, Les livres de saint Patrice, apôtre de l’Irlande, Bloud & Cie, Paris, 1908, p. 29.


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Dim 18 Mar 2018 - 12:26



Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense.
J’aime

Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne. Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ; vers toi, reviendront les égarés. Psaume (50 (51), 3-4, 12-13, 14-15)

Liliane Grondin


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

MÉDITATION DU JOUR Joseph, dépositaire du mystère divin !

Message par Lys le Mar 20 Mar 2018 - 0:50




MÉDITATION DU JOUR

Joseph, dépositaire du mystère divin !


Joseph est, avec Marie, le premier dépositaire [du] mystère divin. En même temps que Marie – et aussi en rapport avec Marie –, il participe à la phase culminante de cette révélation que Dieu fait de lui-même dans le Christ, et il y participe dès le premier commencement. En ayant devant les yeux le texte des deux évangélistes Matthieu et Luc, on peut dire également que Joseph est le premier à participer à la foi de la Mère de Dieu, et qu’ainsi il soutient son épouse dans la foi à l’Annonciation divine. Il est aussi le tout premier placé par Dieu sur le chemin du « pèlerinage de foi » de Marie. Chemin – surtout à partir du Calvaire et de la Pentecôte – où Marie le précède de manière parfaite.

Le chemin personnel de Joseph, son pèlerinage de foi se conclura le premier, c’est-à-dire avant que Marie ne se tienne au pied de la croix sur le Golgotha et avant que, le Christ étant retourné vers son Père, elle ne se retrouve au cénacle de la Pentecôte le jour où fut manifestée au monde l’Église, née de la puissance de l’Esprit de vérité. Cependant, le chemin de foi de Joseph suit la même direction, il reste totalement déterminé par le même mystère dont il était, avec Marie, devenu le premier dépositaire. L’Incarnation et la Rédemption constituent une unité organique et indissoluble dans laquelle « l’économie de la Révélation comprend des événements et des paroles intimement unis entre eux ».

St Jean-Paul II

Jean-Paul II, pape de 1978 à 2005, a été canonisé en 2014. / Exhortation apostolique Redemptoris Custos, 15 août 1989.


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Jeu 22 Mar 2018 - 15:42




MÉDITATION DU JOUR

JEUDI 22 MARS

De génération en génération !


Si le baptême fait de celui qui le reçoit un prêtre et un prophète, il le rend capable d’enseigner ; il lui fait donc le devoir de transmettre. Chaque baptisé se doit, par conséquent, de passer aux plus jeunes le relais reçu des plus anciens. Ainsi s’explique la sollicitude particulière avec laquelle l’Église a toujours entouré les familles. Contrairement aux apparences peut-être, ce n’est pas d’abord un réflexe conservateur qui pousse l’Église à agir de la sorte, n’en déplaise à certains toujours prompts à la caricature, mais la conviction selon laquelle la famille constitue le milieu le plus naturel, le plus immédiat et le plus évident de la transmission. On ne transmet que ce que l’on aime, on prévoyait donc que, par amour de leurs enfants, les parents allaient les éveiller à ce qu’ils croyaient être le meilleur. Le pédagogue n’attend pas de gratitude. Il lui est demandé de donner gratuitement, sans espoir de retour. En ce sens, l’acte de transmettre s’apparente à un acte de charité pure.

Mgr Jean-Louis Bruguès, o.p.

Jean-Louis Bruguès, dominicain, archevêque émérite d’Angers, est actuellement archiviste et bibliothécaire de l’Église catholique à Rome. / Chemin faisant, Cerf, Paris, 2016, p. 267.281.


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Ven 23 Mar 2018 - 16:22




Méditons l'Évangile d'aujourd'hui.

Jour liturgique : Temps du Carême - 5e Semaine: Vendredi

«J'ai multiplié sous vos yeux les oeuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider?»


Aujourd'hui alors qu'il ne nous reste qu'une semaine pour commémorer la mort du Seigneur, l'Evangile nous présente les motifs de sa condamnation. Jésus essaie de montrer la vérité, mais les juifs le tiennent pour un blasphémateur et le condamnent à être lapidé. Jésus leur parle des œuvres qu'Il a accomplies, actes de Dieu qui l'accréditent, Il leur explique pourquoi Il se nomme “Fils de Dieu”… Néanmoins ces sujets sont difficiles à comprendre par ses adversaires: “être dans la vérité”; “entendre sa voix”..., Il leur parlait de son cheminement ainsi que de l'engagement de sa personne, faits qui font que Jésus soit connu et aimé —«Maître où habites-tu?» (Jn 1,38), lui demandèrent les disciples au début de son ministère. Mais tout est en vain: ce que Jésus essaie de leur dire est d'une telle ampleur qu'ils n'arrivent pas à le saisir, les seuls à comprendre le sens de ses mots sont les simples et les petits, car le Royaume des cieux est caché aux grands et savants.

Jésus se bat pour présenter des arguments qu'ils puissent accepter, mais Il essaie en vain. Au fond, Il mourra pour avoir dit la vérité sur lui-même, pour être fidèle à sa personne, à son identité et à sa mission. En tant que prophète, Il lancera un appel à la conversion et cet appel sera rejeté, Il est le nouveau visage de Dieu et on Lui crachera dessus, Il fonde une nouvelle fraternité et Il sera abandonné.

A nouveau la Croix du Seigneur s'élève de toutes ses force, comme un vrai étendard, comme la seule raison indiscutable: «Oh admirable vertu de la Croix! Oh ineffable gloire du Père! En elle nous pouvons contempler le tribunal du Seigneur, le jugement du monde et le pouvoir du Crucifié. Oh oui Seigneur! Tu as attiré à toi toutes les choses, lorsque t'as tendu tes mains vers le peuple incrédule et rebelle, l'univers entier a compris qu'il devait rendre hommage à ta majesté!» (Saint Léon le Grand). Jésus doit fuir de l'autre coté du Jourdan et ceux qui croient vraiment en Lui le rejoignent prêts à le suivre et à l'écouter.

Commentaire:
Abbé Carles ELÍAS i Cao (Barcelona, Espagne)


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Sam 24 Mar 2018 - 14:02



«Jésus allait mourir pour la nation. Or, ce n'était pas seulement pour la nation, c'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés»

Aujourd'hui, alors qu'Il monte vers Jérusalem, Jésus se sait poursuivi, traqué, condamné d'avance, car, plus grande et plus neuve fut sa révélation —l'annonce du Royaume— plus vaste et plus claire fut la division et l'opposition qu'Il trouva chez ceux qui l'écoutaient (cf. Jn 11,45-46).

Les paroles négatives de Caïphe, «il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple, et que l'ensemble de la nation ne périsse pas» (Jn 11,50), seront positivement assumées par Jésus dans notre rédemption par Sa mort expiatoire. Jésus, le seul vrai Fils engendré par Dieu, meurt sur la Croix par amour pour chacun de nous! Il meurt pour faire réalité le plan du Père, c'est à dire, «rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés» (Jn 11,52).

Et voici l'admirable créativité de notre Dieu. Caïphe, avec sa sentence («il vaut mieux qu'un seul homme meure.» ne fait qu'éliminer, emporté par sa haine, un idéaliste; Dieu le Père, au contraire, en envoyant son Fils par amour pour nous, réalise une chose merveilleuse: convertir cette sentence malveillante en une ouvre d'amour, car, pour Dieu le Père, chaque homme vaut tout le sang versé par Jésus Christ!

Dans une semaine, nous chanterons —lors de la solennelle Veillée Pascale— l'annonce de la Pâque. À travers cette merveilleuse prière, l'Église fait l'éloge du péché originel. Et elle ne le fait pas parce qu'elle ignore sa gravité, mais parce que Dieu —dans sa bonté infinie— fit des prouesses en réponse au péché de l'homme. À son “chagrin originel”, Il a répondu par l'Incarnation, l'immolation personnelle et l'institution de l'Eucharistie. Aussi la liturgie chantera-t-elle samedi prochaine: «Merveilleuse condescendance de ta grâce! Imprévisible choix de ton amour! Heureuse fut la faute qui nous valut un tel Rédempteur!».

Que nos paroles et nos actes ne soient pas des obstacles à l'évangélisation, car nous aussi, nous avons reçu du Christ le mandat de rassembler les fils dispersés de Dieu: «Allez donc! De toutes les nations faites des disciples» (Mt 28,19).

Commentaire:

Abbé Xavier ROMERO i Galdeano (Cervera, Lleida, Espagne)

avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Dimanche 25 Mars MÉDITATION DU JOUR Pourquoi tant de sang ?

Message par Lys le Dim 25 Mar 2018 - 14:47




Dimanche 25 Mars

MÉDITATION DU JOUR

Pourquoi tant de sang ?


Pourquoi Jésus Christ, pouvant nous sauver par une seule goutte de sang, a-t-il voulu verser tout ce qu’il en avait au milieu des tourments, jusqu’à expirer de douleur sur une croix ? Il voulut répandre tout son sang pour nous témoigner l’amour excessif qu’il nous porte. Je dis excessif, puisque Moïse et Élie, sur le mont Thabor, appelèrent la Passion de Jésus Christ un excès, c’est-à-dire, un excès de miséricorde et d’amour.

Mon Dieu, la sainteté même, je vous ai déshonoré par mes péchés, mais Jésus Christ, satisfaisant pour moi par sa mort, vous a surabondamment restitué l’honneur que je vous avais enlevé ; par amour de ce Fils mort pour moi, ayez donc pitié de votre créature. Et vous, mon Rédempteur, qui avez voulu mourir pour m’obliger à vous aimer, faites que je vous aime. Je mériterais, pour avoir méprisé votre grâce et votre amour, d’être condamné à ne pouvoir plus vous aimer ; mais non, mon Jésus, envoyez-moi toute espèce de châtiment, excepté celui-là. Je vous prie donc de ne point m’envoyer en enfer, parce que je ne pourrais plus vous y aimer. Faites que je vous aime, et puis, châtiez-moi comme vous le voulez. Privez-moi de tout, excepté de vous. J’accepte toutes les maladies, toutes les ignominies et toutes les peines que vous voudrez me faire souffrir, il me suffit de vous aimer.

St Alphonse-Marie de Liguori

Auteur spirituel et évêque italien, Alphonse-Marie de Liguori († 1787) est le fondateur de la congrégation du Très-Saint-Rédempteur (rédemptoristes). Son enseignement insiste sur la confiance en Dieu et en sa bonté. Il a été proclamé docteur de l’Église en 1871. / L’Âme fidèle au pied de la croix, Lefort, Lille, 1835, p. 131s.


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

LUNDI 26 MARS MÉDITATION DU JOUR Ton nom, Seigneur : un parfum répandu !

Message par Lys le Lun 26 Mar 2018 - 15:40



LUNDI 26 MARS

MÉDITATION DU JOUR

Ton nom, Seigneur : un parfum répandu !


Sainte Marie, on le lit souvent dans l’Évangile, plut beaucoup au Christ par la grandeur extraordinaire de sa foi. Dans le passage qui précède, en pleurant la mort de son frère, elle fit pleurer aussi le Seigneur, car elle provoqua à la tendresse l’auteur de la tendresse.

Ici, elle montre son affection et sa piété à l’égard du Seigneur en prenant une livre de parfum de nard, pour en oindre les pieds du Seigneur et ensuite les essuyer avec ses cheveux. Cette femme préfigurait l’Église qui a offert au Christ la dévotion pleine et totale de sa foi. Marie, en effet, prit une livre de parfum précieux ; or, dans une livre, il y a douze onces. C’est donc la mesure du parfum précieux, l’enseignement des douze Apôtres. Et ce n’est pas sans raison que le nom même du Seigneur est appelé parfum répandu (Ct 1, 2). Un parfum, comme vous le savez, tant qu’il est conservé à l’intérieur de son flacon, garde en lui la force de son odeur ; mais dès qu’on le verse ou le vide, alors, il répand son parfum odorant en long et en large. Ainsi, notre Seigneur et Sauveur, alors qu’il régnait au ciel avec le Père, était-il ignoré du monde, inconnu ici-bas. Mais lorsque, pour notre salut, il a daigné s’abaisser en descendant du ciel pour prendre un corps humain, alors, il a répandu dans le monde la douceur et le parfum de son nom.

St Chromace d’Aquilée

Saint Chromace († 409) fut évêque d’Aquilée en Italie. / Sermon 11, 1.3, trad. H. Tardif, Sources Chrétiennes 154, Cerf, Paris, 1969, p. 213.217-219.

avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du Jour ce 27 Mars L’humanité de Judas |

Message par Lys le Mar 27 Mar 2018 - 17:45



Méditation du Jour ce 27 Mars

L’humanité de Judas |

C’est l’humanité que l’on ne peut manquer de percevoir au cœur de l’histoire de Judas, distincte de l’objectif des Évangiles et de l’histoire chrétienne centrale, cette humanité qui repose sur la description d’une amitié entre Judas et Jésus. Être assis à la même table qu’un autre et partager le pain avec lui est un acte très intime. Cette expérience est offerte à chacun, tout comme celle de partir à l’aventure avec un compagnon, de quitter sa ville natale, de sillonner le pays et d’arriver dans une grande ville. Et voilà qu’ensuite, cette amitié tourne mal et devient destructrice. Nous avons tous également connu cela. Et que nous l’admettions ou non, il y a en chacun de nous un peu de Judas. C’est ce qui le rend aussi irrésistible. Et nous avons tous également, à une étape ou à une autre de notre vie, été trahis, ou bien nous avons interprété ce qui nous arrivait comme une trahison, que ce soit dans notre cadre professionnel, dans notre famille ou lors d’une rupture amoureuse. La trahison nous laisse à vif. Voilà pourquoi nous réagissons aussi promptement à tous les récits de trahison. Et c’est pour cela que le Judas des Évangiles possède une telle résonance tant au sein du christianisme qu’à l’extérieur.

Peter Stanford

Peter Stanford est écrivain et directeur du Longford Trust. Ancien rédacteur en chef du Catholic Herald, il est l’auteur de nombreux ouvrages. / Judas, Fayard, Paris, 201

avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Jeu 29 Mar 2018 - 16:52




Méditation ce Jeudi Saint 29 Avril

« Après tout ce que je viens de dire, je frémissais de crainte de ne le pouvoir mettre en pratique, et comme j’allais à la sainte communion, il me fit entendre qu’il venait lui-même imprimer dans mon cœur la sainte vie qu’il mène en l’eucharistie, vie toute cachée et anéantie aux yeux des hommes, vie de mort, de sacrifice, et qu’il me donnerait la force de faire ce qu’il désirait de moi. »

Prière
Seigneur Jésus,
Toi qui es venu allumer un feu sur la terre, je m’abandonne aujourd’hui à la volonté du Père dans le souffle de l’Esprit Saint. Purifie mon coeur, embrase-le d’amour et de charité. Fais grandir en moi le désir de la sainteté. Par le Coeur Immaculé de Marie, moi, … je me consacre tout entier à ton Coeur pour t’aimer et te servir.
Amen !


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Aimer jusqu’à mourir; mourir plutôt que d’arrêter d’aimer…

Message par Lys le Ven 30 Mar 2018 - 14:11



Méditation !

Aimer jusqu’à mourir; mourir plutôt que d’arrêter d’aimer…


Seigneur, te voilà sur la croix. Méprisé, abandonné de tous, tu nous ouvres pourtant encore les bras. Tu as vu nos souffrances et nos douleurs et tu as voulu les porter. Tu as vu nos péchés et tu as voulu t'en charger. Obéissant jusqu'à la mort, tu as voulu aller jusqu'au bout de l'amour.Grâce à toi:

«Tout est accompli.»

Ne perdons pas de vue le Christ mort sur la croix, même si la route nous paraît longue avec sur nos épaules nos croix de tous les jours, regardons le Christ en croix; taisons-nous; écoutons; aimons.... Nos croix, transformées par l’amour, deviennent alors comme la sienne, source de vie, victoire sur le péché et la mort.

Liliane Grondin


avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Sam 31 Mar 2018 - 10:22



Méditation ce 31 Mars

C’est au cœur de la Semaine Sainte qu’apparaît dans l’évangile le disciple bien-aimé : entre Judas et Pierre à la Cène, alors que le Christ livre son corps entre les mains de ses disciples, un disciple tout contre Jésus accueille l’offrande de sa vie. Il demeurera avec lui au pied de la croix et prendra chez lui Marie.
Entrons dans la radicalité de notre sainte, si attachée au corps livré de Jésus pour nous dans l’eucharistie, avec les écrits d’une de ses retraites.

Samedi saint : le repos

« Mon silence intérieur et extérieur sera pour honorer le sien. Lorsque je parlerai, ce sera pour rendre hommage à cette parole du Père, ce Verbe divin qui est caché dans l’hostie. »

Prière

Seigneur Jésus,

Toi qui es venu allumer un feu sur la terre, je m’abandonne aujourd’hui à la volonté du Père dans le souffle de l’Esprit Saint. Purifie mon coeur, embrase-le d’amour et de charité. Fais grandir en moi le désir de la sainteté. Par le Coeur Immaculé de Marie, moi, … je me consacre tout entier à ton Coeur pour t’aimer et te servir.

Amen !

avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Méditations de ce jour 2 Avril; Vite, elles quittèrent le tombeau,

Message par Lys le Lun 2 Avr 2018 - 20:46




Méditons l'Évangile d'aujourd'hui !

Jour liturgique : Lundi - Octave de Pâques

Voir Première Lecture et Psaume

Texte de l'Évangile (Mt 28,8-15):


«Vite, elles quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples»

Aujourd'hui la joie de la résurrection fait des femmes qui sont allées au tombeau, de courageuses messagères du Christ. Elles sont «toutes joyeuses» dans leur cœurs à cause de l'annonce de l'Ange que leur Maître est ressuscité. Puis elles quittèrent le tombeau “et coururent” porter la nouvelle aux disciples. Elles ne peuvent rester inactives et leurs cœurs éclateraient si elles ne pouvaient pas en parler à tous les disciples. Dans nos âmes résonnent les mots de Paul: «En effet, l'amour du Christ nous saisit» (2Co 5:14).

Et voici que Jésus vint à leur rencontre: il le fait avec Marie-Madeleine et avec l'autre Marie —c'est ainsi que Christ les remercie et qu'il récompense l'audace d'aller le chercher de bonne heure—, et il le fait aussi avec tout homme et toute femme. Mieux encore, le Christ par son Incarnation s'est uni à chacun de nous.

Les réactions de ces femmes en présence du Seigneur expriment au plus haut degré les attitudes les plus profondes de l'être humain devant Celui qui est notre Créateur et Rédempteur: la soumission totale —«et, lui saisissant les pieds, elles se prosternèrent devant lui» (Mt 28:9)— et l'adoration. Quelle leçon pour nous ! Elles nous indiquent notre attitude envers le Christ Eucharistie!

«Soyez sans crainte» (Mt 28:10), dit Jésus aux saintes femmes. Crainte du Seigneur? Jamais. Puisqu'il est l'Amour des nos amours! Crainte de le perdre, sans doute, parce que nous connaissons nos faiblesses. Aussi saisissons-nous très fort ses pieds. Comme les Apôtres, surpris par une furieuse tempête, comme les disciples d’Emmaüs, nous lui demandons: Seigneur, nous t'en prions, ne nous abandonne pas!

Et le Maître envoie les femmes aux disciples afin qu'ils puissent le voir. C'est là notre tâche quotidienne et notre mission divine depuis notre baptême: annoncer le Christ partout «que tout homme puisse retrouver le Christ, afin que le Christ puisse parcourir la route de l'existence, en compagnie de chacun, avec la puissance de la vérité sur l'homme et sur le monde contenue dans le mystère de l'Incarnation et de la Rédemption, avec la puissance de l'amour qui en rayonne» (Jean Paul II).

Commentaire:
Abbé Joan COSTA i Bou (Barcelona, Espagne)
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Mar 3 Avr 2018 - 20:22




Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.

MÉDITER AVEC LES CARMES

Mardi 3 Avril

Dans tous les récits évangéliques qui rapportent une apparition de Jésus ressuscité, on retrouve trois éléments :

- le Christ ressuscité prend l’initiative : il se fait voir,

- puis il se fait reconnaître,

- et enfin il confie une mission.


Ici Marie de Magdala semble avoir pris les devants: elle se hasarde hors des murs de Jérusalem alors qu’il fait encore sombre. Mais elle s’attend à trouver un homme mort; c’est un mort qu’elle cherche, parce qu’elle ne veut pas oublier, et elle accuse déjà ceux qui l’ont devancée : « Ils ont enlevé mon Seigneur, et nous ne savons pas où ils l’ont  mis ! »

Elle est en quête de son Seigneur mort, du corps de son Seigneur, mais la véritable initiative va venir du Vivant, de Jésus de nouveau vivant, qui se tient là où elle est, et qui lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? »

Ainsi l’initiative de Jésus vient au-devant du courage de Marie Madeleine: si elle trouve, c’est parce qu’elle cherche, mais surtout parce que Jésus la cherche.

Mais il faut que Jésus se fasse reconnaître. Or la reconnaissance du Ressuscité est souvent difficile.

Marie Madeleine, dans un premier temps, croit avoir affaire au jardinier : elle n’a reconnu ni les traits ni la voix de Jésus. D’ailleurs Marie ne s’attend pas à rencontrer un homme debout, un homme qui parle. Elle cherche un corps iner­te, et son chagrin lui fait dire des choses impossibles : « Si c’est toi qui l’as enlevé, dis-moi où tu l’as mis, et moi, j’irai le prendre ». Comme si elle aurait eu la force d’emporter dans ses bras le corps de son Seigneur !

Mais ce qui rend surtout la reconnaissance difficile, c’est que Marie est fixée sur le passé, sur le visage d’autrefois, sur l’amitié d’autrefois, sur le déjà vécu. Elle est comme murée dans ses regrets et dans ses souvenirs; et il va falloir que Jésus l’arrache à cet enfermement, à cette clôture sur elle-même et sur son passé, car elle se cherche elle-même à travers Jésus aimé.

Jésus lui dit simplement : « Marie ». Immédiatement elle retrouve les réflexes d’autrefois : « Rabbouni » : mon maître ! Mais Jésus ajoute : « Ne me retiens pas (ne cherche pas à me retenir comme le passé revenu), car je ne suis pas encore monté vers le Père ». Désormais, c’est auprès du Père qu’il faut chercher Jésus.Désormais elle devra trouver la présence de Jésus à travers son absence sensible, elle devra rejoindre l’amour du Seigneur dans sa propre solitude; elle devra vivre d’espérance.

Jésus s’est fait reconnaître, et sans attendre il donne à Madeleine une mission : « Va trouver mes frères, et dis-leur : Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ».

Voilà la réponse de Jésus à la solitude de Madeleine: un envoi, une mission personnelle. C’est en allant vers les frères de Jésus, vers ses frères, que Marie Madeleine quittera son passé trop centré sur elle-même; c’est en obéissant à sa mission qu’elle trouvera, d’une autre manière, la présence de son Seigneur.

Le visage du jardinier, c’est pour nous, par exemple, l’aspect décevant de notre service, de notre environnement familial ou fraternel, de la dynamique communautaire; ce sont les nouvelles exigences de la vie en Église, les nouveaux chemins de la fidélité, qui ne ressemblent en rien à ce que nous avions prévu. Tout cela, pensons-nous, est trop ordinaire pour révéler les traits de Jésus. Or justement le salut se reçoit et se vit dans l’ordinaire, dans le quotidien assumé avec amour, avec la certitude de la présence de Jésus.

mariedenazareth
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Mer 4 Avr 2018 - 16:46




Mercredi 4 Avril

MÉDITATION DU JOUR

Alors, leurs yeux s’ouvrirent !


Vous souvenez-vous de ces deux disciples qui allaient à Emmaüs ?
Jésus Christ les accoste, il n’est pas connu d’eux. Il leur dit : De quoi parlez-vous, qui vous rende tristes ? Et le voilà qui prend Moïse, David, Isaïe, et qui leur fait le déploiement de toutes les prophéties. Cependant ils ne le reconnaissent pas encore. On arrive à Emmaüs, on se met à table. Alors Jésus Christ quitte la puissance rationnelle, il fait le signe de la croix, il bénit le pain et le leur présente à manger ; aussitôt leurs yeux s’ouvrent, et ils le reconnaissent : ils avaient résisté à la force rationnelle, ils succombent à la force mystique.

Ne séparez donc pas ce qui ne doit pas être séparé, la force rationnelle et la force mystique :
ce sont les deux arcs-boutants d’une même voûte. Cette basilique, où je vous parle, a des murs extérieurs et une enceinte intérieure ; qui voudrait les séparer détruirait le tout ; il n’y a plus de dedans là où il n’y a plus de dehors. N’ôtez pas les murs, afin que l’intérieur subsiste ; n’ôtez pas l’intérieur, afin que les murs aient une raison de rester debout. Il y a un corps et une âme dans l’Église : le corps, c’est la force rationnelle ; l’âme, c’est la force mystique. Le corps est un cadavre sans la puissance mystique, et la puissance mystique est quelque chose de fantastique et d’insaisissable, quand elle n’a pas de corps ou de puissance rationnelle qui la manifeste et qui la prouve.

Henri-Dominique Lacordaire, o.p.

Le père Lacordaire († 1861) restaura en France l’ordre des Dominicains, banni en 1790. Prêtre, religieux, journaliste, prédicateur à Notre-Dame de Paris, éducateur, il fut aussi académicien. / Œuvres, t. 2, Poussielgue frères, Paris, 1872, p. 126-127.
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Jeu 5 Avr 2018 - 13:35



C’est à nous aussi qu’il dit: « C’est bien moi.» A notre tour d’en être témoins.
Jésus le Ressuscité se manifeste chaque jour dans notre vie. "La Paix soit avec vous!" Jésus vient et donne la paix! Jésus est bel et bien ressuscité, pour preuve, Il nous montre ses blessures: «Voyez mes mains et mes pieds, c'est bien moi» (Luc 24,39)

Le Ressuscité nous donne la Paix, la vraie Paix, comme hier, ainsi aujourd’hui et encore demain, car Il est le seul qui pouvait et qui peut encore tout changer dans un cœur meurtri, découragé, effrayé... Le seul qui donne une paix et une joie qui surpassent tout. Le seul qui donne un avenir éternel et une espérance inébranlable. Le seul qui a la clé pour ouvrir toutes les forteresses dans lesquelles les hommes s’emprisonnent. Il a la clé de la Vie éternelle, la clé du Ciel...
Apprends-nous Seigneur, à faire en sorte que la joie de la Résurrection comble notre vie, ouvre notre cœur et notre intelligence aux Ecritures et fais de nous des vrais témoins de ta passion-résurrection.

Liliane Grondin
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Ven 6 Avr 2018 - 16:14



Méditation sur l'excellence de la Charité !

1er point. C'est la plus grande de toutes les vertus, la seule qui n'aura jamais de fin. Toutes les autres sont fondées sur notre misère et sur notre imperfection, et nous ne devons les regarder comme de vrais biens, que parce qu'elles servent de remède à nos maux. La foi suppose notre ignorance ; l'espérance est la marque de nos besoins ; la prière est un aveu de notre faiblesse ; la patience, une preuve de nos afflictions ; et la pénitence a un rapport essentiel avec nos péchés. Toutes ces vertus seront donc bannies du Ciel, parce que tout ce qui se ressent de la faiblesse et de l'imperfection de l'humanité en est exclu pour toujours.

2e point. La charité seule nous suivra dans le Ciel : nous y posséderons un Dieu qui est la charité même. C'est là que Jésus-Christ notre rédempteur et notre chef se réunit avec tous ses membres, par les liens indissolubles d'un amour éternel. C'est là que Dieu se plaît à combler les désirs de ces âmes bienheureuses avec lesquelles il partage sa félicité et sa gloire. C'est là enfin que la charité règne, et qu'elle produit dans tous les cœurs une paix et un bonheur qui n'auront jamais de fin.

Extrait de « Méditations pour tous les jours de l'année ; sur les principaux devoirs du Christianisme » par Henri Griffet.
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Sam 7 Avr 2018 - 21:15



Samedi 7 Avril

MÉDITATION DU JOUR

Allez proclamer l’Évangile !


Comme les Apôtres, nous sommes invités à entendre la voix de Dieu dans l’histoire de son peuple. Cette voix nous dit : « Crois, ne désespère pas ! Tu n’as pas rêvé, le Christ est bien vivant ! Souviens-toi de la force qu’il a donnée aux saints et aux martyrs. Souviens-toi de son Église, souviens-toi de la lignée de témoins par qui est parvenue jusqu’à toi la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. Voilà le signe qui t’est donné pour croire à la vie qui est ensemencée en toi. » La vie du Ressuscité nous est donnée, mais elle demeure cachée, comme du levain enfoui dans la pâte, et cette pâte est l’épaisseur de notre humanité souffrante, tâtonnante, pécheresse.

La vie du Ressuscité nous est donnée, mais elle est discrète et légère comme une parole. Le Vendredi saint, on a tué le prophète Jésus pour le faire taire, mais à Pâques la Parole de vie jaillit du tombeau, et voici qu’elle suscite des témoins pour prendre corps dans le monde et parvenir aux extrémités de la terre, afin que tout homme s’entende annoncer l’amour de Dieu. Nous le savons, cette Parole nous a rejoints grâce à des hommes et à des femmes de foi qui en ont témoigné par leur vie et nous l’ont ainsi transmise. Il nous revient maintenant de prendre le relais : laissons-nous davantage habiter par cette Parole afin que notre vie devienne parlante, parlante de Jésus Christ.

Bernard Rey, o.p.

Né en 1933, le frère dominicain Bernard Rey a enseigné la théologie, prêché sur les ondes de France Culture et animé des sessions de formation théologique. / Trois chemins vers Pâques, Cerf, Paris, 1992, p. 44.
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Dimanche 8 Avril MÉDITER AVEC LES CARMES La foi est difficile ; elle l'a toujours été.

Message par Lys le Dim 8 Avr 2018 - 19:30



Dimanche 8 Avril

MÉDITER AVEC LES CARMES

La foi est difficile ; elle l'a toujours été.


Elle l'était lors des apparitions du Ressuscité ; elle l'était même du vivant de Jésus sur terre, et même pour ceux qui étaient témoins de ses miracles et de ses guérisons. Tous ces hommes et ces femmes qui ont vu un paralysé emporter son brancard, des estropiés marcher droit et des aveugles de naissance ouvrir les yeux sur un monde qu'ils ne connaissaient qu'avec les mains, tous sont rentrés chez eux en disant : « nous avons vu aujour­d'hui des choses extraordinaires ! » ; puis ils ont repris leur travail aux champs, à l'atelier, à la maison. Il leur fallait passer sans transition des merveilles de Dieu à l'ordinaire de leur vie ; et même si le souvenir de Jésus les poursuivait, le quotidien était là nécessaire, accaparant.

Nous côtoyons, nous aussi, les merveilles de Dieu, spécialement lorsque nous recevons le Corps du Christ Ressuscité ou son pardon, ou la lumière de sa parole. Puis les choses à faire, les choses à dire, les choses à pré­voir reprennent leur urgence ; des choses bien réelles, joyeuses, banales ou tristes, mais sur lesquelles, si peu que ce soit, nous avons prise.

C'est alors que Dieu, parfois, nous paraît lointain, insaisissable, même si pour rien au monde nous ne voudrions le perdre. C'est alors aussi que la voix de Jésus en nous s'estompe, même si un moment elle nous a touchés.

Les fêtes liturgiques se succèdent, les années passent, et une certaine pesanteur nous guette au niveau qui est pour nous le plus intime et le plus précieux, celui de notre relation à Dieu et à son Christ, une relation que nous voudrions confiante, intense, filiale, et que nous vivons, à certaines heures de notre vie, sous le signe de l'échec.

Il est bien vrai que nous portons une part de responsabilité lorsque Dieu, chez nous, devient l'étranger. Mais il se peut aussi que nous soyons victimes d'une sorte d'illusion tenace concernant Dieu, le monde de Dieu, et l'espace de notre foi.

Nous sommes toujours tentés de chercher Dieu ailleurs, très loin, dans l'impossible, alors que Dieu nous attend déjà, dans un monde bien à nous, juste à l'endroit où il nous a placés pour que nous portions du fruit. Certes, quand le moment de la gloire sera venu, Dieu nous prendra dans son monde à Lui ; mais pour l'heure, Il aime réaliser ses merveilles dans l'ordinaire de nos vies, et à ses yeux il n'y a pas de divorce entre le quotidien et l'éternel, pas de cloison entre l'amour qu'on lui dit et l'amour qu'on lui prouve, pas de retombée entre le moment de l'Eucharistie et la journée de service accomplie pour le Christ et avec lui.

N'épuisons pas nos forces à vouloir toucher les choses de Dieu, comme Thomas les plaies de Jésus, qui étaient déjà des plaies de gloire. N'attendons pas, pour dire oui à Dieu, d'être de plain‑pied avec les choses de la foi, car Dieu seul, s'il le veut, peut nous les rendre visibles. Nous n'avons pas de mains pour saisir Dieu, pas de cœur pour l'enfermer, pas d'intelligence pour épuiser son mystère, et les yeux que nous avons ne sont pas capables de supporter sa gloire. Mais cela, Dieu le sait, et Jésus a transformé notre impuissance en béatitude : « Bien­heureux ceux qui croient sans avoir vu »

Si nous n'avons pas vu le visage du Christ sur terre, si nous n'avons même pas vu les linges dans le tombeau vide, nous pouvons entendre la voix du Seigneur, que sa communauté vivante nous transmet depuis la Pentecôte. Notre foi tout entière, depuis notre baptême, repose sur cette écoute. Depuis que notre Berger est entré dans la gloire, une sorte d'instinct venu de l'Esprit Paraclet nous fait reconnaître sa voix, là où nous sommes, là où il nous veut.

Ce qu'il attend de nous, là où nous servons, là où nous peinons, là où nous cheminons sans voir, c'est la réponse si vraie, si simple, si heureuse, de Thomas :

«  Mon Seigneur et mon Dieu ! » ange
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Lun 9 Avr 2018 - 18:31




MÉDITER AVEC LES CARMES !

Gabriel est venu au village...


« Ce qu'il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre la force ; ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l'on méprise, voilà ce que Dieu a choisi: ce qui n'est pas, pour réduire à néant ce qui est » (1 Co 1,27s). Nulle part cette disproportion entre Dieu et les moyens qu'il choisit n'éclate mieux que dans le cas de la Vierge Marie.

En Galilée tout le monde plaisantait sur Nazareth : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » (Jn 2,45) ; et c'est Nazareth que Dieu choisit comme charnière de l'histoire du monde !

Marie envisageait de rester vierge, affrontant d'avance le mépris qu'à l'époque on vouait aux femmes stériles ; et c'est à elle que Dieu envoie Gabriel pour lui dire : « l'être saint qui naîtra de toi sera appelé Fils du Très-Haut ».

Dieu fait du nouveau, du surprenant, de l'inouï ; et le plus admirable, dans l'attitude de Marie, c'est qu'elle rejoigne si vite le plan de Dieu, sans se laisser écraser par sa pauvreté. Elle s'étonne, certes, de s'entendre appeler « pleine de grâce, plus bénie que toutes les autres femmes » ; mais il lui suffit que l'Ange lui dise : « tu as trouvé grâce auprès de Dieu » pour que toutes ses craintes s'évanouissent : elle a reconnu le programme de toute sa vie !

Que cherchait-elle, en effet, jeune fille inconnue d'une bourgade méprisée ? - simplement à rester disponible de cœur et de corps pour attendre l'heure de Dieu. Sa grande force, sa seule force, c'est que d'avance elle s'apprêtait à laisser faire Dieu ; « car à lui rien n'est impossible ». Vienne le dénuement de Bethléhem, vienne la Croix de Jésus, la certitude du premier jour la soutiendra : « Ne crains pas, Marie : tu as trouvé grâce auprès de Dieu. »

Aux heures de joie comme aux jours sombres, Marie n'a jamais cessé de compter sur Dieu ; et le secret de son espérance, elle le livre dans le Magnificat, en une formule qui résume à la fois l'Ancienne Alliance et les découvertes spirituelles de sa jeunesse fervente : « Il se souvient de son amour ».

Dieu sait, Dieu se souvient, Dieu aime : cela suffit au bonheur de Marie et à sa paix. Dieu s'est tellement souvenu de la Mère de Jésus qu'il a fait d'elle une servante-reine, comme un vivant rappel de son choix, qui est de faire des merveilles dans notre pauvreté. Et désormais les grâces de salut pour le monde entier passent par le cœur de cette femme de chez nous.

Mais plus Dieu la veut reine, plus elle se veut servante ; et c'est pourquoi Marie ne s'impose dans la vie de personne : elle est là, discrète et efficace, au ciel comme à Cana, sans quitter l'ombre de l'Esprit, prête à répondre à tous les humbles qui l'appellent, prête à louer Dieu avec tous ceux qui l'invoquent, et redisant à tous ceux qui souffrent le secret de sa mission, si consonant au secret de sa vie : « Je suis la Mère de la sainte espérance ».
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Mer 11 Avr 2018 - 22:00



Mercredi 11 Avril

MÉDITER AVEC LES CARMES !


Le jugement : un mot qui a traumatisé durant des siècles les chrétiens ; une idée qui déclenche une allergie immédiate chez beaucoup de croyants de notre époque ; une perspective qui pourtant ouvre sur un vrai dynamisme spirituel, si nous y entrons guidés par le langage johannique.

Car Jean envisage deux sortes de jugement, deux krisis bien différentes :

- Il y a d'abord le jugement ultime, qui sera prononcé à la fin des temps par le Fils de l'homme, et seulement à la fin des temps. Et de ce jugement-là Jésus dit, dans l'Évangile d'aujourd'hui : « Le Père a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé ». L'avènement du Fils de Dieu dans la chair est ordonné au salut des hommes, et jusqu'à la fin de l'histoire humaine toute sentence est reportée.

- Mais bien avant ce jugement décisif, et tout au long du temps des hommes, se poursuit un autre jugement (krisis) : la démarcation immédiate de la lumière et de la nuit. C'est une sorte de discernement et une option vitale ; c'est une allergie aux ténèbres qui survient, instantanée ; c'est comme un seuil critique sans cesse franchi par l'homme, libre devant Dieu pour le refus ou pour l'assentiment. Ce jugement-là trace une frontière, mouvante comme la vie, qui traverse le monde des hommes, le cœur de chacun, et donc aussi chaque communauté qui se réclame du projet de Jésus : "Le jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière".

Celui qui, coupablement, ne croit pas, et ne vient pas à Jésus, a jugé pour lui-même ; « il s'est jugé lui-même », et il reste en deçà de la frontière de la vie.

Celui qui croit, qui vient à Jésus, franchit librement le seuil, il passe de la mort à la vie ; il laisse derrière lui la frontière du jugement, parce qu'il s'avance vers Dieu et s'offre tout entier à la lumière.

C'est surtout cette dynamique de la lumière, ce phototropisme de la foi en Jésus, que l'Évangile de Jean met en relief, pour chaque croyant et pour chaque communauté : « Celui qui fait la vérité vient à la lumière », dit Jésus.

Celui qui appuie son action et ses choix sur la parole de Jésus n'a pas peur de la lumière.

Ceux qui ensemble soumettent leurs interrogations et leurs projets au regard de Jésus n'ont pas à craindre la lumière que l'Esprit fera jaillir à l'intime des frères. Ils peuvent même s'avancer hardiment vers la lumière : elle ne révélera que la santé des cœurs, une volonté unanime de faire advenir le Royaume. La lumière très douce de l'Esprit viendra attester aux frères en dialogue que leur œuvre de concertation, de discernement, de perspective dans l'espérance, « est faite en Dieu ».
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Ven 13 Avr 2018 - 0:00



Meditation de l’Evangile du 12 Avril :

JEAN (3, 31-36)


« Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, il témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. Mais celui qui reçoit son témoignage certifie par là que Dieu est vrai. En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »

Sur le net
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

MÉDITER AVEC LES CARMES ! Vendredi 13 Avril !

Message par Lys le Ven 13 Avr 2018 - 17:03




MÉDITER AVEC LES CARMES !

Vendredi 13 Avril


Une grande foule suivait Jésus, car les gens de Galilée connaissaient maintenant son pouvoir de guérir. C'est pourquoi Jésus gravit la montagne ; peut-être pour demander un effort à ceux qui voulaient le voir et l'entendre, mais aussi afin de pouvoir parler à la foule entière et d'être entendu de tout le monde.

À la vue de la foule qui montait et prenait place autour de lui, la première parole de Jésus est une question à Philippe : « Où achèterons-nous du pain pour qu'ils aient de quoi manger ? »

Tout comme Philippe et André, nous nous trouvons, dans notre activité de prière, de service ou de témoignage, devant une tâche démesurée, disproportionnée à nos forces. Mais Jésus le sait ; et il sait ce qu'il va faire.

À bien des niveaux, dans nos vies données au Christ, des nécessités apparaissent, sans proportion avec les lumières ou les ressources que nous pouvons avoir : « Qu'est-ce que cela pour cinq mille personnes ? » À travers des changements imprévus, des besoins nouveaux, des urgences inattendues, le Christ continue de nous poser des questions vitales pour nous-mêmes et pour ceux que nous aimons, ceux qu'il nous demande d'aimer. Mais lui-même sait ce qu'il va faire.

Jésus fait asseoir dans l'herbe haute toute la foule, comme des brebis sur un bon pâturage. Il prend les pains, il rend grâces, et les distribue, faisant ainsi pour le pain de tous les jours les gestes qu'il refera à la dernière Cène. Et voilà que la faim devient rassasiement, que la pauvreté devient surabondance, comme les prophètes l'avaient annoncé pour les temps du Messie.

Nous pourrions nous demander : où trouver assez de pain, de riz ou de mil pour nourrir les millions d'affamés d'Afrique et d'Asie ? où trouver assez de tendresse pour tous les enfants orphelins abandonnés, pour tous les jeunes blessés par la vie ? où trouver assez de lumière pour guider ceux qui marchent à tâtons et qui cherchent désespérément un chemin de bonheur ?

Il suffit d'apporter à Jésus, chaque jour, et fidèlement, nos cinq petits pains et nos deux poissons, les pains ordinaires de notre fidélité, de notre dévouement, de notre charité infatigable, les petits pains insignifiants et tout secs de nos heures de louange et d'oraison, les petits pains de notre joie courageuse, car Jésus sait bien ce qu'il va en faire, et déjà nous pouvons préparer les corbeilles pour le surplus : une corbeille par apôtre, une corbeille par sœur.

Il y aura en effet du surplus, car Dieu donne largement. Et la consigne de Jésus, précisément à propos du surplus, doit nous faire réfléchir : « Ramassez les morceaux qui restent, pour que rien ne soit perdu ! »

Ce souci de Jésus, nous pouvons l'entendre à deux niveaux.

D'abord comme une invitation à ne rien laisser perdre de ce qui peut nourrir des hommes ; et de ce point de vue notre société de consommation tourne souvent le dos aux exigences élémentaires de la solidarité avec les peuples décimés par la famine.

Mais il y a autre chose ...

En effet, dans les corbeilles qu'emportaient les disciples après ce repas sur l'herbe, tous les morceaux provenaient des pains donnés par Jésus, multipliés par Jésus. Et c'était une raison supplémentaire de ne rien laisser perdre : on ne gaspille pas les dons de Dieu, et quand Dieu a donné, même les restes sont bons.

Dieu aime que nous utilisions pour lui tous nos restes : restes de santé, restes de forces, restes d'espérance. Ce qu'il nous a donné pour son service, c'est du bon pain qui reste nourrissant.

Ne disons pas : « J'ai vieilli ; j'ai fait mon temps. Ce que j'ai à donner est maintenant dérisoire ! », car un cœur qui donne a part à la jeunesse de Dieu.

Ne disons pas : « Personne ne veut de ce que j'ai à offrir ! », car Jésus, lui, en fait un bon usage.

Ne disons pas : « Je suis malade, donc je n'ai plus rien à donner ! », car les restes de santé sont des restes pour la sainteté.

Ne disons pas : « Moi, je ne distribue que les pains entiers : les restes, cela ne vaut pas la peine ! », car il y a un temps pour tout, un temps pour les pains entiers, et un temps pour les restes, et c'est Jésus qui rythme la mission, qui mesure nos forces, et qui nous donne chaque jour ce qu'il nous faut donner.
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Sam 14 Avr 2018 - 19:26




MÉDITER AVEC LES CARMES !

Samedi 14 Avril


La foule, impressionnée par le miracle des pains, a voulu acclamer Jésus comme le Prophète attendu et comme un Messie national, mais ces deux titres disent trop peu : ils alignent encore Jésus sur des personnages de dimension purement humaine ; or Jésus est l'égal de Dieu son Père.

À l'attente trop matérielle de ses contemporains, Jésus répond de deux manières. D'une part, comme nous le lisons juste auparavant dans l'Évangile, il refuse qu'on le fasse roi et se retire tout seul dans la montagne ; d'autre part - et c'est le présent récit - il vient vers ses disciples en marchant sur la mer.

Cette nuit-là, Jésus accomplit deux actions que les Psaumes attribuaient à Dieu lui-même. Dans le Psaume 77, en effet, le Psalmiste rend grâces à Dieu pour le passage de la Mer Rouge et s'écrie : « Sur la mer fut ton chemin, ton sentier sur les eaux innombrables, et tes traces, nul ne les connut » (v.20). Par ailleurs, dès que les disciples veulent prendre Jésus dans la barque, celle-ci atteint le rivage à l'endroit où ils se rendaient. C'est l'accomplissement d'un autre psaume, qui chante la victoire de Dieu :

« Il ramena au calme la tempête, et les vagues de la mer se turent.

 Les hommes se réjouirent de ce qu'elle s'apaisait,

 et il les mena au port de leur désir » (Ps 107,30).

Ainsi ce début du chapitre 6 de saint Jean fait écho doublement à la geste de l'Exode : de même que Dieu  a donné à son peuple de traverser la mer avant de le nourrir de la manne au désert, de même Jésus, son Envoyé, après avoir nourri la foule au désert, apaise la tempête et ouvre dans la mer une route pour ses disciples.

Double miracle, double symbolisme qui illumine notre vie quotidienne. En effet, le même Christ ressuscité qui nous donne chaque jour le pain de Dieu, la manne nouvelle, sa propre chair livrée pour la vie des hommes, est celui qui nous fait traverser ensemble la mer agitée de ce monde et nous mène ainsi, par amour, « au port de notre désir ».

Aujourd'hui encore le vent de tempête se lève dans le monde, et des vagues menaçantes viennent déstabiliser les nations, les communautés, les familles, et nous-mêmes dans notre espérance.

Aujourd'hui encore nous ramons à contre-courant, et nous avons peine à reconnaître la présence de Jésus, même quand il se fait tout proche.

Puisons, dans le pain que nous allons recevoir, la force de dépasser toute crainte. Même si notre foi demeure chancelante, prenons résolument le Sauveur dans notre barque, ouvrons largement notre cœur à l'avenir qu'il construit avec nous, car c'est lui qui veut nous mener au port de notre désir.

Notre désir ? À quoi s'attache-t-il ?

À certaines heures il semble flotter en nous et ne mener nulle part. Nos épreuves et nos limites nous montrent vite que nous ne maîtrisons pas à volonté notre destin ; et lorsque nous nous sentons arrêtés dans nos ambitions ou déçus dans nos rêves, la tentation peut se glisser en nous de ne plus espérer pour nous-mêmes et de ne plus rien désirer pour les autres. La barque est bien là, où nous gérons le quotidien ; mais il n'y a plus ni vent, ni rame, ni traversée, plus même de port dans notre souvenir.

C'est alors que Jésus nous rejoint par le chemin qu'il est seul à fouler ; c'est alors que l'Esprit Saint en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes fils et filles de Dieu, héritiers de Dieu avec le Christ (Rm 8,16), des fils et des filles aimés, appelés, attendus. L'Esprit redonne un sens à nos efforts et du prix au temps qui passe.

En nous montrant le port, il sauve notre désir.

Les Carmes
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

MÉDITER AVEC LES CARMES Dimanche 15 Avril « C'est moi qui suis le Pain de la vie. »

Message par Lys le Dim 15 Avr 2018 - 17:48




MÉDITER AVEC LES CARMES

Dimanche 15 Avril

« C'est moi qui suis le Pain de la vie. »


Notre évangile d'aujourd'hui s'ouvre sur cette affirmation centrale de tout le discours de Jésus dans la synagogue de Capharnaüm. Affirmation qui sera développée ces jours-ci à deux niveaux :

- d'abord au niveau « sapientiel », celui de l'adhésion de notre intelligence au message ; et à ce niveau le pain de la vie désigne la révélation apportée par Jésus, la parole qui vient éveiller notre foi ;

- puis au niveau proprement sacramentel et eucharistique, où le pain de la vie sera la chair de Jésus Christ ressuscité.

Dans les quelques versets que l'Église nous fait lire aujourd'hui, c'est le premier thème, sapientiel, que Jésus aborde devant ses auditeurs : il est le Pain de la vie parce qu'il apporte aux hommes la parole de Dieu qui va nourrir leur foi, parce qu'il est la Sagesse de Dieu qui est venue dresser la table pour les hommes, la table de la parole et de l'Eucharistie.

D'où l'importance accordée à la foi dans ces premières phrases de Jésus.

Pour lui, la foi est une démarche de tout l'homme : croire, c'est « venir à lui » ;

une démarche vers Lui, l'Envoyé de Dieu;

un acte de confiance inconditionnelle qui ne laissera en l'homme ni regret, ni déception, ni frustration : « Celui qui vient à moi n'aura pas faim; celui qui croit en moi n'aura jamais soif ».

Et Jésus de résumer l'itinéraire de toute conversion.

L'homme vient au Christ, librement, parce qu'il est saisi par sa personne et son message : c'est le moment où le disciple est « donné » par le Père au Fils qui le révèle. Et ce croyant qu'il reçoit du Père, le Fils ne le rejette jamais. Pourquoi ? - parce qu'il veut réaliser pour cet homme la volonté du Père, qui est un projet de vie et de bonheur. « La volonté de Celui qui m'a envoyé, dit Jésus, c'est que je ne perde aucun de ceux qu'il m'a donnés, et que tout homme qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle. »

Mesurons bien le formidable optimisme qui se cache dans cette promesse du Seigneur : le Père n'a pour nous, pour chacun et chacune, qu'un projet de vie, et c'est Jésus qui nous la transmet, dès lors que nous venons à lui par la foi et que nous reconnaissons en lui le Fils de Dieu.

Dès que nous disons oui au message de Jésus, à l'influence de Jésus, à l'appel de Jésus, la vie éternelle commence son œuvre en nous. Que nous en ayons conscience ou non, que la foi soit en nous une certitude heureuse ou un combat de tous les jours dans l'opacité de la prière, que nous ayons la joie de sentir la victoire de Jésus toute proche ou que nous vivions à certaines heures notre quête de Dieu sous le signe de l'échec, la vie fait son œuvre : Jésus, parole de Dieu et Pain de la vie, s'offre à combler notre faim.

Accueillir le Fils et croire en lui, c'est avoir la vie éternelle ;

voir le Fils à l'œuvre pour notre conversion, en dépit de tous les sentiments de solitude ou d'abandon, c'est s'ouvrir à la vie éternelle;

discerner la présence du Fils de Dieu au creux de nos pauvretés personnelles et communautaires, c'est laisser toute sa place à la vie éternelle.

Quand le chemin de la foi nous paraît long,

quand nous perdons courage devant les lenteurs de l'Église ou de nos communautés,

quand nous ressentons avec chagrin l'inertie de notre propre cœur,

redisons-nous que Celui qui nous appelle a le pouvoir d'éterniser notre amour. Jésus l'a promis : « Quiconque voit le Fils et croit en lui a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »


Le Carmel
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Lys le Lun 16 Avr 2018 - 12:52

« Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle » Jean 6, 22-29



Liliane Grondin
avatar
Lys

Féminin Date d'inscription : 26/05/2016
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation Quotidienne !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum