Mercredi des Cendres et le Carême - 14 Février 2018 - ( Images et Musique) Tableau poétique des Fêtes chrétiennes

Aller en bas

Mercredi des Cendres et le Carême - 14 Février 2018 - ( Images et Musique) Tableau poétique des Fêtes chrétiennes

Message par MichelT le Lun 12 Fév 2018 - 12:41

Mercredi des Cendres et le Carême - 14 Février 2018 - ( Images et Musique)

Source : Tableau poétique des Fêtes chrétiennes– Vicomte Walsh – 19 ème siècle.


Alors que les rigueurs de l'hiver sont passées, mais que la douce tiédeur du printemps n'est pas encore venue; alors que la société des villes commence à se lasser des bruyants et stériles plaisirs qui l'ont agitée pendant les mois de frimas et de neige ; tout à coup un grand silence se fait dans nos cités, la folie avec ses masques et ses cris, ses bals et ses cavalcades et ses enfantillages impies, se tait.

Et qui a si subitement rendu la raison à tout ce monde atteint de vertige? La religion ; elle a répandu un peu de cendres sur toutes ces têtes en délire, et les voilà redevenues calmes ; ces hommes qui faisaient tant de bruit tout à l'heure, ont écouté la voix qui partait des sanctuaires, et qui leur criait : « Homme, souviens-toi que tu es poussière.   ( Genèse 3,19)»




Juan de Anchieta (1462-1523) Espagne - Domine, non secundum peccata ( Mercredi des Cendres) - Psaume 102,10 (103,10)
L`Éternel est Miséricordieux et compatissant. Lent a la colère et riche en bonté. Il ne garde pas sa colère a toujours. Il ne nous traite pas selon nos péchés.




Le Mercredi des Cendres








« Homme, souviens-toi que tu es poussière et tu retourneras dans la poussière»  ( Genèse 3,19)



Ce Memento donné par l'Église a été le remède à l'aliénation de la foule. Le Mercredi des Cendres a ouvert la sainte quarantaine, et voici commencés les jours de jeûne et de prières, de retraite et de pénitence ; maintenant, celui qui restera dans l'ignorance, celui qui ne se lèvera point des ombres de la mort, où il était assis, en vérité sera bien coupable ; car la religion, cette mère de tous les hommes, offre de tous côtés des secours et des lumières, du repos et des consolations. Voyez toutes les églises, leurs grandes portes sont ouvertes ; regardez tous les autels, les cierges y brûlent avec l'encens ; écoutez sous toutes les vieilles voûtes, ce sont les prêtres du Dieu de miséricorde qui invitent au repentir, et qui annoncent le pardon. Pendant la folle saison, nous avons tous, plus ou moins, goûté des plaisirs du monde: eh bien! voici que la journée est finie, que les affaires et les travaux ont cessé; voici que nos églises sont bien belles, bien inspirantes, avec le jour montant derrière leurs vitraux : entrons-y, et voyons si les prêtres, disent vrai, voyons si le joug du Seigneur est léger.



S'il y a encore du, bruit en dehors, il ne parvient à ceux qui sont réunis dans l'église, qu'affaibli et sourd. Ces lointaines rumeurs se perdent dans le chant des cantiques, que les fidèles répètent en chœur en attendant le prêtre. Quand, à la lueur des lampes, il paraît en chaire après l'invocation : Esprit saint, descendez en nous, la foule attentive s'assied; alors c'est vraiment comme une grande famille dans la demeure d'un père; alors les paroles du ministre de l'Évangile peuvent tomber puissantes sur cette multitude que le jeûne et la prière lui ont préparée. C'est le champ tout labouré pour recevoir la bonne semence.

Oh! ce ne sont pas les grands, les sublimes sujets qui vont manquer au prêtre, pendant les quarante jours de prédication... Jamais l'éloquence profane n'a autant d'espace devant elle; l'espace du prêtre, c'est l'infini; son temps, c'est l'éternité... Voyez quelle galerie de tableaux : la terre, l'enfer, le ciel, le repentir, la pénitence, la miséricorde, la vertu, la mort ! Quelles inspirations ! toutes celles des anciens prophètes. Quelles consolations à répandre! toutes celles de l`Évangile. La majestueuse puissance de Dieu au, milieu des foudres et des éclairs, dicte, ses lois sur le Sinaï!



Les dix Commandements donnés par Dieu a Moise sur le Mont Sinaï ( Ancien Testament – Exode 20 -  vers 1200 Av J.C)


Agar dans le désert, Joseph vendu par ses frères, Tobie voyageant avec l'ange, les Macchabées défendant leur patrie, le divin fils de la Vierge consolant les affligés, guérissant les malades, ressuscitant les morts; le peuple écoutant les paraboles du Sauveur, et pleurant à celle de l'enfant prodigue : voilà ce que le prêtre a pour émouvoir la foule qui vient l'écouter. . . ; et s'il la laisse froide, il faut qu'elle soit bien endurcie, ou que lui soit resté bien pauvre au milieu de tant de richesses.



L`Ange du Seigneur apparait à Agar l`égyptienne perdue dans le désert avec son fils Ismaël. Au temps des Patriarches vers 2000 Av J.C –
Ancien Testament – (Genèse chapitre 21,17)




Joseph vendu en esclavage par ses frères aux Madianites et qui deviendra éventuellement le ministre du Pharaon d`Égypte vers 1700 Av J.C..  (Ancien Testament  – Genèse 37,27)



Le jeune Tobie avec l`archange St-Raphael vers 740 Av J.C. pendant l`exil des Juifs a Ninive. (Ancien Testament - Tobie 6,4)



Judas Maccabée défendant son pays et sa religion contre les Séleucides grecs ( Ancien Testament - Livre des Maccabées - vers 166 Av J.C.)



Le Christ enseignant en Galilée (Évangiles - vers l`an 30 Ap J.C)

Le mercredi des Cendres a, comme tous les jours de pénitence, beaucoup perdu de son ancienne austérité. Autrefois, dit l'historien des fêtes de l'Église, on choisissait ce jour pour mettre en pénitence publique les pécheurs qui devaient être reçus à la réconciliation, ou à la communion des fidèles, pour la fête de Pâques ; les prêtres écoutaient d'abord leur confession, ils les couvraient ensuite d'un cilice ou d'un sac, leur mettaient de la cendre sur la tête, les aspergeaient d'eau bénite, récitaient sur eux les sept psaumes de la pénitence avec tout le clergé.



Le Carême: Le pain et l`eau de la Pénitence pour nos péchés


Au retour de la procession, on les faisait marcher pieds nus, puis on les chassait de l'église avec le bâton de la croix, et l'on ne les y recevait plus que le Jeudi saint. Pendant qu'on les menait à la porte du temple pour les en faire sortir, les prêtres chantaient les paroles que Dieu avait prononcées contre Adam et Ève quand il les avait exilés du Paradis terrestre.


La Chute: Adam et Ève chassés du Paradis Terrestre

On fermait ensuite la porte sur eux, puis on commençait la messe des fidèles. Pendant toute la durée du Carême, et dans les villes et dans les campagnes, et dans les vastes cathédrales des cités et dans les humbles églises des hameaux, la parole évangélique ne cesse de retentir en ce temps ; Dieu tient cour plénière de miséricorde, et tous ceux qui ont besoin de pardon peuvent venir.


Le Carême : Un temps pour la Confession de nos péchés.


L'Église a pris ses ornements violets et n'a plus de fleurs sur ses autels ; des voiles couvrent le Christ et les images des saints ; et quand la prédication du soir est
finie, c'est le saint-ciboire que le prêtre sort du tabernacle pour bénir les fidèles agenouillés.

Le Miserere, le Parce Domine populo tuo, ont remplacé les cantiques de joie..., et la plupart de ces chrétiens qui sont venus écouter la parole de Dieu, ont obéi dès le matin à un de ses commandements: ils ont observé le jeûne ordonné par l'Église. Avant midi ils n'ont pris aucune nourriture, et à moins d'aumônes faites aux pauvres pour obtenir des dispenses, il faudra qu'ils s'abstiennent de viande pendant les quarante jours de pénitence..., et ce ne sera que le soir, bien après le soleil couché, qu'ils s'asseoiront à une frugale collation.



Miserere Mei Deus - Psaume 51 pénitentiel par Allegri  vers 1630 en latin - La chorale britannique The Sixteen


Les plus célèbres Pères de l'Église estiment que J'observation de ce jeûne de quarante jours est de tradition apostolique, ou du moins qu'elle n'est pas postérieure de
beaucoup au siècle des apôtres. Plusieurs en ont attribué l'institution au pape saint Télesphon, qui vivait du temps de l'empereur Adrien, alors que l'on voyait encore
plusieurs disciples des apôtres sur la terre. On convient cependant qu'il n'y avait encore, sous ce pontificat, aucun statut de l'Église qui ordonnât ce jeûne : ce ne fut que vers le milieu du troisième siècle que l'on commença à regarder l'observation du jeûne de quarante jours comme une loi qui, s'étant établie peu à peu, se communiqua à toute l'Église. Ce fut alors que l'on s'accorda partout à placer le Carême immédiatement avant Pâques, pour servir de préparation à cette grande fête.



Parce Domine populo tuo  - textes du prophète Joël 2,17 (Ancien Testament) : «Éternel épargne ton peuple. Ne soyez pas toujours irrité contre nous.»  (Jacob Obrecht) -


Aujourd'hui l'Église est pleine d'indulgence et a rendu à ses enfants le jeûne bien plus facile qu'autrefois ; notre délicatesse s'effrayerait si je lui disais toute l'austérité du Carême. Il y a deux cents ans, alors dans toute une ville on n'aurait pas trouvé dix familles qui ne fissent pas maigre, depuis le mercredi des Cendres jusqu'au dimanche de Pâques. Si, pour les malades, les bouchers vendaient encore quelques livres de viande, on ne le voyait pas, et c'était nuitamment que cette viande était portée dans les maisons. Le vin a été aussi longtemps interdit. Sur la fin du huitième siècle, Théodulphe, évêque d'Orléans, marquant que l'on devait se priver de toutes sortes de délices dans les jeûnes du Carême, exhortait encore tout son peuple à s'abstenir d'œufs, de fromage, de laitage, de poisson et de vin lorsqu'on le pouvait. Mais il fait connaître qu'on en permettait l'usage aux infirmes et aux malades, ou à ceux qui n'auraient pas d'autre nourriture pour soutenir leur travail, pourvu qu'on en usât sobrement, et qu'en ne mangeant qu'une fois par jour on ne fît son repas que le soir.

On sent qu'auprès de toutes ces rigueurs, la religion avait établi des dispenses; quand l'Église avait commandé, il fallait obéir; cette soumission est ce qu'il y a d'agréable à Dieu. Mais quand l'âge, la maladie, les infirmités sont là, montrant leurs faiblesses et leurs défaillances, les ministres d'un Dieu de bonté ont de la compatissance, et jamais ils ne refusent des dispenses à ceux qui viennent les solliciter.

Demander de ne pas jeûner, de ne pas être condamné à faire maigre tout le Carême, c'est un acte d'obéissance, c'est déjà se sevrer du plaisir de faire sa volonté ; c'est
reconnaître l'autorité de l'Église et s'avouer son vassal ; et quand, dans tous les esprits et dans tous les cœurs, il y a un besoin effréné d'indépendance et de liberté, il
faut savoir tenir compte du plus petit acte de soumission. Dans un pays fertile, on passe à côté des plus verdoyantes prairies, sans s'arrêter à les regarder; et dans le désert
on s'extasie de plaisir devant une touffe d'herbe, car elle dit : il y a là encore un peu de fraîcheur, et tout n'y est pas mort.

En reconnaissance des dispenses accordées, il y avait jadis à Paris une procession annuelle, le dimanche de la Quinquagésime ; les paroisses et les religieux des ordres mendiants, avec croix et bannières en tête, se rendaient à l'église de Notre-Dame. A Rouen, la plus belle tour de la magnifique cathédrale est encore appelée Tour de beurre, et ce nom lui vient de ce qu'elle a été bâtie avec les deniers provenant des dispenses qui furent accordées pour l'usage du beurre. Les chrétiens d'autrefois ne faisaient, comme nous l'avons dit, qu'un seul repas chaque jour; et ce repas, d'où l'on retranchait toutes les choses succulentes, n'avait lieu qu'après l'heure de vêpres, c'est-à-dire le soir. Sous Louis XII et François Ier, cet usage était déjà bien changé, car l'évêque de Paris, Etienne Poncher, permet que ce repas se fasse à l'heure de midi.



Audi Benigne Conditor - Hymne pour le temps du Carême attribuée au Pape St Grégoire le Grand (540-604 ap J.C.). - Maitrise Notre Dame de París.
Écoute,  Ô bienveillant Créateur.



Un changement si considérable ne se fit pas tout à coup, il n'est venu que par degrés au point où l'Église s'est vue obligée de le tolérer.  Lorsqu'on se défit du scrupule de rompre le jeûne du Carême à l'heure de none, il en resta un autre touchant l'office de vêpres, qui semblait toujours devoir précéder la réfection ; l'on ne trouva point d'autre expédient pour s'en délivrer, que d'avancer aussi cet office et lui faire occuper la place que celui de none tenait auparavant. Ce dérèglement de l'heure du repas, continue le même auteur, en produisit un autre touchant l'unité de la réfection du jour ; on commença chez les Latins à s'en dispenser par la permission que l'on se donna de boire vers le soir, à cause de l'altération que casse le jeûne. Cette coutume de boire à l'approche de la hait, lorsqu'on mangeait à midi ou à none, s'introduisit au huitième siècle dans l'ordre de Saint-Benoît.  Sur la fin du onzième siècle, les religieux, craignant qu'il ne fût nuisible à la santé de boire sans manger, crurent devoir ajouter un petit morceau de pain à ce qu'ils avaient à boire le soir ; mais comme ils ne voulaient pas que cela leur fît perdre du temps, ils firent ces jours-là leur lecture du soir dans le réfectoire, au lieu de la faire dans la salle du chapitre, et ils appelèrent cela aller à la collation, du nom latin de la conférence des saints pères.

Ainsi le mot de collation se communiqua insensiblement de la lecture de ces conférences à ce petit repas du soir, et il commença à se faire connaître au même sens dans le monde, lorsque les séculiers, trouvant que ce petit repas était assez commode pour adoucir les rigueurs du jeûne, jugèrent à propos d'imiter les religieux en ce point. J'ai transcrit tout ce passage, parce que je pense que beaucoup sont comme moi, et aiment à savoir l'origine des usages établis; combien de bons catholiques font strictement la collation du Carême, et qui ne se doutent pas de l'étymologie de ce mot!

L'origine du jeûne remonte bien haut ; le jeûne est presque aussi vieux que la douleur : Abraham pleurant Sara, Jacob pleurant Joseph, mêlent le jeûne à leurs regrets et à leurs prières. Depuis Moïse, les jeûnes sont fréquents parmi les Juifs; mais pour les jeûnes qui se lisent dans leur calendrier, ils sont postérieurs à la loi. Le législateur des Hébreux n'ordonne aucun jeûne particulier dans ses livres, sinon le jeûne de l'expiation solennelle, qui est d'une observation stricte et générale.


Le patriarche Abraham et Sara, un couple modèle. (Genèse 23,1 - vers 2000 Av J.C)

Josué et les anciens d'Israël demeurèrent prosternés devant l'arche depuis le matin jusqu'au soir, sans prendre aucune nourriture. Après la défaite des Israélites devant Haï, les onze tribus qui avaient pris les armes contre celle de Benjamin, voyant qu'elles ne pouvaient tenir contre les soldats de Gabaa, se prosternèrent devant l'arche, et y demeurèrent sans manger jusqu'à la tombée de la nuit.


L`Arche d`Alliance construite par les tribus d`Israël d`après les instructions que Dieu donna à Moise. (Exode 25,10)

David jeûna pendant la maladie du premier fils qu'il avait eu de Bethsabée, femme d'Uri. Dans tous les pays, les hommes, en leurs jours d'inquiétude, d'effroi et de tristesse, ont senti le besoin de s'imposer des privations pour éloigner les fléaux ou les douleurs qui menaçaient de fondre sur eux ; et il y a bien longtemps que, pour détourner le malheur, on a crié vers Dieu, et que l'on a mis des pleurs et des plaisirs sacrifiés entre soi et l'adversité qui avançait.

Le Carême est une commémoration du jeûne de Notre-Seigneur, alors que pendant quarante jours il resta dans le désert. Lui, qui n'avait pas péché, n'avait pas besoin de faire pénitence ; mais il était venu pour enseigner aux hommes la mortification, et il voulait que chaque action de sa vie fût un modèle à suivre, un exemple à donner.


La retraite de 40 jours au désert de Jésus-Christ après son baptême. ( Luc 4,1)

Or, la solitude, la retraite, le silence et l'éloignement des affaires du monde, la tempérance et la sobriété, étaient des choses bonnes à enseigner aux hommes. Dans le bruit, dans le mouvement, dans les agitations de la société, il y a peu de place pour les graves et pieuses pensées ; les inspirations qui élèvent l'âme ne viennent pas de la place publique. Elie était dans le désert quand l'esprit du Seigneur le fit monter sur le char de feu... La solitude et le silence ne ressemblent point à la mort : il y a en eux toute une vie pour l'esprit ; on dirait que Dieu a permis à des anges de rester au désert pour y converser avec les saints qui viennent y chercher le repos.


La Confession des péchés pendant le Carême

Quand d'une promenade de nos villes nous regardons un beau ciel scintillant d'étoiles, quand nous jouissons du calme que la nuit et le sommeil ont répandu sur la cité, notre âme se sent déjà dégagée de beaucoup des liens qui l'attachent aux intérêts du monde... Dans le désert, c'est bien autre chose ! ... et les ailes qui nous rapprochent du ciel s'y déploient bien mieux!... Là, si vous entendez quelques murmures, c'est le vent qui gémit dans les arbres, c'est le torrent qui gronde dans le lointain; ces bruits sont autrement inspirants que la marche cadencée d'une patrouille qui passe, et que l'impure chanson de quelques gens ivres que l'on renvoie des mauvais lieux.


Les étoiles dans le désert

Ce son doux et plaintif qui sort des rameaux balancés du palmier ou du cèdre, vous semble la voix des amis que vous avez perdus, et qui vous plaignent de n'être pas encore avec leurs âmes ; ce bruit du torrent vous fait souvenir de la vie! vos jours sont comme des ondes, vont vite et ne reviennent plus. C'est donc une chose bonne et salutaire que cette trêve que le Carême commande, que cette séparation d'avec les affaires et les plaisirs..., que cette absence des festins... Hommes vivant dans le monde, nous savons tous les entraînements qu'il y a dans la saison des banquets et des bals; mais c'est de bonne foi que nous le demandons... Est-ce autour des tables, est-ce dans la foule d'une fête, que les grandes pensées nous viennent?

Non; il faut rendre à chaque chose, ce qui lui appartient. Le bruyant tumulte du monde, qui n'est pas sans charme, donne l'étourdissement et parfois l'oubli momentané des peines. La retraite donne la paix et le saint enthousiasme. L'un enivre, l'autre élève. Pour arriver à la grande semaine, à la semaine des douleurs du fils de Dieu, c'est une sainte préparation que le Carême. Pour bien célébrer la Pâque, il faut être pur, il faut avoir des sandales et le bâton du voyageur, il faut être prêt à partir. Les instructions des quarante jours vous apprennent que la mort aime à surprendre les hommes au milieu des festins, et qu'elle se plaît à venir, comme un voleur, frapper les fronts couronnés de diamants et de fleurs.



Danse macabre - La mort passant dans un banquet

La religion ne cesse de nous crier: Pour bien faire la Pâque, il ne faut pas trop s'asseoir dans la vie; il faut être debout et rompre avec les délices qui énervent et qui retiennent. Le chrétien est voyageur, la terre n'est pas sa demeure; il ne doit la regarder que comme une hôtellerie que l'on quitte quand on y a dormi; ou comme une tente que l'on a plantée sur le bord du chemin, et que l'on enlève et que l'on replie quand la nuit est passée. Il ne faut pas nous arrêter avant d'être arrivés à la demeure de notre père. Et la demeure de notre père, c'est le ciel!.. Voilà ce qui est dit, ce qui est répété chaque matin ou chaque soir aux chrétiens qui viennent se recueillir, se fortifier et se reposer dans les églises pendant la quarantaine de jeûne, de méditations et de prières.

Si le philosophisme, ou ce qui se nomme aujourd'hui le rationalisme, parvenait à donner à la société les mœurs qu'il rêve dans ses idées de perfectibilité et de progrès,
toute l'année se ressemblerait, et n'aurait aucun de ces différents aspects que la religion lui donna ; tous les mois, tous les jours seraient les mêmes ; point de fêtes de
sainte allégresse, point de solennités de deuil ! L'année, d'un bout à l'autre, serait comme un pays plat et monotone, sans effets de soleil et d'ombre. ( N`est-ce pas notre époque actuelle au 21 ème siècle?)

La religion entend mieux que cela ce qui convient aux hommes. Elle sait qu'il faut à notre nature légère et inconstante de la diversité, et elle en a répandu sur l`année chrétienne. Autrefois, rien de plus frappant dans un pays catholique que l'avènement du Carême après la suite des joyeuses fêtes de Noël, du premier de l'an, des Rois et de la Chandeleur. La société, le mercredi des Cendres, prenait subitement un tout autre aspect; ce n'était plus le même bruit dans les villes, la même physionomie a la foule : dans les rues, plus de saltimbanques ni de jongleurs; mais des confréries de pénitents et des pèlerins.


Procession publique de Pénitents du Vendredi-Saint



Montée pénitentielle a genou.


Le soir, aux carrefours, plus de gaies chansons, plus de danses; mais de pieux cantiques devant les statues de la Vierge ou du saint du quartier... Dans les maisons, plus de festins; mais des repas qui rappelaient, par leur frugalité, les agapes des premiers fidèles... Aussi il y avait, parmi tous ces fervents chrétiens, une vive impatience de voir arriver la belle journée de Pâques, et l'office des alléluia!

Alors, la douce gaieté, fille de l'innocence et de la paix, revenait aux villes et aux campagnes, aux presbytères et aux châteaux: et nos pères, qui avaient jeûné avec soumission, se décaremaient avec joie. Il y a des gens qui s'étonnent que la société devienne triste, qu'elle se fasse sombre, et qu'elle ne rie plus de ce bon rire du vieux temps. Ce changement me paraît facile à expliquer : quand les ondes d'un fleuve n'ont pas de bords arrêtés pour les contenir, elles vont s'étendant de tous côtés, et n'ont de profondeur nulle part.

Il en est de même du plaisir : quand il peut s'étendre également à tous les jours, quand il n'a ni bornes, ni empêchements, il n'a plus de vivacité; on ne lui sourit plus que du bout des lèvres, comme à un hôte qui revient trop souvent chez nous. Ce serait sans doute un bien (religieusement parlant), si cette langueur, cette espèce de dégoût, nous avaient amené la sagesse et le mépris des vanités des vanités ; mais non, jusqu'à présent ce n'est pas la sagesse qui nous est arrivée; c'est seulement l'ennui, et l'ennui n'a jamais été bon ni pour le corps ni pour l'âme.

Psaume 51 - pénitentiel  - Le Miserere

1 Au chef des chantres. Psaume de David.  
2 Lorsque Nathan, le prophète, vint à lui, après que David fut allé vers Bath-Schéba.  3 O Dieu ! aie pitié de moi dans ta bonté; Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions;  4 Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifie-moi de mon péché.  5 Car je reconnais mes transgressions, Et mon péché est constamment devant moi.  
6 J'ai péché contre toi seul, Et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement.  7 Voici, je suis né dans l'iniquité, Et ma mère m'a conçu dans le péché.  8 Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur : Fais donc pénétrer la sagesse au dedans de moi!  9 Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur; Lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.  10 Annonce-moi l'allégresse et la joie, Et les os que tu as brisés se réjouiront.   11 Détourne ton regard de mes péchés, Efface toutes mes iniquités.  12 O Dieu ! crée en moi un coeur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé.  13 Ne me rejette Pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint.  14 Rends-moi la joie de ton salut, Et qu'un esprit de bonne volonté me soutienne !   15 J'enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, Et les pécheurs reviendront à toi.  16 O Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi du sang versé, Et ma langue célébrera ta miséricorde.   17 Seigneur ! ouvre mes lèvres, Et ma bouche Publiera ta louange.  18 Si tu eusses voulu des sacrifices, je t'en aurais offert; Mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes.   19 Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c'est un esprit brisé : O Dieu ! tu ne dédaignes Pas un coeur brisé et contrit.  20 Répands par ta grâce tes bienfaits sur Sion, Bâtis les murs de Jérusalem !  21 Alors tu agréeras des sacrifices de justice, Des holocaustes et des victimes tout entières; Alors on offrira des taureaux sur ton autel.


MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum