LE COMBAT DES PROVIDENTILISTES

Aller en bas

LE COMBAT DES PROVIDENTILISTES Empty LE COMBAT DES PROVIDENTILISTES

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 23 Mar 2018 - 9:45

LE COMBAT PROVIDENTIALISTE



Bien peu ont conscience de l'extrême fragilité des fondements théoriques des sociétés révolutionnaires et si ces constructions artificielles semblent pourtant triompher sur toute la planète, c'est que, jusqu'ici elle ont réussi à fuir le débat théorique où elles se savent vulnérables. En effet, pour détourner les hommes des questions essentielles de la loi naturelle, de la Légitimité Catholique et Royale, du droit Divin, d'une part, on les enivre par un flux continu d'informations futiles qui font écran avec la réalité, et d'autre part, on ne leur propose qu'un modèle d'action politique s'adressant aux passions avec des techniques de manipulation bine rodées. C'est donc sur le terrain efficace du débat théorique sur le fondement des sociétés que, confiant en la Divine Providence, les Providentialistes porteront le combat politique et remporteront la victoire.


Table des matières.

Qu'est-ce que le Providentialisme ?!
Le principe de modernité.
Savoir qui on est et qui est l'autre.
Le combat des Providentialistes de la Charte de Fontevrault.



1. Qu'est-ce que le Providentialisme ?!

-C’est à la Légitimité Catholique et Royale qu’il faut revenir ! Ce n’est pas les hommes, aussi éminents soient-ils qui sauvent un pays, ce sont les institutions (Comte Maurice d’Andigné).

Qu’est-ce que la Légitimité ?

-La Légitimité est l’application du droit Royal Français tel qu’il est défini dans la théorie statutaire et les Lois Fondamentales du Royaume, écrit l’historien du droit Guy Augé (Guy Augé, « Du légitimisme à la légitimité », in La Légitimité, N° 2, janvier 1975).

Joseph de Maîstre, gentilhomme à la Cour du Roi de Piémont-Sadeigne, Charles-Emmanuel IV -qui avait épousé Mme Clotilde, soeur de Louis XVI- a définit ainsi le principe de Légitimité Catholique et Royale :

-Seul Dieu fait les Rois, Il prépare les Races Royales : voici la plus grande des Légitimités !

Joseph de Maîstre avait asussi définit la MISSION DIVINE DE LA FRANCE :

-Les nations, comme els individus, possèdnt une mission : celle de la France est de faire triompher l'Eglise et la Royauté du Christ !

Les LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE, charte coutumière de notre Pays INSPIREE PAR DIEU (Testament de Saint-Remy, Sainte Ampoule, Ecu celeste fleurdelysé, Songe d’Hugues Capet), désignent l’Aîné des Capétiens, DONC L’AINE DES BOURBONS -les autres branches capétiennes étant éteintes en ligne Légitime- SALIQUE, CATHOLIQUE, NAIT FRANCAIS DE NAISSANCE LEGITIME. Le Roi est Légitime parce qu’il est choisi par Dieu à travers les Lois Fondamentales qui ont une origine DIVINE et qu'il agit pour protéger l'Eglise et assurer par une politique Royale une législation Chrétienne.

NON !!! L’Aîné des Bourbons N’EST PAS SAR LOUIS DE BOURBON-ESPAGNE, DUC D’ANJOU ET DE CADIX, aussi Catholique et charismatique puisse-t-il être : au XIX° siècle fut retrouvée en Inde une branche oubliée mais Légitme des Bourbons : celle des BOURBONS-MONTPENSIER DE BHOPAL. Cette branche vient AVANT celle des Bourbons descendants de Philippe V d’Espagne.

Mais AVANT la branche des Bourbons-Montpensiers de Bhopal vient celle des BOURBONS-MONTPENSIER DE LA CROIX : SAR HENRI-LOUIS de Bourbon-Montpensier de Sainte Croix de Valois DE LA CROIX, Duc de Bretagne, de jure HENRI V DE LA CROIX ( comme il y eu un Philippe VI de Valois, la renonciation du Comte de Chambord laissant le titre d’HENRI V encore disponible) né Français et descendent PAR SON PERE du Connétable de Bourbon (le Connétable de Bourbon a mais son fils François Jean Philippe Nicolas de Bourbon-Montpensier à l’abrit chez sa soeur, René de Bourbon, marié au Duc de Lorraine : ce dernier fera croire que le petit Prince est un batard eu d’une cuisinière, il grandira à la cour de Charles Quint), des Princes de Mercoeur, du Masque de Fer (non pas frère jumeau mais cousin aîné en primogéniture et très ressemblant) et du Grand amiral de Valois : c’est LA branche Aînée, lorraino-italienne, OUBLIEE MAIS LEGITIME, des Bourbons. HENRI V DE LA CROIX descendrait également PAR SA MERE du VRAI Louis XVII (ce n’était pas Naundorff) évadé de l’enfer du Temple : c'est la branche coupée des Lys. MAIS VOIL, CETTE DOUBLE DESCENDANCE EST CACHEE : elle ne sera révèlée qu'à l'heure de Dieu, qui choisi seul les Rois, et le Grand Monarque à venir. Une prophétie dit que le Grand Monarque sera révéléaprès l'annonce par des voix étouffées de LA VERITABLE DESCENDANCE ROYALE ! Les notres ?

Les Royalistes qui s'en remettent totalement à Dieu pour le choix du Roi à venir se nomment Providentialistes.

Les Lois Fondamentales du Royaume de France, qui obligent aussi bien les sujets que le Roi, ont permis l'agrégation de peuples divers au Royaume -Celtes, Gréco-Romains, Germano-Francs- tout en respectant leurs identités et leurs libertés. L'état de droit qu'elles garantissent a rendu possible la pérennité du Bien Commun d'une part et la Mission Divine de la France d'autre part, ce à travers les siècles, et c'est ainsi que l'institution Catholique et Royale a généré cette communauté Chrétienne qu'est le SAINT ROYAUME DE FRANCE.

Rappelons qu’un Roi de Jure -à défaut de fait- et les Royalistes qui lui sont fidèles, forment ensemble le Royaume invisible. Le Royaume de France est double. Il y a d’abord le Royaume visible, un peuple et un territoire, encore provisoirement aux mains d’une Régence diabolique: aucun descendant Royal n’en est plus aujourd’hui le Souverain, mais il n‘est pas impossible que l’un des Prétendants ne le redevienne un jour: c‘est l‘espérance Royaliste, espérance qui est commune à l’Italie et à tous les pays encore en république. Et puis il y a le Royaume invisible, celui qui n’a ni terres ni frontières, et qui est l‘élan de l’âme: celui-là est le fondement de l’autre et c’est pour le moment le seul qui reste au Roi caché Henri V de La Croix, ils ne peut le risquer dans la cohue et la confusion.

N’utilise-t-on pas le terme d’ “empire” pour désigner un groupe industriel, commercial, financier puissant et très étendu? Il est indéniable que l’empire économique d’un François Arnault, d’un Silvio Berlusconi ou d’un Bill Gates soit une sorte de Royaume invisible. Royaume invisible, où le Roi est pleinement Empereur en son Royaume, sans compromis ni concessions…

Le Roi Perdu -personne n’incarne la continuité de la Nation en république- et son Royaume invisible sont éternels, sans tâches, sans l’usure du temps. Le Roi caché -aucun Royaliste n‘est d‘accord sur qui doit monter sur le Trône de France- et son Royaume parallèle sont une espérance en des jours meilleurs. Ce Royaume invisible est bien à l’image du Royaume du Ciel, il est dans l’éternité: le Roi caché est à l‘image du Christ-Roi, il est parti mais son retour est promis, le temps ne compte pas. Tout découle du Sacré et du vrai. Le Royaume invisible, c’est une communion des coeurs, à l’image de la Communion des Saints, c’est une communion d’Amour. Le Providentialisme est donc un Royalisme qui refuse d'entrer dans les quereslles dynastique et qui sait devoir, DANS L'ATTENTE DU PRINCE, SERVIR LE PRINCIPE.

De fait, le Royalisme Providentialiste est basé sur la transcendance et le Roi caché n'est attendu que parce qu'il est l'Elu de Dieu et qu'il est soumis à un ordre qui n'est pas le sien et que nous savons bon car c'est l'ordre Divin. C'est bien ce principe essentiel de soumision au Divin Christ-Roi que Louis XIV enseigne au Grand Dauphin :

-Et à vous dire la vérité, mon fils, nous ne manquons pas seulement de reconnaissance et de justice, mais de prudence et de bon sens, quand nous manquons de vénération pour Celui dont nous ne sommes que les Lieutenants. Notre soumoision pour Lui est la règle et l'exemple de celle qui nous est due (Louis XIV, Mémoire pour l'instruction du Dauphin, année 1661, livre second, deuxième section, cité par Alexandre Maral, Le Roi Soleil et Dieu, Essai sur la religion de Louis XIV, Perrin paris 1912, p. 7).


2. Le principe de modernité.

Le XVIII° siècle marque une rupture radicale avec l'antique Sagesse et Louis de Bonald présente cette modernoité comme “l'art de tout expliquer, de tout régler sans le concourt de la Divinité” (Louis de Bonald, Mélanges littéraires, politiques et philosophiques, t.1, éditions A. Le Clere, Paris 1819, p.105-106).

Plus encore, le réel devient génant et un Jean-Jacques Rousseau ne craind pas d'écrire :

-Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à la question (Jean-Jacques Rousseau, Deuxième discourt, Oeuvres complètes, t. III, Gallimard, Bibliothèque de la Pléïade, 1964, p.132-133).
L'intelligence étant affranchie de la réalité, plusieurs sens du monde sont alors possibles et constituent ce que nous appellons les idéologies.

Selon Vincent Peillon, ex-ministre de l'Education Nationale, la forme politiue qui réalise le mieux cet idéal moderne d'autonomie de l'homme par rapport à Dieu et à Sa Création est la Rèpubliuque, qu'il pose en véritable religion :

-La religion républicaine est une religion des Droits de l'Homme, c'est à dire de l'homme qui doit se faire Dieu, ensemble avec les autres, ici-bas, et non pas du Dieu qui se fait homme à travers un seul d'entre nous... il faut donc déraciner l'empreinte Catholique, qui ne s'accomde èpas de la République (Vincent Peillon, Une religion pour la République, la foi laïque de Ferdinand Buisson, Editions du seuil, janvier 2010, p. 34, 35, 36).
Quand on sait que le Christ, c'est Dieu-fait-homme, et que l'Anté-Christ est un homme qui veut se faire Dieu, on comprend l'origine satanique de la République !
Il n'est pas anodin, d'ailleurs, que le Christ, figure archétypale du Roi et du gouvernement par l'autorité, ai été condamné à mort par un Pilate recourant au gouvernement par l'opinion avec une foule subverti par les prêtre du temple !

Ainsi, les contorsions intellectuelles auxquelles se livrent les autorités religieuses depuis le XIX° siècle pour faire admettre l'idèe d'une “bonne république” et pour faire oublier l'existance d'une autorité politique qui tient directement son autorité de Dieu demeurent tragiquement vaines, voire suicidaires. En réalité, la “bonne république” n'a jamais existé, et le nier, c'est s'opposer à la réalité, c'est écarter les faits à la façon d'un moderne.



3. Savoir qui on est et qui est l'autre.

A. L'aculturation des Catholiques et des Royalistes.

On le constate, la subversion de esprits et profonde et se manifeste chez les Catholiques par l'oubli de notre nature et de l'autorité qui lui est consubstentielle : comme si la Révélation avait abrogè un ordre naturel pourtant lui aussi voulu par Dieu.

Cette acculturation, cette perte d'identité n'augurent le rétablissement de la société traditionnelle que par le retour... au Catholicisme traditionnel ! En effet, le général chinois Sun Tzu (VI° siècle avant Jésus-Christ) dans son Art de la Guerre nous amis en garde :

-Qui connaît l'autre et se connaît, en cent combat ne sera point défait; qui ne connaît pas l'autre mais se connaît sera vainqueur une foi sur deux; qui ne connaît pas plus l'autre qu'il ne se connaît sera toujours défait.

B. Le manque de connaissance de soi.

Le manque de connaissance de soi engendre toute sorte de dérives. S'il n'y a pas de vèrité révèlée dans l'ordre naturel, celui-ci n'est que cahos, la raison demeure impuissante à le comprendre. Or il n'y a qu'une seule Voie, Vérité, Justice : N.S. Jésus-Christ.

Sans la Vérité révélée de l'Evangile, la vie n'a plus de sens et le quiétisme s'empare des esprits et déclare dans un schéma quasi-protestant :

-Solo Gracia, solo Fide (seulement la Grâce, seulement la Foi).

On court-circuite la nature, la raison et l'Eglise pour se réfugier dans la seule exégèse des Messages que Dieu adresse parfois directement à une âme privilégiée, rendant l'Eglise presque inutile. Or, les révélations privèes n'obligent pas en en matière de Foi et un Bossuet s'insurge contre ce quiétisme tout fénélonnien (laissons faire Dieu, Il s'occuppe de tout), en rappellant au Dauphin que Dieu n'assiste pas les passifs et ceux qui agissnent contre la raison :

-Quiconque ne daignera pas mettre à profit ce don du Ciel, c'est une nécessité qu'il ai Dieu et les hommes pour ennemi. Car il ne faut pas s'attendre, ou que les hommes respectent celui qui méprise ce que fait l'homme, ou que Dieu protège celui qui n'aura fait aucun état de ses dons les plus exellants (Bossuet, Oeuvres de Bossuet, Tome 1, Firmin Didot frères, fils et Cie, Paris 1860, p. 13-16).
C'est Sainte Jeanne d'Arc qui a dit :

-Les gens d'arme batailleront, et Dieu donnera la victoire !


C. Le manque de connaissance de l'ennemi.

Ignorant tout de ses ennemis, le Catholique moderne se satisfait des moyens que ceux-ci lui proposent et qui apparraissent d'ailleurs si séduisants : pas de contrainte, pas d'effort, surtout pas d'effort de raison. Mais :
-Manifestation pour faire netndre sa voix et alerter l'opinion publique.

-Vote pour le “moins mauvais”.

-Soutient actif au parti “le moins mauvais” ou à un mouvement de lobbyisme, avec forcément à la clef de l'oeucuménisme : il faut savoir accepter des compromis, même avec des anti-Chrétiens, pour “faire masse”, se faire entendre et remporter l'adhésion de l'opinion à coup de slogans.

C'est oublier que l'Etat moderne revendique précisément le gouvermenent par l'opinion pour éliminer les dernières trace du gouvernement par l'autorité. Or le philosophe Français Georges Fonsegivre rappelle cette vérité:

-Lutter révolutionnairement contre la Révolution, c'est encore travailler pour elle (Georges Fonsegivre (1852-1917), cité par Charles Maurras, Lettre du 08 Septembre 1900 à Louis Dimier, Enquête sur la Monarchie, NLN, Paris 1925, p.238).

L'Histoire nous montre d'ailleurs cruellement, que les rares victoires de ce type permettent immanquablement à la Révolution de rebondir avec plus de vigueur encore. Mais depuis longtemps, le philosophe Augustin Cochin nous avait mis en garde contre l'illusion de la course à cette opinion publique apparue au XVIII° siècle avec les “lumières” à la fois alibi et marionettes des sociétès de pensée, machines de guerres au caractère éminammant subversif et dirigées par leur mot d'ordre “Liberté, Egalité, Fraternité” contre toute autorité...

D. La résitance Royaliste.

Etudier les principes traditionnels et conformes au réel, principes Catholiques et Monarchistes, qui fécondent l'action et les jugements, les enseigner et les faire connaître, voici ce que proposent les Royalistes.
Souvenons nous que pour continuer de jouir de Sa grâce, le Bon Dieu nous demande notre participation, notre effort, notre zèle à travailler pour le bien de nos semblables. Autrement dit, Il nous demande d’œuvrer selon nos moyens -agissant comme si tiout dépendait de nous tout en priant comme si tout dépendait de Dieu- pour la Royauté du christ -c'est là où il faut savoir de devoir d'être Tradis mais avec l'Indult du pape (Les Fraternité Saint-Pierre, du Bon pasteur et l'Institut du Christ-Roi Souverain-Prêtre sont des congrégations Tradis mais en union avec Rome)-le Bien Commun, et par voie de conséquence, pour l’institution qui seule peut assurer durablement l’unité harmonieuse: la Momarchie Royale Très Chrétienne.

-Les hommes d’arme batailleront et Dieu donnera la victoire (Sainte-Jeanne d'Arc)!

C’est à travers l’action humaine, surtout si le rapport de force Lui est défavorable, que Dieu manifeste Sa toute puissance. C’est ce qu’illustrent fort bien les exemples de David contre Goliath et de la petite bergère lorraine contre les anglais…

Pour agir en Royaliste, il faut que le Providentialiste forme et se forme :

1. Faire redécouvir aux Français leur histoire.
2. Dénoncer les réseaux occultes qui rongent la France, et replacer Dieu au centre de notre vie, le Divin Christ-Roi au centre de notre société et Son Sacré-Coeur au centre de la politique.
3. Se référer avec le Marquis de La Franquerie au principe Royal : le Roi est la seule autorité Légitime émanant de Dieu.
4. Construire l'Arche Franco-Catholique chère à Charles Maurras.
5. Créer pour celà partout en France des cercles Catholiques et Royalistes : notre première fomation doit être spirituelle, la seconde intellectuelle, la troisième personnelle (Chevaleresque, sportive, scoute, militaire ou para-militaire comme celle des pompiers et des fonctionaires de la Protection Civile), le tout dans la fidélité à une “France sans qui l'invocation au Dieu qui aima les Français est un concept dégénéré” et confiant en Divine Providence qui nous donnera les moyens d'action nécessaires à restaurer le Roi.

Les Providentialites ne sont pas uniquement des quiétistes : La Contre-Réforme Catholique de l'Abbé Georges de Nantes, l'Action Royaliste Catholique du Vicomte Pierre d'André et Le Réveil de la Bretagne et de l'Armorique de Marc Boyer de Droullin sont des exemples d'action Providentialistes. aujourdhui, l'Institut CIVITAS par exemple est Un parti Chrétien qui lutte contre la chrisitanophobie et défend la Vie, la famille et s'oppose au mariage gay, à l'avortement et à l'euthanasie.

Comme tout Royalistes, les Royalistes en général et les Providentialistes en particulier, peuvent ET DOIVENT AGIR réagir.

-Plus que jamais, une réaction est aujourd'hui nécessaire. Car la décadance des intitutions, on le veréfie déjà, entraine celle des moeurs, qui est la mort de la Nation. La civilisation elle-même, sans aucun doute, ne survivrait pas longtemps à la décomposition spirituele de la France (François-Marie Algould).

Il faut en conclure que l’institution MonarchiqueCapétienne, Catholique et Royale, est bonne, que c’est faire la volonté de Dieu que de promouvoir ses lois et l’autorité qu’elle désigne. Certains Providentialistes, les Survivantistes, vous répondront avec sagesse qu’ils acceptent les Lois Fondamentales du Royaume, mais qu’actuellement le trône est vacant car le successeur légitime est le descendant de Louis XVII, le Roi perdu : faites comme eux!

Frank Abed n'a-t-il préconisé de devenir des Providentialistes Légitimisants, ou Ultra-Légitimistes ? Etre Ultra-Légitimistes, c'est être Providentialisme, mais d'un Providentilsime AGISSANT.


4. Le combat des Providentialistes.

En conclusion, le Providentialiste, Catholique, Royaliste et patriotte, rejettera le SEUL spirtualisme et, confiant en la Divine Providence, s'enrôlera dans la lutte contre l'irréligion ou plutôt contre l'antireligion, l'athéisme, qui est le vrai fond de tout le mal moderne, la Bête de l'Apocalypse, pour l'instauration d'un ordre sage et Saint de renaissance Catholique et de renouveau Français dans sa Patrie et dans le monde. Ce à travers une action Catholique et Française, Royaliste et Providentialiste, consacré au double COEUR DE L'AMOUR surmonté de la CROIX DU SACRIFICE, et défendant l'Eglise, la Royauté du Christ, la doctrine sociale de l'Eglise, la vocation Catholique de la France, le Drapeau Blanc et l'Union du Trône et de l'Autel.

-Avant d'être Royaliste, je suis Catholique et Français; je dirai même que je ne suis Royaliste que parce que je suis Catholique et Français (Comte Maurice d'Andigné) !

Si choisir son Prince, c'est déjà être républicain, en attendant le retour du Roi, face à la violence sournoise qui s'exerce partout, contre l'âme de nos enfants, contre les Catholiques, contre les traditions de notre Pays, contre son Histoire, contre la sécurité et l'honneur de la France, nous, Royalistes Providentialistes, nous devons opposer sans relache nos valeurs Chrétiennes, familiales et patriotiques.

Alors Dieu nous donnera les grâces pour le reste car nous aurons fait notre devoir...

Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991.1994), membre du Chapitre Général et Délégué Officiel pour l’Italie




Hervé J. VOLTO

Date d'inscription : 19/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum