Le Talion ou la miséricorde ?

Aller en bas

Le Talion ou la miséricorde ?

Message par etienne lorant le Mar 19 Juin 2018 - 13:03

Premier livre des Rois 21,17-29.
Après la mort de Naboth, la parole du Seigneur fut adressée au prophète Élie de Tishbé : « Lève-toi, va trouver Acab, qui règne sur Israël à Samarie. Il est en ce moment dans la vigne de Naboth, où il s’est rendu pour en prendre possession. Tu lui diras : “Ainsi parle le Seigneur : Tu as commis un meurtre, et maintenant tu prends possession. C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur : À l’endroit même où les chiens ont lapé le sang de Naboth, les chiens laperont ton sang à toi aussi.» Acab dit à Élie: « Tu m’as donc retrouvé, toi, mon ennemi ! » Élie répondit: « Oui, je t’ai retrouvé. Puisque tu t’es déshonoré en faisant ce qui est mal aux yeux du Seigneur, je vais faire venir sur toi le malheur : je supprimerai ta descendance, j’exterminerai tous les mâles de ta maison, esclaves ou hommes libres en Israël. Je ferai à ta maison ce que j’ai fait à celle de Jéroboam, fils de Nebath, et à celle de Baasa, fils d’Ahias, tes prédécesseurs, car tu as provoqué ma colère et fait pécher Israël. Et le Seigneur a encore cette parole contre Jézabel : “Les chiens dévoreront Jézabel sous les murs de la ville de Yizréel !” Celui de la maison d’Acab qui mourra dans la ville sera dévoré par les chiens ; celui qui mourra dans la campagne sera dévoré par les oiseaux du ciel. »  On n’a jamais vu personne se déshonorer comme Acab en faisant comme lui ce qui est mal aux yeux du Seigneur, sous l’influence de Jesabel. Il s’est conduit d’une manière abominable en s’attachant aux idoles, comme faisaient les Amorites que le Seigneur avait chassés devant les Israélites. Quand Acab entendit les paroles prononcées par Élie, il déchira ses habits, se couvrit le corps d’une toile à sac – un vêtement de pénitence  et il jeûnait, il gardait la toile à sac pour dormir, et il marchait lentement. Alors la parole du Seigneur fut adressée à Élie: « Tu vois comment Acab s’est humilié devant moi ! Puisqu’il s’est humilié devant moi, je ne ferai pas venir le malheur de son vivant ; c’est sous le règne de son fils que je ferai venir le malheur sur sa maison. »

Psaume 51(50),3-4.5-6ab.11.16.
Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.
Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur,
et ma langue acclamera ta justice.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,43-48.
«Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi’. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

L'homme est toujours prompt à estimer, juger, condamner et exécuter. Ayant mis de coté le commandement de l'amour, déclaré utopique, il n'est resté qu'une justice qui ne parvient jamais à réconcilier le criminel et sa victime.  Lorsque des tueurs sadiques ont fini de purger des dizaines d'années d’emprisonnement, vont-ils de nouveau retrouver une place dans la société sans rencontrer de problèmes ?  Bien sûr que non : la tache de l'infamie est à jamais gravée sur leur visage...

Afin d'enrayer un tel processus, il faut que les hommes se convertissent en se rendant compte qu'ils peuvent très bien devenir comme ceux à qui ils ne pardonnent pas.  Ce n'est vraiment pas pour rien que l'on pratique l'humilité ! Et ce n'est pas pour rien que l'Eglise nous engage, en temps et en heure, à procéder à un examen de conscience suivi d'un aveu qui coûte d'autant plus lorsqu’il est parfaitement sincère: ce sacrement, quand bien même il aboutit à une entière absolution, n'a jamais été vécu sans peine. Eh quoi: se "déballonner" devant un inconnu est toujours d'autant plus pénible que l'on cherche à être parfaitement sincère et vrai dans l'aveu...

Cependant, la pratique de de la miséricorde envers autrui, voici qui peut permettre, tout autant, de libérer l'âme en pardonnant à ceux qui à ceux qui nous ont blessés. Car ce pardon présuppose également un grand effort de la conscience sur elle-même. Et le prêtre de conclure: si vous éprouvez n'avoir rien que votre conscience que vous reprocher, c'est que vous n'avez pas non plus besoin de venir à une Eucharistie -ni même de religion...


.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum