La Toussaint - 1 novembre 2018 - Tableau Poétique des fêtes chrétiennes (Images et Musique) - Vicomte Walsh - 19 eme siè

Aller en bas

La Toussaint - 1 novembre 2018 - Tableau Poétique des fêtes chrétiennes (Images et Musique) - Vicomte Walsh - 19 eme siè

Message par MichelT le Ven 26 Oct 2018 - 12:32

La Toussaint - 1 novembre 2018 - Tableau Poétique des fêtes chrétiennes (Images et Musique) - Vicomte Walsh - 19 eme siècle.

Voici venu le mois des vents et des tourmentes, le mois où le souffle précurseur de l'hiver emporte les feuilles des arbres, comme le temps a emporté nos beaux jours. Pendant le cours de l'année, la religion, de distance en distance, a répandu des fêtes parmi nos journées de travail, commodes repos, comme des oasis dans le désert, pour le chrétien fatigué. Pendant les mois écoulés, chaque mystère a eu sa solennité, chaque saint sa commémoration.



L`automne dans les Laurentides


Offertoire pour la Toussaint - Charles Camille Saint-Saëns - 19 ème siècle

La naissance du Sauveur, sa présentation au temple, sa circoncision, son épiphanie, sa passion, sa mort, sa résurrection, son ascension, ont été célébrées. La descente du Saint-Esprit, la Fête-Dieu, l'Annonciation, la Nativité, la Conception, la Visitation, l'Assomption de la Sainte Vierge, ont vu se succéder leurs anniversaires avec les mois qui se suivaient...

Eh bien! toutes ces journées consacrées et bénites ne sont point encore assez pour le catholicisme : il a voulu d'autres solennités que celles des mystères, et, après avoir cherché dans ses annales, après avoir passé en revue tous les mérites, toutes les vertus, toutes les souffrances des saints, il a mis chaque jour de l'année sous la protection spéciale d'un habitant du ciel; et comme l`année est loin d'avoir autant de jours que les cieux ont d'élus, il a couronné toutes les commémorations particulières par une commémoration générale.

Ainsi qu'une mère reine de tendresse, la religion à la Toussaint; réuni tous ses enfants pour les fêter ensemble devant le trône de Dieu; dans sa justice, elle amène devant le grand rémunérateur, et devant les hommages des hommes, tous ceux qui ont mérité gloire et récompense. En cette solennité de la Toussaint, l'Église qui est sur la terre donne la main à l'Église qui est au ciel; et la communion des saints qui jouissent de l'éternel bonheur et des justes qui y aspirent est révélée comme une grande consolation, comme un puissant encouragement.

Ceux qui habitent encore la vallée de larmes prennent courage en pensant que c'est à travers les chagrins et les pleurs que leurs devanciers sont parvenus au repos céleste, et ils se disent : Ils ont été comme nous, soyons comme eux. Pour bien parler de la fête de tous les saints, il faudrait pouvoir peindre leur gloire, leur félicité, leurs extases sans fin. Et comment faire? ce que l'œil n'a pas aperçu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est jamais entré dans le cœur de l'homme, ne peut être décrit.


Jacques Bénigne Bossuet évêque de Meaux en France - 17 ème siècle

Tout ce que nous pouvons dire avec Bossuet, c'est que pour rendre les saints heureux Dieu n'emploiera pas sa puissance ordinaire ; il fera plus : il étendra son bras, il ne s'attachera plus à la nature des choses, il ne prendra plus loi que de sa puissance et de son amour ; il ira chercher dans le fond de l'âme l'endroit par où elle sera plus capable de félicité ; la joie y entrera avec abondance et l'inondera de délices.

Les élus seront tellement embellis des présents de Dieu, qu'à peine l'éternité leur suffira-t-elle pour se reconnaître. Est-ce là ce corps autrefois sujet à tant d'infirmités? Est-ce là cette âme qui avait des facultés si bornées?  Notre âme, dans cette chair mortelle, ne peut rien rencontrer qui la satisfasse ; elle est d'une humeur difficile, elle trouve à redire à tout. Quelle joie pour elle d'avoir enfin rencontré un bien infini, une beauté accomplie qui arrête à jamais toutes ses affections, sans que son ravissement puisse être troublé ou interrompu par le moindre désir!





Dieu est la lumière qui éclaire les saints ; Dieu est la gloire qui les environne ; Dieu est le plaisir qui les transporte; Dieu est la vie qui les anime; Dieu est l'éternité qui les établit dans un glorieux repos. Dans la céleste Jérusalem, il n'y aura pas d'erreur, parce qu'on y verra Dieu; il n'y aura pas de douleur, parce qu'on y jouira de Dieu ; il n'y aura pas de crainte ni d'inquiétude, parce qu'on y reposera en Dieu.

J'entasserais bien d'autres citations du grand orateur, car Bossuet s'est plu à parler de la gloire des élus; mais je m'arrête, car je trouve qu'un des meilleurs moyens de faire concevoir les délices du ciel, c'est de montrer les misères de la terre.  Là-haut, un océan de bonheur! ici-bas, quelques petites goûtes de joie. Sur la terre, dit l'Ecclésiaste, on ne sourit qu`en tremblant. Ici-bas, nous pensons nous reposer, et cependant le temps nous enlève, et nous sommes la proie de notre propre durée.


Fête de tous les Saints

Qui de nous ne désire pas le repos? Et celui qui agit dans sa maison, et celui qui travaille à la campagne, et celui qui navigue sur les mers, et celui qui négocie sur la terre, et celui qui sert dans les armées, et celui qui s'intrigue et s'empresse dans les cours : tous aspirent de loin au repos. Tout homme sensé se destine un lieu de retraite et de repos ; lieu qu'il regarde de loin comme un port dans lequel il se jettera quand il sera poussé par les vents contraires.

Mais cet asile que vous vous préparez contre la fortune est encore de son ressort ; et, si loin que vous étendiez votre prévoyance, jamais vous n'égalerai sa bizarreries ; vous penserez vous être muni d'un côté, la ruine vous viendra de l'autre ; vous aurez tout assuré aux environs, l'édifice fondra tout à coup par le fondement; si le fondement est solide, un coup de foudre viendra d'en haut qui renversera tout de fond en comble.


La Toussaint en Pologne

Je veux dire simplement, et sans figure, que les malheurs ici-bas nous assaillent et nous pénètrent par trop d'endroits, pour pouvoir être prévus et arrêtés de toutes parts. Il n'y a rien sur la terre où nous mettions notre appui, enfants, amis, dignités, emplois, qui non-seulement ne puisse manquer, mais encore ne puisse nous tourner en une amertume infinie ; et nous serions trop novices dans l'histoire de la vie humaine si nous avions encore besoin qu'on nous prouvât cette vérité.

Voilà comme Bossuet peignait devant Louis le Grand ( Louis XIV) la misère du bonheur du monde, et il n'avait trouvé la terre si pauvre que parce qu'il venait de regarder la félicité des élus! Quand, d'un soleil radieux, vous reportez vos yeux sur les objets qui vous environnent, ils vous semblent tous obscurs. L'Église, dans la solennité de la Toussaint, veut nous faire envier le ciel ; c'est donc bien, ce jour-là, de nous faire prendre en dégoût le lieu de notre exil. Nous n'aimons jamais tant la patrie que lorsque le bannissement nous est dur! Avant d'en venir à établir une fête commune à tous les saints, l'Église a eu des fêtes pour les différents ordres des habitants du ciel, soit dans le rang qu'ils tiennent là-haut, soit dans la condition qu'ils ont eue sur la terre.



La Toussaint dans l`Église orientale ( Orthodoxe)


Ainsi, l'Église orientale célèbre encore aujourd'hui la fête de tous les saints de l'Ancien Testament, c'est-à-dire de tous les justes qui ont précédé la venue du Messie. L'office s'en fait le dimanche qui précède Noël. Celle de tous les apôtres s'est faite longtemps le 1 mai ; la fête de tous les disciples, le 15 juillet. Celle de tous les martyrs a eu aussi son jour fixé. La solennité en honneur des pères du désert avait été établie le vendredi de la Quinquagésime.


Le roi de France Louis le Pieux ( le débonnaire) fait célébrer la Toussaint en France vers l`an 835 selon les vœux du Pape Grégoire IV

Le premier qui fit solenniser, dans Rome, la fête de tous les saints, fut le pape Grégoire III, qui siégeait sur la chaire de saint Pierre en 731. Le pape Grégoire IV étant venu en France vers l'année 835, exhorta Louis le Débonnaire à faire célébrer la grande commémoration des saints par tous ses États, ce qui fut exécuté le 1 er novembre. C'est depuis ce temps que la Toussaint est devenue la fête de l'automne, la fête qui clôt les beaux jours, la fête voisine de la mort.



C'est ce jour-là, pendant que les vents sifflent autour des vieilles églises, et que les feuilles des forêts sont emportées par le souffle qui annonce l'hiver, que la religion, dans ses sanctuaires, chante cette hymne à tous les saints :

Nous, mortels, nous nous assemblons avec joie pour chanter les palmes et les couronnes que vous avez gagnées, ô saints habitants du ciel, au prix de tant de luttes et de si rudes travaux ! Nous, revêtus de misères, nous vous célébrons, vous que le Tout-Puissant a revêtus de gloire. Nous, qui mangeons le pain du travail et des larmes, nous vous célébrons, vous qui ne vivez que d'amour et de vérité, et qui buvez dans des coupes d'or les eaux vives des sources sacrées. Vous, qui étiez humbles sur la terre, nous vous voyons aujourd'hui mêlés aux saints vieillards qui mettent leurs diadèmes de gloire aux pieds du Roi des rois. 0 vous qui avez été nos frères, soyez-le encore dans le ciel ! Nous sommes pauvres, chétifs et vêtus de misère, et vous, vous portez des robes éclatantes, blanchies dans le sang de l'Agneau; mais ne détournez pas vos regards de vos frères d'ici-bas!

Quand les voûtes des cathédrales et des églises des hameaux entendent chanter ces poétiques paroles, les jours commencent à raccourcir et la nuit à descendre de bonne heure ; aussi le salut de la Toussaint se célébrerait dans les ombres, si ce n'était beaucoup de cierges qui brûlent sur l'autel.


La Toussaint en Pologne

La Toussaint est la dernière fête que l'on chôme dans les campagnes; après sa solennité, on pense à revenir dans les villes. Alors la campagne devient triste pour ceux qui n'aiment que la verdure, les fleurs et les ciels sans nuages. Alors les feuilles séchées tombent, tombent comme des illusions qui s'en vont. Alors de grandes rumeurs s'élèvent au milieu des nuits et font rêver tristement. Mais dans ce deuil il y a encore grand attrait pour les hommes qui ont vieilli et souffert. Les fêtes fleuries du printemps vont à la jeunesse; notre fête, à nous, c'est celle qui touche à la journée des morts.



Litanies des saints - Chorale de La Maison Des Etudiants Catholiques De Lyon



La Fête de la Toussaint en Pologne



Camille Saint-Saêns - Fantaisie pour Harpe, Opus 95 - 19 ème siècle - enregistré en l`église de  Løgumkloster, Danemark.


La Toussaint – La Légende Dorée – de Jacques de Voragine – Italie – 13 eme siècle (extrait)

Les Saints du Nouveau Testament que nous fêtons en ce jour, se répartissent en quatre catégories : les apôtres, les martyrs, les confesseurs et les vierges. La première catégorie est celle des apôtres qui dépassent tous les autres saints en dignité, en pouvoir, en sainteté et en efficacité. La seconde est celle des martyrs, dont l`excellence se manifeste en ce qu`ils ont souffert des maux très variés, avec une constance invariable et une extrême utilité pour le salut des hommes. La troisième est celle des Confesseurs, qui ont proclamés Dieu de trois façons : par le cœur, par la bouche et par les œuvres. La quatrième est celle des vierges dont la dignité et l`excellence se manifestent par – 1 – elles sont les épouses du Roi Éternel – 2 – Elles sont comparables aux anges – 3 – elles ont au Ciel de nombreux privilèges - 4 – Elles ont une place supérieure au Ciel aux femmes mariées.

En ce jour, tous les Saints des Cieux se joignent pour intercéder en notre faveur, c`est que prouve une vision qui eut lieu l`année après l`institution de cette fête. Le Jour de la Toussaint de cette année-là, le gardien de l`église de St-Pierre après avoir fait pieusement le tour de tous les autels et imploré les suffrages de tous les Saints, s`assoupit un moment devant l`autel de Saint-Pierre. Il fut alors ravi en extase et vit le Roi des Rois assis sur son trône avec tous les anges autour de lui. Puis vint la Vierge des Vierges avec un diadème de feu autour de la tête, et suivie de la foule innombrable des vierges. Des qu`elle entra, le Roi se leva et la fit asseoir sur un trône, près de lui.

Puis vint un homme vêtu de poils de chameau ( St-Jean le Baptiste), et suivi d`une multitude de vieillards vénérables; puis un autre homme en habits de Pontife suivi d`un groupe d`hommes habillés de la même façon. Derrière eux s`avança une foule innombrable de martyrs que suivait les saints Confesseurs, une foule infinie d`hommes de toutes les nations. Tous, parvenus devant le Roi des Rois s`agenouillèrent devant Lui et se mirent à l`adorer.

Et l`Ange qui avait conduit le gardien lui expliqua le sens de cette vision. Il lui dit que la Vierge assise sur le trône était la mère de Dieu, que l`homme vêtu de poils de chameau était St-Jean le Baptiste, ayant derrière lui les Patriarches et les Prophètes, que l`homme en habit pontificaux était St-Pierre, suivi des apôtres et ensuite des martyrs et que la foule était formée des saints. Et l`Ange dit au gardien que tous ces saints étaient venu en présence du Roi des Rois pour le remercier de l`honneur que lui rendaient en ce jour, les hommes, et pour prier pour le monde entier.

Puis l`Ange conduisit le gardien a un autre endroit et lui montra des personnes des deux sexes, dont les unes étaient vêtue d`or, ou assise a des tables somptueuses, tandis que d`autres, nues et misérables, mendiaient du secours. Et l`Ange dit au gardien : « Ce lieu est le Purgatoire. Les âmes que tu vois dans l`abondance sont celles qu`assistent copieusement les suffrages de leurs amis; les âmes de ces mendiants sont celles de personnes qui n`ont point d`amis au Ciel ni sur la terre, pour s`occuper d`elles. Et l`Ange dit au gardien de rapporter tout cela au pape afin qu`il institua une fête pour les âmes ( les morts) le lendemain de la Toussaint.»


MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum