DEVOTION DES ROIS DE FRANCE A SAINT MICHEL

Aller en bas

DEVOTION DES ROIS DE FRANCE A SAINT MICHEL Empty DEVOTION DES ROIS DE FRANCE A SAINT MICHEL

Message par Hervé J. VOLTO le Sam 15 Déc 2018 - 14:19


Le ROI caché HENRI V DE LA CROIX est le Roi du Miracle tenu en réserve par Dieu pour la régénération de la France et, protégé par Saint-Michel Archange, il mène une vie recuillie et pénitante en attendant le jour de sa Restauration...

Dès la naissance de la France, au Baptême de Clovis, et tout au long de son histoire, nous voyons l’Archange Saint- Michel chargé tout spécialement de sa défense comme il en fut autrefois avec le peuple juif lorsqu’il était fidèle. En retour, les Rois de France consacraient leur personne, leur famille et leur Royaume au grand Archange et sa dévotion était vive, très populaire. Satan étant officiellement chassé, la France pouvait assurer la Mission Divine qui lui était dévolue : rependre les vérités Chrétiennes dans le monde (Voir le livre Mission Divine de la France, écrit par le Marquis de La Franquerie).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A la bataille de Tolbiac (496- Prés de Cologne- , Clovis voit Saint-Michel Archange accompagné de légions céleste venir combattre aux côtés des Francs et leur faire remporter la victoire. Dès lors, Clovis décide de consacrer son Royaume au chef des Armées angéliques. Après Clovis, tous les Rois de France sans exception jusqu’à Louis XIV feront la consécration du Royaume de France à Saint-Michel le jour de leur Sacre. A partir de la Régence, la consécration de la France est supprimée. Dès lors -et vraiment quelle coïncidence étrange !- le siècle de Louis XV sera celui des philosophes qui prépareront l’orage révolutionnaire qui s’abattra sur Louis XVI…

Mais n’allons pas trop vite : commençons par le commencement.

Le culte de Saint-Michel Archange est très en honneur sous les Mérovingiens. Clovis, à peine baptisé, combat à Conflans-Sainte-Honorine, avec le blason Royal fleurdelysé que l’Archange avait fait parvenir à Sainte-Clotilde de la part de la Vierge Marie pour le Roi, et il a la victoire : et combien que la bataille avait commencé en ville, toutefois elle fut achevée en la montagne Saint-Denis, en laquelle est à présent la tour de Montjoye
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] .

Et là sera pris premièrement et nommé le cri des Français et les Armes de France, c’est à savoir « Montjoye » à qui depuis a été ajouté « Sainct Denis« :

–Montjoie Saint-Denis ! Mikaël ! Mikaël !

Ce cri restera celui de TOUS les Rois de France.

L’Archange veux fixer alors sa demeure en France et suscite la construction de la basilique-sanctuaire du Mont Saint-Michel. Dès que le Roi Childebrand apprend l’histoire du Mont Saint-Michel, il veut s’y rendre en pèlerinage.

Charlemagne fait placer sus ses étendards le nom et l’image de Saint-Michel, reconnaissant que Saint-Michel l’a couvert de sa protection et veille sur la destinée de ses Etats. Son fils, Louis Ier le Pieux, avant d’entreprendre la conquête de la Bretagne, fera un pèlerinage au Mont-Saint-Michel (50170) . Les Carolingiens continueront la dévotion à Saint-Michel, reprenant le cri de guerre Royal. Les Capétiens relèveront à leur tour la dévotion au patronage de l’Archange, mais le Mont étant situé dans les domaines du Duc de Normandie, un vassal plus puissant que son suzerain, les premiers d’entre eux ne pourront y aller en pèlerinage. Ce qui n’empêchera pas la consécration Royale le jour du Sacre de Reims et l’usage du même cri de guerre Royal.

Louis VII le Jeune peut enfin venir au Mont Saint-Michel le 23 Novembre 1158, pour y sceller sa réconciliation avec son vassal Henri III d’Angleterre et Duc de Normandie. Il veut que son fils, Philippe, en 1165,soit Baptisé dans une église dédiée à l’Archange, Saint-Michel de la Cité, à Paris. Sa dévotion sera récompensée : Philippe deviendra un grand Roi sous le nom de Philippe II Auguste, qui sera le vainqueur de Bouvines, victoire qu’il remportera au cri de :

–Montjoie Saint-Denis! France en avant ! Mikaël ! Mikaël !

Avant “Royaume de France” et “Roi de France”, on disait « Royaume des Francs » et « Roi des Francs » : la France, c’est la nation des Francs qui a Dieu pour fondateur. C’est aussi la terre des Francs : être Français, c’est être habitant de la France. Les Français de souche se trouvent être un mélange de Francs, de Burgondes et de Gallo-Romains, peuples d’origine indo-européenne et de religion Chrétienne…


Toute sa vie, Philippe Auguste se montrera le fidèle champion de l’Archange et, pour développer son culte, il fonde à Paris la Confrérie du Mont Saint-Michel, en 1230, une confrérie Noble de pénitents organisant le pèlerinage du Mont.

Saint-Louis se rendra deux fois au Mont Saint-Michel et utilisera le cri Royal –Montjoie Saint-Denis ! Mikaël ! Mikaël !- en Terre Sainte contre les Sarrazins.

A Tunis, sur le lit de mort de ce Saint Roi, son fils Philippe III le Hardi fait un voeu au céleste Protecteur de la France pour obtenir d’être protégé durant son retour de la Croisade en France.
En 1311, Philippe IV le Bel vient en pèlerinage au Mont et y laisse un morceau de la Vraie Croix. Philippe VI de Valois arme son fils Jean, le futur Jean II le Bon, le jour de la Saint-Michel et frappe ses monnaies à l’effigie de l’Archange qui, revêtu du manteau Royal fleurdelysé et couronné, symbolise ainsi la France.

Charles VI le bien aimé (avant son accident de cheval qui le fera devenir Charles VI le Fol) a une dévotion toute particulière à l’Archange, il se rend en pèlerinage au Mont et prénomme sa fille Michelle, mettant l’image de l’Archange sur ses drapeaux et place sa statue au sommet de l’Eglise Notre-Dame des Champs à Paris, avant de changer le nom de la Porte d’Enfer en Porte Saint-Michel : Saint-Michel protègera le Royaume des envahisseurs anglais -nous sommes en pleine Guerre de Cent Ans- jusqu’à l’avènement de son fils Charles VII le Victorieux.

Et c’est encore Saint-Michel qui suscite Sainte-Jeanne d’Arc, Apôtre et Martyre de la Royauté Universelle de N.S. Jésus-Christ et du caractère Sacré et Divin du Roi de France son Lieutenant. A notre libératrice, il affirme sa mission et ses droits sur notre Pays par ces paroles définitives:

–Je suis Michel, le Protecteur de la France ! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le 8 Mai 492 , fête de l’apparition de l’Archange au Mont Gargan (Monte Sant’Angelo sul Gargano dans les Pouillles ) , Saint-Michel permet à Sainte-Jeanne d’Arc de délivrer Orléans.
Charles VII, dont la soeur Michellle a épousé le Roi d’Angleterre, sait que l’Héroïne d’Orléans qui l’a conduit recevoir son digne Sacre à Reims a été guidée par Saint-Michel. Il jette les bases d’un projet d’Ordre Chevaleresque dédié à l’Archange mais meurt avant la fondation de l’Ordre. Il sera réservé à son fils, Louis XI, présent enfant à la rencontre de Chinon, de réaliser le voeu de son père : le 1° Aout 1469, à Amboise, Louis XI le prudent institue L'ORDRE DE L'AIMABLE COMPAGNIE DE MOSIEUR SAINT-MICHEL, institution destinée à perpétuer la reconnaissance Royale envers l’Archange « qui a toujours su garder, préserver et défendre le Royaume » et à fidéliser la Noblesse Française dans la défense de « la Sainte foi Catholique, l’Etat de notre Mère l’Eglise et la prospérité de la chose publique du Saint Royaume de France« .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
saint-michel-toute-splendeur-558/

Car l’antique lien de vassalité des seigneurs au Roi s’étant un peu trop relâché, au gré de Louis XI, ce dernier, pour restaurer une hiérarchie pyramidale entre sa Noblesse et lui, se trouve dans la
nécessité de créer un Ordre de Chevalerie, et accomplit donc le voeu de son père: il se réfère pour cela à la hiérarchie Divine et créé l'Ordre de Saint Michel, conçut pour fidéliser cette Noblesse
turbulente. Il rivalise ainsi avec le Duc de Bourgogne, le rival haï qui avait créé l’Ordre de la Toison d’Or. Et les 36 dignitaires deviendront les gardiens de la Monarchie.

La devise de l’Ordre évoque directement le Mont :

–Immensi Tremor Oceani (La terreur de l’immense océan).

Et Louis XI d’emmener ses Chevaliers en grande pompe au Mont Saint-Michel – lui qu’on disait économe à l’excés – pour le premier Chapitre de l’Ordre, le 29 Septembre 1469.

Les successeurs de Louis XI continueront les traditions de leur prédécesseur.
Catherine de Médicis, ayant trop conféré le collier de l’Ordre à tout venant au nom de François II et de Charles IX alors dans leur minorité, l’Ordre de Saint-Michel s’était déprécié. Henri III, devenu majeur, et voulant instituer un Ordre du Benoit Saint-Esprit pour fêter le jour de son Avènement, n’osera supprimer l’Ordre de Saint- Michel et unifiera les deux Ordres: on les appellera dès lors les Ordres du Roi.

La Régente Anne d’Autriche fait voeu d’élever un autel à l’Archange si la Fronde est vaincue. La paix rétablie, elle élève non seulement son autel à Saint-Michel mais elle charge M. Ollier, le pieux fondateur de Saint-Sulpice, de composer un acte de consécration à l’Archange:

Glorieux Saint-Michel, Prince de la Milice Céleste et général des armées de Dieu, je vous reconnais tout puissant par Lui sur les Royaumes et les Etats. Je me soumets à vous avec
toute ma Cour, mon Etat et ma Famille, afin de vivre sous votre protection; et je me renouvelle, autant qu’il est en moi, dans la piété de tous mes prédécésseurs qui vous ont
toujours regardé comme leur défenseur particulier. Donc pour l’Amour que vous avez pour cet Etat, assujetissez le à Dieu et à ceux qui le représentent (Faillon, Vie de M. Ollier, t. II, pp. 535 et 536, c’est nous qui soulignons) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] .

LE JEUNE LOUIS XIV, LE JOUR DE SON SACRE A REIMS, PRONONCERA CET ACTE DE CONSECRATION TEL QUEL.

Le Roi Soleil redonnera une nouvelle vie à l’Ordre de Saint-Michel par acte du 12 Janvier 1665 et renouvellera tous les privilèges de la Confrérie du Mont Saint-Michel. Car le jeune Louis XIV est tellement fier d’être un Chevalier de l’Ordre de Saint-Michel qu’il décide un jour à l’improviste de mettre de l’ordre… dans l’Ordre ! et de donner la chasse aux faux Nobles dans tout le Royaume.

Louis XIV, le « Roi Très Chrétien », est profondément religieux. Son entourage est Catholique et particulièrement très influencé par les Jésuites. Comme « du Siège Apostolique, le bienfaiteur héréditaire; de l’Eglise Romaine, le Protecteur perpétuel; de la liberté Gallicane, le Défenseur Souverain du Droit », il ne comprend pas et n’accepte pas qu’à côté de lui on puisse penser autrement que comme lui. C’est pour cela qu’il lutte contre le Jansénisme qu’il considère comme une déviation du Catholicisme.

Son hostilité au Protestantisme s’appuie sur les mêmes considérations. Mais de plus cette hostilité est renforcée par le fait que les protestants pensent leur foi et s’organisent en dehors du contrôle Royal et des autorités de l’Eglise Catholique. Louis XIV prend le risque d’affaiblir son Royaume et de provoquer une guerre civile. Il décide d’interdire la pratique et les idées religieuses de la « Religion Prétendue Réformée ». Ce sera une de ses réussites.

Cependant Louis XIV n’est pas prêt à tolérer une intervention trop envahissante du pape dans l’organisation de l’Église Catholique en France. Il entre plusieurs fois en conflit diplomatique avec la papauté et soutient les penchants du clergé Catholique Français vers le Gallicanisme.

Malgré la non-consécration de la France au Sacré-Coeur, Saint-Michel protège le Roi Soleil et lui permit de faire le Grand Siècle Français.

Le premier à ne plus effectuer la consécration sera le petit Louis XV, à peine âgé de 5 ans, à qui le Régent -un débauché pervers et décadent- a oublié de lui faire effectuer cette consécration à Saint-Michel. Sans protections contre les assauts de l’enfer, la France sombrera dans la Révolution dite Française le règne suivant. La République, c’est le règne de Lucifer, un régime qui tue les âmes.

Louis XVIII et Charles X réinstitueront l’Ordre de Saint-Michel à la Restauration, mais la Monarchie de Juillet le supprimera à nouveau…

Peu à peu, tout est détruit dans la civilisation Chrétienne : c’est le divorce qui dissocie les familles et ruine les bases de la société, c’est la guerre aux religieux, à l’enseignement Catholique, à toute justice, à toute équité comme à tout élément de force nationale. Les principes de morale et d’ordre sont partout discutés et violés, les esprits sont faussés, les moeurs dissolues, la notion du bien et du mal a presque totalement disparu, tout n’est que confusion et chaos, l’orgueil et le mensonge deviennent des vertus, et l’homme, ne voyant que lui seul, s’élève dans ses pensées à l’égal de Dieu, se comparant déjà à César ou à Jupiter.

En effet, la révolution est partout maîtresse, les lois laïques (filles des Droits de l’Homme) remplacent le Décalogue, à la judéo-maçonnerie, ouvre satanique, règne en maîtresse sur le monde.

Mais Baronius, le savant Cardinal (César Baronius : Annales t. VI, Bibl. Nation. H. 106, p. 635 et 636), après onze siècles d’expérience, de constater dans son exégèse du Testament de Saint-Rémy :

–Malgré les crimes de ses Rois, le Royaume de France n’est jamais passé sous une domination étrangère et le peuple Français n’a jamais été réduit à servir d’autres Peuples. C’est cela qui a été accordé par une promesse Divine, aux prières de Saint Remy, suivant la parole de David (Ps. 88) : ” Si Mes Fils abandonnent Ma loi, s’ils ne marchent point dans la voie de Mes Jugements, s’ils profanent Mes justices et ne gardent point Mes commandements, Je visiterai leurs iniquités avec la verge et leurs péchés avec le fouet… MAIS JE N’ELOIGNERAI JAMAIS DE CE PEUPLE MA MISERICORDE ” !

C’est, par exemple, le 8 Mai 1945, jour de la Saint-Michel et de Sainte-Jeanne d’Arc, que la France est libérée.

Tous les Catholiques appellent de leurs voeux les plus ardents la fin des calamités, ils cherchent à conjurer, par leurs actions comme par leurs prières, la guerre que subit la France, contre le terrorisme au nom de l’islam, contre la barbarie antisémite et anti-Chrétienne, contre l’aveuglement de nos élites « ripoux-blicaines » parvenues et mécréantes, quand elles ne sont pas mégalos.

Remettre Saint-Michel Archange, le Protecteur de la France, en possession du Royaume des Lys, du Royaume de Marie, dont il a la charge, serait rentré dans l’ordre établi par Dieu.

Comment ?

En commençant par réciter chacun chez soi ou dans un groupe de prière, comme au sein d’un pèlerinage, la prière suivante :

Prière pour la France

– Ô Coeur Immaculé de Marie, Reine de France, nous vous en supplions très humblement, daignez encore intercéder pour nous. Demandez à Dieu qu’Il envoie Saint-Michel et les Anges pour sauver la France et lui donner la victoire sur ses ennemis.
Coeur Immaculé de Marie, notre Mère et notre Reine, toute notre confiance repose en vous : venez et sauveznous, car nous savons que vous seule pouvez détourner les grands fléaux dont nous sommes menacés.

Gardons l’espérance du Salut miraculeux de la France par la Restauration d’un Roi Très Chrétien sur le Trône de ses ancêtres, Roi promis et annoncé dans les prophéties du Grand Monarque, et protégé du fond de son anonymat actuel par l’Archange protecteur de la France.

Qui sait si, peut-être, le Roi restauré –quel qu’il soit n’utilisera-t-il pas la formule de consécration de Louis XIV composée par M. Jean–Jacques Ollier (1608-1657) et portera de nouveaux une Sainte Chevalerie dévouée en pèlerinage au Mont !


Hervé J. VOLTO, CJA


A lire : Marquis de La Franquerie, Mémoire pour obtenir le renouvellement de la
consécration de la France à Saint-Michel (Editions DFT)
______________

A paraître : L’institution du Saint-Empire, une création Royale Française.

Hervé J. VOLTO

Date d'inscription : 19/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum