L'ACTION ROYALISTE CATHOLIQUE

Aller en bas

L'ACTION ROYALISTE CATHOLIQUE

Message par Hervé J. VOLTO le Dim 30 Déc 2018 - 20:00

L'ACTION ROYALISTE CATHOLIQUE

Une action Royaliste Providentialiste qui se mit en route au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale : l'Action Royaliste Catholique.

Nous sommes dans la branche qui se dénomme elle-même « Royaliste Providentialiste ». Elle est constituée de tous ceux, qui sans rejeter les autres Princes, ne se prononcent pas quant à celui qui devrait en être l’héritier Légitime. Parce qu’ils pensent qu’après une si longue interruption, seul Dieu peut rétablir la Royauté, avec les moyens et le Prince qu’il voudra. Pour les tenants de ce courant, la Royauté Française est l’héritière de celle d’Israël et à ce titre, elle en hérite les bénédictions et les malédictions, ainsi que les modalités de succession. Les Providentialistes sont très religieux et ne dissocient pas « le Trône de l’Autel ». Les Ultra-Légitmistes sont des Providentialistes Légitimisants, à la Frank Abed...

Les abonnés du Lys Rouge connaissent un peu l’histoire du premier Lys Rouge et de son fondateur Jean-Marc Bourquin, qui présenta une liste Royaliste aux municipales de Paris en 1945. Il y a quelques années, des amis à nous avaient acheté chez un bouquiniste la profession de foi de cette liste politique et un bulletin de vote de cette liste sur laquelle figurait le Vicomte Pierre d’André (1914-1999).

Que nous apprend LE DICTIONNAIRE DE LA POLITIQUE FRANCAISE d'Henri Coston sur Pierre d'André?

-Auteur dramatique, né […] le 24 janvier 1914. […] Fondateur, après la guerre, de l’Association Royaliste Catholique […], qui publiait L’Étendard. Ensuite : critique cinématographique à Ouest France, président de l’Office Catholique Français du Cinéma […] . Il a créé avec sa femme Violette une revue consacrée au cinéma et à la télévision : Regard sur l'Occident Chrétien.

Le Vicomte Pierre d'André est un catholique d'une grande hauteur de sentiment, tel un Chevalier de Malte au service des indigents, Camérier Secret du Pape, ami du Marquis André de La Franqurie et du Prince François-Xavier de Bourbon-Parme. En l945, Pierre et son épouse Violette d'André sont parmi les premiers à reprendre le flambeau de l’idéal Monarchique, alors que Charles Maurras et ses compagnons subissent les avanies de l’« épuration » .

Les antécédents politiques de Pierre d'André sont des plus succincts puisqu’à l’époque, il est avocat et vierge de tout engagement au sein d’une formation quelconque : sa femme et lui sont Royalistes de tradition familiale et ses seuls liens avec les représentants des mouvements Royalistes se réduisent à la lecture de revues et de livres.

-Quand j’avais dix ans, mes petites camarades me poursuivaient à l’école en criant : « Française, Catholique, Royaliste » ! C’était déjà ma devise, alors que j’habitais la Roumanie et que je n’avais donc aucun lien avec tous les mouvements Royalistes (Violette d'André)…

C’est l’élection de l’assemblée constituante, le 6 novembre 1945, qui permettra au couple d'André d’exprimer leurs convictions et leurs sentiments profonds ; ils font la connaissance, par l’intermédiaire d’amis communs, d’un nommé Jean-José Almira, qui voulait présenter une liste Royaliste à Paris. Almira était un garçon étonnant qui, à la suite d’une blessure reçue à la tête, était devenu pratiquement bègue, mais ce défaut disparaissait lorsqu’il parlait en public : il était alors un excellent orateur ! Or, apprenant que Jean-Marc Bourquin présentait lui aussi une liste Royaliste, les d'André se présentent alors, se rencontrent avec les deux premiers et décident de fusionner leurs listes : Ils seront magistralement battus ! Cela dit, il n'y avaient jamais beaucoup cru, il s’agissait plutôt d’affirmer une présence Royaliste à un moment où il n’existait plus rien : Maurras avait des ennuis, suite à l’« épuration », et d’une façon générale, tout le mouvement Royaliste était réduit à néant…

Après ces élections, d'André, Almira et Bourquin se séparent, plus ou moins brouillés à cause des orientations « gauchisantes » d’Almira... voilà pourquoi Pierre d'André et son épouse quitteront le mouvement : sur le papier à lettres d’Almira figurait le bonnet phrygien, car il considérait qu’il fallait réveiller toutes les traditions, y compris les traditions révolutionnaires ! il y aura donc rupture…

C’est peu de temps après, en 1947, que Pierre d'André écrit QUI ? QUAND ? COMMENT ? (Chiré), un livre qui résume toute sa doctrine -ETRE FRANCAIS, CATHOLIQUE, ROYALISTE- et explique toute son action. Voilà le modèle de l’attitude Chrétienne à la Révolution de l’un des nôtres : la résignation aimante à la volonté Divine, attitude de Foi, de dignité, d’humilité. Mais, ne nous y trompons pas, l’acceptation de la Providence ne débouche pas sur le stoïcisme, sur l’insensibilité face à l’épreuve. Non, le Catholique, comme tout homme, a un coeur, a une sensibilité qui souffre, mais il a la Foi qui débouche sur l’Espérance.

Si nous voulons nous retrouver pour l’Eternité, soyons fidèles à notre baptême, soyons fidèles à notre foi Catholique et à tout ce que cela implique pour Dieu et pour le Roi. Soyons fidèles à nos ancêtres. En un mot, soyons fidèles à Notre Seigneur Jésus-Christ jusqu’au bout, quoi qu’il en coûte. CATHOLIQUE ET FRANCAIS, TOUJOURS ! ET ROYALISTE PARCE QUE CATHOLIQUE ET FRANCAIS. Dans son cation Royaliste Catholique, Pierre d'André y envisage le problème dynastique sur le plan historique : chacun des prétendants, le Comte de Paris, le Prince Alphonse et Naundorff, font chacun l’objet d’un chapitre. En effet, pour Pierre d'André, ce n'est sans doute pas par hasard si après Louis XIV tout s’effrite : Philippe Egalité assassinant son cousin, le Comte de Chambord mourant sans descendance, les Blancs d’Espagne qualifiés de Princes étrangers, etc...

Il y a là tout de même quelque chose de troublant, et Pierre d'André croit que c’est l’une des raisons pour lesquelles le mouvement Royaliste ne décolle pas… Alors, après avoir envoyé les épreuves de cette brochure aux représentants des différents prétendants concernés, il en recevra une lettre de félicitation de Dominique Clauzel, représentant des Blancs d’Espagne, ainsi qu’une lettre d’approbation du Marquis de Castellane, représentant de Naundorff. Par contre, il n'a pas reçu de réponse directe du représentant du Comte de Paris, M. Delongraye-Montier ; mais ce dernier fera paraître le communiqué suivant dans Ici France, le journal officiel du Prince :

-J’apprends qu’une publication appelée L’ETENDARD, affichant une étiquette Catholique et Royaliste, était diffusée à Paris et dans certains départements. Je tiens à préciser que ce journal et ce mouvement n’engagent que leurs promoteurs, et ne peuvent être considérés comme l’expression ou l’un des instruments de la propagande Royaliste officielle.

PROPAGANDE ROYALISTE OFFICIELLE ? Ce communiqué, qui ne comporte ni argument, ni réfutation, est donc quand même une réponse, sous forme de désaveu voilé d'un mouvement qui n'appuyait pas le Comte de Paris, seul Prétendant IMPOSE par l'élite maçonnique de l'époque, puisque M. Delongraye-Montier était tenu au courant de la naissance de L’ETENDARD (il en a accusé réception à M. d'André par lettre datée du 6 mars 1946) et de la publication du livre QUI ? QUAND ? COMMENT ?, que Pierre d'André lui avait adressé…

Celà pour la petite histoire...

C’est à ce moment que Pierre et Violette d'André se diront :

-Devant cette confusion dans le problème dynastique, devant cette difficulté de prendre parti, notre position sera d’être POUR L'ELU DE DIEU, et de nous contenter de DEFENDRE LE PRINCIPE DE LA MONARCHIE DE DROIT DIVIN : quant à la personne, l’Élu de Dieu, le Seigneur saura bien la faire connaître, comme il l’a fait pour Charles VII…

Voici une magnifique définition du Royalisme Providentialisme par Alexandre Dumas :

-Sachez disitinguer toujours le Roi de la Royauté : le Roi n'est qu'un homme, la Royauté, c'est la pensée de Dieu. Quand vous serez dans le doute de savoir qui vous devez servir, abandonnez l'apparence matérielle pour le principe invisible, car le principe invisible est tout. Seulement Dieu a voulu rendre ce principe palpable en l'incarnant dans un homme (Conseils d'Athos à son fils Raoul, dans Le Vicomte de Bragelonne, par Alexandre Dumas).

Comme si celà ne suffisait pas, certains veulent engager les d'André avec les Naundorff, mais les d'André leur dirent à l'époque :

-Si vous arrivez à prouver irréfutablement que Naundorff est bien le descendant de Louis XVII, d’accord ; le principe Monarchique, la loi Salique, le droit d’aînesse nous conduisent alors à crier : « Vive Naundorff ! » ... Mais tant qu’il s’agit de racontars, de présomptions, « la gouvernante qui dit que… », ça ne colle pas, cette descendance doit être d’une clarté absolue… Donc, Naundorff étant douteux (ce qui ne voulait pas dire que les d'André étaient contre a priori), restaient les prétendants d’Espagne ou le Comte de Paris : entre les deux, je n’hésite pas, pour les raisons logiques que j’explique dans ma brochure, qui est d’ailleurs inspirée très largement, pour cette partie-là, de l’ouvrage de Paul Watrin, La tradition monarchique…

C’est une position très proche de celle de l’Abbé Georges de Nantes, qui disait :

-Discuter du Prétendant, choisir son Prince, c'est déjà être républicain !

Violette d'André avait d’ailleurs envoyé le livre de son mari à l’Abbé de Nantes, fondateur de la CONTRE-REFORME CATHOLIQUE AU XX° SIECLE, en son nom à lui, et l'abbé de Nantes répondra à son mari ce qui suit:

-Cher Monsieur, je reçois ce matin votre double envoi ; je viens d’achever l’un et de lire la préface de l’autre ; c’est donc un signe de communion d’idées et de sentiments que cette communication : je vous en remercie. À quelques détails près, la thèse de votre livre sur la Monarchie est celle-là même que j’ai développé à la Mutualité le 21 juin, infiniment applaudie par nos amis. Elle n’a été comprise ni par les gens d’Aspetcs (Aspect de la France), ni par les « Légitimistes » qui, eux, disent le droit ainsi : d’abord leur prétendant, ensuite l’action. Vous avez entièrement raison : d’abord la pleine reconnaissance de la Royauté de Jésus-Christ, ensuite une action de tous pour rétablir Son Royaume ; et alors, Lui seul saura guider le Régent et les Conseils de l’État nouveau dans la reconnaissance du vrai fils de Saint Louis. Quelle admirable perspective, quelle merveilleuse et certaine espérance […]. Donc, je vous remercie, espérant qu’enfin le peuple catholique et le peuple Français fidèle se redressera pour appeler de ses prières le grand pontife et le grand monarque, envoyés du Sacré-Cœur […]. Un Frère intervient et me dit : c’est à croire que vous avez plagié M. d’André sans avoir l’honnêteté de le dire ! Eh bien, il n’en est rien, et c’est une preuve de la vérité et de la beauté de nos deux discours parallèles, mais je le citerai dans mon texte écrit…

L’abbé de Nantes avait écrit en 1969:

-Un jour se lèveront des phalanges de toute nations, de toute classe, pour la renaissance de l’Eglise et le salut du monde. Leur action s’inspirera nécessairement du patrimoine de sagesse que récapitulent nos 150 Points de RELIGION CATHOLIQUE, d’ACTION FRANCAISE, de VIE COMMUNAUTAIRE (il s'agit de communautarisme Chrétien). On aura beau vouloir et dire, on ne reconstruira rien en dehors ou au rebours de ces principes que nous tenons de nos pères.

Una action catholique et Française, Royaliste et Providentialiste laissant humblement à Dieu le choix du Roi à venir. Dans le N° de Juillet 1987 de Il est ressuscité, un disciple de l’abbé de Nantes précisait :

-Le Père de Nantes ne choisi pas son Roi : discuter du prétendant, choisir son Prince, c’est déjà être républicain! Il dépasse le clivage Orléaniste/Légitimiste. Sa conviction morale repose sur une croyance sincère en une Survivance possible de Louis XVII. Qu’un descendant de Louis XVI s’avance et l’unanimité des Français se fera! Quoi qu’il en soit et qui que soit le Roi, Dieu nous le montrera ! ! !

Sur le plan strictement politique, le couple d'André se reconnait de Maurras, c’est lui qui, d’une certaine façon, a bâti toute la doctrine Monarchique ; même s'ils ne pouvaient pas le suivre quand il était partisan des Orléans, mais le problème dynastique est une chose, le problème constitutionnel en est un autre…

-Tout le travail de l’Action Française, Charles Maurras, Pierre Pujo, Léon Daudet, etc... est un monument, c’est fantastique, prodigieux ! Et c’est tout de même grâce à eux qu’il y a encore des Royalistes à l’heure actuelle (Pierre d'André) !!!

Le seul point qui séparait Charles Maurras et Pierre d'André était... le problème dynastique. Maurras croira aux Orléans jusqu'à la condamnation du Comte de Paris. C'est pour celà que Pierre d'André rejoignait l'Abbé Georges de Nantes dans une vision maurrassienne, Monarchiste et patriotique, MAI PROVIDENTIALISTE du Royalisme, avec la spiritualité qui imprégnait la doctrine de l'Action Royaliste Catholique…

A la page 522 de son livre FRANCE, NOTRE SEULE PATRIE (Ed. de Chiré), François-Marie Algould (1910-2012), fondateur de l'Oeuvre Chétienne de la Cité Vivante, une sorte d'AF n'ayant pas renié ses racines Catholiques, déclare avoir été honoré par Pierre d'André de sa bienveillante amitié. Car si le premier fut un Orléaniste convaincu mais authentiquement Catholique, le second était un maurrassien Providentialiste tout aussi authentiquement Catholique : ces deux grandes âmes se rencontraient sur un Monatrchisme patriotique seul cacapable de rendre à la France son identité Chrétienne !!!

L'oeuvre de l'ACTION ROYALISTE CATHOLIQUE pourrait se résumer ainsi : DEFENDRE LE PRINCIPE AVANT LE PRINCE. Le principe : le Christ est Roi des nations, le Roi de France n'est que Son Lieutenant, le Roi étant la seule autporité Légitime émanant de Dieu. Si le Christ est Roi des nations, les nations lui doivent obéissance. Et les Saintes Ecritures nous fournissent les preuves scripturaires de la Royauté du Christ.
L’apostasie des nations moderne et ses conséquences:

1. Pour les individus: ruine des âmes, perte de la Foi, éloignement du prêtre, infiltration profonde de l’enseignement irréligieux, immoralité.
2. Pour la société: décadence de la société, avec ses trois caractères principaux, l’injustice, le sensualisme égoïste, l’orgueil effréné.
3. Pour le pouvoir: tyrannie (peste marxiste, choléra hitlériste et rage islamiste), instabilité, nullité des politiciens.

Comment rétablir la Royauté du Christ?

A. Devoir des fidèles: l’instruction religieuse, la Foi, la pratique du culte Catholique, faire régner le Christ-Roi dans les coeurs, les familles et la société, dans l’attente du Chef d’Etat Catholique et Royal qui sera comme un nouveau Constantin.
B. Devoir des prêtres: être initiés à la doctrine de la Royauté Sociale du Christ, prêcher cette Royauté du Christ.
C. Devoir des gouvernants: connaître la Royauté Sociale du Christ, favoriser ses enseignements, rétablir sur le Trône de France le Capétien de chair et d’os qui ne sera que l‘humble Lieutenant du Christ-Roi, obéir avec lui aux Lois Fondamentales du Royaume de France, aider et conseiller le Roi à porter des lois Chrétiennes et les faire exécuter avec sérieux.

Selon Pierre d'André, l'ARC partira donc de la reconnaissance de la Royauté du Christ. Dans l'attente du retour du Roi, Lieutenant du Christ, elle défendra le principe Monarchique, la loi Salique, le droit d’aînesse, l'intéret national de la France et son identité Chrétienne. La Restauration sera le beau fruit d'une maturation spirituelle, intellectuelle et morale, magistralement effectuée par cette œuvre Catholique et Française, Royaliste et Providentialiste qu'est l'Action Royaliste Catholique.

-Nous croyons à cette rechristianisation, parce que comme l'ont prédit Saint Rémy et Jeanne d'Arc, d'une part notre Pays ne peut périr et, d'autre part, il ne peut non plus vivre éternellement en révolte contre son Dieu (Pierre d'André).

Du mateau de Saint Martin, à l'étandard de Sainte Jeanne d'Arc, c'est tout un ! c'est la même tradition Française de Charité et la première des Charités est la politique, notre politique Catholique et Royale d'union du Temporel et du Spirituel ! Saint-Martin, Protecteur de la Couronne et Bouclier de la Patrie, et Sainte Jeanne d'Arc, Apôtre et Martyre de la Royauté Universellle de N.S. Jésus-Christ et du carcatère Sacré et Divin du Roi de France Son Lieutenant, sont les grandes figurent dont la geste a fait la Noble France. C'est cette sorte de geste Franco-Catholique qu'attend la France aujourd'hui. Ainsi voilà toute l'action des d'André qui, avec L’Étendard de France, ne cesseront d’essayer d’expliquer celle position !

La dévotion au Sacré-Cœur, enfin, fut le phare de leur doctrine : il faut faire connaître le message du Sacré-Cœur à Sainte Marguerite Marie, qu’il fut très difficile de trouver à cette époque-là ! ils l'ont cherché partout, et même à Paray-le-Monial, il n’y avait rien ! Pour avoir ce texte, il a fallu chercher dans la bulle de canonisation de Sainte Marguerite Marie, rédigée en latin, même pas traduite en Français : en effet, l’Église avait fait le black-out sur ce texte à cause de son aspect politique, l'ennemi ayant déjà à l'époque infilté le clergé à travers le Sillon, un des fruits du Ralliement...

Le Message de Paray-le-Monail était bien connu en Espagne, en Autriche, mais en France, sous la IV° République, le Message n'était plus publié ! On doit ainsi à l'Action Royaliste Catholique la rediffusion en France du Message du Sacré-Coeur à Sainte Marguerite Marie. Depuis, de nombreux livre furent écris sur le sujet, dont le l'ouvrage du Marquis André Le Sage de La Franquerie, Le Sacré-Coeur et la France (Editions Résiac).
N.S. Jésus-Christ apparait en 1675 à Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de l’Ordre des Visitandimes de Paray-le-Monial et lui demande l’établissement d’une Fête votive à Son Sacré-Coeur dans l’octave de la Fête-Dieu et la construction d’un édifice religieux à dédié au Sacré-Coeur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] . En 1689, N.S. apparait de nouveau à Sainte Marguerite Marie [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
le 17 Juin :
.Faites savoir, dit-Il, au Fils Aîné de mon Sacré-Coeur -Il parle de Louis XIV- que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma Sainte Enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu’il fera de lui-même à mon Coeur adorable qui veut triompher du sien et, par son entremise, des grands de la terre. Il veut régner dans son palais, être peint sur les étendards et gravé sur ses Armes, pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds ces têtes victorieuses et superbes, pour les rendre triomphantes de tous les ennemis de la Sainte Eglise.

Nous avons également un témoignage extraordinaire de la Duchesse de Sabran, proche de Claire Ferchaud, habitant Loublande, qui a écrit à Violette d'André :

-Claire est à l’arrière, vous êtes en première ligne…

Quand on sait que Claire Ferchaud avait été envoyée par Dieu auprès de Pointcaré pour obtenir de lui la consécration de la France, consécation qu'il refusa de faire évidamment...

Nous pouvons donc ici tracer les grands axes d’un redressement national selon l'ACTION ROYALISTE CATHOLIQUE. D'abord, bien définir le principe Royal : N.S. Jésu-Christ est Roi de l'univers et Il est donc le Roi Légitime de France. Il délègue Sa Royauté en France à un Lieutenant de Son Choix, selon les Lois Fondamentales du Royaume de France inspirée par Lui àtravers le Songe d'Hugues Capet et qui désignent l'Aîné Salique, Catholiue et né Français de Naissance Légitime comme Souverain de notre pays. Ensuite le patriotisme: c'est l'Amour pour la Patrie. La France est une nation Catholique. C'est l'abandon de la reconnaissance de la Royauté du Chrits qui plonge la Nation Française dans la tourmante. Il faut construire un ordre naturel qui puisse servir de socle à la Royauté Sociale de N.S. Jésus-Christ et à Son Sacré-Coeur. Est Légitime un pouvoir qui possède la Légitimité naturelle (assurer le Bien Commun) et la Légitimité théologique (reconnaître le Divin Christ-Roi comme source de toute autorité et défendre la foi Catholique) : or, historiquement, seule la Monarchie Capétienne, Catholique et Royale, a possédé parfaitement cette double Légitimité. Le patriotisme et le nationalisme: un Royaliste Français digne de ce nom doit honnorer la “nation des Francs qui a Dieu pour fondateur”, cette "France qui, sans l'invocation au Dieu qui aima les Français, est un concept dégénéré", le soldat, l'armée, le drapeau, Sainte-Jeanne d'Arc, les morts pour la France, et le culte des morts-le soldat inconnu...

S’il n’y avait pas eu ce déclic des élections, Pierre d'André n'aurait jamais fait quoi que ce soit : une opportunité s’est présentée, et il l’a saisie… Mais ce qui est tout de même assez étonnant, c’est que son épouse et lui ont démarré de rien, sans autre publicité que ces élections, au moment desquelles ils ont vu se constituer autour d'eux une petite équipe qui leur est restée fidèle lorsque ils ont fondé à l'époque leur association, l'Action Royaliste Catholique (ARC) et un mensuel, L’Étendard, qui a compté jusqu’à un millier d’abonnés ! Les uns vendaient, d’autres aidaient le couple d'André pour le travail de secrétariat. Comme les d'André avaient un grand appartement près des Champs-Élysées, ils y organisaient des conférences qui réunissaient pas mal de monde…

Et puis un certain nombre de gens qui les suivaient dans ce mouvement ont continué, comme Gérard Saclier de La Batie, qui est aujourd’hui l’un des représentants officiels du Légitimisme… Il a reconnu, lors d’une récente conférence, qu’il s’était appuyé sur tous les arguments de Pierre d'André.

Pierre et Violette d'André ont créé un insigne pour l’ARC, représentant le Sacré-Cœur sanglant et trois fleurs de lys d’or sur un blason bleu-Roi. Ils étaient bien sûr moins nombreux que l’Action Française, mais on parlait des d'André de temps à autres : c’est Paris-Match qui avait publié un jour une enquête sur les mouvements Royalistes ; le chapitre consacré à l’ARC commençait ainsi :

-Je suis reçu par le Vicomte d’André, le Camérier Secret du Pape, dans son salon tapissé de fleurs de lys d’or sur fond bleu-roi, etc...

C'est comme ça que Pierre et Violette d'André ont connu Alain Decaux, qui est ensuite venu les interviewer, lui aussi, car Decaux, à l’époque (il a complètement changé de bord par la suite !), était Naundorffiste. Puis, à l’instar de Bourquin, ils ont eu de petits ennuis avec le gouvernement d’alors. Leur publication s’appelait à l’origine L’Étendard ; puis des gaullistes ont lancé un petit canard avec le même titre ! Comme Pierre d'André se demandait s'il allait faire quelque chose, un ami avocat l’a conseillé d’abandonner toute idée de poursuite légale : juste après la « Libération », c’était la lutte du pot de terre contre le pot de fer ! Alors, ils ont modifié le titre, qui est devenu L’Étendard de la France : le titre était meilleur ! D’autre part, suite à un article polémique paru dans L’Étendard, Pierre d'Abdré fut avertis qu'il serait poursuivi, comme directeur de la publication, mais il n’y eut jamais de suite…

La position Pierre d'Aandré était :

-C’est Dieu qui tranchera, et Dieu se fout de la république !

Les d'André continueront le journal jusqu’au tout début des années 50. Le combat cessera faute, non pas de combattants, mais de carburant ! Depuis, ils ont cessé absolument toute activité politique, pour se consacrer au cinéma ; Pierre d'André menant tout de même, pendant une vingtaine d’années, une petite revue qui s’appelait Ambiance de Paris, dans laquelle il se défoulait à travers des éditoriaux, en prenant des positions sur la politique du moment ; cette chronique était intitulée « LES PROPOS DE L'IMPERTINANT », donc un peu ironique. Mais ce n’était pas une activité Royaliste, juste un commentaire de l’actualité. Parvenu à l'age de la retraite, Pierre et Violette d'André fondent la revue REGARD SUR L'OCCIDENT CHRETIEN (ROC), un journal de critique d'art cinématographique analysé selon une perspective Chrétienne...

De l'Action Royaliste Catholique, il n'en reste pas moins une oeuvre politique concrète, dont les grandes lignes sont les suivantes : défense de la Royauté du Christ, du Roi Son Lieutenant, le principe Monarchique, la loi Salique, le droit d’aînesse, le patriotisme, la nature et les traditions, la Vie, l'institution familiale, les Valeurs, nos racines Chrétiennes, le tout en laissant humblement à Dieu le choix du Roi à venir. EN ATTENDANT LE PRINCE, DEFENDRE LE PRINCIPE.

Confiant en la Divine Providence Alain Texier, CJA, Président fondateur de la CHARTE DE FONTEVRAULT -que j'ai l'honneur de représenter en Italie- dit toujours vouloir reprendre l'idée de l'ARC et de, en attendant le prince, défendre le principe.

L'ACTION ROYALISTE CATHOLIQUE : un exemple à suivre...


Hervé J. VOLTO, CJA

Hervé J. VOLTO

Date d'inscription : 19/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum