Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 14:06

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions



Des Nouvelles de la Russie qui connait un renouveau chrétien après 70 ans de persécutions par les régimes communistes de 1917 a 1993.





Les Fêtes de Noel en Russie




Les Fêtes de Pâques en Russie




Procession de la Sainte Croix de Velikoretsky -  Ce pèlerinage pénitentiel était interdit sous le régime communiste. En 1992, le pèlerinage est devenu officiel et il y avait 200 personnes et actuellement près de 40,000. Une marche pénitentielle pour expier les péchés de la nation, des familles et des personnes, pour faire des demandes a Dieu, pour remercier Dieu pour ses bontés, ect




Procession de la Sainte Croix de Velikoretsky - Une partie difficile sous la pluie et dans la boue - Musique a partir de 3 min 19 sur la vidéo - Pas des plaintif ces hommes et femmes russes!


Dernière édition par MichelT le Ven 12 Juil 2019 - 22:48, édité 3 fois

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Re: Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 14:52

Pâques en Russie - Gastronomie

Paskha: ce dessert indispensable de la célébration de Pâques

Source: Russia Beyond et Daria Sokolova

Ce pudding sucré et crémeux garni de raisins secs est l’un des plats les plus importants lors de la fête de Pâques.


Cette année, les orthodoxes célébreront Pâques le 28 avril et de nombreux croyants préparent déjà les plats typiques pour cette occasion. Une table de Pâques russe traditionnelle doit comprendre des œufs peints, le gâteau de Pâques appelé koulitch et le pudding épais et crémeux appelé paskha (également le mot russe pour Pâques), préparé sous la forme d’une pyramide tronquée. Cette forme symbolise le tombeau du Christ. La plupart des cuisiniers utilisent aujourd'hui un moule spécial en plastique ou en bois pour la préparation du paskha, avec les lettres russes X et В gravées à l'intérieur. Ces initiales représentent les mots « Христос воскрес ! » (« Khristos Voskres ! »), la formule traditionnelle : « Le Christ est ressuscité ! ». Lorsque le paskha est retiré du moule, les lettres sont imprimées sur sa surface.

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc31b4e15e9f948a3220b6a

Pour préparer un délicieux paskha, il est impératif d'utiliser des ingrédients frais. L'ingrédient clé du paskha est le tvorog, un type de fromage blanc granuleux que l'on trouve partout en Russie.

Beaucoup de femmes feront leur propre tvorog pour s'assurer qu'il est frais pour le paskha. Vous pouvez également l’acheter en magasin, mais vérifiez bien la date de péremption et achetez-en avec au moins 9% de matières grasses. Si vous souhaitez essayer de faire ce plat mais que vous n’avez pas de tvorog sous la main, vous pouvez essayer de le préparer avec un mélange de fromage à la crème et de fromage blanc.

Pourquoi les Russes raffolent de tvorog?

Bien que l’ingrédient le plus traditionnel du paskha soit les raisins secs, les cuisiniers ajoutent des miettes de biscuits, des morceaux de chocolat, des fruits confits, de la confiture, un zeste de citron, de la noix de muscade, de la cannelle ou de la vanille, selon leur préférence.

Ingrédients

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc31b4e15e9f948a3220b66

tvorog (au moins 9% de matières grasses) 750-800 g
●beurre 100g
●crème épaisse (au moins 20% de matières grasses) 250 g
●crème 100g
●3 œufs, séparés
●sucre 5-6 c. à c.
●raisins secs 2 c. à s. (coupés en morceaux s'ils sont gros)
●zeste d'orange ou de citron 1 c. à s.
●noix (concassées ou en morceaux) 2 c. à s.
●noix de muscade moulue
●cannelle moulue
●fruits confits

>>> Comment décorer vos œufs de Pâques à l’aide d’ingrédients naturels?

Préparation

1. Passer le tvorog dans un tamis ou pétrissez-le à la fourchette. Ajoutez une cuillère à café de sucre (vous pouvez utiliser du sucre en poudre ou du sucre vanillé), du beurre ramolli et de la crème épaisse. Bien mélanger le tout.

2. Combinez le reste du sucre avec les jaunes d'œuf et ajoutez-le au mélange de tvorog.

3. Fouettez la crème puis ajoutez la noix de muscade et la cannelle.

4. Battre les blancs d'œufs jusqu'à ce qu'ils moussent et les ajouter délicatement au mélange. Mélangez avec une spatule en ne remuant que dans un sens.

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc31b4e15e9f948a3220b67

5. Ajoutez les raisins secs et les noix (des amandes feront également très bien l’affaire). Mélangez à nouveau.

6. Couvrez l'intérieur de votre moule avec 2-3 couches de gaze. Vous pouvez également remplacer par du film plastique alimentaire.


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc31b4e15e9f948a3220b68


7. Placez délicatement le mélange dans le moule et recouvrez-le d'une petite planche avec un poids dessus. Laissez au réfrigérateur pendant au moins 12 heures. Placez le tout sur une assiette à rebords ou un plat, car il y aura une fuite de liquide.

Lorsque le paskha a épaissi, sortez-le du réfrigérateur, retournez-le sur une assiette et retirez le moule et la moussline.

Avant de servir, décorez avec des noix, des fruits confits et des baies.

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc31b4e15e9f948a3220b69


Dernière édition par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 17:32, édité 1 fois

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Re: Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 15:13

La Pâques russe, une fête chrétienne et familiale

2013  - Vladimir Erkovitch - Russia Beyond


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Pasha-800x600

Pâques est la fête la plus importante dans le calendrier chrétien orthodoxe. À l’époque soviétique, la participation à ces célébrations n’était pas encouragée, et par conséquent les traditions de Pâques se sont superposées aux nouvelles fêtes soviétiques que l’Église n’a pas vraiment adoptées.

Les fêtes de Pâques commencent par des célébrations dans les églises, une messe nocturne accompagnant une procession religieuse. On considère que le service se termine après le carême, après quoi chacun peut manger tout ce qu’il souhaite.

Les plats principaux durant Pâques pour les orthodoxes sont les œufs décorés, les gâteaux de Pâques et le Paskha, un plat à base de fromage blanc russe (tvorog) et de raisins. Généralement décorés de bougies, les gâteaux sont allumés pendant le service religieux. Bien que la religion était interdite en URSS, les œufs étaient peints dans presque chaque foyer. L’idée religieuse n’y était pas forcément associée, mais Pâques était tout de même fêtée.

« Nous avions notre jeu préféré, pour lequel nous attendions Pâques avec impatience, raconte une retraitée, Natalya. Deux personnes prennent un œuf et se heurtent l’un contre l’autre. Celui dont l’œuf reste entier prend celui qui est fissuré. Ainsi, en passant de maison en maison, on pouvait gagner beaucoup d’œufs. Il n’était pas obligatoire de manger tous les œufs gagnés. Après avoir suffisamment mangé, nous en distribuions à quiconque en voulait. ». L’interdiction officielle des pratiques religieuses comprenait également la promenade au cimetière pour rendre visite aux ancêtres et s’occuper des tombes.

« La tradition de se rendre au cimetière à Pâques, et d’y laisser des œufs et des gâteaux est un paganisme qui a repris durant l’URSS, indique le père Alexandre. Quand on cherche la véritable foi, de sombres superstitions apparaissent inexorablement. A Pâques, il faut aller à l’église ».

Après l’église, on rompt le jeûne et on organise un repas de fête pour marquer la fin du Carême et la venue de la lumière du jour dans l’année.

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Pc3a2ques-20121

Mais il faut se rappeler que ce jeûne, particulièrement strict, est un vrai stress pour l’organisme, c’est pourquoi il faut en sortir progressivement. Les médecins recommandent de manger directement une viande grasse ou toute combinaison de viande et de pain. Avant tout, le premier jour il faut manger de la viande avec des légumes, de la salade et des herbes, et ensuite introduire progressivement des produits laitiers dans le régime alimentaire.

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5abe706085600a20eb156abc


« Avec ma famille, nous célébrons habituellement Pâques chez des invités, indique Sergueï, programmeur. Pour eux, cette fête n’est pas tellement une fête religieuse, mais avant tout une fête de famille. C’est l’occasion de réunir tous les enfants et neveux à la maison et de s’asseoir autour d’une grande table ».

Dans la nuit de Pâques, toutes les églises sont bondées, mais pour certains ce n’est qu’une occasion de boire. En pleine nuit, quand tous les habitants de la ville se promènent dans la rue, pourquoi ne pas répéter les célébrations du Nouvel An ?

« Quand j’étais bien plus jeune, chaque année nous assistions à la procession avec des amis, confie Sergueï, gardien de profession. Pour nous, plus que le service religieux lui-même, c’est la foule qui nous intéressait. Et la raison pour boire était grande. C’était tout de même Pâques. En fin de compte, nous retournions à la maison au petit matin en tenant à peine sur nos jambes. Maintenant je ne peux plus faire ça, je n’ai plus la santé de fer que j’avais alors et je suis devenu plus sérieux ».

« Chaque année je participe à la messe de Pâques, non pas tellement comme paroissien mais par devoir, explique de son côté Roman, pompier. Je m’assure qu’il n’y aura pas de problèmes. Mais malheureusement c’est assez fréquent. J’ai déjà sauvé plusieurs fois des femmes s'étant embrasées avec une bougie. Une grand-mère avec un foulard duveteux et une bougie à la main fait la queue et voilà que le foulard s’enflamme. Désormais, si je vois quelqu’un avec ce genre de châle durant la messe, je vais tout de suite la voir pour qu’elle fasse attention ».

La semaine de Pâques est également unique car c’est le seul moment de l’année où tout le monde peut sonner les cloches. Pour qu’on vous accorde ce plaisir, il vous faut demander au responsable de l’église. En général, le prêtre ne le refuse à personne. Toute la semaine après le service, on peut entendre un son de cloche, les joyeux paroissiens sont avant tout les enfants qui les font retentir pour se réjouir de la résurrection du Christ.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Re: Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 15:26

Comment les croyants orthodoxes célèbrent-ils Pâques

28 AVR 2019 - DARIA GRIDIAÏEVA
Source: Russia Beyond


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 2P20160501-PAL_6596-1200


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5a62396685600a01f93878ed

Si l’on demande aux Russes ce que représente pour eux Pâques, ils répondront qu’il s’agit de l’une de leurs fêtes préférées. Nous nous sommes entretenus avec des individus de profils différents, afin qu’ils partagent leurs souvenirs au sujet de cette célébration.  Cette année, la fête de Pâques tombe en Russie durant le dernier week-end d’avril. En ce dimanche, célèbrent la Résurrection du Christ non seulement les croyants, pour qui il s’agit traditionnellement de la plus importante fête religieuse, mais aussi de nombreux citoyens, ne s’associant pourtant pas à l’Église orthodoxe. En réalité, cet événement s’est profondément ancré dans la vie du pays et ses traditions n’ont pu disparaître même durant l’URSS, où la religion était pourtant interdite.

Pavel, professeur à l’Académie spirituelle de Moscou

Je viens d’une famille non croyante, c’est pourquoi je n’ai été familiarisé avec la véritable célébration de Pâques qu’au séminaire. Avant cela, toute la fête se résumait pour moi aux plats traditionnels de Pâques : les œufs et le koulitch [sorte de brioche décorée]. Ma grand-mère préparait de délicieux koulitchs. On peignait les œufs à la maison avec des épluchures d’oignon et on les enduisait d’huile végétale jusqu’à ce qu’ils soient parfaitement brillants. Au séminaire j’ai appris que le Grand Carême, la Semaine sainte et Pâques étaient une petite vie à part entière. La préparation pour la fête se déroule durant presque 50 jours. Avant tout, il est question de restrictions alimentaires, mais aussi d’autres choses. Par exemple, l’office religieux durant le Grand Carême possède une charge spirituelle particulière et chaque jour, lorsque tu es à l’église, à travers ce qui est chanté, lu et dit, on te rappelle l’approche de la fête. Et ce sont sept semaines, presque deux mois uniquement de discussions du type : « C’est bientôt Pâques, il faut s’y préparer ».

La dernière semaine avant Pâques, la Semaine sainte, reflète la chronologie des derniers jours de la vie du Christ. Chaque jour représente un ou deux événements centraux, principalement tristes, et l’apogée arrive le jeudi soir et le vendredi matin (les journées de service religieux commencent le soir) : le Christ est torturé, crucifié et décédé. Bien entendu, tu traverses tout ça. Le samedi, selon la logique des choses, est un jour d’attente tendue, mais pour moi c’est déjà un moment joyeux. Les gens viennent faire bénir leurs koulitchs, leurs gâteaux de Pâques et leurs œufs. Parfois ils font aussi bénir d’autres produits, voire même de la vodka par exemple.


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 1024666403


Durant la bénédiction, le prêtre lit des prières, puis entame un chant à propos du Christ se rendant en Enfer et libérant ceux y étant tourmentés, et asperge d’eau bénite les produits amenés par les fidèles. Au séminaire on faisait cela à un endroit aménagé avec des tables. Imaginez : une foule, autour de vous des visages heureux, des koulitchs, des œufs, les vêtements blancs du prêtre (qui sont ensuite seulement noirs ou violets), des chants, un joyeux remue-ménage – tout cela fait de ce samedi un jour unique.

Le service de Pâques a lieu de nuit. Environ 15 minutes avant minuit, se déroule une procession autour de l’église. Sont allumées des bougies et entonné un chant reflétant l’attente de la résurrection du Christ : solennel mais pas encore jubilatoire. Après avoir marché autour de l’église, la procession s’arrête devant l’entrée dans l’attente de minuit.
À minuit, vient Pâques. Tout le service, dans son état d’esprit, change entièrement, c’est-à-dire qu’il y a 49 jours à part, et maintenant c’est une chose parfaitement autre. Et ce changement d’humeur tu le ressens de tout ton être. C’était difficile, c’était triste, parfois tendu, mais maintenant tout est terminé en même temps que la Résurrection. Le sentiment de joie est difficile à décrire. On se sent simplement très bien. Pour ce qui est de la semaine après Pâques, elle est appelée Semaine radieuse. Durant toute la semaine ou presque on ne travaille pas. C’est une semaine de repos. Tu la consacres aux rencontres avec les amis et à l’église.


Irina, professeur de langues

Mes premiers souvenirs de « célébration » de Pâques sont, aussi étrange que cela puisse paraître, liés à la période soviétique. Il n’était pas convenu de parler de religion à la maison, et les églises, nous, enfants des années 80, les percevions plus comme des musées. Toujours est-il, d’une manière miraculeuse, que la principale fête orthodoxe a surmonté tous les obstacles et, aussi superficiel que ce soit, s’est immiscée dans la vie de l’espace soviétique. Bien sûr, à cette époque, nous étions petits et ne parvenions pas à en comprendre pleinement l'essence. Personne n’essayait de nous l'expliquer, mais cette atmosphère de non-dit ne faisait qu'ajouter un mystère et attisait notre curiosité.


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc5649885600a4eb15da919


Avec l'effondrement de l'URSS, la tradition consistant à célébrer Pâques a commencé à renaître rapidement. Je ne peux pas dire que tous ceux qui la suivent aujourd’hui le fassent consciemment, mais quoi qu’il en soit, à Moscou, cette fête est célébrée par de nombreuses personnes et le soir de Pâques, les églises de la ville sont remplies de paroissiens, même si certains ne s'y rendent qu’une fois par an. Pour les gens pratiquants, tout commence beaucoup plus tôt - avec la Semaine sainte. Le jeûne, qui dure plus de 40 jours, atteint son apogée. Amour, purification spirituelle, sacrifice et lumière - c'est ainsi que je décrirais cette période du point de vue d'une personne qui s'est préparée consciemment à Pâques. Mais pour la plupart des Russes, le contenu interne de la fête reste en coulisses : l'attention se concentre sur les plats traditionnels préparés pour la table de fête. Dès le matin, nous pouvons voir une foule inhabituelle de gens devant les cathédrales - les gens sont pressés, non pas pour prendre la communion, mais pour bénir des gâteaux et des œufs de Pâques.
J’ai dû fêter Pâques et à l'étranger, au métochion de l’Église orthodoxe russe dans un pays du Moyen-Orient. Là-bas, à des milliers de kilomètres de la Patrie, Pâques était la principale raison pour la communauté orthodoxe des pays de l'ex-URSS de se réunir à la paroisse. Nous avons eu de la chance que vendredi et samedi dans ce pays soient déjà des jours de congé et que Pâques soit férié. Ainsi, chaque année, la communauté disposait de trois jours complets pour se consacrer aux rituels.


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc561f915e9f972430f53c1


À la veille de la fête, des femmes - des épouses de diplomates aux simples paroissiennes - nettoyaient l'église et la décoraient. Les nouvelles se transmettaient de bouche à oreille, comme dans un grand village, tout était fait ensemble. La rupture du jeûne avait eu lieu dans l'église, pas à la maison, avec le clergé et toute la communauté. Ainsi, chaque paroissien préparait des plats - koulitchs, tartes, œufs peints, on achetait des plats locaux traditionnels de Pâques - et les emportait à la table commune. Vers 23 heures, nous arrivions à l'église, autour de laquelle poussaient de beaux palmiers. La prière commençait. Je n'ai jamais ressenti lors du service de Pâques à Moscou ce que nous avons ressenti en cet endroit. Ce sentiment d'unité - des étrangers (même si nous nous connaissions de visage) semblaient tout à coup très proches. Après une longue prière, tous se sont servis à la table commune, qui était simplement pleine à craquer de nourriture. Parmi les conversations avec le père et la communion avec d'autres croyants orthodoxes, la nuit passait en un clin d’œil.


Alexandra, journaliste

Les traditions de Pâques, soigneusement préservées de génération en génération, diffèrent légèrement d’une famille à l’autre. Habituellement, les enfants ne sont pas obligés de jeûner et ne sont pas emmenés à l'église tous les jours ; ils constatent donc en observateurs bon nombre des préparatifs de Pâques. Et, néanmoins, un sentiment d'appartenance à ce grand jour est accessible même pour eux. Je me souviens de la façon dont nos parents nous réveillaient tôt le matin du jeudi saint pour que nous puissions prendre un bain de fête. Vous n’êtes pas encore complètement réveillé, mais vous courez déjà pour vous baigner et vous ressentez ensuite un joyeux renouveau...


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc5664015e9f9729e69384d


Ce n'est pas une tâche facile de faire cuire des friandises traditionnelles de Pâques - le koulitch, mais acheter un vrai koulitch dans une pâtisserie est presque impossible. La pâte est pétrie de nombreuses fois et souvent les hommes aident les femmes dans cette tâche. Bouche bée, vous regardez comment la grand-mère ou la mère met au four des casseroles, des tasses et d'autres moules avec les futurs gâteaux ... Dans la cuisine, il fait chaud et la préparation semble infinie. Ensuite, les enfants emportent le koulitch dans les écoles maternelles et primaires pour célébrer Pâques avec leurs camarades de classe. C'est souvent le chef-d'œuvre culinaire le plus disgracieux et légèrement brûlé qui est le plus délicieux…

Bénir les friandises de Pâques est une tradition que même ceux qui fréquentent rarement l’église tentent de perpétuer. Apporter à quelqu'un un gâteau béni est un cadeau venu du fond du cœur, un geste d'attention et d'intimité. Les parents, les amis et les voisins vous appellent : « Allons à l'église. On bénira aussi vos gâteaux de Pâques ! ». L'église, ces jours-là, est noire de monde. Tout le monde sourit et regarde avec impatience pendant que le prêtre asperge les plats de fête avec de l'eau bénite. Mais vous ne pouvez pas encore les goûter, les friandises attendent le moment où tout le monde revient du service nocturne.

Le matin, après que tout le monde a bien dormi, dans les petites villes et villages, des tables avec des rafraîchissements sont installées dans les rues. Enfants et adultes se disent : « Le Christ est ressuscité » pour entendre en retour le message joyeux : « En vérité il est ressuscité ! ». Tous échangent des bonbons et des œufs peints, communiquent avec les voisins. Il y a des jeux et des présages : quand on frappe son œuf contre celui d’un ami, l'œuf qui a résisté à l'épreuve a gagné.


Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 5cc562b085600a3b615104b7


Aujourd’hui, de nombreuses traditions de Pâques disparaissent de la vie des gens, et je pense que c’est lié au mode de vie moderne. Cependant, j'ai des amis qui essaient de les perpétuer dans leur famille. Je ne suis pas opposé à la célébration formelle de Pâques, au non-respect d'un jeûne strict, au fait de ne pas préparer des koulitchs de mes propres mains et de ne pas effectuer un travail intérieur fastidieux - c'est avant tout une tradition qui unit notre société grâce à un contact commun avec la beauté, la chaleur familiale, l'amour et la bonté

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Re: Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 16:12

Comment les orthodoxes célèbrent-ils Pâques?

16 avr 2017  - Erwann Pensec - Russia Beyond

À la veille de Pâques, RBTH s'est rendu à la Laure de la Trinité-Saint-Serge pour s'immerger dans les préparatifs de la plus importante fête orthodoxe.

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Lavra1

En Russie, il n'existe que deux laures, monastères de premier rang pour hommes, celle de la Trinité Saint-Alexandre Nevsky, à Saint-Pétersbourg, et celle de la Trinité-Saint-Serge, à Serguiev Possad, à 75 km au nord-est de Moscou. Haut lieu de pèlerinage, cette dernière fut fondée en 1337 par Serge de Radonège, l'un des saints les plus vénérés en Russie.

Véritable forteresse, elle joua un rôle majeur au cours du Temps des Troubles, période allant de 1598 à 1613 qui vit se succéder les luttes intestines pour s'emparer du trône. En effet, elle résista notamment à un siège de 16 mois face à l'armée polono-lituanienne, qui chercha à profiter de l'affaiblissement de l'État russe pour envahir son territoire. Aujourd'hui, la laure de la Trinité-Saint-Serge, habitée par environ 200 moines, est un centre religieux et touristique important du pays.

En descendant du train à Serguiev Possad, difficile de ne pas remarquer les coupoles dorées de la laure qui dominent cette ville de 105 000 habitants. C'est à la gare que m'attend Pavel, mon guide du jour et résident du monastère depuis cinq ans.

Hâtés par un vent glacial, nous arrivons rapidement devant les Portes Saintes du monastère. Sous ces voûtes, décorées de somptueuses fresques et mosaïques, se pressent des dizaines de visiteurs. Bien qu'il soit difficile d'affirmer qui des fidèles ou des touristes sont les plus nombreux, c'est pour moi l'occasion d'en interroger quelques-uns sur leur vision de la fête de Pâques. Nous abordons donc une femme qui semblait sur le départ. C'est avec un enthousiasme non dissimulé qu'elle s'exclame : « C'est la résurrection du Christ ! Pour moi, c'est quelque chose de lumineux, l'espoir d'un avenir meilleur ».

Je lui demande ensuite de quelle manière célèbre-t-elle généralement Pâques, ce à quoi elle me répond : « Habituellement en famille, mais vous savez, aujourd'hui nous avons tous un rythme de vie tellement soutenu, comparé à nos parents, que parfois il arrive que je fête ça au travail ». Interrogée sur la fréquence de ses visites à l'église, elle déclare : « Chaque dimanche, simplement je suis ici pour la première fois, habituellement je vais à l'église Sainte-Matrone, sur la rue Taganskaïa, à Moscou. Quand j'en ai le temps et la possibilité, je reste même pour nettoyer ».

Un peu plus loin, ce sont deux jeunes, un garçon et une fille d'une vingtaine d'années, que nous arrêtons. « Pâques, c'est quand nous allons à l'église et que nous faisons bénir les koulitchs [gâteau traditionnel que l'on prépare à cette occasion et que l'on vient faire bénir à l'église], on peint aussi des œufs et puis ensuite il y a un jeu amusant, chacun tient un œuf et on se bagarre un peu, et celui qui arrive à garder son œuf intact le plus longtemps a gagné. Sinon, on se réunit en famille, autour d'un repas. Par contre, pour ce qui est de l'église, c'est justement notre problème, on y va très rarement, deux-trois fois par an », confient-ils.

Un couple de quarantenaires nous assure quant à lui: « Nous essayons d'aller le plus souvent possible à l'église, notamment à la messe du dimanche quand on le peut, mais ce n'est pas toujours le cas, nous n'en avons pas toujours la possibilité, avec le boulot, etc. […] Mais aujourd'hui nous sommes venus et c'est difficile de décrire ce que l'on ressent, on est dans un tel état d'apaisement, que je pourrais presque rester vivre ici », ajoute la femme en s'esclaffant.

Alors que nous montons les marches de l'église-réfectoire de Saint-Serge, une fidèle intriguée se livre à nous : « Pâques c'est la fête la plus importante dans notre religion, le Christ est ressuscité, ça veut tout dire. À cette occasion nous venons bien sûr assister au service religieux, puisqu'on y communique directement avec le Seigneur en personne, le service s'effectue dans les Cieux comme on dit, et ce que tu ressens à ce moment-là ne peut être traduit par des mots, je ne saurais l'expliquer ».

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Lavra2


Nous pénétrons alors dans l'église-réfectoire, où ont été installées deux longues tables autour desquelles la foule, munie de paniers débordant, entre autres, de koulitchs et de fruits, s'efforce de se frayer un chemin pour y déposer leurs mets. Dans l'allée, le prêtre avance, arrosant d'eau bénite ces gâteaux surmontés d'une bougie et au glaçage orné de petits vermicelles colorés.

Nous rejoignons ensuite la Cathédrale de la Trinité. Y retentissent des chants liturgiques en slavon d'église, principale langue de l'Église orthodoxe, accompagnant les fidèles qui font la queue pour embrasser les saintes icônes. Nous sommes alors rejoints par Armen, un résident du monastère originaire d'Arménie. Ensemble, nous partons pour le clocher. Du haut de ses 88 mètres, il était à sa construction le deuxième plus élevé de Russie après celui de la Cathédrale Pierre-et-Paul, à Saint-Pétersbourg. Après avoir gravi l’abrupt escalier, je me retrouve face à celle que l'on appelle la « Cloche-tsar ».

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions 0

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Lqvrqq

Pesant 72 tonnes, elle est la plus lourde cloche encore en activité du monde orthodoxe, il faut en général pas moins de sept personnes pour en faire mouvoir le battant. Même le vent, balayant vigoureusement le clocher de son souffle hivernal, ne semble pas la perturber. Ce n'est pas notre cas, bien décidés à retrouver une température positive, nous nous dirigeons à présent vers l'académie, où il est prévu que je questionne quelques-uns des habitants du monastère.

Après avoir traversé un long couloir, sur les murs duquel sont accrochées les photos de tous les étudiants ayant suivi une formation ici, nous prenons place autour d'une table basse. Me sont alors à tour de rôle présentés Viatcheslav et Roman, tous deux étudiants de l'académie, et Vitali, l'un des moines de la laure.

Souhaitant savoir si, dans ce monde évoluant à une vitesse effrénée, des changements avaient été observés dans la vie du monastère, c'est par là que commence notre entretien. « Bien sûr, chaque période a ses spécificités, ses problèmes, et demande de prendre des décisions, et la laure n'échappe pas à cette règle, avec le temps viennent donc des changements, les nouvelles technologies, et puis avant nous avions une charrette avec des chevaux, à présent nous avons une voiture. Mais il y a ici quelque chose d'éternel : la parole de Dieu, elle est aujourd'hui telle qu'elle était il y a 200 ans », m'explique Armen.

Selon Vitali, « tout d'abord plus de gens viennent visiter la laure, mais d'un autre côté, pour eux la religion semble être moins accessible, plus difficile à comprendre, comme quelque chose d'irréel, d’inaccessible. C'est surtout le cas chez les jeunes, les enfants, ils ne prêtent pas attention à la religion, et tendent à mener une vie empreinte de péchés. Vous savez, durant la guerre, les mères, les femmes, priaient à la maison lorsque leur mari, leurs enfants partaient au front. Et après la guerre elles se sont efforcées de transmettre les valeurs religieuses à leurs enfants. Mais aujourd'hui, nous vivons dans une société libérale, les traditions et les mœurs spirituelles se perdent peu à peu ».

Après que j'ai souligné qu'en France les fêtes religieuses sont devenues de véritables événements commerciaux, Viatcheslav analyse la situation en Russie : « Oui et non. C'est difficile pour moi d'en parler, mais en tant qu'homme d'Église, je ne peux que remarquer que lors des fêtes religieuses, beaucoup d'entreprises tentent de faire du chiffre d'affaires là-dessus, à Pâques par exemple, la peinture pour les œufs, les koulitchs, etc. deviennent des objets commerciaux, et près des églises, de nombreux stands vendant des objets religieux, de la nourriture sont installés pour faire du profit ».

Roman préfère quant à lui nuancer. « En Russie, la spiritualité est toujours forte, et même si dans quelques églises on assiste à une certaine commercialisation, le spirituel est tout de même préservé et à Pâques, la joie, le respect mutuel, la solidarité sont toujours aussi présents », dit-il.

Interrogé sur le programme de la journée de demain, Roman me répond : « Il y aura avant tout la messe pascale bien évidemment, ensuite une procession autour de l'académie, à laquelle se joint un grand nombre de croyants, et le repas pascal. Aussi, le matin, le recteur de l'Académie spirituelle de Moscou vient souhaiter personnellement une joyeuse Pâques à chacun des étudiants à la Cathédrale de la Trinité, et en retour ceux-ci lui adressent leurs vœux, ainsi qu'aux professeurs. Pâques marque également la fin du jeûne ».

Après avoir visité le musée de l'académie, abritant l'une des plus imposantes collections non gouvernementales d’icônes de Russie, il est pour moi l'heure de partir. Sur le quai de la gare, Pavel me tend un sac, dans lequel je découvre un koulitch et une icône miniature de saint Serge de Radonège. Ainsi, pourrai-je, moi aussi, fêter Pâques comme il se doit.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Re: Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par MichelT le Jeu 11 Juil 2019 - 16:45

Grand carême: en Russie

27 févr 2017  - Alexandra Gouzeva - Russia Beyond



Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Cierges
Pour 47 jours, jusqu’à Pâques, les croyants orthodoxes renonceront à bon nombre de plaisirs terrestres.


À l’issue de la Semaine grasse orthodoxe qui précède le début du Grand carême, baptisée Maslenitsa, les croyants entament à partir de ce lundi un jeûne long et strict qui durera jusqu’au 16 avril. Environ 2% (soit 3 millions) de Russes ont l’intention de respecter le jeûne durant ces sept semaines, a annoncé l’agence Interfax se référant à un sondage réalisé par le Centre analytique Levada.

Un jeûne strict suppose le renoncement à toute nourriture d’origine animale (viande, œufs, poisson, fruits de mer et laitages) et à l’huile. Le premier et l’avant-dernier jour, il est recommandé de ne pas manger du tout. Le deuxième jour, le menu doit être composé uniquement d’eau et de pain. Tous les autres jours, il est indispensable de s’abstenir de boissons alcoolisées (on peut néanmoins prendre un peu de vin le week-end), de tabac, de relations sexuelles, de paroles obscènes et de mauvaises pensées.

Un jeûne partiel (par exemple, s’abstenir de viande et de boissons alcoolisées) a été choisi par 18% des personnes interrogées. Environ 30% des Russes se disent prêts à limiter la consommation d’alcool, 15% sont décidés à avoir recours à l’abstinence sexuelle et 19% ont l’intention d’éviter les informations divertissantes et les distractions.

« J’essaie toujours de respecter le jeûne de la Nativité et celui du Grand carême, estimant que c’est une période de réflexion sur soi-même et sur son attitude envers les autres et le monde, envers Dieu. Ces derniers temps, j’ai de plus en plus de mal à respecter un jeûne strict. Je me rends compte que je pense plus à la nourriture qu’à mon monde intérieur, a raconté à RBTH Tatiana Chramtchenko.

Par conséquent, cette année j’ai décidé de m’abstenir non des produits interdits, mais uniquement de ceux que j’aime particulièrement : les douceurs, les viennoiseries et le fromage. La viande et les laitages, j’en mange rarement tout au long de l’année. Et je vais bien entendu essayer d’aller plus souvent à l’église pour ne pas oublier pourquoi on le fait ».

Le jeûne n’est pas un régime

L’Église appelle à ne pas considérer le jeûne comme un régime. « Ce n’est pas par hasard si nous ne mangeons pas de viande, de poisson ni de laitages pendant le Grand carême. Confortant notre volonté dans les conditions habituelles, nous manifestons notre fidélité à Dieu et notre disposition aux épreuves que nous pourrions avoir à traverser dans une situation exceptionnelle », a écrit l’archiprêtre Maxime Kozlov sur le site Monde orthodoxe. Si l’on respecte le jeûne, il faut savoir que les forces qui se libèrent (en passant moins de temps à table pour manger ou devant la télévision) doivent être consacrées à la vie spirituelle, et devenir utiles aux autres », a-t-il ajouté.

Sur ce même site, de nombreux croyants demandent s’il est possible de consommer des produits à base de soja. Oui, répondent les représentants de l’Église, à condition qu’il n’y ait pas de contre-indications médicales. Qui plus est, les kiosques des églises et monastères vendent des produits à base de soja, même des saucisses et du saucisson. Toutefois, les religieux rappellent qu’il est indispensable « de respecter l’abstinence tant du point de vue de la quantité que de la qualité, en évitant la gourmandise et en pensant moins à se faire plaisir ».

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions Empty Re: Des Nouvelles de la Russie - foi chrétienne orthodoxe - recettes - moeurs et traditions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum