Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée

Aller en bas

Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée  Empty Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée

Message par MichelT le Lun 23 Sep 2019 - 17:00

Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée

Yanik Dumont Baron  - 23 sept 2019 – Radio-Canada


Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée  AAHHeJo


Près de six mois après le spectaculaire incendie, l’avenir de la cathédrale demeure incertain.  On dirait un médecin au chevet de son patient.
Du balcon de son bureau, Christophe Rousselot peut presque toucher à la façade nord de la cathédrale. Devant lui, l’immense rose de verre, épargnée par l’incendie.
Dorénavant protégée par un grand filet.Les mains sur la balustrade, le délégué général de la Fondation Notre-Dame parle avec le détachement du médecin.
Le diagnostic sur le patient, il n’est pas posé […] et on ne connaît pas non plus le montant de la facture du traitement

Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée  AAHIeVS
Christophe Rousselot, délégué général de la Fondation Notre Dame

Dans la rue en bas, les touristes déambulent et photographient le monument en s’interrogeant sur son état de santé.  Un grand toit plat a été posé au-dessus du chœur
et de l’abside (les parties arrière du monument). D’immenses cintres de bois ont été glissés sous les arcs-boutants. Ces travaux de consolidation sont nécessaires avant une étape cruciale : démonter l’immense échafaudage présent lors de l’incendie. Les flammes ont fait fondre une partie de la structure et depuis, le métal s’est amalgamé à la pierre.  Tant que les échafaudages ne seront pas retirés, la cathédrale ne sera pas sauvée. C’est aussi clair que cela à l’esprit de Didier Durand, l’un des responsables des travaux de consolidation du monument.

De périlleux travaux

Le retrait de cette structure représente l’un des grands défis que doivent affronter ceux qui veulent restaurer Notre-Dame. Un délicat casse-tête qu’il faut résoudre lentement.
La solution retenue par les responsables témoigne de leur ingéniosité : construire un second échafaudage plus haut que le premier, au sommet duquel seront installées plusieurs longues poutres surplombant la structure originale.

Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée  AAHIo1J


Durand La solution retenue par les responsables témoigne de leur ingéniosité : construire un second échafaudage plus haut que le premier, au sommet duquel seront installées plusieurs longues poutres surplombant la structure originale.  Une sorte de quadrillage sera réalisé et des cordes y seront suspendues. Des hommes pourront donc descendre en rappel pour démonter la structure, section par section. Une découpe par le haut qui s’avère moins risquée.

Des spécialistes s’entraînent déjà pour réaliser ces manœuvres dans les airs. La précision sera importante, puisque l’équilibre de la structure a été modifié. Un geste maladroit, un tuyau qui cède trop rapidement et c’est le mikado : boom! boom! boom!, résume Didier Durand. Le retrait des échafaudages devrait durer au moins quatre mois. Après quoi, un toit plus permanent sera installé au-dessus de la cathédrale. Le nettoyage du dessus des voûtes pourra ensuite débuter.La voûte représente l’autre zone sensible. Il sera bien difficile d’évaluer l’état des joints entre chacune d’entre elles. La chaleur et l’eau peuvent avoir trop fragilisé le mortier et d’autres parties du plafond pourraient s’effondrer.
Un plomb bien embêtant

Comme si ce chantier n’était pas assez complexe, les travailleurs doivent aussi composer avec la présence de poussière de plomb. Un métal toxique présent dans la toiture qui s’est envolée en fumée. On ne sait pas encore estimer précisément quelle quantité est restée sur place sous forme de débris et de plomb fondu, admet Nicolas Péju, directeur général adjoint de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France (ARS). Impossible donc de dire combien de plomb s’est envolé dans l’atmosphère.


Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée  AAHIj0g
Cela fait maintenant six mois qu'un incendie a ravagé Notre-Dame de Paris.


De nombreux tests ont été effectués, aux abords et dans un vaste rayon autour des lieux de l’incendie. Bilan rassurant, selon Nicolas Péju : « Quand on s'éloigne, on ne trouve pas de manière évidente des niveaux qui démontreraient qu'il y a eu un empoussièrement massif lié à Notre-Dame. » L’ARS concède que du plomb a été retrouvé en quantité anormalement élevée à certains endroits, mais la source de la contamination s’est avérée être différente de la cathédrale. Des centaines de tests de plombémie ont été réalisés sur des Parisiens. Ces résultats sont rassurants aux yeux de l’agence responsable de la santé publique dans le grand Paris. La distribution de ces différents taux est similaire et proche de celle observée en population générale.

Le public n’aurait donc pas à s’inquiéter, selon Nicolas Péju. C’est bien sûr différent aux abords et à l’intérieur de la cathédrale, où les niveaux de plomb enregistrés ont dépassé de mille fois les normes françaises. Depuis l’été, les précautions se sont multipliées pour les employés du chantier. Ils doivent porter un masque en tout temps, se doucher avant de rentrer chez eux et leurs vêtements ne peuvent sortir du site.

Une sympathie qui ne tarit pas

Les fidèles ne semblent pas avoir oublié Notre-Dame. Près de six mois après le drame, les dons et les messages d’encouragements continuent d’affluer au diocèse de Paris.
Plus de 43 000 personnes ont donné plus de 50 millions de dollars à la Fondation Notre-Dame. Ces dons parviennent parfois en petits montants, avec des notes écrites à la main ou des dessins d’enfants. Au total, environ 1,2 milliard de dollars ont été promis. Dont une grande partie provenant de Français fortunés. Ces sommes n’ont pas encore été encaissées, ce qui en inquiète certains.

Notre-Dame de Paris n’est toujours pas sauvée  AAHHUN3

J’ai la certitude qu’ils verseront [les sommes promises] , assure Christophe Rousselot, de la Fondation, qui s’apprête à signer des conventions avec ces riches donateurs.
Les sommes recueillies jusqu’à présent servent à financer les travaux de consolidation. Une partie sera utilisée pour bâtir un sanctuaire sur le parvis de la cathédrale. Une façon de mieux accueillir les visiteurs. Aucune date n’est prévue pour l’ouverture de ce « sanctuaire » temporaire, d'autant plus que les craintes liées au plomb retardent sa construction.

Une réouverture des portes en vue

Le président Emmanuel Macron a souhaité que la cathédrale soit rebâtie en cinq ans. Il s’agit d’un échéancier difficile à évaluer, à cause de la faible avancée des travaux.
Cela semble « jouable » aux yeux du tailleur de pierre Didier Durand, qui calcule uniquement le temps pour reconstruire une partie de la voûte, pour refaire la charpente et le toit.
Pas certain donc que la flèche puisse être reconstruite à ce moment, si elle l’est. Il faudra attendre le printemps ou l’été prochain pour avoir une meilleure idée du temps requis pour bien restaurer Notre-Dame. Le diocèse, lui, a un autre horizon en tête : le moment où une partie de la cathédrale pourra être de nouveau ouverte au public. Un moment sans doute attendu avec impatience par de nombreuses personnes. « Peut-être d’ici deux à trois ans », avance Christophe Rousselot, avant de tempérer rapidement : « Je ne dis pas du tout que ça sera toute la cathédrale ou la moitié. Une petite partie ».

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum