Qu'est ce qu'une Révélation Privée?

Aller en bas

Qu'est ce qu'une Révélation Privée? Empty Qu'est ce qu'une Révélation Privée?

Message par Francesco le Mer 13 Jan 2010 - 3:29

Révélations privées
Article de WikiKto, l'encyclopédie catholique libre. (http://www.wikikto.eu/)
Aller à : Navigation, RechercherLes révélations privées se réfèrent à toutes les visions et à toutes les révélations qui ont lieu après la conclusion du Nouveau Testament.

L'essentiel de l'approche théologique (première partie de cette notice) provient du commentaire théologique du Cardinal Ratzinger, fait à la demande du Pape Jean-Paul II, le 26 juin 2000, en commentaire des apparitions de Fatima et la publication des « secrets ».

Sommaire [masquer]
1 Les aspects théologiques
2 Les aspects historiques
3 Bibliographie
4 Liens externes
5 Notes et références


Les aspects théologiques
La Révélation publique et les révélations privées

Le terme de Révélation publique désigne l'action révélatrice de Dieu, destinée à l'humanité entière. Elle a trouvé son expression littéraire dans les deux parties de la Bible : l'Ancien et le Nouveau Testament.

Cette révélation est définitive et complète : Le Catéchisme de l'Église catholique <ref>§ 65</ref> s'appuie sur un texte de saint Jean de la Croix commentant la Lettre aux Hébreux <ref>Heb 1, 1-2</ref>, pour l'affirmer : « Dès lors qu’Il nous a donné son Fils, qui est sa Parole, Dieu n’a pas d’autre parole à nous donner. Il nous a tout dit à la fois et d’un seul coup en cette seule Parole et il n’a rien de plus à dire ; car ce qu’Il disait par parties aux prophètes, Il l’a dit tout entier dans son Fils, en nous donnant ce tout qu’est son Fils. Voilà pourquoi celui qui voudrait maintenant l’interroger, ou désirerait une vision ou une révélation, non seulement ferait une folie, mais ferait injure à Dieu, en ne jetant pas les yeux uniquement sur le Christ, sans chercher autre chose ou quelque nouveauté » Montée au Carmel - 2, 22.

Cependant le Catéchisme de l'Église catholique poursuit <ref>§ 66</ref>: « Même si la Révélation est achevée, elle n'est pas complètement explicitée; il restera à la foi chrétienne d'en saisir graduellement toute la portée au cours des siècles. »

Le lien avec l'unicité de l'événement et la progression dans sa compréhension, sont très bien illustrés dans le dernier discours du Christ <ref>Jean 16, 12-14</ref> : « J'aurai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l'instant vous n'avez pas la force de les porter. Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu'il dira ne viendra pas de lui-même [...]. Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Le Concile Vatican II indique <ref>Dei Verbum, n. 8.</ref> trois voies essentielles, par lesquelles s'opèrent l'action de guide de l'Esprit Saint dans l'Église :

1 - La méditation et l'étude par les fidèles,
2 - L'expérience spirituelle,
3 - La prédication de « ceux qui, avec la succession dans l'épiscopat, ont reçu un charisme certain de vérité ».
Leur articulation

Dans ce contexte, précise le Cardinal Ratzinger, il devient possible de comprendre correctement le concept de "révélation privée", qui se réfère à toutes les visions et à toutes les révélations qui ont lieu après la conclusion du Nouveau Testament.

Le Catéchisme de l'Église catholique dit à ce sujet <ref>§ 67</ref> : « Au fil des siècles, il y a eu des révélations dites privée, dont certaines ont été reconnues par l'autorité de l'Église. Leur rôle n’est pas d’améliorer ou de compléter la Révélation définitive du Christ, mais d’aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l’histoire. Guidé par le Magistère de l’Église, le sens des fidèles sait discerner et accueillir ce qui dans ces révélations constitue un appel authentique du Christ ou de ses saints à l’Église. ».

Deux éléments sont ainsi clarifiés :

1. L'autorité des révélations privées est substantiellement différente de l'unique révélation publique: cette dernière exige notre foi : Dieu lui-même nous parle.
2. La révélation privée est une aide pour la foi, et elle se manifeste comme crédible précisément parce qu'elle renvoie à l'unique révélation publique.
Critères et domaine d'authenticité

Le Cardinal Prospero Lambertini, futur Pape Benoît XIV, dit à ce sujet dans son traité <ref>De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione (De la béatification et la canonisation des saints) (4 vol. - 1734-1758).</ref> : « Un assentiment de foi catholique n'est pas dû à des révélations (privées) approuvées de cette manière; ce n'est même pas possible. Ces révélations requièrent plutôt un assentiment de foi humaine conforme aux règles de la prudence, qui nous les présentent comme probables et crédibles dans un esprit de piété. »

Le théologien flamand E. Dhanis, éminent connaisseur de cette question, précise le Cardinal Ratzinger, affirme <ref>E. Dhanis, « Regard sur Fatima et bilan d'une discussion » - La Civiltà cattolica 104 (1953, II), pp. 392-406, en particulier p. 397.</ref> de manière synthétique que l'approbation ecclésiale d'une révélation privée comporte trois éléments : le message relatif ne contient rien qui s'oppose à la foi et aux bonnes mœurs ; il est licite de le rendre publique, et les fidèles sont autorisés à lui donner, de manière prudente, leur adhésion Un tel message peut être une aide valable pour comprendre et mieux vivre l'Évangile à l'heure actuelle ; c'est pourquoi il ne doit pas être négligé. Il est une aide qui est offerte, mais dont il n'est nullement obligatoire de faire usage.

Le critère pour la vérité et pour la valeur d'une révélation privée est donc son orientation vers le Christ lui-même.

Apports et limites

Cela n'exclut pas qu'une révélation privée mette de nouveaux accents, qu'elle fasse apparaître de nouvelles formes de piété, qu'elle en approfondisse ou en étende d'anciennes. Mais de toute façon, en tout cela, il doit s'agir d'une nourriture pour la foi, l'espérance et la charité, qui sont pour tous la voie permanente du salut.

Comment peut-on classer les "révélations privées" de manière correcte à partir de l'Écriture ? L'Apôtre Paul dans sa première lettre aux Thessaloniciens semble fournir une indication. Il y écrit <ref>1 Thessaloniciens 5, 19-21.</ref> : « N'éteignez pas l'Esprit, ne méprisez pas les prophéties, mais discernez la valeur de toute chose, ce qui est bien, gardez-le » À toutes les époques est donné à l'Église le charisme de prophétie, qui doit être examiné, mais qui ne peut être déprécié.

Ce qui est essentiel, c'est l'actualisation de l'unique révélation. En ce sens, on peut associer le charisme de la prophétie à la catégorie des signes des temps (Luc 12, 56), qui a été remise en lumière par le Concile Vatican II : Dans les révélations privées, reconnues par l'Église, il s'agit de ceci : nous aider à comprendre les signes des temps et à trouver pour eux la juste réponse dans la foi.

Les aspects historiques
Essai de classification

Afin de nous « aider à vivre plus pleinement la Révélation définitive du Christ à une certaine époque de l’histoire », les révélations privées, « orientées vers le Christ lui-même », peuvent concerner :

la vision d'événements à venir (cas des secrets de Fatima).
la contemplation d'événements passés (cas des épisodes de la Passion chez certains stigmatisés).
l'explicitation de vérités théologiques particulières (cas du message de Lourdes).
l'exhortation, individuelle ou collective, à des comportements conformes à la sainteté (cas des méditations de certains mystiques).
Elles peuvent faire l'objet de la part de l'Église :

d'un constat explicite de surnaturalité. Elles sont alors officiellement reconnues.
d'un constat explicite de non-surnaturalité. Elles sont alors officiellement non reconnues.
d'un non-constat de surnaturalité. L'Église ne se prononce pas alors soit parce qu'elle choisit de ne pas le faire soit parce qu'elle ne le juge pas opportun pour le moment.
Il se peut aussi que l'Église consacre officiellement la sainteté des personnes en les béatifiant ou les canonisant, tout en ne consacrant pas ou ne cautionnant pas les « révélations privées » qu'elles auraient émises. <ref>Un exemple récent est celui de la Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich : Le Pape Jean-Paul II, dans son décret de béatification, cite « La Douloureuse Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ », une des œuvres qui reportent les visions de la bienheureuse, pendant que, quatre jours plus tard dans L’Osservatore Romano du 7 octobre 2004, le cardinal José Saraiva Martins, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, précise : « La bienheureuse Anne-Catherine Emmerick, ne nous a laissé que trois lettres dont l’authenticité soit sûre. Les autres écrits, qui lui sont attribués par erreur, ont des origines diverses : les “visions” de la Passion du Christ ont été annotées, réélaborées très librement et sans contrôle par l’écrivain allemand Clemens Brentano et ont été publiées en 1833 sous le titre La douloureuse passion de Notre Seigneur Jésus-Christ. […] Les œuvres en discussion ne peuvent donc pas être considérées comme des œuvres écrites ou dictées par Anne-Catherine Emmerick ni comme des transcriptions fidèles de ses déclarations et de ses récits, mais comme une œuvre littéraire de Brentano qui a procédé à de telles amplifications et manipulations qu’il est impossible d’établir quel est le véritable noyau attribuable à la bienheureuse ».</ref>

D'autre part, la contemplation inspirée d'un événement passé ne signifie pas que les éléments qui la décrive aient une valeur historique certaine <ref>Certaines visions situent la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem après l'adoration des mages à la Nativité. D'autres la situent de plusieurs mois avant. L'Évangile ne tranche pas mais indique que la visite des mages déclencha le massacre des innocents. On imagine mal que la première hypothèse, très répandue, soit plausible : Jésus allant à Jérusalem alors que le massacre est commandité. Le Protévangile de Jacques comme le Pseudo-Matthieu, deux apocryphes réputés, tiennent d'ailleurs deux chronologies contradictoires sur ce point.</ref>. Le descriptif peut en effet relever de la méditation personnelle prônée par saint Ignace de Loyola dans ses exercices : se représenter d'abord la scène pour soutenir la méditation ultérieure (composition du lieu).

Aperçus historiques

Le Nouveau Testament rapporte plusieurs révélations postérieures à l'Ascension : la conversion de Paul par exemple <ref>Actes des Apôtres 9, 3-16</ref> ou son envoi en mission avec Barnabé<ref>Actes des Apôtres 13, 1-3</ref>, mais Paul lui-même, dans sa deuxième Lettre aux corinthiens <ref>2 Corinthiens 12, 2-4</ref> affirme qu'il fut ravi « jusqu'au troisième ciel » où il entendit « des paroles ineffables, qu’il n’est pas permis à un homme de redire ».
Une tradition des temps apostoliques (attestée cependant, au plus tôt, que par un manuscrit du XIIIème siècle)<ref>codex de Moralia in Job de Grégoire le Grand, conservé à la Basilique de Saragosse</ref> mentionne la visite céleste de la Vierge Marie à Jacques le majeur parti évangéliser l'Espagne. Cela fonderait le premier sanctuaire marial : la Vierge del Pilar à Saragosse (Cesareaugusta).
Au fil des siècles une longue liste de saints et de saintes ont bénéficié de visions et de révélations privées. Il est difficile d'en établir une liste exhaustive car beaucoup de visions sont confondues avec les nombreuses apparitions mariales <ref>Le « Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie » de René Laurentin et Partrick Sbalchiero – Fayard 2007, en recense plus de 2.400</ref>. Pour ne retenir que les voyants canonisés ou béatifiés, auteurs d'ouvrages, on peut citer : Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) - Sainte Angèle de Bohême (+ 1243) - Sainte Angèle de Foligno (1248-1309) - Sainte Gertrude d'Helfta (1256-1302) - Sainte Brigitte de Suède (1302-1373) - Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582) - Sainte Marie-Madeleine de Pazzi (1568-1607) - Bienheureuse Marie d'Agréda (1602-1665) - Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich (1774-1824) - Sainte Faustine Kowalska (1905-1938)
À l'époque contemporaine : Gilles Berceville (o.p.) note avec Yves Congar et Pierre Adnès la recrudescence d'intérêt pour les révélations privées à l'époque du Concile Vatican II : sur les 56 ouvrages de références sur la période 1866-1988, que recense Pierre Adnès, les deux-tiers datent de la période 1937-1965. C'est aussi à cette dernière époque que la polémique sur l'œuvre de Maria Valtorta est à son amplitude et que l'on débat sur la cas de Thérèse Neumann.
On recense actuellement des ouvrages entrant dans la catégorie des révélations privées d'obédience catholique revendiquée mais certains sont controversés. On ne dispose pas d'un recul sur ces cas.

Bibliographie
Pierre Adnès, art. « Révélations privées » du Dictionnaire de la spiritualité, Éditions Beauchesne, Paris, tome XIII, 1988, col. 491-492.
François Boespflug, art. « Révélations particulières » du Dictionnaire critique de théologie, Presses universitaires de France, 1998, p.1005-1007. ISBN 2-13-048825-0.
Yves Congar, « La crédibilité des révélations privées », dans La Sainte Église, coll. « Unam Sanctam » n°41, Paris, 1963, p. 375-392.
Karl Rahner, Les révélations privées. Quelques remarques théologiques, Revue d'Ascétique et de Mystique, 1947, p. 506.
Liens externes
Commentaire théologique du Cardinal Ratzinger, 26 juin 2000, à l'occasion de la publication des secrets de Fatima.
Notes et références


Dernière édition par Francesco le Ven 7 Mai 2010 - 3:43, édité 1 fois


Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Qu'est ce qu'une Révélation Privée? Empty Re: Qu'est ce qu'une Révélation Privée?

Message par Francesco le Mer 13 Jan 2010 - 3:31

Elles peuvent faire l'objet de la part de l'Église :

d'un constat explicite de surnaturalité. Elles sont alors officiellement reconnues.
d'un constat explicite de non-surnaturalité. Elles sont alors officiellement non reconnues.
d'un non-constat de surnaturalité. L'Église ne se prononce pas alors soit parce qu'elle choisit de ne pas le faire soit parce qu'elle ne le juge pas opportun pour le moment.


Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum