Les signes d'une 3e Guerre Mondiale s'accumulent....

Aller en bas

Les signes d'une 3e Guerre Mondiale s'accumulent....

Message par Francesco le Sam 1 Mai - 20:16

Je ne partage pas tous les avis de ce journaliste mais ca donne a réfléchir:
Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent.

par Eberhard Hamer ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les USA traversent, non seulement en raison du rachat des dettes des banques par l’Etat, mais aussi de leur dette publique qui avait déjà énormément augmenté – leurs crédits à l’étranger leur coûtent 1 milliard de dollars par jour – leur pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. Si les flux financiers cessent ou s’ils se détournent du dollar, les USA sont en faillite.
Pourtant les USA ne font pas un effort d’économie suffisant pour réduire leur dette publique croissante. Ils n’augmentent pas les impôts pour accroître leurs recettes, ne tentent guère de rogner sur les budgets publics, surtout pas sur leur budget militaire, celui qui a le plus augmenté.

Il faut dire que les USA, en divers endroits du monde, ont engagé au total 200 000 soldats. C’est pourquoi personne n’a compris que le plus grand chef de guerre du monde ait reçu le Prix Nobel de la paix bien qu’il ait renforcé ses troupes. Peut-être était-ce une mesure préventive, car la guerre en Iran dépend avant tout de lui.
Les exemples de chefs politiques qui, confrontés à un échec économique, ont choisi la guerre comme dernier recours pour se maintenir au pouvoir abondent dans l’histoire.

C’est encore plus vrai lorsqu’un pays connaît des crises économiques successives et que la guerre semble le seul moyen d’en sortir. C’est ainsi que les USA ont surmonté leur plus grave crise économique du XXe siècle en entrant dans la Première Guerre mondiale, la crise économique mondiale en entrant dans la Seconde, et ils pourraient donc être tentés de résoudre la troisième crise écono¬mique de la même manière. Les deux guerres mondiales ont en effet permis aux Etats-Unis non seulement de venir à bout de leurs deux plus gros endettements, mais aussi de devenir la première puissance économique mondiale. La tentation est donc forte d’essayer une troi¬sième fois le même remède.

Dans ce contexte toute une série de préparatifs de guerre semblent alarmants :

1. Le Premier ministre israélien, un homme d’extrême-droite, est un va-t-en-guerre imprévisible. Il se plaint constamment d’avoir reçu de la part de l’Iran des menaces variées dont aucune n’a jusqu’ici résisté à l’examen. Mais il hausse de plus en plus le ton et au cours des derniers mois il a fait la tournée des principales capitales mondiales pour y chercher un soutien. Il paraît même que Madame Merkel lui a juré la fidélité des Nibelungen, comme l’avait fait avant les précédentes guerres mondiales Guillaume II aux Autrichiens ou les ¬Anglais et les Français à la Pologne.

2. Israël a déjà positionné les sous-marins nucléaires qu’elle a achetés à l’Allemagne, armés de missiles à ogives nucléaires, en face de l’Iran et, non content d’avoir reconstruit et pointé sur l’Iran la base de lancement géorgienne que les Russes avaient détruite il y a un an et demi, y a fait envoyer un renfort de 90 spécialistes Etats-Uniens.

3. De semaine en semaine la presse, sous l’influence d’Israël, hausse le ton à l’égard de l’Iran pour différents motifs – une cam¬pagne de propagande analogue à celle qui a permis de faire accepter, voire soutenir la guerre en Irak dans le monde entier en répandant des affirmations mensongères.

4. Les préparatifs militaires ne chôment pas non plus. Certes les troupes états-¬uniennes n’ont toujours pas réussi à «pacifier» les deux pays voisins, l’Irak et l’Afgha¬nistan. Mais ils y entraînent à la guerre la plus grosse concentration de troupes au monde. En outre, ils ont regroupé au large de l’Iran la plus grosse flotte militaire qu’ils aient jamais réunie. Le comité du Nobel a donc fait un bon calcul en cette affaire: pas de guerre en Iran sans l’assentiment du Président des USA, surtout s’il s’agit d’un Prix Nobel de la paix. Toutefois la pression des banques, des multinationales, du lobby de l’armement, de l’armée et du lobby israélien pourrait contraindre les USA à entrer en guerre, si Israël menait une première frappe contre l’Iran et que les puissances précitées voulaient protéger leurs intérêts.

N’oublions pas que les USA ne sont pas seulement la nation la plus endettée du monde, mais aussi que l’effondrement de leur de¬vise sig¬nifie celui de leur empire. La soi-disant «unique puissance hégémonique mondiale» implose en ce moment exactement comme l’a fait l’URSS il y a vingt ans. Les Chinois ont déjà fait comprendre qu’ils ne reconnaissent plus son hégémonie. Le Président des Etats-Unis se trouve donc, si Israël frappe, face à un dilemme désespéré: doit-il continuer à s’enliser dans les sables mouvants de la crise financière, économique et sociale ou chercher le salut dans une guerre mondiale, qui a déjà permis deux fois aux Etats-Unis d’en sortir gagnants.

Le danger d’une nouvelle guerre mondiale n’a jamais été aussi grand depuis la fin de la Seconde. C’est à juste titre que depuis un an les mises en garde aux USA se sont accrues, venant surtout de certains milieux intellectuels européens. Mais nous ne pourrons pas l’empêcher.

Une guerre en Iran ne resterait pas un événement limité, même si au départ il ne s’agissait que de missiles.
Aux côtés de l’Iran se rangeraient les Chinois, directement ou indirectement, et probablement les Russes, pour ne pas laisser les troupes états-uniennes s’approcher de leurs frontières et la puissance des USA devenir excessive.

Les membres de l’OTAN seraient contraints de se ranger aux côtés d’Israël et des USA, surtout s’ils avaient auparavant prêté le serment des Nibelungen. Il faut donc nous attendre à voir l’Europe participer, elle aussi, à la guerre.

Quelles seraient pour nous les conséquences d’une troisième guerre mondiale en Iran ?

1. Toute guerre avec l’Iran entraînerait la fermeture immédiate du détroit d’Ormuz et un dramatique renchérissement du pétrole, et ceci d’autant plus que la guerre se prolongerait. Du pétrole plus cher, c’est toujours des coûts plus élevés pour l’économie et les consommateurs. Nous devons donc nous attendre à des pénuries, des restrictions et des augmentations de prix pour les biens de consommation.

2. Toute guerre nécessite un surcroît d’armement. L’industrie mondiale de l’armement – et en particulier aux USA – se frottera les mains, elle sera utilisée à pleine capacité et pourra se développer. Il y aura des retombées dans les secteurs annexes, par exemple l’automobile, le textile, les chantiers navals, l’aéronautique et d’autres encore. La production augmentera, même si les prix en font autant.

3. Les grands gagnants seront les banques. On ne parlera plus de produits financiers toxiques et de banquiers gangsters; les banques centrales devront financer la guerre par la création de monnaie. Les banques pourront de nouveau accorder des crédits. Dans un premier temps l’inflation maintiendra le dollar jusqu’à la fin de la guerre. C’est seulement après la guerre, comme d’habitude, que l’on procédera au grand nettoyage et qu’on expiera les péchés de la finance de guerre.

Les vassaux des USA doivent casquer pour les besoins financiers du maître, on l’a déjà vu avec les guerres d’Irak et d’Afghanistan. La guerre n’appauvrira donc pas seulement Israël et les USA, mais nous tous. Comme il n’y a pas d’argent pour financer une guerre, on devra recourir à l’inflation, comme lors des deux premières guerres mondiales; nous devons donc nous attendre à une inflation vertigineuse.

S’ils entrent en guerre avec l’Iran, les USA mobiliseront aussi l’OTAN («clause de ¬défense collective»). Le gouvernement devra alors expliquer à nos soldats pourquoi ils ne doivent plus seulement s’ac¬quitter de leur tâche en Afghanistan, mais aussi en Iran, et réunir une majorité au Bundestag pour voter son budget de guerre. Le SPD et les Verts (Fischer) ont déjà voté une entrée en guerre sous le prétexte fallacieux d’un «maintien de la paix». Une troisième guerre mondiale, malgré la pression états-unienne, rencontrera plus de réticence. Et dans la population le refus devrait être massif et peut-être mener à la démission du gouvernement trop docile.

Mais peut-être le gouvernement Merkel voit-il lui aussi dans une guerre une issue politique à sa situation bloquée par l’aide aux banques, le surendettement public, le collapsus financier qui menace les systèmes de protection sociale et les troubles sociaux que risquent d’engendrer de véritables redressements de cap.
La guerre est à nos portes. Les mois qui viennent nous diront si nous allons être entraînés dans une troisième guerre mondiale ou si nous y échapperons encore.
(Traduction Horizons et débats)

La politique occidentale de l’affrontement avec l’Iran se heurte à l’opposition du Mouvement des non-alignés.

Depuis que le nouveau directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Japonais Yukia Amano, largement soutenu par les puissances occidentales, a affirmé dans son rapport sur l’Iran présenté mi-février – sans toutefois ap¬porter de réelles preuves – que ce pays travaillerait probablement au développement d’une ogive nucléaire, les gouvernements des Etats-Unis, de la France, de la Grande Bretagne et de l’Allemagne font entendre leur voix pour exiger des sanctions plus appuyées.
Pour l’instant, le Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas encore en possession d’un texte de résolution contre l’Iran. Il est uniquement question d’éventuels projets de sanctions de la part des Etats-Unis et de l’Union européenne. Ainsi, le «New York Times» du 3 mars laissait entendre qu’il y aurait un projet de résolution en route, fruit d’une entente entre le gouvernement américain et les gouvernements engagés de l’Union européenne. Selon ce projet, les sanctions devraient toucher brutalement les échanges bancaires, la circulation maritime et le secteur des assurances, ainsi que les fortunes à l’étranger et les possibilités de déplacements d’Iranien «suspects». Seraient visés tout particulièrement les gardes révolutionnaires qui détiendraient une part essentielle de l’économie iranienne. L’industrie pétrolière iranienne ne serait pas touchée directement.

Il est intéressant de constater que, selon un article de «Spiegel Online» du 23 février, les projets de l’UE iraient plus loin, comme cela ressort d’un rapport secret de 13 pages, intitulé «Non-Paper on political and economic context of sanctions against Iran». Il est proposé dans ce rapport de s’en prendre énergiquement au secteur financier, aux assurances d’investissements en Iran ainsi qu’au secteur de l’énergie. Si ces projets étaient exécutés, la population iranienne aurait à en souffrir gravement dans sa vie quotidienne.

Le fait que le Conseil de sécurité n’ait pas encore produit de texte de résolution viendrait du fait que la Russie et la Chine s’y opposent. D’autres pays, membres actuels du Conseil de sécurité, tels que la Turquie, le Brésil et le Liban, préfèrent miser sur des négociations plutôt que sur des sanctions.

Il est vrai que le gouvernement des Etats-Unis, de même que la chancelière alle¬mande, Angela Merkel, ont déclaré vouloir appliquer des sanctions plus contraignantes, même sans l’aval du Conseil de sécurité. Le gouvernement allemand renforce son influence sur les autres gouvernements de l’Union européenne pour qu’ils acceptent des sanctions plus dures, cela surtout depuis la visite du gouvernement et du président israéliens à Berlin.
Les Etats-Unis, l’UE et leurs alliés se heurtent à la résistance du Mouvement des non-alignés (NAM) qui regroupe 118 pays. Le 25 février, il a protesté auprès du Conseil des gouverneurs de l’AIEA contre le rapport du nouveau directeur sur l’Iran et assuré ce pays de leur soutien de sa position en ma¬tière nucléaire.
Toutefois, on ne trouve pas ce document sur le site Internet de l’AIEA, mais seulement sur des sites iraniens, notamment [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ou english.farsnews.com/printable.php.

Dans sa déclaration le Mouvement des non-alignés met l’accent sur le droit sans réserve de tous les Etats d’utiliser l’énergie nucléaire dans des projets pacifiques. Ces pays font savoir leur refus de sanctions renforcées par leur volonté de mettre en avant la diplomatie et le dialogue, considérés comme la seule voie menant à une solution durable. De plus, ils mettent en garde «envers toute attaque, voire simplement la menace d’une attaque, contre des installations nucléaires pacifiques qui présenteraient un grave danger pour les populations et l’environnement et seraient une grave violation du droit international». Ce groupe d’Etats vise la conclusion sur une base internationale d’une interdiction de toute attaque ou menace d’attaque.

Il apparaît donc que ce sont uniquement les gouvernements américain, d’une partie de l’Union européenne et surtout d’Israël qui menacent gravement l’Iran. On ne peut cependant pas désigner qui, au-delà des sanctions, envisagerait le déclenchement d’une guerre. Le gouvernement américain ne se prononce pas en la matière, les gouvernements de l’Union européenne se positionnent en ordre dispersé – le gouvernement allemand a jusqu’à présent déclaré fermement qu’il s’oppose au déclenchement d’une guerre. Le gouvernement israélien envisage, lui, l’éventualité d’une attaque.

Mais les gouvernements américain, de l’Union européenne et israélien ne représentent nullement la «communauté internationale». La grande majorité des pays de ce monde sait très bien où l’accentuation du conflit mènerait la planète et veut s’engager sur une autre voie.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

---------------------------------------------------------------------------------



Dernière édition par Francesco le Ven 7 Jan - 21:12, édité 1 fois

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les signes d'une 3e Guerre Mondiale s'accumulent....

Message par Gilles le Sam 1 Mai - 20:36



Un scénario d'horreur d'une guerre Iran-Israel


Le Centre d'Etudes Stratégiques de l'Université Bar Ilan a publié il y a quelques mois une étude du Dr Moshe Vered, sous le titre "La longueur de la guerre et les conditions ultimes d'une guerre entre Iran et Israel" (repris ce week end par l'éditorialiste Nahum Barnea) . L'étude a semble-t-il passionné les états-majors. Vered y décrit ce qui se passerait à la suite d'une attaque d'Israel sur des sites nucléaires iraniens.

"La guerre serait longue, annonce Vered, elle se mesurerait en années. "
Dans un premier scénario léger, l'Iran répliquerait d'abord par une volée de
missiles sol-sol vers Israel. L'attaque sans doute pourrait ne pas durer , fautes de missiles à longue portée, mais ce ne serait que le début de la guerre. La vraie réplique se ferait, selon l'étude, avec les intermédiaires que seraient la Syrie, le Hezbollah ou le Hamas. Et là, les missiles ne manquent pas. On estime à 40.000 le nombre de roquettes détenues rien que par le Hezbollah. On peut imaginer aussi l'utilisation de roquettes à charge chimique, biologique etc ce qui perturberait durablement la vie en Israel.


Israel serait alors entrainé à occuper le territoire libanais pour longtemps, entrer dans une guerrilla dont il est difficile de prévoir l'issue etc...


Ce n'est pas tout, imagine Vered. Une autre possibilité serait l'utilisation de corps expéditionnaires iraniens qui pourraient être basées en Syrie et pourraient transiter par un Irak complaisant, les forces américaines s'étant retirées.
Mais ce n'est pas tout, l'Iran pourrait lancer une campagne terroriste à travers le monde, visant les ambassades et toutes les représentations d'Israel, les avions d'El Al etc... Le Hamas, allié de l'Iran, pourrait recommencer les campagnes d'attentats kamikaze etc etc.


Pour ce tableau catastrophe, le chercheur s'appuie sur ce qui s'est passé entre l'Iran et l'Irak et les leçons à tirer de leur guerre entre 1980 et 1988 . Il écrit : "Un demi-million de morts, un million de blessés, 2 millions de réfugiés, des dommages économiques estimés à 1000 milliards de dollars. Mais rien de tout cela n'a suffi à persuader l'Iran d'arrêter la guerre. Seule la crainte d'une chute du régime a poussé les dirigeants à accepter un cessez-le feu.(...) La conclusion est simple : comme pour la guerre avec l'Irak, la guerre avec Israel serait perçue par les Iraniens comme une guerre pour le bien et pour amener la justice au monde en détruisant Israel".


De quoi faire réfléchir sur la décision d'une attaque israélienne. Car face à l'Iran, les dirigeants israéliens Netanyahu ou le ministre de la Défense Ehud Barak brandissent régulièrement l'option d'une initiative militaire si les sanctions occidentales n'étaient pas assez fortes contre l'Iran . Manière de dire : "Retenez nous sinon..." .


Et ce n'est pas pour rien sans doute que le Ministre de la Défense est allé dernièrement à Washington, que le chef d'état major US est venu en Israel, que le vice-président Joe Biden fait une visite officielle, certes pour les négociations de paix israélo-palestiniennes, mais sans doute pas pour ce seul dossier.

Source: Un scénario d'horreur d'une guerre Iran-Israel - Le blog de Denis ...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Israël/Syrie: si attaque, l'Iran ripostera

AFP
30/04/2010 | Mise à jour : 15:03


L'Iran ripostera si Israël lance une attaque contre la Syrie, a affirmé aujourd'hui le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi à la fin d'une visite de deux jours à Damas.
"Nous serons aux côtés de la Syrie contre toute menace (...) et si les violeurs de la terre palestinienne veulent tenter quelque chose nous leur couperons les pieds", a déclaré M. Rahimi lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre syrien Mohammad Naji Otri.
"La Syrie est un pays fort, prêt à contrer les menaces. Sans aucun doute, l'Iran soutiendra la Syrie par tous les moyens et de toutes ses forces (...) face aux ennemis et aux violeurs de la terre de Palestine", a insisté M. Rahimi selon la traduction arabe de ses déclarations en persan.

Pour M. Rahimi, dont le pays est un proche allié de la Syrie, "les menaces israéliennes (proférées contre Damas) sont sans importance", car "personne ne réussira à ébranler l'amitié et l'appui iraniens à la Syrie".
Le président israélien Shimon Peres a récemment accusé la Syrie de fournir au Hezbollah libanais des missiles Scud, susceptibles d'atteindre l'ensemble du territoire d'Israël.
Mardi, le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a accusé la Syrie et l'Iran de livrer au Hezbollah des roquettes et des missiles de plus en plus sophistiqués, estimant que cela "déstabilisait" la région.
La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, à son tour a averti hier le président syrien Bachar al-Assad que ses "décisions pourraient signifier la guerre ou la paix dans la région".

Un transfert d'armes de la Syrie au Hezbollah, "en particulier de missiles à longue portée", menacerait la sécurité d'Israël, "déstabiliserait profondément la région" et violerait la résolution de l'ONU régulant les importations d'armes au Liban, a-t-elle souligné.
Durant la guerre de l'été 2006 entre Israël et le Hezbollah, le mouvement chiite libanais avait tiré plus de 4.000 roquettes contre le nord d'Israël. Le conflit a fait plus de 1.200 morts côté libanais en majorité des civils, et 160 côté israélien.



Gilles. Ville de Québec - Canada
avatar
Gilles

Masculin Date d'inscription : 08/07/2008
Age : 63
Localisation : Ville de Québec - Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les signes d'une 3e Guerre Mondiale s'accumulent....

Message par MichelT le Sam 1 Mai - 21:15

Le régime iranien est motivé par des questions religieuses et eschatologiques. Ce régime n`hésite pas a tuer sa propre population comme nous l`avons vu et a réussi par la violence et la torture a mettre le couvert sur le presto!

Je comprend pourquoi Israel s`inquiete qu`un régime de fanatiques religieux possede des missiles nucléaires a porté moyenne capable de frapper Tel Aviv ou Jérusalem.

Tout cela est inquiétant en effet - Les islamistes ne s`aiment pas tous mais ils s`entendent sur trois choses - le Coran , la haine d`Israel et de l`Occident.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les signes d'une 3e Guerre Mondiale s'accumulent....

Message par Francesco le Dim 2 Mai - 21:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Le régime iranien est motivé par des questions religieuses et eschatologiques. Ce régime n`hésite pas a tuer sa propre population comme nous l`avons vu et a réussi par la violence et la torture a mettre le couvert sur le presto!

Je comprend pourquoi Israel s`inquiete qu`un régime de fanatiques religieux possede des missiles nucléaires a porté moyenne capable de frapper Tel Aviv ou Jérusalem.

Tout cela est inquiétant en effet - Les islamistes ne s`aiment pas tous mais ils s`entendent sur trois choses - le Coran , la haine d`Israel et de l`Occident.
Je suis d'accord avec toi.J'ai déja posté sur le forum des entrevues du premier ministre Iranien et ses propos donnaient la chaire de poule....C'est un dictateur religieux fanatique.Heureusement qu'il n'a pas plus de pouvoir car il est tres dangereux.

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les signes d'une 3e Guerre Mondiale s'accumulent....

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum