Enquete sur les apparitions....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Enquete sur les apparitions....

Message par Francesco le Mar 20 Juil 2010 - 0:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Il existe à travers le monde et à travers l’Histoire bien des
phénomènes d’apparitions mariales. L’Église fixe les critères
qui lui permettent de distinguer entre ce qu’elle considère
comme authentique et ce qu’elle dénonce comme imaginaire.
L’apparition nous introduit dans un registre particulier
: dans cette chrétienté populaire où la piété s’enracine
dans un terroir ; elle se produit le plus souvent
dans un milieu rural, laïc, dont elle adopte les modes
de pensée et d’expression. La Vierge s’adresse en patois
aux visionnaires, dont elle assume en quelque
sorte les particularismes: la pauvreté du milieu, ses aspirations,
ses limites aussi. Fait de société à part entière,
l’apparition mariale mérite de n’être pas reléguée
dans les oubliettes des sciences humaines comme une
singularité pieuse ou le simple objet d’une curiosité
souvent morbide. Par la voix de ses représentants légitimes,
l’Église catholique a admis au terme d’une enquête
rigoureuse le caractère surnaturel des faits de
Lourdes comme de quelques autres semblables, le cas
le plus récent étant la reconnaissance le 4 mai 2008 par
Mgr Di Falco Leandri, évêque de Gap, des apparitions
du Laus (Hautes-Alpes) à la bergère Benoîte Rencurel
en 1664. Actuellement, des faits similaires à première
vue amèneront l’Église à se prononcer tôt ou tard - n’at-
elle pas l’éternité devant elle ? - sur leur caractère,
mais aussi leur signification : ainsi des événements de
portée internationale tels que ceux de Medjugorje, en
Bosnie-Herzégovine, qui depuis 1981 mobilisent des
millions de fidèles et de curieux. La mondialisation et
le rôle des médias, d’une part, les progrès des sciences
humaines et des méthodes d’investigation d’autre
part, sans omettre le déplacement de divers centres de
gravité du christianisme et l’émergence de formes originales
de la piété populaire, amènent à poser le problème
en termes nouveaux, mais les critères de
discernement entre vraies et fausses apparitions demeurent
invariables depuis les premiers siècles du
christianisme, quand bien même ils ont été redéfinis
par les Normes qu’édicta en 1978 la Congrégation
pour la doctrine de la foi.
Il existe de fausses apparitions. L’expression, quelque
peu ambiguë, recouvre des réalités dissemblables d’un
cas à l’autre, certaines étant inconcevables il y a un siècle
encore. En effet, les motivations des protagonistes
de tels faits différaient souvent de ce qu’elles sont à
présent : ainsi l’esprit de lucre restait étranger à la plupart
des visionnaires, tandis que la crainte de sanctions
ecclésiastiques (et séculières jusqu’au XIXe siècle dans
les pays d’Inquisition) était encore assez vive pour décourager
les faussaires de se livrer à des fraudes religieuses
que l’on tenait pour sacrilèges. Aujourd’hui,
la relativisation du sacré et sa dilution dans des formes
nouvelles, sinon hétérodoxes, de religiosité, rendent
plus anodines les supercheries aux yeux de ceux qui
les commettent, et il est loin le temps où la religieuse
Vitaline Gagnon (1844-1926), visionnaire québécoise
dont les prétendues révélations provoquèrent vers
1875-1876 une grave crise dans l’épiscopat canadien,
pouvait avouer ingénument : « Je sais que j’ai été bien
méchante, mais c’était pour la gloire de Dieu ».
• LA SIGNIFICATION DES APPARITIONS
Chaque apparition authentique de la Vierge est une
grâce originale accordée par Dieu à son peuple pour
l’humanité entière, donc comportant sa part de gratuité
qui échappe à tout calcul, à toute spéculation. Si
l’événement de Lourdes renvoie à d’autres manifestations
du même ordre, ce n’est en quelque sorte qu’à la
manière d’un jeu de miroirs ou de prismes en lesquels
se réfracte le mystère de l’amour divin dont les merveilles,
variables à l’infini, n’en conservent pas moins
chacune son unicité, son originalité, sa signification.
Le seul point commun aux mariophanies - néologisme
cher au philosophe Jean Guitton, qui l’inventa pour
définir le phénomène - est l’identité de Celle qui se
montre pour ne délivrer toujours, suivant des modalités
diverses, qu’un message unique, celui-là même (le
seul) qu’elle formula au cours de sa vie terrestre et que
nous rapporte l’Évangile de saint Jean : « Tout ce qu’il
vous dira, faites-le » (Jn 2, 5). Par là, Marie nous renvoie
à la personne du Christ, à sa Parole, mais aussi à
l’Église qui a reçu mission d’annoncer cette parole, de
proclamer la Bonne Nouvelle du Salut : toute apparition
mariale authentique ramène à l’Évangile et, partant,
à la mission évangélisatrice de l’Église. Jamais
voyant n’aura été sur ce point aussi explicite que Bernadette
Soubirous déclarant à son curé, le peu commode
abbé Peyramale: « Je ne suis pas chargée de vous le
faire croire, je suis chargée de vous le dire ». La mission du
voyant n’est autre que de reformuler la Parole : non
pas sa parole, mais l’unique, éternelle et irréfragable
Parole, objet de la mission de l’Église. À ce titre, elle
1
Enquête sur les apparitions
Joachim Bouflet
est vocation, à l’évidence ardue, qui ne saurait se
confondre avec de pseudo-missions dont se sont crus
investis même des voyants authentiques, allant
jusqu’à prétendre les substituer à la mission évangélisatrice
de l’Église.
Le premier critère d’authenticité d’une apparition mariale
est son ecclésialité. De ce point de vue, Lourdes
fait figure de modèle et il est intéressant de constater,
avec le recul d’un siècle et demi, combien l’événement
répond aux critères positifs énoncés par les Normes
évoquées précédemment. Que ce soient les faits euxmêmes,
leurs fruits ou la personnalité de la voyante,
les apparitions de Lourdes sont d’une telle limpidité
qu’elles emportent l’adhésion: on n’y rencontre aucun
élément susceptible de jeter la suspicion sur l’équilibre
psychologique de Bernadette, sur la véracité de
son expérience, sur la force et la qualité de son témoignage.
À l’heure actuelle, plus de cinq cents cas d’apparitions
sont allégués dans le monde entier. Le phénomène
Medjugorje a été le détonateur d’une véritable épidémie
de manifestations de cet ordre, qui submergent les
cinq continents. Si l’Italie et l’Espagne, par tradition
terres mariales, comptent toujours un nombre non négligeable
de mariophanies, celles-ci touchent aujourd’hui
en masse des pays qui y étaient jusque-là
réfractaires, tels les États-Unis, alors que l’Afrique ou
l’Amérique latine sont gagnées à leur tour par le phénomène:
il ne se passe pas un mois sans qu’on signale,
ici et là, un nouveau cas. Or il est inconcevable que
tous les faits répertoriés depuis 1981, dont la plupart
durent depuis des années, soient authentiques : l’apparition
est par définition un événement rare, une
grâce exceptionnelle. À la (dé)multiplier, on court le
risque de banaliser le surnaturel et de vider la grâce
de sa substance.
• LE FAIT ET SES PROTAGONISTES
Le premier point sur lequel s’exerce le discernement
est le fait lui-même. Dès lors qu’il est avéré que l’on ne
se trouve pas en présence d’une illusion, voire d’une
simple rumeur, l’enquête peut se porter sur les particularités
de l’événement, et tout d’abord sur la personnalité
des visionnaires, dont est requis l’équilibre
psychique, l’honnêteté et la rectitude de la vie morale,
la sincérité et la docilité habituelles envers l’autorité
ecclésiastique, l’aptitude à mener le régime normal
d’une vie de foi, toutes qualités que l’on remarqua
chez Bernadette Soubirous, à Lourdes, et qui, portées
par la suite à un degré héroïque, motivèrent sa canonisation
en 1933. Semblables vertus se retrouvent chez
la plupart des bénéficiaires d’apparitions authentiques,
dont certains ont été élevés aux honneurs des
autels - Catherine Labouré, la voyante de la rue du Bac
(1830), canonisée en 1947, et les enfants Francisco et Jacinta
Martos, de Fatima (Portugal, 1917), béatifiés en
2000 -, tandis que les causes de canonisation sont introduites
pour Benoîte Rencurel ou Lucie de Fatima.
Ces voyants ne sont pas glorifiés par l’Église parce
qu’ils ont vu la Vierge, mais à cause de la sainteté de
leur vie. Aussi n’est-il pas étonnant que l’exemplarité
des voyants, non seulement au cours des apparitions,
mais après que celles-ci ont cessé, demeure un critère
positif très fort.
Si l’on se trouve parfois en présence de divagations
d’esprits malades, fragiles ou exaltés, c’est aisément
repérable : bien des cas ne résistent pas à l’épreuve du
temps et sombrent bientôt dans l’oubli, sans que l’autorité
ecclésiastique ait à intervenir. En revanche, les
faits de fraude consciente et volontaire ne sont pas
rares, motivés par l’esprit de lucre, l’attrait de l’argent
facile allié à la soif de gloriole, voire au désir de revanche
sociale. Sur ce sujet, un livre comme celui de
Moisés Garrido Vàzquez, intitulé fort explicitement El
negocio de la Virgen, démonte les mécanismes par lesquels
plusieurs visionnaires espagnols, abusant de la
générosité de dévots crédules, se constituent parfois
de véritables pactoles en espèces et en biens immobiliers.
Un tel ouvrage n’existe malheureusement pas
pour la France, ou pour d’autres pays, qui serait fort
instructif.
On ne peut en effet nier la vénalité de soi-disant
voyants pour qui l’apparition ne constitue rien d’autre
que ce qu’il faut bien appeler un job lucratif. « Son métier,
c’est d’être voyant », raillait déjà Mgr Bueno y Monreal,
cardinal archevêque de Séville, en parlant de
Clemente Dominguez (1946-2005), visionnaire d’El
Palmar de Troya, où la Vierge était réputée apparaître
depuis 1968. On pourrait en dire autant de divers
voyants contemporains, (tels les deux garçons - aujourd’hui
des hommes - de Medjugorje, qui vivent des
apparitions alléguées de Gospa, n’exerçant pas de métier
parce qu’ils bénéficient des avantages financiers
que leur consentent de riches bienfaiteurs : il n’est pas
innocent que les habitants de la localité aient surnommé
« avenue des millionnaires » la rue où ils habitent
les agréables villas que leur ont offertes leurs donateurs).
Ces voyants ont donc tout intérêt à ce que leurs
« apparitions » se prolongent le plus longtemps possible,
puisqu’elles constituent leur gagne-pain.
À Lourdes, en revanche, Bernadette manifeste d’emblée
une véritable répulsion pour l’argent, qu’elle traduit
en rejetant les pièces de monnaie que les dévots
2
indiscrets tentent de lui glisser dans la main, en disant:
« ça me brûle! », et en giflant son petit frère qui a eu
l’étourderie d’accepter une piécette : la famille connaît
pourtant des conditions d’existence extrêmement précaires.
Le même désintéressement se rencontre chez
tous les authentiques voyants sans exception qui, une
fois les apparitions terminées et lorsqu’ils deviennent
adultes, s’intègrent dans le monde du travail - parfois
difficile, souvent ingrat - quand ils n’ont pas de vocation
religieuse. Les enfants de Beauraing, en Belgique,
qui virent la Vierge durant l’hiver 1932-1933, se sont
plus tard mariés et engagés en adultes responsables
dans les activités paroissiales comme dans la vie professionnelle
; la « petite » Mariette Becco, qui eut des
apparitions de la Vierge des Pauvres à Banneux (Belgique,
1933), mène toujours une existence effacée,
après avoir connu des épreuves assumées dans la
confiance et l’abandon à Dieu; de même, les quatre fillettes
de l’Ile-Bouchard, dont les trois survivantes demeurent
fidèles, dans la discrétion et le silence, au
message de Notre-Dame de la Prière qu’elles contemplèrent
du 8 au 15 décembre 1947.
Cette discrétion et cette honnêteté, conjuguées à la rectitude
morale, constituent un critère d’une importance
capitale, car elles permettent d’apprécier la capacité
du voyant à transmettre le message dont il se dit porteur,
et la valeur de son témoignage : c’est par une vie
de conversion que le voyant atteste l’authenticité de la
grâce reçue. Les exemples éclatants qu’en ont donné
Bernadette et Catherine Labouré ainsi que les pastoureaux
de Fatima, ou Benoîte Rencurel, et les témoignages
moins connus d’autres voyants, tels ceux de
Pellevoisin, de Beauraing ou de Banneux, pour ne citer
que quelques cas, illustrent la fécondité de la grâce de
l’apparition chez ses récipiendaires, là où on l’attend
en premier lieu. En revanche, lorsque des voyants se
fourvoient après les apparitions (cela arrive), celles-ci
sont frappées de discrédit et, si authentiques aientelles
été, elles en restent marquées par une désaffection,
voire une remise en question de la part des
fidèles : attribuables pour partie à leur fragilité psychologique,
les errements de Mélanie et de Maximin,
les voyants de La Salette (France, 1846), après l’apparition
sur la Sainte Montagne - une existence instable,
des propos parfois ambigus, la ténacité de Mélanie à
vouloir accomplir une mission que ne lui reconnaissait
pas l’Église - ont quelque peu terni l’éclat de cette
mariophanie qui reste parmi les plus remarquables.
Plus récemment, les faits de Yagma (1986-2005) au
Burkina Faso, reconnus en 1994 par Mgr Guirma,
évêque de Kaya, ont été totalement déconsidérés à
cause du comportement de la visionnaire. La somme
dirigée par René Laurentin, Dictionnaire des apparitions
de la Vierge (Fayard), retrace le destin troublant de
Marie-Rose : « Aujourd’hui, Marie-Rose n’a plus aucun
crédit auprès de l’Église locale. Mgr Guirma passe pour
s’être laissé complètement abuser. C’est un cas de déviance
caractéristique. Si Mgr Guirma, homme spirituel, l’a reconnue
au début, Marie-Rose l’a circonvenu. Cet évêque
transmettait trop facilement ses demandes d’argent ou de
dons en nature considérables, faites au nom de la Vierge, qui
ont troublé ou choqué les correspondants européens. Cette
déviance n’a cessé de se confirmer: Marie-Rose ne pratique
plus, et la police accuse ses moeurs. »
À l’inverse, la discrétion d’autres voyants, la dignité
de leur vie, leur obéissance exemplaire à l’autorité ecclésiastique,
amènent des évêques à reconsidérer des
apparitions - parfois anciennes - tenues pour peu crédibles,
voire condamnées, et à leur accorder une attention
nouvelle: ainsi les faits de Heede (Allemagne),
où quatre fillettes dirent voir, de 1937 à 1940, la Vierge
sous le vocable de Reine de l’Univers ; de Bonate (Italie,
1944), où la petite Adelaide Roncalli prétendit bénéficier
d’apparitions de la Vierge, mais aussi de la
Sainte Famille ; ou de Balestrino (Italie), signalés par
135 apparitions de la Vierge de 1949 à 1971, dont la
voyante Caterina Richero mena dans l’humilité et
l’obéissance une vie conjugale et professionnelle équilibrée,
fidèle aux appels à la prière et à la pénitence de
la Madone. Ces apparitions, suspectées à l’époque par
l’autorité ecclésiastique, sont aujourd’hui à l’origine
de sanctuaires mariaux très fréquentés, et ce en grande
partie grâce au témoignage exemplaire des voyantes.
• IMAGE ET MESSAGE
Le deuxième point sur lequel porte le discernement
des apparitions regarde ce que l’on peut appeler leur
contenu, à savoir l’aspect sous lequel se présentent la
Vierge et les paroles - le message - qu’elle destine à la
communauté ecclésiale, et, au-delà, à l’humanité. Une
apparition est en substance une présence surnaturelle
qui se manifeste sous des formes sensibles (visuelle et
auditive) pour se rendre perceptible et se communiquer.
Cela explique qu’elle s’adapte non seulement à la
personne des voyants, à leur psychologie et à leurs capacités
intellectuelles, mais encore aux mentalités et à
la culture du milieu humain dans lequel elle se produit.
À l’évidence, l’éminente dignité de la Mère de Dieu requiert
qu’elle se montre sous un aspect et dans une attitude
inspirant le respect, le recueillement et l’amour
révérenciel, que ce soit comme une adolescente ou une
toute jeune femme - la petite demoiselle contemplée
par Bernadette à Lourdes -, ou sous l’apparence d’une
belle dame dans la plénitude de sa maturité, comme à
3
la rue du Bac ou à La Salette. Blonde ou brune, le teint
blanc, mat, voire basané, les yeux clairs ou sombres,
elle est toujours d’une exceptionnelle beauté, fréquemment
soulignée par la lumière qui l’entoure, et
qui semble parfois même irradier de sa personne, de
ses vêtements, le plus souvent d’un blanc éclatant
comme,celui de Jésus lors de la Transfiguration: de
nombreux voyants parlent simplement d’une dame de
lumière; d’autres, au contraire, sont en mesure de préciser
que sa ceinture ou son voile sont bleus, qu’elle a
un manteau vert ou rouge, ou que, se présentant
comme la Vierge des Douleurs, elle revêt la robe et le
voile noirs du deuil. Parfois elle apparaît portant l’Enfant
Jésus sur un bras, plus rarement, elle montre son
Fils adulte crucifié. Des anges peuvent la précéder ou
l’accompagner comme jadis au Laus et à la rue du Bac:
à Fatima (Portugal, 1917), l’Ange de la Paix intervient
avant les apparitions ; à L’Ile-Bouchard (France, 1947),
l’ange Gabriel se tient agenouillé près de la Vierge.
Enfin, il est fréquent qu’elle tienne un chapelet, emblème
de la prière mariale par excellence, et que des
roses ou d’autres symboles traditionnellement attachés
à sa personne soulignent ses manifestations.
Les gestes de Marie sont à la fois doux et mesurés, sa
voix mélodieuse touche les coeurs de ses confidents
lorsqu’elle leur délivre avis et conseils ; parfois elle se
fait grave quand elle évoque certaines situations douloureuses,
sévère quand elle reproche aux hommes
leur tiédeur et les péchés dont ils se rendent coupables.
Mais jamais elle ne se départit d’une exquise politesse
: comment la reconnaître dans l’imprécatrice
qui, à Bayside (États-Unis, 1970), accuse des pires turpitudes
les dignitaires de l’Église, désignés nommément
- notamment le cardinal Villot - et qui affirme
qu’un sosie diabolique a été substitué au pape Paul
VI? Dans la virago qui profère grossièretés et jurons à
Vila Alemana (Chili, 1983), ponctuant ses messages
d’un retentissant « Mierda! » Dans La face cachée de
Medjugorje, (éditions Psilog), Ivo Sivric s’étonne de ce
que « la plupart des réponses de Gospa (la Madone) ne sont
pas dignes de la Mère de Dieu: elle s’y montre partiale, mal
informée, ignorante des réalités terrestres et vindicative. »
Assurément, semblables propos ne sauraient être attribués
à la Toute Pure, celle qui parfois s’est présentée
comme la Mère du Bel Amour.
De même, ses paroles contiennent toujours un enseignement
conforme à celui de l’Église, et qui donc ne va
pas à l’encontre de la Révélation. Or, nombre d’apparitions
alléguées se distinguent non seulement par la
demande d’extravagantes innovations regardant la dévotion
populaire, voire la liturgie, mais encore par de
graves erreurs en matière de doctrine et même de morale.
Comment croire qu’il s’agit vraiment de la Vierge,
quand l’apparition alléguée se présente comme une
véritable déesse, la quatrième personne de la Trinité
(!) - ainsi, dans les révélations à Marie-Paule Giguère,
fondatrice de l’Armée de Marie au Canada (mouvement
excommunié), ou dans celles de la visionnaire
française qui se fait appeler J.N.S.R. - ou qu’elle prône
un oecuménisme mal compris en affirmant que les religions
sont interchangeables, que ce soit à Medjugorje
ou à Porto San Elpidio (Italie), où le stigmatisé Giorgio
Bongiovanni mêle depuis 1989 apparitions mariales,
ovnis et réincarnation? De même, peut-on la reconnaître
dans la mégère qui tempête en menaçant ses enfants
- pour lesquels, paradoxalement, elle proteste de
son amour en termes mièvres et sentimentaux - des
pires châtiments, dont certaines séquences développées
au fil de discours aussi puérils que longs pourraient
rivaliser avec des scénarios de films
d’épouvante ou de science-fiction de troisième catégorie
? Que penser de messages comme le suivant :
« La terre fondra, ou alors sera dure comme le roc (...) La
terre entrera en collision avec des astres et se déformera (...)
Des sauterelles, des mantes religieuses gigantesques se
nourriront de votre chair (...) des animaux inconnus apparaîtront
à la surface de la terre » (Boitsfort, Belgique,
1984)? On atteint le comble du grotesque quand les catastrophes
sont sous-entendues par des secrets présentés
comme plus effroyables les uns que les autres et
dont la révélation, annoncée comme imminente, est
constamment différée, ce qui permet d’entretenir le
suspense… et de faire durer la mariophanie : ainsi à
Medjugorje, où les 10 secrets - « les 7 derniers sont, pour
la plupart, sinon tous, des événements graves » - devaient
être dévoilés incessamment en 1990 (ils ne le sont toujours
pas). Des « secrets » furent aussi livrés à Paratico
(Italie, depuis 1994) où la Vierge confie à Marco Ferrari
11 secrets, à Piracaia (Brésil, depuis 1996), où la visionnaire
en reçoit 12, etc. Or, il n’est d’autre secret que
le secret de Marie - suivant la formule de saint Louis-
Marie Grignion de Montfort -, qui est le secret de la
sainteté à l’école de la Vierge : celui-là même que la
Vierge transmettra en trois parties aux enfants de Fatima.
Une apparition authentique se caractérise par un
sobre rappel des vérités évangéliques et par l’invitation
à une saine dévotion : trop de fantaisie et de démesure,
des demandes extravagantes, des
pseudo-prophéties qui ne s’avèrent pas, la surenchère
au merveilleux - souvent concrétisée dans des phénomènes
annexes spectaculaires tels stigmates, pleurs ou
saignements de statues, etc. -, des annonces qui ne se
réalisent pas, ne siéent pas à la transparence et à la dignité
de Celle qui ne s’est jamais dite que l’humble servante
du Seigneur.
4
• LES FRUITS SPIRITUELS
DE L’APPARITION
Le critère des fruits spirituels de l’apparition - fréquemment
avancés comme preuves de l’authenticité
de celle-ci - est particulièrement délicat à manier. Il est
certain que des conversions se produisent en des lieux
de fausses apparitions, qu’y fleurissent de réelles vocations,
que nombre de fidèles y trouvent des grâces
de paix, de réconfort, de réconciliation. À ce qui peut
sembler un paradoxe, Mgr Bernareggi, évêque de Bergame,
répondait déjà dans le décret du 30 avril 1948
par lequel il déniait aux faits de Bonate tout caractère
surnaturel : « Nous n’entendons pas pour autant exclure
que la Madone, invoquée avec confiance par tant d’âmes
pieuses qui en toute bonne foi ont cru qu’elle apparaissait
aux Ghiaie (di Bonate), ait pu concéder des grâces spéciales
et même des guérisons non ordinaires, récompensant ainsi
leur dévotion envers Elle ». En effet, c’est la foi des
croyants qui incline Dieu à accorder ses grâces, et non
le fait même de l’apparition, celle-ci serait-elle authentique.
Et il est indéniable que des lieux d’apparitions
aussi contestées que celles de Garabandal
(Espagne, 1961-1965 : les apparitions font d’ailleurs
l’objet d’une nouvelle enquête depuis 1988), San Damiano
(Italie, 1964-1981: apparitions condamnées en
1986) et, à l’heure actuelle, Naju (Corée du Sud, depuis
1985 : apparitions condamnées en 1998), réunissent de
grands mouvements de fidèles dans une prière fervente
et dans la pratique renouvelée du sacrement de
la réconciliation, notamment. Aussi, des grâces - parfois
remarquables - liées à la prière et aux sacrements
sont-elles attestées. Le cas de Medjugorje est le plus célèbre.
Les apparitions ont été condamnées par
Mgr Zanic et Mgr Peric, successivement évêques de
Mostar, même si la conférence épiscopale de ce qui
était alors la Yougoslavie ne s’était pas prononcée. La
conférence épiscopale de Bosnie-Herzégovine devait
reprendre le dossier, mais l’a laissé pour le moment
entre les mains de Mgr Peric, évêque de Mostar. Le
17 février 2004, dans la déclaration, Mejugorje: secrets,
messages, vocations, prières, confessions, commissions,
Mgr Peric a conclu à la non-surnaturalité du
phénomène. Les foules continuent cependant à se rendre
en masse sur place. On pourrait rapprocher les
grâces reçues à celles qui étaient obtenues au contact
des fausses reliques à l’époque médiévale.
Surtout, il importe aussi de ne pas faire l’impasse sur
des fruits négatifs tels le fanatisme de certains adeptes
de fausses apparitions qui, non contents de refuser
tout dialogue ou toute critique constructifs avec ceux
qu’ils n’hésitent pas à qualifier d’ennemis de la Vierge,
ne reculent pas devant le mensonge, les campagnes de
dénigrement et de calomnies contre ceux qui osent
seulement émettre quelques réserves sur des faits dont
ils se sont entichés. On ne doit pas passer sous silence
que des faits tels ceux de Medjugorje ont conduit des
foyers à se diviser, des couples à se séparer, des personnes
fragiles psychologiquement à quitter l’Église
après un premier élan d’enthousiasme. On doit souligner,
dans ce dernier cas comme dans plusieurs autres,
la désobéissance des visionnaires aux directives
de l’évêque diocésain, qui leur a demandé de ne plus
se présenter en public comme voyants et de ne plus
diffuser les messages.
Plus graves, les divisions que les fausses apparitions
suscitent dans l’Église : relativement bénignes
lorsqu’elles n’intéressent que des groupes rivaux qui
se disputent le leadership des faits et des visionnaires
- comme cela s’est produit à San Damiano ou à Garabandal
-, elles deviennent dramatiques quand elles opposent
aux évêques des groupes de dissidents menés
par des prêtres et des clercs, qui se muent en véritables
groupes de pression faisant appel à Rome contre
les pasteurs légitimes des diocèses. Elles sont tragiques
quand, au fil de dérives sectaires, elles aboutissent à
la rupture de fait avec l’Église par la constitution
d’Églises parallèles schismatiques, comme cela s’est
produit au Palmar de Troya - l’exemple le plus emblématique,
avec son visionnaire Clemente qui s’est autoproclamé
pape -, mais aussi à Andiran-le-Fréchou
(France, depuis 1977 : une succursale d’El Palmar de
Troya), comme à Ladeira do Pinheiro (Portugal, 1962-
1975) qui visait à concurrencer Fatima, ou à Necedah
(États-Unis, 1949-1950), à Sabana Grande (Porto-Rico,
1953) et à Bohan-Mortsel (Belgique, 1967-1985), pour
ne citer que quelques cas. En 2008, Mgr Germma,
évêque émérite d’Isernia et exorciste réputé, a dénoncé
la division - signature du diable, Celui qui divise -
comme le signe par excellence de la fausseté d’une apparition,
n’hésitant pas à qualifier de diaboliques les
faits de Medjugorje.
Les fruits spirituels d’une apparition se mesurent sur
le long terme et après que celle-ci a cessé, conformément
à l’avis du pieux pharisien Gamaliel, que rapportent
les Actes des Apôtres : « Si cette entreprise ou
cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira d’elle-même;
mais si elle vient de Dieu, vous n’arriverez pas à la détruire
» (Ac 5,38-39). À Lourdes, les fruits spirituels attestent,
cent cinquante ans après les faits, leur origine
surnaturelle, comme à Fatima et dans les sanctuaires
suscités par d’authentiques mariophanies.
5
• LE JUGEMENT
SUR LES APPARITIONS
Le jugement sur les faits d’apparition revient toujours
à l’évêque du diocèse dans lequel ils se produisent. Les
Normes de 1978 sont explicites : c’est à l’Ordinaire du
lieu qu’il appartient au premier chef d’enquêter et
d’intervenir. Dans les cas graves - notamment lorsque
le fait affecte une large portion de l’Église - Rome
(c’est-à-dire la Congrégation pour la doctrine de la foi)
peut être appelée à intervenir, mais l’Ordinaire sera
toujours consulté ainsi que la Conférence épiscopale
si la situation le requiert. En fait, il appartient à la Sacrée
Congrégation de discerner et d’approuver la
façon d’agir de l’Ordinaire ou, si cela s’avère nécessaire,
de procéder à un nouvel examen des faits distincts
de celui qu’aura effectué l’Ordinaire. En règle
générale, le rôle de la Congrégation est consultatif,
mais il arrive - exceptionnellement - qu’elle remplisse
l’office d’une cour d’appel : soit que l’évêque ait recours
à elle après qu’il a rempli les obligations lui incombant,
pour solliciter une approbation de son
jugement; soit à la suite d’une démarche d’un groupe
de fidèles dépités par un jugement négatif ; mais alors
on veillera à ce que le recours à la Congrégation ne soit
pas motivé par des raisons suspectes.
Ces principes édictés, l’évêque procède - s’il l’estime
opportun - à une enquête sur les faits, qu’il confie en
général à une commission d’experts dont il prendra en
compte les appréciations pour en tirer ses conclusions.
Il est à remarquer qu’il n’est nullement obligé de nommer
une commission pour former son jugement: ainsi,
pour les apparitions de Betania (Venezuela, 1976), où
la Vierge apparut à une mère de famille, puis à des
centaines de personnes, Mgr Pio Bello Ricardo, évêque
de Los Teques, a procédé seul aux investigations qu’il
estimait nécessaires, puis il a sollicité l’avis de la
Congrégation pour la doctrine de la foi avant de rendre
un jugement positif. Précisons que, conformément
à une ligne de conduite rigoureuse, jamais Rome ne se
prononce sur l’authenticité et l’origine surnaturelle
d’une apparition. Elle s’en tient au principe qu’elle
énonçait déjà en 1877, lorsque trois évêques la consultaient
au sujet des faits de La Salette et de Lourdes :
« Ces apparitions ou révélations n’ont été ni condamnées ni
approuvées par le Saint-Siège, qui a simplement permis
qu’on les crût de foi humaine, sur les traditions qui les relatent,
corroborées par des monuments (c’est-à-dire documents)
et des témoignages dignes de foi ». Elle permet
simplement à tout évêque concerné de porter librement
un jugement positif - « usant de sa propre autorité
et sans que soit impliquée aucunement l’autorité soit du
Saint-Siège, soit de la Province ecclésiastique » (Lettre du
Saint-Office à Mgr Charue, évêque de Namur, en date
du 7 décembre 1942, relative aux apparitions de Beauraing).
Quand bien même les papes se rendent aux
sanctuaires de Lourdes, de Fatima ou de Guadalupe,
ils effectuent simplement une démarche de prière en
Église comme tout pèlerin, sans pour autant se prononcer
officiellement au nom du Saint-Siège sur les apparitions
elles-mêmes, respectueux en cela de la
reconnaissance du caractère surnaturel des faits par
l’ordinaire du lieu. Il arrive, en revanche, que la
Congrégation intervienne pour ratifier la décision négative
prise par un évêque et mettre un frein aux possibles
déviations sectaires, ce qui s’est produit pour les
faits d’Ezkioga (Espagne, 1931-1934), de Voltago (Italie,
1937-1943) et de Heroldsbach (Allemagne, 1949-
1952) sanctionnées par des décrets du Saint-Office leur
déniant tout caractère surnaturel, et ce, alors que les
prétendues apparitions n’étaient pas encore terminées.
Les apparitions de la Vierge sont un sujet trop grave
pour être laissées à l’appréciation de clercs n’ayant
d’autre autorité que celle qu’ils s’adjugent, ou de fidèles
enthousiastes qui souvent cèdent à l’émotion, à
une sensibilité subjective, quand ce n’est pas à l’attrait
du merveilleux. C’est aux évêques, pasteurs et docteurs,
qu’a été confié par le Christ lui-même le soin
d’enseigner le peuple de Dieu et de le conduire dans la
vérité sur le chemin, ardu souvent, mais exaltant toujours,
de la sainteté. L’Église enseigne en outre qu’une
heure d’adoration devant le Saint-Sacrement, ou qu’un
engagement dans la charité au service des frères plus
pauvres ou souffrants, a davantage de valeur aux yeux
de Dieu qu’un déplacement sur un lieu de prétendues
apparitions. En ce sens, la grâce de Lourdes est exemplaire
qui, par-delà les apparitions elles-mêmes et sous
le patronage de l’Immaculée Conception, humble servante
du Seigneur, mobilise les fidèles dans la prière et
la charité.
Le Figaro, numéro spécial sur le 150° anniversaire
des apparitions de Lourdes, 2008, pp. 94-101.
6

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum