QU'est ce qu'un Pere de l'église?

Aller en bas

QU'est ce qu'un Pere de l'église? Empty QU'est ce qu'un Pere de l'église?

Message par Francesco le Mer 16 Jan 2008 - 14:58

Qu’est-ce qu’un Père de l’Église ?

Marie-Hélène Congourdeau

On entend souvent, aujourd’hui, l’expression Pères de l’Eglise, mais il est parfois difficile de savoir exactement de quoi et de qui l’on parle. Quelques mots d’explication peuvent être bienvenus.



Qu’est-ce qu’un Père de l’Église ?

On peut le définir ainsi : "un écrivain chrétien des premiers siècles de notre ère, dont l’orthodoxie (= la rectitude de la doctrine) est reconnue et dont la parole fait autorité dans l’Église." Mais cette définition rend très peu compte du monde foisonnant des Pères.

De qui parle-t-on, alors ?

Les Pères sont des chrétiens (évêques, moines, martyrs ou simples érudits) qui écrivent à partir des environs de l’an 100 : les apôtres sont morts, mais leur souvenir reste vif ; les Pères sont les successeurs directs des auteurs du Nouveau Testament ; les premiers d’entre-eux sont par exemple Clément de Rome (3e successeur de Pierre) ou Ignace d’Antioche (martyrisé en 110). La clôture de l’époque patristique est fluctuante : on parle du 5e siècle (avec Augustin ou Cyrille d’Alexandrie), du 7e (si l’on englobe Maxime le Confesseur), voire du 8e (avec Jean Damascène) ou plus tard encore.

Pourquoi les appelle-t-on Pères ?

Les premiers chrétiens, à la suite de Jésus (voir les pèlerins d’Emmaüs) ont cherché en lisant l’Écriture sainte (pour eux, l’Ancien Testament, auquel s’adjoignit ensuite le Nouveau Testament) à comprendre et à décrypter ce qui s’était passé avec la venue du Christ. Puisque Dieu se révélait aux hommes, il convenait de scruter sa parole. C’est ce que firent les auteurs dont nous parlons aujourd’hui. C’est pourquoi, dans leurs écrits, les commentaires de l’Écriture et les homélies sont plus nombreux que les traités de théologie.

A partir du 3e siècle, on a commencé à prendre à témoin, à côté de l’Écriture, des textes de commentateurs particulièrement vénérés, dont les écrits faisaient "autorité". Dans les discussions (par exemple lors des grands conciles œcuméniques), on citait non seulement des passages de la Bible, mais aussi des écrits des Pères. C’est ainsi que la Tradition apparut comme une seconde source de la doctrine qui s’élaborait. Mais attention à ne pas confondre "tradition" et "traditionalisme" ! Comme l’écrit un théologien, "la Tradition, c’est la foi vivante des morts ; le traditonalisme, c’est la foi morte des vivants" (Iaroslav Pélikan).

Pourquoi lire les Pères aujourd’hui ?

Notre monde ressemble au monde des Pères : ils vivaient dans un monde "globalisé", d’abord par les conquêtes d’Alexandre, puis par l’Empire romain ; de ce fait, ce monde connaissait un brassage culturel qui par moment confinait au "choc des cultures" ; la coexistence de plusieurs religions (dont la nouvelle religion qui se réclamait du Christ) menait tantôt au syncrétisme, tantôt à des conflits.
Les premiers chrétiens étaient encore sous le choc de la révélation d’un Dieu qui se fait homme, qui meurt et qui ressuscite. Cette révolution spirituelle, ils avaient à la confronter à leur culture, à leurs modes de vie. Tout était à faire et ils ont réalisé un travail considérable pour scruter le mystère, évangéliser les mentalités et conceptualiser l’expérience de l’Église.
Chaque fois que l’Église se trouve devant des défis nouveaux, elle se tourne vers "ses sources", elle y recherche la fraîcheur des origines, la lumière des premiers matins. Comme l’écrivait Hans Urs von Balthasar, l’un des pionniers du renouveau patristique du 20e siècle, "être fidèle à la Tradition, ce n’est point répéter et transmettre littéralement des thèses de théologie, c’est bien plutôt imiter de nos Pères dans la foi l’attitude de réflexion intime et l’effort de création audacieuse, préludes nécessaires de la véritable fidélité spirituelle."

Et concrètement, comment lire les Pères ?

Toutes sortes de chemins mènent aux Pères. Nous n’en indiquons que quelques uns qui vous mèneront à d’autres encore :

.- 2 guides :

A.-G. Hamman, Les Pères de l’Eglise, « Pères dans la foi » 1, Paris, Éditions Migne, 2000.

A.-G. Hamman, Pour lire les Pères de l’Église, nouvelle édition revue et augmentée par G. Bady, Paris, Éditions du Cerf, 2007.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

QU'est ce qu'un Pere de l'église? Empty Suite et fin

Message par Francesco le Mer 16 Jan 2008 - 14:59

Introduction à la lecture des Pères de l’Eglise

Luc Fritz
Augustin de l’Assomption, fondateur du site.

Le cours « Introduction à la lecture des Pères de l’Église » fait partie d’un enseignement donné à la faculté de théologie de l’Institut Catholique de Paris.


Quelques éléments du cours...
J’ai trouvé celui que mon coeur aime. En mettant à l’honneur ce verset du Cantique des cantiques (3, 3), j’ai voulu souligner le fait que les Pères de l’Église puisaient leur vitalité à la source des Écritures. C’est en elles, en effet, que dans une inlassable quête, ils ont cherché, contemplé et reconnu le Christ. Origène, lors d’une de ses rares confidences, laisse entrevoir l’objet de son désir : Souvent, Dieu m’en est témoin, j’ai senti que l’Époux s’approchait de moi, et qu’il était autant qu’il se peut avec moi ; puis il s’en est allé soudain, et je n’ai pu trouver ce que je cherchais. De nouveau je me prends à désirer sa venue, et parfois il revient ; et lorsqu’il m’est apparu, que je le tiens de mes mains, voici qu’une fois de plus il m’échappe et une fois évanoui, je mets encore à le rechercher (ORIGENE, Homélies sur le Cantique des cantiques, I, 7). Or, si l’on en croit Grégoire de Nysse : Trouver le Seigneur, c’est le fait même de le chercher sans cesse. Car chercher n’est pas une chose et trouver une autre, mais le gain de la recherche, c’est la recherche elle-même (GREGOIRE DE NYSSE, Homélies sur l’Ecclésiaste VII, 5). Chercher, c’est déjà trouver. Trouver le Seigneur, c’est le chercher sans cesse. La quête du Seigneur ne supporte aucun repos. Saint Augustin partage et prolonge cette méditation : Peut-être même lorsque nous le verrons face à face tel qu’il est, nous faudra-t-il encore le chercher, et le chercher sans fin, car il est à aimer sans fin ? (AUGUSTIN D’HIPPONE, Enarrationes in Psalmos 104, 4).

Ces citations font pressentir quelque chose de ce feu qui brûlait le coeur des Pères de l’Église. Celles et ceux qui cherchent à comprendre leurs oeuvres doivent, non seulement ne jamais oublier cette dynamique qui les fait vivre - dynamique que l’on peut traduire par une mise en équivalence des verbes Trouver - Chercher - Aimer -, mais encore consentir à se laisser eux-mêmes saisir par le Christ en fréquentant assidûment les Écritures.

Qu’est-ce qu’un Père de l’Église ?
L’usage veut aujourd’hui que l’on identifie un Père de l’Église à quatre caractéristiques :
L’antiquité : il doit appartenir aux premiers siècles chrétiens. C’est Jean Damascène († vers 750) qui pour l’Orient clôt la liste des Pères de l’Église. En Occident, l’on considère Isidore de Séville († 636) comme le dernier des Pères latins. - La sainteté de vie : on ne parle pas ici d’une canonisation en bonne et due forme, mais d’une vie habitée par le Christ et qui, à ce titre, est exemplaire.
L’orthodoxie de l’enseignement : leur prédication se doit, dans ses grands traits, d’être conforme à l’enseignement de l’Église.
L’approbation de l’Église : elle se vérifie par l’utilisation des écrits d’un auteur comme référence dans un texte officiel.

Nous venons de faire nôtre la définition traditionnelle des Pères de l’Église. À cette définition, il faut rajouter que les Pères sont des lecteurs assidus des Écritures dont ils ont mémorisé de nombreux passages. C’est dans la méditation de la Parole de Dieu qu’ils approfondissent leur connaissance du Christ et qu’ils risquent une parole inédite au sujet du mystère de la piété, parole tout à la fois fidèle à la tradition et novatrice, cherchant, avec retenue et modestie, à exprimer de manière toujours plus précise la foi apostolique. Cette parole est dite pour le bien des communautés chrétiennes dont ils ont la charge. Les Pères sont des pasteurs qui prennent très au sérieux la mission à laquelle ils ont été ordonnés. Ce souci du peuple de Dieu, et notamment de ses membres les plus faibles, traverse toute la littérature patristique.

Qu’est-ce que la patrologie
La patrologie est une discipline historique qui aboutit à une interprétation actuelle des textes qu’elle étudie. Elle analyse les textes et la vie des écrivains réputés orthodoxes ou hérétiques de l’Antiquité chrétienne. Elle s’efforce, à partir des données archéologiques, historiques, philologiques, politiques, théologiques, etc... dont elle dispose, de retrouver, d’identifier et de reconstituer autant que possible le texte exact de productions littéraires dont nous ne possédons jamais le texte original.

Qu’est-ce que la patristique
La patristique est une discipline théologique. Elle présuppose la confession de foi en la seigneurie du Christ. Sa vocation est de contribuer aux tâches présentes de la théologie chrétienne en étudiant la réception de la Révélation divine par l’Église durant les premiers siècles de son histoire. Cette étude suppose l’explicitation des débats ecclésiaux à partir des écrits des Pères et de leurs contradicteurs. Elle utilise à cette fin les résultats auxquels est parvenue sa discipline soeur, la patrologie.

Dix commandements pour connaître les Pères
Pour apprendre à connaître les Pères de l’Église et en faire bon usage, il importe :

de lire leurs œuvres, mieux encore de lire des oeuvres complètes. Il n’est pas nécessaire de lire énormément mais de lire à fond afin d’entrer sérieusement dans la pensée d’un auteur. Il existe de bonnes traductions des œuvres essentielles. Celles et ceux qui ont accès au texte original n’hésiteront jamais à s’y référer.
de ne pas faire violence aux textes. L’anachronisme menace sans cesse le lecteur toujours empêtré dans des histoires et des problématiques qui sont les siennes et non pas celles de l’auteur. La bienveillance à l’égard de l’auteur et le consentement au dépaysement sont des gardes-fou très efficaces.
de prendre acte que les Pères n’ont pas réponse à tout. Ils sont précieux non pas d’abord par ce qu’ils savent, mais parce qu’ils témoignent d’une manière conforme à l’Évangile d’aborder la vie et ses questions.
de ne pas gommer les différences, voire les contradictions, qui se manifestent dans leurs positions doctrinales. Il n’existe pas une théologie mais de multiples théologies chez les Pères.
d’éclairer les textes par les lumières que peuvent apporter les sciences humaines et historiques, la patrologie.
de ne jamais oublier que la confession de foi en Jésus ressuscité est le ferment de toute la littérature patristique. L’on ne peut, sous peine d’incompréhension ou de compréhension fausse, faire abstraction de cette foi lorsque l’on étudie les Pères.
de garder à l’esprit, que les Pères ne cherchent pas d’abord à élaborer de brillantes constructions théologiques, mais à retransmettre la foi que les générations chrétiennes successives ont reçue des apôtres. Ils ne cherchent pas à imposer leurs opinions personnelles mais à expliciter la foi de l’Église.
de ne pas instrumentaliser les Pères. Ils ne nous ont pas légué un arsenal théologique, mais une foi, une manière de faire de la théologie, qu’il nous faut solliciter comme une instance critique dans l’élaboration de notre propre réflexion théologique et qui peut nous aider à mettre à jour des présupposés dont nous n’avons pas nécessairement conscience.
de lire et de relire sans cesse l’Écriture que les Pères ont lue et relue à la lumière de la résurrection du Jésus. C’est en elle qu’ils ont rencontré et contemplé le Christ.
de se souvenir de ce que les Pères de l’Église sont des pasteurs très attentifs à leur peuple.
Les Pères ne sont pas des théoriciens de la foi, des penseurs qui cherchent à échafauder un système théologique. Ce sont des théologiens qui cherchent à rendre compte du salut qui les affecte en Jésus-Christ. Leur parole est nourrie de cette expérience de libération. Ils cherchent à retraduire cette dernière à partir des Écritures et de la réalité culturelle qui est la leur. À la suite des Apôtres, ils écrivent les premières lignes du grand livre de la théologie chrétienne. Ils ont toute latitude pour forger les mots qui rediront le mystère de la foi. Rien ne les contraints, si ce n’est la réalité du salut en Jésus-Christ, mort et ressuscité pour que les hommes aient la vie en abondance. Ils sont les premiers à traiter de questions proprement chrétiennes : le Fils et le Père sont-ils deux dieux ? Qu’est-ce à dire que le Père est plus grand que le Fils ? Comment préserver la majesté de Dieu ? Comment le Fils peut-il être à la fois Dieu et Homme ? L’Esprit Saint est-il Dieu ? Etc... Ces questions sont encore les nôtres. Peut-être les Pères nous aideront-ils à forger nos propres réponses, des réponses conforment à l’Évangile.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum