Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mar 14 Sep 2010 - 15:34

Début d'un texte de 51 pages des révélations prophétiques de Jeanne Le Royer que je vais placé sur ce post un peu à chaque jour.

Jeanne le Royer, dite en religion soeur de la nativité.

Née, le 23 janvier 1731, au village de Beaulot, proche de Fougères, en Bretagne, entrée au couvent des Urbanistes, le 8 juillet 1852, à l'âge de 21 ans. On raconte d'elle que dès son plus jeune âge, elle bénéficiait de visions, toutes plus remarquables les unes que les autres. Son éducation fut rudimentaire ayant appris à lire, mais ne sachant pas ècrire.Visions, extases, prophéties jalonnent, de plus en plus nombreuses la vie de Jeanne. Un jour elle voit le tabernacle comme une fournaise. Mais ce qui est le plus étonnant, ce sont les révélations concernant l'avenir. Elle annonce la révolution française : <>. Cette révolution qu'elle avait entrevue, elle va la vivre, douloureusement. Elle prévoit la mort du Roi <> Elle pense que le siècle qui commencera de l'an 2000 ne se terminera pas sans que le jugement dernier n'arrive. Avant cela, le monde sera marqué par des guerres sanglantes. Elle prévoit également la fin des monarchies et leur remplacement par des républiques. Jeanne le Royer, mourut en odeur de Sainteté, le 15 août 1798. (Extrait. " Fougères. Le pays et les hommes, par Bernard Heudré. 1980.)




Création de l'âme de J.C.


" Dans le même instant, par un souffle, ou par un acte fécond de sa volonté toute-puissante, la Sainte Trinité tira du néant la plus belle âme et la plus sainte qui eut encore existé, et qui pu jamais exister. Cette belle et sainte âme, à peine créée et sortie des mains de son Auteur, s'unit étroitement au corps qui lui était destiné; et soudain, par un acte simultané, la Divinité du Verbe Éternel, s'unit si étroitement à ces deux substances, qu'elle ne peut plus en être séparée. Cette union est vraiment hypostatique, suivant le terme de l'école, et bien plus étroite encore que celle du corps et de l'âme, puisqu'elle est indivisible, au lieu que cela peuvent se diviser; de manière qu'on ne peut en Jésus-Christ, séparer l'homme d'avec Dieu, ni Dieu d'avec l'homme. C'est ce qu'on appelle le "Verbe incarné", "l'homme-Dieu" pour le "Dieu-homme", le vrai Théandre; en un mot, mon Père, ces deux natures divines et humaine sont si étroitement unies ensemble, qu'elles ne forment qu'une seule et même personne en Jésus-Christ, notre divin Sauveur"



Nos doux et si chers Anges Gardiens




Moyens de salut que Dieu donne à tous les hommes.
Sollicitude des Anges gardiens


Dès l’instant de la conception de chaque homme en
particulier, et sans aucune exception, Dieu, non content de communiquer son secours à l’âme et au corps réunis, comme il s’y est obligé par pure bonté, et indépendamment de sa prescience, députe un de ses Anges à la garde et conservation de cette nouvelle créature (ce qui sera constaté à l’égard des réprouvés), les païens n’en sont point exemptés.

Leurs bons Anges sont spécialement chargés de les disposer, par tous
les moyens possibles à recevoir les lumières de la révélation ; aussi c’est
que sans ce secours de ces Anges tutélaires, il périrait une infinité plus d’âmes et de corps parmi les païens. Que ne font-ils point pour leur procurer les connaissances du vrai Dieu et de sa loi ? Ils en ont soin avant et après leur naissance, pendant tout le cours de la vie et jusqu’après leur mort, pour qu’elles ne soient pas malheureuses.

L’âme s’unit au corps aussi promptement qu’elle s’en sépare. En s’y
unissant elle met en mouvement les veines, les artères, les muscles, les humeurs, en quoi consiste la vie personnelle, sensitive et spirituelle, jusqu’à ce que Dieu lui ordonne de quitter ce poste ; et c’est encore son bon Ange qui est chargé de lui annoncer et tirer parti de tout, pour écarter les dangers et lui procurer une bonne mort autant qu’il est en son pouvoir……….

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mer 15 Sep 2010 - 15:55


Marie au plus près de Dieu,
mais pas en Dieu



"LE Fils la (Marie) reconnaît pour sa Mère, qui après lui avoir donné la
vie temporelle, en a partagé tous les travaux et toutes les souffrances. L’Esprit-Saint la reconnaît pour son Temple et son épouse chérie, qui n’a brûlé que de ses feux sans jamais apporter aucun obstacle à ses grâces ni à son saint amour.

Ainsi, fille du Père, mère du Fils, épouse du Saint-Esprit qui les unit,
Marie ressemble au Père par sa fécondité, elle ressemble au Fils par les
souffrances de sa vie mortelle, elle ressemble au Saint-Esprit par l’ardeur
de sa charité. Chacune des trois personnes se plut à couronner en elle les
vertus dont il l’avait ornée. Quelle gloire ! quelle élévation ! quelle
dignité ! Peut-on dire quelque chose de plus ? Peut-elle approcher plus
près de la Divinité ? C’est pourtant, mon Père, le rang sublime qu’occupe
auprès de Dieu la divine Mère de Jésus-Christ. »


La Passion et la mort de Notre Seigneur,
peut être l'objet de notre perte ou de notre Salut.


Il est venu pour la multitude,
mais combien l'on reconnu et accepté?



"L'abondance de ces mérites que je vous expose sera l'occasion de la ruine et de la perte de plusieurs, qui, loin d'en profiter en se les appliquant, n'en deviendront que plus coupables, par l'abus criminel qu'ils en feront, comme cette même abondance de mérites sera la cause du salut de plusieurs. Tout dépendra, n'en doutez pas, de l'usage que chacun aura fait de ces mérites. C'est ici la pierre dont j'ai parlé dans mon Evangile, cette pierre angulaire et fondamentale qui fait toute la force de l'édifice où on l'emploie, je veux dire de mon Eglise, comme du salut de chacun de ses membres. Mais si les ouvriers la rejettent et refusent de la faire entrer dans la construction, elle devient alors une pierre d'achoppement, qui écrase celui sur qui elle tombe, et brise la tête de quiconque tombe sur elle. Malheur à celui-là ! l'édifice dans la construction duquel elle n'entre point, est infailliblement renversé par les vents et entraîné par le débordement des eaux"


Grandeur du baptême.
Alliance sublime du baptisé avec la Très Sainte Trinité


"Le saint baptême............. première source des grâces du Salut............alliance sublime et ineffable, contrat irrévocable et solennel entre la créature et le Créateur........les deux parties s'engagent réciproquement à l'égard l'une de l'autre.

La créature dit : "je m'engage à vivre et à mourir dans la croyance de la vraie Eglise de Jésus-Christ; je m'engage à combattre jusqu'à la mort le démon, le monde et la chair, qui sont les ennemis de mon Dieu, de mon Rédempteur et de son Evangile; j'y renonce pour toujours, et je ne veux jamais rien avoir de commun avec eux ..."

Alors l'Eternel s'est levé de son trône brillant qui luit au haut des cieux: "Eh bien ! ma créature, a-t-il dit, voici, de mon côté, à quoi je m'engage en ta faveur : déjà tu m'appartiens à titre de création, bientôt tu m'appartiendras à un titre plus cher encore, celui d'adoption par lequel je ne verrai plus en toi que l'image vivante de mon Fils bien-aimé, un autre lui-même. J'oublie donc, en sa considération, le crime dont tu naquis coupable, et je vais donner aux eux de ton baptême la vertu de t'en purifier; je te soutiendrai dans les dangers; je te défendrai contre les ennemis de ton salut; et si par la fragilité de ta nature, tu viens jamais à perdre le trésor de ton innocence, tu trouveras dans le sein de mon Eglise, dont tu deviens membre, tous les moyens de la recouvrer..."

........................... soudain... j'ai vu l'Esprit-Saint descendre sur les fonts du baptême et prendre possession du nouveau baptisé, par l'infusion des trois vertus théologales, la Foi, l'Espérance et la Charité. J'ai vu l'adorable Trinité tout entière peindre, ou plutôt graver, son image au fond de cette âme nouvellement chrétienne par un caractère ineffaçable qu'elle portera partout, et qui fera éternellement, ou sa gloire dans le ciel, ou sa confusion dans les enfers................ c'est ainsi que se sont, dans tous les temps, formés les vrais enfants de Dieu et de Jésus-Christ; c'est ainsi que l'Eglise de la terre s'est remplie d'habitants pour le Ciel".

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Jeu 16 Sep 2010 - 15:05

Grâce toute particulière attachée à une digne communion.
Moyens de la conserver.
L'attache au péché véniel, obstacle à cette grâce précieuse.



Une âme qui communie dignement reçoit par là une grâce particulière, qui lui est comme imprimée, et qui demeure en elle-même après la consommation des espèces sacramentelles.
Je vois que cette grâce est très précieuse, fort délicate, et très difficile à conserver. C'est comme une émanation du Corps et du sang de Jésus-Christ; enfin, c'est la grâce propre de ce Sacrement adorable et divin.
Tandis que l'âme est embellie et ornée de cette grâce précieuse, elle est l'objet des complaisances du ciel, et l'admiration de tous les bienheureux.

Notre Seigneur m'a fait connaître que pour conserver cette grâce, il était nécessaire d'une grande vigilance sur soi-même et sur tous ses sens intérieurs et extérieurs; mais il faut surtout une haine habituelle, une vraie détestation de tout péché, qui aille jusqu'à faire éviter, autant qu'on le peut, les fautes les plus légères. Oui, je vois qu'une offense légère, vénielle, commise avec réflexion et de propos délibéré, suffit pour ternir la beauté de cette grâce inestimable, et même pour la faire disparaître tout à fait, s'il y a eu quelque espèce de malice dans la volonté qui l'a commise. Ce n'est pas que le péché véniel puisse ôter absolument la grâce d'une âme et la faire perdre comme le péché mortel le fait...... mais maudite volonté délibérée du péché véniel et la faute légère est dans notre âme une disposition meurtrière........ elle ne tue pas l'âme, elle s'y exerce, du moins., la rend difforme, infirme et hideuse, comme un corps humai qu'on aurait percé, mutilé et défiguré. L'âme ainsi affaiblie devient nonchalante et paresseuse au service de Dieu et à la pratique des vertus. Elle tombe dans un engourdissement, où elle ne va pas loin sans perdre la grâce par des chutes et des infidélités considérables...

Cette grâce particulière et propre d'une bonne communion... dernière touche que le Créateur donne à sa propre image pour se la rendre plus agréable; et cette touche est plus ou moins forte, suivant que l'âme est plus ou moins préparée à la recevoir, plus ou moins avancée dans la perfection des vertus, plus ou moins bien disposée à la communion.

....................(NSJC) en me donnant à elle (cette âme fidèle) qui s'approche de mon sacrement avec les dispositions d'amour qu'il demande, je ne lui donne pas une seule faveur, mais des faveurs à l'infini; je lui ouvre tous les trésors de la Divinité; je prends soin de l'orner, de l'embellir de toutes mes grâces. Elle est par la communion revêtue de mes propres mérites, comme d'une robe éclatante, qui rend à ce chef-d'œuvre de ma main, et fait admirablement ressortir toute sa beauté primitive, surtout cette heureuse ressemblance avec son Auteur, qui fait que Dieu ne peut se dispenser de la regarder d'un oeil de complaisance et d'amour. C'est alors qu'il lui adresse ces paroles de tendresse : Vous êtes belle, ma bien-aimée; et je mets en vous toute ma complaisance et mon plaisir, parce que je ne vois point en vous de tache dont mes regards puissent être offensées"

....Jésus-Christ grave de nouveau, pour ainsi dire, en elle la Foi, l'Espérance et la Charité ...............ajoute, de plus, une grâce propre, une onction particulière, une surabondance de biens, un surcroît de bénédictions qui en augmente le mérite et lui en facilite admirablement la pratique. C'est là, me dit Jésus-Christ, le baiser de la bouche, la grâce la plus précieuse, la faveur la plus signalée du divin Epoux"


Ruses du démon pour empêcher
la vraie conversion du coeur.


Combien d'artifices, de tromperies, le démon n'emploie-t-il pas pour séduire ces âmes ? D'abord pour les entretenir dans leur négligence et leur paresse spirituelle (acédie), il leur fait entendre que le temps de leur conversion n'est pas encore venu; que pour vaincre l'habitude de leurs passions, il leur faut une grâce victorieuse que Dieu donnera quand il le jugera bon; qu'en attendant, il serait inutile de rien tenter avec des grâces trop faibles, leur dit-il, pour y réussir.
Sur cela, ils croupissent dans un état de mort, malgré les remords de leur conscience et tous les efforts du ciel pour les en retirer : sermons, lectures, instructions, bons mouvements, tout est négligé, méprisé, foulé aux pieds. Ce n'est point là la grâce qu'il te faut, dit le démon; Dieu a son temps; son heure n'est pas arrivée; il faut prendre son parti de l'attendre avec foi et résignation; il est vraisemblable qu'il te la réserve pour l'heure de la mort; prenons patience et ne précipitons rien; les choses n'en iraient pas mieux; il faut que tout se fasse dans l'ordre et rien à contretemps.

...... que je vois d'âmes tomber en enfer sur cette espérance d'un bon peccavi à l'heure de la mort !
Car alors, au lieu de recevoir les grâces extraordinaires sur lesquelles ils avaient si témérairement compté, ils n'en reçoivent pas même d'ordinaires, ou du moins ils en abusent jusqu'au bout, et meurent comme ils ont vécu................. leur esprit se trouble et leur coeur s'endurcit; ils ne voient plus que des ombres de mort, des gouffres et des précipices. C'est alors que le démon change de langage, et qu'il met en jeu sa dernière batterie pour le dernier assaut qu'il leur livre....... leur fait envisager leurs péchés comme impardonnables et leur salut comme impossible. Vous avez, leur dit-il, méprisé Dieu et grâce pendant la vie, il est juste qu'il vous méprise à la mort; c'est la suite inévitable de la présomption qui l'offense et de l'ingratitude dont vous avez usé jusqu'ici..... ainsi du faîte de la fausse sécurité en laquelle il les avait entretenues jusque-là, il les fait tomber dans l'abîme du désespoir, où pour l'ordinaire, ils finissent leurs malheureux jours..... Quelle mort !!!


De la manière dont Notre Père fait la guerre aux pécheurs



"Je les épouvante, je les fais craindre, trembler et frémir; je fais retentir au fond de leurs coeurs mes foudres et mes tonnerres, et je leur dis que s'ils ne font promptement pénitence, ils périront tous. Je ne lance pas tout à coup ma foudre sur eux: ils voient voler autour d'eux les flèches de ma colère, et j'attends, pour voir s'ils se retourneront vers moi en criant miséricorde. Remords salutaires, craintes effrayantes, touches intérieures d'une grâce toujours attentive, maladie du corps, pertes de biens, afflictions temporelles, avis des confesseurs, voix tonnantes, mort subite de leurs amis, tout est constamment mis en oeuvre par Dieu pour toucher le coeur des pécheurs !"

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Ven 17 Sep 2010 - 16:14

Pourquoi y a-t-il tant de d'autres religions
et tant de scandales dans le monde.



"Tu voudrais, ma fille, me dit Jésus-Christ, que j'abolisse les scandales, tous les faux cultes, toutes les sectes qui font ombrage à mon Eglise et injure à la vérité du seul culte que j'ai établi. Autant vaudrait que je fisse cesser le péché, qui est la source première et toujours renaissante de tous les désordres, le seul mal du monde, le seul ennemi du genre humain et de Dieu lui-même.
Sache qu'en fait de religion, comme en fait de moeurs, l'homme doit être libre de choisir entre le bien et le mal; sans quoi, je ne pourrais exercer ni ma bonté, ni ma justice. En effet, si l'homme n'était pas libre dans ses actions, il ne pourrait ni mériter, ni démériter; il n'y aurait par conséquent pour lui, ni récompense à espérer, ni châtiments à craindre. D'ailleurs, un instrument purement passif ne peut me rendre un hommage qui m'honore; son culte ne serait jamais digne de moi.
De même, s'il n'y avait qu'une seule religion dans tout le monde, quel mérite y aurait-il à la suivre, quand il n'y aurait point de choix à faire et qu'on ne pourrait se comporter autrement?
Si les hommes n'étaient pas libres de pécher, que mériteraient-ils à s'en abstenir? Exempt de concupiscence et de tentations, leur état sur la terre serait celui des Saints dans le Ciel, un état de justice et non d'épreuve, et encore d'une justice aussi peu méritoire qu'elle serait inadmissible.
On ne peut donc comme vous le voyez, abolir le péché et ôter le mal de l'homme; ce qui répugne à mes attributs, comme aux intérêts de ma créature, et ne peut exister avec l'ordre établi par ma providence.
Suivant ma loi éternelle, l'homme absolument maître de lui-même, doit être tenté et éprouvé pendant un temps. Ce n'est qu'à cette condition que je me tiens honoré de l'hommage de son coeur et de ses actions. Je l'ai donc fait maître de choisir et de se déterminer librement en tout; et c'est pour cela que j'ai permis qu'en tout l'infraction se trouvât, pour ainsi dire, à côté du précepte, et qu'il n'y eut qu'un pas entre la désobéissance et la fidélité............ c'est l'ouvrage de ma justice............ mais il suffit à ma bonté d'avoir fourni à l'homme tous les moyens d'éviter le mal et de pratiquer le bien; et c'est ce que j'ai fait à l'égard de tous......aucune créature ne sera perdue que par sa faute........................."



La grâce de force que J.C. donne aux martyrs
est un fruit de sa Passion


".......vous ne pouvez donc mieux faire que d'unir d'avance vos souffrances (dans les persécutions qui pourraient arriver) à celles de ma Passion; ce sera un excellent moyen de l'honorer et de me plaire, en vous préparant à tout évènement que Dieu pourrait permettre.
Cette disposition au martyre m'est aussi agréable, en un sens, que le martyre lui-même; ainsi vous en tirerez un grand mérite et une source inépuisable de consolations. La vie est courte, et l'éternité ne finit point; les souffrances de ce monde ne sont rien en comparaison du bonheur dont elles sont suivies, si on sait porter saintement les croix qui doivent le mériter. Ceux qui auront part à ma résurrection et à mon bonheur dans le ciel, regretteront-ils d'avoir eu part à mes souffrances sur la terre?"


"Derniers Temps du Monde"



L'approche du jugement



"J'accorde au monde de nouvelles grâces de conversion...... les visions et révélations (précédentes) sont dans ce but......Que celui qui est saint, se sanctifie encore, et que celui qui est pur, se purifie d'avantage; car le temps est court........Voici encore un nouvel avertissement.
Le jugement général est proche, et mon grand jour arrive ! Hélas ! hélas ! que de malheurs à son approche ! que d'enfants périront avant de naître (N.B.: écrit avec 1798) que de jeunes gens de l'un et de l'autre sexe seront écrasés par la mort au milieu de leur course ! Les enfants à la mamelle périront avec leurs mères. Malheur alors aux mondains ! malheur aux personnes de mauvaise vie; enfin malheur à tous les pécheurs qui vivront encore dans le péché sans en avoir fait pénitence !

Le Seigneur m'a fait connaître que nul homme sur la terre ne saura positivement quel jour ni quelle année le Fils de l'homme descendra sur la terre juger tous les hommes."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Sam 18 Sep 2010 - 20:57

Dans quel temps à peu près *
arrivera le jugement général



Je commençais à regarder dans cette lumière divine le siècle qui doit commencer en 1800. Je vis par cette lumière que le jugement n'y était pas, et que ce ne serait pas le dernier siècle.
Je considérais à la faveur de cette dernière lumière, le siècle 1900, jusque vers la fin, pour voir positivement si ce serait le dernier. Notre Seigneur me fit connaître et en même temps me mis en doute si le jugement arriverait à la fin du siècle de 1900, ou dans celui de 2000. Mais ce que j'ai vu, c'est que si le jugement arrive dans le siècle de 1900, il ne viendra que vers la fin; et que s'il passe ce siècle, celui de 2000 ne s'écoulera pas sans qu'il arrive. Voilà ce que j'ai vu dans la lumière de Dieu.

Quelques années auparavant, la soeur faisait écrire à Monsieur l'abbé Genet:
....Jésus-Christ me dit d'un air triste :"La figure du monde passe, et le jour de mon dernier avènement approche. Quand le soleil est à son couchant, on dit que le jour s'en va et que la nuit s'en vient.... Tous les siècles sont un jour devant moi; juge donc de la durée que doit encore avoir le monde par l'espace qui reste encore au soleil à parcourir". Je considérais attentivement et je jugeais qu'il ne restait au plus qu'environ deux heures de hauteur au soleil. J'observais aussi que le cercle qu'il décrivait tenait un certain milieu entre les jours longs et les jours courts de l'année ......................... je m'hasardais à lui demander si le jour dont il me parlait devait se compter de minuit à minuit, ou de l'aurore à son coucher. Là-dessus, il me répondit:
"Mon enfant, l'ouvrier ne travaille que pendant que le soleil est sur l'horizon, car la nuit met fin à tous les travaux. Malheur à celui qui travaille dans les ténèbres, et qui n'aura point profité de la lumière du soleil de justice qui s'était levé pour lui. C'est donc ma fille, depuis le soleil levant, jusqu'au couchant qu'il faut mesurer la longueur du jour... N'oubliez pas qu'il ne faut plus parler de mille ans pour le monde; il n'a plus que quelques siècles en petit nombre"............."je fus contente de savoir que la paix de l'Eglise et le rétablissement de sa discipline devaient durer encore un temps assez considérable"



Calamités de tout genre
qui précéderont
le règne de l'Antéchrist




"....signes avant-coureurs du jugement général......longtemps avant que l'Antéchrist arrive, le monde sera affligé de guerres sanglantes; les peuples s'élèveront contre les peuples, les nations, tantôt unies, tantôt divisées, pour combattre pour ou contre le même parti; les armées se choqueront épouvantablement et rempliront la terre de meurtres et de carnages.
Ces guerres intestines et étrangères occasionneront des sacrilèges énormes, des profanations, des scandales, des maux infinis, par les incursions qu'on fera dans la sainte Eglise, en usurpant ses droits; elle recevra aussi de grandes afflictions...
Outre cela, je vois que la terre sera ébranlée en différents lieux par des tremblements et des secousses épouvantables. Je vois des montagnes se fendre et éclater avec un fracas qui jette la terreur dans les environs.Trop heureux si on en était quitte pour le bruit et la peur! Mais non; je vois sortir de ces montagnes ainsi séparées et entr'ouvertes, des tourbillons de flammes, de fumée, de soufre et de bitume, qui réduisent en cendre des villes entières. Tout cela et mille autres désastres doivent précéder la venue de l'homme de péché....J.C. m'a fait voir un certain chemin étroit, obscur et ténébreux, environné de satellites et de gens armés pour en interdire l'approche.... Tout à coup parut un homme fort et robuste, qui se disposait à passer par ce chemin; il tenait de la main gauche un flambeau et de la droite un glaive à double tranchant. Il entra dans le chemin obscur, marchant à la lueur de son flambeau, et se battant à droite et à gauche avec son glaive, comme s'il eût eu une armée entière à combattre. Il y avait autour du chemin obscur un grand nombre de précipices dans lesquels mes satellites tâchaient de le faire tomber....Enfin, malgré leurs embûches et leurs efforts, cet homme fort et courageux arriva heureusement au terme de sa course, et se tourna alors vers ses ennemis pour insulter à son tour à leur faiblesse et à leur lâcheté...
Plus on approchera du règne de l'Antéchrist et de la fin du monde, me dit jésus-Christ en m'expliquant cette apparition, plus les ténèbres de Satan seront répandues sur la terre et plus ses satellites feront d'efforts pour faire tomber les fidèles dans ses pièges et ses filets. Pour échapper à ce genre de dangers, il faudra que le chrétien marche le glaive et le flambeau à la main et qu'il s'arme de courage comme cet homme robuste que tu viens d'admirer.... plus on approche de la fin du monde, plus je vois que le nombre des enfants de perdition augmente, et que celui des prédestinés diminue dans la même proportion. Cette diminution des uns et cette augmentation des autres se fera de trois différentes manières que Jésus-Christ m'a indiqué : 1°) par le grand nombre d'élus qu'il attirera à Lui pour les soustraire aux terribles fléaux qui frapperont son Eglise; 2°) par le grand nombre de martyrs, qui diminuera considérablement les enfants de Dieu, et cependant fortifiera la foi dans ceux que le glaive de la persécution n'aura pas moissonnés; 3°) par la multitude des apostats qui renonceront à Jésus-Christ pour suivre le parti de son ennemi, en combattant les mystères et les grandes vérités de la religion. "

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Dim 19 Sep 2010 - 15:11

Les impies se retirent de nouveau dans des
souterrains, et composent des ouvrages
pour séduire les peuples.


Progrès cachés de la séduction.




"Rappelons-nous d'abord ce que nous avons vu dans le premier volume de cet ouvrage. Après avoir prédit d'une manière assez circonstanciée les châtiments qu'il allait infliger à la France coupable, châtiments dont nos pères ont été les témoins ou les victimes, Notre Seigneur avait ensuite annoncé un certain temps de paix pour l'Eglise. Pendant cette période de paix relative, la foi devait s'étendre dans le monde avec une nouvelle expansion, malgré l'impiété qui devait harceler l'Eglise, sans cependant la persécuter tout à fait. Ce temps, ajoutait Notre Seigneur, devait être troublé par beaucoup de guerres et d'agitations dans les lois civiles. Les ordres religieux dispersés par la tourmente de 93, devaient renaître alors, mais en petit nombre; leur ferveur devait être grande. "La plupart, disait Notre Seigneur, dureront jusqu'au règne de l'Antéchrist. Celles que l'homme de péché trouvera sous sa puissance souffriront aussitôt le martyre, et toutes les communautés de l'un et de l'autre sexe seront toutes écrasées et détruites.

Le premier assaut qu'aura à soutenir l'Eglise, après celui que tu vois, disait Notre Seigneur, viendra de l'esprit de Satan qui suscitera contre l'Eglise des ligues et des assemblées, des sociétés secrètes. Ces impies se serviront même de la magie et des enchantements. Ils séduiront beaucoup de personnes curieuses et ayant peu de religion, et s'efforceront de montrer que leurs voies sont droites et raisonnables pour l'esprit humain....
Pendant ce temps, je ne vois pas que l'Eglise soit opprimée dans ses ministres, ou dans leur ministère sacré. Cet assaut ne durera pas longtemps.
L'Eglise renversera les projets des suppôts de Satan, en condamnant par la lumière du Saint-Esprit, ces doctrines funestes.

Ces satellites (impies, suppôts de Satan) se retireront alors et ne paraîtront plus en public; mais ils feront des assemblées nocturnes, et, comme des bêtes sauvages, ils se retireront dans le fond des forêts. Je vois en Dieu que leurs pernicieuses maximes les porteront à composer plusieurs brochures, qu'ils feront passer à ceux de leur mauvais parti avec lesquels ils auront des correspondances. Il y aura partout de ces personnes; il y en aura plusieurs dans les villes et dans les bourgades; il y en aura à la campagne et presque partout autour de l'endroit où ils seront casernés. Ces mauvaises gens, par intérêt, les serviront beaucoup dans leur malice, en leur fournissant dans ces retraites cachées, des vivres et toutes les choses nécessaires. Ils porteront à leurs complices tout ce qui sera propre à l'exécution de leurs projets, et ils rapporteront toutes les brochures que ceux-ci auront composées par l'esprit de Satan. Ces brochures seront remplies de toutes sortes de belles dévotions, de nouveautés et d'histoires fausses qu'ils annonceront comme véritables ! Ces histoires seront toujours des critiques contre la religion. Outre les brochures qu'ils feront circuler dans le commencement par les villes et par les campagnes, lorsqu'ils verront le monde épris et enthousiasmé de leurs belles dévotions, ils se mettront à rédiger quantité d'ouvrages qu'ils feront imprimer par leurs associés et distribuer aux personnes qu'ils sauront y prendre goût.
Oh ! qu'ils feront de mal par ces mauvais livres qu'ils vanteront par malice à tous ceux qui les liront ou qui les entendront lire ! Mal plus contagieux que la peste !

Tout ce mauvais commerce durera longtemps sans paraître au dehors; tout se passera en silence, et sera enveloppé sous un secret inviolable; comme un feu qui brûle en-dessous, sans bruit et peu à peu, et qui s'étend sans élever sa flamme, ce mal s'étendra dans un grand espace et dans plusieurs contrées, et il sera d'autant plus dangereux pour la sainte Eglise, que l'on ne s'apercevra pas sitôt de tous ces incendies."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Lun 20 Sep 2010 - 21:42

Les personnes séduites,
dans la crainte d'être découvertes par l'Eglise,
forment entre elles un
plan abominable d'hypocrisie.



"Pendant ce stratagème, qui comme je le répète, durera longtemps, ils feront tout leur possible pour se cacher de l'Eglise. Mais lorsque quelques prêtres s'apercevront, soit dans les villes, soit dans les campagnes, de quelque fumée de ce maudit feu, ils s'élèveront contre les personnes dans lesquelles ils remarqueront quelques singularités de dévotion, et qui se distingueront tant soit peu des bonnes coutumes de la sainte Eglise.
Voici alors la ruse qu'emploiera Satan, et l'instruction maudite que ces malheureux associés se donneront entre eux : Prenons bien garde, diront-ils, d'être aperçus ou découverts. Mais si on vient à s'apercevoir de quelque chose et à nous inquiéter, donnons-nous bien de garde, même au péril de notre vie, de dire de quoi il est question, et de découvrir notre secret à personne. Mais plutôt rendons-nous obéissants aux ministres, comme des petits enfants sans résistance et sans défense. Soyons soumis en apparence ; confessons-nous de ce qu'il nous plaira, et approchons des sacrements de la manière que notre confesseur le jugera à propos. S'il nous inquiète sur quelque chose qui regarde notre secret, il faut lui répondre que nous sommes tout à fait ignorants sur ce point et faire semblant de ne rien savoir là-dessus.
S'il nous convainc de quelque chose qu'on nous aura vu faire, ou de quelque parole qu'on nous aura entendu dire, et sur lesquelles on pourrait même trouver des témoins, il ne faut point nous débattre, mais agir en paix et avec douceur, avouer même la chose si nous en sommes convaincus avec évidence, dire que nous avons tort, que cela vient de notre ignorance et de notre peu d'instruction; que nous ne croyons pas faire mal; que nous nous soumettons à l'Eglise et à ses ministres comme à Dieu même, et que nous sommes prêts à faire toutes les pénitences qui nous seront imposées. par là nous éviterons leurs poursuites, et ils prendront bonne opinion de nous. Pour cela, il faudra montrer en apparence une grande contrition, et renchérir même sur les pénitences qu'on nous aura imposées.
Je vois en Dieu les satellites de Satan, qui, cachés, comme je l'ai déjà dit, dans des souterrains et des lieux inconnus, seront les clefs de toute cette mauvaise nation dont je viens de parler, établiront une fausse loi qu'ils appelleront inviolable : ils instruiront et gouverneront comme législateurs de Satan."



Les séducteurs sortent enfin de leurs retraites.
Grande affliction de l'Eglise.




" Quand ils verront qu'ils ont gagné un nombre de disciples presque aussi grand que la population d'un royaume, ils se diront alors : Il faut paraître et mettre au jour nos bonnes intentions. Alors ces loups ravissants sortiront de leurs cavernes, couverts de la peau des brebis. Ce seront de véritables loups enragés et affamés, prêts à dévorer les âmes. Oh ! que je plains la sainte Eglise ! Oh ! qu'elle aura à souffrir de la part de ses ennemis. Elle sera entreprise et attaquée de tous les côtés par les étrangers, les idolâtres, et même par ses propres enfants, qui comme des vipères, déchireront ses entrailles et se rangeront du côté de ses ennemis pour la combattre.
O sainte Mère, plus affligée à cause de la perte de ses enfants qu'à cause d'elle-même ! Oui, malgré l'impie, ses ruses et ses trahisons diaboliques, cette bonne Mère, soutenue par le Saint-Esprit, subsistera jusqu'au jour du jugement ....
Voici comment cette mauvaise nation des suppôts de Satan se montrera d'abord à la sainte Eglise.
On verra, on entendra parler des pratiques de dévotion et des austérités d'un grand nombre de personnes. On verra des habitants des villes faire de grandes largesses aux pauvres, et donner même des sommes considérables à l'Eglise. Ce n'est pas tout, ils vendront jusqu'aux biens de leur patrimoine, et cela pour faire connaître au public qu'ils se dépouillent presque de tout pour exercer la charité. Ils donneront la permission de faire bâtir des hôpitaux, des monastères, les uns dans une ville et les autres dans une autre. Ils établiront des congrégations et des communautés; ce qui fera grand tort à l'Eglise, par l'apparence de piété et de charité qu'ils affecteront. Plusieurs curés, tant des villes que de la campagne, seront leurs intercesseurs auprès des évêques, afin d'obtenir toutes les permissions nécessaires pour faire leurs établissements de piété. Plusieurs prêtres applaudiront à leur zèle; des évêques mêmes y seront trompés.
Dans le commencement ils tiendront cachée leur maudite loi, qui sera écrite, signée et approuvée de tous leurs complices. Ils ne publieront cette maudite loi que plusieurs années avant l'arrivée de l'Antéchrist, ainsi que les mauvais livres dans lesquels sera marquée la manière d'observer leurs lois *. Ils cacheront tous leurs écrits aux personnes de la sainte Eglise; il n'y aura que cette mauvaise nation qui les lira, et encore dans des lieux secrets et souterrains, que ces hypocrites se seront réservés pour cette lecture....."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mar 21 Sep 2010 - 21:24

Etonnée, l'Eglise s'assemble en concile,
et découvre enfin l'hypocrisie
de ces impies.




"Je vois en Dieu que les prêtres et tous les ministres du Seigneur seront étonnés d'un tel changement survenu sans qu'il y ait eu plus de missions et de sermons qu'à l'ordinaire. Il y aura cependant des ministres du Seigneur, qui, plus éclairés du saint-Esprit, seront saisis de crainte, dans l'incertitude sur la manière dont tout cela tournera, et à quoi aboutira un si grand feu, qui s'étendra avec tant de rapidité.
Je vois en Dieu que les bons ministres, toujours conduits par l'Esprit-Saint, les Archevêques et les Evêques, feront tenir un concile pour prendre conseil entre eux. Je vois en Dieu qu'il sera décidé par le Saint-Esprit de faire conserver les personnages les plus fameux de cette mauvaise nation; de faire mettre secrètement des gardes en sentinelle, pour examiner leur conduite, de jour et de nuit. On ne sera pas longtemps sans découvrir quantité de choses suspectes, qui prouveront leur haine contre l'Eglise; et on se convaincra que ce sont des imposteurs et des hypocrites. particulièrement par l'adresse et la vigilance des personnes chargées de les surveiller, on saisira quelques livres à des particuliers, qui les tenaient si bien cachés. Ainsi Dieu permettra qu'ils soient tout à fait découverts; et on ne doutera plus, comme dit Notre Seigneur dans son Saint Evangile, que l'ennemi ne soit venu, pendant la nuit, semer l'ivraie parmi le bon grain dans le champ de l'Eglise.
O Dieu ! dans quelle peine et dans quelle agitation sera notre Mère la Sainte Eglise lorsqu'elle apercevra tout à coup les progrès de ces impies, leur étendue, et tant d'âmes qu'ils auront entraînées dans leur parti, car cette hérésie s'étendre si loin qu'elle semblera envelopper tous les pays et tous les états. Je ne pense pas qu'aucune hérésie ait été si funeste. Les suppôts e Satan travailleront longtemps, et travaillent déjà peut-être, à la propager par leurs discours et leurs productions."




Grand nombre d'âmes séduites.
Causes de leur séduction.
Moyen de s'en préserver.




"Je vois en Dieu que, depuis le moment où ils auront commencés à s'annoncer à l'Eglise, jusqu'à l'époque où l'Eglise s'en apercevra, c'est une mauvais nation. Je vois en Dieu que depuis l'époque où ils sortirent de leurs cavernes, jusqu'à celle où l'Eglise reconnaîtra leur malice, il se passera bien du temps, peut-être un demi-siècle, plus ou moins, je ne puis pas le dire au juste. pendant tout ce temps-là leur métier diabolique et leur pernicieuse hypocrisie, qui les feront regarder comme de saints, attireront à leur suite grand nombre d'âmes; car dans les commencements cette hérésie aura un air magnifique et très imposant de bonté, et même de religion qui sera un piège séduisant pour un grand nombre.
Ses sectateurs, pour mieux réussir, affecteront d'abord un grand respect pour l'Evangile et la catholicité. Il paraîtra des livres sur la spiritualité qui seront écrits par eux avec une chaleur de dévotion, et porteront les âmes à un point de perfection qui semblera les élever jusqu'au troisième ciel. Aussi, on ne doutera point de la sainteté de leurs auteurs et partisans, qu'on mettra au-dessus des plus grands saints, qui, suivant eux, n'auront fait qu'ébaucher la vertu; de sorte que cet ouvrage d'iniquité ira toujours n croisant, et durera jusqu'à la fin du monde, toujours en persécutant notre sainte mère l'Eglise.
Je vois encore en Dieu que les personnes les plus sujettes à être trompées par les artifices du démon ou par les ruses des impies, seront celles qui, chancelantes dans la foi, n'auront dans le coeur qu'une foi morte, c'est-à-dire sans vigueur et sans activité, et qui d'ailleurs se laisseront aller aux sentiments de la nature corrompue, à un esprit de curiosité, à une démangeaison et comme à une certaine convoitise inquiète de savoir tout ce qui se passe dans ces belles nouveautés de religion. Comme je l'ai déjà dit, d'ici au jugement, on n'aura jamais vu tant de tromperies sous couleur de religion, tant de dévotion et de sainteté en apparence et en réputation; je vois ces hypocrites montés sur la superbe, et remplis d'orgueil et de l'ostentation de Lucifer, faire de beaux discours, et attirer à eux toutes les âmes vaines dont je viens de parler, et qui n'ont presque du chrétien que le nom. Je vois en Dieu que ces âmes curieuses et vaines courront à toutes ces nouveautés, et qu'elles se laisseront prendre plus facilement et d'une manière plus forte que les pêcheurs ne prennent les poissons dans leurs filets.
Je vois encore en Dieu que, pour éviter tant de malheurs, par le secours de la grâce, il faut s'attacher inviolablement à la foi, ne point se lasser de combattre ses ennemis, se soutenir ferme comme un rocher au milieu d'une mer en furie qui le frappe de tous côtés de ses vagues; se souvenir toujours de ses premières croyances, de sorte que la sainte et divine loi de Jésus-Christ soit toujours notre appui et la règle de notre conduite jusqu'au dernier soupir de notre vie.
Au nom de Dieu, chassons loin de notre esprit toute curiosité et toute convoitise de toutes les dévotions extraordinaires qui ont belle apparence au dehors, et qui brillent aux yeux du monde sous la couleur de la piété et de la sainteté. Pour l'amour de Dieu, rejetons toutes ces nouveautés et ces singularités extraordinaires, et avançons l'affaire de notre salut avec crainte et tremblement. Mettons notre foi, notre amour et notre espérance en Dieu et en notre Mère, la sainte Eglise, et cachons-nous comme es petits poussins sous les ailes de sa sainte protection. Elle ne nous abandonnera jamais, elle nous assistera toujours dans les occasions les plus tristes et les plus dangereuses, à moins que nous ne l'abandonnions nous-mêmes les premiers, comme des enfants ingrats et rebelles, pour courir nous joindre à ses ennemis et la combattre avec eux."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Jeu 23 Sep 2010 - 14:23

L'Eglise a recours à toutes ses armes spirituelles,
jeûnes, prières publiques, jubilé général,
conversions nombreuses.




"Voici ce qui arrivera aussitôt que l'Eglise se sera aperçue que cette nation perverse trompe les fidèles sous l'apparence et les couleurs de la dévotion, il s'élèvera dans son sein une certaine agitation et une émotion, qui cependant n'éclateront pas au dehors. Mais je vois en Dieu que l'Eglise, pour faire connaître positivement le sujet de son affliction, aura recours tout entières à ses armes spirituelles. Il sera ordonné des jeûnes, des processions et des prières publiques; des missions seront faites dans presque toutes les villes et les campagnes; les quarante heures seront établies dans plusieurs endroits; les prédicateurs seront fatigués à force d'annoncer la parole de Dieu; et alors il semblera que la grâce divine les soutiendra et les rendra comme infatigables. Je vois en Dieu que dans leurs sermons ils toucheront souvent ce malheureux point d'hypocrisie, sans cependant nommer personne : ils citeront néanmoins quelques faits particuliers, en évitant de donner à personne aucune occasion de scandale.
Le Saint père le Pape, qui est le chef de la sainte Eglise, ordonnera un jubilé dans tous les royaumes chrétiens. Tant de prières et tant de bonnes oeuvres ne seront point vaines. Je vois en Dieu que cela retirera de l'illusion une quantité d'âmes, qui, croyant suivre le plus parfait, s'étaient jetées dans le mauvais parti. Elles y renonceront par suite des sermons qu'elles auront entendus, et du zèle des bons confesseurs qui les examineront à fond au tribunal de pénitence. C'est par ces pratiques si salutaires que les confesseurs arrêteront beaucoup d'âmes chancelantes et prêtes à se donner au mauvais parti, et qui s'attacheront plus que jamais à la foi et à la sainte religion."




Rage des hypocrites,
en se voyant tout à fait découverts.
Leurs erreurs et leur dessein de détruire l'Eglise.



"La mauvaise nation, sans rien faire éclater au-dehors, crèvera de dépit en elle-même. Elle s'apercevra de cet heureux changement sans pouvoir rien dire. Mais quand ces hypocrites réunis tous ensemble sauront positivement qu'ils sont découverts, ils enrageront dans leurs souterrains. Il me semble les voir comme une bande de lions, dans la colère et dans le désespoir, frapper la terre du pied, grincer des dents, s'arracher les cheveux , et se frapper les uns les autres en se disant : "C'est une indiscrétion ! c'est une trahison !"
Dans un sens, ils auront raison, parce que je vois en Dieu que les âmes qui se convertiront et abandonneront leur parti, les dénonceront à l'Eglise, et lui déclareront leurs erreurs et leur mauvaise foi; de telle sorte que la sainte Eglise ne pourra plus conserver aucun doute sur leurs mauvaises maximes.
Tous les ministres de Jésus-Christ à mesure qu'ils feront de nouvelles découvertes, s'armeront de nouvelles armes spirituelles pour combattre tous les vices.
Dieu m'a fait connaître plusieurs erreurs que les suppôts de Satan mettront dans leur loi, en particulier celle qui regarde la sainte Incarnation du Verbe éternel, qui a pris chair dans le sein de la bienheureuse Vierge Marie, qui s'est fait homme en s'unissant à notre nature humaine, et qui par là est vrai Dieu et vrai homme, Dieu et homme tout ensemble. Ce sera cet adorable mystère de notre sainte religion qui sera attaqué plus violemment et qu'ils prétendront abolir entièrement. Oh ! heureuses les âmes à qui Dieu fera la grâce de souffrir les persécutions et le martyr pour la vérité de cet adorable mystère ! Je vois en Dieu qu'il y aura beaucoup de sang répandu dans la sainte Eglise pour la défense de ces grandes vérités. Je dis pour ces grandes vérités, car, que de saints mystères sont renfermés dans l'adorable mystère de l'Incarnation ! Hélas ! hélas ! hélas ! Il faudrait, si Dieu en faisait la grâce, pleurer des larmes de sang, ou plutôt mourir de douleur, lorsqu'on pense que l'impie veut abolir ce beau mystère de l'Incarnation du verbe.
Je vois en Dieu que ces monstres prétendront abolir et détruire entièrement notre sainte Mère l'Eglise. Et en effet, si Dieu ainsi qu'il nous l'a promis, ne la soutenait et ne la gouvernait par son Saint-Esprit, notre bonne Mère, l'Epouse de Jésus-Christ ne serait-elle pas abolie ! et pourrait-elle subsister contre la fureur de l'enfer et des hommes ? "Ce prétendu Messie, se diront-ils dans leur rage contre le divin Auteur de l'Eglise qu'ils voudraient détruire entièrement, ce prétendu Messie s'est fait le chef de la religion des chrétiens, il faut que nous anéantissions tout ce qu'il a établi et ordonné dans sa loi pour leur conduite".
Je vois en Dieu que tous ces satellites du démon ne voudront plus souffrir dans la sainte Eglise ni prêtre, ni sacrifice, ni autel, ni confession, ni communion, ni aucun sacrement. Ils voudront qu'il ne paraisse aucun signe de notre sainte religion, et ils ne pourront pas même souffrir un signe de croix de la part des bons chrétiens. Ces impies auront des autels et des temples où leurs prêtres tâcheront d'imiter les mystères, les cérémonies et le sacrifice de la religion, auxquels ils mêleront quantité de circonstances extravagantes et superstitieuses en invoquant, ou plutôt en profanant le saint Nom de Dieu... Ils contreferont les sacrements. D'abord ils baptiseront au nom des trois Personnes divines, mais bientôt ils changeront l'ordre des Personnes, et ensuite ils en supprimeront, pour leur substituer quelques uns de leurs saints. Leur hypocrisie leur fera inventer des austérités surprenantes, et de beaucoup supérieures au carême et aux abstinences de l'Eglise et à toutes les mortifications des Saints. Mais tout cela n'aura lieu qu'en apparence, et pour en imposer aux yeux des hommes. Leur religion n'étant fondée que sur les plaisirs des sens, ils mépriseront intérieurement la vie crucifiée, la mortification, la souffrance; et tout ce qu'ils en feront paraître au dehors se réduira à des tours de force, par lesquels d'habiles charlatans rivaliseront pour séduire les simples, et faire des dupes de leur fourberie; ce qui se manifestera bientôt par le mépris qu'ils feront publiquement de la foi et de la morale de l'Evangile."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Francesco le Jeu 23 Sep 2010 - 23:26

Je commençais à regarder dans cette lumière divine le siècle qui doit commencer en 1800. Je vis par cette lumière que le jugement n'y était pas, et que ce ne serait pas le dernier siècle.
Je considérais à la faveur de cette dernière lumière, le siècle 1900, jusque vers la fin, pour voir positivement si ce serait le dernier. Notre Seigneur me fit connaître et en même temps me mis en doute si le jugement arriverait à la fin du siècle de 1900, ou dans celui de 2000. Mais ce que j'ai vu, c'est que si le jugement arrive dans le siècle de 1900, il ne viendra que vers la fin; et que s'il passe ce siècle, celui de 2000 ne s'écoulera pas sans qu'il arrive. Voilà ce que j'ai vu dans la lumière de Dieu
J'invite les membres a lire ces belles révélations qui nous éclairent non seulement sur le futur mais sur la vie spirituelle....

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Ven 24 Sep 2010 - 15:28

Complot des impies dans leur désespoir.
Ils vont consulter leurs chefs
dans la plus fameuse ville.
Trouble et frayeur qui les bouleverse.




"Je vois encore en Dieu que, dans leur rage et leur désespoir, les impies assemblés dans leurs souterrains, comme je l'ai dit plus haut, formeront le pernicieux complot que voici. Ils se diront entre eux : Nous ne pouvons plus rien faire de bien selon notre loi ; les ministres nous ont découverts et même nous ne pouvons plus user de leur ministère; ils nous refusent l'absolution. Nous voyons bien qu'ils ne veulent plus que nous allions communier avec les autres, et qu'ils ont perdu la bonne opinion qu'ils avaient de nous. Ainsi nous voilà bientôt perdus d'honneur et de réputation par tout le monde, et avec nous toutes nos familles. Nous nous apercevons même que le commun du peuple, au lieu de nous honorer, comme il le faisait auparavant, nous fuit avec un certain air de mépris.
Voici donc la résolution qu'ils prendront : "Il faut, diront-ils, prendre conseil et avis de nos chefs, qui sont les auteurs de notre loi et de nos législateurs. L'affaire est assez importante".
En conséquence, ils iront trouver leurs maîtres et leurs chefs, qui seront cachés dans la plus fameuse ville. Là, ils trouveront un grand nombre de leurs associés, qui se seront rendus auprès de leurs chefs pour le même sujet. Chacun d'eux racontera les nouvelles de son pays, et fera part de son inquiétude et de son affliction au sujet des entraves que la sainte Eglise aura mise à leurs projets. Je vois en Dieu que les différents rapports qu'ils feront aux chefs les troubleront et les effrayeront; la crainte s'emparera de leurs coeurs et se joignant au trouble de leur conscience, elle les bouleversera et remplira leur imagination de fantômes. Dieu permettra qu'ils aient une crainte terrible de notre Mère la sainte Eglise. Ils la redouteront, et se diront: " Qu'allons-nous faire ? Nous voilà découverts ! On ne permettra plus que nous habitions parmi les fidèles, et de plus, on voudra nous châtier."





La grâce inspire à plusieurs le courage
de se séparer de leurs complices.
Sincérité de leur conversion
et de leur pénitence.



"La grâce, qui par la miséricorde de Dieu, veille toujours même sur les plus grands pécheurs, cherchera alors sil elle ne pourrait pas trouver entrée dans leur conscience troublée et alarmée. Ce que je vois en Dieu, c'est qu'il y en aura plusieurs, dans cette troupe de satellites, qui parleront par un effet de la sainte grâce, opérant en eux sans qu'ils la connaissent. Voici le langage qu'ils tiendront dans cette malheureuse assemblée, où tous parleront sans rien résoudre. Les sujets aussi bien que les chefs seront divisés dans leurs sentiments diaboliques. Il se formera divers partis, selon les différents sentiments. On fera de petites cabales, en présence même des chefs, qui parfois ne voudront ni écouter, ni répondre aux demandes. C'st ce moment que la grâce saisira pour triompher, en mettant dans la bouche de plusieurs ce langage : "Nous allons être l'opprobre de l'Eglise, si nous ne nous rendons pas d'un coeur sincère. Nos chefs même manquent de courage, et ne savent plus quels moyens prendre."
Dans cette fatale assemblée, ceux qui auront le bonheur d'avoir ces sentiments, par l'effet de la grâce, se chercheront et feront bande à part. Ils s'encourageront entre eux en disant : "Ne perdons point de temps, Partons tout à l'heure, et n'écoutons pas ceux-ci; n'ayons pas d'inquiétude de ce qu'ils deviendront, ni des moyens qu'ils prendront."
Je vois en Dieu que sa grâce produit des effets admirables quand elle trouve moyen d'entrer dans le coeur d'un pécheur. Je vois quand dans cette troupe, dans laquelle la grâce commence à triompher, plusieurs des chefs, Plusieurs sorciers et plusieurs magiciens sortiront au même instant de cette laborieuse assemblée. Cette divine grâce leur inspirera déjà un si grand courage qu'elle leur fera dire en sortant un éternel adieu aux impies; et comme s'ils n'avaient plus rien à craindre, ils leur diront hautement : "Faites comme il vous plaira. Pour nous, nous ne sommes plus des vôtres; et nous allons de ce pas à l'Eglise, d'un coeur sincère et pénitent." Alors, ils s'enfuiront avec une grande vitesse de peur d'être arrêtés par les satellites de Satan.
Je vois en Dieu que cette heureuse troupe si fort unie par la grâce, et en si peu e temps, ira droit où cette grâce la conduira. Je vois même qu'elle n'aura pas de peine à se faire connaître de la sainte Eglise, comme véritablement pénitente, parce que le Saint-Esprit éclairera les ministres du Seigneur.
Lorsque les pécheurs convertis se seront ainsi séparés de cette bande diabolique, et se seront retirés de leurs lieux souterrains, ces pauvres pénitents éviteront avec soin la rencontre de leurs complices, dans la frayeur d'être pris de nouveau par eux.
Je vois en Dieu que ces vrais pénitents seront fidèles à la grâce; aussi Dieu continuera de les protéger. Le Saint-Esprit éclairera les ministres de l'Eglise par une grâce miraculeuse et les préviendra en leur disant: Ne craignez point de recevoir à pénitence ces pauvres pécheurs qui vont venir s'adresser à vous. Ils ne sont plus, comme autrefois, des loups ravissants, couverts de la peau des brebis; ils ne vous porteront plus de bourses d'argent pour couvrir leur hypocrisie; mais ils mettront à vos pieds leurs coeurs contrits, humiliés et brisés de douleur d'avoir offensé Dieu.
Seigneur, que votre grâce est puissante ! Ces pauvres pécheurs, par leur méchanceté et par leurs crimes accumulés auront déjà presque un pied dans l'enfer; ils se trouveront au milieu d'une assemblée toute criminelle comme eux, et où ils n'entendront que des discours et des projets diaboliques, des blasphèmes contre l'Eglise et contre Dieu, et où tous enrageront de désespoir... c'est justement au milieu de cette assemblée infernale que la grâce divine viendra chercher ces malheureux et par les mérites de Jésus-Christ elle réussira à gagner ces coeurs endurcis.
Je vois en Dieu que le premier mouvement de cette grâce portera ces heureux vaincus à renoncer de tout leur coeur à leur mauvaise loi, en leur montrant qu'ils se sont trompés avec leurs complices. Je vois en second lieu les vertus e foi, d'espérance et de charité s'emparer de leur coeur. Je vois en Dieu l'opération que la foi, cette vertu si au-dessus des sens, si spirituelle, si sainte et si divine et qui produit de si beaux fruits, fera dans l'intérieur de ces pauvres pécheurs, aussitôt qu'ils lui auront ouvert la porte de leur coeur. Au milieu des ténèbres de l'enfer et des démons dont ils sont environnés, cette foi vive, comme une grâce mystérieuse se fait jour et porte la clarté dans tout l'intérieur de l'âme et dans ses parties supérieures, et en chasse les démons avec les ténèbres; elle donne la paix, éclaire l'esprit et élève l'entendement à la connaissance de Dieu. Par cette connaissance elle touche le coeur, et y établit son siège avec l'espérance et la charité; car pour l'ordinaire ces trois vertus sont inséparables, ou, si elles son séparées, elles deviennent si chancelantes et si obscures qu'elles perdent, pour ainsi dire, le nom de vertus."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Sam 25 Sep 2010 - 19:13

Zèle des nouveaux convertis.
Beaucoup de conversions opérées par leur
exemple et leurs paroles.



"Je vois en Dieu que chacun de ces pénitents ira d'abord se présenter aux curés des villes ou des campagnes; ils ne craindront pas de faire connaître, même publiquement, ce qu'ils étaient auparavant. Ils seront reçus, comme je l'ai dit, très miséricordieusement des ministres du Seigneur. Ces bons pénitents, voyant que Dieu leur fait grâce, seront si remplis de reconnaissance et d'amour, pour la bonté divine, que pour y répondre, chacun d'eux retournera dans sa famille, pour y exhorter sa femme, ses enfants, et ses domestiques. Ils ne s'en tiendront pas là; ils iront, comme des prédicateurs qui prêchent à voix basse, instruire leurs parents, leurs amis et toutes les personnes qu'ils sauront avoir donné dans l'hypocrisie. La grâce se rendra si féconde dans cette occasion, qu'on verra de tous côtés des conversations admirables, et les pécheurs remplir les églises pour venir au tribunal de la pénitence. Je vois en Dieu que ce sera comme une seconde moisson de la grâce du Saint-Esprit. Il se convertira encore cette fois, grâce aux austérités et aux prières de l'Eglise, presque autant de pécheurs qu'il s'en sera converti la première fois par les missions, les jeûnes et les jubilés dont j'ai parlé ci-dessus.
Outre la foule innombrable de pécheurs que la sainte Eglise convertira alors par le moyen des missions, des sermons et de la confession, quelle puissante grâce n'obtiendra-t-elle pas à la troupe que nous avons vu s'éloigner si généreusement de leurs complices !
Je vois en Dieu que ces vrais pénitents deviendront des saints et qu'ils auront le bonheur que leurs enfants, et les enfants de leurs enfants le deviennent aussi; et Dieu leur la fera grâce de souffrir le martyre, aux approches de l'arrivée de l'Antéchrist, ce prétendu Messie."





Des impies désespérés appellent Satan
à leur secours. Protection de Dieu
sur les nouveaux convertis.



"Mais, reprenons:
Lorsque les saints pénitents auront quitté l'assemblée des suppôts de Satan, ces ministres d'iniquité seront interdits, désespérés et hors d'eux-mêmes. Je vois en Dieu qu'ils seront incapables d'entreprendre et d'exécuter par eux-mêmes leurs projets diaboliques. C'est pourquoi ne sachant quel moyen prendre, ils diront : "Ayons recours à Satan; aussi bien c'est lui qui est le maître de nos entreprises, et qui nous fait réussir partout."
Ils emploieront la magie pour faire venir les diables avec eux.
Je vois en Dieu que les démons s'entredévoreront, et éprouveront un trouble infernal au sujet des nouveaux convertis. Ils sentiront tellement la protection de Dieu étendue sur eux, qu'ils n'auront pas la puissance de les tenter comme ils le voudraient. Ils seront même empêchés de se présenter dans l'assemblée de leurs satellites tandis que les nouveaux convertis y seront. Dieu ne voudra pas que les démons viennent lancer leurs traits envenimés contre des coeurs dans lesquels la grâce ne fera que de naître."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Lun 27 Sep 2010 - 15:44

Apparition des démons.
Leurs reproches amers.
Satan promet pour chef, l'Antéchrist.




"Ainsi les démons, pleins de colère et de fureur contre leurs sujets, viendront fondre dans leurs cavernes comme un coup de foudre. Les impies n'ayant pas coutume d'êtres abordés de la sorte par les démons, seront frappés de terreur. Les démons leur feront sentir tout le poids de leur colère, et leur diront: "Lâches et indolents, est-ce ainsi que vous êtes occupés à soutenir les affaires de votre patrie?"
Les grands magiciens répondront: "Que ne veniez-vous vous-même?" Les démons leur répliqueront: "Si nous avions pu venir, nous n'aurions pas tant perdu de nos sujets; tout est compromis parmi les nôtres; et il ne se passe pas de jour, ni même d'heure qu'il ne nous échappe quelqu'un par la réputation et par la sollicitation de ces apostolats". Satan ajoutera: "Ne perdons pas de temps. Je puis par mon courage, par ma force et par ma valeur, vous tirer de l'abîme où vous voilà tous tombés. relevez votre courage, pusillanimes que vous êtes. Vous me faites honte d'avoir de pareils soldats à ma suite !..."
Je vois en Dieu que les démons lanceront sur leurs suppôts des traits enflammés d'orgueil, de superbe et de présomption, et qu'ils les animeront d'un courage diabolique; de sorte que leurs esprits et leurs coeurs ainsi enflammés prendront les sentiments et la malice des diables.
Alors Satan dira à cette assemblée:"Ne perdons point de temps; c'est de ce coup que je veux vous faire triompher. Je veux ruiner de fond en comble toutes les nations qui nous seront contraires. Je veux vous rendre maîtres de toute la terre. Vous serez adorés comme des dieux; vous serez riches en or et en argent; vous en aurez à votre volonté, et en aussi grande quantité que le sable de la mer; c'est moi qui me charge de vous le fournir. Je vous donnerai un chef (1) qui sera puissant en oeuvres et en paroles, et qui possèdera éminemment toutes les sciences. Ce sera moi-même qui serais son maître. Je l'instruirai et le prendrai sous ma conduite dès son enfance. Il n'aura pas dix ans, qu'il sera plus puissant et plus savant que vous tous, et que par son grand esprit et ses actions éclatantes il montrera plus de valeur que vous n'en aurez tous ensemble. Dès ce même âge de dix ans, je le promènerai par les airs, je lui ferai voir tous les royaumes et tous les empires de la terre; je le ferai maître de tout le monde, et je lui donnerai tout cela en sa possession. Il sera savant parfait dans l'art de la guerre; j'en ferai un brave guerrier et un grand conquérant, qui partout remportera des victoires. Enfin, j'en ferai un Dieu qui sera adoré comme le Messie attendu.
Il n'agira dans toute sa pleine puissance, et ne fera éclater ses victoires et ses triomphes qu'à l'âge de trente ans; mais avant ce temps-là, il fera valoir ses talents dans le secret. Je vous le ferai connaître à vous autres qui êtes mes sujets. Dès son enfance vous viendrez le reconnaître pour votre roi, et l'adorer comme votre Dieu et votre Messie."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mar 28 Sep 2010 - 21:02

Satan, pour prix de ses promesses,
exige que tous se sacrifient à son service et
jurent une haine éternelle à J.C.




"Le diable dira à l'assemblée:"Infidèles à votre patrie et à votre loi, voyez ce que vous êtes; voyez ce que j'ai déjà fait pour vous, et combien de conquêtes je vous fais faire tous les jours! Et malgré cela, vous êtes des infidèles et des ingrats ! Je veux et je prétends, comme maître, que vous me donniez votre signature, comme preuve que désormais vous vous sacrifiez pour moi, dans le temps et pour l'éternité avec une fidélité sans réserve à me servir, à servir votre patrie, et à me gagner des sujets."
Ils feront un contrat, dans lequel le démon s'obligera à tenir les promesses qu'il leur fera, et même à les dépasser. "Ne craignez point, leur dira-t-il, vous ne manquerez de rien à mon service; tout ce que vous voudrez vous sera accordé. S'il vous faut des troupes pour faire la guerre, je vous en fournirai promptement. Elles se rendront de toutes parts pour vous faire triompher et remporter des victoires, pourvu que vous teniez vos promesses avec une fidélité inviolable, et que vous ne vous rendiez jamais coupables d'une ingratitude semblable à celle que vous venez commettre envers moi. Je ne puis vous le pardonner qu'autant que je vous verrai fidèles à l'avenir."
Le démon ajoutera:"Que chacun vienne mettre sa signature au contrat, et prêter le serment de m'être fidèle jusqu'à la mort."
Je vois en Dieu ces pauvres malheureux transportés de joie et enchantés des promesses des démons, ravis et enthousiasmés par des visions et des illusions que formeront les esprits de mensonge dans leur imagination, et dont l'image flatteuse les dédommagera amplement des craintes, des frayeurs et des troubles qu'ils auront éprouvés auparavant. Ils iront, de leur propre volonté et de grand coeur, signer le contrat, et faire le serment de fidélité au démon pour toute leur vie. Ils diront même à cet enchanteur :" Si nous avions mille vies, nous vous les sacrifierions." Le démon leur répondra :"Vous n'avez point mille vies, comme vous le souhaitez; je les mériterais bien; mais à la place, je veux et j'exige encore de vous ceci, que vous m'aimiez, et que vous haïssiez absolument le Christ, que vous nommez le Fils du Très-Haut; je veux que vous renonciez à toutes les maximes qu'il a établies dans son Eglise; que ceux d'entre vous qui auront été baptisés renoncent absolument à leur baptême, et à tous les engagements qu'ils ont contractés par serment; que tous ceux qui n'ont point été baptisés renferment dans le serment de fidélité qu'ils vont me prêter, l'engagement de ne jamais recevoir le baptême. Je veux et je prétends que vous haïssiez autant que moi ce prétendu Dieu qui nous fait la guerre, et qui nous fait tant souffrir même par les siens. Il faut, comme moi, l'avoir en haine et en horreur, ainsi que tout ce qui vient de lui; de sorte que vous ne prétendiez plus rien attendre de sa part, et que vous reconnaissiez que c'est moi qui suis votre roi et votre Dieu; et je prétends que vous me rendiez à l'avenir et même dès à présent, le culte d'adoration et d'amour qu'il exige pour lui. Je le mérite mieux et à plus juste titre que lui.
Voyez, mes sujets, quelle différence il y a entre mes sujets et les siens ! Il leur impose une loi dure aux sens et à la nature; il les met dans une gêne continuelle; et, pour récompense, il les accable de maladies de corps et d'esprit, et leur fait endurer toutes sortes de souffrances. Et moi, vous voyez comment je vous traite. Vous ne pouvez pas dire que je suis un maître dur et rigoureux pour la nature. Je vous console et je vous soutiens dans vos faiblesses. Je ne vous laisse point dans la pauvreté, ni dans l'humiliation de la disette, comme il laisse les siens; au contraire je vous donne et je vous donnerai tout en abondance."
Dans ce moment le démon, par ses discours et par les traits enflammés qu'il lancera dans les coeurs de ses suppôts, fera si bien qu'ils concevront une haine implacable contre Dieu, et que, dans leur fureur et leur rage, ils seront prêts à détruire et à anéantir Dieu et les siens, s'ils le pouvaient. Enfin, leurs coeurs et leurs esprits deviendront semblables à ceux des démons. Ils sentiront pour ces esprits de ténèbres un zèle ardent, une affection d'amour et un grand désir d'être fidèles à leur service; de sorte que ceux de l'assemblée qui ne seront pas encore de la société des grands magiciens, s'empresseront d'y entrer à l'instant avec la plus grande satisfaction, et au grand contentement des démons.
Lorsque le contrat aura été écrit et signé et que les serments auront été prononcés, l'assemblée deviendra alors comme le chef des grands magiciens, et le démon leur dira avec un air de joie et de satisfaction :" C'est à présent que vous êtes mes vrais amis, et que la peine que vous m'avez faite par le passé vous est pardonnée. Je vous établis maîtres de toutes les créations et de toute mon autorité. Je vous donne plein pouvoir d'enrôler sur ce contrat tous ceux qui voudront faire les mêmes promesses. Je me tiendrai alors obligé d'accorder les mêmes grâces et les mêmes faveurs que je vous ai promises, pourvu que dans leur engagement ils fassent le serment prescrit et donnent leur signature."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Francesco le Mar 28 Sep 2010 - 23:22

Révélation sur l'antéchrist:
Je vous donnerai un chef (1) qui sera puissant en oeuvres et en paroles, et qui possèdera éminemment toutes les sciences. Ce sera moi-même qui serais son maître. Je l'instruirai et le prendrai sous ma conduite dès son enfance. Il n'aura pas dix ans, qu'il sera plus puissant et plus savant que vous tous, et que par son grand esprit et ses actions éclatantes il montrera plus de valeur que vous n'en aurez tous ensemble. Dès ce même âge de dix ans, je le promènerai par les airs, je lui ferai voir tous les royaumes et tous les empires de la terre; je le ferai maître de tout le monde, et je lui donnerai tout cela en sa possession. Il sera savant parfait dans l'art de la guerre; j'en ferai un brave guerrier et un grand conquérant, qui partout remportera des victoires. Enfin, j'en ferai un Dieu qui sera adoré comme le Messie attendu.
Il n'agira dans toute sa pleine puissance, et ne fera éclater ses victoires et ses triomphes qu'à l'âge de trente ans; mais avant ce temps-là, il fera valoir ses talents dans le secret. Je vous le ferai connaître à vous autres qui êtes mes sujets. Dès son enfance vous viendrez le reconnaître pour votre roi, et l'adorer comme votre Dieu et votre Messie."

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Jeu 30 Sep 2010 - 14:23

Loi antichrétienne ajoutée au contrat et aux
serments. Fausses religieuses.
Prestiges diaboliques.





"C'est à présent, mes amis, poursuivra Satan, qu'il faut agir de concert. Montrez-moi votre loi, qu'il faut joindre au contrat que nous venons de faire, afin qu'elle soit première observée et mise en pratique".
Je vois en Dieu que cette loi sera apportée par les chefs de l'assemblée. Les démons mettront eux-mêmes ce contrat à la tête de la loi maudite, et ils ajouteront à cette loi tout ce qui leur plaira selon leur esprit diabolique.
Je vois en Dieu qu'il y a dans cette maudite loi, entre autres choses détestables, l'annonce du faux messie tant désiré. Il y sera dit que cet homme de perdition est celui-là seul en qui il faut croire, et qu'il faut l'adorer.
Ce qui me fait bien de la peine, c'est que je vois en Dieu que cette maudite loi contiendra bien des blasphèmes et imprécations contre notre adorable Sauveur. Si je ne craignais pas d'offenser Dieu qui m'ordonne de faire écrire tout cela, je ne penserais jamais à dicter de telles abominations. Voici ce qu'ils diront par rapport au Verbe incarné. Ils prétendront que c'est un faux Messie, et un enchanteur qui a été possédé du démon; que c'est un assassin qu'on a condamné à mort à cause de ses forfaits et e sa fausse loi; que plusieurs n'ont pas voulu le reconnaître pour le Messie; que c'est pour cela qu'ils l'ont jugé, condamné à mort et fait mourir entre eux brigands, par la main des bourreaux; que c'est ce criminel-là qu'on a eu l'audace d'appeler le Messie attendu; que de là, plusieurs, sous le titre de chrétiens, ont fait profession d'observer cette dure loi, qui semble établie pour détruire l'homme plutôt que de le faire vivre; qu'un nombre considérable de ces chrétiens ont été assez aveugles et insensés pour croire au crucifié et à tout ce qu'il a prescrit dans sa mauvaise loi; que de générations en générations ils se sont soutenus dans cette vaine et fausse croyance, et qu'il s'en est trouvé de si obstinés dans leur opinion qu'ils ont consenti à souffrir la mort pour la défense de leur fausse croyance et de leur faux Messie (1)
Pour mieux contrefaire les saintes institutions de l'Eglise, ces impies établiront de prétendues religieuses, qui se voueront de paroles à la continence, et se nommeront par excellence les Epouses des cantiques, ou les Epouses du Saint Esprit. Elles seront d'un grand secours pour l'oeuvre du démon. Il les rendra d'une beauté ravissante, et exercera par elles des prestiges qui fascineront tous les yeux, et feront regarder ces vestales comme des divinités. Les révélations, les prédictions de l'avenir, les extases, les ravissements en corps et en âme leur arriveront fréquemment et sous les yeux de tous. O n'entendra parler que de leurs prodiges et des miracles des ministres de l'erreur; car de leur côté ils ne feront pas moins d'efforts pour faire illusion au peuple par des choses surprenantes où le démon entrera pour beaucoup, jusque-là qu'après leur mort il enlèvera en l'air quelques-uns de ses suppôts dans des globes de feu, afin de les faire adorer comme des dieux immortels. Aussi l'on peindra leurs images dans les temples, et l'on dira hautement qu'une Eglise qui produit de pareils miracles est plus sainte que l'Eglise catholique.
Mais, qu'on ne s'y trope pas, ce sont des miracles comme ceux de Simon le Magicien, des magiciens d'Egypte et autres imposteurs dont le démon s'est servi^plus d'une fois pour combattre la vraie religion. Incapables de subir aucune épreuve, ces oeuvres de Satan ne passeront qu'à la faveur du sortilège et des enchantements de ce père du mensonge. Qu'on en juge, du reste, par la conduite secrète de ces faiseurs et faiseuses de miracles, et qu'on apprécie le fruit par l'arbre, et l'arbre par le fruit. Ces prétendus saints illuminés et ravis en Dieu, ces thaumaturges si révérés pour leurs prodiges, s'assembleront de nuit avec les prétendues épouses des cantiques et de l'Esprit-Saint, ces vierges vénérables et saintes, vouées à la continence et à la chasteté; ils s'assembleront de nuit et dans des lieux secrets et favorables à leurs desseins pervers.... que d'horreurs j'aperçois !
C'est là qu'ils s'occuperont ensemble à inventer tous les moyens possibles de tromper par le secours de la magie et de l'invocation des démons. C'est là encore qu'abusant indignement des saintes Ecritures, et donnant surtout un sens grossier et tout charnel au Cantique des Cantiques, ils s'abandonneront, sous prétexte de s'y conformer, à tout le mal imaginable, et commettront d'abominables impuretés. C'est ainsi qu'ils seront fidèles à leur voeu de continence et de mortification !
Cependant l'infamie de leur conduite sera longtemps cachée aux yeux du public, et l'obligation de satisfaire les plaisirs des sens, qui fera comme le premier précepte de leurs symbole, et sera si bien couverte du voile du mystère et de l'hypocrisie, qu'il n'empêchera pas leur orgueil et leur aveuglement d'ambitionner les premières places du ciel, en se préférant à ceux qui les occupent et tout en méritant les premières places de l'enfer."

(1) Est-ce vers cette époque que doivent apparaître les hérésies don la Soeur nous a déjà entretenus ? Rappelons en peu de mots, ce qu'elle nous a dit : Aux approches du règne de l'Antéchrist, c'est-à-dire vers les derniers temps de l'Eglise, des gens faux et artificieux attaqueront les vérités de la foi les plus incontestables, même les attributs de la Divinité. Ils prétendront que Dieu n'a jamais laissé aux réprouvés leur libre arbitre que parce qu'il prévoyait l'abus qu'ils devaient en faire, que par conséquent ceux qui se perdent, le font sans qu'il y ait de leur faute; qu'en même temps Dieu a ôté le libre arbitre aux élus, qu'il a comblé de privilèges sans aucune correspondance ni mérite de leur part. Ils feront ainsi de Dieu un tyran odieux, également glorifié par le malheur injuste des uns et par le bonheur immérité des autres.
La Soeur nous a encore prédit ceci : Un jour, une hérésie s'efforcera de nier la réalité de la présence de Notre Seigneur au Saint Sacrement. Les uns nieront la Divinité, les autres l'humanité de Jésus-Christ dans l'adorable Eucharistie. Enfin les autres tâcheront de diviser l'une de l'autre en séparant les attributs qui dans la personne du Messie deviennent inséparables, toute attribution ou dénomination étant, en un sens, commune aux deux natures. Il y aura un grand nombre de fidèles qui souffriront le martyre pour la défense de la Présence réelle, car, vers la fin des siècles, cette vérité sera rudement attaquée et victorieusement défendue.
Nous ne savons s'il faut aussi rapporter aux temps qui nous occupent actuellement, une courte prédiction qui se trouve dans les oeuvres de la Soeur. La voici : Aux approches du dernier avènement de Jésus-Christ il se trouvera un mauvais prêtre qui causera bien de l'affliction à l'Eglise.

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Ven 1 Oct 2010 - 14:55

Terrible soulèvement des précurseurs de
L’Antéchrist contre l’Eglise.
Publication de leur maudite loi.
Annonce de l’Antéchrist.
Martyr sans nombre.
Rome détruite.
Martyre du Pape.



« Ces scélérats accableront les bons chrétiens d’injures et de huées, en prononçant des serments et des imprécations qui feront trembler le ciel et la terre. Le ridicule qu’ils jetteront sur les chrétiens ne laissera pas d’en faire tomber et apostasier un grand nombre, car cette espèce de persécution est d’autant plus terrible qu’elle a pour alliés le respect humain, l’amour-propre, une fausse honte et surtout les passions qui nous portent toujours du côté qui les favorise davantage.
Ils en arriveront bientôt aux menaces. « Il n’est plus temps de chicaner, diront-ils ; il faut embrasser cette nouvelle loi qui nous promet sous peu d’années le Messie tant désiré, qui a tant d’amour pour les hommes, et qui les comblera de tant de grâces et de faveurs. Si vous ne voulez pas vous rendre de bonne grâce, on vous y contraindra par force, car l’heure est venue où l’on fera la conquête de toute la terre par la puissance et par la vertu du vrai Messie. »
Détruisons, se diront-ils entre eux, toute cette prétendue Eglise, et qu’il ne soit plus parlé dans le monde de ce faux Messie (le Christ).
Je vois en Dieu qu’après avoir prêché le peuple avec une apparence de douceur, ils feront afficher des exemplaires de leur fausse loi dans les carrefours et aux poteaux des villes, et qu’ils les feront lire publiquement tant dans les villes que dans les campagnes. Ensuite ils décrieront et nieront tous les mystères de notre sainte religion, particulièrement celui de l’Incarnation du Verbe ; ils ridiculiseront les cérémonies de la sainte Eglise et les tourneront en dérision. Ils traiteront de fables les saints mystères et tous les sacrements. Ensuite ils publieront tous les genres de supplices dont on menacera tous ceux qui s’obstineront à suivre la loi de Notre Seigneur jésus-Christ.
Mais avant d’employer la rigueur, les démons paraîtront sous la figure d’anges de lumière pour annoncer leur Messie, l’Antéchrist. Il sera aussi annoncé en même temps par les prétendus prophètes qui abonderont parmi ces impies magiciens. Cette annonce aura lieu quelques années avant la naissance de l’Antéchrist ; (je vois en Dieu que ce sera comme deux ou trois ans auparavant). Je ne puis marquer ici tout ce qu’on dira d’outré sur la personne, la beauté, la puissance et les richesses de ce Messie attendu… les impies exhorteront les peuples à croire en lui et à renoncer à ce « faux prophète qui s’appelle Jésus ». Tous leurs stratagèmes et artifices dureront plusieurs années avant qu’ils usent de rigueur avec leurs troupes diaboliques de soldats.
Mais au bout de quelques années leur haine et leur jalousie éclateront. Ils emploieront pour persécuter les chrétiens et les tourmenter, les puissances de la terre qui les appuieront. Leur désir le plus ardent sera de faire mourir ou apostasier les fidèles. Ils désuniront l’Eglise et la Divinité même, en tâchant de rappeler les Dieux du paganisme et de rétablir l’idolâtrie sur les ruines de la religion.
Quels moyens pour les vrais enfants de Dieu d’éviter tant de pièges tendus de toutes parts et de soutenir sans chanceler de si terribles épreuves ! Point d’autre que de prier, de veiller sans cesse et de s’attacher plus que jamais à la croyance, aux mystères et aux décisions de l’Eglise, et enfin de ne marcher qu’à la lueur du flambeau de la foi, persuadés d’ailleurs que Dieu n’abandonne jamais les siens et ne leur refuse ni les lumières, ni les secours nécessaires à la nature de leurs besoins.
Il y aura autant de martyrs à la fin de l’Eglise qu’il y en a eu au commencement ; et j’ai connu que la persécution sera si violente vers les derniers temps, qu’en peu d’années il y aura autant de martyrs immolés que pendant les premiers siècles du Christianisme. Je vis à cette occasion, Jésus-Christ présenter à son Père un calice que l’Eglise lui avait offert à lui-même. Je remarquai, ajoute la sœur, que ce calice était à demi plein de sang, et j’entendis Jésus-Christ dire à son Père, en le lui présentant d’un visage gracieux : « Je ne serai parfaitement content que quand je vous l’offrirai parfaitement rempli. » Je compris que le calice contenait le sang des premiers martyrs de Jésus-Christ et que cette apparition annonçait les dernières persécutions de son Eglise, qui doivent achever de remplir le calice en complétant le nombre des martyrs.
Jésus-Christ sera pleinement satisfait, continue la Sœur, parce qu’il aura reçu le complément de sa passion par le nombre complet de ses élus. L’Eternel recevra encore les mérites et le sang de ses martyrs ; et voilà pourquoi Jésus-Christ s’en glorifie, et s’en empare comme d’un bien qui lui appartient en propre. C’est un père qui se voit mourir dans ses enfants, et met autant de prix à leur mort qu’à la sienne propre. Un martyr de Jésus-Christ fait cause commune avec lui ; il est associé à ses mérites, comme il l’est à ses souffrances. Il est comme un autre Jésus-Christ et s’il est vrai de dire d’un vrai chrétien que c’est Jésus-Christ qui vit en lui, il n’est pas moins vrai de dire d’un martyr que c’est Jésus-Christ qui combat, souffre et meurt en lui.
Quelle grâce, mon Père, que celle du martyre ! Et qui oserait présumer l’avoir, sachant surtout que le nombre des martyrs est fixé et arrêté, tellement que toute la rage des persécuteurs et de l’enfer n’en pourra jamais ajouter un seul à ceux que Dieu a désignés pour lui rendre ce témoignage sanglant !….Désirons d’être martyrs ; très bien ; mais ne tentons pas Dieu. C’est une grâce toute miraculeuse et tout à fait supérieure à l’humanité. Il est vrai que le désir en est très agréable à dieu ; il me fait même connaître qu’il tiendra compte du martyre à tous ceux qui sont dans la vraie disposition de mourir avec sa grâce, plutôt que de faiblir dans la foi, et même plutôt que e rien faire qui puise offenser ce bon Père. Mais la présomption lui déplaît…
Il peut y avoir du plus et du moins dans la disposition au martyre ; mais cette disposition doit toujours renfermer un grand amour de Dieu, avec une haine souveraine du péché qui l’offense, surtout de ceux que l’on a commis personnellement ; ce qui lui fait donner le nom de baptême de sang. Prions donc, mon père, et craignons de n’être point trouvés dignes de cette grande grâce du martyre, si l’occasion s‘en présente (1).
…Je vois en Dieu que, lorsque les complices de l’Antéchrist commenceront à faire la guerre, ils se placeront auprès de Rome, où ils triompheront par leurs victoires de tous les empires et de tous les royaumes qui seront autour de cette ville. Il y a en cela une chose dont je ne suis pas certaine. Ce que je sais, c’est que Rome périra entièrement, que le Pape souffrira le martyre, et que son siège sera préparé pour l’Antéchrist. Mais je ne sais pas si cela sera fait un peu avant l’Antéchrist par ses complices, ou bien par l’Antéchrist lui-même, au moment où il entrera dans le cours de ses victoires.

(1) Il est très intéressant de comparer les révélations, et même la vie de Sainte Hildegarde, avec celles de la Sœur de la Nativité. On y trouve étonnamment de rapports. Pour ne parler que des Révélations de Sainte Hildegarde relatives aux derniers temps de l’Eglise, disons qu’elles offrent une analogie étonnante avec celles-ci. Il serait trop long de donner ces prédictions (que la sainte bénédictine vit admirer par le Pape Eugène III, et par le concile de Trèves (12è siècle). Nous y trouverions beaucoup de choses identiquement les mêmes que celles prédites par la Sieur de la Nativité. Voici seulement quelques détails qu’elle donne sur ce qui nous occupe actuellement : « La manifestation de l’Antéchrist sera en quelque sorte la parodie de l’Incarnation du Verbe divin. Car le Christ n’est venu ni au commencement, ni à la fin des temps ; il est venu vers le soir (ad vesperas), alors que la force du jour était écoulée… L’homicide à son tour viendra subitement, à l’heure où le soleil se couche et où la nuit succède au jour…..
« L’homme de péché naîtra d’une femme impie, qui, dès son enfance, aura été initiée aux sciences occultes et aux artifices du démon. Elle vivra dans le désert avec des hommes pervers, et s’abandonnera au crime avec une ardeur d’autant plus effrénée, qu’elle s’y croira autorisée par les communications d’un ange. Et ainsi, dans les feux d’une brûlante concupiscence, elle concevra, sans savoir de quel père, ce fils de perdition. Alors, elle enseignera que la fornication est permise ; elle se donnera pour sainte, et sera honorée ainsi.
« Mais Lucifer, l’antique et rusé serpent remplira de son souffle infernal l’ignoble fruit de ses entrailles et possèdera tout entier le fils du péché….Or celui-ci, lorsqu’il aura atteint l’âge viril, se posera en nouveau maître et enseignera une doctrine perverse. Bientôt il s’insurgera contre Dieu et contre les saints, et il acquerra une si grande puissance, que, dans son fol orgueil, il voudra s’élever au-dessus des nuées ; et, de même que, dans les premiers jours, Satan dit : »Je serai semblable au Très-Haut », il tomba ; ainsi, dans les derniers temps, il tombera, lorsqu’il dira dans la personne de son fils : »je suis le Sauveur du monde ! »…
« L’Antéchrist fera alliance avec les rois, les princes, les riches, les puissants de la terre. Il condamnera l’humilité et prônera toutes les doctrines de l’orgueil. Son art magique simulera les plus étonnants prodiges ; il ébranlera l’atmosphère : il commandera à la foudre et à la tempête, produira de la grêle et d’horribles éclairs il transportera des montagnes, dessèchera des fleuves, ranimera la verdure flétrie des forêts. Ses tromperies s’exerceront sur tous les éléments, sur l’élément sec et sur l’élément humide ; mais sur l’homme principalement il épuisera sa puissance infernale. Il semblera ôter la santé et la rendre ; il chassera les démons, et même ressuscitera des morts. Comment cela ? En renvoyant quelque âme possédée dans un cadavre, pour l’agiter un peu de temps ; mais ces sortes de résurrections seront de courte durée….
« A la vue de ces choses, plusieurs seront ébranlés et croiront en lui. D’autres, sans lui accorder une entière confiance, et tout en gardant leur foi primitive, ambitionneront cependant les faveurs de l’homme pervers, ou craindront ses disgrâces. Et ainsi, beaucoup seront séduits parmi ceux qui, tenant fermé l’œil intérieur de leur âme, vivent habituellement dans les choses extérieures….et l’on dira, dans la perplexité où se trouvera l’Eglise : La doctrine de Jésus est-elle vraie ou non ?
« Alors apparaîtront Hénoch et Elie. Ces deux hommes vénérables, extraordinaires pour leur âge et leur stature (on sait qu’ils ne sont pas morts, mais enlevés au ciel (Gen.v.24 et IV Rois, II, 11.) Le catéchisme de Montpellier montre par une foule de passages tirés de l’Ecriture et des Pères, que la conversion des Juifs suivra de près l’avènement d’Elie et d’Hénoch), témoigneront devant les enfants de Dieu que le Fils de la perdition, le ministre de Satan, n’a passé sur la terre que pour perdre les hommes. Ils parcourront les lieux où il aura répandu sa doctrine, et opéreront des prodiges par la vertu de l’Esprit-Saint (Ils prêcheront et prophétiseront pendant mille deux cent soixante jours (3 ans, 5 mois ½), puis seront martyrisés par l’Antéchrist, enfin ressuscités et enlevés au ciel (Apoc. XI,3…12). Les fidèles seront fortifiés, la foi réchauffée ; mais les méchants commenceront à trembler.
« Cependant l’homme de péché fera un dernier effort ; et, se gonflant en lui-même, il lèvera sa tête au-dessus de toutes choses, jusqu’à se faire adorer. Il montera sur une haute montagne pour s’élancer de là vers le ciel. Mais un coup de foudre le précipitera ; et le Seigneur le fera périr du souffle e sa bouche…(On sait que le règne de l’Antéchrist doit durer 42 mois (trois ans et demi) (Apoc. XIII,5).
« Dès que l’impie sera tombé, beaucoup d’âmes égarées reviendront à la vérité, et les hommes feront des progrès rapides dans la voie de la sainteté. Et, de même que David rappela la femme à laquelle il s’était uni, mais qui s’était souillée par l’adultère, ainsi le Fils de Dieu rappellera la Synagogue et la fera rentrer en grâce.
« Alors l’Epouse du christ s’élèvera forte et puissante, dans une admirable beauté, et sa magnificence brillera d’un éclat sans nuage. Tous reconnaîtront que le Seigneur seul est grand ; son nom sera confessé par toute créature, et il régnera à jamais (Scivias, lib.III. Ex vis° XI° p.112 et seq).
Voir à la fin du volume les parties les plus importantes du secret de la Salette; et perso j’ajouterai toutes les prophéties anciennes que nous connaissons, y compris celles des placards accrochés dans tous les carrefours, les poteaux etc..... et y compris tous les faux prophètes que nous voyons aujourd’hui…….

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Lun 4 Oct 2010 - 16:03

Règne de l’Antéchrist.
Grâces abondantes dont il abusera.
Excès de son orgueil.
Persécutions sans exemple.



« Je vois qu’une des impures « Epouses des Cantiques » doit donner le jour à l’Antéchrist, qui vraisemblablement aura pour père un des principaux chefs des magiciens. Il sera élevé à leur école, et formé d’après les principes de la religion qui lui aura donné naissance. Il se glorifiera d’être né de l’Epouse des cantiques, ce qui sera pour lui le premier motif de se préférer à Jésus-Christ même….
Jésus-Christ m’a fait voir qu’il avait mis l’Antéchrist au nombre des hommes rachetés de son Sang, et qu’il lui accorderait dès son enfance, toutes les grâces nécessaires et même des grâces prévenantes et extraordinaires dans l’ordre du salut. Dans un âge plus avancé, il ne lui refusera pas les grâces fortes de conversion. Ais ce Fils de la perdition en abusera aussi bien que des premières. Je vois qu’il les tournera toutes contre lui-même, par un abus outrageant, par une résistance opiniâtre et superbe, qui le conduira au comble de l’aveuglement de l’esprit et de l’endurcissement du cœur ; il méprisera tous les avis et les bons exemples de ses amis ; il étouffera tous les remords de sa conscience ; il foulera au pieds tous les moyens par lesquels le ciel tentera de le rappeler, sans jamais vouloir se rendre à la voix de Dieu, qui, de son côté, l’abandonnera enfin à son sens réprouvé ainsi que ses complices.
Cette superbe qui les révolte contre Dieu (1) je vois qu’elle doit être tellement humiliée et confondue au jour du jugement, qu’ils seront tous obligés de confesser qu’ils ne sont réprouvés que par leur faute, puisqu’ils auront reçu des grâces plus que suffisantes pour faire leur salut. Tout infidèle, tout idolâtre avouera la même chose, et par là ils se condamneront eux-mêmes, en justifiant la justice et la bonté de Dieu envers tous.
Quand ce méchant apparaîtra sur la terre, tout l’orgueil, toute la malice de l’ange rebelle et de ses complices y paraîtront avec lui. Il semble qu’il sera accompagné de tout l’enfer et suivi de tous les crimes. Il sera comme entouré d’une clarté divine plus brillante que les rayons du soleil. Il paraîtra accompagné d’une cour céleste d’anges qui marcheront à sa suite ; des légions entières d’anges lui rendront leurs hommages comme à leur roi, et l’adoreront leurs hommages comme à leur roi, et l’adoreront comme le vrai Dieu tout-puissant et le Messie tant désiré et attendu depuis le commencement du monde.
Mais dans tout cela, je ne vois en Dieu qu’erreurs abominables et impostures exécrables. Ce seront des légions de démons qui viendront sous la figure d’anges de lumière, faire leur cour à l’homme d’iniquité et l’adorer comme le Messie.
Tous les suppôts de ce malheureux enfant de perdition se rassembleront autour de leur chef pour faire la guerre à l’Eternel. Jésus-Christ alors semblera leur dire comme aux satellites de Judas qui vinrent le prendre au jardin des Oliviers : »Votre heure est venue ; la puissance des ténèbres va étendre son empire… »Et il leur permettra de pousser leur malice jusqu’au point qu’il a marqué, et auquel il a dessein de les arrêter, sans qu’ils puissent jamais passer au-delà.
Je vois un si terrible scandale dans l’Eglise, un carnage si général dans l’univers, que la seule pensée en fait frémir (rappelons-nous que l’Antéchrist martyrisera tous les membres des communautés religieuses qu’il trouvera sous sa puissance, et que toutes les communautés des deux sexes seront anéanties : voir plus haut). On n’a jamais vu tant de tromperies, de trahisons, d’hypocrisies, de jalousie, d’abominations, de scélératesses dans tous les genres… Une multitude d’illuminés, de faux dévots, de fausses dévotes favoriseront beaucoup l’imposture, et étendront partout l’empire du charlatanisme par des illusions magiques capables de séduire l’entendement, l’esprit et le cœur des hommes qui en seraient le moins susceptibles. Jamais on aura tant vu de faux miracles, de fausses prophéties, et de faux prophètes ; on ira jusqu’à faire paraître des lumières et figures resplendissantes qu’on prendra pour des divinités… En un mot, tout ce que l’enfer pourra inventer d’illusions et de prestiges sera mis en œuvre pour tromper les simples en faveur de l’Antéchrist.
Il est vrai que les ministres de Jésus-Christ combattront d’abord la nouveauté séduisante de ces fausses doctrines et l’imposture de ces prestiges, et que leur zèle, animé par l’Esprit-Saint, y mettra de grands obstacles, en soutenant la cause de Jésus-Christ et la vérité de son Evangile… Mais hélas ! ces précieuses victimes seront bientôt traitées comme leur divin Maître ; on se jettera sur eux, ils seront conduits au supplice ; les enragés croiront, en les mettant à mort, détruire absolument le règne du Sauveur ; mais ils ne feront que l’affermir de plus en plus. Oui, je vois que loin d’affaiblir la Foi par le martyre de ses enfants, ils ne feront que la rallumer dans le cœur des vrais fidèles, et surtout des bons prêtres… dieu m’a fait voir qu’en haine e sa religion et de sa personne adorable, ils s’étudieront à renouveler sur ses derniers disciples toutes les circonstances de sa passion douloureuse…
Lorsque l’Antéchrist, triomphant de ses victoires dans la guerre qu’il déclarera à l’Eglise, s’armera pour l’écraser et l’abolir, à ce qu’il croira, Dieu enverra grand
Archange Saint Michel à la tête de son Eglise, avec des troupes d’Anges qui l’environneront ; et dans les jours où l’Eglise aura eu plus de martyrs, Notre Seigneur lui apparaîtra lui-même ; il fortifiera les fidèles d’une double foi, et leur dira : « Courage, mes chers enfants ; voilà que vous avez bien combattu. Un grand nombre de martyrs sont aujourd’hui couronnés dans le ciel ; il y en aura encore une quantité prodigieuse, marquée dans mes décrets éternels, et que j’attends encore. Et, quand tous les martyrs que je me suis destinés seront venus à moi, je vous rendrai invisibles à tous vos tyrans ; ma puissante main vous cachera dans des retraites secrètes, où vous subsisterez jusqu’à la fin du monde, tandis que je précipiterai et que j’écraserai cet homme de péché et cette race maudite de Satan jusqu’au fond des abîmes de l’enfer. »
Dieu laissera quelques temps le champ libre à l’Antéchrist, comme pour voir jusqu’à quel point ira l’insolence de son ennemi… Ah ! peut-elle aller plus loin ! Aveuglé par l’orgueil de Lucifer même, je vois ce téméraire s’élever dans sa présomption jusqu’au trône de l’Eternel, comme pour lui ôter sa couronne, et la placer lui-même sur sa propre tête. Il porte l’aveuglement jusqu’à se croire la Divinité, jusqu’à s’efforcer d’anéantir Dieu, afin d’occuper son trône, et d’y recevoir l’adoration de toute créature, et étendre partout son empire sur les ruines de celui du Tout-Puissant. »

(1) Cette superbe, cet orgueil, selon ce que Dieu m’a fait voir, n’est point d’une nature ordinaire, telle, par exemple, que celle d’un homme qui se glorifie de ses talents, de ses richesses ; ceci n’est qu’une petite gloriole, comparée à l’orgueil qui s’en prend à dieu même, pour lui disputer ses droits et lui refuser l’obéissance. Il est de la même nature que celui qui dans le Ciel souleva Lucifer contre le Très-Haut. Il doit caractériser la révolte de l’Antéchrist et anime et a toujours animé ses précurseurs, ces impies d’aujourd’hui et de tous les âges qui osent blasphémer le nom de Dieu et lever l’étendard contre l’Eglise de Jésus-Christ son Fils, en attaquant les vérités dont elle est dépositaire.
Cette superbe est de nature à flatter et corrompre les sens, à enchanter l’imagination, à éblouir la raison et l’entendement. Son effet le plus ordinaire en est la plus juste et la plus terrible punition, puisqu’elle finit toujours par aveugler l’esprit et endurcir le cœur pour les vérités révélées dont la connaissance est nécessaire au salut…Toujours portée à la nouveauté et disposée à l’erreur, elle se fait, suivant ses prétentions ambitieuses des systèmes de libertinage et d’impiété. L’évidence a beau frapper ses yeux, la vérité a beau tenter son cœur, elle s’opiniâtre dans ses idées chimériques et illusoires, ferme les yeux à la lumière de l’évidence endurcit son cœur contre les remords et s’obstine à combattre la vérité comme si c’était la plus affreuse injure faite à l’esprit de Dieu… Elle tombe enfin dans un tel aveuglement, qu’elle prend jusqu’à ses forfaits pour des actions méritoires, et en faisant le mal, elle croit faire réellement le bien. De sorte qu’il n’est pas rare de voir un homme au point de se glorifier de ses turpitudes, prendre le crime même pour une bonne œuvre, et s’imaginer rendre service à Dieu et lui plaire par une action qu’il défend et qui le déshonore…Oui, ces aveugles volontaires croiront être religieux en profanant les temples et en détruisant la religion… Dieu me fait voir que cette espèce d’orgueil est si odieuse à ses yeux qu’il la poursuit avec un acharnement qui ne peut s’exprimer. Dieu pardonnerait plus facilement tout autre crime ; en effet aucun autre ne porte un tel degré de malice, ne s’en prend directement à lui et à ses attributs. La sentence de ces orgueilleux diaboliques est comme portée d’avance, et sans un miracle de la grâce, qu’aucun ne peut se promettre, elle aura infailliblement son exécution (Extrait de la Sœur de la Nativité).

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mar 5 Oct 2010 - 14:54

Chutes de l’Antéchrist et de ses suppôts.


« Mais au moment où l’Antéchrist avec tous ses sorciers et ses grands magiciens, s’élèvera vers le ciel avec une grande joie et un grand triomphe, ils seront tous précipités presque de la hauteur des nues, sur lesquelles ils croiront monter au ciel comme des Dieux. A ce moment Dieu enverra le grand Archange Saint Michel, revêtu de la force et de la justice divines. Il viendra du haut du ciel au-devant des impies, avec un air menaçant, et qui portera la terreur parmi les esprits infernaux.
Notre Seigneur fera entendre sa voix par le souffle de l’Archange Saint Michel et dira : « Allez maudits ! Descendez au plus profond des abîmes de l’enfer. »
A l’instant, la terre s’ouvrira et présentera un gouffre effroyable de feu et de flammes. Jésus-Christ y précipitera du haut de son élévation cette cohorte innombrable, ainsi que sa maudite loi qu’elle portera avec elle. Je vois tomber tous ces impies pêle-mêle, mais si rapidement et avec tant de force, que la profondeur de l’abîme en est troublée, et que tout l’enfer en retentit !… Quel fracas ! Satan lui-même en est épouvanté. Tous les démons seront précipités dans les enfers avec leurs suppôts, et je vois en Dieu qu’ils n’auront plus de pouvoir sur la terre".




Conversion de la sixième partie environ
des impies antichrétiens



"Dieu est plein de bonté et de miséricorde jusque dans la justice même. Il épargnera un grand nombre de ses ennemis qui ne seront pas aussi criminels que ceux qui auront fait la maudite loi. Le divin Sauveur, au lieu de précipiter, comme leurs chefs, au fond de l’enfer, permettra qu’ils tombent à côté du gouffre embrasé, et même sans se faire aucun mal ; ce qui ne pourra arriver sans miracle.
Aussitôt que les autres malheureux seront tombés dans le gouffre, Dieu fera éclater sa justice par les flammes, qui s’élèveront aussi haut que les satellites de Satan s’étaient élevés vers les nues. Dieu montrera ainsi qu’il veut purifier l’air des sales immondices dont il aura été infecté par les crimes de ces scélérats ; et en même temps il voudra épouvanter ceux qui seront tombés à côté du gouffre, et les disposer aux desseins de grâce et de miséricorde que ce Dieu de bonté aura sur eux.
Quand les flammes auront voltigé quelques minutes, elles s’engloutiront de nouveau dans le fond de l’abîme, et la terre se refermera. Mais cette terre deviendra un lieu horrible ; elle sera toujours couverte d’épaisses ténèbres, dans lesquelles viendront se réfugier des spectres affreux, des serpents, des aspics, enfin tout ce qu’il y a de plus hideux dans la nature.
Aussitôt après la chute de l’Antéchrist, les pauvres chrétiens qui se seront laissés surprendre, soit par la crainte, soit par les illusions du démon, et qui auront signé cette maudite loi et renoncé à Jésus-Christ pour s’engager au service des démons, seront alors dans la consternation. Ils courront épouvantés, les uns d’un côté et les autres d’un autre. Dans cet affreux désastre la grâce du Seigneur viendra chercher ceux qui voudront la recevoir, elle ira aussi trouver ceux qui seront tombés à côté du gouffre, et dont le nombre pourra s’élever à un tiers. Les deux autres tiers seront tombés dans les enfers. Plus de la moitié du tiers ainsi préservé se convertira au Seigneur, et les autres refuseront la grâce.
Je vois que dans sa bonté Dieu non seulement enverra aux pécheurs des grâces abondantes de conversion, mais même il voudra bien, en leur faveur, pour leur laisser plus de temps de faire pénitence, suspendre certains évènements désastreux et signes avant-coureurs de son Jugement, et ce ne sera qu’après qu’ils auront satisfait à sa justice et désarmé sa colère par une douleur sincère et véritable, et par les soupirs et les satisfactions d’un cœur contrit et humilié, que Dieu laissera un libre cours à tous les signes avant-coureurs de son Jugement. »

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mer 6 Oct 2010 - 20:52

Nouveaux signes avant-coureurs
du Jugement dernier.
Perversité des impies.




« Alors, on verra redoubler les tremblements de terre : des ténèbres épaisses se répandront sur sa surface, qui n’aura plus de stabilité, mais s’ouvrira en mille endroits sous les pieds de ses habitants ; des villes, des châteaux, des hommes innombrables seront engloutis dans ces ouvertures ; les éléments confondus se choqueront épouvantablement, et les vertus des cieux en seront ébranlées… Le feu, lancé du ciel et vomi des entrailles de la terre, se joindra aux tonnerres et aux éclairs, dont l’air sera continuellement agité et embrasé ; la mer en courroux, menaçant d’inonder le monde, franchira ses bornes et élèvera jusqu’au ciel ses flots écumants …
A la vue de tant de désastres, les nations sècheront de terreur. Cependant je vois que les pécheurs même ne seront détruits que séparément ; Dieu les attendra jusqu’au dernier moment ; et la punition des uns donnera lieu, par la crainte, à la conversion des autres ; e, par un accord merveilleux de la justice et de la miséricorde, ce qui consommera la perte des premiers servira au salut des seconds. Ils ouvriront les yeux, feront pénitence et reviendront à Dieu tandis que l’enfer se remplira de malheureuses victimes, que la guerre et les autres fléaux auront moissonnés…Ah ! je les y vois tomber en aussi grand nombre que la grêle précipitée par un orage furieux !…
Malgré la sévérité des coups par lesquels la bonté divine rappellera les pécheurs les plus désespérés, je vois en Dieu qu’il s’en trouvera un certain nombre qui se sépareront des vrais pénitents, après la chute de l’Antéchrist, et s’assembleront pour former encore des systèmes d’impiété et de libertinage. Car lorsque l’Antéchrist et ses complices seront tombés dans l’enfer, le jugement n’arrivera pas encore aussitôt. Je vois en Dieu qu’il pourra s’écouler encore plusieurs années avant que le Fils de l’homme vienne ; mais je ne vois pas combien il y a d’années.
Il arrivera donc que tous ces scélérats que Dieu aura épargnés pour les convertir, n’imiteront point ceux d’entre eux qui reviendront à Dieu ; quelques jours après la chute de leur abominable chef, ils se rassembleront tous dans une grande ville et lèveront encore des troupes pour persécuter l’Eglise. Ils ne refuseront rien à leurs désirs ni à leurs passions, et mettront le comble à leur condamnation en le mettant à leurs forfaits…Plongés dans la débauche et la crapule, je les vois, des coupes d’or à la main, se railler des menaces du Très-Haut, et se jouer également des effets de sa colère. Quel affreux ! quel criminel divertissement ! Et qui peut en comprendre l’audace énorme, et, combien il doit leur être funeste !…
J’entends leurs anciens complices les conjurer, en gémissant,, de changer de conduite à leur exemple, et de revenir à Dieu, tandis qu’il en est encore temps…
« Il est vrai, répondent les scélérats, que nous avons vu précipiter le Dieu que nous adorions ; mais c’est pour nous une raison de plus pour n’en reconnaître et n’en adorer aucun, puisqu’il n’est plus possible e savoir à quoi s’en tenir. Que notre chef soit donc tombé à droite ou à gauche, peu nous importe ; nous sommes bien ici, et le parti le plus sage est de jouir du certain, sans nous mettre en peine d’un avenir qui n’existe peut-être pas, et sans nous troubler mal à propos du sort qu’il éprouve, ou de celui qui nous attend….Oui, profiter de la saison des plaisirs, et bannir tout ce qui peut en troubler la jouissance ; cueillir, avant qu’elles ne se fanent, les fleurs du bel âge, c’est le seul parti que doit prendre le sage ; et voilà toute notre philosophie. Nous n’irons point nous creuser le cerveau par les idées atrabilaires d’une théologie qui fait le tourment des esprits et des corps ; et nous ne voulons point consumer en pure perte les beaux jours que la nature ne nous accorde que pour jouir… »
Ainsi parlent ces insensés dans l’aveuglement de leur esprit et l’endurcissement de leur cœur, en tournant contre eux-mêmes tous les moyens de salut…Hélas ! ils ne voient pas le triste sort qui les attend ; car le moment d’après, Dieu les frappe, et les précipite avec leur chef, et cela au sein de leurs passions, dans les bras de la volupté, et tandis qu’ils avaient encore le morceau à la bouche. Ainsi ces malheureux périront frappés sans doute par la catastrophe du dernier jour du monde dans leur obstination. Et la sainte Eglise subsistera sur la terre dans une grande paix et dans une profonde tranquillité. Nous allons, dans un instant, arriver au sort de l’Eglise, pendant et après la persécution de l’Antéchrist.
Quant aux anciens complices de ces scélérats incorrigibles, ils seront, comme nous l’avons dit, dans une grande consternation. Ces pauvres pécheurs repentants se rappelleront quelques restes de christianisme et de foi, que la grâce fera renaître dans leur cœur. Mais ne sachant ce que sera devenue la sainte Eglise ; ils la chercheront et ne pourront la trouver. Alors Notre Seigneur enverra ses anges qui leur apprendront que la sainte Eglise n’est nullement détruite et qu’elle ne le sera jamais ; que Dieu veut qu’ils la rejoignent et qu’ils se convertissent parfaitement au Seigneur. Ce sera alors que la sainte Eglise verra des pénitents accourir de tous côtés vers elle (dans la solitude inviolable où Dieu l’aura cachée, comme nous allons le voit bientôt), pour rentrer dans son giron. On n’entendra de toutes parts que pleurs et gémissements de la plus amère pénitence, tant de la part des nouveaux convertis que de la part des fidèles de l’Eglise ; qui s’offriront à Dieu pour faire pénitence pour ces pauvres pécheurs. Ils seront alors tellement contrits de leurs crimes que plusieurs en mourront de douleur. Ils seront tous des saints, et l’assemblée des fidèles retentira des actions de grâces, de louanges et des bénédictions qu’ils donneront au Seigneur".

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Ven 8 Oct 2010 - 16:37

Consolations et secours extraordinaires
que recevra l’Eglise dans ses
derniers combats.



"La Sœur, après avoir raconté sans interruption le sort des pécheurs endurcis et celui de leurs complices convertis, revient à l’histoire de la sainte Eglise, et la reprend au moment où la persécution dirigée contre elle par l’Antéchrist est dans toute sa violence.
Le divin Soleil de justice, continue-t-elle, ne darda jamais de rayons plus vifs qu’à son couchant. Je veux dire que la Divinité de Jésus-Christ ne parut jamais avec plus d’éclat que lorsqu’il fut sur le point d’expirer sur la croix. Il en sera ainsi de son Epouse, qui ne paraîtra jamais plus divine que lorsqu’elle approchera de sa fin, et qu’elle sera près d’expirer… Conduite alors et assistée plus que jamais par l’Esprit de vérité, de force et de consolation, je vois cette sainte Epouse entre les bras et sous la protection de son Auteur, qui ne cessera de l’assister, et de redoubler, à proportion de ses besoins, ses soins les plus empressés, ses secours les plus puissants, ses grâces les plus prévenantes, ses faveurs les plus signalées, ses plus douces consolations…
Le divin flambeau de la foi qui dirige ses enfants dans toutes leurs démarches, deviendra pour eux quatre fois plus vif ; et les flammes du divin amour que l’Esprit-Saint entretiendra dans leurs cœurs seront alors incomparablement plus pures et plus ardentes. Je vois que le zèle de la gloire de Dieu s’augmentera en eux à proportion de la foi, de l’espérance et de la charité qui doivent les animer. Ils sont disposés non seulement à souffrir le martyre, mais encore à affronter la fureur de dix mille Antéchrist. Aussi désirent-ils si ardemment de répandre leur sang que je les vois en foule courir se présenter au glaive, souffrir avec joie les supplices les plus douloureux à la nature. Il leur suffit de s’être déclarés pour Jésus-Christ pour remporter aussitôt la victoire la plus complète et la plus glorieuse sur tous ses ennemis. Les attaquer et les vaincre est la même chose pour un vrai fidèle, et surtout pour un chrétien de la trempe de ceux-ci.
Dieu suscitera de nouveaux prophètes qu’il enverra pour consoler son Eglise, et lui annoncer les faveurs qu’il lui réserve. Les vrais fidèles auront de fréquentes apparitions de leurs bons Anges et des autres Puissances spirituelles chargées de les protéger et de les consoler, particulièrement de l’Archange Saint Michel, le plus ardent défenseur de l’Eglise militante, et qui sera toujours avec elle pour la conduire jusqu’à la fin. Il paraîtra même visiblement en différentes rencontres… Dieu fera plusieurs miracles en faveur de cette Eglise affligée, et je vois qu’il en fera du premier ordre et du plus grand éclat, tels que la résurrection publique et notoire de plusieurs de ceux qui auront été mis à mort pour la foi (1). Ils seront ressuscités à la grande consolation de cette Eglise dont ils deviendront les soutiens et les défenseurs d’autant plus invincibles que la fureur des persécuteurs ne pourra plus rien contre eux. Ils seront impénétrables aux traits de la douleur et inaccessibles à la crainte de la mort. Ces saints ressuscités se joindront aux hommes et aux anges envoyés de Dieu pour consoler les fidèles. Quoique visibles aux yeux de leurs frères, ils jouiront ici-bas, comme les Saints du Ciel, de la vue et de la présence de Dieu.
J’ai déjà dit que, parmi les différents genres de supplices qu’on fera souffrir aux martyrs de Jésus-Christ, le plus ordinaire consistera à renouveler sur eux toutes les circonstances du crucifiement de leur Maître, par haine et mépris de sa douloureuse Passion. C’est ainsi que par une invention vraiment diabolique, la rage de l’enfer trouvera le moyen de se jouer encore de la personne adorable du Sauveur et de se satisfaire, en donnant encore la mort au Chef dans chacun de ses membres… Mais aussi je vois que Dieu saura mettre un frein à la fureur de ces forcenés, pour ne laisser immoler qu’autant de fidèles qu’il aura décidé. Ils auront beau se jeter comme des lions affamés sur ce troupeau chéri, à dessein de tout égorger, ils ne moissonneront jamais que celles des brebis que le bon Pasteur aura lui-même marquées pour le martyre, et destinées à être immolées pour sa gloire. Ce nombre étant complet, je vois sa main toute puissante arrêter la rage des persécuteurs, sans qu’elle puisse aller plus loin et mettre à mort un seul fidèle de plus contre le bon plaisir de Dieu …"

(1) sans doute Elie et Hénoch, entre autre ?)

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Sam 9 Oct 2010 - 19:28

Saint Michel conduit dans un désert
le petit nombre de fidèles qui
restent après la persécution
de l’Antéchrist.
Miracles en leur faveur.
Sainteté de l’Eglise.



"Tout à coup le glorieux saint Michel se présente visiblement aux ministres et aux enfants de l’Eglise, réduits alors à un nombre bien petit en comparaison de ce qu’ils étaient autrefois : »Suivez-moi, mes amis ; fuyons ! C’est l’ordre de Dieu… Allons dans une autre contrée chercher un asile plus assuré contre la fureur de nos persécuteurs… » A ces mots, il marche à leur tête, et toute l’Eglise le suit, comme les enfants d’Israël suivaient Moïse vers la terre promise… Alors je vois que, par un prodige de son bras tout-puissant, Jésus-Christ rend invisible à ses ennemis son Eglise tout entière, pour la dérober à leur poursuite, comme il avait lui-même disparu, pour s’échapper des mains de ceux qui voulaient le précipiter un jour du haut d’un rocher …
Les armées qui sont à la poursuite des fidèles, n’en voyant plus aucun trace, s’imaginent les avoir tous détruits et s’applaudissent de leur victoire, tandis que l’Archange qui marche à leur tête, en suivant les mouvements de l’Esprit-Saint, les conduit au fond d’un désert, dans une vaste solitude. Là ils auront beaucoup à souffrir de la faim, de la soif et de toutes les misères de la disette et de la pauvreté ; mais les épreuves deviendront, avec la grâce, de vrais moyens de sanctification pour eux. Dieu les soutiendra par de vrais miracles….. Il les nourrira tantôt par un pain miraculeux, tantôt par la divine parole, et le plus souvent par la réception de son propre Corps. Il n’y aura plus alors que la sainte communion pour les sustenter… Les évènements les plus funestes pour le reste des hommes deviendront favorables au peuple de Dieu ainsi rassemblé dans le désert, et la nature entière semblera se prêter à ses besoins… La terre qui de toutes parts s’entrouvrira sous les pieds des profanes, deviendra stable et s’affermira sous les pieds des enfants de Dieu. Les rochers et les montagnes qui se seront renversés par des secousses violentes, auront ouvert de vastes souterrains dans lesquels les fidèles se mettront à l’abri des injures de l’air et des poursuites des nations ennemies…
Ces retraites favorables seront bientôt changées en temples, où les louanges de Dieu retentiront nuit et jour. On y élèvera des autels à sa gloire, et ses ministres s’y serviront des pierres sacrées, des vases et des ornements qu’ils auront apportés, pour y célébrer tous les jours les divins mystères, à l’édification de l’assemblée sainte des élus du Seigneur.
Ainsi le Tout-Puissant se jouera de la malice de ses ennemis ; il se moquera de ceux qui, comme des insensés parcourront la terre en blasphémant son nom, et se livrant à tous les excès, sans pouvoir découvrir un seul vestige du Christianisme, qu’ils se vanteront d’avoir détruit entièrement… ainsi les deux partis opposés triompheront, comme ils font déjà, chacun à sa manière, jusqu’à ce que la dernière décision, en fixant irrévocablement le sort de l’un et de l’autre, ait fait voir lequel des deux avait lieu de triompher en réalité.
Cette belle armée, composée des restes d’Israël, Dieu me l’a fait voir sous la figure d’un petit char de triomphe qui renferme ses élus, et qu’il rendra vainqueur de tout ce qui s’opposera à sa marche paisible… A l’abri de tous les traits, sous la protection du ciel, cette sainte et admirable société ne s’occupera qu’à bénir et à louer son libérateur et son Dieu. Unis par les liens de la charité, ils n’auront qu’un cœur et qu’une âme ! mais leur amour sera si pur et si dégagé des passions, que quoique les deux sexes se trouvent réunis dans cet heureux troupeau, il ne s’y passera aucun abus ni scandale ; on n’y parlera par même de mariage ; je doute qu’on y pense ; du moins Dieu ne m’en fait rien connaître. Il semble que ces prédestinés participeront déjà à l’état des bienheureux, tant ils témoigneront d’aversion pour ce qui flatte la nature et satisfait les passions. Ils ne s’appliqueront guère qu’aux exercices de la religion, et ne s’occuperont que du soin de louer et de servir le Seigneur, de lui demander que son règne arrive et que sa cause triomphe… Ils ne le prieront point de punir ses ennemis, mais de les éclairer et de leur pardonner.
Pendant tout ce temps, ils seront avertis des manœuvres de leurs persécuteurs par le ministère des bons Anges leurs protecteurs. Ces esprits bienheureux parcourront le monde, pour disposer les pécheurs à la pénitence, et amener au sein de l’Eglise ceux qui ne l’avaient jamais connue, ou qui désireront y rentrer après s’en être écartés.
Ils auront grand soin d’avertir les fidèles de tout ce qui se passera dans le monde, et surtout des vains efforts des nations ennemies qui ont juré leur perte. Les fidèles sauront ainsi à quel point en est leur méchanceté, et tout ce que leur fureur leur fait entreprendre : jusqu’à ce que Saint Michel vienne leur annoncer la vengeance que Dieu a tirée des acharnés qui poursuivaient encore l’Eglise, tâchant toujours de découvrir le lieu de sa retraite….
« Nos ennemis les plus furieux, leur dira-t-il, sont exterminés ; il ne reste plus un seul vestige de leur armée impie et dévastatrice. Le Seigneur a pris en main notre défense, il a fait justice des ennemis de son peuple et de son Nom. Le temps de notre captivité est fini : nous pouvons maintenant paraître, et sortir de nos souterrains… Suivez-moi encore ; et je vous conduirai au dernier séjour terrestre que le Ciel vous destine ; séjour plus agréable et plus commode, où nous devons attendre l’accomplissement de nos vœux les plus ardents. Car je vous l’annonce de sa part, le jour du Seigneur est proche ; bientôt nous serons témoins de son glorieux avènement, et de la vengeance authentique qu’il doit tirer de tous ses ennemis et des nôtres… Partons !… »
Je vois son armée déjà victorieuse suivre Saint Michel, vers son dernier campement."

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Lun 11 Oct 2010 - 15:10

Dernier séjour des enfants de l’Eglise.
Leur ferveur.
Conversions nombreuses.



"Figurons-nous un certain quartier, ou espace de terrain, où la nature a rassemblé toutes ses richesses et toutes ses beautés, et où l’homme n’a rien à désirer pour la vie matérielle, une terre de délices, un vrai Paradis terrestre où Dieu a planté lui-même des arbres fertiles de toute espèces ; un sol qui produit surnaturellement tout ce qui est nécessaire à la nourriture et au bonheur de ses habitants. Voilà le lieu enchanté que Dieu destine à ses enfants, et vers lequel ils se rendent en bel ordre, en chantant des cantiques à sa gloire.
Telle est la terre promise dont ils se mettent en possession sous la conduite du premier des Archanges. Cet Esprit céleste leur défend, de la part de Dieu, de passer les limites qu’il leur prescrit, parce que la terre qui les environne est une terre maudite et souillée par les crimes et la corruption de ceux qui l’habitent, et dont les fidèles doivent pour toujours être séparés… Ce qui me frappe davantage dans cette heureuse contrée, c’est un corps de lumière fait exprès pour elle, et dont profiteront seuls les heureux habitants de cette terre bénie… Mais je ne sais comment me faire entendre… Représentons-nous un orage affreux, qui a dérobé la clarté du jour et répandu l’obscurité sur la terre. Si la lumière du soleil vient à percer le nuage ténébreux par quelque endroit ; vous voyez au loin un cercle lumineux sur l’endroit du globe où portent ses rayons bienfaisants, tandis que partout ailleurs les yeux ne découvrent que des contrées livrées aux ténèbres et à la fureur de la tempête…
Telle sera la nouvelle patrie des enfants de Dieu, par rapport au reste du monde… Ils jouiront, non seulement des autres avantages de ce lieu si agréable, mais encore de la douce et consolante lumière d’un soleil qui ne sera fait que pour eux ; par le cercle lumineux de ses rayons il n’éclairera que l’horizon sensible et l’étroite enceinte de cette autre terre de Gessen ; tandis qu’on n’apercevra qu’un chaos horrible dans toute l’étendue des autres pays, voisins ou éloignés.
Je vois les fidèles s’occuper d’abord à construire des temples, pour s’y assembler, et pour y assister aux divins offices et à la célébration des saints mystères. Je dis : « des temples », car je vois que les fidèles seront encore en trop grand nombre pour qu’un seul temple puisse leur suffire à tous. Il en faudra même plusieurs ; car je ne pense pas qu’il y ait jamais eu au monde aucune paroisse aussi nombreuse que cette belle troupe des élus du Seigneur, aucune paroisse dont le terrain fût aussi étendu que celle-ci ; et cependant cette troupe de fidèles sera bien petite en comparaison de ce qu’elle aura été avant les persécutions, et le terrain occupé par elle sera bien étroit comparé aux pays possédés par les nations ennemis….
Dieu fournira lui-même tous les matériaux nécessaires à la bâtisse de ces églises, et indiquera la manière de les mettre en œuvre, ainsi que le plan et le dessin de ces ouvrages consacrés à sa gloire. Chaque jour le saint sacrifice des autels y sera offert. Les prêtres rétabliront le bel ordre de l’Eglise, autant qu’il sera possible ; ils célèbreront, prêcheront, instruiront, exerceront toutes leurs fonctions, et ne cesseront de préparer les cœurs à la venue du Messie, quoiqu’ils ne puissent absolument savoir le temps précis de ce second avènement. Sur leur parole, on l’attendra de jour en jour. La communion sera faite fréquemment, et même chaque jour par le très grand nombre de fidèles. On dépassera même de beaucoup la ferveur des fidèles de la primitive Eglise.
Les Esprits bienheureux, toujours charmés d’avoir de bonnes nouvelles à annoncer à l’Eglise de la part de Dieu, et de lui rendre toutes sortes de bons offices, redoubleront de zèle à mesure qu’elle approchera du terme de ses travaux… Je les vois voler du ciel sur la terre avec une vitesse inconcevable et proportionnée à leur indicible agilité. Ils parcourent en un clin d'œil des espaces immenses, visitent les régions les plus éloignées, pour séparer le bon grain de l’ivraie et de la paille destinée au feu. Ils reconduisent au giron de l’Eglise quantité de vrais pénitents qui s’en étaient séparés, et font même entrer dans son sein des barbares qui n’avaient jamais eu la connaissance du vrai Dieu.
Je vois les uns et les autres se présenter comme à demi-morts, aux prêtres de Jésus-Christ pour être reçus par eux à la grâce de la régénération et à celle de la pénitence publique. Ils confesseront hautement leurs infidélités et leurs crimes, mais avec des sentiments de douleur qui en inspireraient aux plus insensibles, et seraient capables de les faire mourir si Dieu ne leur conservait la vie. Les ministres leur administreront le saint baptême, ou la pénitence, suivant leurs besoins. Ils seront reçus dans le sein de l’Eglise, à l’édification et à l consolation de tous les fidèles… Ainsi en exécutant les ordres du Très-Haut, suivant leur destination, ces Esprits bienheureux seront les ministres de la divine miséricorde en faveur des prédestinés, et trouveront ainsi le moyen de remplir abondamment, dans l’Eglise, les places de ceux qui s’en seront retranchés par l’apostasie, ou pourraient s’en retrancher par la suite ; car les fidèles ne seront point constitués dans un état de foi et de grâce inamissibles ; mais ils pourront, par l’abus de leur libre arbitre en déchoir et prévariquer…
Ces vrais enfants de l’Eglise, unis ainsi par les liens de la charité, formeront entre eux une petite république, la plus parfaite qu’on ait jamais vue sur la terre. Il n’y aura ni lois civiles, ni juridiction, ni police extérieure, parque qu’on ne connaîtra que l’autorité de Dieu, dont on suivra la loi sainte, uniquement par principe de conscience et d’amour, sans s’en écarter d’un seul point. Heureux état ! Ce sera la vraie théocratie, qui eût été le seul gouvernement du genre humain, si l’homme n’eut point péché. Tous les biens seront communs, sans distinction de tien et de mien. De sorte que la primitive Eglise n’était qu’une ébauche de celle-ci… chacun s’occupera par raison, plus que par besoin, d’un travail modéré, capable chaque jour de faire subsister un corps presque tout céleste, et d’entretenir une vie qu’on s’attendra à voir finir chaque jour.
Le plus grand soin pour tous sera donc celui du culte des autels, et l’entretien de tout ce qui a rapport à la religion et peut contribuer au salut commun et à la perfection de ses enfants. On n’entendra dans cette sainte société que des hymnes et des cantiques de joie, des airs de jubilation, des accords harmonieux que le divin amour formera sans cesse en l’honneur du Dieu trois fois saint. On n’y entendra aucune de ces chansons profanes, des accents lascifs et corrupteurs d’une musique efféminée qui amuse et amollit aujourd’hui si criminellement les coupables enfants du siècle.
Par ces divins accents tous les cœurs seront pénétrés et embrasés des plus pures flammes ; et, du sein de l’Eglise de la terre, s’élèvera continuellement un agréable concert pour l’unir à l’Eglise du ciel et répondre aux concerts de celle-ci, et pour restituer à la musique sa fonction naturelle et sa première destination.
Faut-il après cela s’étonner si cette troupe terrestre devient de plus en plus l’objet des regards et des complaisances du ciel ? Faut-il s’étonner si le Fils de Dieu prend ses plus chers délices, et s’il veut habiter jusqu’à la fin au milieu de ces enfants des hommes ? Faut-il s’étonner enfin s’il s’y trouve, comme Jésus-Christ me l’a fait connaître, une multitude de martyrs de désir et de volonté, que l’amour le plus vif consumera de son ardeur ? Ces heureuses victimes sècheront dans l’attente de voir et de posséder Notre Seigneur dans sa gloire. D son côté Jésus-Christ semblera se complaire à se voir ainsi désirer de ses plus chez enfants. Il recevra avec plaisir les tendres soupirs de leurs cœurs. Ces anges terrestres partageront les ardeurs des Séraphins et le disputeront en amour aux premiers habitants du ciel…"

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Ven 15 Oct 2010 - 16:19

Dernières épreuves par lesquelles
J.C. prépare son Eglise à
Paraître au Jugement.



« …. Soudain je vis une rude peine qui s’étendit sur tous les ministres et enfants de l’Eglise, peine qui leur fut plus sensible que la faim et la soif, la misère, et toutes les persécutions de l’Antéchrist… Ce fut la privation des consolations sensibles et intérieures. Je vis que Dieu leur retira tous les secours du ciel… Ils ne sont plus assistés visiblement par les Anges, ils n’entendent plus la voix consolante des prophètes. Ils ne sont plus rassurés par des grâces sensibles ; leurs ministres eux-mêmes, ne sachant presque plus à quoi s’en tenir sur des promesses qu’ils ne voient point s’accomplir, seraient presque tentés de perdre l’espérance. Cependant ils ne cessent d’exhorter les fidèles à la patience. « Jésus-Christ viendra infailliblement, leur répètent-ils ; mais il faut attendre son heure sans perdre courage. Le ciel veut nous éprouver jusqu’à la fin, pour avoir occasion d’augmenter nos mérites. Redoublons de zèle, d’ardeur et de pénitence, demandons-lui avec plus de ferveur que son règne arrive. »
Dieu me fait connaître que c’est dans ces dispositions si saintes qu’il doit les trouver… que c’est alors qu’ils toucheront au Jugement. »



Agonie d’amour de l’Eglise.


"Mais ce n’est ici que le commencement ou une partie des douleurs intérieures de l’Eglise. Jésus-Christ me fait voir de quelle manière il se plaît à martyriser cette sainte Epouse triste et affligée ; elle boit à longs traits dans le calice amer de la sainte Passion. Notre Seigneur aime à la rassasier d’opprobres et d’angoisses qui la font s’écrier : Mon âme est triste jusqu’à la mort ! Je vois la cause de sa désolation profonde ; c’est le divin amour qui lui lance toutes ses flèches et lui décoche tous ses traits enflammés. Comme la brique dans le fourneau qui la cuit, toutes les puissances de son âme en sont brûlées et desséchées ; elle tombe dans des défaillances et des langueurs mortelles, et se voit réduite à une triste agonie. Au fond de ses angoisses et de ses peines intérieures, elle s’écrie : ô vous tous qui passez, considérez, et voyez s’il fut jamais douleur semblable à la mienne ?… Je languis dans l’attente de mon bien-aimé ; j’ai une soif ardente de le voir, je voudrais au moins savoir l’heure e son arrivée, après laquelle je soupire depuis si longtemps ! O vous tous, cœurs sensibles aux attraits de ses charmes, prenez part à ma douleur !…
Ce qui l’attriste davantage c’est l’espèce d’incertitude où il l’a laissée sur ce point : est-elle digne de son amour ou de sa haine ! Elle ne sait presque s’il ne l’a point abandonnée, et comme répudiée dans son aversion. L’appréhension, la seule idée d’être séparée de son céleste Epoux, pour un temps dont la longueur illimitée qui paraîtrait comme une éternité à cause de la violence de son amour, cette appréhension est pour la sainte Epouse (l’Eglise, et en particulier l’âme fidèle) un glaive de douleur qui la transperce et déchire ses entrailles, comme la lance meurtrière perça le cœur de son divin Epoux sur la Croix ; trait de ressemblance par lequel l’amour divin fait en elle la plus parfaite copie de son divin projet.
Mon Dieu ! Mon Dieu ! m’avez-vous donc abandonnées, s’écrie-t-elle dans l’amertume de son angoisse ! … Ah ! mon cher Epoux, qu’êtes-vous devenu pour moi, ou que suis-je devenu pour vous ? De grâce, ôtez-moi mes inquiétudes et mes alarmes ; et, s’il est possible, détournez de moi la vue d’un calice que je ne puis supporter ! Mais, que dis-je, mon Père ? Ah ! que votre sainte volonté soit faite, et non pas la mienne ; je m’y soumets jusqu’au dernier soupir ! J’ai trop mérité les effets de votre juste rigueur, et je veux les souffrir de la manière et autant de temps qu’il vous plaira …
Ainsi parle cette amante éplorée et contente du sort qui l’accable… Mais bientôt son cœur ne pouvant plus suffire aux ardeurs qui le consument, elle s’adresse aux files de Sion, je veux dire aux âmes bienheureuses de la Jérusalem céleste, pour savoir des nouvelles de son céleste Epoux : »Dites-moi, je vous en conjure, où est la demeure de mon bien-aimé ! Instruisez-moi sur tout ce qui le touche ; et, si vous l’avez vu quelque part, dites-moi par où il a passé, afin que je vole sur ses traces ; car je languis d’amour pour lui… Je suis déterminée à tout entreprendre pour le trouver en quelque endroit qu’il soit… Je passerai les barrières de la ville ; je demanderai aux sentinelles : « N’avez-vous pas vu mon bien-aimé, le cher objet de mes soupirs et de mes vœux ? Je courrai dans les campagnes, et je ne me donnerai point de repos que je n’aie trouvé cet objet que mon cœur aime et après lequel je soupire depuis si longtemps ; que je n’aie vu son aimable visage et entendu l’agréable son de sa voix … ».
Qui le croirait ! cette Epouse désolée cherche au loin un Epoux qui est si près d’elle. Tandis qu’elle court et l’appelle, c’est lui qui la conduit par la main, ou plutôt, la tient entre ses bras… C’est lui qui forme en elle ces soupirs et ces voeux si ardents. Enfin il lui répond, et elle le reconnaît à sa voix qui la fait tressaillir…
« Que vos démarches me sont agréables, ma chère Epouse, lui dit-il ; que votre amour m’est doux ; et que je suis sensible à la tendre affection que vous avez pour moi !… Oui, ma bien-aimée, vous avez blessé mon cœur, vous êtes toute belle à mes yeux… »
Alors, quelle joie, quelle allégresse !… Je vois que le divin amour décoche et épuise tous ses traits, auxquels le cœur de la sainte Epouse ne peut plus suffire… « Ah ! dit-elle, mon tendre Epoux, je n’en peux plus… Je tombe en défaillance… Mon cœur languit d’amour pour vous ! Il brûle du désir de s’unir à vos, et de vous posséder sans crainte de vous perdre jamais !…(1). Je vois donc dans ce moment le saint Epoux et la sainte Epouse dans des embrassements et des ravissements de l’amour le plus tendre et le plus vif … C’est comme une union parfaite … Mais ne pouvant plus résister, le cœur de la sainte Epouse succombe sous les efforts du divin amour… Ce qui lui fait dire comme à Jésus-Christ sur la croix : « Tout est consommé… Mon Dieu !… Mon bien-aimé, mon cœur ravi de vos beautés tombe en défaillance… Je remets mon âme entre vos mains… ».
Alors je la vois comme expirer…Mais, que dis-je ? Elle est immortelle, et comme Jésus-Christ sur la croix, elle sent redoubler son ardeur. C’est alors qu’elle pousse les soupirs les plus vifs et les plus ardents vers son divin Epoux, jusqu’au moment où je la vois s’endormir sur son sein et entre ses bras… Alors j’entends le divin Epoux qui dit à toute la nature : »N’éveillez pas ma bien-aimée jusqu’à ce qu’elle s’éveille ou que je la réveille moi-même…(2) ».
Cette nouvelle situation de l’Epouse représente donc l’état des enfants de l’Eglise et de ses ministres, dont nous avons vu les souffrances intérieures et extérieures. Les peines et les désolations, les afflictions et les craintes sont pour eux les plus dures épreuves ; ce sont les flèches dont l’amour blesse sans cesse leurs cœurs, et qui les conduisent à la plus douloureuse agonie, dans laquelle pourtant l’amour leur fait trouver un vrai bonheur… Je les entends se dire les uns aux autres : Hélas ! nous ne savons quand le Seigneur viendra ; quel ennui !… Combien d’années avons-nous encore à languir dans cette triste situation ! Ne verrons-nous jamais le jour de son triomphe et de son règne éternel ?… Ce sera alors, dit le Seigneur, qu’ils toucheront justement au Jugement et qu’ils seront enfin témoins de la fin du monde, et du grand avènement de Celui qu’ils ont tant désiré."

(1)A ce moment, la Sœur s’interrompit pour dire à M. l’abbé Genet : »Pardonnez mes expressions, mon Père. Rien d’impur dans mes idées, je puis vous l’assurer. Je ne dois rien omettre de ce que Dieu me fait voir pour être écrit… Malheur à celui qui, contre les desseins de Dieu, trouverait une occasion de scandale dans une allégorie toute spirituelle qui n’est que pour son édification …»
(2)Après que la Sœur eût ainsi parlé sur l’amour mutuel des deux Epoux mystiques, M.Genet lui demanda si elle connaissait le livre des « Cantiques ». Elle répondit : »Je sais que ce livre existe dans la Sainte Ecriture, mais voilà tout ce que j’en sais, jamais je ne l’ai lu. D’ailleurs vous savez que je ne parle point d’après l’Ecriture, encore moins d’après les connaissances humaines. Tout ce que je viens de vous dire regarde l’intérieur de l’Eglise à l’égard de Jésus-Christ. Je l’ai vu comme je viens de vous le rendre… Mais je l’ai vu en Dieu, et d’une manière si spirituelle et si divine, qu’elle est infiniment au-dessus des sens et de la nature, qui n’y a aucune part ; de sorte, mon Père, que, dans tout ce que j’ai vu, il ne m’est pas venu dans l’esprit la moindre idée tant soit peu charnelle ni déshonnête…

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Sam 16 Oct 2010 - 19:45

Mort des enfants de l’Eglise et de tout
le reste des hommes.


« Je vois les ministres des autels qui s’assemblent dans les Eglises avec tout le peuple pour y célébrer les divins mystères, comme ils l’ont toujours fait ; mais ils ne savent pas que c’est en ce jour la dernière fois qu’ils seront célébrés… Ils donnent la communion à tout le peuple fidèle… C’est alors que se passent ces tendres embrassements, cette union mystérieuse de l’Epoux et de l’Epouse, ces ravissements, ces extases, ces transports de l’amour le plus vif et le plus tendre… Enfin, ne pouvant plus soutenir l’effort du divin amour, les fidèles y succombent, et je les vois tous expirer doucement dans le baiser du Seigneur, comme un tendre enfant s’endort paisiblement sur le sein qui l’a porté…
Voilà la mort précieuse de tous les enfants de Dieu et de son Eglise. Les autres enfants des hommes meurent aussi dans le même temps, et tout ce qui vivait a subi le trépas… Reposons-nous aussi, mon Père, quelques instants, pendant le silence universel des êtres créés, en attendant que nous parlions du réveil général qui doit donner le spectacle imposant d’un nouvel ordre de choses. Ce que Dieu m’en fait voir devrait fixer l’attention de toute créature raisonnable. Cet effrayant tableau puisse-t-il faire sur l’esprit des pécheurs endurcis l’impression la plus salutaire, suivant les desseins de Celui qui me fait parler pour leur salut… »



Du jugement général



Renouvellement du ciel et de la terre
purifiés par le feu.


« Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; par Jésus et Marie, et au nom de la très sainte Trinité, j’obéis.
Mon Dieu, mon Père, quelle épouvantable matière nous allons entamer aujourd’hui… l’ajournement donné à toutes les créatures pour l’exécution de toutes les promesses et de toutes les menaces ; le terme assigné pour le juste et le pécheur ; le dénouement tragique de tant de scènes et de tant d’intrigues ; le jour du Seigneur où la vérité doit enfin triompher de tant d’erreurs, et où tout doit pour jamais rentrer dans l’ordre ; la dernière catastrophe de l’univers ; disons la mort, la fin du monde, le jugement universel avec ses épouvantables circonstances !… Pour moi, mon Père, j’en suis si effrayée d’avance, qu’il me faut un ordre de Dieu pour m’obliger à vous en parler… La crainte qu’il m’inspire me laisse à peine le courage de vous en ébaucher le terrible spectacle, et je ne sais si j’aurai la force de l’exécuter… J’obéirai pourtant, mon Père, et je vous répéterai en tremblant ce que Dieu m’a fait voir pour que vous l’écriviez… Tâchons de bien suivre la lumière qui m’éclaire et me conduit…
Après la mort de toute créature vivante, ce qui s’appelle la fin du monde, j’entendis un bruit confus, une plainte universelle de tous les êtres inanimés, dont chacun prit, en ce moment, un langage éloquent et terrible. C’était le cri de la nature. Le soleil, devenu obscur et ténébreux, s’arrêté dans sa course et dit à son Créateur : »Souverain Maître, depuis que vous m’avez tiré du néant, je n’ai cessé d’exécuter vos ordres, en éclairant le monde de ma lumière et l’animant de ma chaleur vivifiante ; mais quelle reconnaissance ces hommes vous ont-ils témoignée pour tant de bienfaits qui leur sont venus par mon moyen ? Les ingrats !… ils ont abusé de ma lumière ; ils ont infecté mes rayons en commettant crimes sur crimes en ma présence et devant ma face !… Je vous demande réparation, justice et vengeance, Seigneur, pour tant d’outrages qu’ils vous ont faits à mon occasion, et je demande d’être purifié de tant de sales voluptés dont ils ont souillé la pureté de mes regards. »
Plus animée encore, et la rougeur sur le front, la lune demande justice et vengeance des crimes honteux que les hommes ont confiés à ses rayons, en cherchant à les envelopper sous les ombres de la nuit, pour les dérober à la clarté du jour. Tous les astres demandent à être purifiés des forfaits dont on les a rendus témoins, par une espèce de complicité…
Plus fortement encore la terre crie vengeance contre l’ingratitude des pécheurs, et veut être purifiée des abominations dont ils l’ont souillée et rendue le théâtre impur… »Je les ai nourris, dit-elle, par vos ordres ; je leur ai servi d’escabeau et fourni tout ce qui était nécessaire à leur vie ; et pour toute reconnaissance, ils m’ont infectée, déshonorée et maltraitée de toutes les manières ».
La mer, le feu et l’air et tous les éléments, les arbres, les plantes, les animaux différents, la nature entière, tout prend un langage de vengeance, qui sollicite la justice divine contre lé pécheur ; tout se réunit pour lui reprocher les services qu’il a reçus et l’abus qu’il en a fait, son ingratitude envers les bienfaits de son Créateur. Tout demande enfin à être purifié de nouveau, et la nature entière veut une réparation, une régénération, et comme une nouvelle existence qui la délivre pour toujours de l’esclavage, qui l’avait réduite à servir à la vanité et aux passions des hommes…
Aussitôt j’entends une voix toute puissante qui dit : »Oui, voici le moment où je vais tout renouveler… Je » vais faire de nouveaux cieux et une nouvelle terre… Et cela se fera en un clin d’œil ». Un feu prodigieux parti du firmament et répandu dans les airs, descend sur la terre, où dans la minute, il a tout consumé, tout détruit, tout purifié, sans qu’il y reste un seul vertige de souillure. Ainsi se fera par le feu cette purification substantielle, cette admirable rénovation des éléments de la nature entière, dont il résultera une nouvelle terre et de nouveaux cieux. »

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Lun 18 Oct 2010 - 15:32

Fin du Purgatoire.
Augmentation des souffrances
des âmes quelques années avant
leur délivrance.


« A ce grand spectacle, mon Père, Dieu en fait succéder un autre, qui n’est pas moins imposant en lui-même, ni moins préparatoire au grand dénouement, je veux dire la vue qu’il me donne du purgatoire qui va finir.
Je vois donc ici, mon Père, une multitude innombrable d’âmes plongées dans les flammes dévorantes, et que le désir de voir et de posséder l’objet de leur amour fait encore plus souffrir. Elles souffrent toutes beaucoup du feu, mais non pas également. J’en vois certaines qui souffrent si excessivement que leurs peines égaleraient celle des damnés, si on en excepte le désespoir et l’éternité… Elles aiment Dieu, et ne sont point désespérées, et par là elles jouissent d’une sorte de paix au milieu de leurs tourments. Il s’en trouve cependant, et c’est ici la plus grande peine du Purgatoire, qui ne savent, à bien dire, où elles sont et qui se trouvent comme incertaines sur leur sort ; qui doutent, en un sens, si Dieu leur a fait miséricorde, et si elles auront jamais le bonheur de le voir et de le posséder. Seulement elles ne se rappellent point qu’il les ait maudites, et, dans cette pensée qui fait toute leur espérance et leur consolation, elles le bénissent et se résignent à sa volonté… Cette différence essentielle entre elles et les réprouvés suffit pour alléger une incertitude, qui ferait, sans elle, de leur Purgatoire une espèce d’enfer. Mais on comprendra facilement et sans doute combien dans de pareils tourments il est différent de ne savoir trop où l’on est ou e savoir, à n’en point douter, qu’on est en enfer ;… de ne pouvoir se rappeler quelle sentence on a subie, ou bien d’avoir toujours dans le souvenir la sentence de sa condamnation, sans pouvoir s’en distraire un seul instant. Le premier état est terrible ; mais le second seul fait le sort et l’enfer d’un réprouvé…
Le feu qui les brûle agit avec discernement sur ces pauvres âmes, et les punit à proportion de leurs fautes ou de ce qu’elles sont redevables à la justice divine. Le premier soulagement que Dieu, fléchi par la longueur de leurs peines, ou par les suffrages de son Eglise leur accorde, c’est de leur ôter cette espèce d’incertitude qui les laissait dans une si cruelle situation. Elles se rappellent alors très distinctement qu’elles ne sont pas rejetées ; qu’elles sont au contraire destinées à voir et à posséder Dieu. O souvenir consolant ! elles souffrent leur Purgatoire avec encore plus de résignation et d’amour.
J’en vois une multitude sans nombre qui ne s’y trouvent que pour des fautes très légères, comme paroles oiseuses, complaisances dans les pensées inutiles, retour d’amour-propre dans le bien, distractions un peu volontaires dans la prière, petites médisances, humeurs, promptitudes, vivacité dans les contradictions, défaut de support des défauts d’autrui… D’autres, le croira-t-on, mon Père, pour de seules imperfections, par exemple, pour n’avoir pas correspondu à la grâce avec assez de fidélité ni dans toute l’étendue que Dieu le voulait ; pour n’avoir pas tendu à Dieu avec assez de force et de persévérance ; ne l’avoir pas servi avec assez de ferveur et d’amour, n’avoir pas été aussi saintes qu’il le demandait d’elles, et suivant la mesure de grâces qu’il leur avait accordées pour cela … Il faut que tout passe par les flammes, que tout soit puni et purifié en Purgatoire, et pour bien juger des fautes qu’on appelle légères, et bien connaître la haine que Dieu leur porte, il faudrait voir et sentir la rigueur avec laquelle il les punit dans ses amis mêmes, et avec quelle exactitude il en détruit jusqu’au moindre vestige, afin qu’aucune tache du péché ne paraisse à ses yeux, ni ne souille la pureté de sa présence et la sainteté de sa maison… Mais il y a des âmes à qui Dieu fait souffrir un Purgatoire d’amour plutôt que de sens… il faut aimer comme elles pour en comprendre la rigueur…
Dieu me fait voir que, plusieurs années avant le jugement, les peines du Purgatoire seront augmentées pour chaque âme à proportion qu’elle aura plus à payer de dettes ; car je vois que dans une seule année, Dieu, s’il le veut, peut plus faire souffrir une âme que dans l’espace de cent ans. J’entends les Anges leur annoncer qu’elles ne souffrent si cruellement que parce que le jugement approche et que Dieu n’augmente leurs souffrances en rigueur, que parce qu’il veut les abréger en durée… Je vois aussi que lorsque Jésus-Christ sera prêt à donner le signal de la grande résurrection, les Anges iront en Purgatoire en retirer toutes les âmes purifiées, qu’ils amèneront avec celles des enfants de l’Eglise expirés dans le baiser du Seigneur, comme nous l’avons vu dernièrement, et dont les corps seront gardés par les Esprits bienheureux…. »

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Mar 19 Oct 2010 - 15:04

Résurrection générale des bons
et des méchants.



« Le Firmament renouvelé dans sa nature et orné de tous ses astres, présentera un soleil et des étoiles d’une matière comme spirituelle, et d’une clarté tempérée qui ne s’éclipsera jamais, et qui l’emportera infiniment sur tout ce que le ciel visible a maintenant de plus admirable… La terre, devenue un globe transparent aura toute la clarté du plus beau cristal, sans en avoir la dureté. Rien ne sera détruit, excepté les animaux et tout ce qui est nécessaire à leur subsistance dans l’état présent des choses. Tout sera renouvelé, excepté les corps des réprouvés, qui seront changés en pire, et dont la condition sera mille fois plus malheureuse et le sort mille fois plus funeste que jamais…
Je dis, mon Père, qu’excepté les animaux, aucun être ne sera détruit, et cela doit s’entendre quant à la substance, qui restera identiquement la même : mais le feu détruira, par la rénovation, tout ce qui s’y trouvait de corruptible. Du reste, je vois que Dieu conservera tout ce qu’il a fait. Ce sont des créatures sorties de ses mains et dont il veut éternellement tirer sa gloire. Eternellement, autant du moins qu’elles en seront capables, il en sera loué et remercié. Il leur donnera à toutes une nouvelle bénédiction. Chacun d’elles, à l’approche de son Créateur, bondira de joie, comme un agneau auprès de sa mère. La terre se couvrira de fleurs et d’arbres incorruptibles qui serviront probablement à quelques créatures destinées à l’habiter encore. Sans m’en dire davantage sur ce point aujourd’hui, Dieu m’a fait prévoir que cette belle et vaste demeure doit être occupée éternellement par des créatures qui l’y glorifieront à leur manière, et qu’il ne veut pas me faire connaître encore…
Je vois les Anges descendre sur la terre en plus grand nombre qu’auparavant, à l’ordre du Seigneur ; je les vois emboucher des trompettes et se partager aux quatre coins du monde, pour y donner le terrible signal de la grande résurrection des morts…
Ils font retentir leurs trompettes, et, dans le moment, les corps des bienheureux se retrouvent dans leur même chair, avec leurs muscles, leurs nerfs, leurs tendons, leurs ossements et tout ce qui constitue l’essence du corps humain, sans qu’il y manque aucune partie. Quand on les aurait mutilés et mis en mille pièces, quand leurs cendres jetées au vent se seraient divisées par toute la terre ; quand elles auraient été absorbées dans le vaste sein de l’océan, dans les abîmes de la mer, elles se retrouveront miraculeusement réunies au même moment, pour composer encore les mêmes corps qui, par cette seconde composition, se trouveront rajeunis, renouvelés, purifiés comme un beau cristal. Ils seront doués de toutes les qualités glorieuses ; mais leurs âmes n’y étant point encore rentrées, je les vois sans mouvement et sans vie. Je vois ensuite arriver une troupe innombrable d’Anges gardiens suivis des âmes qui doivent rentrer dans ces corps ainsi recomposés…
Quelle joie ! quelle consolation ! … Quel triomphe pour les uns et les autres, au moment où ces âmes glorieuses retrouveront et reconnaîtront chacune son propre corps, et s’y réuniront en se donnant mutuellement mille bénédictions et mille louanges ?…
Enfin, je te retrouve après une si longue absence, cher compagnon de mes pénitences et de mes travaux, dira cette âme fortunée ! je te retrouve après une si longue absence !… Ah ! qu’il sera doux pour moi de ne plus te quitter, car jamais tu ne m’avais paru si beau, si cher et si aimable ! quel bonheur de partager mon éternelle félicité avec ce cher compagnon des pénitences et des mortifications qui me l’ont méritée !… Pardon, mon corps, si je t’ai tant fait souffrir sur la terre ; mais tu verras bientôt que je travaillais à te rendre heureux. Tu as partagé mes peines, viens, car il est juste, viens en goûter la récompense qui ne doit point finir… Je sens que je suis pour toi et que notre sort est tellement lié, que je ne puis en quelque sorte être parfaitement heureuse sans ta participation !
Viens donc mettre le comble à mon bonheur, en le goûtant toi-même, en le partageant avec mois !…
Alors, mon Père, se fera la vraie résurrection, c’est à dire la réunion substantielle et hypostatique, par laquelle ces corps bienheureux redeviendront des hommes vivants et animés dans toutes leurs parties… Je les vois se lever sur leurs pieds, brillant comme autant d’astres lumineux, tous dans une florissante jeunesse et comme à l’âge où Jésus-Christ a quitté la terre… Dieu suppléant par sa puissance aux accidents et aux défauts de la nature, on ne verra plus en eux ni difformités, ni imperfections d’aucun côté. La taille sera la même en tous, aussi bien que la construction ; mais les couronnes et les qualités glorieuses, seront différentes selon la différence des mérites…
Ces corps, ainsi miraculeusement ressuscités, imiteront, en quelque sorte, les qualités glorieuses du corps de Jésus-Christ sortant du tombeau. Ce seront les mêmes qualités qui rejailliront sur eux, et leur résurrection ne sera qu’une émanation de la sienne… Quelque brillants qu’ils soient par eux-mêmes, combien ne le deviennent-ils pas davantage par leur union avec leurs âmes ! ils jouissent dès ce moment d’une vie nouvelle qu’ils n’avaient jamais ressentie, quoiqu’ils en eussent tant de fois reçu le principe et le gage dans la participation au Corps du Chef des prédestinés. Un torrent de délices vient les inonder ; il se répand dans tous leurs sens intérieurs et extérieurs, auxquels il fait éprouver une sensation propre à chacun d’eux en particulier, de manière que ce sera véritablement une humanité divinisée. Ils auront l’aspiration et la respiration ; une odeur charmante, et au palais une admirable satisfaction produite par une salive agréable et nutritive ; un suc, le plus doux et le plus inexplicable, coulera dans leurs veines pour y entretenir sans cesse le principe de la vie de l’immortalité. Il ne manquera aucune des parties, aucun des membres nécessaires à l’intégrité du corps humain. Dieu ne mutile pas ce qu’il a fait pour le conserver…
Je vois les Esprits célestes partager en trois bandes les bienheureux, qu’ils ont déjà séparés des méchants. Les âmes pures qui ont suivi l’Agneau de plus près sur la terre prendront les premières leur essor, et seront d’abord enlevées au plus haut des airs ; elles se joindront à la cour céleste pour accompagner le triomphe du Roi de gloire et redescendre avec lui… La seconde bande sera placée dans le firmament, et remplira les airs pour orner son passage et sa marche pompeuse, jusqu’au lieu où il doit s’arrêter. Mêlés aux différents choeurs des anges, on verra ces bienheureux rangés en bel ordre, tapisser la voie et y élever à sa gloire immortelle des arcs de triomphe et les trophées les plus brillants, chanter sa victoire éclatante, et faire tout retentir des concerts les plus harmonieux et les plus ravissants…
La troisième partie des bienheureux restera sur la terre pour attendre la venue du souverain Juge, avec une inquiétude mêlée d’une espèce de crainte que leur inspirera ce grand appareil et l’importance de l’événement qui se prépare ; ils lèveront la tête et tourneront fixement les yeux vers le lieu par où il doit venir, en témoignant le plus vif intérêt… Position bien frappante, sans doute, mon Père, expectative bien intéressante, et spectacle bien capable d’imposer à toute la race humaine, à toute la postérité d’Adam ! Quel homme peut rester indifférent à la fin d’une telle scène, s’il réfléchit attentivement qu’il lui est inévitable de s’y trouver !…
Quel affreux spectacle, mon Père, vient effrayer mes regards et troubler la joie de mon cœur ! que de monstres horribles !… Ce sont les corps des réprouvés dont la terre est couverte… Objets insupportables à la vue ; je les vois d’abord sans mouvement, comme l’avaient été ceux des saints ; mais voici qu’au signal donné l’enfer vomit leurs âmes impures, avec les démons qui les traînent pour les y réunir… Je dis que l’enfer les vomit, pour marquer la violence que leur fait la justice divine, en les forçant de paraître à son jugement, sans qu’il en reste une seule qu’il n’y soit présentée avec son corps…
Ces âmes infortunées seront donc contraintes de rentrer dans ces cadavres hideux et épouvantables, qui, sur l’heure, ressentiront comme elles tous les tourments de l’enfer ; ou, si vous aimez mieux, ces âmes malheureuses seront, à l’occasion de leurs corps matériels, attaquées, et comme investies, pénétrées même de toutes sortes d’infections, de maladies, d’infirmités, de douleurs insupportables dans toutes les parties de ces corps malheureux… Joignez à cela tout ce qu’y ajoutera de douleurs l’activité d’un feu aussi insupportable qu’il est incompréhensible… Je vois donc ces cadavres hideux, ces puantes carcasses étendues sur la terre ; mais leur infection et leur corruption sont tellement concentrées, que la terre, qui les porte à regret, n’en est aucunement souillée… Je vois bouillir leurs entrailles puantes et infectes, comme une chaudière sur une fournaise ardente… Enfin, je vois les exécuteurs de la justice divine les ranger au côté gauche pour y attendre le jugement définitif qui doit à jamais fixer leur sort, et la sentence authentique qui va bientôt justifier à jamais l’équitable vérité qui les condamne… »

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Jeu 21 Oct 2010 - 15:21

J.C. descend avec majesté
pour juger le monde.
Manifestation des consciences.



« Vous vous rappelez, sans doute, que je vous ai parlé du dernier jour du monde, de la mort des justes et de celle des pécheurs. Eh bien ! mon Père, tout ce que je vous ai dit depuis cette époque s’est passé dans la matinée du même jour… Je vois dans Notre Seigneur, que lorsque le Roi de gloire paraîtra et descendra pour exercer son jugement, il ouvrira la porte de la grande éternité ; et cette porte s’ouvrira vers le midi du même jour, qui sera le dernier du monde… Là, finira la succession des temps, la révolution des siècles et des années… On ne comptera plus ni jours, ni nuits, ni mois, ni semaines, ni saisons… Il n’y aura plus d’heures, de minutes, ni de moments… Tout cela rentrera dans le sein du vaste océan, tout sera nommé Eternité !… éternité !… éternité !…
Dieu, qui d’une seule parole a tiré le monde du néant, a pourtant passé six jours à disposer et perfectionner son ouvrage, pour nous prouver qu’il est libre dans sa toute puissance et que rien ne peut forcer sa libre volonté. De même, mon Père, je vois que quoique Dieu puisse finir le monde et le juger dans un clin d'œil, il usera encore de sa liberté pour justifier pleinement sa providence et les décrets de sa justice. Par conséquent, je vois qu’il donnera à cette importante discussion une certaine étendue, qui sera pourtant bornée à un temps très limité !…
Voici donc, mon Père, l’heure de ce grand et terrible jugement !… J’aperçois dans les airs le signe lumineux de notre rédemption, l’instrument de notre salut, la croix du Sauveur qui s’avance… Quel triomphe éclatant ! Ennemis de cette croix, qu’allez-vous devenir ?… Comment en supporter la vue ?… Je vois le Roi de Gloire qui s’approche dans tout l’éclat e sa majesté suprême, dans l’appareil terrible de sa toute puissance… Je le vois assis sur son trône e justice, dont la base inébranlable repose sur un globe éclatant, en forme de niée lumineuse qui lance de toute part la foudre et les éclairs… Mais à mesure que le juge s’approche, je vois ces foudres et ces éclairs se ranger à sa gauche pour ne frapper que sur le côté des réprouvés. Je vois la cour céleste et toute l’Eglise triomphante entourer le trône du Roi des rois, en chantant les airs les plus sublimes à sa gloire… Je vois la majesté du Seigneur descendre doucement du ciel, à peu près comme il y a monté le jour de son Ascension. Il est assis sur une nuée éclatante, ou plutôt sur un globe lumineux formé exprès ; car la terre purifiée et renouvelée, comme nous l’avons dit n’enverra plus de vapeurs propres à former des nuages…
Je vois la troupe des anges et des justes, qui sont sur la terre, tressaillir de joie et d’allégresse, et s’élever déjà d’eux-mêmes pour aller à sa rencontre, en s’unissant aux concerts des bienheureux et faisant retentir les airs de ces cris de joie et de triomphe que j’ai entendus, et dont Dieu veut que je vous répète quelques chose. « Gloire à Dieu aux plus haut des cieux ! Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !… Gloire, louanges, vertus, puissance à notre Dieu et à l’Agneau qui est assis sur le trône !… Quelle heureuse arrivée !… Je vois le trône du souverain Juge s’arrêter à vingt ou trente pieds de terre, toujours environné de ce globe de lumière qui ne cessera de lancer d’un côté des rayons doux et agréables, et de l’autre côté des flammes vengeresses jusqu’au moment où les réprouvés auront été précipités dans les abîmes…
Au centre de la cour céleste et de l’Eglise qui environne son Roi, rangée en bel ordre et sans aucune confusion, je vois s’élever quantités de trônes autour de celui de Jésus-Christ. Ils sont destinés pour ses ministres, que je vois s’y asseoir par son ordre, en commençant par les premiers Apôtres jusqu’au dernier des bons prêtres. Ils y resteront assis comme leur Maître et seront les seuls à jouir de ce privilège, si on excepte la Mère du Rédempteur, qu’en cette qualité tous les élus reconnaîtront pour la Reine et la souveraine de l’univers…. La troupe innombrable des autres saints ne sera point assise pendant le jugement. Ils se tiendront tous debout, par respect pour la personne adorable de Celui qui va les juger, et pour l’autorité qu’il accorde à ceux qu’il veut bien associer à ce grand jugement…
Je vois ensuite un énorme volume que les anges présentent devant le Juge. Il est scellé en tous sens par d’invisibles plaques d’or… « Voici, dit le Juge, le secret des consciences que j’ai tenu caché si longtemps. Les hommes vont voir et connaître ce qu’ils n’avaient jamais vu, des mystères d’iniquité qu’ils n’auraient pas même soupçonnés ; car il s’agit de justifier ma providence et de prouver à tout l’univers l’équité de mes jugements… que le monde entier lise, qu’il juge et qu’il décide entre ma créature et moi… J’irai jusqu’à pendre le pécheur lui-même pour arbitre du différend qui nous divise ; je le rendrai juge dans sa propre cause, et je le sommerai de me dire si je suis injuste en le condamnant. »
A ces mots, le Juge met la main sur le volume fatal où se trouve consignée l’histoire abominable de tous les crimes du monde, qui n’ont point été expiés par une vraie pénitence. Il en brise les sceaux mystérieux, et devant moi le volume est ouvert aux yeux de toutes les créatures, à la face du ciel et de la terre ; de manière que chacun y verra tout ce qui se sera jamais passé dans le cœur des réprouvés, répété comme dans un miroir ou dans un tableau fidèle. On verra toutes les abominations, tous les crimes les plus secrets dont ils se seront rendus coupables. Pensées orgueilleuses, désirs effrénés de vengeance, mouvements déshonnêtes, actions impudiques, injustices criantes, coups d’œil indécents, œuvres détestables, infâmes sollicitations ;… railleries impies et blasphématoires, lâches médisances, calomnies atroces, noires trahisons ;… sacrilèges énormes, horribles profanations… Tout sera vu, compté, examiné, pesé, de manière qu’il n’y aura pas une seule créature au ciel ou sur la terre, qui n’en ait une entière connaissance, et qui ne voie toute la laideur, la noirceur, l’énormité de chaque péché en particulier, avec une souveraine horreur pour le criminel…
Ainsi se fera la manifestation des consciences. Que deviendront alors les tristes ressources de l’hypocrisie, les ténébreux détours de l’injustice, les apparences trompeuses de la mauvaise foi, et les insolents triomphes de l’iniquité ?… Quelle vengeance éclatante, Seigneur, vous en tirerez dans ce grand jour ?…
Les péchés dont les saints se sont rendus coupables, paraîtront aussi, ou du moins on en aura connaissance ; mais comme ils seront couverts et effacés par le sang de Jésus-Christ qu’ils se seront appliqué par une vraie pénitence ils ne paraîtront que pour leur gloire et pour ériger un trophée à la miséricorde divine qui les aura pardonnés. Toute leur pureté d’intention, toutes leurs mortifications et leurs aumônes, toutes leurs bonnes œuvres les plus secrètes, tous leurs combats contre eux-mêmes, leur fidélité à la grâce, leurs sacrifices journaliers, leurs victoires fréquentes, même les plus petites en apparence contre le démon, le monde, la chair… tout cela sera vu, connu, manifesté aux yeux du monde entier ; et c’est ainsi que Dieu fera rendre justice à ses saints ; qu’il prendra en mains contre le monde et les impies la cause de ses amis que le monde avait tant persécutés. Je le vois se tourner vers cette armée triomphante placée à sa droite, et lui jetant un regard tendre et amoureux qui enflamme tous les cœurs, il leur adresse ces paroles si douces et consolantes :
« C’est maintenant, mes amis et mes chers enfants, que je dois reconnaître tout ce que vous avez fait et souffert pour moi ; vous avez, par une vie pénitente e crucifiée, partagé les peines, les souffrances et les travaux de ma vie mortelle ; il est juste que vous partagiez les joies et les récompenses de ma vie glorieuse, que je vous ai méritées par ma mort. Vous m’avez aidé à porter ma croix, il est juste que en recueilliez les mérites ; vous avez marché sur mes traces par l’imitation des vertus dont je vous avais donné l’exemple, il est juste que vous me suiviez dans le royaume qui devait être le terme de cette fidélité, et que vous possédiez Celui qui fut le modèle auquel vous désiriez tant ressembler… Vous avez pratiqué en mon nom la charité chrétienne envers vos frères, vous avez soulagé mes membres souffrants dans la personne des pauvres que vous avez logés, couverts et rassasiés, que vous avez visités dans leurs maladies, dans les hôpitaux et dans les prisons ; vous avez pardonné les injures à cause de moi ; vous avez aimé jusqu’à vos ennemis… C’est à moi maintenant à vous prouver que je sis fidèle dans mes promesses et magnifique envers ceux qui m’ont servi… Rien de ce que vous avez fait pour moi ne sera perdu, et je vous tiendrai compte de l’obole et du verre d’eau froide ; la bonne volonté vous vaudra autant que la bonne action, et rien ne restera sans récompense. Pendant le cours de votre vie vous avez été fidèles en peu e chose, et pour ce peu, vous allez recevoir un bonheur immense et qui ne finira jamais. »
« Ne craignez donc rien, mes bien-aimés ; votre sort est assuré pour toujours ; la suite de mon jugement ne vous regarde plus rassurez-vous donc, et ne vous troublez pas de son appareil menaçant ».
Alors, mon Père, ne pouvant plus résister aux transports de leur reconnaissance, ni à l’ardeur de leur amour, je vois en ces bienheureux se prosterner ensemble devant le trône de leur Juge et de leur Père, mettant tout à la fois leurs couronnes à ses pieds…
« Souverain Juge du ciel et e la terre, disent-ils, Père tendre de toutes vos créatures, vous avez couronné en nous vos dons et vos grâce, et vous avez récompensé votre Sang précieux ; souffrez, nous vous en supplions, que nous vous fassions hommage de ces couronnes, que nous ne tenons que e vos bontés infinies, en chantant à jamais vos éternelles miséricordes… »
« Mes bien-aimés, leur répond Jésus-Christ, vous avez satisfait mon cœur et rempli tous mes souhaits. Je suis content d’avoir souffert la mort, puisqu’elle vous a procuré tant de biens ; aussi était-ce pour cela uniquement que je l’avais soufferte. Votre bonheur éternel, qui en est le fruit, me dédommage bien du sang que j’ai versé pour vous, et pour tant d’autres qui n’en ont pas profité… C’st pour reconnaître votre fidélité à mes grâces, que je vais répandre à jamais sur vous des torrents de délices qui jailliront de ma Divinité… Vous êtes les bénis de mon Père, et vous le serez éternellement. Mes amis, vous avez beaucoup travaillé, beaucoup souffert ; enfin, le temps des récompenses est arrivé pour vous, et le temps des vengeances pour vos ennemis ; une joie éternelle va succéder à une tristesse passagère ; les larmes d’un moment vont être séchées par un contentement durable, et le temps d’une courte douleur sera suivi d’une éternité de bonheur… Eternellement vous partagerez avec moi ma gloire, ma félicité, et pour ainsi dire, ma Divinité même… Venez donc, voilà que je vais enfin réduire sous vos pieds vos ennemis et les miens… Approchez, mes saints ministres, vous qui avec tant travaillé et tant prié pour eux, soyez maintenant juges de leur sort après avoir été victimes de leur haine ; je vous associe au jugement que je vais en porter… Eh bien ! mes amis, quel est votre avis sur ces infortunés coupables, et que voulez-vous que j’en fasse ? Parlez sans dissimulation, et ne suivez que les règles de la justice et de l’équité… »
A cette invitation de leur Souverain maître, je vois tous les juges se lever ensemble de leurs trônes : je les entends s’écrier d’une voix unanime : »Seigneur notre Dieu, nous demandons justice et vengeance contre ces malheureux qui vous ont tant outragés… »
Ensuite tous les justes ont applaudi à cette sentence en criant : « Amen ». Et la nature entière a répété ces terribles paroles : »Justice et vengeance…Que les méchants soient éternellement confondus ! ».
La croix du Sauveur dont j’ai déjà parlé, et qui avait été arborée au centre de la cour céleste pour servir d’assurance et de consolation aux justes, est apportée par les Anges devant le trône de Jésus-Christ, puis vient Saint Michel, portant de grandes balances pour peser tout au poids du sanctuaire… Il se place devant le juge à côté de la Croix.
« Allons, dit encore Jésus-Christ à ses ministres, il s’agit maintenant de fouiller dans tous les replis des consciences, et d’examiner Jérusalem le flambeau à la main. » Mon Père, ah ! sur quel effrayant tableau mes yeux sont-ils maintenant portés ?…"

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Ven 22 Oct 2010 - 18:02

Jugement des réprouvés.




« Mon Père, à la tête des malheureux placés à la gauche du souverain Juge, je vois tous ceux qui, par leur pouvoir ou leurs lumières, auront fait le plus de mal dans l’Eglise, et se seront rendus coupables par l’abus des grâces qu’ils auront reçues ; les Judas, les Antéchrists, tous les auteurs des schismes et des hérésies, tous les ennemis de la Vérité, tous les mauvais prêtres, et surtout les mauvais pasteurs ; tout ce que l’Eglise renferme et a jamais renfermé d’apostats, de sacrilèges, d’intrus, de simoniaques, de loups revêtus de la peau d’agneau, d’hypocrites enfin de toutes espèce qui auront abusé de l’autorité et de la sainteté de leur ministère, comme de l’ignorance et de la crédulité des peuples, pour altérer les principes de leur foi et les entraîner dans l’erreur ; joignez-y les tyrans et les persécuteurs des fidèles. Voilà ceux qui formeront l’élite des enfants de perdition, et ceux aussi sur qui tomberont les premiers et les plus terribles éclats de la colère du Seigneur.
Je vois au second rang les faux savants, les prétendus esprits forts, les incrédules ou mécréants, qu’on peut nommer athées sans trop hasarder ; les sectateurs d’une philosophie libertine, en commençant par ceux qui ont fait un cruel abus de leurs crédits et de leurs lumières pour séduire les âmes simples ; en général tous les scandaleux en fait de mœurs ou de croyance…
La troisième classe des réprouvés est composée de tous ceux qu’on peut appeler les pécheurs vulgaires et ordinaires ; orgueilleux, impudiques, ivrognes, vindicatifs, voleurs, petits impies ou philosophes subalternes, etc… Comme il ne faut qu’un seul de ces péchés pour être damné, on peut bien assurer que cette dernière classe sera incomparablement la plus nombreuse de toutes…
Tous les idolâtres adultes seront aussi placés à la gauche, mais dans un lieu séparé des chrétiens criminels ; ceux-ci seront distingués par une note d’apostasie qui accompagnera partout le caractère de leur baptême, d’où naîtra une opposition formelle et la plus accablante, qui sera pour eux un poids insupportable et les rendra dignes d’un supplice tout différent… Je vois aussi une troupe innombrable d’enfants mort-nés ; quoique le défaut du caractère baptismal les place aussi à la gauche, cependant ils ne me paraissent pas destinés à subir le même sort…
Tout à coup, mon Père, jetant un regard terrible et foudroyant sur le parti des réprouvés, Jésus-Christ, prend une voix de tonnerre qui retentit d’un pôle à l’autre, et fait trembler le ciel, la terre et les enfers…
Cet agneau, plein de douceur pour les uns, devient pour les autres un lion rugissant qui fait frémir les Anges mêmes… Si les justes n’étaient soutenus et rassurés par le témoignage de leur conscience et les marques de bonté qu’il vient de leur donner, ils ne pourraient soutenir ni l’éclat de cette voix terrible, ni l’air menaçant de ce Juge irrité… Que sera-ce des pécheurs ?
Après avoir pris le ciel et la terre à témoins de l’équité de sa conduite et de son jugement, j’entends sa voix tonnante reprocher à ses ennemis et ses bienfaits et leur ingratitude… Il leur reproche en détail l’abus de ses grâces signalées qu’il leur avait acquises au prix de son sang… Il leur reproche ses travaux, ses tourments, sa mort… Il leur reproche tout ce qu’il avait fait pour eux, l’excès de son plus tendre amour… Il leur reproche leurs crimes, leurs scandales, leur aveuglement, leur endurcissement, leurs sacrilèges… Il leur redemande le sang de ses enfants qu’ils ont persécutés et mis à mort : »Vous osez m’accuser d’injustice à votre égard, blasphémateurs que vous êtes ! Eh bien ! dites-moi ce que j’ai pu faire de plus pour votre salut ?…Ah ! mon sang répandu que je vous redemande, justifiera éternellement mon amour outragé…Il retombera sur vous pour vous accabler e son poids… Mais répondez, je vous le permets encore, justifiez, si vous le pouvez, et votre ingratitude monstrueuse et vos infidélités continuelles, et la noirceur de vos révoltes, et tout l’énormité de votre conduite à mon égard ».
« Vous êtes juste, Seigneur, s’écrieront dans l’amertume de leur âme tous ces malheureux réprouvés…. Vos jugements sont équitables et votre conduite la justice même… Nous le reconnaissons à la face du ciel… Oui, nous condamnons aujourd’hui notre injustice, et nous sommes contraints d’avouer que c’est par notre faute que nous sommes perdus, puisqu’il n’a tenu qu’à nous de profiter de vos invitations, de vos menaces et de vos grâces… Ah ! faut-il le reconnaître si tard !… » Les idolâtres confesseront qu’ils ont abusé des lumières de leur raison pour ne pas reconnaître le seul Auteur de l’univers et qu’ils ont commis le mal contre leur conscience… Les juifs aveugles reconnaîtront leur Messie et s’accuseront de lui avoir donné la mort par pure malice…
« Ainsi, poursuivra le Juge suprême, votre condamnation était portée d’avance par ce Juge intérieur dont je ne ferai que manifester la sentence, je veux dire ces principes de droiture et d’équité naturelles que j’avais gravés au fond de vous-même pour être la première règle de votre conduite, et dont vous n’eussiez jamais dû vous écarter… Pour vous, malheureux apostats, dira-t-il aux chrétiens réprouvés, enfants rebelles de mon Eglise, outre cette première loi que vous avez oubliée, vous avez encore contredit en plusieurs points la loi la plus sainte de mon Evangile, et mille fois vous avez violé les engagements de votre baptême ; doublement coupables, vous serez doublement condamnés et doublement punis… Je vous jugerai sur les règles de votre foi et sur celle de votre conscience, et vous saurez que je ne dois pas reconnaître pour les miens ceux qui ont rougi de m’appartenir. C’est trop peu, je dois renoncer devant mon Père tous ceux qui m’ont renoncé devant les hommes. Voilà votre sort ; et comme vous avez fait le mal contre votre conscience et vos engagements par votre propre bouche…
A quels châtiments, mes amis, condamnerez-vous ces différents coupables, demandera-t-il à la troupe de ses assesseurs ?… Seigneur notre Dieu, répondront-ils tous ensemble, il faut que leurs crimes soient pesés à la balance du sanctuaire, et qu’ils soient appréciés sur la valeur de votre Sang, sur l’offense que vous en avez reçue, sur la malice de l’esprit et la perversité du cœur qui les commit… Il faut qu’ils soient pesés, comptés et divisés, et qu’on ait retranché de leurs bonnes œuvres tout ce qui n’est pas digne d’entrer en ligne de compte… Alors, Seigneur, vous serez vengé quand votre justice aura appliqué à chacun d’eux une punition proportionnée à l’énormité de chacun de leurs crimes considérés sous ces différents rapports… »
Tout s’exécute ainsi. La discussion se fait en même temps pour tous sans aucune exception ; et le temps que durera cet examen de tous, sera pour chacun en particulier, comme si on n’avait jugé que lui, et que la justice divine ne se fût appliquée qu’à l’examiner et à la condamner tout seul… Chacun en particulier ressentira le poids de la colère céleste, selon que ses crimes l’auront méritée…
Voilà la discussion finie ; mais en attendant que la sentence soit portée en dernier ressort, jetons, mon Père, un coup d’œil sur la troupe des petits enfants dont nous avons déjà parlé… »

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Rémi le Lun 25 Oct 2010 - 15:26

Sort des enfants
morts sans baptême.



« Je les vois rassemblés de tous les pays du monde et de toutes les nations possibles ; car Dieu me fait connaître qu’il en est, à cet égard, des enfants des idolâtres morts avant l’usage de la raison comme de ceux des chrétiens morts avant le baptême, pourvu qu’ils n’aient point résisté du tout à la lumière qui leur eût montré et l’existence du vrai Dieu et la vanité de leurs idoles ; car je vois encore que le moindre abus des grâces, en ce genre, deviendrait faute mortelle à leur égard, quoiqu’ils puissent sans aucun péché se prêter à l’idolâtrie, pourvu que ce soit sans connaissance et sans réflexion. Or combien d’enfants de chrétiens n’ont jamais été régénérés ! Je les vois tous, comme des petites innocentes victimes, qui se regardent sans mot dire, ne pensant ni à s’accuser, ni à s’excuser ; rangés tous debout, comme des brebis dans un petit troupeau, pour attendre leur sort, sans rien espérer ni rien craindre…
« Voyez-vous ces petites créatures, demande Jésus-Christ, aux ministres de son Eglise ? Elles n’ont point été régénérées, mais c’est sans aucune faute de leur part ; jamais leur volonté propre ne fut en rien opposée à la mienne ; jamais elles n’ont commis de fautes personnelles, jamais elles n’ont offensé leur auteur… Leur état n’est-il pas digne de compassion ? Je soufre, je l’avoue, de ne pouvoir les associer, au moins en quelque chose, au bonheur de mes élus ; car la tache originelle que je vois en eux s’oppose aux effets de la bonté, et la justice ne laisse à leur égard aucun lieu à la miséricorde, puisque la sentence qui exclut de l’éternelle béatitude des Saints est irrévocable… Je ne puis leur ouvrir le ciel, qui leur est fermé depuis la faute de leur premier Père, vu que les lois rigoureuses de ma justice m’empêchent de leur rien appliquer des mérites de mon Sang et de ma médiation… Ils ne peuvent jamais jouir de ma présence dans la gloire. Mais, mes amis, qu’en ferons-nous ?… A quoi les condamnerons-nous ?… Et quel sort jugez-vous qu’ils doivent éprouver pendant cette éternité qui ne doit jamais finir ?… Ne pourrait-on rien faire pour eux, car je me sens porté à les favoriser autant qu’il nous sera possible ?… »
« Vous êtes le Maître, Seigneur, s’écrieront tous les Saints et surtout les Ministres des autels ; vous êtes le Maître, et vous en ferez comme il vous plaira ; mais, puisque vous l’exigez, nous vous dirons qu’il ne nous semble pas juste de les condamner aux peines éternelles pour la faute d’Adam… C’est déjà beaucoup de les priver éternellement de votre présence, et c’est, à notre avis, tout ce que mérite la tache dont ils n’ont pas été lavés… »
« Vous avez soulagé mon cœur et satisfait mon amour, par ce que vous venez de prononcer, leur dit Jésus-Christ ; écoutez, mes amis, le parti que je propose à leur égard, et dites-moi encore ce que vous en pensez. S’il se trouvait un moyen sûr de soustraire au moins ces pauvres petites créatures à la tyrannie de Satan, qui les envisage comme une proie qui lui appartient et compte s’en emparer de plein droit, ne seriez-vous pas d’avis d’en profiter ? »
« Ce sont vos créatures vos créatures, Seigneur, répondent tous les Saints, comme Maître absolu vous avez sur elles un droit imprescriptible que le démon ne peut vous disputer, et nous consentons de grand cœur à tout ce que votre sagesse fera pour tromper en leur faveur l’attente cruelle de cet ennemi du genre humain… »
« Voici donc, reprend Jésus-Christ, le secret admirable auquel Satan lui-même ne s’attend pas ; le globe terrestre purifié, comme vous le voyez, sera la demeure où, sans avoir le bonheur de me connaître ni de m’aimer, sans participer en rient au sort de mes élus, ils jouiront éternellement d’une certaine béatitude naturelle, qui consistera principalement dans l’exemption de toute espèce de douleurs… Bientôt, par la force de mon bras tout-puissant, j’enchaînerai jusqu’au fond des abîmes la fureur de Satan et de ses complices ; j’y scellerai avec eux leurs ténèbres infernales ; je boucherai tellement toutes les issues de leur malheureux séjour, qu’aucun esprit n’en pourra jamais sortir pour venir inquiéter ces enfants dans leur terrestre demeure. C’est ainsi, ajoute-t-il, c’est, par un semblable stratagème qu’une main secourable sait quelquefois soustraire un troupeau étranger, auquel elle s’intéresse par bonté, à la dent meurtrière d’une bête féroce, oit en bridant sa rage, soit en l’enfermant elle-même pour que le troupeau jouisse de la liberté. Puisque je ne puis être leur Sauveur par ma passion, je me rendrai du moins leur juge favorable en les protégeant autant qu’il me sera possible en qualité de leur Créateur… »
Alors, mon Père, il leur adresse la parole en les regardant d’un œil de compassion : »Je vous délivre, leur dit-il, des ténèbres et de la captivité où vous avez été plongés sous la puissance de Satan. Vous ne gémirez plus dans les fers ; au lieu de ces prisons obscures et souterraines, ce globe terrestre, purifié et embelli par ma puissance, sera le séjour que vous habiterez éternellement, car je ne puis rien faire de plus pour des créatures coupables à mes yeux. C’est en partie pour vous que je l’ai renouvelé, afin que vous y soyez aussi heureux que vous pouvez l’être en qualité d’enfants d’Adam, héritiers de sa révolte et privés par votre état du bonheur de ma jouissance et de la félicité qu’opèrent ma connaissance et mon amour. »
Charmés de la bonté de leur nouveau Juge à leur égard, je vois cette troupe de petits innocents se jeter à genoux devant lui, et se prosterner le visage contre terre en disant : »Ô Souverain Juge des vivants et des morts ! nous vous adorons, nous vous bénissons comme notre Créateur et notre Dieu infiniment bon. Nous vous rendons d’ éternelles actions de grâces pour les bienfaits dont vous nous comblez, sans aucun mérite de notre part, et pour la miséricorde infinie dont vous usez envers nous ; soyez-en, Seigneur, éternellement béni et glorifié par tous vos Saints. »
Toute la cour céleste retentit d’applaudissements ; la nature entière en tressaille de joie, et l’Eglise entonne des cantiques d’allégresse à la gloire du Créateur… La troupe innombrable des petits innocents se relève ; et heureux en quelque sorte dans leur malheur, ils entrent en possession d’un sort, qui ne doit point finir et d’une terre renouvelée qui doit être leur partage pendant l’éternité…
Comme Dieu n’aura à punir ni leur esprit, ni leur volonté, ni leurs sens, puisqu’il ne s’y sera jamais passé de révoltes, ni de désordres, et qu’aucune de leurs facultés n’aura été ni le sujet ni l’instrument du crime, il les laissera jouir d’un bonheur tout naturel que l’homme eût goûté dans l’état de pure nature, s’il s’y était conservé. De leur côté, ils seront si dociles à la volonté divine, que loin d’y éprouver aucune opposition, ils n’auront que le désir de s’y conformer en tout… Sans avoir la clarté, ni les autres qualités de ceux des bienheureux, leurs corps jouiront de toutes les facultés naturelles et nécessaires à l’entretien de leur vie, dans une jeunesse vigoureuse e dans l’état le plus parfait. Ils seront exempts de passions et des besoins incommodes de la nature humaine ; leur séjour, embelli, comme nous l’avons dit, leur fournira naturellement une vie frugale avec tous les plaisirs innocents qui l’accompagnent ; ce sera le vrai Paradis terrestre, si on veut se servir de cette expression. Ses habitants n’auront d’autre occupation qu’à louer à leur manière le Dieu qui par bonté leur ôtera la connaissance d’une perte qui les rendrait malheureux et les empêcherait de jouir de l’espèce de bonheur qui leur est destiné…
Ils verront, au contraire, combien leur sort est avantageux ; Dieu portera la bonté jusqu’à faire connaître aux enfants des idolâtres que s’ils eussent vécu, ils auraient presque infailliblement suivi les erreurs et les crimes qui auront damné leurs pères. Il fera connaître à ceux des chrétiens que si la mort ne les eût pas enlevés sitôt, ils eussent probablement commis les mêmes infidélités et les mêmes fautes qui en auront fait condamner un si grand nombre parmi les enfants de la vraie Eglise. Que sera-ce de ceux que le schisme retient dans l’erreur ?… Ils connaîtront qu’ils auraient mérité l’enfer comme eux, en suivant leurs passions déréglées et en abusant des mêmes grâces ; en un mot que s’ils eussent reçu le baptême, ce n’eût peut-être été que pour leur éternelle condamnation…
Monsieur l’abbé Genet ajoute ici : »Après ce détail sur le sort des enfants privés de la grâce du baptême, la Sœur me demanda ce que j’en pensais devant Dieu, si j’y voyais quelque chose de contraire aux principes de la Foi ; car, ajouta-t-elle, vous n’ignorez pas quels sont mes sentiments à ce sujet. J’ai cru voir tout ce que je viens de vous dire, dans le sens de la lumière qui m’éclaire ; je le crois encore, mais vous savez que je ne veux rien admettre qui soit directement contraire à la doctrine ou croyance de l’Eglise, que je reconnais pour la vraie pierre de touche des inspirations… Dites-moi donc, je vous prie, ce que vous en pensez, et si cela ne serait pas contraire à quelque règle de la Foi…
Il fallait une réponse à la Sœur ; je me rappelai assez à propos le fond de celle que j’avais lue assez récemment dans un bon auteur, qui réfute ceux des philosophes modernes qui, se faisant les échos des schismatiques et des impies, reprochent à l’Eglise romaine une cruauté inouïe, une barbarie sans exemple, qui va jusqu’à condamner, disent-ils, aux flammes éternelles, des créatures qui ne sont coupables que du péché d’Adam. Le docteur catholique s’inscrit en faux contre cette imputation calomnieuse en leur demandant où ils ont pris que ce fût la doctrine romaine. Voici donc ce que, d’après lui, je répondis en substance :
« Ma Sœur, le dogme du péché originel nous condamne bien à la privation de la vue et de la possession de Dieu pour toujours, mais non pas aux flammes éternelles, qui vraisemblablement ne sont dues qu’à nos péchés propres e personnels ; du moins, ajoutai-je, après lui, l’Ecriture sainte n’en dit rien ; l’Eglise ne l’a point décidé ; les saints Pères n’ont osé l’assurer, et si quelques uns d’eux l’ont avancé, leur autorité, comme celle de quelques écrivains scholastiques, ne formerait jamais qu’une opinion particulière, qui ne peut faire aucune règle de Foi. Ainsi, ma Sœur, je ne vois pas sur quel fondement on pourrait rejeter comme contraire à la Foi ou à la croyance de l’Eglise ce que vous venez de me dire sur ce point intéressant, d’autant plus qu’il paraît le plus conforme à la bonté de Dieu pour sa créature… La Sœur ne répliqua rien ; mais son silence me parut annoncer qu’elle prévoyait quelques contestations sur ce point. »

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophéties de la soeur de la nativité(Jeanne Le Royer)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum