Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Aller en bas

Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par MichelT le Jeu 2 Déc 2010 - 23:02

La mini-ascension de la Wicca


Une des surprises de la dernière étude sur l’identité religieuse des Américains a été, avec l’affaissement du christianisme, la croissance de ce que l’on appelle les nouveaux mouvements religieux auxquels adhèrent désormais 1.2% de la population – plus que l’islam ou le judaïsme. Cette étiquette regroupe un grand nombre de courants allant de la scientologie, qu’il n’est pas besoin de présenter, à l’enckankar ou aux diverses sectes ufologiques. La plupart des commentateurs sont d’accord, cependant, pour dire que l’essentiel de cette croissance est due à la Wicca. C’est d’ailleurs sur elle que les évangéliques déversent leur venin.

Un peu d’histoire

La Wicca apparaît en Angleterre en 1954 avec la publication par un ancien fonctionnaire britannique, Gerald Broosseau Gardner, de Witchcraft Today. Il y affirmait avoir découvert dans le comté du Hampshire, un culte "sorcier" – le New Forest Coven – héritier des anciennes religions païennes qui auraient survécu dans la clandestinité depuis la christianisation de l’île. Gerald Gardner prétendait y avoir été initié et, craignant que le groupe s’éteigne, il aurait décidé de révéler son existence et ses rites.

Le récit de Gardner est évidemment invérifiable et certains auteurs comme Aidan Kelly ou Francis X. King ont contesté jusqu’à l’existence du New Forest Coven. La plupart des chercheurs estiment cependant que Gardner a réellement découvert quelque chose dans la New Forest juste avant la Seconde Guerre Mondiale. Ronald Hutton, dont le livre Triumph of the Moon : A History of Modern Pagan Witchcraft constitue une référence sur la question, y voit l’aboutissement d’un mouvement culturel combinant le romantisme, la Franc-Maçonnerie et le Renouveau Occulte anglais du XIXème siècle et qui se serait incarné dans une section d’un groupe rosicrucien du Sussex – la Crotona Fellowship. C’est à ce groupe que Gardner se serait intégré et ce serait ses rituels qu’il aurait diffusé après les avoir "complétés".

Witchcraft Today, suivi en 1959 par The Meaning of Witchcraft, a un un succès relatif mais suffisant pour que se crée un second groupe – le Bicket Wood Coven, basé à Londres. D’autre suivront, même si le mouvement reste alors extrêmement marginal et marqué par les querelles de personnes, la charlatanerie (on ne compte plus ceux qui dans ces années-là se sont soudain découverts une grand-mère sorcière), les schismes et les dérives de toutes sortes.

Il continua à croître, cependant, et fut introduit aux États-Unis par Raymond et Rosemary Buckland qui fondèrent le Long Island Coven en 1964. Son expansion outre-mer dépassa rapidement les capacités d’initiations des groupes britanniques, ce qui poussa Raymond Buckland à créer la Seax Wicca, qui, tout en gardant la théologie gardnerienne l’associait au paganisme anglo-saxon. Il rendit l’ensemble des rituels publics et, rompant avec la tradition initiatrice des groupes gardneriens, autorisa l’auto-initiation. Dans le même temps, la Wicca, fut adoptée par des cercles féministes radicaux autour de Zsuzsanna Budapest, qui en créèrent une version basée sur le culte exclusif de la Déesse Mère, la Wicca Dianique, dont sera issue, sous l’impulsion de la militante altermondialiste Starhawk, le mouvement du Reclaiming, combinant Wicca et souci environnemental.

Bien que très peu nombreux – l’étude ARIS de 1991n’en comptait que 8.000 même si ce chiffre était probablement sous-estimé – les Wiccans étaient divisés en traditions diverses. La division principale, qui s’accentue au fur et à mesure du temps, séparent les traditionalistes, qui tiennent à ce que la Wicca reste une religion à mystère, basée sur l’initiation, et ceux qui veulent l’ouvrir au plus grand nombre.

Ce sont ces derniers qui s’imposent progressivement, notamment au cours des années 90. Le nombres des wiccans s’accroît alors de manière considérable, notamment grâce aux livres de Scott Cunnungham, passant, aux États-Unis de 8.000 en 1991 à 134.000 en 2001 puis à probablement plus d’un million aujourd’hui. La Wicca commence alors à influencer la culture populaire, même si c’est souvent de manière caricaturale, et commence à devenir visible dans la société, même une grande partie des wiccans restent discrets ou cachés, pratiquant leur religion en privé. L’Internet joue un rôle considérable dans sa diffusion, en rendant sa doctrine accessible mais aussi en permettant aux wiccans solitaires, la majorité aujourd’hui, de communiquer entre eux. Reconnue comme une religion en 1986, grâce à l’arrêt Dettmer vs Landon en 1986, elle a été acceptée par l’administration des cimetières militaires, suite à des menaces d’action en justice. Elle continue, néanmoins à se heurter à l’intolérance d’autorités très marquées par le christianisme.

Une théologie polymorphe

La Wicca n’a pas, à proprement parler, de dogme, pas plus qu’elle n’a d’instance capable d’en imposer un. Il est d’ailleurs difficile de placer précisément la frontière entre la Wicca et les religions néo-païennes qu’elle aura influencées. Les croyances wiccanes peuvent varier, parfois de manière considérables d’un groupe ou même d’un individu à l’autre, sans d’ailleurs que cela pose de gros problèmes au mouvement. La Wicca insiste, en effet, plus sur la pratique et la relation avec la nature et les Dieux que sur telle ou telle croyance particulière. En cela, elle se rapproche plus de l’hindouisme ou du paganisme classique que du christianisme ou de l’islam.

Les wiccans croient en un Dieu (souvent associé à Cernunos ou à Pan) et une Déesse le plus souvent considérée comme une Déesse triple et associée à Diane, Hécate ou aux déesses lunaires en général. Ces deux divinités sont égales, même si dans la pratique la Déesse est souvent plus égale que le Dieu. Ce duothéisme se manifeste souvent sous une forme polythéiste, les Wiccan vénérant tels ou tels Dieux ou Déesses des panthéons traditionnels considérés comme des aspects du Dieu ou de la Déesse primordiale. Il peut aussi se manifester, bien que ce soit infiniment plus rare, sous une forme monothéiste, le Dieu et la Déesse étant considérés comme des aspects d’une entité supérieures mais trop lointaine pour que l’on puisse entretenir une relation avec lui. Duothéisme, polythéisme et monothéisme ne sont pas mutuellement incompatibles et sont plutôt considérés comme différentes manières de considérer la même réalité.

Les Dieux et les Déesses wiccanes, qui peuvent être considérés, selon les groupes et les individus, comme des archétypes, des forces de la nature ou des entités personnelles, sont immanentes plutôt que transcendantes, c’est à dire qu’elles sont présentes dans le monde et peuvent s’y manifester, notamment dans le cadre de certains rituels. Elles ne sont pas non plus nécessairement omniscientes ou omnipotentes. Cette immanence se traduit par un respect et une adoration de la nature que la quasi-totalité des wiccans considèrent comme sacrée.

Le problème de l’au delà n’est pas central dans la Wicca, les Wiccans préférant ce concentrer sur ce qui se passe dans cette vie. La croyance à la réincarnation est cependant courante, avec un passage par un lieu transitoire souvent nommé Summerland. La pratique de la magie, même si elle n’est pas universelle, est universellement acceptée et reconnue comme légitime, du moins tant que ses buts le sont, à ce point que la Wicca est souvent considérée de l’extérieure comme une simple sorcellerie. La plupart des wiccans croient en l’efficacité des rituels magiques, du moins jusqu’à un certain point, même s’ils peuvent donner à cette supposée efficacité des explications extrêmement variées.

La moralité Wiccanne est définie par un texte court appelé le Rede qui affirme "tant que tu ne nuit à personne, fait ce que tu veux" , qui est généralement interprétée comme un appel à la liberté tempéré par la nécessité d’assumer les conséquences de ses actes et de minimiser les dommages causés à autrui. Il est complété par la loi du triple retour, qui affirme que toute acte négatif – c’est à dire causant un dommage à autrui – rejaillira vers celui qui l’a causé. Cela se traduit par une morale sexuelle assez souple, reconnaissant comme moralement valide toute relation entre adultes consentants. Les différents groupes wiccans reconnaissent et pratiquent le mariage homosexuels et reconnaissent la validité des autres religions – qualifiés de chemins – avec un bémol cependant pour les religions monothéistes dont les prétentions à une vérité absolue cadrent mal avec le relativisme wiccan.

La Wicca se définit par ses pratiques autant que par ses croyances, même s’il y a là aussi une grande diversité. Les rituels wiccans sont généralement construits autour de la constitution d’un cercle symbolique au milieu duquel peuvent être accomplis divers rites (prière, mariage, célébration, acte magique). Ils sont toujours participatifs. Originellement, ils s’accomplissaient skyclad, c’est à dire nu, mais seuls les plus traditionalistes perpétuent cette pratique. Les rituels sont décrits dans un ouvrage nommé livre des ombres, spécifique à chaque tradition et qui, chez les pratiquants solitaires – majoritaires, rappelons-le – devient une sorte de journal spirituel.

Les Wiccans ont huit fêtes principales, également appelées sabats et correspondant aux solstices et aux équinoxes : samhain, yule, imbolc, ostara, belaine, litha, lughnasadh et mabon. Par ailleurs, des cérémonies nommées esbats, ont lieu à chaque pleine lune, même si, là encore, la pratique effective varie d’un groupe ou d’un individu à l’autre.

Une absence d’organisation

Il n’y a pas d’église wiccane, ni même d’organisation capable de fédérer ne serait-ce qu’une infime partie des wiccan. Originellement, la Wicca était une religion à mystère où l’on n’entrait que par une initiation à trois niveaux. Ce système a donné naissance à des "traditions", c’est à dire à des lignages initiatiques remontant à Gardner ou à l’un de ses contemporains et matérialisé par un livre des ombres spécifique. C’est toujours ainsi que fonctionnent les traditionalistes, ce qui se traduit d’ailleurs par d’interminables querelles internes sur l’acceptabilité de tel ou te lignage. Les traditions sont organisées en coven autonomes dirigés par un grand prêtre et une grande prêtresse initiés au troisième niveau. Ces covens devraient, dans l’idéal, avoir treize membres mais cette règle est rarement respectée. Ils célèbrent leurs rituels, sinon secrètement, du moins discrètement et sont assez sélectifs quant au choix de membres. Ceux-ci doivent jurer de ne pas révéler les secrets du groupe, même si ceux-ci sont disponibles dans toutes les librairies, ce qui est le plus souvent le cas de nos jours... du moins pour ceux qui lisent l’anglais.

Ce système, probablement inspiré de la franc-maçonnerie a éclaté au fur et à mesure que le nombre de wiccans s’accroissaient et n’est plus maintenu que par une minorité. La majorité des wiccans n’ont pas été initié, n’appartiennent pas à une tradition et pratiquent en solitaire ou au sein de covens plus ou moins informels. La pratique est en général assez individualiste, ce qui limite les dérives sectaires. Celles-ci existent, naturellement. La Wicca Internationale de Jacques Coutelas en est, en France, l’exemple le plus fameux, même si ce cas n’est certainement pas unique. Elles ont tendance à devenir de plus en plus marginales au fur et à mesure que le mouvement grandit et que les apprentis gourous sont progressivement noyés dans la masse.

Un futur incertain

Née au milieu du siècle dernier, la Wicca est probablement au même stade d’évolution que le christianisme à la fin du premier siècle. Elle a très largement cessé d’être la religion à mystère, aussi marginale qu’ésotérique créée par Gardner, et s’installe progressivement dans le paysage religieux américain, en attendant sans doute de gagner une France encore protégée par l’insularité de sa langue. Si elle le fait, ce sera, sans doute par un processus souterrain semblable à celui qui a pris place aux États-Unis. Il se peut d’ailleurs qu’il ait déjà commencé. Si tel est le cas, son émergence risque de faire au moins autant de vagues que dans les pays anglo-saxons. Une religion sans dogme, féministe, écologiste et plutôt marquée à gauche, ce n’est pas vraiment ce à quoi l’église romaine nous avait habitué.

damienperrotin

Au Canada le Wicca est bien présent dans toute les librairies anglophones et aussi en francais.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par Francesco le Mer 8 Déc 2010 - 0:27

Texte tres intéressant encore une fois.Plusieurs membres de ce mouvement de sorcelerie(car c'est de ca qu'il s'agit) se sont suicidés....Je me souvient de 3 suicides des tetes dirigentes de la Wicca en France il y a quelques années....Il y avait eu aussi le sacrifice d'un foetus associé a ces suicides....


Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par MichelT le Jeu 6 Jan 2011 - 4:59

WICCA :
IL NE FAUT PAS JOUER AVEC LE DIABLE

Au mois de mars 1995, trois membres de la WICCA ont été trouvés morts, à la suite d'un suicide collectif, dans le pavillon Kremlin-Bicêtre abritant la section française de la secte luciférienne. Le 15 mars, la grande prêtresse Diane Lucifera, 46 ans, (Nicole L'Hotellier à l'état-civil), décédait d'une décharge de fusil à pompe dans la tête. Le 23 mars, Jacques Coutela, le grand prêtre, son compagnon, écrivain ésotérique, fut retrouvé pendu, dans ce même pavillon.
A côté du corps du "grand maître", gisait une amie du couple, Dominique D., vingt-sept ans, également morte, par pendaison.

Les adeptes de la Wicca parisienne pratiquaient en commun des rites sexuels puérils, confinant à la pathologie. Ces orgies sorcières sado-masochistes se déroulaient entre adultes consentants dans un environnement sordide, une puanteur épouvantable et un décor de très mauvais goût. Rien à voir avec les cérémonies rituelles somptueuses et baroques organisées par Gardner, le grand maître de la Wicca britannique.

Malgré les perverses fanfaronnades de ses adeptes ou les rumeurs qui couraient sur son compte, la Wicca parisienne n'a jamais pratiqué de meurtres rituels d'enfants. Les bébés sacrifiés dans la pénombre et une débauche de sang animal, étaient de simples poupées rituelles en plastique vendues dans des boutiques spécialisées.

La Wicca, membre de l'International Witchcraft, compte plusieurs dizaines de milliers de membres à travers le monde dont une centaine en France.

La Wicca, dont l'origine gaëlique donna naissance aux mots anglais witch, sorcier et witchcraft, sorcellerie, serait d'après ses adeptes la plus ancienne religion du monde. Aujourd'hui, plusieurs mouvements satanistes ou lucifériens se disputent le terme WICCA, déposé officiellement à l'INPI par Nicole L'Hotellier et Jacques Coutela.


MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par Francesco le Ven 7 Jan 2011 - 1:34

Merci de ce texte Michel.A+


Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par MichelT le Jeu 31 Mar 2011 - 17:25

Meurtre rituel d`un homme lors d`une cérémonie du printemps Wicca au Nouveau-Mexique-USA - la sorciere arretée -

Le Wicca a bien comme but l`initiation au satanisme en bas-age a mon avis!

Man Murdered Allegedy During Wiccan Celebration of Spring

Police Say Angela Sanford Stabbed Victim Multiple Times with Ritualistic Dagger

By EAMON McNIFF
March 24, 2010

A woman who claims she was going to perform a Wiccan celebration of spring is accused of using a ritualistic dagger to kill a man she invited to the ceremony.

Albuquerque Police Department/AP Photo
An arrest warrant for Angela Sanford, 30, of Albuquerque, shown in this file photo, charges her with...
An arrest warrant for Angela Sanford, 30, of Albuquerque, shown in this file photo, charges her with an open count of murder in the March 22, 2010, slaying of Joel Leyba, 52, also of Albuquerque. Police allege she killed him as part of a Wiccan ritual. The victim, Joel Leyva, was found with 13 stab wounds. The suspect, Angela Sanford, was found by police at the murder scene in her underwear. Sanford, 30, appeared in an Albuquerque, N.M., court today and pleaded not guiltyy.

"Sanford is currently facing a single count of murder and she's being held on $500,000 bond," Pat Davis of the Albuquerque District Attorney's office said today to ABC News.

According to Sanford's statement to police, she had met Leyva, 52, a few days prior to the Monday attack. She invited him to join her because she was "going up to the mountains to celebrate Beltane," the police statement said. Beltane is a celebration of spring typically observed at the end of April or begining of May by followers of Wicca, a pagan religion associated with witchcraft.

Sanford told police she and Leyva met on a hiking trail where they shared beers and tequila. According to the statement, the suspect claimed that Leyva then tied her arms, made "inappropriate sexual gestures," and removed the dagger from her pants.

"Angela advised the dagger was to be used as part of her Wicca ritual. Angela stated she was in fear that Leyva was going to rape her," the report states.

According to the statement, Sanford said to keep from being raped, she decided to let Leyva think she wanted to "seduce him," the report stated. After slipping her arms free of the ropes, she allegedly laid Leyva on his back. Sanford removed her clothing except her underwear and knelt on the ground over him, and used her dagger to stab Leyva "three times in the stomach area," the report says.

After the stabbing, Sanford reportedly fled the area and eventually asked a hiker to use a cell phone to call police.

Inconsistencies in Sanford's story quickly emerged, police said.

Leyva was actually stabbed 11 to 13 times in the head and torso, police said, and that they don't believe Sanford's story of the attempted rape.

A witness told police he saw Sanford initially hiding behind some boulders, and when they made eye contact she emerged dressed in only her underwear and advised the man she was just raped, the police report said.

It's also noted in the report that a runner who assisted Sanford told police said that she noticed Sanford's clothes were "neatly folded" near Leyva's body.

"None of the witnesses saw Angela running away from the scene. None of the witnesses heard anyone calling out for help," the police report says.

Albuquerque Police Department spokeswoman Nadine Hamby said Sanford's claims to Wicca beliefs have not influenced the investigation. "A homicide is a homicide," she told ABC News.

Hamby also said, "The Wiccan community has come out on local media outlets stating they do no such things like kill anything or anyone."

On what police say is Sanford's Myspace page, she speaks about her practice of Wicca, and in a posting last April wrote ominously, "It's commonly believed that serial killers cannot stop, because their compulsion is so strong that they're literally addicted to murder."

ABC NEWS



MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par MichelT le Mar 7 Juin 2011 - 21:22

Témoignage: la Wicca, "une voie initiatique"
Frédéric Lamond
21 Aug 2003


En complément à notre recension de deux ouvrages récents publiés en français par des auteurs néo-païens, nous reproduisons ci-dessous - avec l'aimable autorisation de l'auteur - le chapitre de son livre La Religion sans Dogmes dans lequel Frédéric Lamond présente le courant auquel il appartient lui-même, la Wicca. C'est donc un point de vue de l'intérieur que nous offre ce document. Nous rappelons que l'auteur est de langue anglaise et a traduit lui-même son ouvrage en français, ce qui explique quelques tournures un peu particulières. Pour les lecteurs que cela intéresse, il est possible de commander La religion sans dogmes chez Amazon.fr.



--------------------------------------------------------------------------------


La plupart des religions ont des ordres initiatiques, dont les membres se vouent au service de leurs divinités (mais pas forcément professionellement à plein temps) et à l'étude des courants profonds et “occultes” (=cachés) de la vie sous les apparences superficielles. Ce sont les ordres monastiques catholiques et orthodoxes, les soufis musulmans, les tantriques et védantistes hindous.

Le paganisme contemporain n´est pas différent. À côté de mouvements éxotériques druidiques, nordiques, Companionat d'Isis et Church of All Worlds, il compte aussi des mouvements initiatiques, dont certains ordres druidiques païens (tous les ordres druidiques ne sont pas initiatiques, ni même forcément religieux) et la Wicca. L'Ordo Templis Orientis (OTO) et les Illuminati de Thanateros (IOT) sont des ordres initiatiques de magie cérémonielle qu´on accepte comme païens, bien qu'ils se vouent uniquement au dèveloppement spirituel de leurs membres et non à l'adoration de la Nature ni de divinités qui la représentent.

Comme je suis Wiccan je vais essayer d'expliquer ses buts et sa pratique, et laisser les membres d'autres traditions païennes parler pour eux-mêmes.

Les origines de la Wicca

Wicca est le mot saxon dont le pluriel wicce (prononcé witché) a donné le mot anglais contemporain witch pour sorcier ou sorcière. Dans les années 1950 et 1960, ses membres s'appelaient tous simplement witches (sorciers) et en Amérique witch et Wicca sont encore toujours traités comme synonymes. Cela a le désavantage toutefois que le mot anglais witch comme le français sorcier sont des mots génériques, qui décrivent les sorciers de village, qui ont appris leurs connaissances des herbes curatives, de la psychologie et de la magie dans leur familles. Ces noms ne peuvent donc être appropriés par une tradition initiatique fermée, même quand celle-ci pratique quelques-unes des mêmes techniques de guérison spirituelle que les sorciers de village. D'où la pratique anglaise de faire une distinction entre la Wicca initiatique et les witches des villages.

Comme la plupart des ordres initiatiques magiques la Wicca veut promouvoir le dèveloppement spirituel de nos initiés, et aider chaque individu à reconnaitre puis à accomplir sa vraie vocation; mais elle le fait dans un cadre d'harmonie avec la Nature. Pour ouvrir nos imaginations et les voies de communication entre les niveaux conscients et inconscients de nos esprits, nous utilisons des rites magiques dérivés de la comaçonnerie (une forme de franc-maçonnerie qui admet les hommes et les femmes), de l'Aube dorée (Golden Dawn) et - à travers eux - de la magie de la Renaissance et des temples égyptiens d´il y a deux à cinq mille ans. Nous apprenons aussi et pratiquons les techniques de la sorcellerie de campagne, que nous utilisons pour les guérisons spirituelles et pour aider nos membres et amis dans leurs problèmes.

Jusqu'au milieu des années 1950 la Wicca était, comme tous les ordres magiques de l´époque, une tradition très secrète connue seulement de ses quelques membres. Gerald Gardner, un administrateur colonial à la retraite, en publia l'existence dans ses livres Witchcraft Today (1954) et The Meaning of Witchcraft (1959). Depuis, le nombre de ses membres a grandi de façon exponentielle dans tous les pays anglophones et, plus récemment, dans les autres pays protestants de l´Europe du Nord Mais la Wicca n'a rien de commun avec la secte luciférienne française et wallonne de feu Diane Luciféra et Jacques Coutela, qu'ils appelaient perversement et sans autorisation Wicca française et Wicca Belgium.

La Wicca doit sa popularité en partie au fait que jusqu'aux années 1970 c'était la seule religion organisée de la Déesse. Beaucoup de ses membres, notamment en Grande-Bretagne et en Allemagne, la considèrent encore comme une religion à part entière. Mais nous ne réservons plus notre théologie et nos mythes à nos initiés, mais les partageons avec la communauté païenne plus large: je les ai décrits dans la deuxième partie de ce livre. Seules nos techniques magiques restent secrètes et réservées à nos initiés.


Une tradition magique chthonique

Nous nous aidons nous-mêmes et nos amis par la sorcellerie: des techniques mentales et spirituelles pour développer la capacité de nos esprits conscients de communiquer volontairement avec nos sous-conscients, et à travers ceux-ci avec l´inconscient collectif de la race humaine, et au-delà avec la vie tout entière, y compris les puissances chthoniques et cosmiques que nous appellons Déesse(s) et Dieu(x). Quand nous avons maitrisé ces techniques nous pouvons influencer nos états d'esprit et de santé ainsi que ceux de nos connaissances avec leur consentement, notre destin et nos chances ainsi que ceux des autres, et même le temps qu'il fait. J'en donnerai quelques exemples dans le chapitre suivant.

Comme pour les drogues l'efficacité de ces techniques mentales et spirituelles est directement proportionnée à leur danger pour l'équilibre mental de leurs pratiquants. S'il est possible de devenir un magicien solitaire effectif en lisant des livres de techniques magiques, cela peut aussi produire une inflation de son égo, des délusions de grandeur ou, au contraire, de la paranoïa et de la possession démoniaque. (Un “démon” dans ce contexte est un complexe d'énergie destructive telle qu'une addiction, ou une forme de pensée projetée sur nous par une personne refoulée, frustrée ou schizophrène.)

Voilà pourquoi les Wiccans n'apprennent à pratiquer la magie qu'uniquement dans nos covens, dans lesquels nous utilisons des techniques d´autoprotection éprouvées, et chaque membre peut tenir les autres à l'oeil et aider ceux qui se sont plongés plus profondément dans l'univers psychique qu'ils ne sont en mesure de comprendre et d'utiliser. Les covens à leur tour n'admettront comme nouveaux membres que ceux qu´ils aiment, et dont ils ont confiance qu'ils n'abuseront pas des techniques magiques qu'on leur apprend à des fins nocives ou immorales.

Ces précautions sont communes à tous les ordres magiques. Mais les Wiccans diffèrent des druides et des ordres de “mystères occidentaux” dans le type d'énergie que nous utilisons dans notre travail magique. Ces derniers utilisent surtout de l'énergie céleste ou solaire qui nous pénètre par le dessus de nos têtes. Ils portent donc des robes magiques, qui sont suffisamment différentes des vêtements de tous les jours pour impressionner les participants qu'ils se trouvent dans un ordre de réalité différent, mais couvrent quand même tout le corps à part la tête.

Si nous Wiccans ne négligeons pas l'énergie céleste ou solaire, nous travaillons tout autant avec l'énergie lunaire de nuit qui stimule nos imaginations, ainsi qu'avec l'énergie chthonique de la terre et de nos corps physiques. Nous cultivons donc la nudité intégrale quand nous le pouvons, dans des coins cachés en plein air pendant les mois d´été, et à l'intérieur de nos foyers pendant l'hiver. La nudité nous permet d´échanger de l'énergie avec notre milieu vivant par chaque pore de nos peaux au lieu d'uniquement par nos têtes, et nous donne un sentiment d'unité avec le courant de la vie qu´on ne peut comprendre que si l'on en a fait l´expérience. (La nage et les bains de soleil nus peuvent avoir le même effet).

Les danses en rond pour dynamiser l´énergie des participants jouent aussi un rôle important dans la magie Wicca: celles-ci sont à la fois plus aisées et plus effectives si l'on n´est pas entravé par des habits. Dans ces caractéristiques la Wicca resemble davantage à la magie tribale africaine qu'aux traditions des mystères occidentaux.


Pourquoi être secret?

Le secret fait partie du mur de protection d´un coven wiccan. Il nous aide à faire l'expérience d´une autre réalité mystérieuse, et contient l'énergie que nous produisons et projettons dans notre magie pour la rendre plus effective.

De même que la vapeur et les gaz pétroliers ne peuvent faire marcher des moteurs que si on les contient dans un cylindre, le pouvoir mental humain ne peut affecter son milieu que s'il est aussi contenu par une concentration intense, les limites d´un cercle magique et un secret très strict tant sur les techniques utilisées que sur le but de l'opération. Toute discussion d´un enchantement après sa projection peut dissiper son énergie et diminuer ses chances d'arriver à son but, surtout si la discussion a lieu en dehors du cercle magique. Les techniques doivent rester secrètes pour que personne ne puisse les utiliser en dehors d'un coven et sans nos méthodes de protection.

Toutes les formes de magie défient le modèle matérialiste occidental, selon lequel nous ne pouvons agir sur notre milieu qu´avec nos mains et nos paroles: elles font donc peur aux gens dont la sécurité mentale est liée à ce modèle. La Wicca va encore plus loin en défiant la pudeur de nos corps nus que les religions patriarcales encouragent, ce qui nous rend vulnérables aux spéculations scabreuses de la presse jaune. Nous attendons donc pas mal d'hostilité de la part de la société conventionnelle, de sorte que le secret est une précaution élémentaire, surtout sur l'identité de nos camarades.


Le modèle des trois grades

La Wicca a trois grades d'initiation, comme les loges de franc-maçonnerie qui ont repris ce modèle des corporations de métiers médiévaux. Ces corporations gouvernaient tous les métiers pendant des siècles: leur système de trois grades est donc un modèle très puissant que nous devons comprendre pour l´utiliser effectivement, bien que son application dans la Wicca diffère en quelques points.

Au Moyen-Âge, quand un garçon (c'était presque toujours un garçon) voulait devenir boulanger, par éxemple, ses parents demandaient à un maître boulanger de le prendre comme apprenti. Si le maître boulanger était d'accord, le garçon quittait sa maison paternelle à l'âge de quatorze ans pour vivre dans la maison du maître boulanger et devenir pratiquement un membre de sa famille. Il devait obéïr son maître en toutes choses et l'observer au travail à toutes les heures requises, y compris se lever à quatre heures du matin pour allumer les fourneaux pour cuire le pain que les clients voudront acheter frais à partir de sept heures du matin.

Au fur et à mesure que le jeune apprenti apprenait le métier de boulanger on lui confiait d'abord de petites tâches puis d'autres plus importantes. Au début ce ne serait que de servir tout seul dans le magasin. Plus tard on lui permettait de cuire le pain du matin tout seul. Enfin on lui apprenait à acheter la farine, à distinguer la bonne de la mauvaise, et à négocier le prix.

Quand le maître boulanger considérait son apprenti tout à fait compétent en tout ce qu´il lui avait appris, il l'élevait formellement au grade de compagnon ou journalier, généralement entre l´âge de dix-huit et vingt-et-un ans. Il avait maintenant droit à un salaire pour son travail dans la boulangerie ainsi qu'à changer de patron. C'est ce qu´il faisait en général pour aller dans d'autres villes, parfois d'autres pays, pour y travailler avec des boulangers du lieu et apprendre leurs méthodes de cuire le pain ou de confectionner les gâteaux, ce qui variait d´un pays à l'autre comme encore aujourd'hui.

Après dix à douze ans de voyages dans toute la France ou toute l´Europe, quand le compagnon boulanger estimait avoir appris tout ce qu'il pouvait sur l'art de cuire le pain, il retournait dans sa ville natale et la boulangerie où il avait appris son métier. Là il travaillait pendant ses heures de loisir à son chef d'oeuvre sous la direction de son maître: le pain ou gâteau le plus artistique et succulent qu'il était capable de faire. Puis il le présentait à tous les maîtres boulangers de la ville lors de la prochaine fête de la corporation.

Si les maîtres boulangers appréciaient le chef d'oeuvre, son créateur était alors cérémonieusement élevé au grade de maître boulanger. Il était alors autorisé à se marier, très souvent à la fille de son premier maître, à ouvrir sa propre boulangerie et d'y employer à son tour des compagnons et apprentis-boulanger.

L´initiation dans la Wicca et les élévations au deuxième et troisième grade suivent ce modèle de très près. Les différences principales sont qu´on initie autant de femmes que d´hommes, et que les initiés sont beaucoup plus âgés quand ils entrent dans la Wicca: l'âge minimal d´admission est dix-huit ans.


Le premier grade (d'apprenti)

Un païen qui sent une vocation de devenir Wiccan doit demander à la “haute prêtresse” d´un coven Wicca de l'initier: ce qui n´est pas facile, puisque la plupart des hautes-prêtresses gardent secrets tant l'identité de leur coven que leur propre rôle dans celui-ci. Mais si le candidat a été actif dans les fêtes saisonnières ouvertes et d'autres activités païennes, il aura lié les amitiés nécessaires et sera reconnu.


Une année et un jour. Jusqu'il y a dix ans il y avait un délai minimum d'une année et d´un jour entre la demande initiale et l´initiation même: ce qui donnait suffisamment de temps à tous les membres éxistants du coven d'apprendre à connaître le candidat et se satisfaire du sérieux de sa demande. Sera-t-il tout aussi intéressé dans un an, ou n'était-ce qu'une fantaisie passante?

Une année et un jour est également la durée d'un cycle complet des saisons. On demandera au candidat d'observer ce cycle soigneusement dans un bois ou pré près de son domicile, d'apprendre à connaître ses arbres, buissons et petits animaux, et comment ils se comportent à chaque saison, ce qui mettra la Wicca fermement dans son contexte d´adoration de la Nature.

Aujourd'hui un candidat sera généralement bien connu des membres du coven qu'il ou elle veut joindre, par sa participation à des fêtes saisonnières ouvertes, groupes de discussion, et rencontres de café. S'il ou elle s´est aussi montré familier avec la nature et le cycle des saisons, on pourra raccourcir la période probatoire. Elle peut aussi être raccourcie pour les candidats que les membres du coven estiment avoir une aptitude naturelle pour la sorcellerie: je n'eus à attendre que quatre mois après ma première visite à Gerald Gardner.

La plupart des covens donnent aussi aujourd´hui une certaine formation préinitiatique à leurs candidats: dans les principes spirituels de la Wicca et ses techniques de méditation de base. Cela permet au candidat de confirmer que la Wicca et le coven qu'il a choisi est bien sa meilleure voie.


Le rééquilibrage

La tradition Wicca suppose que la plupart de ses candidats auront été influencés par les moeurs ambiantes. Celles-ci refoulent les sentiments des hommes et surchargent leur agression, tandis qu'elles refoulent l'autoaffirmation des femmes et les encouragent d´être douces et soumises de façon “féminine”. Chaque sexe a ainsi été estropié psychiquement différemment, et doit apprendre de l'autre ce qui lui manque dans son caractère.

Cela est symbolisé par la pratique Wiccan d´initiation par l'autre sexe. La haute prêtresse initie toujours les candidats masculins, et les avertit ainsi qu´ils ont beaucoup à apprendre des femmes du groupe, notamment à être plus tolérants et intuitifs. En même temps la haute prêtresse “enfiche” les candidats masculins dans le courant magique fort mais doux de la Déesse. Le haut prêtre initie toujours les candidates féminines et les “enfiche” dans le courant du Dieu cornu, ce qui les aidera à gagner en confiance en elles-mêmes et à s´affirmer.

Au fur et à mesure que les initié(e)s se défoulent et se rééquilibrent entre les côtés receptifs et assertifs de leurs caractères, ils gagneront en confiance pour suivre leurs vraies vocations quelles que soient les pressions auxquelles ils ou elles sont soumis.


L'initiation

Le rite d'initiation aura normalement lieu lors d´un des grands festivld païens saisonniers, mais bien entendu dans une réunion privée à laquelle seuls les autres membres du coven participent. La cérémonie est structurée psychologiquement comme un rite de renaissance dans la famille du coven, mais en même temps dans la famille mondiale des Wiccans “enfichés” dans le courant énergétique de la Déesse et du Dieu.

Au cours de cette cérémonie l'initié doit jurer un serment de garder secret tout ce qui se passe dans le coven. Il apprend ainsi qu´il y a un mur de secret et de mystère qui entoure le coven et permet à tous ses membres de travailler avec les courants de la Déesse et du Dieu. Il permet aussi à chaque membre de communiquer ses sentiments les plus intimes aux autres membres d'une façon qu'il ou elle ne le ferait jamais dans le monde extérieur, et d'apprendre davantage sur la vie intérieure de chacun des autres membres du coven qu´il ou elle n'apprendrait sur personne d´autre en dehors de sa propre famille. Cette confiance mutuelle intime serait détruite si on gagnait l'impression que ses rêves et craintes intimes deviendraient des racontars de café en dehors du coven.

Vers la fin de la cérémonie l'initié(e) est proclamé(e) “prêtre(sse) et sorcièr(e)” pour bien indiquer qu'il ou elle est considéré(e) dès le début comme membre égal du coven avec un accès égal aux courants de la Déesse et du Dieu.


La croissance spirituelle
L'initiation accélérera normalement la croissance spirituelle et émotionnelle du nouveau Wiccan. Il ou elle aura peut-être à confronter des mémoires douloureuses refoulées de son passé avant de les expurger et de croître au-delà d'elles. Cela pourrait être une expérience douloureuse et terrifiante que l'initié(e) devrait pouvoir discuter avec une personne d´expérience, mais peu de personnes en dehors de la Wicca sauraient ce qui se passe.

C'est là que le sentiment familial du coven Wiccan typique devient si important, ainsi que les forts liens émotionnels qu´une initiation compétente tisse en général entre un(e) initié(e) et son initiateur ou initiatrice. Il est de la plus haute importance qu'en cette période un(e) initié(e) puisse participer à toutes les réunions du coven de plein droit, et puisse entre réunions appeller son initiateur ou initiatrice en cas de crise psychologique.

Ces liens chaleureux entre membres du coven et leur haute prêtresse et haut prêtre attirent beaucoup de personnes solitaires vers la Wicca dans nos grandes villes impersonnelles, et produisent une demande toujours grandissante d´initiations Wiccanes. Face à cette demande quelques hautes prêtresses wiccanes ont initié beaucoup plus de candidat(e)s qu'il n´y avait de places dans leur coven, ou dont elles pouvaient suivre le dèveloppement psychologique de près. Elles les invitent alors de façon irrégulière à participer à des fêtes saisonnières. Elles pensent sans doute que, même s'il leur est impossible de leur offrir lpintégration dans un coven, elles peuvent au moins les enficher dans le courant wiccan et les mettre ainsi en contact direct avec la Déesse et le Dieu.

Bien que leurs intentions étaient des meilleures, l'effet sur les initié(e)s semiabandonné(e)s a parfois été dévastateur: cpest comme si après leur renaissance psychologique on les avait mis à la rue pour se débrouiller eux-mêmes. Les Wiccans conseilleront donc généralement aux chercheurs d'écouter leurs intuitions, de ne demander admission qu´aux groupes dont ils ont rencontré tous les membres et qui leur donnent une impression positive et équilibrée, et de s'assurer que s'ils sont initiés ils feront partie du coven à part entière.


Les activités du coven

Pendant leur apprentissage les initié(e)s Wiccans apprennent par la participation aux réunions du coven les techniques d'autoprotection psychique, d'excitation et de projection énergétiques, les rites saisonniers et leur signification symbolique.

Quelques covens utilisent toujours les mêmes phrases traditionnelles dans chaque rite, à cause de la résonance morphique (voir Rupert Sheldrake) qu'elles ont acquise en étant répétées des milliers de fois autour du monde pendant des décennies: les initiés du premier grade devront donc les mémoriser. D'autres covens pensent qu´il est plus effectif d´utiliser de nouvelles phrases chaque fois: les initié(e)s apprennent alors à improviser des phrases fidèles au symbolisme du rite.

La plupart des covens encouragent aussi leurs nouveaux initié(e)s à dèvelopper des connaissances spéciales dans un domaine proche de leur tempérament. On encouragera les psychiques à apprendre une technique de divination traditionnelle, telle que la contemplation d´une image de miroir, la lecture de cartes du tarot, ou le calcul et l'interprétation d´horoscopes astrologiques. On encouragera les initié(e)s aux doigts verts de dèvelopper leurs connaissances des herbes. Et on encouragera les initié(e)s plus extroverti(e)s à organiser une fête saisonnière ouverte pour l'ensemble de la communauté païenne.


Le deuxième grade (de compagnon)

Quand l'apprenti sorcier a maîtrisé toutes les techniques magiques du coven pour contrôler sa propre énergie, la connaissance spéciale qu'il ou elle a choisie, et fini de construire ses propres outils magiques, il ou elle peut demander à la haute prêtresse et au haut prêtre d'être élevé(e) au deuxième grade.

Cette élévation prend la forme d'un nouveau rite initiatique au cours duquel le candidat(e) est conduit(e) dans un voyage au royaume des morts pour y apprendre la signification du cycle de la vie. Il ou elle se dédie alors à être un canal propre pour l´energie de la Déesse ou du Dieu, après avoir été averti(e) que cela peut impliquer une purification douloureuse de son être de tous les éléments indignes de ces énergies pures.

L´effet du rite d'élévation varie d´une personne à l'autre mais n´apparait souvent pas au moment du rite mais quelque temps après. Dans mon cas, je ne sentis pas de contact plus fort avec les courants de la Déesse et du Dieu que je n'avais senti lors de mon initiation et des réunions mensuelles du coven, bien que je trouvai la descente au royaume des morts très belle et poétique. Mais deux jours après ce rite j'eus l´expérience mystique de conscience cosmique que j´ai décrite dans le premier chapitre.

D'autres entrent parfois dans la “nuit sombre de l´âme” après leur élevation au deuxième grade, et deviennent beaucoup plus conscients d´imperfections de leur propre caractère ou de leur liaison ou mariage, ou d´insatisfaction avec leur travail civil. Dans de tels cas le soutien moral du coven est une fois de plus essentiel.

Après son élevation le nouveau compagnon ou compagne du deuxième grade apprendra à contrôler non seulement sa propre énergie mais celle du coven tout entier. En tant que tel elle devra de temps en temps jouer le rôle de haute prêtresse à une réunion, et lui le rôle du haut prêtre, mais au début toujours en présence de la haute prêtresse et du haut prêtre véritable, qui seront là pour encourager le compagnon ou la compagne et l'aider en cas de défaillance.

À part ça les compagnons et compagnes du deuxième grade continuent à participer aux réunions de leur coven comme lorsqu´ils ou elles étaient apprentis.

Les voyages

Quelques covens ont imité la pratique médiévale des voyages en encourageant leurs compagnons et compagnes du deuxième grade à accepter des invitations d´autres covens de participer à leurs réunions, soit comme invités occasionnels soit comme membres permanents de plein droit pour apprendre leurs techniques.

Au cours des quinze dernières années ma profession d'informaticien m'a conduit en Californie au moins une fois par an. Au cours de ces visites j'ai souvent été invité par un coven Wiccan ou un “nid” de la Church of All Worlds à participer à leurs réunions, et ai appris pas mal de choses. Si mon coven londonien était expert en guérisons spirituelles, ce n'est que dans les cercles californiens que j'appris la facilité avec laquelle on peut influencer le temps qu´il fait, comme je le montrerai dans le chapitre suivant.

Je dois toutefois insister que le fait d'être membre d´un coven wiccan, que ce soit comme apprenti ou compagnon, ne donne à personne le droit automatique d´assister aux réunions d'autres covens. Il ou elle doit être explicitement invité pour cela, et ne le sera que si son caractère et tempérament sont compatibles avec ceux du coven-hôte. Une sympathie et confiance réciproques sont absolument essentiels pour une magie effective de coven..

Récemment beaucoup de compagnes et compagnons du deuxième grade se sont inscrits dans des cours d'assistant(e) social(e) ou de psychothérapeute en dehors du coven, pour maîtriser des techniques utiles à un animateur ou animatrice de coven et pouvoir s'offrir comme prêtre(sse) à la communauté païenne non-initiée.


Prêtres et prêtresses pour le mouvement païen?

Les Wiccans initiés des deuxième et troisième grades se mettent à la disposition du mouvement païen général pour donner des conseils, guérir, conduire des fêtes saisonnières ouvertes, bénir et nommer les nouveaux-nés, présider aux noces et aux rites funèbres. Certains païens indépendents ou membres d'autres traditions trouvent cela très prétentieux de notre part. "La Déesse et le Dieu sont aussi immanents en nous. Nous n'avons pas besoin d'intermédiaires pour les contacter!"

Nous n'avons pas de telles prétentions. Chaque homme et femme doit trouver sa propre voie vers ses divinités intérieures: nous sommes là simplement pour aider ceux qui en ont besoin. Nous ne prétendons pas non plus à un monopole de l'animation de fêtes saisonnières ouvertes, ni de la bénédiction des nouveaux-nés, des noces ou des rites funèbres: les druides et prêtres asatru sont tout aussi capables de le faire. C'est tout simplement qu'aider et servir les autres fait partie des devoirs d'un Wiccan du deuxième ou troisième grade.

Frédéric Lamond

© Frédéric Lamond 2003





--------------------------------------------------------------------------------

©2003-2004 Religioscope unless otherwise noted.


MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Wicca - initiation a la sorcellerie et retour au paganisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum