La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima

Aller en bas

La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima Empty La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima

Message par MichelT le Jeu 9 Déc 2010 - 21:24

La Femme et le Dragon

Lorsque la Deuxième Guerre mondiale se termina par la chute d’Hitler et du TROISIEME Reich, l’Union Soviétique devint uns puissance mondiale. Longtemps auparavant, le prophète Daniel avait prédit au roi de Babylone, que viendraient après lui un deuxième, un troisième et enfin un QUATRIEME royaume, dur comme le fer, qui écraserait tous les royaumes précédents, mais qui serait lui-même écrasé par Dieu sans que main d’homme y ait touché (Dn 2, 37-45).

Quand, dans un rêve, Daniel vit sortir des eaux la quatrième bête, a-t-il seulement vu Antiochus Epiphane qui, au deuxième siècle av. J.C., opprima si atrocement le peuple juif ? Ou a-t-il aussi eu devant les yeux Staline et ses sbires qui, plus de deux milles ans plus tard, massacrèrent cinquante millions d’hommes et en précipitèrent dans le malheur des centaines de millions d’autres ? En lisant les citations suivantes du Livre de Daniel jugez-en vous-mêmes :

« Enfin, je vis dans les visions de la nuit une quatrième bête. Elle était terrible, effrayante et extrêmement forte. Elle avait d’énormes dents de fer : elle mangeait, broyait et ce qui restait, elle le foulait aux pieds. Elle était différente de toutes les bêtes qui l’avaient précédée, car elle avait dix cornes. » (Dn7,7)

« Il s’élèvera un roi au visage fier et pénétrant les énigmes. Sa puissance croîtra en force (…). Il fera de prodigieux ravages et il réussira dans toutes ses entreprises. Il détruira les puissants et le peuple des saints. Par son habileté, la trahison réussira entre ses mains ; il s’enorgueillira dans son cœur et détruira un grand nombre par surprise. Il s’opposera au Prince des princes, mais – sans acte de main – il sera brisé » (Dn 8, 23-25).

« La quatrième bête sera un quatrième royaume sur la terre, la foulera aux pieds et l’écrasera (…). Il proférera des paroles contre le Très-Haut et opprima Ses saints… Mais le tribunal siègera et l’anéantira pour toujours » (Dn 7, 23-26).

Lors de ces deux dernières années et surtout depuis le putsch manqué de Moscou, nous avons été témoins d’événements incroyables. Je ne citerai que la chute du mur de Berlin, la libération de la R.D.A. et de six autres pays de l’Europe de l’Est, pratiquement sans effusion de sang, la liberté reconquise des pays baltes, la dissolution spontanée de l’Union Soviétique et l’interdiction du parti communiste dans de nombreuses républiques du bloc de l’Est, la restauration de la liberté religieuse et de la hiérarchie ecclésiastique dans presque tous les pays anciennement communistes et le retour de la vieille et sainte Russie dans le giron de la chrétienté. Tout cela est inexplicable de façon naturelle. Laissez-moi dès lors vous donner, une fois de plus, l’explication surnaturelle que j’ai essayé d’inculquer aux chrétiens pendant 44 ans sous les ricanements des modernistes et des théologiens de la libération. elle est basée sur la vision de la Femme et du dragon de l’Apocalypse de l’apôtre Jean, chapitre 12, versets 1-10.

Dans cette vision, Jean voit une femme revêtue du soleil, la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête. La liturgie applique ces paroles à Marie. Elle est la Mère du Christ et en même temps le symbole et le membre principal de la sainte Eglise.

Sa parure faite du soleil, de la lune et des étoiles indique son caractère céleste. Elle enfante un fils auquel s’applique le verset messianique du psaume : « Qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer ». Cela veut dire que le Christ se fera obéir par tous, même par Ses adversaires. Ce Christ, l’Enfant de la Femme, fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de Son trône. C’est une allusion à son Ascension, à une intervention miraculeuse de Dieu qui arrache Son Messie au pouvoir de Ses adversaires et Le rend Maître du monde.

Mais un autre signe apparaît dans le ciel. C’est l’adversaire de la Femme et de l’Enfant : un dragon rouge-feu appelé ailleurs « l’antique serpent qui est le diable et Satan » (Ap 12,9). La couleur rouge signifie sa nature meurtrière. C’est pourquoi le Christ l’a appelé « homicide dès le commencement » (Jn 8,44). Il a sept têtes : elles montrent son caractère vorace, car le démon rôde comme un lion rugissant cherchant qui dévorer (1P 5, 8-9). Il a dix cornes, signes de sa formidable puissance. Et sur des têtes, il porte sept diadèmes, expression de sa royauté.

Car il revendique la domination du monde et le Christ l’appelle « le Prince de ce monde » (Jn 12,31).

Ce dragon rouge balaye un tiers des étoiles du firmament et montre ainsi sa haine de la lumière, symbole de Dieu même, « drapé de lumière comme d’un manteau » (Ps104,2). Il se dresse contre la Femme pour dévorer son Enfant. Cette tentative démoniaque recèle toute la haine implacable qu’il porte au Christ et à Son corps mystique. Depuis que le Christ, monté au ciel, est soustrait pour l’éternité au pouvoir du dragon, la Femme – qui signifie aussi l’Eglise – reste exposée à la persécution sur terre. Elle s’enfuit au désert où Dieu lui a préparé un refuge. Cela veut dire d’une part que, malgré la fuite et la persécution, la sainte Eglise se trouve toujours sous la garde de Dieu, mais d’autre part que Marie est toujours prés d’elle. Non, Marie n’abandonne pas ses enfants. Voilà pourquoi Notre-Dame – vénérée à l’E st comme à l’Ouest, elle qui, selon la légende, a assisté l’armée russe comme Mère de Dieu de Kazan, le 22 octobre 1612, lors de la reconquête de Moscou – a de nouveau jeté son regard maternel sur la Russie quand, en 1917 à Fatima, elle a engagé la lutte contre la révolution mondiale de Lénine.

Cette révolution fut, de par son essence même, une révolte totale contre Dieu. A Fatima, Marie a révélé le remède. Sa révélation rencontra peu de crédit. Suivit donc la Deuxième Guerre mondiale. Elle se termina par la victoire du communisme qui asservit la moitié du monde. En voici les conséquences : cinquante millions de personnes mortes de faim, assassinées ou exterminées dans l’Archipel du goulag ; un rideau de fer à travers l’Europe et un mur divisant Berlin ; un sixième de la face de la terre écologiquement sinistré ; un pays riche et fertile humilié jusqu’à la mendicité, mais doté d’un arsenal d’armes nucléaires menaçant la survie de notre planète ; des dizaines de millions de réfugiés et des centaines de millions d’opprimés ; une persécution religieuse inouïe ayant dépouillé deux ou trois générations de tout ce qui est vrai, bon et beau, pour les abandonner ensuite à leur sort, totalement perverties.

Pour faire face à ce malheur, notre action d’aide à l’Eglise en détresse commença en 1947. Après m’être trouvé pendant 44 ans au centre d combat, je vous dis : derrière le jeu des diplomates et le bavardage des conférences internationales, sévit la lutte de tous les temps, celle que Jean a décrite dans la vision de la Femme et du dragon. Le meneur des esprits infernaux est Satan. La Reine des Anges conduit les légions célestes. Celui qui a dit NON à Dieu est entré en lice avec celle qui a dit OUI. Voilà le véritable sens de la révolution d’octobre et la seule philosophie de l’histoire qui explique les causes finales.

A Fatima, Marie nous a révélé le remède. Avant que l’on ne sache que Lénine était en route pour la Russie pour déchaîner la révolution, Marie a, par six fois, du 13 mai au 13 octobre 1917, appelé la chrétienté occidentale à la prière, à la conversion, à la pénitence et à la consécration totale à son Cœur Immaculé, cela afin que la Russie aussi se convertisse et qu’on évite qu’en tant qu’organe exécutif de Satan ce pays détruise le royaume de Dieu dans d’innombrables âmes. Car Marie avait ajouté à son appel : « Si l’on m’écoute, la Russie se convertira ; sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde entier, elle déchaînera des guerres et des persécutions. De nombreux justes seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, des peuples entiers seront exterminés. » Dieu a confirmé ces paroles par un signe grandiose dans le ciel de Fatima dont, le 13 octobre 1917, des dizaines de milliers de pèlerins furent témoins.

Le miracle de Fatima n’a pas convaincu le monde. Les miracles de la miséricorde de dieu en Europe de l’Est convaincront-ils l’Occident infidèle ? A quand la fin de la déchristianisation des pays chrétiens ? A quand la fin du matérialisme de consommation qui nous a tous contaminés ? A quand la fin de l’égoïsme, qui préfère chiens et chats aux enfants, et qui tarit les sources des vocations sacerdotales ? A quand la fin du massacre des bébés avant leur naissance ? Non, l’Occident ne s’est pas converti. C’est pourquoi la quatrième bête n’est pas encore morte. (…) Où frappera-t-elle demain ?

Nous portons une lourde responsabilité. Nous avons l’Evangile, les sacrements et la voix du Pape. Grâce à une tradition séculaire, nous connaissons, mieux que d’autres, la distinction entre le bien et le mal. Plus que d’autres, nous avons l’obligation de mener une vie sans faute, de nous vouer à la charité, à la prière et au zèle apostolique. Car il dépendra de nous que le nom du Christ soit béni ou maudit par des gens et des peuples qui ne peuvent apprendre à Le connaître que par notre exemple.

J’ai peur d’un christianisme qui adapte les exigences de Dieu à la faiblesse humaine, au lieu d’essayer, quotidiennement et avec un cœur contrit, de se relever du péché. J’ai peur d’une chrétienté qui met Marie de côté. C’est pourquoi je veux, à nouveau, consacrer toute notre Œuvre à Notre Dame de Fatima qui nous a montré le chemin de la victoire sur nous-mêmes et sur le communisme, le chemin vers un printemps nouveau pour l’Eglise de l’Est et de l’Ouest. Elle n’a pas parlé d’une adaptation à ce monde, mais de conversion, de pénitence et de récitation du chapelet. Ne rejetez pas son message !

Pere Werenfried
Catholic Aid to the church in need





MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima Empty Re: La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima

Message par Francesco le Jeu 9 Déc 2010 - 23:49

Je sais que plusieurs auteurs considerent le communisme comme étant cette bete a 7 tetes que nous voyons ds l'apocalypse.Vous en pensez quoi?


Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
Francesco
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima Empty Re: La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima

Message par Elqana le Ven 10 Déc 2010 - 1:26

Pour moi ces bêtes sont l’esprit d’antéchrist (bête de la mer) et l’esprit qui lui sert de prophète (bête de la terre), existant de manière intemporelle depuis la Résurrection. Je ne crois pas qu’il faille les enfermer dans une époque particulière. Le communisme est une instanciation de la bête de la terre, le nazisme en fut une autre, l’Islam est une instanciation de la bête de la mer, mais il y en a d’autres. Réduire la bête au communisme, qui est voué à disparaître, est dangereux car cela pourrait laisser croire que la bête est morte alors que le matérialisme forcené de notre époque en est une autre instance. Cela ferait, au final, le jeu de l’ennemi !
Elqana
Elqana

Masculin Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 51
Localisation : Picardie

Revenir en haut Aller en bas

La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima Empty Re: La Femme et le Dragon - Les prophéties de Fatima

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum