le père samuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le père samuel

Message par edelweiss le Ven 17 Déc 2010 - 9:31

Hier j'ai vu un reportage à la télévision sur le Père Samuel.
Savez qui est cet homme ?
J'ai trouvé étrange qu'il soit sur des photos avec des prélats romains et en même temps qu'il soit parlé de secte.
J'aimerais savoir si vous pensez que les accusations sont vraies ou si c'est simplement un homme original traditionaliste et contre l'islam car il connait le sort des chrétiens au Moyen Orient.

L'Eglise de Rome tient un double langage. D'un côté elle parle d'excommunication et de l'autre il est invité aux cérémonies. Je ne comprends plus !

C'est étrange de voir Rome excommunier un membre d'une église syriaque alors que l'église syriaque son église n'envisage pas une excommunication.
Les prêtres pédophiles catholiques romains sont excusés et pas excommuniés alors pourquoi excommunier les traditionalistes non pédophiles d'une autre église ?

avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par MichelT le Ven 17 Déc 2010 - 12:38

Lettre ouverte d'Anne-Marie Delcambre aux évêques de Belgique (24/01/2008)



Lettre ouverte
aux évêques de Belgique


Prenant sans relâche la défense du Père Samuel, Anne-Marie Delcambre dénonce l’indigne lâcheté des évêques de Belgique.

Messeigneurs les évêques de Belgique, on m’a souvent vanté votre extraordinaire ouverture aux autres, votre souci de dialogue interreligieux, votre main tendue à vos frères humains, en particulier musulmans. Aussi ai-je lu très attentivement ce que quelques-uns d’entre vous écrivent sur l’islam.

Certains, dont Monseigneur Guy Harpigny, actuel évêque de Tournai, se présentent comme « spécialistes des relations entre chrétiens et musulmans », des islamologues en quelque sorte. Le primat de Belgique lui-même, le cardinal Godfried Danneels, cardinal archevêque de Malines-Bruxelles, considère que l’islam véritable est un « islam des lumières » qu’il faut accueillir avec bonté. Aussi prône-t-il l’accueil de l’étranger non catholique dans les églises. Ne s’est-il pas réjoui, en effet, de « la présence de la descendance d’Abraham dans la basilique de Koekelberg » lors d’un congrès qui s’est tenu à Bruxelles la journée du vendredi 3 novembre 2006 ?!

Pour vous tous, Messeigneurs les évêques de Belgique, rien ne semble plus beau que le dialogue islamo-chrétien dans un climat d’amour, de paix et de tolérance. À lire vos discours adressés à vos frères musulmans, on sent la charité chrétienne qui déborde de vos cœurs et on se prend à rêver. Quelle générosité ! Quel amour pour le prochain ! Quel respect mutuel ! Quel humanisme !

Mais bizarrement, vous gardez volontairement le silence sur la montée de l’antisémitisme d’origine maghrébine à Anvers, Bruxelles, Charleroi et d’autres grandes villes de votre beau royaume. Alors, Messeigneurs les évêques belges, je vous pose publiquement cette question : votre indulgence, votre charité sont-elles les mêmes pour tous les hommes, sans distinction de religion ?

Si je vous pose cette question, c’est qu’il existe dans votre pays un prêtre catholique d’origine orientale parlant l’araméen, le turc, le kurde et l’arabe, connaissant les textes de l’islam qu’il étudie depuis 40 ans, et de plus ayant vécu 35 ans en pays musulmans. Et chose curieuse, il m’a semblé que pour ce prêtre catholique – votre « frère dans le Christ » – vous n’aviez pas la même bienveillance. Je veux parler de Charles Clément Boniface, plus connu sous le nom de Père Samuel.

Pour vous, Messeigneurs, le Père Samuel serait différent du reste des prêtres. Vous brossez de lui, à toute occasion, un portrait totalement méprisant mais surtout mensonger : gourou, manipulateur, raciste, islamophobe…

Faut-il vous rappeler l’attitude de l’ancien évêque de Tournai, Jean Huard, qui, voilà bientôt 20 ans déclara faussement au Ministère belge des Cultes que le Père Samuel avait démissionné et ce, afin de faire supprimer, en plein hiver, un salaire auquel a droit tout ministre des cultes en Belgique. Or le Père Samuel n’a jamais démissionné et ce mensonge incroyable a d’ailleurs valu à l’évêque, le 7 janvier 1993, une condamnation pour voie de fait par la justice civile belge.

Quelque temps auparavant déjà, ce même évêque avait, lors d’une messe, humilié les parents du Père Samuel en leur tournant le dos publiquement pour ne pas avoir à leur donner la communion. Ils étaient restés là, à attendre debout, humblement, sans comprendre qu’ils étaient victimes de mépris de la part d’un évêque dont l’attitude cynique n’avait pour but que de manifester le peu d’estime qu’il avait pour ce prêtre oriental et sa famille. Attitude particulièrement ignoble sur le plan religieux mais aussi sur le plan humain.

Mais, Messeigneurs, je me demande si cette attitude n’est pas tout simplement raciste car le Père Samuel est en fait un des vôtres. Après avoir obtenu la permission (nihil obstat) de l’ancien évêque de Tournai Jean Huard, l’archevêque Grégoire Ephrem Jarjour, auxiliaire du patriarche d’Antioche – et que j’ai bien connu au Liban – était venu en Belgique pour conférer, le 23 octobre 1988, au Père Samuel le titre de chorévêque (« évêque des campagnes ») en remerciement de l’aide et des services rendus aux Chrétiens du Liban et d’Irak.

Au cas où vous l’auriez oublié, Messeigneurs, ce titre donne le droit au Père Samuel de se faire appeler lui aussi « Monseigneur » et de porter, comme vous, la croix pectorale et l’anneau dans les cérémonies officielles religieuses et civiles. Ce titre de chorévêque n’est certes plus connu en Occident depuis le XIIIe siècle, mais il est encore d’usage fréquent en Orient.

Je me demande même si, derrière votre attitude dédaigneuse envers ce prêtre catholique oriental, ne se cache pas un antisémitisme qui n’ose pas dire son nom. Pourquoi tant de haine, Messeigneurs, pour un confrère qui n’a commis d’autre crime que de rester fidèle à la soutane, de prêcher une morale traditionnelle, de célébrer des messes en latin qui plaisent et qui attirent des foules nombreuses et, surtout, de dénoncer les dangers de l’islam ?

Pourtant, le Père Samuel, prêtre araméen qui a vu une partie de sa famille massacrée et l’autre partie contrainte à l’exil, parle de l’islam, lui, en connaissance de cause. Comment pourrait-il envisager d’évoquer un islam fait de paix et de tolérance – comme certains d’entre vous le suggèrent – lui qui a été confronté au quotidien et pendant des années à la dure réalité de cette religion ! Faut-il dès lors, comme vous le faites, qualifier ses déclarations sur l’islam de « propos racistes » à l’égard des musulmans, quand on sait qu’être musulman relève non pas de la race mais de la religion ?

Mais pourquoi vos propos le concernant sont-ils toujours aussi fielleux et venimeux ? En caricaturant ce prêtre sous les traits d’un gourou, et en parlant d’adeptes à propos de ses fidèles, vous jetez le doute sur son titre et ses qualités de prêtre catholique. Or vous savez pertinemment qu’il est bel et bien prêtre et que « quand un prêtre est ordonné, il l’est jusqu’à la mort ». En somme, vous vous permettez, sans fondement théologique, de disqualifier le Père Samuel aux yeux de tous, à défaut de pouvoir l’excommunier.

Dès lors, les questions que je me pose, en tant qu’agnostique, sont les suivantes : Messeigneurs, pourquoi une telle indulgence envers les Musulmans qui, eux, vous considèrent comme des chiens d’infidèles, impurs et polythéistes, et qui nient et condamnent tout ce qui fait votre raison d’être d’hommes d’Église et même tout simplement de Chrétiens : Trinité, divinité du Christ, sa crucifixion, sa mort et sa résurrection ? À l’inverse, pourquoi un tel acharnement contre ce prêtre catholique, votre « frère dans le Christ » ? Où est votre charité, Messeigneurs, vous qui devriez normalement être remplis d’amour fraternel pour votre confrère venu d’Orient ? Seriez-vous, par hasard, devenus musulmans ?


Et pourtant on vous voit, Messieurs les évêques, aller la main tendue, hypocritement, vers n’importe quelle secte ou religion. S’étonnera-t-on alors de l’attitude du Père Samuel qui en arrive à ne plus rien espérer de vous, sa hiérarchie ? Il y a deux phrases favorites qu’il aime répéter : « Le salut vient des juifs » (S. Jean 4, 22) et « Je préfère un franc-maçon humain à un évêque inhumain ». À vrai dire, je suis tentée de lui donner raison.


© Anne-Marie Delcambre pour LibertyVox
Islamologue et arabisante.



Au nom du Père: Lettre ouverte d’Anne-Marie Delcambre à Monseigneur Léonard, nommé Primat de Belgique par le pape Benoît

31/01/2010

Article repris du site LibertyVox

Monseigneur,


Bientôt vous deviendrez cardinal, on vous appellera "Eminence" et on vous rapportera certainement plein d’histoires invraisemblables sur le père Samuel. En particulier je sais que certains se demandent : "Mais comment peut-il vivre, d’où lui vient son argent ?". Ce que je puis assurer, c’est qu’il a une véritable obsession de la gratuité, disant et répétant "le gratuit est divin" mais, en tant qu’oriental, c’est lui qui aime aider et donner. Quand la justice belge lui a donné raison contre l’ancien évêque de Tournai, à propos de sa démission (car il n’a jamais démissionné. L’Eglise belge a menti), il a récupéré une grosse somme d’argent qu’il a tout de suite redistribuée.


Je sais qu’il a contribué financièrement à ce que je puisse me soigner en Belgique, pour un cancer du sein particulièrement agressif (qui selon les médecins ne devait pas guérir), et si la justice l’attaque sur ce point, je viendrai témoigner car je garde tous les documents. D’ailleurs en attendant de pouvoir payer ma dette au père Samuel, j’ai aidé un organisme américain pro-israélien, le Middle-East Forum, dont le Service juridique (The Legal Project) se consacre à défendre les personnes injustement attaquées pour leurs idées politiques ou religieuses, comme Geert Wilders aujourd’hui et peut-être le père Samuel demain (mais je veux croire qu’il n’y aura pas procès).


Ce que j’ai déjà donné à cet organisme américain -plus de 1000€- c’est ce que j’aurais dû dépenser pour payer le Thalys pour me rendre à Bruxelles pour me soigner et que le père Samuel m’a permis de ne pas dépenser.


Mais il y a des gens que même la police belge ne pourrait jamais empêcher de donner au père Samuel, ce sont les Chrétiens orientaux araméens qui viennent des Etats-Unis et de partout, et qui eux lui embrassent la main, en lui disant "sayyidna" (Monseigneur), et ils sont des milliers à Bruxelles (plus de 8000) et des millions dans le monde. J’étais présente quand on l’a appelé pour qu’il aille aux USA, tous frais payés. Eux, ces Araméens, et autres chrétiens orientaux, comme en Orient, ils donnent de l’argent au Père Samuel.


Empêcheriez-vous, avec l’appui de la police, quelqu’un qui veut donner un cadeau en argent à un parent, à un ami ?! Pour le père Samuel, Monseigneur, c’est la même chose. Ces gens donnent pour lui, pour ce qu’il est, pour ce qu’il représente pour eux. Pas pour l’ASBL !


Vous avez la chance d’avoir dans votre diocèse quelqu’un sortant de l’ordinaire, quelqu’un dont les seules dépenses consistent à acheter des livres, quelqu’un qui vient de faire paraître un dictionnaire de 1500 pages que j’ai la charge de garder en un lieu secret pour éviter qu’il ne soit saisi.


Je vous supplie de faire en sorte qu’une injustice ne soit pas commise à l’égard d’un homme, un de vos prêtres, dont le seul crime est de rappeler qu’une partie de l’Eglise catholique adore aujourd’hui ce qu’elle combattait hier. Ne soyons pas naïfs. Le procès qui lui est fait, c’est en fait pour le faire tomber, pour le souiller, pour le détruire.


Je ne crois pas mais, en tant qu’athée, à la rigueur agnostique, et connaissant le père Samuel de mieux en mieux, je reste sidérée de voir l’acharnement contre lui, et cet acharnement est alimenté dans l’ombre par les partisans de l’ancien évêque de Tournai.


Le père Samuel est gênant. Mais jusqu’où peut-on aller pour supprimer les gens gênants ? Il a la même foi que celle qui est la vôtre. Je n’ai vu aucun ecclésiastique belge tendre la main à ce frère en religion, dire quelques mots pour le défendre, affirmer que ce qu’il dit sur la foi catholique n’est pas faux, le féliciter pour son immense bibliothèque dont personne n’a jamais parlé, dire qu’il vient d’Orient, avec toute la richesse et la complexité que cela suppose.


Le père Samuel ne cesse de défendre nos frères juifs, de justifier le combat d’Israël pour survivre, de rappeler que "le salut vient des juifs", de dénoncer l’antisémitisme qui grandit dans certains quartiers de beaucoup de villes belges.


Non, vos prêtres préfèrent aller vers l’islam, étudier l’islam, dialoguer avec l’islam, sachant pourtant que les Chrétiens orientaux se font massacrer par des musulmans "fanatiques". Vous vous rassurez en parlant d’islamisme, assurant que le bon islam, c’est amour, paix et tolérance. Vous allez la main tendue vers les imams. Je vous supplie d’aller avec autant de tolérance et d’amour vers votre frère en religion. Et même si vous le considérez comme un fils prodigue, l’attitude du clergé belge à son égard est injustifiable. J’ose même dire que c’est une honte.


Je vous en conjure, Monseigneur, évitez qu’une monstrueuse injustice ne soit commise dans le royaume de Belgique.


© Anne-Marie Delcambre pour LibertyVox


Charles Clément Boniface Ozdemir (né en 1942), dit le Père Samuel, est un prêtre belge.

Il se réclame de l'Église catholique, bien qu'en décembre 2008, en réponse à la demande de curés de la région de Charleroi, l'évêque de Tournai a officiellement précisé que les sacrements célébrés depuis 1991 par le père Samuel ne sont pas à considérer comme des sacrements de l'Eglise catholique, et que l'on peut s'interroger sur leur validité - toutefois la situation canonique du père Samuel est considérée à ce jour comme ambiguë par le Vatican, celui-ci considérant que l'évéché de Tournai doit encore la clarifier [1].

En désaccord avec la hiérarchie catholique belge depuis 1990, le Père Samuel officie dans la région de Charleroi au sein du diocèse de Tournai indépendamment de l'évêque.

Il se caractérise entre autres par ses pratiques traditionalistes ainsi que ses positions très critiques envers l'islam.

Origines[modifier]
Le Père Samuel est né en 1942 en Turquie orientale. Ordonné prêtre au Liban en 1967, selon le rite syriaque catholique[2], le jeune Samuel Ozdemir exerce ses fonctions pastorales dans différentes villes de Turquie, d'abord à Mardin et Diyarbakır (sud-est du pays) puis à Istanbul[réf. nécessaire]. À cette époque, il voyage en Europe, où il dénonce les conditions de vie difficiles et humiliantes des minorités chrétiennes de Turquie. Ses déclarations ayant suscité la réprobation des autorités turques, le Père Samuel doit s'établir au Liban, pays qu'il se voit bientôt contraint de quitter aussi en raison de la guerre civile qui vient alors d'éclater.[réf. nécessaire]

Arrivée en Belgique[modifier]
C'est à cette époque (1974/1975) que le père Samuel Ozdemir vient s'établir en Belgique, plus précisément dans le diocèse de Tournai où il exerce dès lors d'autres fonctions pastorales. Ayant obtenu la nationalité belge en 1970, il prend le nom de Charles-Clément Boniface mais il sera toujours appelé père Samuel. Ses origines orientales, sa forte personnalité et la manière plutôt traditionnelle de concevoir la prêtrise (il porte toujours la soutane, par exemple), tranchent avec les pratiques de l'Église catholique belge. Les désaccords avec les prêtres locaux apparaissent mais, dans un premier temps, le père Samuel et sa hiérarchie trouvent un terrain d'entente.

En 1988, le père Samuel reçoit même, des mains de l'archevêque par qui il avait été ordonné au Liban en 1967, le titre de chorévêque (« évêque des campagnes »), encore en usage dans les Églises orientales et qui permet notamment à celui qui le porte, d'être appelé Monseigneur et de porter la croix pectorale.[réf. nécessaire]

Désaccords avec la hiérarchie catholique belge[modifier]
Mais les désaccords avec l'évêque de Tournai, Mgr Jean Huard, persistent à tel point que celui-ci a mis fin à toute mission de celui-ci dans le diocèse de Tournai, à la fin de l’année 1990[3] S'estimant blessé dans son sacerdoce car n'ayant jamais démissionné, le père Samuel décide de porter plainte contre l'évêque de Tournai devant un tribunal civil. L'affaire, qui débute en 1991, connaît de multiples rebondissements et suscite l'intérêt des médias.[réf. nécessaire]

Parallèlement, le Père Samuel, qui se présente comme voyant, exorciste et pourfendeur de l'Eglise moderniste, commence à attirer les foules, célébrant la messe catholique en latin selon le rite d'avant le Concile Vatican II, dans un hangar désaffecté de Gosselies, puis dans une salle de danse transformée en lieu de culte, toujours dans la région de Charleroi. Il tient des discours dans lesquels il prône une morale chrétienne traditionnelle et dénonce les travers de la société moderne (sexualité libre, dislocation de la famille, présence grandissante de l'islam).

Achat d'une église et d'un couvent[modifier]
En 2001, l'ecclésiastique refait parler de lui quand il annonce avoir racheté, avec ses fidèles, l'église et le couvent des franciscains récollets vendus par les quelques moines encore présents dans le bâtiment pour 16,5 millions de francs belges (410 000 euros). L'inauguration de l'église, qui a lieu en décembre 2001, se fait devant un parterre de journalistes et de personnalités politiques belges, dont le socialiste Jean-Claude Van Cauwenberghe, alors Ministre-président de la Région wallonne[4], [5].

Accusations et procès[modifier]
En 2002, le père Samuel ouvre les portes de sa nouvelle église, placée sous le patronage de saint Antoine de Padoue, à plusieurs journalistes. Parmi ceux-ci, une équipe de journalistes de la RTBF, la chaîne publique belge francophone, qui réalise sur le prêtre rebelle un portrait dans lequel celui-ci tient au sujet de l'islam des propos explosifs. Devant les journalistes, le prêtre déclare notamment que l'islam sera, dans un futur proche, « le problème majeur de l'Occident », et il ajoute notamment que construire une mosquée en Europe est « pire que le nucléaire ».

Alerté par les journalistes de la chaîne publique, le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme porte plainte devant les tribunaux belges. En mars 2006, cette plainte débouche sur un renvoi du père Samuel devant le tribunal correctionnel (décision confirmée en appel en janvier 2007). D'anciens fidèles, profitant de la plainte déposée par le Centre, dénoncent notamment, avec le soutien des mêmes journalistes, les « manipulations mentales » et l'« emprise psychologique » dont ils auraient été victimes, autant d'accusations qui ont suscité, de la part du père Samuel, le dépôt de plaintes pour calomnie et dénonciation calomnieuse[6]. C'est dans ce contexte qu'en mars 2010 le tribunal de police de Cambrai a débouté le Père Samuel d'une de ses plaintes. [7]

Liens avec la politique[modifier]

Samuel Özdemir / Charles Boniface a été candidat à deux reprises en Belgique sur des listes S.A.M.U.E.L. qu'il avait suscitées et qu'il menait[8], aux communales à Charleroi le 9 octobre 1994 (1 788 voix, 1,64%, aucun élu[9]) et aux législatives (circonscription francophone du Sénat) le 21 mai 1995 (31 392 voix, 0,52%, aucun élu[10]).

Certains membres du Parti socialiste ont été mis en cause pour leurs liens et leur complaisance envers le père Samuel, parmi lesquels Jean-Claude Van Cauwenberghe, à l'époque ministre-président de la Région wallonne et ancien bourgmestre de Charleroi, qui avait pris la parole en décembre 2001 à l'invitation du prêtre pour l'ouverture au public des portes l'église Saint-Antoine-de-Padoue (qui appartenait précédemment aux franciscains) à Montignies-sur-Sambre en déclarant notamment « Je tiens ici à saluer l'extraordinaire disponibilité du père Samuel pour écouter les détresses de chacun et tenter de les soulager à sa façon ». Le quotidien Le Soir commentait ainsi l'attitude de "Van Cau": « A défaut de montrer que le guérisseur de Gosselies est un pourvoyeur de fonds du PS local, on sait qu'il en est un des... fidèles serveurs de voix, lui qui, depuis 1994, appelle ses ouailles à voter socialiste. »[11],[12]. La Libre Belgique était quant à elle plus précise: « les deux hommes entretiennent des relations plus ou moins amicales depuis les élections communales de 1994. Le Père Samuel avait alors créé l'événement en annonçant son retrait de la course et en demandant à ses admirateurs de voter pour Van Cau. Même si cela ne représentait finalement que peu de voix (entre 1 000 et 1 500), c'est le genre de geste qu'un politicien peut difficilement oublier. »[13].

Bien que le père Samuel se défende de soutenir le Front national[réf. nécessaire], ce parti en a fait la publicité en citant son nom dans son magazine.[réf. nécessaire

Wikipedia

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par MichelT le Ven 17 Déc 2010 - 12:51

Je ne sais pas si le pere Samuel a abusé des gens ou si ces accusations sont vrais.

Pour les accusations de prétendu racisme - ce sont toujours les memes organisations qui cherchent a faire taire des vérités qui dérange la classe politique. Il sait bien plus de quoi il parle que ces gens qui n`ont jamais vécu en terre islamique...

Anne-Marie Delcambre est une tres bonne islamologue qui a toujours - nommé les choses - c`est pour cela que jamais elle n`est invitée a la Télé - parceque trop vraie et trop directe. Elle a écrit plusieurs livres qui dérange sur l`islam - L`islam des interdits - La schizophrénie de l`islam.

Bien sur elle est détestée dans les milieux islamistes et dans le milieu de leur amis de la gauche caviar.... l`alliance rouge-verte. Si vous ne pensez pas comme eux...vous etes taxé d`extreme-droite bien sur...

Tandis que eux la gauche-caviar sont des gens d`extreme....naiveté.....

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par edelweiss le Ven 17 Déc 2010 - 19:19

L'émission d'hier présentait cet homme sous un très mauvais jour.
Je me pose une question.
Cet homme est à considérer comme un imposteur ou un persécuté car il a un avis différent de la masse ?
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Rémi le Ven 17 Déc 2010 - 21:13

Point de vue de son "évêque"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Communqiué de l’Evêché de Tournai
A propos du Père Samuel

vendredi 26 novembre 2010 par Service de Communication

Evêché de Tournai - Communiqué de presse à propos du Père Samuel – 24 novembre 2010, 15h.

Depuis début novembre 2010, l’évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny, menace le père Samuel d’excommunication ou –à tout le moins- de suspense, pour exercice illégitime de son sacerdoce, usurpation de la charge d’exorciste et fondation illégitime d’une congrégation religieuse. Puisque le père Samuel se revendique de l’Eglise syriaque catholique d’Antioche, l’évêque de Tournai lui impose d’arrêter immédiatement de s’adresser aux fidèles catholiques de rite latin, et d’inviter ces derniers à retourner dans les paroisses ordinaires. Cet ultimatum fait suite à des contacts noués avec le Vatican depuis le printemps dernier, d’où il résulte qu’il revient à l’évêque de Tournai de prendre l’initiative de tirer au clair la situation canonique du père Samuel au sein de l’Eglise catholique –situation depuis longtemps ambiguë.

Le père Samuel Ozdemir (Charles-Clément Boniface, selon son identité civile belge), a été ordonné prêtre dans l’Eglise syriaque catholique d’Antioche (une des communautés catholiques d’Orient en communion avec le pape), en 1967. Arrivé en Belgique en 1974 et accueilli par le diocèse de Tournai (province de Hainaut) sans qu’il devienne pour autant membre du clergé de ce diocèse, le père Samuel s’est vu confier une mission pastorale en aumônerie hospitalière d’abord, puis en paroisse. Très rapidement, l’exercice de cette mission s’est révélé problématique, au point qu’après maints efforts pour raisonner le père Samuel, Mgr Jean Huard, alors évêque de Tournai, a mis fin à toute mission de celui-ci dans le diocèse de Tournai, à la fin de l’année 1990. Sans se remettre au service de son Eglise d’origine, le père Samuel a continué à développer illégitimement un apostolat très personnel, d’abord à Gosselies puis à Montignies-sur-Sambre, dans un ancien couvent racheté en 2001. Sans la moindre autorisation, il a fondé une communauté religieuse qu’il a établie dans ce couvent. Il s’est autoproclamé « exorciste » alors que cette fonction doit être confiée par l’évêque catholique du lieu. Ces comportements sont qualifiés de « délits » par le droit de l’Eglise catholique. De plus en plus, il est devenu un « électron libre », sans lien hiérarchique effectif avec un quelconque supérieur.

Depuis 2009, le père Samuel réaffirme haut et fort le lien étroit qui l’unirait à l’Eglise syriaque catholique d’Antioche. Il s’est montré à Rome, aux côtés du nouveau Patriarche de cette Eglise et de plusieurs prélats de la Curie romaine. Intrigué par ce rapprochement, l’actuel évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny, a interpellé en mai 2010 le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation romaine pour les Eglises orientales. Ce dernier a interrogé le Patriarche de l’Eglise syriaque catholique d’Antioche, qui a répondu le 8 juillet 2010 que, bien qu’originaire de cette Eglise, le père Samuel en échappait à la juridiction depuis qu’il était parti s’établir en Belgique ; une clarification de sa situation juridique au sein de l’Eglise s’avérerait dès lors bien nécessaire, ajoutait le Patriarche. Celui-ci précisait encore qu’il ne lui revenait pas d’entamer une procédure pénale canonique sur un territoire où il n’est pas compétent. Cette réponse a été communiquée par le Cardinal Sandri à Mgr Guy Harpigny. Le 3 novembre 2010, le père Samuel s’est vu imposer par l’évêque de Tournai d’arrêter immédiatement de s’adresser aux fidèles catholiques latins (par distinction des fidèles catholiques orientaux) et d’inviter ces fidèles à retourner dans leurs paroisses et communautés catholiques légitimes. En outre, le père Samuel a été sommé de fournir –d’ici la fin novembre 2010- une attestation de son « incardination », c’est-à-dire du lien juridique effectif que tout prêtre catholique doit avoir avec l’évêque d’un diocèse précis. Ces injonctions ont été émises sous forme de « précepte pénal », menaçant de « suspense », voire d’ « excommunication », vu les délits dans lesquels le père Samuel s’obstine. Le vendredi 12 novembre, le père Samuel a envoyé à l’évêché de Tournai une copie scannée d’une attestation d’incardination et de mission signée du Patriarche syriaque catholique d’Antioche, en date du 9 novembre 2010 ; le père Samuel promettait d’envoyer à l’évêque de Tournai l’exemplaire original de cette attestation –ce qui n’a toujours pas été fait à ce jour. Le samedi 13 novembre, le père Samuel publiait sur son site internet une « lettre à ses fidèles » manifestant sa volonté de se soumettre aux ordres de l’Evêque de Tournai.

Le dimanche 14 novembre, le père Samuel n’a pas lu cette « lettre à ses fidèles » -du reste disparue dès le lundi 15 de son site internet-, mais a commencé, au cours de son office liturgique, à adresser de vifs reproches à l’évêque de Tournai (notamment celui de lui interdire d’aider les pauvres) ; le père Samuel a sollicité le soutien de ses fidèles. Ses reproches furent réitérés et le même soutien fut à nouveau sollicité ce dimanche 21 novembre. En ce mercredi 24 novembre –jour où la RTBF diffuse un reportage sur le père Samuel- l’évêché de Tournai tient à porter à la connaissance du public le processus en cours qui vise à établir de façon correcte la situation du Père Samuel dans l’Eglise catholique. Mgr Harpigny souligne les nombreuses initiatives de solidarité que les paroisses et mouvements catholiques de la région de Charleroi mettent en œuvre à l’égard des personnes démunies, et il signale que le père Samuel n’a pas le monopole de la charité chrétienne, exercée par lui de façon tapageuse. L’évêque de Tournai tient à redire publiquement sa plus nette désapprobation à l’égard des agissements du père Samuel, et invite les personnes qui le suivent à s’abstenir de le fréquenter. La clarification de la situation canonique du père Samuel poursuit son cours, en lien étroit avec Rome.

Glossaire : Suspense : interdiction de célébrer et donner les sacrements. Excommunication : interdiction de recevoir et de donner les sacrements, et d’exercer toute charge dans l’Eglise catholique.

Chronologie :
- 1967 : Samuel Ozdemir, de nationalité turque, est ordonné prêtre au Liban, pour le Patriarcat syriaque catholique d’Antioche.
- 1974 : arrivée en Belgique, à Gosselies. Ministère sacerdotal pour le diocèse de Tournai.
- 1990 : fin des missions confiées au père Samuel par l’évêque de Tournai (Mgr Jean Huard).
- 2001 : rachat par le père Samuel d’un ancien couvent.
- 2008 : l’évêque de Tournai (Mgr Guy Harpigny) met en doute la validité des sacrements célébrés par le père Samuel, vu sa manière très personnelle de célébrer la liturgie.
- 3 novembre 2010 : signification d’un précepte pénal de l’évêque de Tournai à l’égard du père Samuel.

_________________
Mon site Web : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par edelweiss le Sam 18 Déc 2010 - 9:51

Merci pour cette information très précise.
Maintenant je comprends beaucoup mieux.

En résumé : Les églises de l'entourage se vident car les gens veulent de la spiritualité et les évêques du coin se désolent de voir filer les gens chez le père Samuel.

Avouez que c'est plus attirant d'entendre la messe en araméen langue du Christ que d'entendre les problèmes de société rabâchés à longueur de journée à la télévision.

Comme ce prêtre refuse de se soumettre et d'adhérer à l'idée que l'islam c'est mieux que le christianisme il est accablé de toutes sortes de calomnies pour faire peur à ses adeptes et les récupérer.
C'est le coup classique !

Soit cet homme est un imposteur et il doit être condamné par les tribunaux soit c'est un prêtre qui veut vivre selon sa conscience et on l'oublie en précisant qu'il n'est plus catholique romain.

Cette triste histoire donne l'image d'un commerçant qui veut reprendre ses clients qui ont filé chez le concurrent car il vendait des produits qui plaisent mieux aux consommateurs.
Quelle tristesse pour l'Eglise de faire aboutir à une telle conclusion.
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Francesco le Lun 20 Déc 2010 - 1:28

En fait,il semble que npus ayons affaire a un pretre en révolte contre l'autorité éclésiale et il bafoue des regles importantes de la pratique religieuse.Dossier tres intéressant.Si ca ne vous érange pas,je vais transférer ce fil de message ds la section Discernement car s'en est un il me semble.

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par edelweiss le Lun 20 Déc 2010 - 10:11

Je suis de votre avis.
Mais comment ne voulez vous pas qu'il soit en révolte !

Il est né dans un pays où les chrétiens sont à la limite de la persécution.
Il vient d'une église ancrée dans la tradition orientale où l'essentiel est l'amour du Seigneur et préparer sa vie éternelle et non pas de s'occuper de tous les problèmes de société.

Il vient d'une église qui a une liturgie qui n'a pratiquement pas variée depuis des siècles. Il a été transplanté dans une église qui innove du n'importe quoi tous les jours et qui se contredit vingt ans après.
Un exemple :
Le latin s'était interdit et surtout il ne fallait pas en parler
Aujourd'hui nous revenons au latin.

La preuve des difficultés entre la compréhension occidentale et orientale : il existe deux codes de droit canonique reconnus par Rome. Celui de l'église classique que tout le monde connait et celui des église orientales. Parfois même ils se contredisent sur certains points.
Pour ma part, je préfère de loin celui des églises orientales.

Certes il n'obéit pas à son évêque mais il ne faut pas oublier que la notion d'obeissance contre sa conscience est une spécificité du catholicisme romain.
Un exemple :
Un prêtre organisait des messes de bénédiction d'animaux. Il remplissait son église de gens qui ne mettent jamais le pied dans une église retrouvaient la foi.
Un jour l'évêque a interdit de continuer ce style de cérémonie.
Cas de conscience pour ce prêtre sauver des âmes par ce moyen ou obéir à l'évêque ?

Dans un tel cas bien souvent le catholique romain obeit à son évêque.
Dans les autres églises le prêtre est plus libre d'agir selon sa conscience.

L'obeissance aveugle est une bonne chose dans certains cas mais parfois elle empêche le Saint Esprit d'agir.
Encore un petit exemple :
Monseigneur Lefèvre a refusé l'obeissance à l'église.
Mais toutes les personnes qui l'ont suivi ne sont pas parties dans des sectes mais sont restées catholique.
Il aurait obeit les témoins de J auraient dix fois plus d'adeptes.

Le père samuel a été baptisé dans une église qui a fait parler d'elle car des chrétiens y ont été assassinés lors d'une messe.
Comment voulez vous qu'il soit encore obeissant à ceux qui organisent dans certains lieux des rencontres oecuméniques avec ceux qui font partie de la même religion que ceux qui ont assassiné avec barbarie de ses frères dans la foi ?

L'essentiel c'est le salut des âmes et de communiquer, l'amour du Seigneur et non pas de crever dans une structure qui interdit tout.
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Francesco le Lun 20 Déc 2010 - 23:55

Mais comment ne voulez vous pas qu'il soit en révolte !

Les grands saints(es) ont eu aussi vécu des périodes troubles ou l'église ne posait pas tjs les bons gestes...Mais,ils ne se sont pas révoltés contre elle....Ils ont plutot travaillé avec elle pour son épanouissement ds le Christ...

Il vient d'une église qui a une liturgie qui n'a pratiquement pas variée depuis des siècles. Il a été transplanté dans une église qui innove du n'importe quoi tous les jours et qui se contredit vingt ans après.
Un exemple :
Le latin s'était interdit et surtout il ne fallait pas en parler
Aujourd'hui nous revenons au latin.

Ce pretre releve de tel évéché et non pas d'un autre.C'est avec celui ci qu'il doit s'accorder....

St Padre Pio a été persécuté par un pape,sa congrégation religieuse,des éveques mais il ne s'est pas révolté.Il a tout offert en union avec le Christ....

Pensez a la passion du Christ...Il était accusé faussement mais il s'est laissé tuer....Et nous devons comprendre que par son geste,il a fait plus de bien a l'humanité que si il s'était révolté ouvertement.Le monde est rempli de personnes de différentes églises qui sont révoltés pour les mauvaises raisons....

L'obéissance (dans une union a Dieu) est d'une telle grandeur que nous ne pouvons la comprendre qu'en méditant l'exemple du Christ qui a obéit.


Dernière édition par Francesco le Mer 22 Déc 2010 - 0:01, édité 2 fois

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Francesco le Lun 20 Déc 2010 - 23:56

Je pense que la révolte de tant de personne du clergé ou de membres d'église a fait plus de divison et de mal que de bien.

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Francesco le Lun 20 Déc 2010 - 23:58

Tout est la il me semble:
Communqiué de l’Evêché de Tournai
A propos du Père Samuel

vendredi 26 novembre 2010 par Service de Communication

Evêché de Tournai - Communiqué de presse à propos du Père Samuel – 24 novembre 2010, 15h.

Depuis début novembre 2010, l’évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny, menace le père Samuel d’excommunication ou –à tout le moins- de suspense, pour exercice illégitime de son sacerdoce, usurpation de la charge d’exorciste et fondation illégitime d’une congrégation religieuse. Puisque le père Samuel se revendique de l’Eglise syriaque catholique d’Antioche, l’évêque de Tournai lui impose d’arrêter immédiatement de s’adresser aux fidèles catholiques de rite latin, et d’inviter ces derniers à retourner dans les paroisses ordinaires. Cet ultimatum fait suite à des contacts noués avec le Vatican depuis le printemps dernier, d’où il résulte qu’il revient à l’évêque de Tournai de prendre l’initiative de tirer au clair la situation canonique du père Samuel au sein de l’Eglise catholique –situation depuis longtemps ambiguë.

Le père Samuel Ozdemir (Charles-Clément Boniface, selon son identité civile belge), a été ordonné prêtre dans l’Eglise syriaque catholique d’Antioche (une des communautés catholiques d’Orient en communion avec le pape), en 1967. Arrivé en Belgique en 1974 et accueilli par le diocèse de Tournai (province de Hainaut) sans qu’il devienne pour autant membre du clergé de ce diocèse, le père Samuel s’est vu confier une mission pastorale en aumônerie hospitalière d’abord, puis en paroisse. Très rapidement, l’exercice de cette mission s’est révélé problématique, au point qu’après maints efforts pour raisonner le père Samuel, Mgr Jean Huard, alors évêque de Tournai, a mis fin à toute mission de celui-ci dans le diocèse de Tournai, à la fin de l’année 1990. Sans se remettre au service de son Eglise d’origine, le père Samuel a continué à développer illégitimement un apostolat très personnel, d’abord à Gosselies puis à Montignies-sur-Sambre, dans un ancien couvent racheté en 2001. Sans la moindre autorisation, il a fondé une communauté religieuse qu’il a établie dans ce couvent. Il s’est autoproclamé « exorciste » alors que cette fonction doit être confiée par l’évêque catholique du lieu. Ces comportements sont qualifiés de « délits » par le droit de l’Eglise catholique. De plus en plus, il est devenu un « électron libre », sans lien hiérarchique effectif avec un quelconque supérieur.

Depuis 2009, le père Samuel réaffirme haut et fort le lien étroit qui l’unirait à l’Eglise syriaque catholique d’Antioche. Il s’est montré à Rome, aux côtés du nouveau Patriarche de cette Eglise et de plusieurs prélats de la Curie romaine. Intrigué par ce rapprochement, l’actuel évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny, a interpellé en mai 2010 le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation romaine pour les Eglises orientales. Ce dernier a interrogé le Patriarche de l’Eglise syriaque catholique d’Antioche, qui a répondu le 8 juillet 2010 que, bien qu’originaire de cette Eglise, le père Samuel en échappait à la juridiction depuis qu’il était parti s’établir en Belgique ; une clarification de sa situation juridique au sein de l’Eglise s’avérerait dès lors bien nécessaire, ajoutait le Patriarche. Celui-ci précisait encore qu’il ne lui revenait pas d’entamer une procédure pénale canonique sur un territoire où il n’est pas compétent. Cette réponse a été communiquée par le Cardinal Sandri à Mgr Guy Harpigny. Le 3 novembre 2010, le père Samuel s’est vu imposer par l’évêque de Tournai d’arrêter immédiatement de s’adresser aux fidèles catholiques latins (par distinction des fidèles catholiques orientaux) et d’inviter ces fidèles à retourner dans leurs paroisses et communautés catholiques légitimes. En outre, le père Samuel a été sommé de fournir –d’ici la fin novembre 2010- une attestation de son « incardination », c’est-à-dire du lien juridique effectif que tout prêtre catholique doit avoir avec l’évêque d’un diocèse précis. Ces injonctions ont été émises sous forme de « précepte pénal », menaçant de « suspense », voire d’ « excommunication », vu les délits dans lesquels le père Samuel s’obstine. Le vendredi 12 novembre, le père Samuel a envoyé à l’évêché de Tournai une copie scannée d’une attestation d’incardination et de mission signée du Patriarche syriaque catholique d’Antioche, en date du 9 novembre 2010 ; le père Samuel promettait d’envoyer à l’évêque de Tournai l’exemplaire original de cette attestation –ce qui n’a toujours pas été fait à ce jour. Le samedi 13 novembre, le père Samuel publiait sur son site internet une « lettre à ses fidèles » manifestant sa volonté de se soumettre aux ordres de l’Evêque de Tournai.

Le dimanche 14 novembre, le père Samuel n’a pas lu cette « lettre à ses fidèles » -du reste disparue dès le lundi 15 de son site internet-, mais a commencé, au cours de son office liturgique, à adresser de vifs reproches à l’évêque de Tournai (notamment celui de lui interdire d’aider les pauvres) ; le père Samuel a sollicité le soutien de ses fidèles. Ses reproches furent réitérés et le même soutien fut à nouveau sollicité ce dimanche 21 novembre. En ce mercredi 24 novembre –jour où la RTBF diffuse un reportage sur le père Samuel- l’évêché de Tournai tient à porter à la connaissance du public le processus en cours qui vise à établir de façon correcte la situation du Père Samuel dans l’Eglise catholique. Mgr Harpigny souligne les nombreuses initiatives de solidarité que les paroisses et mouvements catholiques de la région de Charleroi mettent en œuvre à l’égard des personnes démunies, et il signale que le père Samuel n’a pas le monopole de la charité chrétienne, exercée par lui de façon tapageuse. L’évêque de Tournai tient à redire publiquement sa plus nette désapprobation à l’égard des agissements du père Samuel, et invite les personnes qui le suivent à s’abstenir de le fréquenter. La clarification de la situation canonique du père Samuel poursuit son cours, en lien étroit avec Rome.

Glossaire : Suspense : interdiction de célébrer et donner les sacrements. Excommunication : interdiction de recevoir et de donner les sacrements, et d’exercer toute charge dans l’Eglise catholique.

Chronologie :
- 1967 : Samuel Ozdemir, de nationalité turque, est ordonné prêtre au Liban, pour le Patriarcat syriaque catholique d’Antioche.
- 1974 : arrivée en Belgique, à Gosselies. Ministère sacerdotal pour le diocèse de Tournai.
- 1990 : fin des missions confiées au père Samuel par l’évêque de Tournai (Mgr Jean Huard).
- 2001 : rachat par le père Samuel d’un ancien couvent.
- 2008 : l’évêque de Tournai (Mgr Guy Harpigny) met en doute la validité des sacrements célébrés par le père Samuel, vu sa manière très personnelle de célébrer la liturgie.
- 3 novembre 2010 : signification d’un précepte pénal de l’évêque de Tournai à l’égard du père Samuel.


_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par edelweiss le Mar 21 Déc 2010 - 23:55

Vous écrivez :
l’évêque de Tournai lui impose d’arrêter immédiatement de s’adresser aux fidèles catholiques de rite latin,

Mais si les catholiques latins viennent le trouver car ils ne trouvent aucune consolation dans le catholicisme classique. Il ne peut tout de même pas les jeter !

Il n'attache pas les gens avec une corde pour les amener. C'est bien eux qui viennent d'eux même. Il ne part pas les chercher.
Ils viennent pourquoi ?
C'est car l'église romaine ne leur apporte plus rien.

Je ne connais pas ce prêtre étrange . Je ne juge pas ni dans un sens ni dans un autre. Mais toute personne sensée se comporterait comme il le fait.
Si une personne vient me trouver c'est qu'elle veut se confier à moi et pas à une autre personne.
J'ai a respecter son choix et à ne pas l'expédier vers ceux qu'elle ne veut plus voir.

Il faudrait dire dans ce cas, je n'ai pas le droit de rencontrer un catholique romain ordre de l'évêque.
Une telle déclaration ferait plus éloigner du catholicisme romain que d'en rapprocher les personnes.
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Francesco le Mer 22 Déc 2010 - 0:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Vous écrivez :
l’évêque de Tournai lui impose d’arrêter immédiatement de s’adresser aux fidèles catholiques de rite latin,

Mais si les catholiques latins viennent le trouver car ils ne trouvent aucune consolation dans le catholicisme classique. Il ne peut tout de même pas les jeter !

Il n'attache pas les gens avec une corde pour les amener. C'est bien eux qui viennent d'eux même. Il ne part pas les chercher.
Ils viennent pourquoi ?
C'est car l'église romaine ne leur apporte plus rien.

Je ne connais pas ce prêtre étrange . Je ne juge pas ni dans un sens ni dans un autre. Mais toute personne sensée se comporterait comme il le fait.
Si une personne vient me trouver c'est qu'elle veut se confier à moi et pas à une autre personne.
J'ai a respecter son choix et à ne pas l'expédier vers ceux qu'elle ne veut plus voir.

Il faudrait dire dans ce cas, je n'ai pas le droit de rencontrer un catholique romain ordre de l'évêque.
Une telle déclaration ferait plus éloigner du catholicisme romain que d'en rapprocher les personnes.
Je ne sais pas Edelweiss.La seule chose que je sais est que ce pretre ,qui releve de tel éveque semble(selon ce dernier) agir de maniere contraire aux avis du prélat....

Mais,si ce prélat se trompe,au lieu de se révolter ouvertement,ce pretre n'a qu'a porté plainte en haut lieu.....Il y a un systeme pour regler de tel conflit ds l'église....Il m'est difficile de penser que l'éveque n'a agit de la sorte que pour insulter ce pretre....De tel geste serait facilement prouvable en haut lieu et ce prélat aurait des problemes.

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par edelweiss le Mer 22 Déc 2010 - 11:47

Je ne pense pas moi non plus que l'évêque voulait insulter ce prêtre.
Il a simplement peur de voir partir ses ouailles

La chose principale à reprocher au père samuel est qu'il ne se soumet pas à l'autorité de son évêque.
Mais quelle est la valeur de l'autorité d'une église qui dans certains lieux est plus attachée aux choses du monde qu'à Notre Seigneur Jésus Christ.
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Elqana le Dim 9 Jan 2011 - 10:34

On ne peut tolérer la désobéissance car c’est la porte ouverte à toutes les divisions. Toutefois, il est clair que les raisons qui poussent les fidèles vers le père Samuel sont de bonnes raisons. Le père a tort de se révolter (si toutefois c’est bien une révolte), mais l’évêque a plus tort encore de s’entêter et de faire l’autruche. Le père Samuel aura des comptes somme toute légers à rendre à l’Eglise, car il n’aura fait que semer un peu de confusion ; ceux que l’évêque aura à rendre au Juge suprême seront d’un tout autre poids, lui qui est en charge de tant d’âmes dont beaucoup risquent gros par sa faute. Il ferait bien, je pense, de méditer là-dessus.
avatar
Elqana

Masculin Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 49
Localisation : Picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Francesco le Jeu 26 Jan 2012 - 5:31

Un ex-fidèle du Père Samuel témoigne

dimanche 2 mai 2010, par Michel

Stephen, ancien adepte du Père Samuel, au micro de Cédric Loriaux

20.04.10

L’examen du dossier du prêtre, inculpé de détournement et d’abus de confiance, a été reporté. Ses avocats ont demandé des devoirs complémentaires. L’intéressé n’était pas présent à l’audience. A l’inverse de certains plaignants qui se sont regroupés au sein d’un collectif pour mieux se défendre.

C’est armé de quelques pancartes mais surtout de leur courage que les anciens fidèles du Père Samuel se sont rendus au tribunal. Ils viennent de Belgique bien sûr, mais aussi du nord de la France, et sont désormais réunis au sein d’un collectif de victimes du prêtre. Histoire d’être plus fort et d’en amener d’autres à briser le silence.

Comme Catherine Petraz, de Lille, qui a passé cinq ans dans la communauté du Père Samuel : « Il nous met en confiance (...) On peut difficilement expliquer. C’est une sorte de jeu mental. Mais au fur et à mesure, on s’aperçoit qu’il y a des choses en contradiction avec ce qu’il nous dit privé et ce qu’il clame tout haut. » Sur le plan financier aussi, l’influence du Père Samuel s’est fait sentir : « Il y a les livres qu’il écrit et qu’on achète. Des dons pour la réparation du toit... Nous, nous avons dépensé entre 3000 et 5000 euros. »

Stephen, lui, a 42 ans et vient de la région de Charleroi. Avec sa femme, pendant plus de quinze ans, il s’est impliqué totalement dans la communauté. Nous vous proposons d’écouter son témoignage - poignant - ci-dessus.

Au-delà de l’aspect strictement financier, ces victimes espèrent avant tout que la justice mette enfin un terme aux activités troubles d’un homme qu’elles estiment dangereux.

Cédric Loriaux

Voir en ligne : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le père samuel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum