Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Aller en bas

Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par Francesco le Dim 17 Avr 2011 - 1:15

Un nouveau mouvement d'échange vient de voir le jour.Il s'agit d'une association de réflexion et ce dernier s'en est pris au lobby des syndicats au Québec qui agit dans la société de plus en plus comme un mouvement politique d'influence .Et,soulignons qu'au Québec,ou il y a un syndicat ds une entreprise,les employés sont obligés de cotiser.......Et il est désormais prouvé que les syndicats utilisent de plus en plus souvent l'argent percu pour faire pression sur le gouvernement ou sur la société alors que ce n,est pas son mandat.Qu'en pensez vous?Croyez vous que c'est le role des centrales syndicales d'agir de la sorte ?http://www.google.ca/url?q=http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/&sa=X&ei=jh-qTaKCDcHF0QGx0vz5CA&ved=0CD4Q6QUoADAH&usg=AFQjCNGpuMYXQnF4rkTRJSP580YoM_kBDg





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Publié le 15 mars 2011 à 13h39 | Mis à jour le 15 mars 2011 à 13h39


La mission syndicale doit être repensée
Taille du texte Imprimer Envoyer À lire aussi
La hausse des droits de scolarité, le symptôme d'une dérive plus profonde
Débats: droits de scolarité: hausse justifiée? Vos points de vue
Des syndicats non démocratiques
Entretien: la facture gonfle pour les cégeps
Règlement au Journal de Montréal: le Journal de Québec entre espoir et inquiétude
Sur le même thème
CSN | FTQ | Institut économique de Montréal | Journal de Montréal | Montmorency | OCDE | Quebecor | Université de Montréal | Université du Québec à Montréal | Université McGill | Jean-François | Marie-Claude | Lois et règlements | Justice, droits et liberté | Écoles, collèges et lycées | Université | Étudiants | Syndicats | Philosophie
Agrandir

Les syndicats, dans le contexte économique actuel, agissent comme un contre-pouvoir permettant un certain équilibre entre les intérêts en jeu.

PHOTO: ARCHIVES LA PRESSE

Les signataires font partie d'un collectif de réflexion sur les enjeux majeurs du Québec contemporain. Ils ont entre 20 et 40 ans.*



La multiplication des attaques venant de la droite à l'endroit des syndicats permet de constater qu'il existe un malaise au Québec vis-à-vis de ces organisations. Nous condamnons les critiques radicales du syndicalisme, qu'elles résultent de la paranoïa d'un Réseau Liberté Québec, selon lequel les syndicats contrôleraient le Québec, ou encore du discours pseudo-scientifique de l'Institut économique de Montréal, pour qui les syndicats ne seraient qu'un frein à la croissance.

Certes, il existe des problèmes en lien avec la pratique du syndicalisme au Québec: le cas de la collusion entre la FTQ-Construction et certains entrepreneurs l'illustre bien. Mais si certaines critiques sont fondées et méritent d'être approfondies, la valeur et la raison d'être des syndicats restent inchangées.

Au-delà de l'amélioration des conditions de travail, le syndicat joue un rôle crucial au quotidien en changeant la structure du travail de manière à accorder aux travailleurs un pouvoir qui leur revient. Au strict minimum, le syndicat empêche que les employés soient à la total merci de l'employeur. Ose-t-on imaginer un instant ce qui serait advenu du Journal de Montréal et de ses employés sans le syndicat pour entraver un tant soit peu la gestion cavalière de Quebecor?

Mais il importe de souligner que les syndicats ne sont pas aussi puissants que leurs détracteurs acharnés le disent. Bien qu'il dise le contraire, le Front commun SISP-CSN-FTQ a essuyé un cuisant revers au terme des négociations du secteur public en juin 2010, en faisant plusieurs concessions qu'il avait initialement exclues. Même le gouvernement du Québec avait prévu, dans sa planification budgétaire, une plus grande hausse des salaires que ce qui a été accordé au bout du compte!


L'exemple du Journal de Montréal devrait être encore plus éloquent: malgré la campagne massive de la CSN, qui a coûté plus de 7 millions de dollars, seulement le quart des employés en lock-out retrouveront leur emploi. Existe-t-il encore une seule personne qui soutiendrait avec sérieux que l'on vit dans une époque de mainmise syndicale sur l'ensemble de la province?

Par ailleurs, prétendre que les syndicats seraient trop puissants, c'est sous-entendre que les patrons devraient avoir le dernier mot en toute chose, que la majorité des gens, qui travaillent en tant qu'employés, devrait abdiquer son pouvoir au profit d'une petite poignée d'individus.

La question du syndicalisme n'est pas seulement une affaire de colonnes comptables: c'est une question morale posée à l'endroit du pouvoir de tout individu et de tout groupe au sein d'un milieu de travail. Les syndicats, dans le contexte économique actuel, agissent comme un contre-pouvoir permettant un certain équilibre entre les intérêts en jeu.

La réponse aux critiques généralement adressées aux syndicats se trouvera dans un recentrage sur sa mission première: donner une voix à l'employé. La mission syndicale ne se restreint pas à la stricte amélioration des conditions salariales et de quelques «avantages sociaux», mais bien à la prise en main et à la responsabilisation des travailleurs par rapport à leur travail. Cela implique que la direction ne devrait pas être la seule à prendre les décisions, dans une atmosphère complètement déconnectée de la réalité du travail sur le terrain. Il revient au syndicat, produit de ses membres, d'effectuer une représentation de ceux-ci dans la prise de décision.

À cet égard, l'Allemagne peut servir d'exemple. Des «conseils d'entreprise» formés de travailleurs (mais auxquels participent souvent indirectement les syndicats) prennent part activement à la gestion de plus de 85% des grandes entreprises privées allemandes. Dans certains domaines, cette instance jouit même de droits de «codétermination», garantis par la loi, qui rendent son consentement obligatoire. Les entreprises ne s'en portent pas plus mal: au contraire, plusieurs recherches ont démontré leurs effets bénéfiques pour leur santé financière.

C'est dire que, dans la mesure où il stimule l'implication dans l'entreprise, le syndicalisme peut et devrait être une voie de sortie de la passivité. Mais pour cela, il faudra cesser de chercher à éroder le pouvoir d'action des syndicats par des lois spéciales ou d'éventuelles modifications régressives du Code du travail. Ces solutions faciles et expéditives, dont certains à droite se font les porte-voix, sont socialement, politiquement et économiquement nuisibles.

Rappelons que les pays les plus syndiqués (Suède: 91%) sont aussi ceux où le taux de pauvreté est le plus bas en plus d'être parmi les pays les plus compétitifs économiquement selon l'OCDE. Pour le bien de l'ensemble de la population, l'économie doit être réinvestie par l'action politique, et cela se fait par la prise de décision de la part de tous les acteurs concernés : le syndicat est un lieu privilégié de délibération et d'actions constructives.

* Les signataires sont: Laurence Ricard, étudiante en droit, Université McGill; Gabriel Boisclair, étudiant à la maîtrise en philosophie, Université de Montréal; Ludvic Moquin-Beaudry, étudiant à la maîtrise en philosophie, Université de Montréal; Arij Riahi, étudiante en droit, Université de Montréal; Daniel Blémur, étudiant à la maîtrise en philosophie, Université de Montréal; Martin Leblanc, professeur de philosophie, Collège Montmorency; Simon Guertin-Armstrong, étudiant au baccalauréat bidisciplinaire en science politique et philosophie, Université de Montréal; Pierre Legault, infirmier clinicien; Jean-François Demers, étudiant à la maîtrise en philosophie, Université de Montréal; Marie-Claude Perron, musicienne à l'OSQ et représentante syndicale (2007-2009); Alexandre Gajevic Sayegh, étudiant à la maitrise en philosophie, Université de Montréal; Vincent Riendeau, étudiant en droit, Université McGill; Jeanne Ricard, Droit international et relations internationales, UQAM; Martin Desrosiers, doctorant en philosophie, Université de Montréal/Paris-IV; Éric Sévigny, étudiant en philosophie, Université de Montréal; Olivier Huot-Beaulieu, étudiant en philosophie, Université de Montréal; William Ross, étudiant en philosophie, Université de Montréal; Eric Bellemare, étudiant en droit, Université McGill; Pascale Cornut St-Pierre, étudiante en droit, Université McGill; Gaétan-Philippe Beaulière; Véronique Dionne-Boivin, étudiante en droit, Université McGill; Frédérick Armstrong; Selma Skalli, étudiante en droit, Université McGill; Jimmy Simard, étudiant à la maîtrise en droit, Université de Montréal; Milène Leduc-

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par Francesco le Dim 17 Avr 2011 - 1:22

Selon moi,les syndicats ont tjs leur place et leur importance.Mais obligé les membres d'une entreprise ds etre membre est totalitaire et indigue d"un mouvement qui se dit pour le citoyen....Et son implication ds les sujets de société n'est pas son role....Son mandat est de protéger les employés d'une entreprise et non pas d'agir comme un mouvement politique non élu qui utilise l'argent des travailleurs pour proner ses valeurs....C'est mon avis.Et vous?

En France,comment sont percus les syndicats et font elles du lobby comme au Québec?

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par alex le Dim 17 Avr 2011 - 21:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Selon moi,les syndicats ont tjs leur place et leur importance.Mais obligé les membres d'une entreprise ds etre membre est totalitaire et indigue d"un mouvement qui se dit pour le citoyen....Et son implication ds les sujets de société n'est pas son role....Son mandat est de protéger les employés d'une entreprise et non pas d'agir comme un mouvement politique non élu qui utilise l'argent des travailleurs pour proner ses valeurs....C'est mon avis.Et vous?

En France,comment sont percus les syndicats et font elles du lobby comme au Québec?

En France, des syndicats sont totalement inféodés à des partis politiques; exemple la CGT inféodée au Parti communiste, SUD, ayant été créé directement par des militants trotkystes, qui a le vent en poupe partout etc... Il y a aussi des syndicats d'extrême droite, d'autres avec étiquette "chrétiens" je pense à la CFDT (mais ce n'est qu'un très léger vernis) etc..

Toutefois, le vrai rôle du syndicat est la défense des employés et ouvriers face au patron, face à toutes les injustices. Dans la pratique ? Bof !! ils se défendent entre eux (et encore) et c'est tout. En fait, ils ne sont que les courroies de transmission des gouvernements et sont là pour faire passer les pilules, toutes les pilules. Leurs rôles sont les mêmes que ceux du faux clivage droite/gauche; chacun est là pour aider l'autre en faisant semblant de s'opposer, laissant ainsi croire que la vox populi est encore de mise; Hors tout cela est est faux, bien évidemment. Les dirigeants des syndicats sont également tous, et je dis bien, TOUS, des membres FM. La suite, vous la devinez.

alex

Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par admin2 le Lun 18 Avr 2011 - 0:25

En France, des syndicats sont totalement inféodés à des partis politiques; exemple la CGT inféodée au Parti communiste, SUD, ayant été créé directement par des militants trotkystes,
Je ne comprends pas que les gouvernements acceptent cela...a moins bien sur d'y trouver leurs avantages....

Les dirigeants des syndicats sont également tous, et je dis bien, TOUS, des membres FM.
En tout cas,la majorité sont anti-cléricaux...
avatar
admin2
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par alex le Mar 19 Avr 2011 - 8:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
En France, des syndicats sont totalement inféodés à des partis politiques; exemple la CGT inféodée au Parti communiste, SUD, ayant été créé directement par des militants trotkystes,
Je ne comprends pas que les gouvernements acceptent cela...a moins bien sur d'y trouver leurs avantages....

Les dirigeants des syndicats sont également tous, et je dis bien, TOUS, des membres FM.
En tout cas,la majorité sont anti-cléricaux...

Ce sont des courroies de transmissions des gouvernants, et donc de la FM, dont les dirigeants font partie... entre copains et coquins ...

alex

Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par Invité le Lun 25 Avr 2011 - 10:43

J'ai connu des responsables FO qui faisaient de la pub pour la FM et la Libre Pensée. Cela confirme ce que dit Alex.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par alex le Lun 25 Avr 2011 - 16:40

Pauvre Pécheur a écrit:J'ai connu des responsables FO qui faisaient de la pub pour la FM et la Libre Pensée. Cela confirme ce que dit Alex.

J'en ai très exactement un dans ma famille, ma très très proche famille, très exactement ce que vous venez de dire, Pauvre Pécheur.

alex

Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par Francesco le Lun 25 Avr 2011 - 22:52

J'ai appris aujourd'hui que le Bloc Québécois était constitué de plusieurs anciens patrons de syndicat puissant.Le Bloc Québécois est un parti politique fédérale.

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par Momzy le Dim 20 Mai 2012 - 13:32

En ce moment, un syndicat fournissent les fonds aux associations étudiantes pour faire la grève... Quand on sait que le père du porte-parole de la Classe est aussi un syndicaliste très connu...ça explique pourquoi ça dure si longtemps...

Momzy

Féminin Date d'inscription : 17/05/2012
Localisation : Québec, Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau Liberté Québec critique le Lobby des syndicats au Québec

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum