Le latin, langue sacrée?

Aller en bas

Le latin, langue sacrée? Empty Le latin, langue sacrée?

Message par Annie le Mer 27 Juil 2011 - 21:25

Je lis en ce moment la vie de Mariam Baouardy, soeur Marie de Jésus Crucifié, qui est maintenant bienheureuse. Ce livre du Père Amédée Brunot s'appelle "Mariam, la petite Arabe" (1981). L'auteur est très modéré, on ne peut pas le soupçonner de faire passer des points de vue personnels.

Or, au moment où il décrit la possession diabolique acceptée par "la petite", on lit:

On veut forcer Satan à parler latin, la langue sacrée. Il refuse: "Cette maudite langue me fait trop souffrir, elle est contre moi."

C'est curieux, parce que ça me fait penser à l'histoire de la langue hébraïque, qui était un don de Dieu et qui a pratiquement disparu au moment de la diaspora. Elle n'était plus qu'une langue biblique, écrite. Elle a été réinventée à la fin du XIXe siècle à partir des textes bibliques, avec des emprunts à l'Arabe et à l'Araméen.

Bref, j'ai l'impression qu'il y a une puissance de certaines langues. La langue hébraïque était un don de Dieu et elle a été perdue par le peuple infidèle, la langue latine est devenu la langue des Saints Mystères, et on essayé de la faire disparaître????

Quelqu'un sait-il quelque-chose sur ces sujets?
Autre question: faut-il dire le chapelet en latin?
etc...

Annie

Date d'inscription : 01/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le latin, langue sacrée? Empty Re: Le latin, langue sacrée?

Message par Amazone le Sam 30 Juil 2011 - 3:20


Il y a vraiment des choses étranges, je lis le même livre en ce moment affraid
Une histoire merveilleuse.


Pour cette question, si tel est le cas, cela serait peut-être une des causes ou des raisons pour la fin des messes en latin scratch
Dans ce cas, ça serait inquiétant...

Peut-être que quelqu'un peut nous en dire plus ?
Ca fait penser aux histoires de "parler en langue" qui sentent le new age, si quelqu'un en sait plus sur cette "mode" ?



Pour les Chapelets, et ce n'est que mon avis personnel, je pense qu'il vaut mieux le dire dans notre langue maternelle, rester dans la simplicité sans se compliquer la vie pour garder la saveur et le bonheur du Chapelet.


Puisque les méditations sont très importantes dans les Rosaires (ou les autres Chapelets Catholiques), réciter en latin ferait peut-être perdre un peu de saveur, nous obligeant à réfléchir et à se concentrer que sur nos mots et en mettant de côté la méditation et cette liberté d'aller dans la Vie de notre Seigneur Jésus Christ et de la Sainte Vierge Marie.


A moins d'être très à l'aise en latin ou d'avoir toujours réciter en latin, mais dans tous les cas, satan et ses démons parlent toutes les langues... Ils comprennent tout, et le simple fait de dire un "Je Vous salue Marie" les fait souffrir Twisted Evil


Très bonne question Annie, espérons des réponses Wink



Et Jésus les appela, et dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. (Luc 18:16)   
Amazone
Amazone
Modérateur
Modérateur

Féminin Date d'inscription : 31/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le latin, langue sacrée? Empty Re: Le latin, langue sacrée?

Message par Annie le Jeu 4 Aoû 2011 - 9:33

Nous avons coupé la poire en deux: nous disons les trois premiers Ave Maria du chapelet en latin. Dans l'Ave, le nom Jésus est juste au milieu de la prière. Il me semble que c'est sa place.

Comme le latin est la langue de l'Eglise catholique, "universelle", ces trois Ave Maria nous permettent de nous sentir en communion avec l'Eglise. Nous les disons pour le Pape, les évèques et les prêtres.

Annie

Date d'inscription : 01/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le latin, langue sacrée? Empty Re: Le latin, langue sacrée?

Message par Annie le Sam 17 Sep 2011 - 18:32

Il y a matière à reflexion sur le site proposé par Francesco, voir:
http://forumarchedemarie.forumperso.com/t5514-l-information-contre-la-desinformation

Je cite un extrait de la rubrique: les commentaires sur le "retour de la messe en latin: intox et erreurs fréquentes":

Soyons clairs : la presse, (y compris catholique, comme La Vie ou Pélerin Magazine) est toujours très critique dès lors que les orientations catholiques sont un peu trop romaine ou bien de "sensibilité" classique. Mais pas seulement elle. Il y a, dans le clergé, beaucoup de prêtres qui pèsent de tout leur poids pour convaincre les fidèles de s'opposer à la volonté du Vatican. Ainsi, depuis le Concile Vatican II, on a vu se développer un ostracisme virulent anti-latin, anti-romain, et tout ça en se réclamant des nouveautés apportées par le Concile. Or... tout ceci est une immense déformation de la vérité.

Concernant le latin, voici ce que dit précisément le Concile par sa constituation Sacrosanctum Concilium sur la liturgie :

- SC 36,1 : "§1 - L'usage de la langue latine, sauf droit particulier, sera conservé dans les rites latins. § 2 - Toutefois l'emploi de la langue du pays peut être très souvent utile pour le peuple ; on pourra donc lui accorder une plus large place". On cherche vainement, dans ces lignes, une obligation de la langue du pays, et on voit qu'en fait il s'agit de la possibilité - et non de l'obligation - de lui donner plus de place (ajoutons : et certainement pas toute la place, c'est explicite).

- SC 54 : "On pourra donner la place qui convient à la langue du pays dans les messes célébrées avec concours de peuple (....) on veillera cependant à ce que les fidèles puissent dire ou chanter ensemble en langue latine". Ici encore, lorsqu'il s'agit de la langue du pays le texte parle de possibilité, mais lorsqu'il s'agit du latin, le texte utilise une forme grammaticale impérative. Nul besoin de faire plus de commentaires.

- SC 116 : "L'Eglise reconnaît donc dans le chant grégorien le chant propre de la liturgie romaine ; c'est donc lui qui, dans les actions liturgiques, toutes choses égales doit occuper la première place." A ceux qui l'auraient oublié, rappelons que le chant grégorien ne peut se chanter qu'en latin.

La "langue du pays à priori obligatoire", voilà bien de l'intox. Mais à qui la doit-on ? Qui prend soin de désinformer le public ? Les journalistes ? Pas seulement !

Depuis le Concile, de nombreux prêtre se sont engouffrés dans cette permission linguistique - et bien d'autres encore - pour faire passer ce qui est permis comme étant des obligations.

Ainsi, pendant plusieurs dizaines d'années, la génération qui a fait Mai 68 a réalisé un travail d'imprégnation des mentalités - presque un lavage de cerveaux - pour faire croire que son idéologie catholique était LA nouvelle ligne de l'Eglise Catholique. Or rien n'est plus faux. Depuis l'abandon de l'habit presbytéral jusqu'à l'élimination du latin, il s'est agit de former plusieurs générations de catholiques en les coupant culturellement - et souvent aussi doctrinalement - de l'autorité romaine.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez lire la suite, avec des commentaires sur les pressions médiatiques contre le latin:

http://radix.ecclesiae.pagesperso-orange.fr/inf.cadre.html

Finalement, on peut prier en latin sans être schismatique, et c'est même encouragé par Vatican II, autant dire que c'est considéré comme préférable par l'Eglise!
Donc il y a une belle cohérence dans l'Eglise à propos du latin.

Annie

Date d'inscription : 01/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le latin, langue sacrée? Empty Re: Le latin, langue sacrée?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum