6 Degrés,que va t'il se passer?

Aller en bas

6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Dim 12 Fév 2012 - 1:22

Voici un livre sérieux qui prouve une fois de plus que nous nous dirigeons vers un mure....et que nous devrons changer nos habitudes et nos coeurs(se convertir profondément) faute de quoi,des épreuves terribles nous attendent ds le futur....
SIX DEGRES, que va-t-il se passer?




Publié le 28 octobre 2008 par Opapilles










La lecture du livre de Mark Lynas « SIX DEGRES, que va-t-il se
passer? » est une source d'information très intéressantes sur les
dérèglements climatiques que l'on observera durant ce siècle.
Les
derniers travaux du GIEC, prix Nobel de la paix 2007, annoncent une
augmentation moyenne de la température du globe de 1,1ºC à 6,4ºC d'ici
2100, par rapport à la période 1980-1999.
Mark Lynas, journaliste
spécialiste du changement climatique, décrit en six chapîtres, degré
par degré, les conséquences de ce réchauffement et l'évolution de la vie
sur une planète plus chaude :

A +1ºC, les incendies dans les zones méditerranéennes, la fonte des glaciers alpins...
A +2ºC, l'affaiblissement de la mousson asiatique et les destructions massives de la biodiversité...
A + 3ºC, l'inversion du bilan Carbone des forêts tropicales (qui, de
puits de carbone, deviendront des sources empirant le phénomène)...
Jusqu'à +6ºC, qui pourrait bien signifier la disparition de la vie
humaine sur Terre.

Pour éviter ces scénarios catastrophes il
faut rapidement faire évoluer nos modes de vie et mettre en application
dès maintenant des mesures très concrètes. Mark Lynas aborde ce sujet à
la fin de son livre dans une synthèse intitulée «choisir notre avenir».


Dernière édition par Francesco le Dim 12 Fév 2012 - 1:33, édité 1 fois

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Dim 12 Fév 2012 - 1:32

Jusqu'à +6ºC, qui pourrait bien signifier la disparition de la vie
humaine sur Terre.
Rien n'est impossible a Dieu ....mais ca demeure sérieux...Tres sérieux...

Et ca ne viens pas de n'importe qui:
derniers travaux du GIEC, prix Nobel de la paix 2007, annoncent une
augmentation moyenne de la température du globe de 1,1ºC à 6,4ºC d'ici
2100, par rapport à la période 1980-1999.
Mark Lynas, journaliste

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Rémi le Dim 12 Fév 2012 - 1:39

Ça va chauffer, c'est le cas de le dire. Le GIEC est controversé mais il y a surement une part de vérité dans ce qu'il affirme.

_________________
Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Dim 12 Fév 2012 - 1:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ça va chauffer, c'est le cas de le dire. Le GIEC est controversé mais il y a surement une part de vérité dans ce qu'il affirme.
Il n'est pas le seul a affirmer un tel réchauffement du climat pour le futur....

Et,souvenez vous,il y a a peine 2 ans,les pros réchauffement du climat se faisaient moquer alors qu'aujourd'hui,il n'y a plus un scientifique sérieux qui peut nier ce fait......


En fait,tout converge vers un basculement du monde et de la société tel que nous les connaissons...et,je peux meme ajouter que j'en suis heureux car cette culture de la mort me blesse de plus en plus...Les humains doivent se convertir et c'est seulement lorsqu'ils seront confrontés au pire qu'ils se tourneront vers Dieu...l'aveuglement en est a ce point.

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Rémi le Dim 12 Fév 2012 - 1:54

On y échappera pas, l'homme d'aujourd'hui préfère la dépravation à la contemplation.

_________________
Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Dim 12 Fév 2012 - 3:33

Sur un autre forum catholique,j'ai vu que le réchauffement climatique était nié ...et c'est justement un forum qui refuse plusieurs décisions écclésiales sur des faits apparitionnistes .....

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par oscar le Dim 12 Fév 2012 - 6:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

mardi 31 janvier 2012Seize éminents savants dans le Wall Street Journal : « Réchauffement climatique ? Nul besoin de paniquer !»
Le Wall Street Journal publie un appel, signé par 16 scientifiques de grand renom, qui présentent leurs arguments en faveur d’une modération rationnelle face à l’alarmisme ambiant lorsqu’on parle du climat. Ils en appellent à une nécessaire réflexion sur le financement de la science climatique.

« Le texte suivant a été signé par les 16 scientifiques dont les noms et titres apparaissent à la fin de l’article.

Un candidat à un mandat officiel dans n’importe quelle démocratie contemporaine peut avoir à considérer ce qu’il faut faire — ou même, s’il faut faire quelque chose — au sujet du réchauffement climatique. Ce candidat devrait comprendre que l’affirmation souvent répétée, selon laquelle presque tous les scientifiques exigent que des actions décisives soient prises pour arrêter le réchauffement climatique, n’est pas fondée. En fait, un nombre important et croissant de savants et d’ingénieurs émérites contestent l'idée que des actions draconiennes doivent être menées au sujet du réchauffement climatique.

En septembre dernier, le prix Nobel de physique Ivar Giaever, un partisan du président Obama lors de la dernière élection, a démissionné avec fracas de l’American Physical Society (APS). Sa lettre de démission commençait ainsi :

Je ne renouvelle pas [mon adhésion] parce que je ne peux plus appuyer la position [politique de l'APS] selon laquelle « Les preuves sont irréfutables, le réchauffement climatique est en train de se produire. Si aucune action n’est prise pour le contrer, des troubles significatifs des systèmes physiques, écologiques, sociaux, et de sécurité, de la planète, se produiront probablement. Nous devons réduire les émissions de gaz à effet de serre, et nous devons commencer maintenant. » Au sein de l’APS, on peut sans difficulté discuter pour savoir si la masse des protons change avec le temps, et comment se comporte un multiunivers, mais les preuves du réchauffement climatique seraient irréfutables ?
Malgré une campagne qui dure depuis des décennies pour renforcer le message selon lequel l’augmentation des quantités de ce « polluant » le dioxyde de carbone va détruire la civilisation, un grand nombre de scientifiques, dont certains très proéminents, partagent les opinions d'Ivar Giaever. Et le nombre de ces scientifiques « hérétiques » augmente chaque année.

La raison ? Une série de faits scientifiques têtus.

Le fait qui dérange peut-être le plus, c’est l’absence de réchauffement climatique depuis bien plus de 10 ans maintenant. Ceci est bien connu des bien-pensants du réchauffement climatique, comme on peut le voir dans le courriel du climatologue Kevin Trenberth de 2009, révélé par le « climategate » :

Le fait est que, pour l’instant, nous ne pouvons pas expliquer le manque de réchauffement climatique depuis 10 ans, et que c’est une mascarade que nous ne le puissions pas.
Mais ce réchauffement ne manque que si l’on croit aux modèles informatiques où de prétendues rétroactions impliquant la vapeur d’eau et les nuages amplifieraient le peu d'effet du CO2.

Le manque de réchauffement climatique depuis plus d’une décennie — et en fait, le réchauffement plus petit que prédit sur les 22 ans depuis que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU a commencé à publier des projections — suggère que les modèles informatiques ont grandement exagéré le réchauffement que le CO2 supplémentaire pourrait causer. Confrontés à ces faits embarrassants, les alarmismes ne s'inquiètent plus tant du réchauffement que des événements météorologiques extrêmes, imputant tout ce qui se produit d’inhabituel dans notre climat chaotique au CO2.

Le fait est que le CO2 n’est pas un polluant. Le CO2 est un gaz incolore et inodore, expiré à haute concentration par chacun d’entre nous, et un composant clé du cycle de la vie de la biosphère. Les plantes se portent tellement mieux en présence de plus de CO2 que les agriculteurs travaillant en serre augmentent souvent la concentration en CO2 par des facteurs de 3 ou 4 pour obtenir une meilleure croissance. Ceci n’est pas une surprise, puisque les plantes et les animaux ont évolué à une époque où les concentrations en CO2 étaient 10 fois supérieures à celles d'aujourd'hui. De meilleures variétés de plantes, d’engrais chimiques et de gestion agricole, ont contribué à la grande augmentation des rendements agricoles du siècle passé, mais une partie de l’augmentation est certainement due au CO2 supplémentaire dans l’atmosphère.

Bien que le nombre de scientifiques exprimant publiquement leur désaccord augmente, de nombreux jeunes scientifiques disent furtivement que, même ils ont des doutes sur le message relatif au réchauffement climatique, ils ont peur de parler de crainte de ne pas être promus, ou pire encore. En 2003, Chris de Freitas, rédacteur en chef de la revue Climate Research, a osé publier un article révisé par un comité d'experts dont la conclusion politiquement incorrecte (mais factuellement correcte) était que le réchauffement récent n’avait rien d'inhabituel quand on le compare aux fluctuations climatiques du dernier millénaire. Le mandarinat international du réchauffement a rapidement monté une campagne déterminée pour que de Freitas soit renvoyé de son poste de rédacteur en chef et de son poste universitaire. Heureusement, il a pu garder son emploi à son université.

Ça n’est pas comme ça que la science est censée fonctionner, mais on a déjà vu des choses semblables par le passé — notamment pendant la terrifiante époque où Trofim Denissovitch Lysenko a détourné la biologie en Union soviétique. Les biologistes soviétiques qui avouaient croire aux gènes, dont Lysenko affirmait qu’ils n'étaient qu'une fiction bourgeoise, étaient renvoyés de leurs postes. Nombre d’entre eux ont été envoyés au goulag, certains ont été condamnés à mort.

Pourquoi y a-t-il tant de passion au sujet du réchauffement climatique, et pourquoi le sujet est-il devenu si contrariant que l’American Physical Society (dont Giaever a démissionné il y a quelques mois) a refusé la demande, en apparence raisonnable, d’un grand nombre de ses membres, d’enlever le mot « irréfutable » de sa description d’une question scientifique ? Il y a plusieurs raisons, mais un bon point de départ serait de se poser la vieille question « cui bono ? » ou encore, dans sa version actuelle : « cherchez l'argent ».

L’alarmisme climatique s'accompagne de grands avantages pour de nombreuses personnes, il est source de subventions gouvernementales pour la recherche universitaire et de croissance pour les bureaucraties gouvernementales. L’alarmisme sert également de prétexte aux gouvernements pour augmenter les taxes et impôts, les subventions, payées par les contribuables, versées aux entreprises familières du jeu de coulisses politiques, et un leurre pour attirer de grosses donations au bénéfice d'organismes de bienfaisance qui promettent de sauver la planète. Lysenko et son équipe ont très bien vécu et ont défendu avec férocité leur dogme et les privilèges qu’il leur achetait.

Au nom de nombreux scientifiques et ingénieurs qui ont examiné avec soin et en toute indépendance la science du climat, nous avons un message pour tout candidat à un mandat public : il n’y a pas d’argument scientifique irréfutable en faveur d’actions draconiennes pour « décarboniser » l’économie du monde. Même si on acceptait les prévisions climatiques gonflées du GIEC de telles politiques agressives visant à contrôler les gaz à effet de serre ne sont pas justifiées économiquement.

Une étude récente par l’économiste William Nordhaus de l’Université de Yale qui se penchait sur une grande gamme d’options politiques montre que le meilleur rapport coûts-bénéfices est quasiment atteint avec une politique qui permet 50 années de croissance supplémentaires sans contrôle sur les gaz à effet de serre. Cette politique serait particulièrement avantageuse pour les parties les moins développées du globe, qui aimeraient partager le bien-être matériel, les avantages pour la santé et l'espérance de vie dont jouissent aujourd’hui les parties du monde pleinement développées. De nombreuses autres réponses politiques auraient un retour sur investissement négatif. Il est, en outre, probable que plus de CO2 (et le modeste réchauffement qui l’accompagne) serait avantageux général pour la planète.

Si des élus se sentent obligés de « faire quelque chose » au sujet du climat, nous recommandons de soutenir les excellents scientifiques qui augmentent notre compréhension du climat grâce à des instruments bien conçus embarqués sur des satellites, présents dans les océans ou sur terre et dans l’analyse des données d’observation. Plus nous comprenons le climat et plus nous pouvons faire face à sa nature toujours changeante, qui a compliqué la vie humaine au cours de toute l’histoire. Malheureusement, une grande partie des gigantesques investissements privés et publics actuels dans le climat doivent faire l'objet d'un examen très critique.

Tout candidat devrait soutenir des mesures rationnelles pour protéger et améliorer notre environnement, mais il est déraisonnable de soutenir de coûteux programmes qui détournent des ressources des besoins réels et qui sont fondés sur, certes, des affirmations alarmistes, mais dénuées de toute preuve irréfutable.

Claude Allègre, ancien directeur de l'Institut de physique du globe, Paris; J. Scott Armstrong, cofondateur du Journal of Forecasting et l'International Journal of Forecasting; Jan Breslow, directeur du Laboratoire de génétique biochimique et de métabolisme, Université Rockefeller; Roger Cohen, membre, de la Société physique américaine; Edward David, membre de l'Académie nationale de génie et de l'Académie nationale des sciences; William Happer, professeur de physique, Princeton; Michael Kelly, professeur de technologie, Université de Cambridge; William Kininmonth, ancien directeur de la recherche climatique au Bureau de météorologie australien; Richard Lindzen, professeur de sciences atmosphériques, MIT; James McGrath, professeur de chimie, Université technique de Virginie; Rodney Nichols, ancien président et directeur général de l'Académie des sciences de New York; Burt Rutan, ingénieur en aérospatiale, concepteur de Voyager et de SpaceShipOne; Harrison H. Schmitt, astronaute à bord d'Apollo XVII at ancien sénateur des États-Unis; Nir Shaviv, professeur d'astrophysique, Université hébraïque, Jérusalem; Henk Tennekes, ancien directeur du Service météorologique royal des Pays-Bas; Antonio Zichichi, président de la Fédération mondiale des scientifiques, Genève.
avatar
oscar

Masculin Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 48
Localisation : Canada

http://www.riposte-catholique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Rémi le Dim 12 Fév 2012 - 19:28

Il y a deux lobbys puissant dans toute cette controverse, il y a le lobby des écolos qui veulent des lois strictes et beaucoup d'argent pour financer les recherches et aussi remplir leurs poches et il y a le lobby des pétrolières qui ne veulent pas que l'on cesse d'acheter du pétrole. La fonte des glaces au nord est pour eux une bénédiction car il pourront avoir plus de facilité pour forer de nouveaux puits. Une chose est sure, c'est quand il y a de l'argent d'impliqué dans quelconques conflits, il y en a beaucoup qui vendent leurs âmes au diable pour gagner la bataille. Les glaces fondent au nord c'est indéniable mais est-ce un sicle naturel ou est-ce la faute de l'homme ? Pour ma part je crois que l'homme a ses torts mais peut-être pas tous les torts.

_________________
Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par mick le Lun 13 Fév 2012 - 0:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Il y a deux lobbys puissant dans toute cette controverse, il y a le lobby des écolos qui veulent des lois strictes et beaucoup d'argent pour financer les recherches et aussi remplir leurs poches et il y a le lobby des pétrolières qui ne veulent pas que l'on cesse d'acheter du pétrole. La fonte des glaces au nord est pour eux une bénédiction car il pourront avoir plus de facilité pour forer de nouveaux puits. Une chose est sure, c'est quand il y a de l'argent d'impliqué dans quelconques conflits, il y en a beaucoup qui vendent leurs âmes au diable pour gagner la bataille. Les glaces fondent au nord c'est indéniable mais est-ce un sicle naturel ou est-ce la faute de l'homme ? Pour ma part je crois que l'homme a ses torts mais peut-être pas tous les torts.

d accords avec toi remi,moi je trouve que ceux qui font le plus d effort paye plus que les autres....la france a fait de beau progres,et polue moin que les americains un 4cylindre francais polu moin qu un v8 essence!!! et nos usines on des regle de polution a respecter!!pas comme la chine!!!par exemple

mick

Masculin Date d'inscription : 31/07/2009
Localisation : sud est

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par oscar le Lun 13 Fév 2012 - 6:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les glaces fondent au nord c'est indéniable mais est-ce un sicle naturel ou est-ce la faute de l'homme ?

Tout a fait d'accord, on ne peut nié certain fait. Ce que je constate c'est que la temperature semble se déplacer, regarder la vague de froid en europe et la neige de 3 mettres au japon et au nigéria .

Le lobby ou devrais_je dire la nouvelle religion enviro et tres payante aussi.

Voir aussi pour ceux qui lisent anglais "History of climate gets 'erased' online
"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

et aussi
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
oscar

Masculin Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 48
Localisation : Canada

http://www.riposte-catholique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Rémi le Lun 13 Fév 2012 - 16:26

Très intéressant ce petit tableau Oscar, je le place ici :


_________________
Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 2:08




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


2010 est l'une des années les plus chaudes jamais observées à l'échelle planétaire
766 lectures / 7 commentaires21 janvier 2011, 16 h 03

Recommander cette actualité à un(e) ami(e)Recevoir une alerte mail à chaque nouvelle actualitéFlux RSS

©
OMMSelon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'année 2010 est
l'une des années les plus chaudes jamais observées, avec 2005 et 1998.
En effet, les données recueillies par l'OMM ne montrent aucune
différence statistiquement significative entre les températures moyennes
à l'échelle du globe relevées durant ces trois années.

En 2010,
la température moyenne à l'échelle du globe s'est révélée supérieure de
0,53 °C à la moyenne pour la période 1961-1990. Cette valeur est
supérieure de 0,01 °C et de 0,03 °C à la température nominale en 2005 et
1998, respectivement. L'écart entre les valeurs relatives à ces trois
années est inférieur à la marge d'incertitude (± 0,09 °C ou ± 0,16 °F)
pour la comparaison des données.

Ces statistiques sont fondées
sur les jeux de données tenus à jour par l'Unité de recherche sur le
climat et le Centre Hadley du Met Office du Royaume-Uni, le Centre
national de données climatologiques des États-Unis (NCDC) et
l'Administration américaine pour l'aéronautique et l'espace (NASA).

En
décembre 2010, l'étendue des glaces de mer dans l'Arctique a été la
plus faible jamais enregistrée, avec une superficie moyenne mensuelle de
12 millions de kilomètres carrés, soit 1,35 million de kilomètres
carrés de moins que la moyenne en décembre pour la période 1979-2000.
Cela fait suite à la troisième étendue minimale des glaces la plus
faible enregistrée en septembre.

« Les données pour 2010
confirment la nette tendance au réchauffement à long terme de la planète
» a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, M. Michel Jarraud. « Les
dix années les plus chaudes jamais observées sont toutes postérieures à
1997. »

Sur la décennie 2001-2010, la température moyenne à
l'échelle du globe est supérieure de 0,46 °C à la moyenne pour la
période 1961-1990 et est la plus élevée jamais enregistrée sur une
décennie depuis le début des relevés instrumentaux.

Ces dernières
années, le réchauffement a été particulièrement prononcé en Afrique et
dans certaines parties de l'Asie et de l'Arctique, de nombreuses régions
enregistrant des températures supérieures de 1,2 à 1,4 °C à la moyenne à
long terme. 2010 a été une année exceptionnellement chaude sur une
bonne partie du continent africain, dans le sud et l'est de l'Asie, au
Groenland et dans l'Arctique canadien, de nombreuses régions
enregistrant des températures annuelles records. Cependant, certaines
zones continentales ont connu des températures nettement inférieures à
la moyenne, et notamment une partie de l'Europe septentrionale ainsi que
le centre et l'est de l'Australie.

Le mois de décembre 2010 a
été exceptionnellement chaud dans l'est du Canada et au Groenland. Il a
été anormalement froid dans de vastes zones du nord et de l'ouest de
l'Europe, avec des températures moyennes mensuelles inférieures de 10 °C
à la normale en certains endroits de la Norvège et de la Suède. De
nombreuses régions de Scandinavie ont connu leur mois de décembre le
plus froid jamais observé. Dans le centre de l'Angleterre, la
température moyenne en décembre a été la plus basse depuis 1890. De
fortes chutes de neige ont gravement perturbé les transports dans une
bonne partie de l'Europe. Les températures ont également été inférieures
à la moyenne dans une grande partie de la Fédération de Russie et dans
l'est des États-Unis, où la neige a aussi perturbé fortement les
transports.

Evolution de la température moyenne à la surface du
globe, d'après trois jeux mondiaux de données : celui du Centre national
de données climatologiques (NCDC) de la NOAA, celui du Goddard
Institute for Space Studies (GISS) de la NASA et le jeu de données
combiné (HadCRUT3) du Centre Hadley du Met Office et de la Section de
recherche sur le climat de l'Université d'East Anglia (Royaume-Uni). En
ordonnée, se trouvent les écarts de températures en °C par rapport aux
normales calculées pour la période 1961-1990.
© OMM, 01/2011
Principaux phénomènes météorologiques et climatiques récents
L'année
2010 a été marquée par un grand nombre de phénomènes météorologiques
extrêmes, dont la vague de chaleur en Russie et les crues dévastatrices
dues à la mousson au Pakistan. De nombreux évènements météorologiques et
climatiques majeurs ont eu lieu à la fin de l'année 2010 et au début de
2011 :

Début janvier, selon le Bureau de la coordination des
affaires humanitaires de l'ONU, plus de 800 000 personnes ont subi les
effets des inondations au Sri Lanka. Les Philippines ont été aussi
durement touchées par des inondations et des glissements de terrain en
janvier ;
Au Brésil, pendant la deuxième semaine de janvier, des
crues soudaines dans les zones montagneuses proches de Rio de Janeiro
ont fait plus de 700 victimes, la plupart à la suite de coulées de boue.
Il s'agit du plus grand nombre de victimes imputables à une seule
catastrophe naturelle de toute l'histoire du Brésil ;
Des inondations
de grande ampleur se sont produites dans l'est de l'Australie en
décembre et pendant la première quinzaine de janvier, en corrélation
avec la poursuite de l'épisode La Niña de forte intensité. Les plus gros
dégâts ont eu lieu à Brisbane, qui a connu sa deuxième crue la plus
importante des cent dernières années après celle de janvier 1974. Sur le
plan financier, ce devrait être la catastrophe naturelle la plus
coûteuse de l'histoire de l'Australie. Les précédents épisodes La Niña
de forte intensité ont aussi donné lieu à des inondations de grande
ampleur dans l'est de l'Australie, en particulier en 1974 et 1955.
Notes

Les
informations pour 2010 sont fondées sur les données climatiques
transmises par divers réseaux de stations météorologiques et
climatologiques terrestres ainsi que par des navires, des bouées et des
satellites. Les données sont recueillies et diffusées en permanence par
les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) des 189
Membres de l'OMM et par plusieurs instituts de recherche qui collaborent
avec eux. Elles permettent d'alimenter en permanence trois grands
centres mondiaux de collecte et d'analyse des données climatiques, qui
constituent et tiennent à jour des jeux de données homogènes à l'aide de
méthodes éprouvées. L'analyse des températures mondiales effectuée par
l'OMM repose donc principalement sur trois ensembles de données
complémentaires.
L'un de ces ensembles est le jeu de données combiné
tenu à jour par le Centre Hadley du Met Office du Royaume-Uni et l'Unité
de recherche sur le climat de l'Université d'East Anglia (Royaume-Uni).
Le deuxième ensemble est le jeu de données tenu à jour par
l'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA)
relevant du Département américain du commerce, et le troisième est
fourni par le Goddard Institute for Space Studies (GISS), qui relève de
la NASA.

Auteur
Organisation Météorologique Mondiale
Et les 10 dernieres années ont presque toutes été des nouveaux records de température.....

Personnelement,je n'ai que trop réalisé ces changements climatiques ces 10 dernieres années au Québec.Je ne crois plus les personnes qui nient ces changements climatiques.

Dans cette meme section,vous trouverez amplement d'imformations qui confirment ces changements climatiques; qui amenent aussi une tres graves augmentations des catastrophes naturelles....Les faits sont la..

N'avez vous pas traverser une des pires tempetes hivernales en Europe ces jours ci?

Je pense que les changements climatiques sont clairs...toutefois,les causes ds ceux ci peuvent etre plus complexe a expliquer et peuvent avoir plusieurs origines...


Dernière édition par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 2:11, édité 1 fois

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 2:09

« Les données pour 2010
confirment la nette tendance au réchauffement à long terme de la planète
» a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, M. Michel Jarraud. « Les
dix années les plus chaudes jamais observées sont toutes postérieures à
1997. »

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par oscar le Mar 14 Fév 2012 - 3:03

Ce texte n'est pas de moi mais réflete bien ce que j'en pense:
je vous laisse une copie de cet article de Paul Joseph Watson, qui en rajoute une bonne couche contre cette grande grande arnaque mondiale du "réchauffement" anthropique

La doctrine officielle d'un réchauffement global de la planète, qui serait provoqué
par l'activité humaine, n'est qu'un ensemble hétéroclite de dogmes imposés, d'opinions préconçues et de fausse science.

Le canular du réchauffement global provoqué par l'homme est en train d'être imposé par décret au monde entier. La fausse science manipulée pour étayer cette théorie ne représente qu'un fascisme rampant dont l'objectif est d'interdire tout véritable débat ouvert. Cela révèle le fait que cette hystérie du changement climatique n'est qu'une farce sinistre destinée à briser les libertés publiques et à imposer le pouvoir centralisé du Nouvel Ordre Mondial.

Dans une interview accordée à un journal tchèque, Vaclav Klaus, Président de la République Tchèque, a accusé le dogme du "politiquement correct" d'empêcher un plus grand nombre de scientifiques et d'hommes d'Etat de rendre public leur scepticisme concernant la cause humaine du réchauffement climatique. C'est précisément la situation où nous sommes parvenus. Au milieu d'une absence bizarre de sens commun, les institutions établies et la gauche officielle ont réussi à étouffer tout débat sérieux et contradictoire sur le réchauffement global. Ils accompagnent leurs arguments d'une sorte de prétention nébuleuse, selon laquelle le fait d'exprimer un désaccord avec les théories officielles traduit une attitude bigote, rétrograde et même raciste.

Le fait même que les avocats du réchauffement global provoqué par l'homme aient besoin de recourir à une accusation de racisme, dans un débat scientifique sur le changement climatique, prouve amplement que leurs arguments sont superficiels et vulnérables.

En novembre dernier, nous avions déjà publié un article sur le réchauffement global, et montré que ce réchauffement était essentiellement provoqué par l'activité solaire. Nous avions dit, d'une manière quelque peu ironique, que ceux qui exprimaient des doutes sur les causes humaines du réchauffement global seraient bientôt comparés aux négationnistes de l'Holocauste par les médias et les leaders culturels autoproclamés, qui exigent une adhésion totale à la religion officielle concernant le changement climatique.

Voici ce que nous écrivions :

"L'affirmation que le réchauffement global serait dû à l'activité humaine est imposée à l'opinion publique avec une telle violence, surtout en Europe, que le simple fait d'exprimer le moindre doute revient presque, dans certains cas, à être accusé de négationnisme de l'Holocauste. Le lavage de cerveau insipide que nous subissons de la part de la télévision, des journaux et des têtes pensantes exaltées, est tellement puissant que les sceptiques du réchauffement global sont obligés de porter une "étoile jaune" symbolique. Ils ne peuvent exprimer leurs doutes qu'à voix basse et en des termes conciliants, sous peine d'être accablés d'injures, harangués et hués par une armée de bien-pensants convaincus qu'ils sont en train de sauver leur Terre Mère chaque fois qu'ils recyclent leur bouteille de bière ou qu'ils jettent leurs papiers sales dans la poubelle consacrée à cet effet."

Mais il ne s'agit plus d'une plaisanterie !

La semaine dernière, Ellen Goodman, du Boston Globe, a écrit un éditorial dénonçant tous ceux qui osaient commettre le sacrilège de manifester leur désaccord avec le rapport sur le changement climatique établi par l'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change : "Panel Intergouvernemental sur le Changement Climatique" ), à l'initiative de l'ONU. Voici un extrait de son papier :

"J'aimerais dire que nous avons atteint le point où le réchauffement global ne peut plus être nié. Disons que ceux qui nient le réchauffement global (NDT : causé par l'homme) sont à mettre sur le même plan que ceux qui nient l'Holocauste, sauf que ceux-ci nient le passé, alors que ceux-là nient le présent et le futur."

Cette attaque en règle révèle ce qui est au cœur du programme des défenseurs du réchauffement global. Comme cette clique de fanatiques grotesques du pouvoir mondial ne peut pas s'opposer sérieusement aux arguments incontestables prouvant que le changement climatique actuel est essentiellement dû à l'activité solaire et aux cycles cosmiques naturels à long terme, elle doit se résoudre aux méthodes de la propagande et à de viles attaques personnelles, pour renverser le cours de l'opinion publique.

Au cours d'un débat sur la BBC, l'un des membres du Panel de l'ONU avait exhorté les téléspectateurs à examiner tous les arguments en présence, et à étudier, outre les causes humaines, les autres causes du réchauffement climatique. Il avait été accueilli par les huées de l'auditoire, et on lui avait coupé la parole. On considère à présent comme un sacrilège le fait de simplement mettre en doute le dogme officiel sans cesse rabâché, comme un disque rayé, par des automates victimes du lavage de cerveau officiel.

Ils hurlent qu'ils ne peuvent pas se permettre d'avoir un tel débat contradictoire, prétendant que la fin de la planète est proche, et affirmant que les incrédules doivent être symboliquement cloués au pilori de l'opinion publique, dans l'intérêt même de la survie du genre humain.

Mais ceux qui ont de la mémoire et encore assez de nerfs pour penser par eux-mêmes se rappellent qu'en matière de climat, les prophètes de malheur ont prouvé depuis des décennies qu'ils s'étaient trompés. A la fin des années 60 et au début des années 70, l'hystérie à la mode, en matière de changement climatique, qui prédisait aussi la fin de l'humanité comme à présent, tournait autour du concept du refroidissement global ! Déjà, on avait négligé la prise en compte des fluctuations à long terme des températures, ainsi que le fait que la terre venait d'achever un cycle appelé "petite époque glaciaire."

Un écrivain, John Bender, a excellemment compilé les citations faites depuis les dernières décennies par des spécialistes environnementaux, qui nous prédisaient que le ciel allait nous tomber sur la tête, et qui ont été par la suite complètement discrédités. Gardez ces citations en mémoire, quand vous entendrez quelqu'un répéter inlassablement les slogans qui lui ont été endoctrinés par les pouvoirs dominants.

"Le refroidissement continuel et rapide de la terre depuis la seconde guerre mondiale est en rapport avec l'augmentation de la pollution de l'air associée à l'industrialisation, à la mécanisation, à l'urbanisation et à l'explosion de la population" (Reid Bryson, "Global Ecology ; Readings towards a Rational Strategy for Man" - 1971).

"La bataille pour nourrir l'humanité est perdue. Dans les années 70, le monde va connaître des famines. Des centaines de millions de personnes vont mourir de faim, en dépit de tous les programmes d'urgence déjà entrepris. La seule solution est le contrôle démographique" (Paul Ehrlich, "The Population Bomb" - 1968).

"Je suis prêt à parier de l'argent que l'Angleterre n'existera plus en l'an 2000" (Paul Ehrlich en 1969).

"Dans dix ans, toute vie animale importante dans les mers aura disparu. Des zones côtières importantes devront être évacuées en raison de la puanteur provenant des poissons morts" (Paul Ehrlich, "Earth Day" - 1970).

"Avant 1985, l'humanité va entrer dans une époque de raréfaction des ressources. On ne pourra presque plus faire face à l'approvisionnement de nombreuses ressources minérales de base" (Paul Ehrlich en 1976).

"La tendance actuelle au refroidissement réduira la productivité de l'agriculture pour tout le restant de ce siècle" (Peter Gwynne, Newsweek, 1976).

"De nombreux signes évidents prouvent que le climat de la terre a commencé à changer de manière radicale. Ces changements peuvent occasionner une réduction draconienne de la production alimentaire. Presque toutes les nations de la terre devront en subir les répercussions politiques. Cette chute de la production alimentaire pourrait commencer très prochainement… Les preuves de ces prédictions ont commencé à s'accumuler de manière tellement massive que les météorologistes ont beaucoup de mal à suivre" (Newsweek du 28 avril 1975).

"Le refroidissement actuel a déjà tué des centaines de milliers de personnes. S'il continue, et si personne ne prend des mesures énergiques, il provoquera une famine mondiale, un chaos généralisé et même une nouvelle guerre mondiale. Tout cela pourrait survenir avant l'an 2000" (Lowell Ponte, "The cooling" - 1976).

"Si la tendance actuelle se poursuit, le monde sera confronté en 1990 à un refroidissement moyen des températures d'environ quatre degrés, et même de onze degrés d'ici l'an 2000… C'est environ le double de ce qui serait nécessaire pour nous plonger dans un nouvel âge glaciaire" (Kenneth E.F. "Watt on Air Pollution and Global Cooling, Earth Day", 1970).

L'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) est un organisme politique, pas une organisation scientifique. Ses proclamations sont donc purement destinées à permettre d'atteindre des objectifs politiques. Le document qu'il a publié le 2 février dernier, et qui a fait l'objet, pendant des journées entières, d'une couverture intense et dévote de la part des médias officiels, n'était qu'un manifeste politique s'appuyant sur un projet scientifique qui n'a même pas été mené à bien. Que vaut une "expérience scientifique" dont les conclusions ont été publiées avant même que les tests aient été réalisés ? Le document affirme qu'une "recherche scientifique" est en train d'être menée pour confirmer des conclusions politiques déjà établies à l'avance.

Le document déclare : "Les seules modifications (autres que mineures ou de pure forme) qui seront apportées aux conclusions du Groupe de Travail ou du Panel ne seront que celles qui seront nécessaires pour assurer la cohésion des recommandations faites aux pouvoirs politiques."

Les Nations Unies ont déjà décidé que le réchauffement global des températures était dû à l'activité humaine, car ils sont en train de publier un rapport inachevé qui ne fait que refléter leurs conclusions décidées à l'avance. Peut-on être plus "indépendant" que cela ?

Le rapport de l'IPCC s'appuyait sur un ramassis de virtuoses des relations publiques qui n'avaient rien à voir avec la confirmation scientifique du réchauffement global, mais qui étaient suffisamment nombreux pour donner au spectateur fortuit l'impression que tout le monde était d'accord sur les causes humaines de ce réchauffement. On alla jusqu'à éteindre pendant cinq minutes les illuminations de la Tour Eiffel, et même à utiliser Jane Goodall, experte anglaise des primates, qui a imité à cette occasion le cri sauvage d'un chimpanzé tropical.

Comme l'a déclaré le Président Tchèque Vaclav Klaus, "le réchauffement global est un mythe mensonger. Tout scientifique sérieux le confirme. Il n'est pas honnête de faire référence au panel de l'ONU. L'IPCC n'est pas une institution scientifique, c'est un organisme politique, une sorte d'organe non-gouvernemental proche des Verts. Ce n'est ni un forum de scientifiques impartiaux, ni un groupe équilibré de scientifiques. Ce sont des scientifiques politisés, réunis parce qu'ils avaient une opinion toute faite, pour exécuter une tâche définie à l'avance."

Les avocats de la cause humaine du réchauffement se donnent beaucoup de peine pour insister sur le fait que des géants pétroliers comme Exxon-Mobil offrent des milliers de dollars pour financer des études contredisant les théories de l'ONU. Ils affirment que de telles études ne peuvent être que partiales. Mais ils ignorent le fait que ce sont l'ONU elle-même et des hommes comme Ted Turner, ardent défenseur des causes humaines du réchauffement, et partisan d'une réduction draconienne de la population mondiale, qui ont financé l'étude de l'OPCC. Ted Turner a même fait don d'un milliard de dollars à l'ONU à cet effet. N'est-ce pas faire preuve de partialité ? N'est-ce pas la preuve que des scientifiques ont été grassement payés pour produire des "preuves" permettant d'étayer une opinion préconçue ? Une "taxe carbone" imposée par la crainte du changement climatique ira directement dans les caisses d'organisations dépendant des Nations Unies. N'est-ce pas la preuve que l'ONU joue un rôle majeur pour faire croire que le réchauffement global est causé par des facteurs humains ?

En outre, Greenpeace est en train de recruter des "organisateurs pour la campagne du réchauffement global," chargés d'agir auprès des membres du Congrès, afin de les convaincre des causes humaines du réchauffement. Si vous pensez donc que vos dons à cette organisation permettront de sauver les baleines ou de protéger les forêts tropicales, vous vous trompez lourdement ! Ils serviront en partie à financer des manœuvres qui finiront par se retourner contre vous, sous la forme de lourdes taxes sur les émissions de dioxyde de carbone. Ces taxes ne serviront à rien pour éviter le réchauffement global, mais iront remplir les poches des Nations Unies et du gouvernement mondial.

avatar
oscar

Masculin Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 48
Localisation : Canada

http://www.riposte-catholique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 3:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ce texte n'est pas de moi mais réflete bien ce que j'en pense:
je vous laisse une copie de cet article de Paul Joseph Watson, qui en rajoute une bonne couche contre cette grande grande arnaque mondiale du "réchauffement" anthropique

La doctrine officielle d'un réchauffement global de la planète, qui serait provoqué
par l'activité humaine, n'est qu'un ensemble hétéroclite de dogmes imposés, d'opinions préconçues et de fausse science.

Le canular du réchauffement global provoqué par l'homme est en train d'être imposé par décret au monde entier. La fausse science manipulée pour étayer cette théorie ne représente qu'un fascisme rampant dont l'objectif est d'interdire tout véritable débat ouvert. Cela révèle le fait que cette hystérie du changement climatique n'est qu'une farce sinistre destinée à briser les libertés publiques et à imposer le pouvoir centralisé du Nouvel Ordre Mondial.

Dans une interview accordée à un journal tchèque, Vaclav Klaus, Président de la République Tchèque, a accusé le dogme du "politiquement correct" d'empêcher un plus grand nombre de scientifiques et d'hommes d'Etat de rendre public leur scepticisme concernant la cause humaine du réchauffement climatique. C'est précisément la situation où nous sommes parvenus. Au milieu d'une absence bizarre de sens commun, les institutions établies et la gauche officielle ont réussi à étouffer tout débat sérieux et contradictoire sur le réchauffement global. Ils accompagnent leurs arguments d'une sorte de prétention nébuleuse, selon laquelle le fait d'exprimer un désaccord avec les théories officielles traduit une attitude bigote, rétrograde et même raciste.

Le fait même que les avocats du réchauffement global provoqué par l'homme aient besoin de recourir à une accusation de racisme, dans un débat scientifique sur le changement climatique, prouve amplement que leurs arguments sont superficiels et vulnérables.

En novembre dernier, nous avions déjà publié un article sur le réchauffement global, et montré que ce réchauffement était essentiellement provoqué par l'activité solaire. Nous avions dit, d'une manière quelque peu ironique, que ceux qui exprimaient des doutes sur les causes humaines du réchauffement global seraient bientôt comparés aux négationnistes de l'Holocauste par les médias et les leaders culturels autoproclamés, qui exigent une adhésion totale à la religion officielle concernant le changement climatique.

Voici ce que nous écrivions :

"L'affirmation que le réchauffement global serait dû à l'activité humaine est imposée à l'opinion publique avec une telle violence, surtout en Europe, que le simple fait d'exprimer le moindre doute revient presque, dans certains cas, à être accusé de négationnisme de l'Holocauste. Le lavage de cerveau insipide que nous subissons de la part de la télévision, des journaux et des têtes pensantes exaltées, est tellement puissant que les sceptiques du réchauffement global sont obligés de porter une "étoile jaune" symbolique. Ils ne peuvent exprimer leurs doutes qu'à voix basse et en des termes conciliants, sous peine d'être accablés d'injures, harangués et hués par une armée de bien-pensants convaincus qu'ils sont en train de sauver leur Terre Mère chaque fois qu'ils recyclent leur bouteille de bière ou qu'ils jettent leurs papiers sales dans la poubelle consacrée à cet effet."

Mais il ne s'agit plus d'une plaisanterie !

La semaine dernière, Ellen Goodman, du Boston Globe, a écrit un éditorial dénonçant tous ceux qui osaient commettre le sacrilège de manifester leur désaccord avec le rapport sur le changement climatique établi par l'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change : "Panel Intergouvernemental sur le Changement Climatique" ), à l'initiative de l'ONU. Voici un extrait de son papier :

"J'aimerais dire que nous avons atteint le point où le réchauffement global ne peut plus être nié. Disons que ceux qui nient le réchauffement global (NDT : causé par l'homme) sont à mettre sur le même plan que ceux qui nient l'Holocauste, sauf que ceux-ci nient le passé, alors que ceux-là nient le présent et le futur."

Cette attaque en règle révèle ce qui est au cœur du programme des défenseurs du réchauffement global. Comme cette clique de fanatiques grotesques du pouvoir mondial ne peut pas s'opposer sérieusement aux arguments incontestables prouvant que le changement climatique actuel est essentiellement dû à l'activité solaire et aux cycles cosmiques naturels à long terme, elle doit se résoudre aux méthodes de la propagande et à de viles attaques personnelles, pour renverser le cours de l'opinion publique.

Au cours d'un débat sur la BBC, l'un des membres du Panel de l'ONU avait exhorté les téléspectateurs à examiner tous les arguments en présence, et à étudier, outre les causes humaines, les autres causes du réchauffement climatique. Il avait été accueilli par les huées de l'auditoire, et on lui avait coupé la parole. On considère à présent comme un sacrilège le fait de simplement mettre en doute le dogme officiel sans cesse rabâché, comme un disque rayé, par des automates victimes du lavage de cerveau officiel.

Ils hurlent qu'ils ne peuvent pas se permettre d'avoir un tel débat contradictoire, prétendant que la fin de la planète est proche, et affirmant que les incrédules doivent être symboliquement cloués au pilori de l'opinion publique, dans l'intérêt même de la survie du genre humain.

Mais ceux qui ont de la mémoire et encore assez de nerfs pour penser par eux-mêmes se rappellent qu'en matière de climat, les prophètes de malheur ont prouvé depuis des décennies qu'ils s'étaient trompés. A la fin des années 60 et au début des années 70, l'hystérie à la mode, en matière de changement climatique, qui prédisait aussi la fin de l'humanité comme à présent, tournait autour du concept du refroidissement global ! Déjà, on avait négligé la prise en compte des fluctuations à long terme des températures, ainsi que le fait que la terre venait d'achever un cycle appelé "petite époque glaciaire."

Un écrivain, John Bender, a excellemment compilé les citations faites depuis les dernières décennies par des spécialistes environnementaux, qui nous prédisaient que le ciel allait nous tomber sur la tête, et qui ont été par la suite complètement discrédités. Gardez ces citations en mémoire, quand vous entendrez quelqu'un répéter inlassablement les slogans qui lui ont été endoctrinés par les pouvoirs dominants.

"Le refroidissement continuel et rapide de la terre depuis la seconde guerre mondiale est en rapport avec l'augmentation de la pollution de l'air associée à l'industrialisation, à la mécanisation, à l'urbanisation et à l'explosion de la population" (Reid Bryson, "Global Ecology ; Readings towards a Rational Strategy for Man" - 1971).

"La bataille pour nourrir l'humanité est perdue. Dans les années 70, le monde va connaître des famines. Des centaines de millions de personnes vont mourir de faim, en dépit de tous les programmes d'urgence déjà entrepris. La seule solution est le contrôle démographique" (Paul Ehrlich, "The Population Bomb" - 1968).

"Je suis prêt à parier de l'argent que l'Angleterre n'existera plus en l'an 2000" (Paul Ehrlich en 1969).

"Dans dix ans, toute vie animale importante dans les mers aura disparu. Des zones côtières importantes devront être évacuées en raison de la puanteur provenant des poissons morts" (Paul Ehrlich, "Earth Day" - 1970).

"Avant 1985, l'humanité va entrer dans une époque de raréfaction des ressources. On ne pourra presque plus faire face à l'approvisionnement de nombreuses ressources minérales de base" (Paul Ehrlich en 1976).

"La tendance actuelle au refroidissement réduira la productivité de l'agriculture pour tout le restant de ce siècle" (Peter Gwynne, Newsweek, 1976).

"De nombreux signes évidents prouvent que le climat de la terre a commencé à changer de manière radicale. Ces changements peuvent occasionner une réduction draconienne de la production alimentaire. Presque toutes les nations de la terre devront en subir les répercussions politiques. Cette chute de la production alimentaire pourrait commencer très prochainement… Les preuves de ces prédictions ont commencé à s'accumuler de manière tellement massive que les météorologistes ont beaucoup de mal à suivre" (Newsweek du 28 avril 1975).

"Le refroidissement actuel a déjà tué des centaines de milliers de personnes. S'il continue, et si personne ne prend des mesures énergiques, il provoquera une famine mondiale, un chaos généralisé et même une nouvelle guerre mondiale. Tout cela pourrait survenir avant l'an 2000" (Lowell Ponte, "The cooling" - 1976).

"Si la tendance actuelle se poursuit, le monde sera confronté en 1990 à un refroidissement moyen des températures d'environ quatre degrés, et même de onze degrés d'ici l'an 2000… C'est environ le double de ce qui serait nécessaire pour nous plonger dans un nouvel âge glaciaire" (Kenneth E.F. "Watt on Air Pollution and Global Cooling, Earth Day", 1970).

L'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) est un organisme politique, pas une organisation scientifique. Ses proclamations sont donc purement destinées à permettre d'atteindre des objectifs politiques. Le document qu'il a publié le 2 février dernier, et qui a fait l'objet, pendant des journées entières, d'une couverture intense et dévote de la part des médias officiels, n'était qu'un manifeste politique s'appuyant sur un projet scientifique qui n'a même pas été mené à bien. Que vaut une "expérience scientifique" dont les conclusions ont été publiées avant même que les tests aient été réalisés ? Le document affirme qu'une "recherche scientifique" est en train d'être menée pour confirmer des conclusions politiques déjà établies à l'avance.

Le document déclare : "Les seules modifications (autres que mineures ou de pure forme) qui seront apportées aux conclusions du Groupe de Travail ou du Panel ne seront que celles qui seront nécessaires pour assurer la cohésion des recommandations faites aux pouvoirs politiques."

Les Nations Unies ont déjà décidé que le réchauffement global des températures était dû à l'activité humaine, car ils sont en train de publier un rapport inachevé qui ne fait que refléter leurs conclusions décidées à l'avance. Peut-on être plus "indépendant" que cela ?

Le rapport de l'IPCC s'appuyait sur un ramassis de virtuoses des relations publiques qui n'avaient rien à voir avec la confirmation scientifique du réchauffement global, mais qui étaient suffisamment nombreux pour donner au spectateur fortuit l'impression que tout le monde était d'accord sur les causes humaines de ce réchauffement. On alla jusqu'à éteindre pendant cinq minutes les illuminations de la Tour Eiffel, et même à utiliser Jane Goodall, experte anglaise des primates, qui a imité à cette occasion le cri sauvage d'un chimpanzé tropical.

Comme l'a déclaré le Président Tchèque Vaclav Klaus, "le réchauffement global est un mythe mensonger. Tout scientifique sérieux le confirme. Il n'est pas honnête de faire référence au panel de l'ONU. L'IPCC n'est pas une institution scientifique, c'est un organisme politique, une sorte d'organe non-gouvernemental proche des Verts. Ce n'est ni un forum de scientifiques impartiaux, ni un groupe équilibré de scientifiques. Ce sont des scientifiques politisés, réunis parce qu'ils avaient une opinion toute faite, pour exécuter une tâche définie à l'avance."

Les avocats de la cause humaine du réchauffement se donnent beaucoup de peine pour insister sur le fait que des géants pétroliers comme Exxon-Mobil offrent des milliers de dollars pour financer des études contredisant les théories de l'ONU. Ils affirment que de telles études ne peuvent être que partiales. Mais ils ignorent le fait que ce sont l'ONU elle-même et des hommes comme Ted Turner, ardent défenseur des causes humaines du réchauffement, et partisan d'une réduction draconienne de la population mondiale, qui ont financé l'étude de l'OPCC. Ted Turner a même fait don d'un milliard de dollars à l'ONU à cet effet. N'est-ce pas faire preuve de partialité ? N'est-ce pas la preuve que des scientifiques ont été grassement payés pour produire des "preuves" permettant d'étayer une opinion préconçue ? Une "taxe carbone" imposée par la crainte du changement climatique ira directement dans les caisses d'organisations dépendant des Nations Unies. N'est-ce pas la preuve que l'ONU joue un rôle majeur pour faire croire que le réchauffement global est causé par des facteurs humains ?

En outre, Greenpeace est en train de recruter des "organisateurs pour la campagne du réchauffement global," chargés d'agir auprès des membres du Congrès, afin de les convaincre des causes humaines du réchauffement. Si vous pensez donc que vos dons à cette organisation permettront de sauver les baleines ou de protéger les forêts tropicales, vous vous trompez lourdement ! Ils serviront en partie à financer des manœuvres qui finiront par se retourner contre vous, sous la forme de lourdes taxes sur les émissions de dioxyde de carbone. Ces taxes ne serviront à rien pour éviter le réchauffement global, mais iront remplir les poches des Nations Unies et du gouvernement mondial.

Disons que vous partagez cette version que ce serait une arnaque...Ce qui pour moi est absurde.....Ca reviendrait a dire que c'est un autre complot .....

En fait,il y a quelques années,j'étais partagé sur le sujet... sauf que le climat que je constatais sous mes yeux m'a prouvé que ce n'était pas une arnaque.....Est ce que ces changements climatiques sont uniquement liés a l'etre humain?Je ne suis pas certain...Sauf que nier les faits que tout et chacun peut observer avec la météo et l'augmentation des catastrophes naturelles(et la sévérité de celle ci) ne peut etre nier.....La,ce sont des faits...

Mais je respect votre position.En passant,pourriez vous nous posté l'adresse du site ou vous avez trouvé ces informations?


Dernière édition par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 3:26, édité 1 fois

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par oscar le Mar 14 Fév 2012 - 3:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ce video est an anglais...
avatar
oscar

Masculin Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 48
Localisation : Canada

http://www.riposte-catholique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 3:14

Voyez ces statistiques sur l'augmentation des catastrophes naturelles:http://www.google.com/url?q=http://www.notre-planete.info/terre/risques_naturels/catastrophes_naturelles.php&sa=U&ei=McQ5T7LIBIa2tweZ4cTfCg&ved=0CAQQFjAA&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNGZGXl8eTUCeSQfChGJ2JNxgn0ffw

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Mar 14 Fév 2012 - 3:21

Statistiques sur les catastrophes naturelles



Bilan des catastrophes naturelles dans le monde





Bilan des catastrophes naturelles dans le monde de 1975 à 2008
En rouge, le nombre de personnes tuées par les catastrophes naturelles
En bleu, le nombre de personnes affectées par les catastrophes naturelles
En noir, le nombre de catastrophes naturelles.
Crédit : EM-DAT: The OFDA/CRED International Disaster Database - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Université catholique de Louvain, Brussels, Belgium, 09/2009




Nombre de catastrophes naturelles enregistrées dans le monde de 1900 à 2008
Crédit : EM-DAT: The OFDA/CRED International Disaster Database - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Université catholique de Louvain, Brussels, Belgium, 09/2009


Bien qu'il soit difficile de discerner une tendance sur le nombre de
personnes tuées dans les catastrophes naturelles, on constate une
augmentation du nombre d'évènements et de personnes affectées par les
catastrophes dans les dernières décennies. On pourrait croiser cette
dernière évolution avec la démographie mondiale et l'urbanisation
galopantes et l'augmentation significative des températures depuis 1980.
En moyenne par an, de 2000 à 2005, près de 300 millions de personnes ont
été affectées par les catastrophes naturelles et près de 78 000 y ont
trouvé la mort (CRED, 01/2007).



Nombre de catastrophes naturelles par pays de 1976 à 2005

Crédit : CRED, 2007


Régions affectées par les catastrophes naturelles dans le monde





Bilan par régions mondiales du nombre de catastrophes naturelles dans le monde de 1900 à 2008

Crédit : EM-DAT: The OFDA/CRED International Disaster Database - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Université catholique de Louvain, Brussels, Belgium, 09/2009


La tendance est à l'augmentation globale du nombre de catastrophes
naturelles avec de fortes fluctuations. On note que l'Afrique
sub-saharienne et la zone est de l'Asie et du Pacifique sont les plus
fortement touchées. Enfin, les pays de l'OCDE représentent le troisième
groupe de pays affecté.

Types de catastrophes naturelles dans le monde





Type de catastrophes survenues dans le monde de 1990 à 2007

Crédit : EM-DAT: The OFDA/CRED International Disaster Database
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Université Catholique de Louvain - Brussels - Belgium,
06/2007


Les inondations et les tempêtes restent les catastrophes les plus
fréquentes ces dernières années. En effet, elles représentent plus de
60% des catastrophes naturelles dans le monde. Nous noterons la part des
épidémies qui est de 14%.

Bilan des catastrophes naturelles dans le monde par type





Type et nombre de catastrophes survenues dans le monde de 1900 à 2007. Les séries sont regroupées en décennies.
Les catastrophes hydrométéorologiques comprennent les sécheresses, les
températures extrêmes, les inondations, les mouvements de terrain, les
tsunamis, les feux et les tempêtes.
Les catastrophes géologiques comprennent les séismes et les éruptions volcaniques.
Les catastrophes biologiques comprennent les épidémies et les invasions d'insectes.

Crédit : notre-planete.info d'après EM-DAT: The OFDA/CRED International
Disaster Database [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Université Catholique de Louvain -
Brussels - Belgium, 06/2007


Tandis que les catastrophes hydrométéorologiques sont prépondérantes et
en augmentation forte, on constate également une hausse très nette du
nombre total de catastrophes dans le monde. La dernière série est
particulièrement inquiétante : bien qu'incomplète, elle surpasse déjà
nettement les décennies précédentes avec une augmentation de 20% par
rapport à la décade 1990-1999.

En savoir plus


Références



  • Centre for Research on the Epidemiology of Disasters - CRED (en anglais)
  • EM-DAT : the International Disaster Database (en anglais)
  • International Strategy for Disaster Reduction (en anglais)


L'auteur



  • Christophe MAGDELAINE, responsable du site


_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par oscar le Mar 14 Fév 2012 - 7:01

Je ne crois pas que personne conteste que il y a plus de seismes et catastrophes naturelles de nos jours et personnne ne conteste qu'il y a eu une augmentation de la temperature depuis quelques annés. Ce que je et plusieurs conteste c'est que c'est du a l'activité humaine et que c'est des cycles normale depuis la creation du monde.
Est-ce-que j'ai raison? peut etre que oui, peut etre que non...
Jai la version des uns et des autres et j'ai une aversion de tout ce qui vient de l'ONU Lucifer , gauchiste, nouvel ordre mondial, environmentaliste, Amir Kadir

Comme le dit l'homme dans ce topo, un des probleme est que nous avons seulement la version des pro réchauffement, les autres chercheurs on leurs subventions des recherche coupé s'ils vont a contre sens de ce que l'ONU veut.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
oscar

Masculin Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 48
Localisation : Canada

http://www.riposte-catholique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Francesco le Jeu 16 Fév 2012 - 2:34

Ce que je et plusieurs conteste c'est que c'est du a l'activité humaine
et que c'est des cycles normale depuis la creation du monde.
Est-ce-que j'ai raison? peut etre que oui, peut etre que non...
Nous pensons la meme chose.Je ne suis pas certain non plus que ce réchauffement soit uniquement lié aux humains....mais la réalité est la et va nous frapper un jour....

Mais ce qui me console.C'est souvent lors de l'épreuve que l'humain se reveille ,change et donne le meilleur de lui meme.....alors,ce pourrait il que ces épreuves a l'échelle de la planete reveillent les humains....

C'est ce que les prophéties des saints annoncent ....A Dieu,rien n'est impossible...

_________________
Dieu seul suffit,l'aimer,le suivre et faire sa volonté.
avatar
Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6 Degrés,que va t'il se passer?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum