La gnose et l`occultisme en Angleterre a travers l`histoire

Aller en bas

La gnose et l`occultisme en Angleterre a travers l`histoire Empty La gnose et l`occultisme en Angleterre a travers l`histoire

Message par MichelT le Mer 15 Fév 2012 - 2:11

LA TRADITION GNOSTIQUE EN ANGLETERRE (Extraits) partie 1
ETIENNE COUVERT

LECTURE ET TRADITION, N° 373-374, MARS-AVRIL 2008, P. 6-31

1/ La gnose des Humanistes. Érasme et Thomas More
2/ Le «cas» Shakespeare
3/ La gnose des Utopistes :
a/ Bacon et la « Nouvelle Atlantide »
b/ Milton et « Le Paradis perdu »
4/ Les sources anglaises de la maçonnerie
5/ La gnose des Romantiques : Blake, Byron, Shelley
6/ La gnose contemporaine : Aldous Huxley ( Auteur du livre – Le meilleur des mondes)

La gnose est entrée tardivement en Angleterre. Elle y a été introduite par les Humanistes de la Renaissance au XVIe
siècle seulement. Nous avons déjà exposé les grandes thèses de cet humanisme renaissant et leurs rapports avec la
Gnose dans notre étude «Gnose et Humanisme» (Etienne Couvert, La gnose contre la foi, chap. II, Ed. de Chiré, 1989).
Il est bien nécessaire de rappeler les orientations majeures de cette gnose et son impact sur l'Angleterre.
Elle se caractérise par une exaltation de l'homme, une recherche passionnée de son épanouissement dans la multiplicité
des plaisirs «qui assaisonnent la vie», selon Thomas More. Le refus absolu de toute ascèse, de toute privation et
de tout sacrifice. On veut bien imiter Jésus dans ses vertus naturelles, mais on a rejeté tout un pan de l'Evangile qui demande
un dépassement de soi. La religion des Humanistes se ramène à la sagesse antique, avec une notion toute
païenne de la perfection et de la noblesse.
On connaît les imprécations d'Erasme contre les moines : «cette race d'hommes du plus bas étage, mal pétris de malice,
aussi noirs, aussi infects, aussi abjects que le scarabée. Leur noirceur effraie, leur bourdonnement assourdit, leur
odeur dégoûte».

Mais en Angleterre ce mépris de la vie religieuse se conjugue bien avec le respect des habitudes, des coutumes, des
rites et des traditions dans la vie familiale et mondaine, avec un souci de la respectabilité dans les manières de se comporter.
On conserve les cadres sociaux et religieux, mais l'intelligence est déjà faussée et rêve d'un monde où toutes ces
barrières sociales et ces limitations seront volatilisées, un monde de plaisirs sans contraintes, celui de l'Utopie. Thomas
More fut condamné au martyr par fidélité au caractère sacré du mariage, mais toute sa vie, il aura rêvé d'un monde où le
mariage n'existerait plus.

Une attitude bien britannique est celle de l'humour, qui consiste à prendre les choses de la vie avec le sourire, une
sorte d' ironie moqueuse qui, appliquée aux principes religieux, à la doctrine morale, devient corrosive. Elle fait perdre le
goût de la vérité, la fermeté de la pensée, les exigences et les nécessités de l'ordre. Elle dissout l'énergie du caractère et
laisse l'esprit désarmé devant les fauteurs d'hérésie et de révolte sociale ou religieuse.
A cette ironie s'ajoute une sympathie bienveillante pour les prêcheurs d'hérésies.

C'est ainsi que se font les Révolutions. Toute l'élite intellectuelle et religieuse en Angleterre avait progressivement assimilé
les projets réformistes et elle était toute préparée à en assurer le succès bien avant le Schisme. Les historiens ont
pris l'habitude de nous raconter la querelle d'Henri VIII avec Rome à propos de son divorce, présenté comme la cause du
Schisme. Si cette querelle fut l'occasion qui a favorisé la rupture, celle-ci était déjà dans les esprits auparavant et n'a
pas trouvé une résistance énergique de la part du pays.

On peut comparer le cas de l'Angleterre avec celui de la France à la même époque. C'est tout le pays qui s'est soulevé
contre la Réforme, avec une énergie farouche, après avoir assassiné deux rois, incapables de rétablir l'ordre dans le pays.

1/ LA GNOSE DES HUMANISTES

Cet "état d'esprit humaniste" se retrouve chez Thomas More, dont toute la formation a été faussée par l'idéologie réformiste,
telle qu'on la retrouve dans son véritable testament : L'Utopie. Il se manifeste déjà dans son attitude à l'égard
des Protestants. De par sa fonction de Chancelier, il doit les poursuivre, mais il le fait avec beaucoup de ménagements et
de douceur. Il favorise leur évasion, déclarant comprendre leur désir de trouver un gîte plus convenable. Il lui arrive
même de recueillir chez lui, sous son toit, tel hérétique, comme Simon Grynoeus et de l'aider de sa bourse et de ses conseils
pour le soustraire à la police royale.

La formation première de Thomas lui est venue de son admiration pour les humanistes italiens. En 1505, il publie une
vie de Pic de la Mirandole. Il le présente comme son modèle et lui demande d'exprimer les propres mouvements de son
esprit. Le monde est revêtu d'une nouvelle beauté à l'aube de la Renaissance. Dans son oeuvre subséquente, dans
L'Utopie, dans sa controverse avec Luther, dans son Dialogue du réconfort dans l'épreuve, on retrouve cette exaltation
d'un monde qui a retrouvé son harmonie et d'une réduction finale du mal dans le bien, qui est la forme à peine modifiée
du retour à l'Unité Primordiale chantée par tous les gnostiques.

Or, Pic de la Mirandole a introduit chez les Humanistes italiens les thèmes de la Kabbale juive et ceux-ci vont apparaître
à sa suite dans la littérature (Etienne Couvert, La Gnose contre la Foi, p.52).
More a lu Pétrarque et retenu son mépris de la scolastique et son admiration pour Platon. Il a également lu Marsile Ficin
de Padoue. C'est là qu'il a trouvé cette identification de la Sagesse chrétienne avec la Sagesse antique destinées à
se rejoindre dans une manifestation unique de l'âme, étincelle divine, déjà religieuse par sa nature, en se référant à
l'Epître aux Romains (ch. 1 à 8) et au Néoplatonisme.

More communie intensément à ces idées nouvelles. Il a été initié par ses amis Th. Linaere et surtout John Colet.
Ce dernier que More a choisi comme ami et conseiller, avait tout à fait l'étoffe d'un Luther. Il s'attacha au roi Henri VII
Tudor qui le nomma doyen de Saint-Paul à Londres, à 36 ans. C'était aux yeux d'Erasme , «une des grandes lumières du
clergé». Il avait lu Platon et Plotin. Il avait visité tous les hauts lieux de l'Humanisme en Italie. Peu conformiste, convaincu
qu'il fallait secouer la poussière de la vieille religion, il s'installa en 1496 à Oxford, où il expliqua les épîtres de saint Paul
selon une exégèse intuitive qui provoqua de violentes controverses. Il critiquait violemment les moines. En 1521, il faillit
se rallier à Luther, mais Erasme l'en dissuada.

C'est lui qui entraîna More contre la scolastique. Faisant parler son héros auquel il s'identifiait : «Il ne laissa passer
aucun de ces captieux chausse-trappes de la scolastique. Il n'y avait rien qu'il ne haïssait plus que cela. Ces subtilités,
disait il, n'ont d'autre but que d'humilier des personnes fort instruites mais ignorantes de ces bagatelles».
Les Humanistes avaient entrepris de multiplier les traductions de la Bible en langues vulgaires, avec des variantes et
des interprétations nombreuses et divergentes. Auparavant l'Eglise ne reconnaissait que la Vulgate de saint Jérôme,
comme son texte officiel.Au siècle précédent, Wiclef et ses disciples avaient répandu dans le peuple des traductions qui remettaient en cause
les traditions théologiques, provoquant de multiples discussions et polémiques. Un concile d'Oxford de 1402 défendit
sous des peines très sévères, de répandre toute traduction qui n'aurait pas d'abord été approuvée par un synode diocésain
ou par un concile provincial.

Tyndale publia à Worms en 1526 une traduction du Nouveau Testament en 6.000 exemplaires qui ont rapidement
passé en Angleterre. Les notes de cette traduction étaient violemment anti-romaines et véhiculaient la pensée de Luther.
Erasme avait publié à Londres son Eloge de la Folie. Un jeune professeur de l'Université de Louvain, Martin Van
Dorp, dès 1514, écrivit à Erasme une protestation indignée :
«Il y a du fiel dans les boutades de la Folie et ses sarcasmes jettent le discrédit sur la religion. Quant au Nouveau
Testament, celui que nous avons suffit depuis quinze siècles. A quoi bon le changer ? Défions-nous de ces sources
grecques empoisonnées sans doute par les orthodoxes... S'il est vrai que l'on peut améliorer le texte de la Vulgate,
que restera-t-il de l'autorité de l'Ecriture ? Entendu par là de l'autorité de tous les raisonnements qui s'appuient sur
l'une ou l'autre proposition de l'Ecriture. Or donc est-ce que tous ceux qui ont discuté sur le texte de la Vulgate sont
dans l'erreur ? Les conciles Généraux et leurs définitions sont-ils menacés ? C'est tout l'édifice doctrinal de l'Eglise
qui est ébranlé par la base par ceux qui préconisent le retour aux textes natifs de l'Ecriture». Le reproche était
grave.

Van Dorp avait bien compris que cette passion subite pour l'Ecriture Sainte et cette vénération apparente pour le livre
de la Bible cachaient une volonté perverse de démolir la Tradition théologique et les dogmes de l'Eglise Romaine.
Thomas More entreprit de voler au secours de son ami Erasme. Il s'en prit sévèrement à la Constitution d'Oxford, désignée
par lui comme l'instrument du malheur et un moyen d'oppression contre la liberté. Les évêques, dit-il, «craignent
que des esprits insubordonnés retirent plus de mal de ces traductions». Cette crainte, More ne l'éprouve pas. Dans son
Dialogue concerning Tyndale, il ajoute : «Quelle que soit la malice ou la folie de ceux qui font naître le mal d'une chose
bonne et destinée au bien de tous, il ne faudrait jamais pour cette seule raison abolir ce qui peut être si profitable». More
s'indigne de la pusillanimité de certains chefs religieux : «Car si l'abus d'une bonne chose doit être cause qu'elle soit abolie
et enlevée à ceux qui pourraient en user, le Christ eut mieux fait de ne jamais naître ni d'apporter la foi dans le
monde». Qu'importe si les hérésies ont toujours éclaté à propos des textes sacrés interprétés par des esprits orgueilleux,
trop confiants en leur propre savoir : «Si les choses bonnes sont faites pour aller de l'avant, ne faut-il pas,
de toute nécessité, qu'on ose les abandonner aux risques de l'aventure ?»

2/ LE "CAS" SHAKESPEARE

En 1598, on arrêta à Angoulême un magicien nommé Beaumont. Il fut jugé à Paris et enfermé au château de Chinon.
L'historien J.A. de Thou raconte dans ses "Mémoires", au livre VI, qu'il put assister, sans être vu, à un interrogatoire du
magicien : «La magie dont il faisait profession était l'art de converser avec ces génies qui sont une portion de la divinité...
Les sages qui s'appliquent à faire le bien, commandent aux génies, connaissent par leur commerce les secrets de la nature
les plus cachés, ignorés du reste des hommes et dont personne n'a jamais écrit, apprennent aux hommes à connaître
l'avenir, les moyens d'éviter les périls, de recouvrer ce qu'ils ont perdu, de passer en un moment d'un lieu dans un
autre... Il ajouta qu'il conversait avec les esprits célestes, habitants de l'air, qui, bienfaisant de leur nature, ne sont capables
que de faire du bien... Que le monde était rempli de sages qui faisaient profession de cette sublime philosophie,
qu'il y en avait en Espagne, à Tolède, à Cordoue, à Grenade et en beaucoup d'autres lieux, qu'autrefois elle était célèbre
en Allemagne, qu'en France et en Angleterre elle s'y conservait dans certaines familles illustres, qu'on n'admettait à la
connaissance de ces mystères que des gens choisis de peur que par le commerce des profanes, l'intelligence de ces
grands secrets ne passât à la canaille et à des gens indignes».

On peut rapprocher ce témoignage d'un compte-rendu d'une réunion secrète qui prépara le mouvement janséniste,
quelque vingt ans plus tard et que nous avons publié (Etienne Couvert : De la Gnose à l'OEcuménisme, 2°éd., p. 64 et sv).
On y retrouve les même expressions : les connaissances, l'ouvrage, les élus, les profanes. Il s'agit très exactement de
réseaux occultistes, c'est-à-dire gnostiques, qui fonctionnaient régulièrement dans toute l'Europe.
En 1584, avait paru à Londres un ouvrage de Reginald Scot intitulé : The Discovery of Witchecraft. L'auteur énumère,
page 451, les ouvrages qui étaient lus chez les magiciens : «Les enchanteurs ont encore de nos jours des livres portant
les noms d'Adam, Abel, de Tobie, d'Enoch, lequel Enoch ils regardent comme le plus divin confrère en ces matières. Ils
ont aussi des livres qu'ils disent faits par Abraham, Aaron, Salomon. Ils ont des livres de Zacharie, de Paul, d'Honorius,
de Cyprien, de Jérôme, de Jérémie, d'Albert et de Thomas et aussi des Anges Riziel, Hazael et Raphael».
Retenons au passage quelques ouvrages gnostiques bien connus aujourd'hui : le livre d'Adam, manuel de base
des Sabéens ou Mandéens que nous avons présenté avec précision (Etienne Couvert : La Gnose en question, p. 174 :
notice sur les Sabéens), le livre d'Abraham, manuel de base des Zoroastriens (Etienne Couvert : La Gnose universelle, p.
64), le livre d'Enoch que l'on a retrouvé dans les grottes de Qumran, l'Evangile de Thomas, bien connu aujourd'hui et
d'autres...

Par où l'on voit que les réseaux occultistes ont conservé au cours des siècles les manuels des premiers
gnostiques et sont restés fidèles à la gnose primitive, celle de Simon le Magicien.
Revenons au témoignage de Beaumont. En Angleterre, d'illustres familles ont conservé les traditions occultistes,
par exemple celle des comtes de Derby.

Abel Lefranc a démontré avec un luxe de preuves remarquables que le nom de Shakespeare était le pseudonyme
littéraire du comte William Stanley, qui utilisa le patronyme d'un acteur de la troupe théâtrale qu'il subventionnait. Ce
comte avait parcouru l'Europe à la recherche des réseaux de magiciens et d'occultistes dont il connaissait parfaitement
les agissements et ses pièces de théâtre étaient destinées à en diffuser la mode en Angleterre.
Le maître des magiciens, à Londres, s'appelait John Dee. Il se prétendait astronome, c'est-à-dire astrologue et alchimiste.
Il vécut de 1527 à 1608. Il fut le conseiller intime de la reine Elisabeth qui le tenait en haute estime et lui
donna en 1595 le titre de "Wardenship" du collège de Manchester, cher à la famille des Derby.
On a retrouvé le carnet de rendez-vous de John Dee. Il contenait de nombreuses mentions du comte de Derby. Le
père de William, Henri Stanley, avait déjà noué des relations intimes avec le célèbre magicien. Son fils, William, le rencontrait
régulièrement entre 1595 et 1597. Par exemple, le 13 septembre 1595, John Dee dîne à Russel House avec le
comte de Derby et deux autres convives, dont un Allemand, Staltfeld. Le 20 janvier 1596, une rencontre eut lieu chez
Dee, avec William Stanley, Lady Gérard, sir Richard Molynox et sa femme, Mr Haughten et d'autres.
Une partie notable de l'aristocratie anglaise s'adonnait à l'occultisme et à la magie. Outre la famille de Stanley,
le comte d'Oxford, beau-père de William, Lord Sidney, sir Walter Raleigh, le comte d'Essex, de Leicester, lord Burgley,
lord Pembroke, le marquis de Northampton. Le château de Russel House constituait comme une plaque tournante des
réseaux occultistes en relation avec ceux du continent.

A la mort d'Elisabeth, le roi Jacques 1er Stuart lui succéda. Au cours d'un voyage qu'il entreprit pour épouser une princesse
danoise, il dut subir à l'aller et au retour plusieurs violentes tempêtes. Il se crut victime d'un ensorcellement et, à
son arrivée à Londres, il renouvela et aggrava les lois contre les magiciens et les sorciers. Sans indulgence ni faiblesse, il
les poursuivit énergiquement dès le début de son règne. Il fit brûler l'ouvrage de Reginald Scot dont nous avons parlé,
mais il fut stupéfait et indigné de devoir se heurter à la noblesse anglaise, toute gagnée à l'occultisme. Il jugea nécessaire
de se justifier, en écrivant un ouvrage de Démonologie (Daemonologia, in form of a dialogo divided into three
books, written by the high and migthie Prince James by the grave of Good King of England, Scotland... London, 1603).
«La terrible abondance à cette époque et dans ce pays de ces détestables esclaves du diable, les sorciers et
les enchanteurs, écrit-il dans sa préface, m'a décidé, bien aimé lecteur, à terminer à la hâte le traité que voici».
Le comte William Stanley Shakespeare entreprit de répondre au roi Jacques 1er et s'efforça de justifier les magiciens
dans sa dernière pièce de théâtre : La Tempête, qui ne fut jamais représentée en public, au cours de son règne. Elle
constitue son Testament. Le héros de cette pièce, Prospéro, fait servir la magie au triomphe du bien et de la justice, vise
à légitimer l'emploi de cette magie et à en présenter l'apologie. Il proteste contre la haine dont elle est l'objet
Tout le théâtre de Shakespeare est imprégné d'occultisme et de magie : données sur l'astrologie dans Le Roi
Lear, sur les mouvements des astres, la musique des sphères, dans Le Marchand de Venise, sur le rôle prépondérant attribué
au soleil, qui cadre bien avec les théories coperniciennes de l'époque, sur l'influence des comètes et des étoiles à
l'égard de la destinée humaine, sur le rôle de la sorcellerie dans Macbeth, sur les mentions multiples des fées, démons,
génies et spectres, présages et prédictions que l'on rencontre un peu partout dans Le Songe, Le Roi Lear, Hamlet, Jules
César, Roméo et Juliette, etc...
«On peut dire en un sens que Shakespeare était païen, explique Chesterton, en ce qu'il n'est jamais si grand que
lorsqu'il décrit les grands esprits enchaînés. Ses pièces les plus sérieuses sont un Enfer».

3/ LA GNOSE DES UTOPISTES

a) Bacon et la "Nouvelle Atlantide"

Le jeune Francis Bacon vint étudier à Paris, à l'âge de seize ans. Il suivit au Collège de France les enseignements de
Ramus. En effet, vers 1540, Pierre de la Ramée, connu sous le nom de Ramus, avait soutenu à Poitiers une thèse contre
l'omniprésence d'Aristote et avait été admis comme maître ès arts. En 1543, il publia sa thèse sous le titre "Aristotelæ
animadversiones". Il fut poursuivi par les docteurs de Sorbonne. Il avait formé des disciples au Collège de Presle, mais
en 1551, le cardinal de Lorraine lui obtint une chaire de philosophie au Collège de France. Sous prétexte de combattre la
scolastique, Bacon a affirmé que toutes nos idées étaient fausses et qu'il fallait refaire l'entendement. Il a ainsi miné la
philosophie chrétienne. Il a préparé un modèle d'Encyclopédie qui, sous l'apparence d'un répertoire scientifique, n'est
qu'un instrument à façonner les esprits. Il a subordonné l'intelligence aux sens. Il a distingué deux âmes en l'homme,
l'une divine, le pneuma des gnostiques, l'autre matérielle qui suffit aux besoins de la nature. Il a ainsi donné naissance
aux écoles modernes du sensualisme, du matérialisme et du positivisme. François Bacon, dans ses écrits, n'a fait
que reproduire l'enseignement de Ramus.

Revenu en Angleterre, Bacon devint Gardien du Grand Sceau sous la reine Elisabeth, puis Sollicitor Général et Attorney
Général ou Chancelier sous le roi Jacques 1er qui l'anoblit sous le nom de Lord Verulam Viscount St-Alban.
Son oeuvre maîtresse, c'est "La Nouvelle Atlantide", conçue dans le prolongement de "L'Utopie" de Thomas More. Elle
eut plusieurs éditions, en 1627 et 1638. Son préfacier, W. Rawley la présente ainsi :
«Sa Seigneurie pensait à composer dans cette fable un corps de lois destinées à donner la forme idéale du meilleur
état, à être comme le meilleur mode d'une République (Commonwealth). Cette fable a été inventée afin de permettre
à Bacon de tracer le modèle, la description d'un Collège Académique, institué pour l'interprétation de la Nature,
pour la production de grandes et merveilleuses oeuvres en vue de faire du bien aux hommes. La dite institution porte
le nom de "Maison de Salomon" ou "Collège du travail des six jours". La fin que propose notre institution (Maison ou
Temple de Salomon) est la connaissance des causes, la notion secrète des choses, l'élargissement des limites de
l'empire humain, de façon à toucher à toutes les choses possibles.
Le gouverneur de l'Ile, assis dans sa chaire présidentielle commence ainsi son introduction :
«Nous autres, insulaires de Ben-Salem, nous avons ceci de particulier, grâce à notre situation solitaire, grâce au
secret que nous imposons à nos "voyageurs", grâce à la rare admission "d'étrangers" (profanes) parmi nous, nous
connaissons la plus grande partie du monde habité et nous restons nous-mêmes inconnus... Je vais vous révéler,
pour l'amour de Dieu et des hommes, le véritable fondement de la Maison de Salomon. Je vous exposerai le but, les
procédés, je vous décrirai les instruments dont nous nous servons. Je vous dirai les emplois assignés aux Fellow, les
ordonnances et les rites que nous observons».

Comme pour son prédécesseur à la Chancellerie, Thomas More, Francis Bacon poursuit ses recherches en vue d'institutionnaliser
les réseaux occultistes, déjà en oeuvre comme nous l'avons vu. Un siècle plus tard ce sera la création
enfin de la Société maçonnique, comme nous le verrons bientôt.
Mais voici un texte fondamental de la "Nouvelle Atlantide" qui va nous donner la clé de toute la subversion actuelle.
«Je fis la connaissance d'un marchand de la ville. Il s'appelait Joabin. C'était un juif circoncis. Dans Ben-Salem, qui
les laisse libres de pratiquer leur religion, ce qu'ils font d'autant mieux qu'ils sont animés de toutes autres dispositions
que ceux d'autres pays. Ces derniers haïssent le nom du Christ et nourrissent un secret sentiment de vengeance
contre les peuples chrétiens. Les juifs de Ben-Salem, au contraire, reconnaissent au Sauveur plusieurs attributs.
Ils aiment extrêmement la nation de Ben-Salem. Le Juif dont je vous parle voulait bien reconnaître que le
Christ est né d'une vierge, qu'il était plus qu'un homme. Il racontait comment Dieu en avait fait le prince des Séraphim,
gardien de son trône. Les Juifs de Ben-Salem appellent aussi le Christ, la "Voie Lactée" et "l'Elie du Messie". Ils lui
donnent d'autres grands noms. Bien que ces qualifications en fassent un être inférieur à la Majesté divine, elles diffèrent
complètement du langage des Juifs étrangers à Ben-Salem. Quant à cette île, Joabin ne tarissait pas d'éloges. Il
aimait, conformément aux traditions des Juifs de l'île, à croire que le peuple de Ben-Salem était de la génération
d'Abraham et descendait d'un autre de ses fils appelé Nachuram. Ils croient qu'en vertu d'une secrète kabbale ("by a
secret cabala'’), Moïse est le véritable auteur des lois en vigueur dans l'île. Ils croient que lorsque le Messie montera
sur son trône à Jérusalem, le roi de Ben-Salem s'assiéra au pied du Messie de la Kabbala, tandis que les autres rois
se tiendront à une grande distance».
Les Juifs cabbalistes ont très bien compris qu'il n'était pas possible d'abattre le Christianisme en détruisant
toutes les églises et en massacrant tous les chrétiens. Il fallait donc résorber le Christianisme dans le Judaïsme,
préparer les chrétiens à vivre et penser judaïquement, leur présenter le Christ comme un Ange, envoyé par Dieu
pour annoncer la venue du Vrai Messie d'Israël.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

La gnose et l`occultisme en Angleterre a travers l`histoire Empty Re: La gnose et l`occultisme en Angleterre a travers l`histoire

Message par MichelT le Mer 15 Fév 2012 - 2:17

partie 2

b) Milton et "le paradis perdu"

Milton était calviniste en 1640, mais, dès 1655, il s'était complètement libéré de tous systèmes religieux. Nous savons
qu'il possédait l'hébreu et le yiddish, qu'il avait lu le Talmud et les rabbins du Moyen Age. Il les a cités longuement dans
ses pamphlets, dès 1642 dans son "Apologie for Smectymnus".
Pour Milton, Dieu est le Tout. L'apparition des êtres séparés correspond à un détachement, à une libération de Dieu.
C'est ce qu'il appelle le libre-arbitre, mais inscrit dans un système panthéiste et qui constitue le point central du "Paradis
perdu" et de son traité de "Doctrine chrétienne". Cette libération de Dieu ne peut s'accomplir que par un "retrait de Dieu
sur lui-même". Thèse cabaliste bien connue. C'est Dieu lui-même qui nous le dit :
«L'abîme est sans limite, parce que je suis celui qui remplit l'infini et l'espace n'est pas vide. - Quoique je me retire,
moi que rien ne limite - et n'exerce pas ma force qui est libre - d'agir ou de ne pas agir, la nécessité et le hasard - ne
me touchent pas et ma volonté est ma destinée» (I un ist cum scribed myself, retire / And put flot fovth my goodness,
wich is free / To act or not. Paradis perdu, VII, 170)
Dieu est l'infini immuable, inconnaissable et non manifesté. C'est l’En Sof, le "sans fin" du Zoar, c'est aussi "Ayn", le
"Néant", qui nous est donc inconnaissable. Le fils de Dieu, c'est le fini, l'être exprimé et manifesté par l'émanation. Nous
sommes toujours dans la logique de la Cabale. Toutes les âmes ne forment qu'une unité avec l'âme par excellence. Tous
les êtres sont "On first matter all". Notre corps est fait de la substance divine ; la matière des êtres est d'origine divine. La
matière est "de Dieu et en Dieu", elle contient en elle toutes les possibilités de la vie et de l'intelligence. C'est d'elle que
sortent tous les êtres, de sorte qu'il n'y a aucune différence entre les choses inanimées et les animaux, entre les animaux
et les hommes, entre l'homme et les esprits, puisque tout est fait de la substance de Dieu. Tout sort de la matière. Cette
doctrine est à la fois panthéiste et matérialiste.
Milton est un passionné, violemment révolté contre la théologie, contre Dieu, contre tout ce qui est clergé et
oeuvre du clergé, pour lesquels il manifeste un mépris insultant, une animosité personnelle et orgueilleuse qui anime
tous ses pamphlets.

Puisque Dieu est tout, il est aussi le Mal. Satan le confirme : «Le fils de Dieu, je le suis aussi» («The son of Good I also
am» (IV, 518). C'est Dieu qui élève à la Gloire les Bons et rejette loin de lui les méchants, qui sont une partie de luimême.
Par où l'on voit que le libre-arbitre prôné par Milton ne s'exerce pas à l'égard des biens de la nature, mais à
l'égard de Dieu. Nous sommes par notre émanation, libérés de toute loi extérieure à nous-mêmes, puisque nous possédons
en nous-mêmes la vérité. Il faut abolir le Décalogue : «La loi mosaïque, écrit-il, toute entière est abolie, nous
sommes déliés de toute obligation au Décalogue, tout autant que le reste de la loi».
On obtient ainsi la justification de tous les instincts. Cette liberté de toute religion ("La Liberté religieuse") démontre
l'inanité des églises et des prêtres. «Chaque croyant a le droit d'interpréter les Ecritures lui-même puisqu'il a l'esprit
pour guide et l'Esprit du Christ est en lui». Il faut donc chasser les prêtres des Universités : «A dire vrai, il vaudrait bien
mieux qu'il n ÿ eut pas un seul théologien dans les Universités et qu'il n’y eut plus de théologie d'Ecole venue des
mêmes,ce cancer de la religion».
D'où la Démocratie : «Les libres assemblées du peuple sont de Dieu. Tous les rois doivent leur souveraineté au
peuple seulement et sont responsables devant lui». Conséquence ultime du Panthéisme puisque Dieu est Tout. Voilà
la vraie logique de tous les systèmes démocratiques...
"Le Paradis perdu" de Milton fut inscrit à l'Index par le pape Benoît XIV. Milton écrivit encore une "Logique" d'après
Ramus et une vie de ce philosophe. Attaque dirigée contre les Université d'Oxford et de Cambridge. Mais il est intéressant
de noter l'influence considérable de Ramus sur les écrivains anglais. Nous l'avons déjà vu à propos de Francis Bacon
(Etienne Couvert, La Gnose contre la Foi, p. 89).
On peut résumer ainsi la pensée de Milton:
1°) La théorie de la création par retrait, empruntée au Zoar,
2°) La conception d'un démiurge, distinct du Dieu absolu,empruntée à toutes les Gnoses,
3°) Le libre-arbitre qui nous libère de la sujétion à Dieu,
4°) Le caractère divin de la matière qui est la nature du grand Tout et qui produit les formes de tous les êtres,
5°) L'idée qu'il n'y a donc pas de différence entre le corps et l'âme.

4 / LES SOURCES ANGLAISES DE LA MAÇONNERIE

La Gnose, avons-nous dit, est apparue tardivement en Angleterre avec les Humanistes de la Renaissance. Ils ont reçu
leur inspiration des écrivains italiens et français, Pic de la Mirandole, Marsile Ficin, Ramus et d'autres. Ils ont ainsi pris
contact avec les réseaux occultistes du continent, comme nous l'avons vu.
Tous, ils ont rêvé d'un monde idéal, depuis l'île d'Utopie jusqu'à l'île de Ben-Salem et le Paradis retrouvé. Un monde
idéal, dont eux, les Humanistes, resteraient les maîtres, regroupés dans une Société académique et secrète qui
leur donnerait le pouvoir universel dont ils rêvent. Il leur a fallu deux siècles de projets élaborés avec peine avant
d'arriver à la solution de la Franc-Maçonnerie.
Robert Fludd (1574-1637), médecin à Londres, devint célèbre en Angleterre, en prenant la défense des Rose-Croix.
Dans ses ouvrages intitulés : L'histoire du Macrocosme, publié en 1617 et Philosophie mosaïque, publiée en 1638, puis à
Londres en 1659, il enseigne la doctrine de la Cabale. Ses références sont Hermès Trismégiste, le plus souvent cité,
Porphyre et Jamblique, Saint Augustin...
Fludd ne sait pas bien ce qu'est la Cabale. Il lui arrive de prendre le "Zoar" ou le"Bahia" pour des rabbins.
Mais la doctrine, il l'a très bien assimilée. Dans Philosophie mosaïque, il écrit : «Les rabbins les plus célèbres et les
cabalistes les plus profonds démontrent que les natures opposées procèdent d'une seule cause éternelle, que Dieu est
cette Unité pure et catholique qui inclut et comprend en soi toute multiplicité». Plus loin : «Dieu est tout entier dans tout.
C'est lui qui agit et sans intermédiaires en chaque créature... Tout se fait d'une matière première qui est la substance de
Dieu... Dieu a envoyé son souffle sur le "Néant" et le "Vide"; par "Néant" et par "Vide", on entend une ombre sans vie que
même Moïse nommait "Terre vide"... L'Esprit de Dieu est dans le Soleil, parce que le Soleil est la conservation particulière
de l'Esprit divin et la Substance divine dans son mode actif». Plus loin : «Que la Terre est la Mère de tous les corps
et que les influences des étoiles sont comme les spermes du ciel projetés dans la matière de la Terre».
On s'excuse de répéter inlassablement de telles élucubrations, reprises aux gnostiques des premiers siècles ; mais il
faut rappeler ici le culte du Soleil divinisé, le culte de la Terre Mère, la matière divine de notre être... Les thèmes ressassés
de toutes les Gnoses...
Un disciple de Fludd, Elias Ashmole (1617-1692) est admis pour la première fois, en 1646, comme "maçon accepté"
et affilié, le 16 octobre 1648, à la petite loge de Warrington, dans le Lancaster. Première tentative de Maçonnerie.
Après la révocation de l'Edit de Nantes, les protestants français se réfugièrent surtout en Angleterre. Ils furent mal reçus
par le roi Charles II Stuart, mais, dès la Révolution de 1688 et l'avènement de Guillaume d'Orange, ils vinrent en
foules. Ils reçurent des pensions et des places dans le nouveau gouvernement et furent alors tout dévoués au nouveau
régime. Ils formèrent un ensemble cohérent et solidaire. Ils se réunissaient régulièrement à la "Taverne de l'Arc-en-ciel"
et y créèrent une agence internationale d'information. Dans leurs publications, ils exaltent l'Angleterre dans sa littérature,
ses sciences, sa philosophie.

«Que si jamais, disait César de Missy dans un sermon, on nous a vu par troupes tristement assis auprès du fleuve
d'une impure Babylone, cette Babylone fut la France, notre marâtre patrie et non l'Angleterre qui est pour nous une seconde
patrie, digne de ce beau nom, une Judée. une Jérusalem. une Sion. Heureux rivage que la Tamise arrose !» Toujours
le même rêve d'un royaume messianique. Londres est la Jérusalem provisoire dans l'attente du retour du Peuple
élu dans la Terre Promise, libérée par l'Angleterre.
A partir de ce moment, de 1690 à 1710, les publicistes anglais inondent le continent de livres sociniens, arminiens,
déistes, athées, matérialistes, blasphématoires, magiques, mystiques, druidiques, égyptiens et babyloniens. Tyndal écrit
un «Christianisme aussi vieux que la Création», Toland un «Christianisme sans mystères». John Toland prétend rattacher
le Christianisme à une religion plus essentielle et primitive. Il va jusqu'à présenter un rituel et compose des prières
qui semblent imiter celles de la messe avec des invocations à la philosophie. Il prépare les rites de la future société maçonnique.
Puis, c'est en 1717, la création de la Franc-Maçonnerie, point d'aboutissement de tous les essais antérieurs. Elle va
réunir en une société universelle, les réseaux gnostiques et occultistes répandus un peu partout en Europe. A partir de
ce moment, l'histoire de la subversion religieuse se confond avec celle des loges, bien connue des historiens.
Nous arrêtons là notre exposé.

5/ LA GNOSE DES ROMANTIQUES

Nous avons montré, dans une étude précédente (Etienne Couvert, La Gnose contre la foi, chap. IV) que le mouvement
romantique au XIXe siècle fut une formidable explosion de la Gnose dans toute l'Europe. L'Angleterre a connu,
elle aussi, une telle littérature satanique et blasphématoire. Ce ne sont que poings levés et tendus vers le ciel, vociférations
impies, outrances verbales, imprécations forcenées, railleries atroces et furibondes...
Commençons par William Blake (1757-1827). Dès 1793, dans son Mariage du ciel et de l'enfer, il rétablit l'instinct de
la chair, comme l'expression de l'énergie vitale. Il voit dans le prétendu péché originel, la valeur fondamentale de la vie. Il
affirme : «L'homme n'a pas un corps distinct de son âme, l'énergie émane du corps et n'a pour bornes que nos tabous
chrétiens, que nous décorons du nom de raison». La chasteté est un crime contre la nature.
Il continue de dénoncer les prêtres comme les ennemis de tous les hommes. La création est une ombre, une illusion,
une plaisanterie du Tout Puissant.

Lord Byron (1788-1824) a composé une geste sataniste. Satan est un héros d'épopée digne d'admiration et un état
d'âme à imiter. Avec Manfred (1817), Don Juan (1818) et Caïn (1818), Byron a exercé une influence considérable sur
tout le mouvement romantique.
Manfred est le désespéré qui se complaît dans sa propre malédiction. Il défie Dieu, il défie l'Enfer, il est son propre
bourreau. Il ne se relâche pas même à l'instant suprême : «Ce n 'est pas à un être tel que Toi que je vendrai mon âme.
Arrive ! Je mourrai seul, comme j'ai vécu. Je vous défie tous. Je ne partirai pas d'ici tant qu'il me restera un souffle pour
vous exprimer mon mépris».
Dans Caïn, Lucifer est le personnage central du poème. Il se dresse contre Dieu : «Dieu a vaincu, qu'il règne ! Nous
sommes des âmes qui osent regarder le Tout Puissant face à face dans son éternité et lui dire que le Mal, son ouvrage.
n'est pas un Bien» et plus loin : «Je n 'ai rien, je ne veux rien avoir de commun avec lui ».
Caïn était un personnage sceptique et désillusionné, souffrant de l'étrange disparité entre ses aspirations et sa condition
humiliante, toujours dressé contre le Créateur, responsable de l'injustice qui règne dans le monde.
«Le serpent disait vrai. Il était l'arbre de la Connaissance Il était l'Arbre de la Vie. La connaissance est bonne La vie
également. Où est donc alors le Mal ?» («The snake spoke truth, it was the free of Knowledge / It was the tree of life ;
Knowledge is good, / An life is good, and can both be evil ?»)
Et pour mettre ses actes en conformité avec ses paroles et ses pensées, Byron s'est fait, en Italie, le complice des révolutionnaires.
Il s'est affilié aux Carbonari, chez qui il tint des grades importants. Il a soutenu ses affidés dans leurs tentatives
de révolte : «Nous allons nous battre quelque peu le mois prochain, écrit-il. Si les Huns (c'est-à-dire les Autrichiens)
ne repassent le Pô et même s'ils le repassent. Je ne peux rien dire de plus...»Une autre fois il triomphe : «Nous
sommes ici à la veille d'un beau tapage. Ils ont couvert les murs de la ville, cette nuit, avec des inscriptions de ce genre :
Vive la République ! Mort au Pape !... La police a passé tout l'après-midi à la recherche des coupables, mais n'a pu
mettre la main encore sur eux. Ils ont du travailler la nuit entière, car les "Vive la République" et les "Mort au Pape et aux
prêtres" sont innombrables et placardés sur tous les palais...»
Tout ceci se passait à Ravenne, mais ce qu'il ne savait pas, c'est que la police autrichienne le surveillait journellement
et suivait pas à pas ses gestes. A son arrivée à Pise, on note : «Le célèbre poète , lord Byron, qui, s'il n 'avait pas la réputation
d'être un fou, mériterait que toute la police d'Europe fût à ses trousses a loué le palais...». A, propos d'un ouvrage
sur Dante : «L'ouvrage n'est certainement pas conçu dans un esprit favorable à notre gouvernement ni à aucun gouvernement
italien. Il semble destiné à éveiller les sentiments hostiles de la population qui ne le sont déjà que trop. Byron fait
de Dante son porte-parole et le prophète des libertés démocratiques (Etienne Couvert, «La vérité sur Dante. Dante et la
Gnose», dans Lecture et Tradition, n°358, décembre 2006), comme si ces libertés devaient être le salut de l'Italie ».
L'influence de Lord Byron sur le romantisme français a été considérable. Toute une geste satanique française est tirée
des poètes anglais : Eloa, de Vigny , d'abord intitulé "Satan", la Chute d'un ange de Lamartine, la Fin de Satan de Victor
Hugo.
communiaient dans les mêmes sentiments. Shelley enseignait une gnose panthéiste, sorte d'extase divine, de folle
ivresse au contact de l'immense univers, dans lequel il ne pouvait plus distinguer la cause de l'effet ni comprendre si Dieu
était dans la nature ou si la nature n'était pas Dieu en personne.

Shelley (1792-1822) avait été étudiant à Oxford, mais après avoir écrit un ouvrage intitulé Nécessité de l'athéisme, il
en fut renvoyé, en 1812, à vingt ans à peine. Il mourut dix ans après au cours d'un naufrage.
Le romancier Paul Bourget, dans sa jeunesse, avait été fort attiré par l'Angleterre et sa littérature. Il y avait fait de
longs séjours. Mais, plus tard, après mûre réflexion, il comprit tout ce que cette littérature avait de spécieux et de pervers.
Voici comment il résume les poèmes de Shelley : «A la première page des vers de Shelley, on pourrait écrire cette
phrase si souvent citée du subtil Amiel : Un paysage est un état d'âme. La magie suprême de cette imagination, c'est
qu'en effet tous les objets se spiritualisent pour elle et s'humanisent, mais cette spiritualité n'est le résultat ni d'un symbolisme,
ni d'une comparaison. Shelley considère qu'il y a entre notre âme et la nature, non pas une analogie, mais une
identité. Une pensée diffuse s'agite dans la moindre parcelle de cet immense univers et cette pensée n'est pas différente
de notre pensée. Une sensibilité obscure frémit dans ce que nous appelons les choses et cette sensibilité ne dire de la
notre que par le degré. Lorsque nous comparons une émotion de notre coeur à un aspect du monde visible, nous ne faisons
que reconnaître l'unité secrète qui relie les unes aux autres les diverses manifestations de la vie universelle.
«Après une lecture prolongée de cette poésie, un déplacement singulier se produit dans la pensée. On cesse d'apercevoir
les hommes et les choses dans leur caractère individuel ; c'est une âme unique qui se révèle, dont tous les êtres et
toutes les choses traduisent l'éternelle aspiration. C'est un vaste coeur de l'univers qui se manifeste en proie à un infini
désir qu'il ne parviendra jamais à satisfaire. C'est ce douloureux, cet immense esprit qui est la réalité suprême et nous
ne sommes, nous, que les ombres d'un songe dans cette vie où tout n'est qu 'apparence» («where nothing is, but all
things seem - and we the shadows of the dream») .
Nous avons souligné, au cours de ce texte, toutes les expressions les plus classiques de la gnose panthéiste.

6/ LA GNOSE CONTEMPORAINE

A partir du XXe siècle, les écrivains gnostiques sont légion en Angleterre. Il nous semble fastidieux d'énumérer des
livres et d'exposer des doctrines déjà bien connues de nos lecteurs.
Voici, par exemple le cas d'Aldous Huxley. Son oeuvre s'étale sur la première partie du siècle. Contrepoint en 1928,
L'ange et la fête en 1929. Mais dès 1930, Huxley subit sa crise de mysticisme, comme beaucoup d'autres, c'est-à-dire
qu'il passe à l'Occultisme et à la Gnose. Il lit le pseudo-Denys, Joachim de Flore, Me Eckart et toute la kyrielle des auteurs
de la secte. On a, en 1936, La paix des profondeurs, L'Eternité retrouvée et, enfin, son chef-d'oeuvre La Philosophie
éternelle (The Perennial philosophy) en 1946.
Huxley se tourne vers l'Asie, se passionne pour les philosophies orientales et est tout étonné d'y retrouver les thèmes
habituels de toute Gnose : amour des hommes, non violence, oubli de son «moi», recherche de l'anéantissement de la
personne dans le «Toi» absolu, le «Tuam» des Védas, l'océan sans rives du divin.
«Tu» est identique à «cela» et le «cela», selon la formule sanscrite «Tat twam asi», identique au «Toi» est identique à
l'Absolu, le fondement éternel, l'Atman de l'Hindouisme.
Le «Logos éternel», c'est le fondement absolu, l'abîme qui absorbe, engloutit mon misérabilisme. Ce divin, dans lequel
l'homme doit se perdre, Huxley l'appelle «the Ground».
La création n'est pas un acte libre et gratuit de Dieu, c'est une «chute de l'Unité dans ta Dualité» : le récit de la Genèse,
pour être adéquat à notre expérience doit être modifié. En premier lieu, il faudrait rendre manifeste que la Création,
c'est-à-dire le passage incompréhensible de l'Un non manifesté à la multiplicité manifestée (en langage clair, de Dieu au
Monde) n'est pas seulement le prélude et la condition nécessaire de la chute («to some extent it is the fall»), en un sens,
c'est la Chute ! La création est donc le péché originel de Dieu. Il n'y a de salut pour l'homme que dans l'évasion hors du
temporel, la rentrée de la multiplicité au sein de l'Unité. Ce que les gnostiques de tous les temps ont appelé le retour à
l'unité primordiale. Nous sommes donc dans un domaine bien connu déjà. Huxley s'est contenté d'en renouveler les formules
par un emprunt aux expressions orientales.
Nous avons trouvé chez un autre philosophe anglais, Witehaed, une définition de la Trinité gnostique tout à fait originale
et subtile. Le Père, pour les gnostiques, c'est la source de l'être sans existence positive, c'est donc LA NATURE
PRIMORDIALE, monde des essences et des désirs impuissants.
Le Fils, c'est le Démiurgue, incarné dans le monde, c'est LA NATURE CONSÉQUENTE. L'Esprit correspond à LA
NATURE SUBJECTIVE de Dieu qui modifie la créativité divine en l'enrichissant.
Mais tout cela n'est que pur paradoxe, car le Dieu créateur est en même temps une créature infinie dans sa virtualité,
mais furie dans sa perfection. Or cette activité est surabondante, en perpétuelle mobilité, elle est l'actualisation du flux
universel. Nous sommes toujours en plein panthéisme.
Nous arrêtons là notre étude. Nous savons, en effet, que nos lecteurs qui ont bien pénétré l'essence de la Gnose,
sont capables par eux-mêmes d'en déceler les manifestations chez tous les écrivains anglo-saxons qui, aujourd'hui inondent
le monde de leurs productions sataniques, depuis Da Vinci Code jusqu'aux séries d'Harry Potter et au monde de
Narnia... où pullulent les sorciers, les magiciens et les démons...

Etienne COUVERT

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum