la femme adultere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la femme adultere

Message par joel queyras le Lun 26 Mar 2012 - 13:18

La femme adultere

Jean 8:1-11


“Jésus s’était rendu au mont des Oliviers; de bon matin, il retourna au temple de Jérusalem. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner »
Le mont des Oliviers où Jésus, Tu avais l’habitude de Te retirer pour prier et Te retrouver dans l’intimité de ses disciples. Nous pouvons en déduire en cette période, proche de la passion, que Tu t’y retirais chaque nuit avant de retourner au temple pour prier Ton Père et instruire Tes disciples. Ainsi nous devons faire précéder toutes nos actions par la prière, afin de nous emplir de la Présence de Dieu pour que toutes nos actions soient dynamisées par Lui et en conformité avec Sa Volonté et que nous puissions force et discernement dans l’unité des frères rassemblés en Ton nom « Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux ». (Matthieu 18:20). Des l’aurore Tu te rends au Temple pour effectuer le travail dont le Père T’a chargé. « Quand le soleil se lève…l’homme sort pour son travail pour sa tache jusqu’au soir ». (Psaume 103). Tu ne t’imposes pas tu n’appelles pas les gens á t’écouter, ils doivent venir d’eux même, car c’est á ceux qui ont soif que Tu veux donner a boire, á ceux qui aspirent á Te connaitre. Il y a bien sur aussi les curieux et les détracteurs. Mais l’ivraie n’est-il pas toujours mêler au blée ? Tu t’assois pour enseigner comme pour signifier que tu ne veux pas t’imposer par ta toute Puissance mais être á la portée de ceux qui t’écoute et aussi pour leur permettre d’oser s’assoir á leur tour, comme entre amis.

« Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en train de commettre l’adultère ». Ils l’a font avancer, et disent a Jésus : Maitre, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moise nous a ordonne de lapider ces femmes la. Et toi, qu’en dis-tu ? Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser »

Tu avais du parler d’amour de pardon. Tu avais pardonnés a Marie Madeleine en présence des pharisiens. Ces derniers T’avais accusé d’être l’ami des gens de mauvaise vie. « Comme Jésus était à table dans la maison, voici, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et avec ses disciples. Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples : Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie ? (Matthieu 9:10-11) « et vous dites : C’est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie. (Luc 7 :34).Ta bonté et Ta Miséricorde rayonnaient dans tous tes actes et Tes Paroles. Nous pouvons voir dans cette question qu’ils Te posent toute la malignité et l’intelligence perverse du démon pour te ridiculiser aux yeux de ceux que Tu es en train d’enseigner. De plus si Tu dis « je lui pardonne », cela leur donnera un argument supplémentaire pour affirmer que Tu ne respectes pas la loi de Moise. Ainsi agit le démon avec chacun de nous dans les tentations inévitables qui ponctue notre marche vers le Royaume. Apres les tentations primaires et évidentes, il nous attaque de façon plus subtile en nous mettant soi disant en contradiction avec la Parole et l’Eglise. C’est ainsi qu’il tenta Jésus au désert, en s’appuyant sur l’Ecriture. « Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, Afin qu’ils te gardent ; et : Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre ». (Luc 4 :9-11)

« Mais Jésus s’était baissé, et, du doigt, il traçait des traits sur le sol ».

Tu ne les regardes plus, comme si leurs questions étaient tellement stupides et pernicieuses que cela n’avait aucun intérêt. C’est l’attitude fondamentale que nous devons avoir avec les sollicitations du démon : l’ignorer. Nous sommes moins intelligent que lui, n’oublions pas qu’il fut le plus grand des archanges. Occupons nous de ce que Dieu nous demande dans la simplicité du cœur et la confiance de l’enfant et détournons nos yeux et bouchons nos oreilles à ses manifestations. Mais comment savoir que celui qui nous questionne est Satan ? Par la paix ou le trouble. Ce qui vient de Dieu apporte toujours la paix ce qui vient du démon le trouble. La deuxième façon de résister est de s’abaisser : L’humilité. Il ne supporte pas cette attitude. « Mais Jésus s’était baissé ». Mais qu’est ce que Tu pouvais bien écrire, Jésus, avec Ton doigt sur le sol ? Selon les traductions : écrire et tracer des traits, mais cela veut dire la même chose car les lettre hébraïques s’écrivent en traçant des traits. « Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. » (Matthieu 5 :17). J’imagine les pharisiens se penchant pour voir ce que Tu écris. Je pense que c’était leurs péchés. Adultère, hypocrite, meurtrier, menteur, etc. La réponse que Tu vas donner par la suite semble aller dans ce sens.

« Comme ils persistaient à l’interroger, il se redressa et leur dit : Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre. Et il se baissa de nouveau pour tracer des traits sur le sol »

Merveille que cette réponse ou Tu abas le démon sur son propre terrain. Tu te redresses, c’est la Toute Puissance qui proclame la Sagesse. Tu nous montres combien Ta Sagesse surpasse sa malice. Tu ne nie pas la loi, Tu remets chacun devant son propre péché que tu continues d’écrire sur le sol au cas où ils auraient encore des doutes sur leur intégrité. Tu les oblige à appliquer ce que tu as dis sur le jugement. « Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère ». (Matthieu 7:5). Tu ne réponds rien d’autre et Tu laisses chacun à sa conscience.

« Quand a eux, sur cette réponse, ils s’en allaient l’un après l’autre en commençant pas les plus âgés.


Plus la vie est longue plus nombreux sont nos péchés. Ils ont du partir en se regardant, en regardant ce que Tu écrivais et en baissant la tète humiliés et plein de rage. Espérons que cela a été profitable pour certains d’entre eux.

«[b] Jésus resta seul avec la femme en face de lui. »[/b

Moment indescriptible que se face à face dans la solitude et le silence face á Toi, humblement assis, regardant la femme encore tremblante de peur. Ton regard plongeant dans le sien dans toute Sa Beauté, Sa Pureté, Sa Miséricorde et sa Vérité, Sa Toute Puissance. Silence que cet instant où le pécheur se trouve devant son Dieu attendant la sentence. Il sait encore plus combien il mérite la condamnation depuis que la lumière du regard de Dieu l’a pénétré. Qui peut résister á ce regard. Mais ce qui suit dépasse nos pauvres conceptions humaines. Car dans ce regard du Tout Puissant, qui pénètre jusqu'à la moîle de nos os, dans les replis les plus cachés de notre cœur, va se manifester la Parole jaillie du Cœur du Cœur de Dieu : Sa Miséricorde.

« Il se redressa et lui demanda : Femme, ou sont-ils donc ? Alors personne ne t’as condamné ? Elle répondit : Personne Seigneur. Et Jésus lui dit : Moi non plus, je ne condamne pas. Va et désormais ne pèche plus »

Tu te redresses à nouveau car Tu proclames la Parole, la souveraineté de la Parole. Ta réponse est d’abord une question comme souvent. Tu nous invite à rentrer en nous même. Oui Tu nous questionnes souvent, pour nous grandir nous conduire á une démarche de liberté pour que notre réponse soit une démarche de conversion. Ainsi tu as agis avec Pierre après son triple reniement « Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. Il lui dit une seconde fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois : M’aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. » (Jean 21:15-17). Personne ne t’a accuse. Il n’y a plus d’accusateur « Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Condamné ». (Apocalypse 12:10). Et la femme Te répond en te nommant du nom de Seigneur. Tu n’es pas seulement le maitre, le grand Rabbi, mais le Seigneur, Adonaï, le nom que l’on donnait qu’à Dieu. Elle a vu Dieu dans ton regard, elle l’a entendu dans Ta Parole. Elle reçoit la foi qui sauve. Et pour que le pardon la pénètre de certitude Tu prononces la parole d’absolution et de Miséricorde : ' Moi non plus, je ne condamne pas. Va et désormais ne pèche plus » Tu as vu le visage de Dieu et combien Il a fait acte de Miséricorde á ton égard, alors montres toi digne de cette Miséricorde en t’appuyant sur ce que tu viens de vivre, en l’inscrivant au plus profond de ton cœur et ne retombe pas dans ton égarement. Et maintenant va, va reprendre ta vie, va á ton tour pardonner, va te réconcilier avec ton mari, va, toi que j’ai libéré.

joel queyras

Date d'inscription : 06/05/2011
Age : 69
Localisation : inde

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum