La désintégration de la foi

Aller en bas

La désintégration de la foi Empty La désintégration de la foi

Message par MichelT le Jeu 31 Mai 2012 - 13:04

Un extrait de Lumiere du monde - Interview du Pape Benoit XVI - sur un des plus grands problemes de l`Église catholique.

Dans les décennies précédentes, il n`y a pas pratiquement eu une seule expérience pastorale, dans de nombreux dioceses, a laquelle on ait renoncé dans l`effort mené pour une modernisation de l`Église. Selon le philosophe Rudiger Safransky, l`Église se serit transformé en projet de religion froid, en un mélange d`éthique sociale, de pensée institutionelle du pouvoir, de psychothérapie, de technique de médiation, de service muséal de management culturel et de travail social. En voulant faire comme les autres, le peuple chrétien a cessé de comprendre que la foi pousse sur de toutes autres racines que sur les sociétés de divertissements occidentales. Mais beaucoup de théologiens et de pretres se sont aussi tellement éloignés de la ligne fondamentale qu`il est souvent bien difficile de trouver un profil catholique. Qu`est-ce qui n`a pas fonctionné?

Eh bien se sont justement ces forces de désintégrations qui agissent sur l`ame humaine. A quoi s`ajoute une volonté de toucher le public; ou encore celle de trouver une quelconque ile vierge a laquelle nous pourrions donner forme a notre gré. Ou bien verser dans le moralisme politique comme pour la théologie de la libération ou d`autres expériences pour donner une actualité au christianisme. Ou évoquer la psychothérapie ou le bien-etre des formes ou la religion est identifiée a une sorte de bien-etre global.

Toutes ces tentatives on pour cause l`abandon de la racine véritable de la foi. Ce qui reste ce sont des projets que l`on fait soi-meme, qui ont peut-etre une valeur existentielle limitée mais ne produise pas de communion convaincante avec Dieu. Ce sont des iles sur lesquelles s`installent certaines personnes, et celle-ci sont par essence ephémeres parceque les modes changent.

Comment est-il possible que dans de nombreux pays occidentaux, tous les écoliers étudient pendant de longues années la religion catholique ( et peut-etre a la fin le bouddhisme) mais sans connaitre au bout du compte les caractéristiques fondamentales du catholicisme. Tout cela se passe sous la responsabilité des dioceses.

C`est une question que je me pose aussi. En Allemagne chaque enfant suit entre 9 et 13 heures d`instruction religieuse. Comment se fait-il que cela laisse aussi peu de traces, pour dire les choses clairement? C`est incompréhensible. Sue ce point les éveques doivent effectivement réfléchir sérieusement a la maniere dont ont peut donner un nouveau coeur, un nouveau visage a la catéchese.

Dans les médias religieux s`est nichée une culture du doute que l`on considere de nos jour comme "chic". Des rédactions entieres reprennent ainsi, sans esprit critique, les slogans issus d ela critique ordinaire de l`Église. Des éveques suivent leur conseillers médias, qui leurs recommandent de faire profil bas pour préserver leur image libérale. Si en plus, de grands groupes médiatiques appartenant a l`Église évacuent les livres religieux de leur catalogue principal... N`est-il pas alors problématique de vouloir encore parler de maniere crédible de Nouvelle Évangélisation?

Ce sont autant de phénomenes que l`on ne peut qu`observer avec tristesse. Qu`il y est en quelques sorte des "catholiques professionnels`qui vivent de leur confession catholique mais chez qui la source de la foi n`agit manifestement plus que faiblement, goutte a goutte... Nous devons vraiment faire en sorte que cela change. En Italie ou les entreprises religieuses institutionelles sont beaucoup moins nombreuses - que l`on prend des initiatives non pas parceque l`Église organise quelque chose en tant qu`institution, mais parceque les gens sont croyants. Les mouvements spontanés ne naissent pas d`une institution mais d`une foi authentique.

L`Église doit toujours rester en mouvement, elle est constamment en chemin. Le Pape ne se demande t`il pas également, si dans bien des cas, il n`a pas tort de chercher a retenir ces phénomenes irrésistibles parceque ils correspondent tout simplement au processus nécéssaire de la civilisation, auquel l`Église ne peut se refuser?

Il faut bien entendu toujours se demander ce qui meme parmi les choses qui ont passé jadis pour essentiellement chrétiennes, n`étaient en réalité que l`expression d`une époque déterminée. En un mot: quel est réellement l`essentiel? Cela signifie que il faut toujours revenir de nouveau a l`Évangile et aux mots de la foi, pour vérifier, primo, ce qui en fait partie, secundo, ce qui change légitimement au fil du temps, et tertio, ce qui n`en fait pas partie. Le point décisif, au bout du compte, est de toujours opérer la bonne distinction.




Dernière édition par MichelT le Ven 1 Juin 2012 - 13:45, édité 2 fois

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

La désintégration de la foi Empty Re: La désintégration de la foi

Message par jaimedieu le Ven 1 Juin 2012 - 2:53

@MichelT

Merci pour cet excellent texte!
jaimedieu
jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 62
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

La désintégration de la foi Empty Re: La désintégration de la foi

Message par Annie le Sam 2 Juin 2012 - 8:25

Ce qui est dommage, c'est que les questions du journaliste soient plus intéressantes que les réponses du Pape, très évasives.

Annie

Date d'inscription : 01/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

La désintégration de la foi Empty Re: La désintégration de la foi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum